Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99Comptes rendusLivres / Books“Ancient Trades and Cultural Cont...

Comptes rendus
Livres / Books

Ancient Trades and Cultural Contacts in Southeast Asia”, The Office of the National Culture Commission

Bangkok, 1996
François Robinne
p. 110-114
Référence(s) :

Ancient Trades and Cultural Contacts in Southeast Asia, Bangkok, The Office of the National Culture Commission, 1996, 312 p.

Texte intégral

1La 24e Assemblée générale de l’UNESCO, tenue à Bangok en 1987, avait pour projet une « Integral Study of the Silk Roads: Roads of Dialogue ». C’est dans ce cadre qu’un séminaire intitulé Ancient Trades and Cultural Contact in Southeast Asia fut par la suite organisé les 21 et 22 janvier 1991. Treize spécialistes de l’histoire ancienne de l’Asie du sud-est furent invités à y donner une communication : c’est à la fois peu, vu l’ampleur du sujet et le souci d’exhaustivité du projet d’origine, et suffisant, eu égard à la durée du colloque et à la richesse des textes proposés. La rigueur scientifique et la volonté de chacun des auteurs d’offrir sur le détail des découvertes archéologiques les plus récentes une réflexion plus globale font des actes de ce colloque une référence incontournable. Le grand nombre d’illustrations, en noir et blanc comme en couleur, contribue à en réhausser l’intérêt.

2Dès l’abord, une question majeure s’impose au lecteur : mais où sont donc passés les directeurs d’ouvrage ? L’absence d’une réflexion éditoriale (au sens anglais du terme) explique sans doute l’absence d’un texte de synthèse (préface ou postface) qui aurait permis une lecture plus globale que ne le permet, en l’état, cette juxtaposition d’articles. Un effort de synthèse aurait permis d’exposer les problématiques générales et particulières qui se dégagent de ce corpus très précieux. En particulier, un regroupement par thèmes et/ou aires géographiques aurait facilité une lecture plus transversale. Parmi d’autres propositions possibles, quatre grands thèmes auraient à mon sens mérité d’être dégagés : les grandes voies commerciales ; les principaux biens d’échange : perles, verroteries et porcelaines ; monastères bouddhiques, centres économiques et réseaux commerciaux ; Suwanaphum, la Péninsule d’Or : zones de passages et aires de convergences. C’est au travers de ce découpage que les articles sont présentés et discutés ici, la pagination entre parenthèses permettant toutefois de resituer chacun des articles selon leur ordre d’apparition dans l’ouvrage.

Les grandes voies commerciales

3Dans « Merchants, Merchandise, Markets: Archaeological Evidence in Thailand Concerning Maritime Trade Interaction between Thailand and Other Countries before the 16th Century A.D. » (pp. 237-266), Amara Srisuchat donne un bref survol des premiers sites préhistoriques (Bang Chiang et le développement de la métallurgie du bronze) et rappelle l’importance du commerce côtier avant la maîtrise des vents de mousson. La place des premiers ports internationaux et le rôle des produits régionaux sont ensuite examinés. S’ensuit un développement sur l’origine, la destination et la nature des principaux produits échangés (perles et céramiques, épices, vêtements et autres) et les formes d’échange (pièces de monnaie d’origine indienne découvertes à Dvaravati, pièces arabes du XIIe siècle A.D., pièces chinoises des dynasties Han et Tang).

4« Chinese and Middle Eastern Trade in Southern Thailand during the 9th Century A.D. » (pp. 181-200) de Bennett Bronson. La proximité des sites de Ko Kho Khao et Laem Pho, respectivement à l’ouest et à l’est de la péninsule thaïe, soulève plusieurs questions, dont celle des relations entretenues entre ces deux ports et de leur place dans le commerce transocéanien. Dans les deux sites, la poterie atteste la présence de Chinois (dynastie Tang), d’Arabes et de Persans. L’auteur note que le dynamisme du grand commerce transocéanien et transpéninsulaire contrastait avec la faiblesse des échanges internes, comme, par exemple, entre Dvaravati et le sud de la Thaïlande (p. 191). Les relations continues entre les deux sites, de part et d’autre de la péninsule, sont désormais bien établies, ce qui suggère que cette route constituait un raccourci terrestre des voies maritimes reliant la Chine au Moyen-Orient (p. 195 ; Bronson rejoint ainsi la thèse soutenue par Manguin).

Principaux produits d’échange : perles, verroteries et porcelaines

5Dans « Glass Trade in Southeast Asia » (pp. 57-94), An Jiayao fait une mise au point très utile sur la chronologie des plus anciennes perles et amulettes de verre qui, pour la Chine, datent de 800 av. J.‑C., avec un réel essor sous les Han (200 av. J.-C.-200 A.D.), comme l’attestent les découvertes dans la région du Yangziet du Fleuve Jaune d’ornements personnels, d’aiguilles, d’objets funéraires et de vaisselle. Cette production chinoise est tardive, par comparaison à la Mésopotamie (où elle remonte à 2500 av. J.‑C.), ou encore à l’Inde, où elle est attestée dès le IIIe siècle av. J.-C. et contribua à faire de Arikamedu (Pondichéry) un important centre commercial jusqu’au IIIe siècle A.D. : « The beadmakers went to Mantai, Sri Lanka; Klong Thom, Thailand ; and Oc-Eo, Vietnam, before the abandonment of Arikamedu » (p. 131). Les importations chinoises ont révélé qu’à partir des Han les routes commerciales étaient surtout maritimes, tandis que du VIIe siècle A.D. à 1023 la voie terrestre devait prévaloir. La route conduisant vers la partie occidentale de l’Inde fut jalonnée de verreries dénotant une influence islamique accrue.

6La contribution de Peter Francis, Jr., « Beads, the Bead Trade and State Development in Southeast Asia » (pp. 139-152), un peu sèche, a cependant l’avantage de la clarté. Quatre types de perles sont distingués et, avec eux, « their historical implications in the light of the problems of state building in the region » (p. 140) : les perles bleues et bleu vert de la zone Indo-Pacifique, fabriquées du IIIe siècle av. J.-C. à 1200 A.D. et marquant l’extension de l’influence indienne, plus précisément tamoule, avec des ramifications à Sri Lanka, en Thaïlande et au Vietnam ; les perles bicolores ou en mosaïque de verre de la zone d’influence islamique, produites entre le IXe et le XIe siècles et exportées vers Sungai Mas, le port de Kedah ; les perles de Java, datées du Xe siècle, de manufacture malhabile dénotant une méconnaissance technique locale ; enfin, les perles chinoises à large palette de couleurs du XIIe au XVIIe siècles, en provenance principalement de Boshan (Shantung) et Guangzhou (Canton) - derrière ce commerce de perles vers Singapour, Bantam ou Java se découvrent aussi les origines de la diaspora chinoise en Asie du sud‑est (p. 148).

7Dans un bref et très intéressant article, « Changing Current of Chinese Export Porcelain: from Celadon to Blue-and-White » (pp. 201-210), Takatoshi Misugi décrit non sans humour la substitution, vers le Xe siècle A.D., du céladon monochrome vert-pâle des Chinois - symbole comme le jade de la chance dans le monde chinois et réputé ailleurs par les grands de ce monde (Philippines, Indonésie, Perse, Égypte, Turquie) changer de couleur quand on y met du poison (p. 205) - par le bleu-blanc plus clinquant des porcelaines au cobalt originaires du Moyen-Orient. Les porcelaines chinoises étant un produit d’exportation, la demande arabe s’est imposée à l’offre chinoise : « Arab merchants had a double role as a surveyor of the Persian cobalt and also of its end product, the Blue-and-White, back to the Islamic world (and to Europe) » (p. 203).

Monastères bouddhiques, centres économiques et réseaux commerciaux

8Le « Trade Route and the Diffusion of Artistic Traditions in South and Southeast Asia » (pp. 3-34) de Nadana Chutiwongs discute du style architectural des principaux sites archéologiques de l’Asie du sud-est bouddhiste - du Borobudur de Java au Vijayotpa de Sri Lanka, en passant par Angkor, Pagan, Sanchi ou Sukhothai et même Ayutthaya -, considérés sous l’angle de leurs influences réciproques. Ce vaste tour d’horizon (trop) général, dont nous reconnaissons le louable effort de la démarche comparative derrière l’érudition affichée, n’aurait néanmoins rien perdu de sa pertinence si les travaux d’auteurs tels que Adrian Snodgrass (son étude sur les stupas), Pierre Pichard (son inventaire de Pagan et ses études de plusieurs sites du sud de l’Inde [Tiruvanamalai et Gangai] et de Thaïlande [Pimai]), Claude Jacques, ou encore Jacques Dumarçay avaient au moins figuré dans la bibliographie.

9« Early Trans-Oceanic Contacts between South and Southeast Asia » (pp. 43-56), de Himanshu Prabha Ray, propose une discussion des plus stimulantes du rôle tenu par le brahmanisme et le bouddhisme dans le commerce asiatique : « While brahmanical norms evolved at a time of agrarian expansion in the Ganga valley, Buddhism developped in a milieu of growing trade networks and the emergence of a complex economic system » (p. 45). L’auteur analyse en particulier l’évolution du concept bouddhique du don, dana, et la multiplication concomitante de centres commerciaux autour de monastères bouddhiques.

10Dans « The Southern Silk Road: Archaeological Evidence for Early Trade between India and Southeast Asia » (pp. 57-94), Ian Glover souligne de nouveau le lien entre commerce et bouddhisme : développement des pièces de monnaie associées au bouddhisme et au jaïnisme (p. 59), présence au site de Don Ta Phet (Thaïlande) de perles en verre ou en pierre semi-précieuse et de vaisselle de porcelaine en provenance de la civilisation bouddhique du nord de l’Inde (p. 74), corrélation entre la présence de missionnaires bouddhistes en Chine et le commerce de la soie et d’autres produits manufacturés en provenance de Chine dès avant le règne d’Asoka (p. 80). Glover suggère qu’il s’agissait moins d’une multiplicité d’échanges régionaux fonctionnant sur un principe restreint de réciprocité que d’un vaste réseau plaçant l’Asie du sud-est au cœur du système reliant les civilisations du bassin méditerranéen et les Han (pp. 62 et 80).

11Le « Bengal and Southeast Asia: Trade and Cultural Contact in the Ancient Period » (pp. 95-114) de A.M. Chowdhury détaille les relations qui ont très tôt connecté le Bengale (Gauda) avec, d’une part, le Bihar de la dynastie Pala et, d’autre part, les pays d’Asie du sud-est. Comme Palura en Orissa et Masulipatam (Madras), le port indien de Tamralipti (Tamluk, Bengale de l’ouest) entretenait des relations suivies avec l’Asie du sud-est. Ce port, ainsi que la région de Mainamati-Chittagong (Bangladesh), constituaient des centres bouddhiques importants. Ici encore, les activités commerciales et missionnaires s’associent, rapprochant le roi Sailendra du Bengale et le royaume de Srivijaya (p. 102).

12« Ancient Monastic Hospital System in Sri Lanka » (pp. 115-126), de Leelananda Prematilleke. Au travers des pratiques médicales et rituelles de Sri Lanka, le bouddhisme constitue également la dynamique des échanges. Un ensemble d’instruments chirurgicaux - des ciseaux aux baignoires de pierre à forme humaine - suggère l’existence de collèges attachés aux hôpitaux et aux monastères (p. 117). De tels complexes médico-bouddhiques sont attestés dans plusieurs sites du nord et du nord-est de la Thaïlande (voir aussi Amara Srisuchat, p. 241) et du Cambodge angkorien. On peut regretter que la datation de l’acupuncture chinoise à Sri Lanka (p. 124) n’ait pas subi le même traitement chirurgical.

Suwanaphum, la Péninsule d’Or : zones de passages et aires de convergence

13« Reference and Artifacts Connecting the Myanmar Area with Western and Central Asia and China Proper via the Ancient Southwestern Silk Road from ca. the 3rd Century B.C. to the 13th Century C.E. » (pp. 161-180), de Virginia M. Di Crocco. Les sites archéologiques pyu et birmans sont au carrefour des deux voies terrestres par lesquelles s’effectuait le commerce reliant l’Inde à la Chine. Cette étude très détaillée examine les différents jeux d’influence : perles d’Inde à partir du Ve siècle A.D., céramiques de Chine du VIIe siècle, technique architecturale du voussoir venue d’ouest en est, arches pointues à Srikshetra comme à Pagan, enfin, peintures murales, derrière lesquelles l’auteur reconnaît une influence musulmane. Ici comme ailleurs, on peut regretter que, malgré l’usage important qui est fait des sources vernaculaires, les termes vernaculaires ne soient quasiment jamais donnés. Le « Geological and Archaeological Expeditions in Thailand Related to the Maritime Silk Route » (pp. 219-236) de Tharapong Srisuchat est un très utile récapitulatif sur les différents sites de Thaïlande, présentés dans leur chronologie. Une discussion des voies transpéninsulaires (dix dénombrées) complète l’analyse des sites de Ko Kho Khao et de Laem Pho présentée précédemment (Bronson). li est dommage que cette analyse préliminaire de la maîtrise des moussons et des techniques de navigation ne mentionne pas dans sa bibliographie des auteurs comme Manguin ou Deloche.

14Dans « Court Music in Persia and Thailand during the Early Ayudhaya Period », Udom Arunrattana utilise essentiellement une analyse des peintures murales et des partitions musicales anciennes pour examiner l’influence de l’art arabe, au sens large - Khaek, puis Borathet, désignant en thaï à la fois les musulmans d’Inde, de Perse, ou d’Arabie (p. 306) - sur une certaine rythmique thaïe et certains instruments de musique (nathap et tomback, par exemple). « Muslim and Thai instruments were used side by side in the Thai Royal Courts » conclut l’auteur (p. 309).

15« Maritime Trade during the 14th to 17th Century A.D.: Evidence from the Underwater Archaeological Sites in the Gulf of Thailand » (pp. 275-300), de Sayan Prishanchit. L’archéologie sous-marine apporte une dimension nouvelle par rapport aux précédents articles. À partir de sept sites découverts dans le golfe de Thaïlande depuis 1977, l’auteur dresse un inventaire des vaisseaux retrouvés (tout du moins, une identification des fragments de bois) et des marchandises qu’ils renfermaient : objets d’ivoire et de cuir, céramiques thaïes, chinoises (céladon vert monochrome) et vietnamiennes, objets de métal, pièces de monnaies, produits d’usage quotidien (Jarres contenant des poissons, ustensiles de cuisine, instruments de musique, etc.).

16S’il avait existé, le travail éditorial aurait pu consister en une discussion de quelques questions intéressantes traitées par plusieurs auteurs, par exemple : la possibilité de la concomitance du développement des routes terrestres et maritimes et de la combinaison d’un commerce maritime et des voies transpéninsulaires (Bronson, Tharapong Srisuchat) ; le rôle croissant du bouddhisme dans l’activité commerciale et les économies régionales (Ray, Glover, Chowdhury, Prematilleke) ; l’influence de l’islam dans l’architecture bouddhique (Di Crocco), la céramique (Misugi, Amara Srisuchat, Prishanchit), la musique (Arunratta et le rôle moteur des dynasties Han et Tang (Francis, An Jiayao). Par ailleurs, des éléments plus factuels mais communs à un certain nombre d’articles, comme l’identité et le rôle des missionnaires (Chutiwongs, p. 46 ; Glover, pp. 74 et 80 ; Chowdhury, pp. 100 et 102), auraient pu être soulignés.

17La référence à des auteurs tels que Joseph Needham pour les techniques chinoises et Pierre-Yves Manguin et Jean Deloche pour les constructions navales, mais aussi Anthony Reid et Denys Lombard pour les hommes d’affaires et les réseaux commerciaux d’Asie du sud-est, aurait utilement levé quelques obstacles. Enfin, un bon travail éditorial aurait permis de placer l’ensemble des contributions dans une problématique plus globale, par exemple, celle de l’Asie du sud-est en tant qu’aire culturelle.

18De bons acteurs ne font pas nécessairement un bon film, ici, la qualité des contributions, dont la plupart s’appuient sur les découvertes archéologiques les plus récentes, ne peut combler la lacune de la réflexion éditoriale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Robinne, « “Ancient Trades and Cultural Contacts in Southeast Asia”, The Office of the National Culture Commission »Moussons, 99 | 1999, 110-114.

Référence électronique

François Robinne, « “Ancient Trades and Cultural Contacts in Southeast Asia”, The Office of the National Culture Commission »Moussons [En ligne], 99 | 1999, mis en ligne le 06 juillet 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9190

Haut de page

Auteur

François Robinne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search