Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99Comptes rendusLivres / Books“Loin des siens [Klai ban], du Ro...

Comptes rendus
Livres / Books

Loin des siens [Klai ban], du Roi Chulalongkorn”, traduction collective

Bangkok, Chulalongkorn University, CUESP, 1997
Frédéric Maurel
p. 136-137
Référence(s) :

Loin des siens [Klai ban], du Roi Chulalongkorn, traduction collective, Bangkok, Chulalongkorn University, CUESP, 1997, 170 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, publié sous l’égide du Chulalongkorn University European Studies Programme (CUESP), appartient à la catégorie des traductions de récits de voyages effectués par des Asiatiques en Europe. Il met à la disposition du lecteur occidental la traduction dans trois langues européennes (anglais, allemand et français) de certaines missives que le roi siamois Chulalongkorn (1868-1910) envoya durant son second voyage en Europe en 1907 à l’une de ses filles, la princesse Nipha Nophadol.

2L’ouvrage se divise en trois parties. La première (pp. 1-108) consiste en une traduction allemande de 34 lettres rédigées par le monarque depuis l’Allemagne ; la seconde (pp. 109-142), en une traduction anglaise de quatorze lettres envoyées d’Angleterre ; enfin, la troisième (pp. 143-170), en une traduction française de cinq lettres écrites de France.

3On apprend forcément beaucoup de la lecture d’une traduction de ce type. Personnellement, j’ai apprécié tous les passages traitant des coutumes, de la gastronomie et des arts européens vus à travers le « prisme » thaï. Tous mettent en avant le problème de la différence, ainsi que la manière dont se présente l’Autre pour un Asiatique. Les descriptions de la danse classique européenne (pp. 153-154) sont à cet égard particulièrement intéressantes : le roi tente de rendre la prestation du corps de ballet de l’Opéra de Paris au travers de références et d’une grille d’analyse thaïes, notant au passage ce qui diffère dans les traditions chorégraphiques européenne et siamoise et ce qui leur est commun.

4Cette dimension de l’altérité est très bien rendue dans la traduction qui, il faut le noter, est globalement d’une bonne tenue. Elle s’écarte certes parfois quelque peu du texte original, mais restitue scrupuleusement la finalité cognitive des lettres. Ajoutons que les photos, prises par le monarque lui-même, ont été reproduites de manière tout à fait satisfaisante. Enfin, l’on appréciera que les auteurs aient inséré le texte original en thaï en vis-à-vis de la traduction, ce qui permet au siamologue une exploitation systématique du corpus (53 lettres au total).

5Malgré ces qualités, l’ouvrage comporte quelques petites lacunes et maladresses de présentation. Tout d’abord, il est dommage que l’orthographe de nombreux noms propres n’ait pas été harmonisée. Le nom de la princesse Nipha Nophadol, par exemple, est orthographié Niphanophadol dans la présentation du texte allemand, Nibha Nobhadol dans la présentation en anglais et Nipha Nopphadon dans la présentation en français.

6On regrettera ensuite l’absence d’un appareil critique expliquant d’une part les nombreux termes siamois utilisés, éclaircissant d’autre part les allusions historiques, et présentant enfin les personnalités thaïes ou européennes évoquées dans les lettres du roi. Il est dommage, également, que n’ait pas été insérée une biographie, même sommaire, du monarque, ce qui semblerait pourtant aller de soi.

7Enfin, l’on peut noter dans la traduction française une petite faute, qui relève sans doute de l’inattention : l’expression « nai nangseu kao kao » (litt., « dans l’ouvrage ancien », p. 161), qui fait allusion à Phra Aphai Mani, le chef-d’œuvre du grand poète thaï Sunthorn Phu (1786-1855), n’a pas été rendue.

8Il existe encore de nombreuses terrae incognitae dans l’étude des récits de cette catégorie. Telle qu’elle est, cette traduction en forme épistolaire remplit bien son triple rôle : donner au lecteur occidental un accès à des notes de voyage inédites rédigées par un Asiatique en Europe, renseigner l’historien sur certains détails de la visite du roi Chulalongkorn dans les trois puissances occidentales dominantes de l’époque, et enfin inviter le lecteur européen à prendre en compte le regard de l’Autre. A ce titre, Loin des siens mérite d’être reconnu comme une précieuse contribution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Maurel, « “Loin des siens [Klai ban], du Roi Chulalongkorn”, traduction collective »Moussons, 99 | 1999, 136-137.

Référence électronique

Frédéric Maurel, « “Loin des siens [Klai ban], du Roi Chulalongkorn”, traduction collective »Moussons [En ligne], 99 | 1999, mis en ligne le 06 juillet 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9409

Haut de page

Auteur

Frédéric Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search