Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99Comptes rendusLivres / Books“Kuli lak rot kap prawattisat rae...

Comptes rendus
Livres / Books

Kuli lak rot kap prawattisat raeng‑ngan thai” [Les coolies conducteurs de pousse‑pousse et l’histoire du travail en Thaïlande], de Phanni Bualek

Bangkok, Muang Boran, 2542 [1999]
Jean Baffie
p. 137-139
Référence(s) :

Kuli lak rot kap prawattisat raeng-ngan thai [Les coolies conducteurs de pousse-pousse et l’histoire du travail en Thaïlande]. de Phanni Bualek, 2542 [1999], Bangkok, Muang Boran, 160 p., illustr., tableaux, biblio., annexe.

Texte intégral

  • 1 Les dictionnaires plus récents sont plus précis, par exemple : « Voiture légère à deux roues, à une (...)
  • 2 Suzanne Prou, La petite Tonkinoise, Paris, Calmann-Lévy, 172 p. (voir pp. 58-59).

1En Occident, le pousse-pousse est devenu un symbole de toute l’Asie des Moussons. Or ce n’est pas un élément ancien des cultures asiatiques. Il a été introduit - d’abord au Japon, semble-t-il, vers 1869 - à peu près au moment où les gouvernements européens commençaient à se partager l’Asie. De fait, il est plus lié à la période coloniale qu’à l’histoire générale des pays concernés. Chaque territoire avait donc son type de pousse-pousse ou de rickshaw. Le Dictionnaire Encyclopédique Illustré (Armand Colin), publié vers 1900, donnait une définition bien française : « petite voiture annamite traînée par un homme » (p. 765)1. Les Français d’Indochine parlaient d’ailleurs plus rapidement de « pousses », avec la marque du pluriel. Suzanne Prou se souvient de ces« espèces de fauteuils roulants munis d’une capote et de deux brancards entre lesquels se plaçait un coolie qui trottait pieds nus, tirant son passager mollement installé sur des coussins » et évoque les courses à pousses des enfants européens vers l’école2.

2Au Siam, les pousse-pousse sont plus couramment appelés rotchek, c’est-à-dire, « véhicules chinois », ou même par leur nom taechiu, chiwchia, qui a le sens de « véhicule tiré avec les mains » - car la majorité des conducteurs de pousse-pousse de Bangkok étaient des Chinois taechiu, originaires de la région de Swatow dans la province de Kwangtung. Les premiers pousse-pousse, importés du Japon, furent utilisés par les princes de la famille royale et par les nobles. L’augmentation de leur nombre dans la dernière décennie du XIXe siècle fut étroitement liée au développement des rues dans la capitale, les moyens de transport concurrents étant les calèches, les tramways et bientôt les bus et le sam-lo, le vélo-taxi que l’on rencontre encore de nos jours dans les provinces.

  • 3 chakkrawatniyom yipun kap phatthanakan thunniyom thai rawang songkhram lok khrang thi 1‑2 (ph.s. 24 (...)
  • 4 sayam nai krasaethan haeng kanplianplaeng : prawattisat thai tangtae samai ratchakanthi 5 [Le Siam (...)

3Phanni Bualek est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de la Thaïlande, particulièrement celle des Chinois de Thaïlande : en 1997, un livre sur le développement du capitalisme dans la Thaïlande de l’entre-deux-guerres3 et, l’année suivante, un autre ouvrage en langue thaïe sur l’histoire du Siam à partir du règne du roi Rama V (1868-1910)4. Ce second ouvrage est en fait une collection de trois études distinctes - sur la situation de la monarchie dans les annales royales du 5e Règne, sur la crise du commerce et les investissements des fermiers des impôts sous les 5e et 6e Règnes, enfin sur le rôle des guildes commerciales chinoises entre 1914 et 1939. Les deux derniers articles concernent directement l’histoire des entrepreneurs chinois de Thaïlande. Le petit ouvrage dont il est question ici est une partie d’une recherche plus large intitulée prawattisat raeng-ngan thai nai rawang ph.s. 2457-2484 [Histoire de la main d’œuvre au Siam entre 1914 et 1941], financée par la Daiwa Bank Foundation.

4Dans la dernière année du XIXe siècle, il y avait à Bangkok 1575 pousse-pousse, appartenant à 48 entrepreneurs, dont 40 Chinois payant la taxe et huit autres protégés français, anglais, hollandais ou portugais. En août 1912, les pousse-pousse étaient au nombre de 2698. Des Français s’intéressèrent à cette entreprise, mais ne purent finalement s’établir dans ce domaine. Les nobles siamois (beaucoup, probablement, d’origine chinoise) se lancèrent aussi dans ce secteur mais ne purent faire de bonnes affaires et se retirèrent après quelques années. Les propriétaires chinois formaient une guilde puissante, la samakhom muinam, qui réussit visiblement à décourager les concurrents.

5L’image de cette activité fut toujours déplorable au Siam. Au moment où le pays voulait paraître siwilai (civilisé) aux Européens, le transport en pousse-pousse donnait une image de barbarie et de saleté qu’il convenait de contrôler. La rue Ratchadamnoen, la plus belle de Bangkok, fut interdite aux pousse-pousse, qui étaient vilipendés comme étant la cause de nombreux accidents de la circulation. En 1912, le gouvernement siamois publia un décret sur les pousse-pousse qui, notamment, indiquait les tarifs à pratiquer et précisait qu’un pousse-pousse ne pouvait transporter plus de deux adultes et un enfant.

6Les chapitres 3 et 4 de cet ouvrage, les plus intéressants, concernent respectivement « Le mode de vie des conducteurs de pousse-pousse » (pp. 68-95) et « La lutte des conducteurs de pousse-pousse » (pp. 96-127). Le métier de conducteur de pousse-pousse était situé au plus bas de l’échelle sociale à Bangkok. C’étaient généralement les Chinois nouvellement arrivés qui devaient se contenter de ce métier de force, ce qui explique en particulier leur ignorance de la langue thaïe et la nécessité de leur indiquer les noms des rues en chinois (pp. 98-99). Ils vivaient en permanence avec leur véhicule, dans lequel ils passaient la nuit. Ils étaient une part du Bangkok populaire jouxtant la délinquance, fréquentant les prostituées de basse classe, fumant l’opium et formant la main d’œuvre de base des fameuses triades (ang-yi). Les maisons de prostitution et les fumeries d’opium, légales et sujettes à des taxes, étaient en fait encouragées par l’Etat siamois qui, par ce biais, prélevait autant qui ne serait pas envoyé en Chine pour aider les familles nécessiteuses des conducteurs, qui devaient bien entendu également verser une redevance à la triade qui contrôlait le quartier où ils souhaitaient travailler.

7Phanni Bualek évoque en détail les trois grandes grèves des conducteurs de pousse-pousse, qui leur ont acquis une place d’honneur dans l’histoire du mouvement syndical thaïlandais. A chaque fois (en 1916, 1932 et 1933), il s’agissait de protester contre l’augmentation des frais de location des pousse-pousse aux propriétaires. A chaque fois, ce fut un succès.

8Par ses mesures fiscales, le gouvernement thaïlandais favorisa tous les autres moyens de transport urbain, que ce soit le taxi automobile ou le tricycle, également bon marché mais plus rapide et plus sûr. Finalement, au 1er janvier 1953, les pousse-pousse ne furent plus autorisés en Thaïlande. Il y avait eu jusqu’à 6 000 conducteurs de pousse-pousse à Bangkok.

  • 5 Emile Jottrand, Au Siam. Journal de voyage, Paris, Pion, 1905, 539 p. (voir pp. 228‑229).

9Il y a peu de reproches à faire à l’ouvrage de Phanni Bualek. Il n’est pas toujours bien construit et la fin du chapitre 3, sur la vie des rickshaws en Chine et à Singapour, n’est guère justifiée ou devrait être placée ailleurs à titre de comparaison. Les sources, nombreuses, comprennent quatre entretiens avec des syndicalistes sino-thaïs, de nombreuses archives des 5e, 6e et 7e Règnes et des mémoires d’étudiants. Les ouvrages et articles cités sont, par contre, peu nombreux et les références à des journaux ne concernent que l’année 2475 (1932). Une autre faiblesse est l’absence dans la bibliographie d’ouvrages en langues occidentales sur le Siam. Les ouvrages de voyage, qui font en effet fréquemment référence aux pousse-pousse, auraient permis de pallier les déficiences des témoignages thaïs sur le sujet. Ainsi Emile Jottrand, un Belge qui visita le Siam avec son épouse en 1898, parle en détail des divers moyens de locomotion à Bangkok, y compris les rickshaws, dont le nombre était jugé considérable5. Il précise que les Européens du Siam évitaient de les utiliser.

10On peut se demander si les sources disponibles - du moins, celles exploitées par l’auteur - n’auraient pas été mieux présentées dans un long article d’une quarantaine ou une cinquantaine de pages, plus dense, plutôt que dans un petit livre de 160 pages où l’on rencontre des développements presque hors sujet sur les rues de Bangkok, les voitures particulières, les rickshaws à Pékin, etc. Le problème soulevé est bien réel : il ne se trouve presque plus de revue universitaire à accepter de longs articles, alors que l’on peut relativement aisément, en Thaïlande tout au moins, publier des ouvrages de 150 à 200 pages, même sur un sujet aussi spécialisé que celui des « pousse-pousse dans l’histoire ».

Haut de page

Notes

1 Les dictionnaires plus récents sont plus précis, par exemple : « Voiture légère à deux roues, à une place, tirée ou poussée par un homme, en Extrême-Orient » (Dictionnaire Encyclopédique, Hachette, 1993, p. 1266).

2 Suzanne Prou, La petite Tonkinoise, Paris, Calmann-Lévy, 172 p. (voir pp. 58-59).

3 chakkrawatniyom yipun kap phatthanakan thunniyom thai rawang songkhram lok khrang thi 1‑2 (ph.s. 2457-2484) [L’impérialisme japonais et le développement du capitalisme en Thaïlande, de la Première guerre mondiale à la Seconde (1914-1941)], de Phanni Bualek, Bangkok, samnak ngan kongthum sanap sanun kanwichai [Bureau du Fonds pour la Recherche], 2540 [1997], 291 p. Voir mon compte rendu dans la première livraison de la revue Aséanie, mars 1998, pp. 194-198.

4 sayam nai krasaethan haeng kanplianplaeng : prawattisat thai tangtae samai ratchakanthi 5 [Le Siam dans le flot du changement : l’histoire siamoise depuis le 5e Règne], de Phanni Bualek, Bangkok, Muang Boran, 2541 (1998), 214 p.

5 Emile Jottrand, Au Siam. Journal de voyage, Paris, Pion, 1905, 539 p. (voir pp. 228‑229).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « “Kuli lak rot kap prawattisat raeng‑ngan thai” [Les coolies conducteurs de pousse‑pousse et l’histoire du travail en Thaïlande], de Phanni Bualek »Moussons, 99 | 1999, 137-139.

Référence électronique

Jean Baffie, « “Kuli lak rot kap prawattisat raeng‑ngan thai” [Les coolies conducteurs de pousse‑pousse et l’histoire du travail en Thaïlande], de Phanni Bualek »Moussons [En ligne], 99 | 1999, mis en ligne le 06 juillet 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9410 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9410

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search