Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39ArticlesLa presse et l’acculturation spor...

Articles

La presse et l’acculturation sportive des nouvelles élites vietnamiennes (1888-années 1930)

The Press and the Sporting Acculturation of the New Vietnamese Elite Members (1888-1930s)
Brice Fossard et Nguyễn Thị Hải
p. 171-196

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le premier cité tire à 2 000 exemplaires en 1923 ; le deuxième fait paraître entre 800 et 3 500 exe (...)
  • 2 Le journal officieux du Cercle Sportif de Saigon (CSS) est créé en 1911.
  • 3 Cet ancien major du collège du protectorat de Hanoi est le premier lauréat en langue française, dip (...)

1Depuis la fin du xixe siècle, la presse en Europe et aux États-Unis vit son âge d’or (Charle 2004) et contribue en particulier à la médiatisation des sports, y compris dans les empires coloniaux (Combeau-Mari 2007). Les coloniaux qui s’installent en Indochine avant 1914 fondent des dizaines d’associations sportives dont la vie quotidienne est relatée dans la presse francophone. Ces journaux généralistes français (Marr 1981 : 46) sont les premiers à commenter les activités sportives du Vietnam. Puis, des encarts apparaissent dans certains journaux vietnamiens dès 1919, qu'ils soient francophones tels La Tribune indigène, l’Écho annamite, ou écrits en quốc ngữ tel le Đông Pháp thời báo [les Nouvelles de l’Indochine ]1 (Peycam 2012 : 108). Les titres spécialisés sur les sports sont beaucoup plus rares, les deux piliers de cette presse sont Saigon sportif2 et Bắc Kỳ thể thao [Les sports du Tonkin]. Cependant, toutes les publications, soit 128 quotidiens et 160 revues et bulletins en Indochine en 1939 (Brocheux & Hémery 2007 : 231), ne relatent pas ces pratiques sportives : la revue Nam Phong [Vent du Sud] (Bezançon 2002 : 354), de Phạm Quỳnh3, ignore les sports dès son premier numéro daté du 1er juillet 1917, alors que le Bulletin de la société d’enseignement mutuel du Tonkin y consacre un seul article dans les années 1930.

  • 4 CAOM, FM 5 Slotfom/39, Revue de la presse annamite en langue française (du 16 au 30 juin 1927), Gou (...)

2La presse en Indochine est alors soumise au contrôle de la censure coloniale4 ; parfois des journaux disparaissent à cause de la publication récurrente d’articles anticoloniaux, y compris dans le domaine du sport. Afin d’empêcher la diffusion d’écrits anticoloniaux, la loi sur la presse précise alors que chaque journal d’Indochine doit avoir un citoyen français comme gérant (Peycam 2012 : 77), mais l’usage fait que certains titres ont un propriétaire et un gérant vietnamiens comme Võ Văn Thơm et Ngô Quốc Trinh pour L’Écho annamite (Marr 1981 : 46).

3Les journalistes vietnamiens auxquels notre article est dédié sont membres des catégories sociales moyennes et supérieures urbaines et sont issus de l’enseignement franco-annamite. Ils font fréquemment de la politique et leur parcours personnel mêle souvent presse et littérature. La principale difficulté pour un chercheur est d’identifier les auteurs des articles qui, soit les signent, de temps en temps, soit utilisent un ou plusieurs pseudonymes. Seul le nom du gérant figure sur les journaux, pas ceux de ses collaborateurs, et donc pas systématiquement les noms des auteurs des articles.

  • 5 Ce qui provoque la fermeture des journaux et un très fort turn-over allant de 31 % au Tonkin à 41 % (...)

4Cette presse est souvent citée dans les travaux portant sur les transformations politiques car elle est un témoin incontournable des métamorphoses de l’Indochine entre 1917 et 1939. David G. Marr précise que La Tribune indigène est conçue comme une arme politique et économique aux mains d’une bourgeoisie vietnamienne s’inspirant de l’exemple des colons (1981 : 45). Ce chercheur précise par ailleurs que les journaux vietnamiens utilisaient des stratégies différentes pour assurer leur survie, allant de l’alignement sur les thèses politiques des colons à l’affrontement direct avec ces derniers5. Cette presse d’opinion connut alors un essor remarquable selon Pierre Brocheux et Daniel Hémery (2007 : 230), surtout pour les titres publiés en vietnamien.

  • 6 Gilles de Gantès (1993 : 69-82) ; Huỳnh Văn Tòng (1973) ; Trần Huy Liệu (1959 : 8-26).

5Alors que la presse d’opinion a été abondamment analysée6, les études concernant la presse sportive sont beaucoup plus rares. Philippe Peycam ne s’attarde pas sur ce thème, le mot « sport » n’est cité que deux fois dans son livre (2012 : 144, 252), alors que de nombreux acteurs vietnamiens de la scène politique saïgonnaise dont il parle jouent un rôle clé dans l’essor de ces activités. Nguyễn Văn Ký analyse quelques revues féministes au Tonkin et une caricature extraite de la revue Phong Hóa [Les mœurs] présentant des tenniswomen (Nguyễn Văn Ký 2003 : 225-226). Mais peu de chercheurs ont analysé la ligne éditoriale, les stratégies et l’impact de ces titres concernant les sports alors qu'il s’agit d’un domaine culturel essentiel. Nous employons l’adjectif essentiel car la diffusion des sports modernes au Vietnam a joué un rôle déterminant dans l’invention des nouvelles élites locales, au cours d’un processus encadré et encouragé par les hauts fonctionnaires coloniaux en poste à Hanoi afin d’éviter le développement de la contestation politique. La pratique du tennis ou du football est alors devenue un marqueur social et un indice d’occidentalisation d’une fraction infime de la société vietnamienne, celle qui domine les assemblées politiques créées par la France, concentre une partie du pouvoir économique et tente de préparer, pour certains, l’indépendance du Vietnam.

6Une partie de ces élites se transforme progressivement en acteurs et promoteurs d’une émancipation intellectuelle et physique, comme l’a démontré récemment Brice Fossard dans sa thèse consacrée aux sports en Indochine (2017). Ces élites incarnent la troisième phase de l’acculturation que ce chercheur appelle l’altérité dominante. Il s’agit du processus d’inversion de la hiérarchie coloniale qui se réalise en trois étapes (Fossard 2021 : 94-115). La première concerne l’infériorisation des colonisés. Elle est suivie d’une seconde étape au cours de laquelle les Européens imposent une ségrégation des activités culturelles. Enfin, au cours d’une troisième étape, certaines élites vietnamiennes, refusant le statut d’inférieur que la France leur a assigné, tentent de s’approprier le statut de dominant grâce à des pratiques sportives agonistiques (Bromberger 1995 : 5-12). Nous allons tenter de démontrer que la presse vietnamienne a joué un rôle non négligeable dans l’élaboration de cette altérité dominante. Car cette presse, tout en relatant des évènements sportifs, développe une certaine forme d’individualisme et participe à la diffusion d’un nouveau mode de vie.

  • 7 Philippe Peycam (2012) ; Brice Fossard (2022).

7L’arrière-plan politique, la politique d’association coloniale de Joost Van Vollenhoven à Pierre Pasquier ou l’essor du nationalisme modéré au Vietnam, n’est pas l’objectif de cet article mais uniquement la toile de fond des évènements culturels dont il sera question ici. De nombreux travaux ayant déjà analysé les arcanes de la vie politique au Vietnam, nous recommandons aux lecteurs et lectrices de cette étude de consulter deux livres en particulier7.

8Cet article vise donc à compléter l’historiographie et répondre à la problématique suivante : en quoi la presse sportive vietnamienne a-t-elle contribué à l’élaboration du processus d’altérité dominante ?

9Dans une première partie, nous allons analyser comment la presse vietnamienne rend compte des changements culturels au Vietnam dans le domaine des sports avant la Seconde Guerre mondiale ; ensuite, dans une deuxième partie, nous allons expliquer comment les journaux vietnamiens se sont transformés en vecteur des transformations sociales, incitant ouvertement leurs lecteurs à pratiquer ces activités et à utiliser des biens de consommation venus d’Occident.

10Les sources utilisées proviennent des centres d’archives du Vietnam (Hà-Nội, Đà-Lạt, Hồ-Chí-Minh-ville), de la Bibliothèque nationale de France et de la bibliothèque de Dinan, la ville qui a vu naître Auguste Pavie. La Bibliothèque nationale du Vietnam à Hanoi, quant à elle, a conservé une partie de la presse de l’époque coloniale ; nous y avons lu une vingtaine de journaux différents dont les collections sont désormais en ligne8. Dix-huit sont écrits en français et sont des quotidiens ou des hebdomadaires généralistes, un seul, Saïgon sportif, couvre presque toute la période allant de 1911 à 1944.

  • 9 Ce journal est installé 3 rue du Chanvre (Hanoi).
  • 10 Cet organe de presse installé 44 rue des Pamiers (Hanoi) a pour devise « Pour la Patrie, pour le Ro (...)

11Ensuite, nous avons utilisé cinq journaux vietnamiens francophones. Le premier est La Tribune indigène, l’organe du Parti constitutionnaliste indochinois, créée en 1917 par Nguyễn Phú Khai et Bùi Quang Chiêu. Ce journal se plaint régulièrement de la lenteur des réformes administratives. Le second est L’Écho annamite, créé par l’administration coloniale en 1919 pour contrer l’influence de La Tribune indigène, dont le directeur est Nguyễn Phan Long, fils de mandarin, diplômé d’études primaires supérieures et ancien employé des douanes ; ce titre de presse promeut une occidentalisation de la société vietnamienne, à commencer par ses élites. Les trois autres journaux, Annam nouveau (1931-1940) dirigé par Nguyễn Văn Vĩnh9, La Patrie annamite, dirigée par Phạm Lê Bổng10, et France-Annam soutiennent la collaboration franco-vietnamienne, la monarchie vietnamienne et font la promotion de la modernisation du Vietnam.

  • 11 Ce journal appartient au colon Henry de la Chevrotière.

12Puis, nous avons complété cette analyse en utilisant les articles du Bắc Kỳ thể thao (1930-1931), magazine sportif politiquement neutraliste ; nos autres informations sont extraites du Công luận báo [l’Opinion publique] (1922-1939), du Đông Pháp thời báo (1923-1928), du Phụ nữ tân văn [le Journal des Femmes] (1929-1934), journal féministe proche de la gauche communiste, et enfin du Trung lập báo [Neutralité]11 (1924-1933) dont nous n’avons pas pu consulter la collection complète, certains articles ayant été censurés par ailleurs.

La presse, le miroir des changements culturels

13Dans cette première étape, nous allons mettre en évidence le fait que les activités sportives sont d’abord relatées par les journaux avec un véritable souci du détail, les articles étant agrémentés de commentaires révélant certaines facettes des mentalités coloniales.

14L’article le plus ancien que nous ayons trouvé figure dans les colonnes du Courrier de Saïgon daté du 10 avril 1888. À cette époque, les coloniaux qui rédigent les premiers journaux entendent retranscrire toutes les activités des expatriés français, surtout celles qui fédèrent les élites coloniales, les courses hippiques en 1888. Cette activité est très présente dans les journaux car il s’agit de la première activité ludique des Européens en Indochine, à l’instar de la Polynésie (Leloup 2007 : 88).

15L’activité du Cercle Sportif Saïgonnais (CSS), le plus important club de Cochinchine depuis 1902, apparaît dans un journal de la presse coloniale française, Le Courrier saïgonnais, mais les articles ne sont pas regroupés avant 1914 dans une rubrique réservée aux sports. De plus, en dépit de sa notoriété, ce journal local ne cite pas toutes les activités dudit club. Quelques dossiers entreposés aux archives de Hồ-Chí-Minh-ville ont alors permis de combler cette lacune. Au nord du Vietnam, au Tonkin, les lecteurs francophones ont le choix entre 5 titres quotidiens : L’Avenir du Tonkin, (8 pages) ; Le Courrier d’Haiphong, (6 pages), ou L’Indépendance tonkinoise, (4 pages), Le Petit tonkinois et L’Indo-chinois, (4 pages, trihebdomadaire à Hanoi). Mais, avant la Grande Guerre, il n’existe toujours pas de journal sportif dans ce protectorat. Parfois, des encarts intitulés « Sports » apparaissent dans Le Courrier d’Haiphong ou L’Indépendance tonkinoise en 1910.

16Ces journaux s’informent des évènements en allant chercher l’information auprès de la Commission Sportive Interclubs (CSI) à Saigon ou en étant contacté par les clubs à Hanoi. Un journaliste du Courrier saïgonnais récupère alors le compte rendu des décisions de la CSI. La Tribune indigène a un mode de fonctionnement différent : le journal n’envoie pas un reporter qui assiste aux matchs en janvier 1919, il demande aux capitaines d’équipes de lui envoyer les résultats et les comptes rendus des rencontres. Le Đông Pháp thời báo dispose quant à lui d’un réseau de correspondants en province (Peycam 2012 : 109), à l’instar des journaux de métropole.

La presse et les premiers évènements sportifs

  • 12 Le poste de Kinh lược sứ a été créé en 1886 par l’empereur Đồng Khánh. Par les fonctions de ce post (...)
  • 13 Centre des archives n°1, Hanoi, D 62 8144, Société de tir, d’escrime et de gymnastique.

17Saigon, Hanoi et Hải-Phòng sont les villes les plus dynamiques dans le domaine des activités sportives organisées par et pour les coloniaux au tournant du siècle. En effet, les archives de la Société de tir, d’escrime et de gymnastique de Hanoi (1892) révèlent l’absence quasi totale des Vietnamiens : un seul est cité parmi les membres d’honneur, le Kinh lược (vice-roi du Tonkin12). Un autre apparaît dans la liste des membres du comité de patronage, le Tổng Đốc (le gouverneur vietnamien) et aucun parmi les membres actifs13.

  • 14 Le Courrier d’Haiphong, 15 juin 1912, p. 2.

18Au début du siècle, le calendrier sportif de Saigon est géré par la CSI. Une dizaine de sociétés sportives, civiles et militaires, quasiment toutes françaises hormis le Chinese club et l’Étoile de Gia-Định, se rencontrent chaque semaine pour organiser les championnats et valider les résultats des compétitions. Au Tonkin, ce sont les courses cyclistes sur piste qui attirent le plus le public avant 1914, et la presse quotidienne française nous apprend que le vélodrome Puginier à Hanoi est équipé d’éclairage moderne, rendant le spectacle encore plus intéressant14.Pourtant, si la CSI fait preuve de peu de dynamisme, Le Courrier saïgonnais critique alors son apathie et se justifie en déclarant que les activités sportives sont nécessaires pour fédérer les coloniaux français et leur permettre de mieux résister au climat tropical. Il en va de même au Tonkin où Le Courrier d’Haiphong du 2 juin 1912 réclame « plus de sport pour égayer les dimanches ». Cette presse coloniale se donne donc un rôle d’aiguillon en incitant les instances administratives à s’investir beaucoup plus généreusement dans ces activités culturelles.

19Les activités sportives sont peu nombreuses pendant la Grande Guerre car l’armée réquisitionne les jeunes coloniaux, privant les clubs de leurs meilleurs éléments. Par ailleurs, si des clubs de football autochtones apparaissent, ils n’ont pas encore l’autorisation de concourir dans le championnat officiel de Cochinchine avant la fin de l’année 1918.

20La Tribune Indigène fait paraitre son premier numéro le 20 août 1917, cinq mois après que le championnat de football de Cochinchine ait été remporté pour la première fois par une équipe vietnamienne. Ce journal n’a donc pas pu commenter cet évènement qui inaugure une nouvelle ère du sport pour les Vietnamiens.

  • 15 Saigon Sportif, 19 janvier 1918, p. 6, et à nouveau le 3 août 1918, p. 3.

21En 1918, la presse coloniale redouble de critiques à l’encontre de la CSI qui serait selon elle, moribonde, dénuée de volonté et d’énergie15. En novembre 1918 pourtant, le gouverneur de Cochinchine autorise les clubs vietnamiens à avoir un championnat particulier, ce qui ravit les équipes autochtones. Ces nouveaux sportifs vietnamiens, restés en Indochine entre 1914 et 1918, sont rejoints par les régiments partis en France où certains ont continué à jouer au football. Certains soldats ou ouvriers indochinois sont revenus de France en 1919 avec une expérience sportive qu’ils communiquent à leurs jeunes voisins ou amis. Saïgon sportif, journal colonial publié en français, relate ces moments inédits de partage autour du football qui sont autant d’indices d’acculturation aux sports occidentaux :

  • 16 Saigon sportif, 22 mars 1919, p. 2.

L’écho nous est venu parfois des rencontres d’association auxquelles prenaient part les Annamites en service dans la métropole ; avec surprise nous avons appris qu’ils avaient infligé au club local de Mulhouse la raisonnable pile de 6 à 1 [?] et nous savons aussi que la Cité des Violettes a été moins tendre pour eux car ils ont dû baisser pavillon devant les gars de la Garonne16.

  • 17 Le Courrier d’Haiphong, 21 janvier 1919, p. 3.

22La Tribune Indigène, quant à elle, ouvre largement ses colonnes aux activités sportives en 1919, dans une atmosphère très favorable aux sports. En effet, comme nous l’avons signalé précédemment, le retour au pays de chaque régiment de tirailleurs annamites donne lieu à des réjouissances comportant un match de football. Les foules vietnamiennes sont alors de plus en plus attirées vers les terrains de sport, n’hésitant pas à braver les intempéries pour aller au stade, selon un reporter17.

23La presse sportive informe le public vietnamien des horaires et lieux des matchs et devient progressivement une référence littéraire pour des pratiquants et des supporters qui aiment à retrouver dans leur journal des commentaires sur leur équipe favorite.

24Le football est d’abord une activité urbaine puis rurale car il apparaît dans certains villages au nord du Tonkin, près de la frontière chinoise. Les journalistes sportifs travaillent sur un domaine en plein essor au Vietnam et publient pour un public composé de citadins Français ou de francophones, amateurs de tennis, cyclisme ou football. La concurrence entre les titres oblige les comités de rédaction des journaux à aller chercher l’information partout dans les provinces du Vietnam, y compris dans les provinces les plus reculées. C’est ainsi que Les Sports de l’Indochine française publient le 28 juin 1924 une information qui n’est reprise par aucun concurrent : le football se développerait dans les villes de garnison au nord Tonkin, y compris dans les villages proches. Cet engouement serait dû, si l’on se fie au journaliste, aux militaires coloniaux dont les efforts sont relayés par des adultes, vietnamiens et chinois. Cette dynamique, saluée par le journal, semble pérenne car de très jeunes Vietnamiens assistent aux matchs et imitent les gestes des aînés en tapant dans une noix de coco.

La presse, vecteur d’une nouvelle culture

25En lisant les articles en langue vietnamienne, nous constatons que les journalistes font beaucoup d’efforts pour traduire le vocabulaire sportif. Đông Pháp thời báo est un exemple représentatif car ses journalistes emploient aussi des mots techniques traduits en vietnamien. Dans ce journal, nous trouvons aussi les mots français « demi-centre », « avant-centre », « corner », « avertissement », « set », « service », « jeux » ; dans le numéro du 21 mars 1924 comme dans les colonnes du Bắc Kỳ thể thao du 11 janvier 1930 le mot « sportman » n’est pas traduit, pas plus que l’expression « le forfait ». En tennis, certaines expressions techniques telles que « service », « couloir », « volée placée » sont publiées en français.

  • 18 Phụ nữ tân văn, ces expressions apparaissent le 13 juin 1929, le 21 avril 1932, le 1er décembre 193 (...)

26De son côté, le journal Phụ nữ tân văn cite la traduction et le mot original en français afin de diffuser les vocabulaires sportifs en vietnamien. Par exemple, banh vợt (tennis), hội banh tròn (foot-ball association), Pingpong (tennis de table), tốp (équipe)18.

  • 19 Le Courrier de Saigon, 13 janvier 1908, p. 2.

27Ces expressions étrangères contribuent à l’acculturation sportive des Vietnamiens et leur maîtrise, rendue possible grâce à la presse, donne une nouvelle identité à ces personnes : les joueurs et les journalistes se démarquent alors nettement des autres Vietnamiens par une langue importée, tout autant que par de nouvelles pratiques (il faut au minimum quatre mois à un nouveau club pour préparer ses joueurs et leur inculquer les règles et les schémas de jeu19), et un nouveau réseau de sociabilité pour les jeunes sociétaires d’un club de sport.

28La presse coloniale puis les titres en vietnamien remplissent dont une mission essentielle : vulgariser des activités de loisirs à destination de nouveaux publics et surtout d’un lectorat peu au fait des questions sportives. Si les adhérents des clubs de sport découvrent généralement ce vocabulaire et les règlements au sein de leur association, le grand public, lui, est informé par voie de presse, celle-ci devenant en quelque sorte une école du peuple.

  • 20 Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, M 8996, Fédération Sportive du Tonkin.

29En métropole, les années 1890-1914 sont celles d’une « phase d’acculturation sportive pour des spectateurs qui découvrent les règles et les enjeux des sports avec ballon » (Clastres & Dietschy 2006 : 65). Il en va de même au Vietnam pour certains coloniaux, puis des Vietnamiens de plus en plus nombreux qui découvrent les sports et les règles qui les encadrent. Parmi celles-ci figure en bonne place le respect de l’adversaire et du public car la violence est fréquente sur les terrains de football. La Fédération sportive du Tonkin tente de corriger ce dysfonctionnement, très souvent cité par la presse, en indiquant que « les capitaines d’équipe sont priés d’interdire à leurs équipiers toute expression grossière et tout mot ou tout geste contraire aux convenances ». Une échelle de sanctions est annoncée dans ses statuts en 1935 (tirés à 500 exemplaires), allant de l’exclusion temporaire à la disqualification complète du championnat20. La lecture des journaux publiés à la fin des années 1930 révèle alors une diminution des occurrences liées à ce sujet. Cependant, cette violence ne disparaît pas totalement, en dépit des efforts conjugués des organes de presse, vietnamiens et français, et des fédérations et clubs de football.

Sociologie des sportifs vietnamiens

30Une nouvelle sociabilité urbaine apparaît dès avant la Grande Guerre, structurée autour de clubs ou de cercles, irriguée par la presse qui relate des exploits sportifs, individuels ou collectifs. À l’issue de la Première Guerre mondiale, des Vietnamiens de plus en plus nombreux se passionnent pour les sports, au moment même où des journaux vietnamiens apparaissent et tentent de pérenniser leur action en fidélisant un lectorat. Les sports semblent être un point de convergence entre des pratiquants et de jeunes médias si l’on se fie à cette déclaration lue dans La Tribune Indigène : elle décide d’ouvrir plus largement ses colonnes aux comptes rendus sportifs car ses lecteurs le réclament. Le public qui achète ce journal se compose de coloniaux et de Vietnamiens francophones urbanisés. Ce sont des enseignants, des membres de la classe moyenne comme les fonctionnaires des administrations coloniales, des diplômés de l’enseignement franco-annamite et enfin des femmes dans les années 1920-1930 (Peycam 2012 : 77). Ce qui signifie que La Tribune Indigène, tout comme L’Écho annamite, sont les porte-parole d’une bourgeoisie occidentalisée qui se met en scène et orchestre sa prééminence sociale, y compris par les nouveaux loisirs qu'elle pratique. La même stratégie est en cours dans l’empire des Indes britanniques, avec certaines fractions des élites indiennes qui tentent de monter dans la hiérarchie sociale en imitant les loisirs des élites coloniales (Sen 2015 : 93), et en Chine avant la Grande Guerre (Boucher 2008 : 60).

31Il n’y a pas de titre spécialisé au Vietnam pour le cyclisme car le nombre de lecteurs potentiels devait être trop faible. Ce sont donc des titres généralistes comme Le Courrier d’Haïphong ou L’Indépendance tonkinoise qui relaient les informations et stimulent les équipes et les coureurs. À titre de comparaison, signalons qu'en France après la disparition du Vélo en 1904, les amateurs de bicyclette ont quatre titres disponibles (Poyer 2007 : 344). Au Vietnam, les lecteurs du Courrier d’Indochine du 11 juillet 1909 apprennent par exemple que les courses sont récompensées par des prix en argent ou en nature, ce qui peut être une motivation pour commencer cette activité : des cyclistes vietnamiens s’inscrivent donc pour une épreuve qui leur est réservée le 14 juillet 1909 à Hanoi. Si les journaux tonkinois n’ont pas créé de « classiques » avant la Grande Guerre, comme leurs confrères en France avec Bordeaux-Paris par Le Véloce-sport ou Paris-Brest-Paris par Le Petit journal en 1891, au moins donnent-ils toutes les informations d’avant course et un compte rendu très détaillé en 1910 par exemple. Ainsi le Vietnam entre-t-il dans l’ère des courses, des records et des défis entre clubs ou champions.

  • 21 L’Indépendance tonkinoise, 12 juillet 1922, p. 2.
  • 22 Saigon sportif, 11 janvier 1919, p. 5 et 18 janvier 1919, p. 4.

32Le samedi 8 juillet 1922, les coureurs vietnamiens sont même plus nombreux que les Français à Hanoi : « On y remarque de nombreux indigènes, il va falloir prévoir bientôt plusieurs courses pour eux » constate le journaliste de L’Indépendance tonkinoise qui en dénombre onze contre moins de dix pour les Français21. Ces courses sont dotées de prix intéressants, selon Le Courrier d’Haiphong en date du 25 avril 1924, tels des vélos « Alcyon » et son modèle « Tour de France » décerné au vainqueur de la course sur route Hải Phòng-Đồ Sơn. En Cochinchine cette fois, d’autres sportifs vietnamiens s’adonnent à la bicyclette qui connaît un deuxième succès après celui de l’immédiat avant-guerre. Cet engouement est tel que les coureurs européens sont parfois quatre fois moins nombreux que les autochtones, mais ils ne sont toujours pas engagés dans une course unique22. Les primes en argent des Vietnamiens vont de cinq à vingt-cinq piastres mais sont inférieures à celles des Européens. En dépit de cela, le nombre d’engagés autochtones ne cesse de croître. Ce sport populaire gagne aussi les campagnes au début des années 1920 au Tonkin. La course aller-retour Hà Nội-Nam Định a été un immense succès selon le journal des Sports de l’Indochine française daté du 15 décembre 1923 :

[…] auprès des indigènes et des Européens. La population rurale surtout s’y est vivement intéressée. Jusqu’à présent seules les villes de Hanoi, Haiphong et Saigon pourvues de vélodromes pouvaient offrir à leurs habitants le spectacle toujours passionnant de courses […]. Il est évident qu’il ne s’agit pas de faire de chaque Nha que un coureur cycliste, mais simplement arriver à répandre parmi la population indigène des campagnes autant que des villes le goût de la bicyclette. Le sport cycliste est aussi utile qu’agréable. C’est un sport complet qui développe l’énergie, la volonté. Au contraire de bien d’autres sports, il n’exige pas de ceux qui le pratiquent une musculature extraordinaire : il convient donc particulièrement à l’annamite qui malgré son aspect généralement chétif, est très résistant. Le coureur Bong [est arrivé 2e à Namdinh et a prouvé qu’il pouvait rivaliser avec les Européens].

33Si nous comparons avec l’Algérie, nous voyons tout de suite l’antériorité du phénomène des courses cyclistes au Vietnam, car en Algérie il faut attendre 1924 pour voir apparaître la première course : il s’agit d’un critérium organisé par le journal L’Écho d’Alger (Dine 2010 : 113). Cinq ans après a lieu un éphémère Tour d’Algérie.

La promotion du sport-santé

  • 23 Le Courrier d’Haiphong, 5 février 1910, p. 2. Cela correspond à une époque de réforme des mœurs en (...)

34Le premier article d’un journal, dont nous ayons connaissance au Vietnam, incitant les coloniaux à faire du sport date de 1910, soit une vingtaine d’années après la fondation des premières sociétés de sport. Le journaliste du Courrier d’Haiphong justifie cette injonction en précisant que ces activités ne sont pas onéreuses, qu'elles évitent d’aller dans les fumeries, donnent la bonne humeur et la bonne santé23. Dix ans plus tard, les premiers journaux vietnamiens qui s’intéressent aux sports lui emboitent le pas. Il semble, selon Nguyễn Văn Ký, que ces journalistes vietnamiens se passionnent pour les changements sociaux qui affectent leurs contemporains, signe qu’un esprit nouveau se crée (Nguyễn Văn Ký 2003 : 99). Certains journalistes vivent même ce phénomène de l’intérieur comme Nguyễn Văn Thời et Nguyễn Văn Chu, à la fois équipiers de l’Étoile de Gia-Định et employés de La Tribune indigène, un organe très actif dans la diffusion des sports.

35Dès le 9 décembre 1920, L’Écho annamite s’intéresse aux sports, surtout dans un but prophylactique afin de trouver des remèdes aux maux qui affectent les Vietnamiens :

Les ravages causés par la tuberculose dans les centres populeux sont effrayants. Nos employés et nos fonctionnaires qui mènent une vie sédentaire, paient un tribut de plus en plus lourd à ce mal implacable. Le salut réside dans une pratique régulière des sports. C’est en pensant à cette catégorie très intéressante d’adhérents éventuels de la nouvelle société, qui constitue du reste la grosse majorité, que nous avons cru devoir suggérer à ces fondateurs de leur en faciliter l’accès autant que faire se peut.

  • 24 Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, P 682, Guide pratique d’exercices physiques et de jeux s (...)

36Ces conseils s’inspirent de l’action de Nguyễn Quý Toản, le fondateur de l’École d’éducation physique de Hanoi, dont l’ambition est d’améliorer la santé des Vietnamiens grâce aux exercices physiques et aux sports (Larcher-Goscha 2003 ; Fossard 2022). La Tribune indigène s’empare aussi de ce thème et publie un long article en première page le 10 janvier 1922, vantant les mérites d’une telle entreprise. Ces deux exemples illustrent le fait que le transformisme de Lamarck a gagné certaines fractions des élites urbaines vietnamiennes : ces dernières ont intégré l’idée selon laquelle les êtres vivants peuvent s’améliorer par l’inculcation de bonnes habitudes comme le sport. Cette École d’éducation physique d’Hanoi prolonge ainsi la démarche de nombreuses entreprises métropolitaines qui tentent une réforme sociale par la transformation des corps (Saada 2007 : 92). En effet, elle propose à ses adhérents des cours de gymnastique, des activités sportives, des conseils médicaux24 et surtout un suivi sanitaire ; les transformations physiques des sportifs sont notées sur des fiches individuelles afin de vérifier l’exactitude des hypothèses des fondateurs de l’école quant aux bienfaits des activités physiques.

  • 25 Annam nouveau, 16 mai 1937, p. 1 : “les loisirs de l’enfant et de l’adolescent “ et 23 mai 1937, p. (...)
  • 26 Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, M 92722, Cercle Sportif Annamite, Règlement intérieur du (...)

37Les parents vietnamiens lisent dans la presse des articles qui les exhortent à envoyer leurs enfants vers les aires de sport : l’enfant se forme grâce à la lecture et aux sports dont la pratique est impérative après l’école, un jeune vietnamien doit avoir des moments de détente, deux fois par semaine, avec des sports pour développer son esprit d’initiative et une discipline25. Toute cette publicité autour de ces nouvelles activités est faite pour attirer de nouveaux pratiquants, ce qui correspond aux objectifs des associations sportives vietnamiennes. Il semble donc que des titres de presse vietnamiens marchent de concert avec des clubs de sport lorsqu’il s’agit d’attirer un nouveau public vers ces activités physiques. Par exemple, le Cercle Sportif Annamite de Saigon (CSA) précise dans ses statuts les conditions financières préférentielles proposées aux « élèves d’une école publique ou privée qui désirent jouer au tennis » et ce « dans le but de développer le goût et l’amour du sport26 ».

  • 27 Annam nouveau, 8 décembre 1935, p. 3 : La lourdeur des programmes scolaires entraine la décadence (...)
  • 28 Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, P 682.

38Le thème de la décadence de la « race » revient fréquemment dans les sources que nous avons consultées27. Les enfants vietnamiens doivent donc bénéficier de temps de détente afin que le corps se développe autant que l’esprit, grâce à des jeux, des activités de plein air et des sports, selon la presse vietnamienne. L’École fondée par Nguyễn Quý Toản développe la même stratégie en précisant que « la culture du corps […] discipline l’élève et le repose du travail intellectuel », ces exercices devant permettre « de fortifier le caractère, enfin de préparer des hommes forts28 ».

39Pour ce faire, le Đông Pháp thời báo diffuse le 28 mars 1924 les comptes rendus des championnats scolaires organisés par Hội Ngoại giáo hộ học [le patronage laïque], et met en valeur les propagandistes du sport vietnamiens comme Trương Văn Bền, industriel, membre du Conseil colonial et mécène, qui offre un trophée en cuivre au champion. Améliorer la santé de la nation par le sport est une stratégie que l’on retrouve en Chine au mitan des années 1920, un journal local déclarant que « le sport est une potion magique pour soigner notre nation endormie et décrépie » (Boucher 2008 : 61). Ce thème est donc l’une des préoccupations communes à certaines fractions des bourgeoisies asiatiques occidentalisées, vietnamiennes ou chinoises, lorsqu’elles réfléchissent à leur place dans un univers dominé par des nations étrangères.

La presse vietnamienne au cœur des transformations sociales

  • 29 Le premier cité est un hebdomadaire, 46 rue Lagrandière, Saigon. Le deuxième, également un hebdomad (...)
  • 30 Si le gouverneur de Cochinchine l’autorise, L’Écho des Sports Indochinois, 25 février 1925, p. 1.

40Les années 1920 voient arriver de nouvelles publications spécialisées telles Sports d’Indochine, Les Sports de l’Indochine française, enfin L’Écho des Sports Indo-Chinois29 publié en trois langues : français, annamite et chinois30.

41Les Vietnamiens, amateurs de football, peuvent également découvrir les règles de ce sport dans leur langue maternelle grâce au livre de Phạm Văn Tiếc (1925), vendu au prix de quarante centimes. Voici comment sa parution a été signalée par L’Écho annamite le 8 janvier 1926 :

  • 31 L’élite médicale se préoccupe de la jeunesse autochtone.

Les sports jouissent en Cochinchine dans les milieux indigènes, d’une vogue croissante. Parmi ceux pratiqués, le football, qui permet à nos compatriotes de mettre en valeur leurs aptitudes morales et physiques, connait une faveur toute spéciale.
Nous venons d’avoir le plaisir de parcourir avec le plus vif intérêt, une brochure en quoc-ngu concernant ce sport. L’auteur a traité le sujet en médecin et en sportsman averti. C’est en effet M. Pham Van Tiec31, médecin de l’Assistance actuellement à Chaudoc, ancien capitaine de l’association sportive de l’École de médecine de Hanoi. Nos cordiales félicitations à M. Pham Van Tiêc pour la façon simple et claire dont il a écrit sa brochure, qui atteint pleinement son but de vulgarisation. Nos compatriotes fervents du ballon rond la liront avec profit.

42Ces incitations à faire du sport sont liées au désir de voir le Vietnam se hisser au niveau des nations dominantes, Europe, États-Unis et Japon. C’est le sens d’un article très optimiste paru le 14 mars 1922, écrit par Nguyễn Phan Long, dont le nom de journaliste est Văn Thế Hội :

Un Annamite sera bientôt capable de battre un Européen ou un Américain au tennis, ce qui fera connaître l’Indochine partout dans le monde ; le peuple annamite aura lui aussi sa renaissance grâce à la vigueur intellectuelle et physique que lui a insufflé le génie français. (Peycam 2012 : 94.)

  • 32 Le Courrier de Saigon, 8 janvier 1925.

43Mais, si un article se permet de lier exercices physiques et indépendance nationale, tant souhaitée par certains Vietnamiens, il est aussitôt censuré comme ce fut le cas pour le Đông Pháp thời báo en mai 1925 (Larcher-Goscha 2003 : 26), ce que P. Peycam a omis de signaler (Peycam 2012 : 142). L’administration coloniale accepte que des Vietnamiens fassent du sport pour leur plaisir mais refuse que ces activités puissent conduire à une quelconque émancipation. Ce projet est pourtant en passe de se réaliser sur le plan sportif car en 1925 presque tous les clubs vietnamiens de football, menés par l’Étoile de Gia-Định, font sécession d’avec les clubs coloniaux (Fossard 2021 : 94-115). Le président de l’Étoile de Gia-Định qui dirige cette fronde est Hồ Văn Trung, journaliste au Đông Pháp thời báo32 .Ce journal propose un supplément « sport » à ses lecteurs à partir de février 1928, avec des articles portant sur les techniques sportives, dénués de considérations indépendantistes toutefois.

44La création la plus remarquable en vietnamien intervient alors en 1930 avec la parution du Bắc Kỳ thể thao qui est totalement consacré au développement des sports et du scoutisme. Ce journal se considère comme l’organe de diffusion des sports modernes dans les rangs des élites vietnamiennes européanisées qui cherchent à rompre avec la tradition. Mais, désormais, la minorité francophone aisée n’est plus la seule visée. Ce journal a de nouveaux lecteurs, non bilingues, attirés par un prix de vente attrayant, trois centimes de piastres par numéro. Un prix de vente aussi faible permet aux moins aisés de se le procurer, notamment les élèves, qualifiés d’avenir du sport du Vietnam dans le numéro du 26 mai 1931.

45Ce nouveau journal diffuse des informations sur les techniques sportives et donne une large place aux comptes rendus des matchs. Le ton employé, la précision des articles consacrés aux théoriciens européens des sports tel Thomas Arnold, la manière de rendre compte d’une dynamique au Vietnam et les compliments sur les qualités intrinsèques des Vietnamiens, révèlent le parti pris du journal, totalement engagé dans cette entreprise de transformation de la société, à partir de ces élites. Il est fréquemment rappelé que les peuples forts sont aussi sportifs, montrant ainsi dans quelle voie le Vietnam doit s’engager. Les lecteurs vietnamiens ont entre les mains une bible des sports qui leur permet de découvrir les activités, le style des champions européens et vietnamiens, d’apprendre les gestes parfaits grâce à des photographies de joueurs évoluant au Vietnam et des schémas de jeu inventés en Europe. Ils peuvent ainsi se comparer à eux et progresser dans ces activités agonistiques. Sa longévité illustre le fait que ce journal a trouvé son public dans tout le Vietnam, dans les villes de Cochinchine, d’Annam et du Tonkin.

  • 33 Đông Pháp thời báo, 20 octobre 1927, p. 7 et le Đông Pháp thời báo, 16 février 1928.

46Un autre public est ciblé par les propagandistes du sport au Vietnam, les Vietnamiennes. Elles sont exhortées par certains journalistes vietnamiens à faire des exercices physiques et du sport pour être aussi fortes que les hommes et vaincre les obstacles de l’existence. Pour les convaincre, le Đông Pháp thời báo diffuse des photographies de sportives chinoises ou européennes33, tout comme son confrère féministe, Phụ nữ tân văn. Cet hebdomadaire, fondé par Nguyễn Đức Nhuận et son épouse Cao Thị Khanh, affiche le même objectif dans les pages du 13 juin 1929, précisant que les femmes, en tant que procréatrices, doivent être en très bonne forme et peuvent l’être grâce aux sports. Le même thème figure à nouveau dans les journaux en 1930 alors que la presse vietnamienne se divise sur l’utilité du sport pour les femmes. La conclusion de la journaliste Nguyễn Đức Nhuận est sans appel : sans sport, la race vietnamienne restera faible. Elle exhorte donc les Vietnamiennes à ne pas hésiter et à ne pas écouter les conservateurs :

  • 34 Phụ nữ tân văn, 24 décembre 1930, p. 12.

Ce journal a beaucoup d'articles qui encouragent les femmes à faire du sport. Aujourd’hui, nous avons vu que quelques endroits ont répondu à notre appel, nous sommes très heureuses et espérons que nous le verrons de plus en plus et un jour, toutes les femmes de chaque province, de chaque district comprendront les bienfaits du sport et l’exerceront34.

  • 35 Phụ nữ tân văn, 21 avril 1932, p. 21-22.
  • 36 Phụ nữ tân văn, 1er juin 1933, p. 22.

47Les femmes sont donc invitées à participer à des championnats de tennis et Ping-pong organisés à Saigon lors de la foire en mai 193235. Une dizaine de concurrentes a répondu à l’appel et le journal cite leur nom pour encourager d’autres inscriptions. Les lectrices peuvent parcourir, dans le numéro du 26 mai 1932, le compte rendu de la conférence donnée à cette occasion par Mlle Bùi Thị Út. Son message est autant destiné aux femmes qu’aux maris : avoir une épouse en bonne santé est bien pour elle mais aussi pour sa famille car elle peut alors compter sur sa capacité à devenir mère et sa force de travail. Pourtant, cette propagande en faveur du sport donne des résultats inégaux : alors que des Vietnamiennes jouent au tennis à Đà-Lạt, elles sont absentes des courts du CSA de Saigon36. Mme Nguyễn Thị Kiêm suit de très près les comportements des Vietnamiennes et salue leur retour sur les terrains à Saigon le 25 janvier 1934 à l’occasion d’une compétition organisée par le CSA :

À l’occasion d’une foire organisée à ce stade [celui du C.S.A.], la professeure Nam et la professeure Ất avaient joué en public pour la première fois. Cette fois, au championnat Critérium de Cochinchine, Mlle Bùi Thị Khâm et Mlle Đỗ Thị Nổi, deux infirmières à Biên Hòa, ont fait de la compétition. Mlle Khâm n’a pas tapé très fort, Mlle Nổi a frappé la balle plus fort et attrapé bien des balles. Les dames assises à côté de moi n’arrêtaient pas de les féliciter. Elles disaient que Mlle Nổi a joué hardiment malgré sa première participation à la compétition et qu’elle a de bonnes techniques et qu’on peut attendre beaucoup d’elle.

48Et la journaliste de prophétiser que des joueuses vietnamiennes iront concourir dans des compétitions à l’étranger pour porter haut les couleurs de leur pays. Que de chemin parcouru depuis le 13 septembre 1919, quand La Tribune indigène publiait un article demandant comment il convenait d’appeler les femmes qui font du sport !

49La lecture de Phụ nữ tân văn, écrit en quốc ngữ pour des lectrices vietnamiennes issues des nouvelles catégories sociales urbaines, nous renseigne sur les étapes de l’acculturation sportive de certaines Vietnamiennes et sur les retombées positives escomptées : selon ce journal, l’individualité de la femme est consacrée par la pratique d’une activité sportive, elle n’est plus invisible comme auparavant grâce à ce nouveau mode de vie.

50Les journaux vietnamiens ne se contentent pas de diffuser des messages incitant à faire du sport, ils mettent aussi en garde leurs lecteurs contre les abus que ces nouvelles pratiques génèrent, à l’instar de leurs confrères d’Europe. Ích-Miên demande, dans les colonnes de La Patrie annamite du 2 juin 1934, à ce que les dirigeants des fédérations fassent attention pour préserver la jeunesse, en danger dans certaines activités selon lui, faute d’encadrants compétents suffisamment nombreux. Son confrère de L’Écho annamite, Dốt Đặc [ignare], dénonce les risques pris par certains Vietnamiens, amateurs de la petite reine :

  • 37 L’Écho annamite, 4 juin 1925, p. 1 : Le sport doit rester un loisir pour tous et un métier uniqueme (...)

Les coureurs européens [ont] un métier ou une occupation régulière. C’est en somme pour leur santé qu’ils pédalent. Mais il en va tout autrement pour les Annamites. Bon nombre d’entre eux abandonnent leur métier ou quittent leur emploi, sans regret, pour devenir coureurs professionnels. Ainsi certains menuisiers ou ouvriers qui gagnaient de bons salaires délaissent délibérément leurs occupations pour se consacrer exclusivement à ce sport. Pourtant le cyclisme ne nourrit pas son homme en Indochine où les salaires sont maigres. Cet état de choses résulte de ce que le sport est encore très mal compris chez nos compatriotes des classes inférieures. L’espoir, rarement réalisé d’ailleurs, de conquérir de haute lutte la gloire les rends indifférents aux privations, voire à la misère de leur famille37.

51Ce sujet semble si important qu'il parait en première page et d’autres organes de presse saïgonais s’emparent aussi de ce thème. L’Écho des sports Indochinois, cité par L’Écho annamite du 15 juin 1925, constate les dérèglements que produit l’irruption de certaines activités sportives rémunérées dans les sociétés indochinoises :

Que de déceptions attendent ces jeunes gens qui désertent leurs bureaux ou leurs ateliers pour se consacrer à leur sport favori, dans l’espoir qu’il leur prodiguera profit et gloire.
À ces ambitieux trop intéressés qui n’aiment pas le sport, puisqu’ils n’en connaissent pas les beautés et en fuient l’apprentissage, [il faut leur dire comme Henri Decoin] « le sport ne doit pas être un métier. Il ne possède que bien peu de place de premier ».

52Il convient de remarquer que certains journaux vietnamien et français se retrouvent sur des conclusions identiques : le sport est très positif mais ne doit pas être un mirage sinon il détruit des équilibres économiques et sociaux. Ces mises en garde ont-elles porté leurs fruits ? Totalement, si l’on se réfère à un article de L’Écho annamite publié cinq ans après ces dérives, le 19 février 1930 pour être précis : la Commission Interclubs Annamite (CIA) encadre désormais les aspirants sportifs en leur faisant subir une visite médicale. Désormais des exercices progressifs sont proposés en fonction des aptitudes de chacun. Il semble donc que la presse vietnamienne ait joué un rôle salutaire en dénonçant une dérive et appelé de ses vœux des remèdes, instaurés cinq ans après.

Le Vietnam découvre ses héros

53Cette presse vietnamienne relate les exploits des champions autochtones dès le début des années 1920. À ce moment, personne n’imagine que de simples pratiques d’exercices corporels peuvent modifier les relations entre colonisés et coloniaux et l’image que les colonisés se font d’eux-mêmes. Pourtant la presse vietnamienne modérée ne cesse d’inciter les nouvelles élites locales à faire du sport, ce qui signifie vivre comme les Européens. Ce que l’on peut donc qualifier de concurrence mimétique s’opère quel que soit le comportement des clubs les plus fermés aux Indochinois. Ceux qui préfèrent l’entre-soi colonial et la mise à distance des autochtones offrent malgré tout l’exemple de pratiques d’exercices corporels d’élites dont s’inspirent des Vietnamiens.

  • 38 CAOM, Indochine, Haut-commissariat, SPCE, 375, rapport de la Sûreté générale au Gouvernement génér (...)
  • 39 Saigon sportif, 12 avril 1919, p. 5.
  • 40 Saigon sportif, 18 janvier 1919, p. 5 et Le Courrier saïgonnais du même jour et le numéro du 9-2-1 (...)

54Des élites vietnamiennes francophones créent donc en 1919 leur club de tennis à Saigon, le Cercle sportif annamite (CSA). Nguyễn Kim Đính, directeur du Đông Pháp thời báo et dirigeant de l’Étoile de Gia-Định en est l’un des membres. Tout comme Nguyễn Phan Long, rédacteur en chef de L’Écho annamite (1919-1923), conseiller colonial depuis 1922, premier vice-président vietnamien du Conseil colonial, conseiller municipal de Saigon, propriétaire d’un commerce d’accessoires automobile et de cycles, tennisman amateur38. Le troisième notable vietnamien est Nguyễn Phú Khai : tennisman, arbitre de rugby pour la CSI39, directeur de La Tribune indigène, il est surtout un homme politique favorable à une coopération avec la France afin de hâter son départ du Vietnam. Naturalisé français, titulaire d’un diplôme d’ingénieur, il incarne le prototype du Vietnamien acculturé aux sports et proche de la culture occidentale la plus moderne. En 1919, il devient une référence tennistique incontournable en Cochinchine en devenant champion de tennis de deuxième série40. Ces trois acteurs essentiels de la vie sportive et politique énoncent l’idée selon laquelle le sport peut rénover leur pays et modifier le rapport de force colonial. Ces leaders politiques adoptent la même stratégie que certaines élites indiennes pour lesquelles le sport offre une arène permettant de défier un empire colonial (Sen 2015 : 57).

  • 41 L’Écho annamite, 11 mars 1922.

55La presse vietnamienne relaie positivement cet essor massif des sports en Cochinchine, surtout dans le domaine du tennis où apparaissent les premiers champions autochtones tels Nguyễn Phú Khai dont nous venons de parler. Un premier championnat de tennis indigène est organisé en 1922 par Lương Văn Mỹ, le président de Cholon-tennis. Dix sociétés y participent et sur les vingt-deux joueurs présents, seuls trois sont Français. Dès 1922, une dizaine de clubs de tennis existent en Cochinchine et sont animés par les nouvelles élites autochtones. Le tennis s’est donc fortement démocratisé dans cette colonie et ce phénomène gagne les élites des capitales provinciales constate-t-on à la lecture de L’Écho annamite du 17 janvier 1922. Ce tournoi est un revers pour les coloniaux car il est remporté par des Vietnamiens, vainqueurs de deux joueurs du CSS en demi-finale : des tennismen vietnamiens ont bel et bien défait les meilleures raquettes françaises de Saigon et leurs exploits sont cités par la presse autochtone41.

  • 42 D’après la presse l’équipe se compose de 5 avants, de 3 demis, de 2 arrières et d’un goal. C’est l (...)
  • 43 L’Écho annamite, 3 août 1926, p. 2.

56Vers 1919-1920 la presse coloniale se moque du style de jeu des équipes vietnamiennes de football qui rejoignent les clubs d’élite et lancent souvent haut et loin le ballon afin que les avants le récupèrent devant le but adverse, pratiquant ce que les Britanniques appellent le « kick and rush ». Pourtant, en moins de cinq ans, ces critiques disparaissent et parfois le jeu de ces équipes est qualifié de technique, voire de « scientifique » par ces mêmes journaux. Comment expliquer cette mutation ? D’une part grâce aux comptes rendus dans la presse, souvent très négatifs, qui obligent les joueurs à changer de méthode de jeu42. Ensuite grâce à l’exemple donné par le meilleur club vietnamien, l’Étoile de Gia-Định, qui se rend souvent en province pour entrainer les équipes locales les plus récentes. Par exemple, L’Écho annamite cite Louis Lê Van Gong et l’érige en modèle pour la jeunesse vietnamienne. Ce joueur de l’Étoile de Gia-Định, championne de Cochinchine en 1917, dispensa ensuite son savoir dans les clubs de province43 où il réussit à dynamiser la Goconnaise sportive (Hội thể thao Gò Công) qui devint champion de deuxième série en 1920 grâce à lui, et Tandinh sport (Hội thể thao Tân Định). Ce joueur forme les futurs héros vietnamiens, adulés par les spectateurs car capables d’exploits techniques aussi remarquables que les joueurs européens.

  • 44 Nguyễn Văn Chiêu, Thể thao, Imp. Nguyễn Khắc, Saigon, 1930, MFICHE 8-INDOCH PIECE-1118.

57En outre, le niveau technique des équipes vietnamiennes progresse aussi parce que d’anciens joueurs, devenus cadres d’équipes de Cochinchine, et le rédacteur sportif du Công luận báo en personne, Chánh-Trực, publient un manuel de football en quốc ngữ en 193044. Cette collaboration illustre bien la synergie entre la presse vietnamienne et les sportifs vietnamiens qui veulent gagner de nouveaux publics en réalisant un ouvrage pédagogique. Il s’agit d’un manuel qui présente les onze joueurs, des schémas tactiques, les règles du football et certains exercices à faire à l’entraînement. Parmi ceux-ci, nous découvrons le jeu personnel, le shoot, les coups de tête, les feintes et les passes. Ce manuel de football est vendu à un prix modique, quarante centimes de piastres, soit deux fois le prix de L’Écho des Sports Indochinois, ce qui le rend plutôt accessible.

  • 45 Bắc Kỳ thể thao, 23 décembre 1930, p. 1.

58Par ailleurs, le journal de sport Bắc Kỳ thể thao prodigue des conseils techniques aux dirigeants et aux joueurs. Ces journaux vietnamiens diffusent alors les portraits des champions locaux dont certains deviennent des héros grâce à leurs exploits sportifs, tels les tennismen Chim, Yên et Giao45.

Fig. 1. Trois champions de tennis vietnamiens

Fig. 1. Trois champions de tennis vietnamiens

De gauche à droit : Nguyễn Văn Chim, Triệu Văn Yên, Huỳnh Văn Giao

Source : Bắc Kỳ thể thao, 23-12-1930, p. 1.

59Ces Vietnamiens sont des champions et des leaders dans la société car le sport a fait d’eux des compétiteurs, voilà le message délivré par Bắc Kỳ thể thao.

60Cette image du Vietnamien moderne car sportif est un pur produit occidental. La plus belle démonstration est celle des princes des années 1920, formés par les colonisateurs : Bảo Đại ou Norodom Sihanouk sont les exemples éloquents de ce processus de formatage par les hauts fonctionnaires coloniaux (Goscha 2014 : 36-39). Leurs pères étant trop âgés pour être des pratiquants assidus, c’est vers la génération suivante que se tourne le colonisateur pour créer un agent de diffusion de la culture occidentale. Ceci concerne aussi bien les activités physiques que mentales car c’est dans les meilleures écoles publiques que les futurs souverains sont formés : le lycée Chasseloup-Laubat de Saigon pour Sihanouk ; le lycée Condorcet puis l’École libre des sciences politiques pour Bảo Đại. L’effet d’entraînement ne se fait pas attendre très longtemps car en Annam et au Cambodge, Bảo Đại et Norodom Sihanouk sont connus comme des souverains occidentalisés, donc sportifs. En effet, le souverain d’Annam, confié par son père à des hauts fonctionnaires coloniaux, a découvert, apprécié et pratiqué le tennis et le football en France entre 1922 et 1932 ; de son côté, le roi du Cambodge est devenu un véritable amoureux des sports en jouant au football ou au basket-ball auprès du palais de Phnom-Penh avec des élèves français de l’école François Baudoin. Ces deux monarques constatent par la suite que la pratique des sports a une influence positive sur leur travail de chef d’État (Sihanouk 2005 : 30). Des journaux vietnamiens modérés comme La Patrie annamite et Annam nouveau rendent compte de leur parcours et de leur engagement en faveur des activités sportives, soulignant que cette dynamique est salutaire pour les Vietnamiens. Par exemple, des articles dithyrambiques accompagnent l’inauguration du stade olympique de Hué par Bảo Đại, la seule enceinte olympique que l’Indochine ait jamais eue (Fossard 2022 : 156).

Champions vietnamiens et agents publicitaires

  • 46 Bulletin de la chambre consultative mixte de commerce et d’agriculture de l’Annam, 29 juillet 1899 (...)
  • 47 Annuaire général de l’Indochine, budget général : réclame des Grands Magasins Réunis à Hanoi, repr (...)
  • 48 Annuaire général de l’Indochine, vue 312 : Publicité de la Manufacture d’armes et de cycles de St (...)

61Les équipements des sportifs proviennent généralement d’Europe. Au Vietnam c’est tout d’abord la bicyclette de l’anglais Lawson qui est le modèle de référence car elle est inventée en 1885 soit une dizaine d’années avant que les premiers coureurs cyclistes n’apparaissent à Saigon et nous n’avons pas trouvé dans les archives de références à d’autres modèles précédents, tel le grand bi. Le cyclisme sportif en Indochine est donc lié à un produit d’importation, les cycles sont par exemple fabriqués par la Compagnie générale des cycles et automobiles Rocher, présente à l’exposition coloniale d’Hanoi en 1902 (Fossard 2011 : 72) ou la Manufacture d’armes et de cycles de Saint-Étienne. Cette dernière firme est présente sur ce créneau dès la fin du xixe siècle46, son intérêt est de se mettre en relation avec ces premiers clubs afin de créer une clientèle au travers des courses du dimanche ou bien en montrant comme le préconisent aussi certains clubs, l’agrément et l’utilité possible de la bicyclette. Elle compte vendre ses cycles en Indochine grâce à la publicité dans la presse47 : des encarts vantent les mérites des vélos qui ont gagné le Tour de France ou sont réputés pour être les montures des meilleurs cyclistes48. Ensuite, ce nouveau marché offre aussi l’occasion de tester la fiabilité des vélos dans des conditions autres que celle d’un Tour de France comme Pierre Arnaud (1991 : 94) l’a vu pour le département du Rhône. Ces vélos s’adressent à toutes les pratiques, ludiques et sportives comme nous l’avons démontré précédemment. « C’est l’un des premiers cas en France d’une politique de standardisation abaissant le prix de revient pour conquérir un large public » (Bancel & Gayman 2002 : 208).

  • 49 Le Courrier d’Haiphong, 5 octobre 1912, p. 3 et 10 février 1910, p. 2.

62Par ailleurs, dès 1912, des coureurs vietnamiens peuvent gagner une bicyclette car des commerçants en donnent comme lot pour les épreuves cyclistes sur route. Ces épreuves sont dotées de prix donnés par des sociétés qui espèrent trouver des clients en retour49. Cependant, la Tribune indigène du 6 mars 1919 déplore le fait que peu de commerçants français daignent offrir des vélos aux vainqueurs, ce qui aurait le mérite d’attirer encore plus de nouveaux compétiteurs, vietnamiens s’entend. Cette remarque est exacte, après examen des lots, nous constatons qu'aucun vélo n’est donné.

63L’essor des sports après 1918 est suscité par des maisons de commerce françaises qui font une promotion active de leurs derniers vélos et autres raquettes de tennis par voie de presse. Le modèle de la société de consommation de masse en France avant 1914 (achat de cycles liés au Tour de France et de ballons de football) fait rêver les vendeurs d’articles de sport à Saigon et Hanoi : il y a au Vietnam plusieurs millions de clients potentiels. Ce type de publicité sportive devient omniprésente dans la presse. En agissant ainsi, les commerçants français de métropole et leurs confrères d’Indochine copient les méthodes de vente de produits de sport de l’américain, Albert G. Spalding, ancien joueur de base-ball professionnel, président de la « National League » en 1901 et propriétaire du club de Chicago, le meilleur club de l’époque. Par la suite, les sociétés sportives du Vietnam vont aussi à Hong Kong pour s’approvisionner en embarcations nautiques spécifiques.

  • 50 Le Courrier d’Haiphong, 10 mai 1923, p. 3.

64Des marchands d’articles de sport en Indochine rivalisent d’ardeur pour faire connaître leur marque en utilisant la presse qui devient un média publicitaire de masse (Marr 1981 : 48). Un titre colonial vante même les mérites d’une bicyclette conçue spécialement pour les Vietnamiens et fait la promotion du nom des montures des champions locaux : « Nguyen Duc est sur Alcyon, comme Nguyen Van Duong ; Lê Ton et Chung sur Deauville ; Dat sur Daring ; Dan Tran Hong sur Hirondelle50 ».

65De son côté, la maison Cancellieri fait la promotion de ses vélos Bécé-Sport dans les pages de L’Écho annamite le 23 août 1926 en ces termes : « La Bécé-Sport […] est la seule étudiée et construite spécialement pour Annamites. Elle est parfaitement adaptée à ses moyens physiques, ce qui explique tous ses succès dans les courses cyclistes ».

66Les acheteurs des cycles appartiennent à la bourgeoisie autochtone de Saigon qui vit une période de prospérité au début des années 1920 (Peycam 2012 : 91). Le cyclisme sportif est donc l’apanage d’une minorité car le prix des cycles est prohibitif pour l’immense majorité de la population selon Nguyễn Văn Ký (2003 : 209) : seuls ceux qui gagnaient bien leur vie pouvaient en avoir un au début des années 1930. Le comportement consumériste des Vietnamiens est observé par des entreprises de métropole qui recherchent des débouchés. Ainsi en 1923 le journal L’Auto demande au gouverneur général de l’Indochine de répondre à son enquête « pour faire une étude du sport dans les colonies […]. Dans quelles proportions le mouvement sportif de la métropole a-t-il été suivi ? Quels stades et quels sports ? Combien de clubs ? ». Voici la réponse de Pierre Pasquier, résident supérieur en Annam :

  • 51 RSA 3593, Dossier relatif aux renseignements sur le développement des sports en Annam.

Les sports occidentaux semblent être appelés à acquérir un certain développement parmi les indigènes. Leur diffusion est faite par l’école dont les élèves s’entraînent au football association pendant leurs heures de loisirs. Certains détachements de la garde indigène ont également leurs équipes de football51.

  • 52 L’Écho annamite, 1er octobre 1924, p. 3.

67Ces entreprises utilisent alors la presse locale, vietnamienne et française, pour inciter à la consommation de cycles et de ballons de football fabriqués en Europe, espérant être repérés par les 30 000 lecteurs en Cochinchine (Peycam 2012 : 115). Au tout début des années 1920, L’Écho annamite fait ainsi de la publicité pour des vélos JB Louvet, vainqueurs du Tour de France, que les Vietnamiens peuvent se procurer chez Thuận Hòa, au 101 de la rue Catinat, l’artère la plus commerçante de Saigon. Le même journal publie le 27 septembre 1924 également des réclames pour des firmes françaises de Saigon, telles les maisons Décalom au 96 boulevard Charner pour des articles de football, tennis et boxe ou Saigon Bazar, 5 rue Catinat52. L’un des annonceurs les plus fidèles de ce journal vietnamien est une grande enseigne française de Saigon, les Grands Magasins Charner, installés boulevard Charner, qui propose des articles de sport.

  • 53 L’Écho annamite, 25 mai 1925, p. 3.

68L’Écho annamite publie des réclames en français puis en vietnamien dès le printemps 1925, afin d’attirer une nouvelle clientèle autochtone en publiant dans sa langue maternelle53. Ceci peut aussi s’expliquer par le fait que les vendeurs de cycles vietnamiens sont de plus en plus nombreux, tout comme les acheteurs autochtones, et pas tous bilingues. Par ailleurs, les lecteurs de cette presse vietnamienne, des locuteurs vietnamiens formés par l’école franco-annamite et donc capables de lire un journal en quốc ngữ (Peycam 2012 : 115), incarnent une nouvelle clientèle potentielle des journaux et des marchands de cycles. La maison Caffort par exemple, désireuse d’étendre ses ventes au-delà des coloniaux et des Vietnamiens francophones, s’offre une publicité en vietnamien pour des vélos de marque Alcyon.

  • 54 Lê Van Du, 22 rue Sabourain ; Lê Van Phuong, 105 Bd Charner ; Pham Van Bao, 5 rue Carabelli ; Ngo (...)
  • 55 Guide pratique, renseignements et adresses, Saigon, 1933, p. 70-71.

69Un second changement est visible dans les colonnes de L’Écho annamite au deuxième semestre de l’année 1925 : les publicités pour les sports sont visibles désormais dès les premières pages et pas uniquement à la fin de ce journal. Ce phénomène est sûrement lié à l’augmentation du nombre de compétitions et de magasins d’articles de sport, vietnamiens et français, dont les ventes progressent au milieu des années 1920. Nous avons recensé, uniquement pour Saigon (324 000 habitants en 1924) et Chợ-Lớn, 8 enseignes vietnamiennes54 et 14 françaises entre 1925 et 1933 (Peycam 2012 : 114), auxquels il faut ajouter 72 commerçants vietnamiens et français dont Sam Sport et Yen Sport55 qui assurent la réparation des cycles.

70Cette effervescence autour du cyclisme sportif oblige certains commerçants vietnamiens à se démarquer de leurs rivaux grâce à des encarts diffusés dans la presse autochtone Nous constatons que plus le nombre de magasins de vente et de réparation de cycles augmente et plus les commerçants achètent des réclames dans les colonnes des journaux vietnamiens. Ils sont accueillis au Công luận báo par un éditeur passionné de sports, Huỳnh Văn Chính, qui est aussi membre de la Commission Interclubs Annamite, organisatrice du championnat des équipes vietnamiennes depuis 1925.

  • 56 Ce photographe a été en contact avec des Vietnamiens anticoloniaux vivant en France, en Chine et au (...)
  • 57 L’Écho des sports indochinois, 30 avril 1925.

71Il est indéniable que ces journaux vietnamiens ont participé à l’acculturation sportive de leurs compatriotes, en grande partie grâce à la publicité : 6 annonces sur 60 dans un numéro du Công luận báo (celui du 16 juillet 1926) et 9 des 27 annonces présentes dans un seul numéro de L’Écho annamite, sont consacrées à des biens de consommation liés aux sports. Un seul journal fait mieux, L’Écho des Sports Indochinois, qui publie dans un seul numéro une vingtaine d’annonces couvrant tous les aspects de la vie quotidienne d’un sportif : l’achat d’articles de sport (vêtements, cycles, balles, ballons) ; la réparation ; l’alimentation solide et liquide du sportif ; le soin du sportif ; les moyens de locomotion (autos et vélos) et ce pour des enseignes françaises (Courtinat, 70 rue Courtinat et Nouveau Catinat au 165 rue Catinat, Charner, au 135 boulevard Charner), Poinsard et Veyret et les « Hirondelles » de la Manufacture d’armes et de cycles de Saint-Étienne), ou vietnamiennes (le Garage Central, au 26 boulevard Bonnard, tenu par Nguyen Van Kieu ; Pierre Qui, coiffeur au 62 rue Amiral Dupré ; la maison Khánh Ký56 (Peycam 2012 : 250), installée boulevard Bonnard enfin, pour développer les photographies)57.

  • 58 Công luận báo, 16 juillet 1926, p. 3.

72Peut-on alors affirmer que cette presse vietnamienne fait vendre ? Il est possible de mesurer l’influence de cette presse sur le comportement consumériste des Vietnamiens en utilisant les listes des engagés pour une course cycliste à Saigon, document publié par L’Écho annamite du 16 juillet 1926 : chaque participant est cité, nous découvrons que 95 % des coureurs sont Vietnamiens, chacun a aussi précisé la marque de son vélo. Les marques les plus présentes le jour de la compétition sont Alcyon (vendue par la maison Caffort à Saigon qui fait de la publicité pour ce vélo dans le Công luận báo58), Bécé Sport et Labor qui sont aussi les plus citées depuis plusieurs mois dans les journaux vietnamiens et français. Cette presse vietnamienne a donc une influence sur les achats de cycles sportifs réalisés par des Vietnamiens et son action de promotion des sports ne s’arrête pas au fait d’offrir de l’espace publicitaire, comme nous allons l’analyser maintenant.

La presse vietnamienne crée ses évènements sportifs

73Dès les années 1920, le Trung lập báo, fort de ses 15 000 lecteurs (Marr 1981 : 47), sponsorise des épreuves sportives, seul ou avec une société française comme la maison Globe qui fabrique des cigarettes. En effet, il n’est pas rare d’identifier des marchands de spiritueux ou de tabac parmi les sponsors et promoteurs de challenges sportifs tels les marques Globe ou Job en Indochine, comme cela existe aussi en AOF avec la Société nationale des cigarettes du Dahomey (Deville-Denthu 1997 : 56). Assez curieusement, des publicités dans la presse associent même ces produits toxiques avec les noms des champions ou des marques de cycles, pouvant créer une confusion dans l’esprit des lecteurs sur les liens entre la consommation de tabac et les performances sportives.

  • 59 Saigon sportif illustré, 21 octobre 1927.

74Cette association Trung lập báo-Globe donne naissance à une longue compétition cycliste qui dure cinq mois en Cochinchine, ce qui permet de développer (et de vendre) le vélo dans les provinces. La finale réunit plus de soixante coureurs vietnamiens venus des provinces ainsi que des as de Saigon, français ou autochtones59. Nous assistons donc à une « collaboration sportive entre coloniaux et colonisés » (Abbassi 2009 : 11) qui donne naissance à une véritable passion pour la petite reine en Indochine. Les vainqueurs, en province et à Saigon, sont vietnamiens, ce qui démontre que cette entreprise d’acculturation au cyclisme est un franc succès.

  • 60 L’Écho annamite, 8 juillet 1926, p. 4.

75Cependant, la plus grande épreuve cycliste du Vietnam a été organisée par L’Écho annamite, le Công luận báo et le Đông Pháp Thời Báo le dimanche 18 juillet 1926. Ces trois journaux vietnamiens organisent et sponsorisent aussi en donnant de l’argent pour les prix. Les compétiteurs peuvent gagner des articles de sport fournis par des sponsors vietnamiens dont les noms sont repris dans ces journaux : la maison Nam Thanh à Gia-Định donne 3 bicyclettes ; la maison Nam Co Phat, 89 boulevard Tong Doc Phuong, donne 1 cadre de vélo Bécé sport ; la maison Barthélémy Cancellieri, 66 quai Testard à Cholon, 1 vélo de luxe Bécé sport ; la maison Lé Van Du, 1 cadre de bicyclette LVD ; M. Vuong Quang Ton, 110 boulevard Tong Doc Phuong, 1 vélo Metallophon dont il est le représentant ; Cannou, agent des vélos Deauville, rue d’Espagne à Saigon, donne un carter et une lanterne60.

76Le vainqueur de la course est Lê Văn Mầu, employé de la maison Caffort qui vend précisément le vélo Alcyon utilisé par Mầu, suivi de Nguyễn Văn Thông qui courait sur JB Louvet. Cette épreuve sportive, gérée par 3 journaux vietnamiens, rencontre un très grand succès populaire étant donné le nombre d’engagés, presque tous vietnamiens, et par l’affluence du public, venu très nombreux dès le petit matin. L’Écho annamite publie à sa une la photographie du vainqueur à côté de sa monture, ce qui constitue un formidable coup de projecteur pour un sportif vietnamien et une marque coloniale : le héros sportif du jour à Saigon est Lê Văn Mầu. Désormais, son nom est indissociable de la marque Alcyon dans les discussions des Vietnamiens, passionnés de cyclisme. Par ailleurs, en organisant cette épreuve sportive, ces trois journaux ont démontré qu’ils étaient capables de s’organiser presque seuls : cette course a été créée par des Vietnamiens, pour des coureurs vietnamiens (ils sont majoritaires dans le peloton) et elle a été réalisée devant un public largement composé de Vietnamiens. Ce qui, dans un contexte colonial, illustre une autonomie et une capacité organisationnelle remarquables.

Conclusion

77Cette presse vietnamienne est devenue un puissant vecteur de transformations sociales en diffusant un modèle de citoyen sportif, désireux de s’agréger à la culture du dominant, soucieux d’améliorer sa santé par le sport et par son rôle personnel et familial dans la société. Ses lecteurs ont été abreuvés d’articles très variés, allant des classiques annonces de rencontres à des conseils techniques et des mises en garde pour éviter les blessures. Si l’on ajoute ces occasions de parler du sport aux articles de fond, mêlant sport et politique, ces lecteurs vietnamiens peuvent découvrir des encarts sur les sports dans presque chaque numéro de leur journal favori. Les années de l’entre-deux-guerres sont remarquables à ce sujet car elles ont vu l’éclosion d’une large génération de pratiquants de sports vietnamiens, accompagnés et aussi générés par les efforts d’une jeune presse qui s’était engagée dans la voie d’un nationalisme modéré. Sur le plan économique, cette presse assure son indépendance grâce à la publicité, devenue omniprésente pour les sports. Cette publicité par voie de presse est rapidement traduite en vietnamien, permettant à cette consommation de devenir bien plus qu'un vernis culturel emprunté à l’Occident. Dès que les réclames sont traduites, ce nouveau vocabulaire se diffuse au-delà des cercles des nouvelles élites vietnamiennes, gagnant progressivement le monde ouvrier et certaines campagnes proches de Saigon, Hanoi et Hué.

Haut de page

Bibliographie

ABBASSI, Driss, 2009, « Le sport dans l’empire français : un instrument de domination coloniale ? » Outre-mers, 96 (364-365) : 5-15.

ARNAUD, Pierre, 1991, Le militaire, l’écolier, le gymnaste, naissance de l’éducation physique en France (1869-1889), Lyon : PUL.

BANCEL, Nicolas & GAYMAN, Jean-Marc, 2002, Du guerrier à l’athlète, éléments d’histoire des pratiques corporelles, Paris : PUF.

BEZANÇON, Pascale, 2002, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris : L’Harmattan.

BOUCHER, Aurélien, 2008, La naissance du sport en Chine (1900-1949), Paris : Publibook.

BROCHEUX, Pierre & HÉMERY, Daniel, 2007, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris : La Découverte.

BROMBERGER, Christian, 1995, « De quoi parlent les sports ? », Terrain, 25 : 5-12.

CHARLE, Christophe, 2004, Le siècle de la presse, 1830-1939, Paris : Le Seuil.

CLASTRES, Patrick & DIETSCHY, Paul, 2006, Sport, société et culture en France du xixe siècle à nos jours, Paris : Hachette Education.

COMBEAU-MARI, Evelyne, 2007, Sport et presse en France, xixe-xxe siècles, Paris : Le Publieur, coll. « Bibliothèque universitaire & francophone ».

DE GANTÉS, Gilles, 1993, « Médiocrité et influence. La presse française dans l’Indochine coloniale (1902-1928) », Pays d’Outre-Mer, Paris : Études et Documents 24.

DEFRANCE, Jacques, 1987, L’excellence corporelle. La formation des activités physiques et sportives modernes, 1770-1914, Rennes : Presses universitaires de Rennes, revue Staps, coll. « Cultures corporelles ».

DEVILLE-DENTHU, Bernadette, 1997, Le sport en noir et blanc : du sport colonial au sport africain dans les anciens territoires français d’Afrique occidentale (1920-1965), Paris : L’Harmattan.

DINE, Philip, 2010, « Dresser la carte sportive de l’Algérie « française » : vitesse technologique et appropriation de l’espace », in L’Empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle, Pierre Singaravelou & Julien Sorez, Paris : Belin.

FOSSARD, Brice, 2011, Les enjeux économiques autour de l’exposition de Hanoi en 1902-1903, mémoire de master 2, université de Caen.

FOSSARD, Brice, 2017, Les sports, le scoutisme et les élites indochinoises. De l’entre-soi colonial à la libération nationale (1858-1945), thèse de doctorat, Lausanne (ISSUL).

FOSSARD, Brice, 2021, « L’Étoile de Giadinh. Le football à Saigon dans les années 1920, entre loisir des élites et instrument d’émancipation nationale », Stadion, 45, DOI : https://doi.org/10.5771/0172-4029-2021-1.

FOSSARD, Brice, 2022, Les élites indochinoises et les secrets de l’Occident. Sports et scoutisme coloniaux, Paris : Les Indes savantes.

GOSCHA, Christopher, 2014, « Bao Dai, monarque colonial », L’Histoire. Les collections, 62 : 36-39.

HUỲNH, Văn Tòng, 1973, Lịch sử báo chí Việt Nam [Histoire de la presse vietnamienne], Saigon : Viện Đại học Hòa Hảo.

LARCHER-GOSCHA, Agathe, 2003, « Sports, colonialisme et identité nationale : premières approches du “corps à corps colonial” en Indochine (1908-1945) » : in De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Nicolas Bancel, Daniel Denis & Youssef Fates, éd., Paris : éditions La Découverte, p. 5-31.

LELOUP, Yves, 2007, « Presse et courses de pirogues en Polynésie. D’un contrôle colonial vers une médiatisation identitaire ma’ohi », in Sport et presse en France, xixe-xxe siècles, Evelyne Combeau-Mari, Paris : Le Publieur, coll. « Bibliothèque universitaire & francophone », p. 83-107.

MARR, David G., 1981, Vietnamese Tradition On Trial, 1920-1945, Berkeley: University of California Press.

NGUYỄN VAN KÝ, 2003, La société vietnamienne face à la modernité. Le Tonkin de la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale, Paris : L’Harmattan.

PEYCAM, Philippe, 2012, The Birth of Vietnamese Political Journalism, Saigon, 1916-1930, New York : Columbia University Press.

POYER, Alex, 2007, « La première presse cycliste française : ses titres, ses hommes, son influence (1869-1904) », in Sport et presse, xixe-xxe siècles, Paris : Le Publieur, coll. « Bibliothèque universitaire & francophone », p. 341-358.

SAADA, Emmanuelle, 2007, Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris : éditions La Découverte.

SEN, Ronojoy, 2015, Nation at Play: A History of Sport in India, New York: Columbia University Press.

SIHANOUK, Norodom, 2005, Shadow Over Angkor, Phnom Penh: Monument Books.

TRẦN, Huy, Liệu, 1959, « Giới thiệu lịch sử báo chí Việt Nam », Tạp chí Nghiên cứu Lịch sử [Revue des recherches historiques], 1 : 8-26.

Haut de page

Note de fin

1 Le premier cité tire à 2 000 exemplaires en 1923 ; le deuxième fait paraître entre 800 et 3 500 exemplaires (8 janvier 1920-janvier 1926). Le dernier cité tire à 3 000 exemplaires en 1923 selon Philippe Peycam puis 10 000 exemplaires selon David G. Marr (1981 : 47).

2 Le journal officieux du Cercle Sportif de Saigon (CSS) est créé en 1911.

3 Cet ancien major du collège du protectorat de Hanoi est le premier lauréat en langue française, diplôme créé par l’administration coloniale. Il est francophone et souhaite instaurer une véritable culture vietnamienne, en quốc ngữ. Pour la France, travailler avec ce lettré doit permettre de franciser ces élites et les tenir à bonne distance des influences extérieures et celle des anciennes élites confucéennes.

4 CAOM, FM 5 Slotfom/39, Revue de la presse annamite en langue française (du 16 au 30 juin 1927), Gouvernement de Cochinchine, cabinet du gouverneur. Revue de la presse annamite du 16 au 31 mai 1927.

5 Ce qui provoque la fermeture des journaux et un très fort turn-over allant de 31 % au Tonkin à 41 % de disparition des titres en Cochinchine en 1934.

6 Gilles de Gantès (1993 : 69-82) ; Huỳnh Văn Tòng (1973) ; Trần Huy Liệu (1959 : 8-26).

7 Philippe Peycam (2012) ; Brice Fossard (2022).

8 URL : http://baochi.nlv.gov.vn/baochi/cgi-bin/baochi?a=cl&cl=CL1&e=-------vi-20--1--img-txIN------.

9 Ce journal est installé 3 rue du Chanvre (Hanoi).

10 Cet organe de presse installé 44 rue des Pamiers (Hanoi) a pour devise « Pour la Patrie, pour le Roi et pour la France ».

11 Ce journal appartient au colon Henry de la Chevrotière.

12 Le poste de Kinh lược sứ a été créé en 1886 par l’empereur Đồng Khánh. Par les fonctions de ce poste, nous pouvons le traduire en français « vice-roi » ou « commissaire impérial ». En 1892, le vice-roi du Tonkin était Hoàng Cao Khải (1850-1933).

13 Centre des archives n°1, Hanoi, D 62 8144, Société de tir, d’escrime et de gymnastique.

14 Le Courrier d’Haiphong, 15 juin 1912, p. 2.

15 Saigon Sportif, 19 janvier 1918, p. 6, et à nouveau le 3 août 1918, p. 3.

16 Saigon sportif, 22 mars 1919, p. 2.

17 Le Courrier d’Haiphong, 21 janvier 1919, p. 3.

18 Phụ nữ tân văn, ces expressions apparaissent le 13 juin 1929, le 21 avril 1932, le 1er décembre 1932, puis le 21 décembre 1932.

19 Le Courrier de Saigon, 13 janvier 1908, p. 2.

20 Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, M 8996, Fédération Sportive du Tonkin.

21 L’Indépendance tonkinoise, 12 juillet 1922, p. 2.

22 Saigon sportif, 11 janvier 1919, p. 5 et 18 janvier 1919, p. 4.

23 Le Courrier d’Haiphong, 5 février 1910, p. 2. Cela correspond à une époque de réforme des mœurs en France qui accompagne les transformations économiques et politiques : refus de l’oisiveté, de l’opium, de l’alcool, selon un modèle bourgeois. Voir Jacques Defrance (1987 : 11).

24 Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, P 682, Guide pratique d’exercices physiques et de jeux scolaires.

25 Annam nouveau, 16 mai 1937, p. 1 : “les loisirs de l’enfant et de l’adolescent “ et 23 mai 1937, p. 3.

26 Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, M 92722, Cercle Sportif Annamite, Règlement intérieur du tennis.

27 Annam nouveau, 8 décembre 1935, p. 3 : La lourdeur des programmes scolaires entraine la décadence physique, la solution est la méthode Hébert pour sauver la race selon le professeur Laborie ; « sauvons notre race » avant les JO de Berlin qui devraient nous voir comme ridicules, dit-il le 8 décembre 1935.

28 Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, P 682.

29 Le premier cité est un hebdomadaire, 46 rue Lagrandière, Saigon. Le deuxième, également un hebdomadaire, est vendu 10 centimes, à partir du 15 décembre 1923, installé au 34 avenue Puginier, Hanoi, directeur A. Tallard. Le dernier cité est un hebdomadaire vendu 20 centimes, à partir du 12 décembre 1925, dont le siège social est au 12 rue Taberd, Saigon, directeur Maurice Coste.

30 Si le gouverneur de Cochinchine l’autorise, L’Écho des Sports Indochinois, 25 février 1925, p. 1.

31 L’élite médicale se préoccupe de la jeunesse autochtone.

32 Le Courrier de Saigon, 8 janvier 1925.

33 Đông Pháp thời báo, 20 octobre 1927, p. 7 et le Đông Pháp thời báo, 16 février 1928.

34 Phụ nữ tân văn, 24 décembre 1930, p. 12.

35 Phụ nữ tân văn, 21 avril 1932, p. 21-22.

36 Phụ nữ tân văn, 1er juin 1933, p. 22.

37 L’Écho annamite, 4 juin 1925, p. 1 : Le sport doit rester un loisir pour tous et un métier uniquement pour les meilleurs selon Dốt Đặc.

38 CAOM, Indochine, Haut-commissariat, SPCE, 375, rapport de la Sûreté générale au Gouvernement général de l’Indochine.

39 Saigon sportif, 12 avril 1919, p. 5.

40 Saigon sportif, 18 janvier 1919, p. 5 et Le Courrier saïgonnais du même jour et le numéro du 9-2-1919, p. 3.

41 L’Écho annamite, 11 mars 1922.

42 D’après la presse l’équipe se compose de 5 avants, de 3 demis, de 2 arrières et d’un goal. C’est le secteur offensif qui est privilégié au détriment des autres secteurs de jeu. Puis en 1925 apparait le « WM » venu d’Angleterre qui est adopté par des clubs français dans les années 1930. Il est aussi pratiqué par quelques clubs de Saigon, Hanoi et la Société d’Éducation physique de Hué en 1938-1939.

43 L’Écho annamite, 3 août 1926, p. 2.

44 Nguyễn Văn Chiêu, Thể thao, Imp. Nguyễn Khắc, Saigon, 1930, MFICHE 8-INDOCH PIECE-1118.

45 Bắc Kỳ thể thao, 23 décembre 1930, p. 1.

46 Bulletin de la chambre consultative mixte de commerce et d’agriculture de l’Annam, 29 juillet 1899, p. 2 : « Lettre de M. le Résident supérieur transmettant une demande de renseignements sur la vente des armes, vélocipèdes et autres articles de sport en Annam faite par la Manufacture française d’armes de Saint-Etienne ».

47 Annuaire général de l’Indochine, budget général : réclame des Grands Magasins Réunis à Hanoi, représentant de la Manufacture d’armes et cycles de St Etienne, p. 175.

48 Annuaire général de l’Indochine, vue 312 : Publicité de la Manufacture d’armes et de cycles de St Etienne pour des vélos Tour de France. Cette firme fabrique « l’Hirondelle » depuis 1893.

49 Le Courrier d’Haiphong, 5 octobre 1912, p. 3 et 10 février 1910, p. 2.

50 Le Courrier d’Haiphong, 10 mai 1923, p. 3.

51 RSA 3593, Dossier relatif aux renseignements sur le développement des sports en Annam.

52 L’Écho annamite, 1er octobre 1924, p. 3.

53 L’Écho annamite, 25 mai 1925, p. 3.

54 Lê Van Du, 22 rue Sabourain ; Lê Van Phuong, 105 Bd Charner ; Pham Van Bao, 5 rue Carabelli ; Ngo Van Luong, 179 Bd Albert 1er ; Truong Ba Sô, 130 rue d’Espagne ; Pierre Truong, 198 rue d’Espagne ; Tang Thi Ben, 232 rue d’Espagne ; Cannou, 254 rue d’Espagne.

55 Guide pratique, renseignements et adresses, Saigon, 1933, p. 70-71.

56 Ce photographe a été en contact avec des Vietnamiens anticoloniaux vivant en France, en Chine et au Japon.

57 L’Écho des sports indochinois, 30 avril 1925.

58 Công luận báo, 16 juillet 1926, p. 3.

59 Saigon sportif illustré, 21 octobre 1927.

60 L’Écho annamite, 8 juillet 1926, p. 4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Trois champions de tennis vietnamiens
Légende De gauche à droit : Nguyễn Văn Chim, Triệu Văn Yên, Huỳnh Văn Giao
Crédits Source : Bắc Kỳ thể thao, 23-12-1930, p. 1.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/9485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brice Fossard et Nguyễn Thị Hải, « La presse et l’acculturation sportive des nouvelles élites vietnamiennes (1888-années 1930) »Moussons, 39 | 2022, 171-196.

Référence électronique

Brice Fossard et Nguyễn Thị Hải, « La presse et l’acculturation sportive des nouvelles élites vietnamiennes (1888-années 1930) »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9485 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9485

Haut de page

Auteurs

Brice Fossard

Brice Fossard est docteur ès-sciences du sport et de l’éducation physique (Lausanne) et docteur en Histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon Sorbonne) ; il est aussi membre associé du Centre de recherches en Histoire de la Mondialisation (Lausanne) et membre de la Société Française d’Histoire du Sport.

Articles du même auteur

Nguyễn Thị Hải

Nguyễn Thị Hải est docteure en Histoire et civilisation, enseignante-chercheuse à l’École normale supérieure de Thái Nguyên (Vietnam), chercheuse associée à l'UMR CASE. Elle a soutenu sa thèse de doctorat à l'Université de Paris en 2015. La version remaniée de sa thèse a été publiée aux Presses de l'Inalco en 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search