Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Comptes rendusNick J. Enfield, Mainland Southea...

Comptes rendus

Nick J. Enfield, Mainland Southeast Asian Languages, A Concise Typological Introduction

Cambridge, Cambridge University Press, 2018, index des langues, 278 p.
Alice Vittrant
p. 197-200
Référence(s) :

Nick J. Enfield, Mainland Southeast Asian Languages, A Concise Typological Introduction, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, index des langues, 278 p.

Texte intégral

1L’ouvrage proposé par Nick J. Enfield (NJE), spécialiste du lao, est conçu comme un manuel de référence pour une première approche des langues du Sud-Est asiatique. L’objectif affiché est de donner un aperçu des caractéristiques linguistiques des langues de la région. L’auteur insiste pour ce faire sur l’importance d’une référence aux langues minoritaires, plus nombreuses et plus représentatives d’un type régional – si tant est que l’on veuille en définir un. Les langues nationales, quoique souvent prises comme point de référence car mieux connues et mieux décrites, ne représentent qu’un petit échantillon des quelques centaines de langues de l’Asie du Sud-Est continentale. Langues de populations très nombreuses, urbaines, elles sont souvent aussi langues vernaculaires, langues de communication de populations parlant d’autres langues et langues des médias. Ces particularités sont connues comme étant des facteurs d’évolution des langues, et comme pouvant avoir des effets significatifs sur leur structure (Trugdill 2011). Ces langues nationales, bien que présentes dans l’ouvrage, n’en constitueront pas le cœur. Les descriptions du fonctionnement des langues d’Asie du Sud-Est continentale dans divers domaines grammaticaux seront majoritairement illustrées par des langues minoritaires, dont la liste apparaît en fin d’ouvrage (index des langues).

2Concernant sa forme, l’ouvrage est structuré en sept chapitres. Le premier chapitre est une introduction générale à la zone géographique (contexte historique et géographique) et aux concepts utilisés. Le chapitre suivant propose un profil typologique des langues de la région. Les chapitres centraux (3 à 6) traitent des domaines linguistiques habituellement discutés dans un ouvrage traitant de langues (phonologie, morphologie, syntaxe). Le livre se conclut par une courte conclusion (postface) synthétisant les points saillants de l’analyse des langues de la péninsule du Sud-Est asiatique. Cette synthèse s’appuie sur la notion d’aire linguistique, une notion très pertinente pour la région quoique toujours discutée (voir Vittrant 2010, Vittrant & Watkins 2019).

3Plus en détail, le premier chapitre définit la région étudiée (Asie du Sud-Est continentale) donne ensuite un aperçu de l’histoire de la région et des différentes communautés qui la peuplent. L’auteur indique que, même en linguistique, il convient de distinguer les communautés des hautes terres et des basses terres (voir Mersan 2019). On note ainsi une tendance à l’homogénéisation linguistique dans les régions des basses terres ; la diversité linguistique est en effet plus faible dans les plaines, les zones de montagnes aux populations isolées étant généralement linguistiquement plus conservatrices (voir Nichols 1990 ; Dahl 2001 : 1461). NJE rappelle encore que cinq familles linguistiques distinctes sont territorialisées dans cette péninsule du Sud-Est asiatique, qui regroupe 300 à 600 langues. L’écart numérique peut surprendre, mais il n’est pas toujours aisé de donner un chiffre précis, la distinction entre langue et dialecte est autant linguistique que politique, car « Une langue est un dialecte qui a réussi politiquement » (Calvet 2002 : 77).

4L’affiliation de ces langues aux différentes familles est relativement consensuelle, un certain nombre de langues possédant des traces écrites ayant aidé à la reconstruction des familles. Le chapitre se poursuit sur l’avancée des connaissances sur l’origine (histoire), l’utilisation (contexte social) et les ressources disponibles pour ces langues. La dernière partie précise quelques concepts utiles à la description et l’analyse des caractéristiques linguistiques de ces langues (phonème, morphème vs. mot, flexion, dérivation, structure argumentale, ergativité, phénomène de voix, etc.). Ces concepts de base sont illustrés autant que faire se peut avec des exemples en anglais, pour faciliter la compréhension.

5Avant de passer aux différents domaines grammaticaux, NJE dresse, dans le chapitre 2, un profil typologique des langues de la région sous forme de liste des caractéristiques. Ces caractéristiques sont généralement présentes dans toutes ces langues, comme « distinction entre voyelle courte et voyelle longue », ou encore « absence de morphologie flexionnelle » (cas, genre, nombre, temps, etc.) et « présence certaine de dérivation ».

6Les caractéristiques les plus remarquables sont largement illustrées par des exemples dans des langues diverses. Les exemples sont tous transcrits phonétiquement, et comportent toutes les indications nécessaires à une bonne compréhension (mot à mot, traduction, source). On regrette l’absence de transcription orthographique de la langue quand celle-ci existe (lao, birman, khmer, cantonnais, etc.).

7Les trois chapitres suivants détaillent les différents points du profil typologique, en affinant les analyses et en illustrant les variations possibles d’un groupe de langues à l’autre.

8Le chapitre 3, outre la description des systèmes consonantique et vocalique typiques, propose une section sur la morphophonologie (phonotactics) très intéressante. Celle-ci pointe les particularités de ces langues en termes (1) de forme des syllabes (peu de choix en consonnes finales, peu de groupes consonantiques), et (2) d’agencement de celles-ci pour former des unités plus grandes (« sesquisyllabisme »). La dernière partie du chapitre traite du phénomène des tons (formes, caractéristiques, émergence, etc.) ; il est rappelé que la présence d’un niveau suprasegmental est attestée dans toutes les langues de la région, qu’il prenne la forme de tons très complexes comme dans les langues hmong, ou de registres de voix particuliers (voix soufflée, voix grinçante [creaky], etc.) comme dans les langues môn-khmères.

9Le chapitre suivant traite de la grammaire de ces langues et plus exactement de la forme, de la composition et des classes des mots existant dans celles-ci. Une particularité notable est la difficulté à définir une classe d’adjectifs (voire une classe d’adpositions), les mots décrivant des propriétés se comportant généralement comme des verbes. Une dernière section est consacrée à la formation des idéophones à partir de la réduplication partielle ou complète d’une syllabe, une caractéristique extrêmement répandue dans les langues de la région indépendamment de leur affiliation.

10Les chapitres 5 et 6 décrivent l’organisation des phrases et de leurs constituants (i.e. syntaxe), organisation du domaine nominal pour le premier (ch. 5), organisation du domaine verbal pour le suivant (ch. 6). Le chapitre 5, consacré au nom et aux éléments qui lui sont liés (modifieurs), aborde bien évidemment la question des classificateurs (voir Vittrant & Tang 2021, Vittrant & Mouton 2021 pour une présentation développée de ces systèmes de classification nominale). Il traite aussi du repérage dans la situation d’interlocution (deixis), c’est-à-dire des démonstratifs. Les langues d’Asie du Sud-Est ont en effet des systèmes riches et complexes, intégrant d’autres paramètres que la distance au locuteur et comprenant parfois jusqu’à cinq termes. Cette complexité ne semble cependant pas liée aux familles linguistiques des langues, mais influencée par la taille de la communauté, et sa proximité avec la nature (p. 181).

11La présentation des marques de TAM (temps-aspect-modalité) et plus généralement des marques grammaticales portées par (ou apparaissant avec) le verbe dans les langues d’Asie du Sud-Est constitue la première partie du sixième chapitre. Elle est suivie de l’analyse de la phrase (simple et complexe,) sous la forme d’une importante section consacrée aux constructions multi-verbales dites aussi « sérialisations verbales ». Celles-ci se définissent comme des séries de verbes au statut syntaxique équivalent (pas de dépendance grammaticale comme dans une construction avec un verbe à l’infinitif ou un participe). L’analyse de ces constructions particulières est très largement discutée dans les travaux sur les langues de la région, et ce depuis plusieurs décennies (voir Matisoff 1991 ; Durie 1997 ; Aikhenvald & Dixon 2006 ; Vittrant 2006 entre autres). Entre séquences d’événements coordonnés et complémentation verbale, ces constructions à verbes multiples constituent un 3e type de structure phrastique, absent des grammaires de nos langues indo-européennes. NJE illustre ici la diversité sémantique (déplacement, instrument, cause, manière, etc.) et syntaxique (type d’arguments communs, verbes concaténés ou séparés, etc.) de cette structure particulière que l’on trouve dans les langues d’Asie du Sud-Est. Il montre la variété de fonctionnement de ces constructions à verbes multiples. Celles-ci ont généralement au moins un argument commun aux verbes de la série, qu’il s’agisse du sujet de tous les verbes (S=S), ou du sujet d’un verbe et de l’objet du second (S=O), etc. Le chapitre se conclut sur un type de construction à verbes multiples particulière, celle permettant d’augmenter la valence du verbe, i.e. d’ajouter un participant à l’action, typiquement un bénéficiaire, un instrument. Là encore, un grand nombre d’illustrations permet d’avoir une bonne compréhension du phénomène.

12Pour finir, le très bref chapitre conclusif (3 pages) récapitule les caractéristiques des langues d’Asie du Sud-Est continentale présentées dans l’ouvrage en proposant de décrire ce que serait une langue typique de la région. Cela permet à l’auteur d’introduire la notion d’aire linguistique (Sprachbund/linguisitc area), une notion bien pratique pour la description des langues (Vittrant & Watkins 2019) quoique difficile à définir (voir Campbell 2006 sur la controverse autour de cette notion). Le chapitre se termine sur les inévitables questions ou points à discuter dans les futures études sur ces langues du Sud-Est asiatique, comme celle liée à la convergence des langues en contact.

13On notera encore la présence de deux annexes : l’index des langues présentes dans l’ouvrage et l’index des notions linguistiques utilisées, lesquels sont bienvenus dans un manuel de référence à destination d’un public peu spécialisé.

14En conclusion, cet ouvrage conçu comme un manuel d’introduction aux langues de l’Asie du Sud-Est répond tout à fait aux attentes d’un tel ouvrage. Plus spécifique et plus « linguistique » que celui de Cliff Goddard (2005) paru presque quinze ans plus tôt et dont le contenu relevait plutôt d’anthropologie linguistique, il ravira les étudiants se destinant à la description ou à l’étude d’une langue du Sud-Est asiatique en donnant les bases linguistiques nécessaires à une bonne appréhension de ces langues.

Haut de page

Bibliographie

AIKHENVALD, Alexandra Y. & DIXON, R.M.W., éd., 2006, Serial Verb Constructions : A Cross-linguistic Typology, Oxford : Oxford University Press.

CALVET, Louis-Jean, (2002 [1974]), Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris : Payot.

CAMPBELL, Lyle, 2006, « Areal Linguistics. A Closer Scrutiny », in Linguistic Areas, Convergence in Historical and Typological Perspective, Yaron Matras, April McMahon & Nigel Vincent, éd., Londres : Palgrave Macmillan, p. 1-31.

DAHL, Östen, 2001, « Typological Characterization of Language Families and Linguistic Areas », in Language Typology and Language Universals/Sprachtypologie und Sprachliche Universalien/La Typologie des Langues et les Universaux Linguistiques, Martin Haspelmath, Ekkehard König, Wulf Oesterreicher & Wolfgang Raible, éd., vol. 2 : An International Handbook/Ein Internationales Handbuch/Manuel International, Berlin : Mouton de Gruyter, p. 1456-1470.

DURIE, Mark, 1997, « Grammatical Structures in Verb Serialization », in Complex Predicates, Alex Alsina, Joan Bresnan & Peter Sells, éd., Stanford : CSLI Publications, p. 289-354.

GODDARD, Cliff, 2005, The Languages of East and Southeast Asia : An Introduction, Oxford/New York : Oxford University Press.

MATISOFF, James A., 1991, « Areal and Universal Dimensions of Grammatization in Lahu », in Approaches to Grammaticalization : Focus on Theorical and Methodological Issues, Elizabeth Closs Traugott & Bernd Heine, éd., Londres : John Benjamins, vol. 2, p. 383-453.

MERSAN, Alexandra de, 2019, « Organisation spatiale des sociétés de l’Asie du Sud-Est : catégories héritées et approches nouvelles », in L’Asie du Sud-Est : une géographie régionale, Céline Pierdet & Éric Sarraute, éd., Paris : Ellipses, p. 85-99.

NICHOLS, Johanna, 1990, « Linguistic Diversity and the First Settlement of the New World », Language, 66 : 475-521.

TRUGDILL, Peter, 2011, Sociolinguistic Typology : Social Determinants of Linguistic Complexity, Oxford : Oxford University Press.

VITTRANT, Alice, 2006, « Les constructions verbales en série, une nouvelle approche du syntagme verbal birman », in Bulletin de la Société Linguistique de Paris, 101 (1) : 305-367.

VITTRANT, Alice, 2010, « Aire linguistique Asie du Sud-Est continentale : le birman en fait-il partie ? », Moussons,16 : 7-38, DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.94.

VITTRANT, Alice, 2019, « Burmese », in The Mainland Southeast Asia Linguistic Area, Alice Vittrant & Justin Watkins, éd., Berlin : Mouton De Gruyter, p. 56-130.

VITTRANT, Alice & WATKINS, Justin, 2019, « Appendice : Guideline to Describe a South-East Asian language », in The Mainland Southeast Asia Linguistic Area, Alice Vittrant & Justin Watkins, éd., Berlin : Mouton de Gruyter, p. 653-686.

VITTRANT, Alice & TANG, Marc, 2021, « Classifiers in Southeast Asian Languages », in The Languages and Linguistics of Mainland Southeast Asia : A Comprehensive Guide, Paul Sidwell & Mathias Jenny, éd., Berlin : Mouton de Gruyter, p. 733-772, DOI : https://doi.org/10.1515/9783110558142-031.

VITTRANT, Alice & MOUTON, Léa, 2021, « Systèmes de classification nominale en Asie du Sud-Est : les différentes fonctions des morphèmes classificatoires », Faits de Langues, 53 : 1-24, URL : https://brill.com/view/journals/fdl/aop/article-10.1163-19589514-05202003/article-10.1163-19589514-05202003.xml.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Vittrant, « Nick J. Enfield, Mainland Southeast Asian Languages, A Concise Typological Introduction »Moussons, 39 | 2022, 197-200.

Référence électronique

Alice Vittrant, « Nick J. Enfield, Mainland Southeast Asian Languages, A Concise Typological Introduction »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9589 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9589

Haut de page

Auteur

Alice Vittrant

Professeure, sciences du langage, DDL, université Lyon 2.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search