Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Comptes rendusDiana S. Kim, Empires of Vice : T...

Comptes rendus

Diana S. Kim, Empires of Vice : The Rise of Opium Prohibition across Southeast Asia

Princeton, Princeton University Press, 2020, 336 p.
Thomas Claré
p. 200-203
Référence(s) :

Diana S. Kim, Empires of Vice : The Rise of Opium Prohibition across Southeast Asia, Princeton, Princeton University Press, 2020, 336 p.

Texte intégral

1La « question de l’opium » en Extrême-Orient est à présent mieux connue grâce aux travaux parus ces trente dernières années qui se sont intéressés au rôle de l’opium dans la construction des empires coloniaux sud-est asiatiques. Diana Kim, dans Empires of Vice : The Rise of Opium Prohibition across Southeast Asia, invite à repenser l’évolution vers la prohibition de l’opium entre la fin du xixe et le début du xxe siècle à travers une histoire comparée plaçant la définition du « vice » comme moteur de construction des États coloniaux. En s’intéressant à la transformation de la réglementation des drogues dans des territoires sous domination française et britannique – en Birmanie, Malaisie et en Indochine –, elle cherche à expliquer comment ces États coloniaux sont passés d’un régime fiscal de monopole du commerce de l’opium à une politique de prohibition.

2La principale thèse de l’autrice est que ce changement majeur de paradigme n’a pas été conduit essentiellement depuis les métropoles – ou par la pression de la communauté internationale –, mais façonné par des administrateurs locaux installés dans les colonies d’Asie du Sud-Est qui ont progressivement construit et mis en œuvre des réformes visant à prohiber l’opium. Elle propose de considérer que la mise en œuvre des politiques fiscales a précédé les justifications des États coloniaux. En ce sens, les administrateurs auraient été dépassés par ces choix imparfaits et désordonnés de leurs prédécesseurs. Plutôt que le « pourquoi », l’autrice suggère donc de s’intéresser au « comment » les États coloniaux se sont détachés des revenus générés par les monopoles de l’opium (p. 15). Après un retour sur la place de l’opium dans l’expansion impériale, elle s’attarde sur la définition du « vice colonial » par les États européens à partir d’un prolongement des notions chrétiennes du péché et des limites de la liberté individuelle, mélangées à des idées sur la « dégénérescence raciale » (p. 37). Considérant que la plupart des travaux précédents ont étudié le langage de l’État en matière de prohibition comme « alibi » pour protéger les intérêts des monopoles, l’autrice propose de montrer qu’une gamme de réformes a progressivement et réellement restreint le commerce et la consommation de l’opium. Le pouvoir discrétionnaire des administrateurs locaux aurait été central dans l’élaboration de ce tournant anti-opium des États coloniaux.

3Le raisonnement est séduisant mais repose sur le présupposé que les monopoles étaient absolus. Or les administrations coloniales n’étaient pas en mesure de mettre en place une prohibition totale dans la mesure où la majeure partie du marché de l’opium leur échappait. La diminution des ventes d’opium qui apparaît dans les statistiques officielles ne signifie pas nécessairement une baisse de la consommation, mais bien souvent une perte de contrôle du marché sur les territoires administrés. L’exemple indochinois est éloquent à ce titre : la diminution sensible des ventes de l’opium de la régie française de l’opium dans les années 1920 n’était absolument pas due à une baisse de la consommation, mais liée à une contrebande considérable se déversant depuis le sud de la Chine.

4Cette recherche présente néanmoins l’avantage de faire le point sur la question par une lecture attentive des nombreux travaux parus ces dernières années, tout en mobilisant un corpus de sources diversifié. S’attachant dans un premier temps à replacer les administrateurs dans les différents contextes d’exercice des monopoles en Asie du Sud-Est, l’autrice analyse les réformes réglementaires qu’ils ont supervisées dans le contexte impérial plus large de la fin du xixe au milieu du xxe siècle. S’appuyant sur l’importante documentation produite par la Société des nations (SDN) et les gouvernements coloniaux, elle propose une vue d’ensemble des monopoles de l’opium et les divergences d’appréhension des problèmes liés à la drogue dans chaque colonie. Elle développe cette perspective critique pour défendre l’idée que le mouvement international anti-opium a certainement pesé lourd, mais n’a pas déterminé le mode de fonctionnement des administrateurs dans la mise en œuvre des réformes. Elle insiste sur la complexité des caractéristiques distinctives des réglementations sur l’opium dans les colonies d’Asie du Sud-Est.

5Diana Kim propose ensuite une lecture plus fine de la micropolitique des monopoles de l’opium, en se concentrant sur la Birmanie, la Malaisie, et l’Indochine, selon trois temporalités qui correspondent à une mise en œuvre décalée des politiques de prohibition par les bureaucraties impériales. En Birmanie, où les revenus de l’opium représentent 10 % des recettes, les administrateurs britanniques ont considéré la consommation de l’opium par les Birmans de « ruine morale », ce qui justifiait l’introduction du monopole tout en promulguant une interdiction de la consommation par les Birmans en 1894 (p. 92). En Malaisie, le monopole est introduit en 1910 sans pour autant que la consommation soit restreinte. Diana Kim examine la mise en place du fonds de réserve pour le remplacement des revenus de l’opium, créé dans les années 1920 afin de substituer progressivement les taxes sur l’opium et réduire la dépendance fiscale considérée comme un problème par les administrateurs coloniaux. En Indochine française les réformes ont été mises en place de façon plus tardive. La raison évoquée, outre la rigidité du régime fiscal que les autorités coloniales ont eu du mal à dépasser, repose sur des problématiques liées à la mauvaise gestion comptable des stocks d’opium constitués dans les années 1920 et au début des années 1930 par l’administration des Douanes et Régies, et qui en ont menacé l’équilibre du Trésor dans le contexte de crise financière et de diminution des ventes d’opium de la régie. À partir de la documentation issue du fonds de la Direction des Finances conservé au Centre n° 1 des Archives nationales du Việt Nam, l’autrice propose ici un éclairage nouveau sur la gestion de ces stocks de la régie qui, pour préserver artificieusement l’équilibre de sa comptabilité, procédait à des cessions fictives qui menaçaient sa viabilité financière (p. 168).

6Dans une dernière partie du livre l’autrice aborde les séquelles de la prohibition de l’opium par les administrations coloniales (p. 187). Elle évoque d’une part la persistance des ventes d’opium durant la Seconde Guerre mondiale et par les gouvernements ultérieurs. Malgré une suppression officielle des monopoles, leurs infrastructures se sont maintenues afin de pallier les besoins financiers dans un contexte de reconfiguration du marché international de l’opium. Elle considère d’autre part qu’un héritage important de ces politiques de prohibition est la manière dont les États coloniaux ont défini le problème de l’opium tel que nous le concevons aujourd’hui, sous l’angle exclusif des impératifs de punition des infractions liées aux drogues et de la réglementation du vice en général.

7L’approche comparatiste est particulièrement stimulante et invite à examiner la prohibition de l’opium dans les colonies d’Extrême-Orient comme moteur de construction des États coloniaux selon une grille de lecture éminemment globale. On pourrait cependant regretter que les dynamiques trans-impériales et internationales du commerce de l’opium n’aient pas davantage été prises en considération. Le mouvement international anti-opium, porté notamment par les États-Unis aux Philippines et auprès de la SDN, de même que les conjonctures économiques du marché de l’opium, ont largement influencé les réformes des monopoles dans les colonies d’Asie du Sud-Est. Bien qu’évoquée, la contrebande demeure quasiment absente de l’analyse, n’est pas véritablement expliquée, alors qu’elle surpasse les « monopoles » dans les quantités échangées. L’opium, produit de forte valeur pour un très faible volume, est très malléable et se prête merveilleusement bien à la fraude. Celle-ci se joue des frontières et de la répression : en évoquer les tenants et les aboutissants aurait permis de mieux comprendre les pressions non négligeables qu’elle exerce sur les politiques impériales dans les colonies d’Asie du Sud-Est.

8Par ailleurs, dans sa volonté d’inviter les chercheurs à repenser le rapport des administrateurs à l’opium, l’autrice évacue trop rapidement l’idée que les objectifs officiels de prohibition servaient de justification pour continuer à exploiter les revenus de l’opium. Les nombreux travaux sur l’opium en Extrême-Orient ont largement montré comment la drogue a contribué au développement des États coloniaux, de même qu’elle a favorisé la croissance du capitalisme moderne en Asie du Sud-Est (Trocki 1999). Dans des contextes dans lesquels l’opium occupe une place fiscale et un rôle économique non négligeable, on ne peut écarter complètement cette dimension lorsque les politiques de prohibition se mettent progressivement en œuvre. Les résistances des états à monopoles lors des conférences internationales de la SDN en sont probablement l’exemple le plus criant. Enfin, les considérations de la question selon une lecture « morale » ne sont intervenues que très tardivement : davantage que les Français, la République démocratique du Việt Nam a véritablement mené une politique prohibitionniste sur ce terrain.

9Cette recherche, par sa qualité d’écriture et l’analyse d’archives variées, présente l’avantage de faire le point sur la question en mobilisant l’historiographie la plus récente, essentiellement en langue anglaise. Cependant, la consultation de sources locales, provenant notamment des administrations douanières ou judiciaires, aurait permis de répondre plus finement aux questions relatives aux pratiques de consommation et d’application réelle de la « prohibition » de l’opium dans les colonies d’Asie du Sud-Est.

Haut de page

Bibliographie

TROCKI, Carl A., 1999, Opium, Empire, and the Global Political Economy : A study of the Asian Opium Trade, 1750-1950, Londres, New York : Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Claré, « Diana S. Kim, Empires of Vice : The Rise of Opium Prohibition across Southeast Asia »Moussons, 39 | 2022, 200-203.

Référence électronique

Thomas Claré, « Diana S. Kim, Empires of Vice : The Rise of Opium Prohibition across Southeast Asia »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9595 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9595

Haut de page

Auteur

Thomas Claré

Doctorant contractuel en histoire à l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia, UMR 7306, CNRS-AMU) Aix-Marseille Université.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search