Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Comptes rendusPhilippe Richer, La Chine, les Ch...

Comptes rendus

Philippe Richer, La Chine, les Chinois et l’Asie du Sud-Est

Paris, Les Indes Savantes, 2021, liste des acronymes, index, 243 p.
Jean Baffie
p. 203-206
Référence(s) :

Philippe Richer, La Chine, les Chinois et l’Asie du Sud-Est, Paris, Les Indes Savantes, 2021, liste des acronymes, index, 243 p.

Texte intégral

  • 1 Son ami Jean-Luc Domenach signale toutefois que, quelques jours avant de mourir, il venait de rédig (...)

1Il est particulièrement inconfortable de faire le compte rendu d’un livre publié à titre posthume, mais l’éditeur en a décidé ainsi puisque ce livre a été achevé d’imprimer en décembre 2020 et publié en janvier 2021, soit près de trois ans après le décès subit de Philippe Richer dans un accident de la circulation. Surtout, il est possible d’imaginer que l’auteur aurait pu améliorer son texte. Il est fort probable toutefois qu’il s’agissait ici de son dernier ouvrage, Philippe Richer étant alors âgé de 94 ans1.

  • 2 Ainsi du livre de Pierre-Antoine Donnet publié en 2018 (Donnet 2018) ou de celui de Sophie Boisseau (...)

2Car l’inconvénient est que d’autres ouvrages ont été publiés en français sur des thèmes voisins depuis le décès de l’auteur2. Une préface ou une postface rédigée par un collègue aurait pu y faire allusion. Mais il est clair que l’auteur semble ignorer la production en langue française (en dehors des articles du Monde) même quand les livres ont été publiés avant 2018, comme l’ouvrage de Carine Pina-Guérassimoff sur La Chine et sa nouvelle diaspora (Pina-Guérassimoff 2012). Sans insister davantage sur des ouvrages en anglais sur le même thème également oubliés comme celui publié en 2002 par S. D. Muni sur les liens entre la Chine et les nouveaux pays membres de l’ASEAN (Muni 2002).

  • 3 En dehors de ses livres, Ph. Richer a seulement publié quelques articles de vulgarisation (sur le C (...)
  • 4 À Saigon, c’est Jean-Marie Mérillon, ancien de l’ENA également, qui occupait le poste d’ambassadeur (...)

3Ph. Richer n’est au départ ni universitaire ni chercheur3. Sorti de Saint-Cyr en 1943, il passa le reste de la guerre comme prisonnier à Buchenwald puis fut d’abord officier en poste au Laos (1946-1948) avant de quitter l’armée, passer par Science Po-Paris et l’ENA (promotion de 1956) et de mener une carrière diplomatique assez classique mais déjà pour une part liée à l’Asie du Sud-Est. Il commença en 1957-1959 comme secrétaire d’ambassade au Laos, mais surtout, après des postes en Algérie, URSS et Roumanie, il fut nommé par Valéry Giscard d’Estaing premier ambassadeur à Hanoi en 1974. Il y était en 1975 lors de la prise de Saigon par les communistes4. C’est peu après qu’il publia ce qui restera une de ses œuvres majeures : L’Asie du Sud-Est. Indépendances et communismes (Richer 1981).

4Même si Ph. Richer a publié des ouvrages sur le Viêt Nam et le Cambodge, il s’agit ici du travail d’un généraliste de la région sud-est asiatique et de la Chine. Aucune de ses références n’est en langues vernaculaires, ses séjours en Asie – en dehors du Laos – ayant sans doute été trop brefs pour qu’il s’initie aux langues locales. Ses sources sont des ouvrages de synthèse de langue anglaise et la presse quotidienne et hebdomadaire (de langues française et surtout anglaise) dont il donne rarement les références complètes. La seule revue considérée comme universitaire qu’il a consultée semble être le bimestriel Asian Survey de l’université de Californie, spécialisée sur l’actualité politique et les relations internationales des pays asiatiques.

5Le titre de l’ouvrage lui-même est assez trompeur car il semble annoncer un livre sur les Chinois d’Asie du Sud-Est. Or, il n’est question directement de ceux-ci que dans un petit nombre de chapitres.

  • 5 C’était peut-être prévu car, en page 225, le mot « annexes » est au pluriel, mais ne contient qu’un (...)

6Le livre comprend cinq parties et vingt chapitres, avec, parfois, une conclusion-résumé du chapitre comme on le faisait autrefois. C’est donc une sorte de manuel. Mais d’un véritable manuel il manque la bibliographie finale, des cartes de meilleures qualités, celles données n’étant pas légendées et de piètre qualité, et peut-être quelques annexes supplémentaires5. Une liste des acronymes (p. 233-234) manque de logique puisqu’elle les donne parfois en anglais, parfois en français et parfois il y a une explication plutôt qu’une identification comme pour VOC, la Vereenigde Oost-Indische Compagnie (la Compagnie unie des Indes orientales), rendue en « Compagnie – hollandaise – des Indes » (p. 234). Les deux index suffisent à montrer les faiblesses du texte à l’évidence pas ou mal relu. Ayutthaya est donné en Ayuattya ; à Senkaku Diaoyu, rien n’indique qu’il s’agit du même archipel désigné ici par son nom japonais puis son nom chinois, ce dernier absent de la page vers laquelle le lecteur est renvoyé ; des accents sont oubliés (Mekong, Nepal) ; pour les noms de personnes, c’est parfois le nom qui est donné (Arroyo, Kuchizawa, Myozawa, Kiichizawa, Kanchanara, Kraikixien [donné pour Kraivixien]), parfois seulement le prénom (Chavalit, Kriangsak, Phoumi). Parfois, cela peut poser problème et conduire à une confusion comme pour Aquino puisque la mère Corazon (1986-1992) et le fils Benigno III (2010-2016) ont exercé la présidence des Philippines mais ne sont identifiés ici que par le seul nom de famille.

  • 6 C’est probablement ce livre qui incita les responsables de la collection de poche « Dominos » (Flam (...)
  • 7 Précisément, 39 des 42 références concernent ce livre de 1971. Et une des trois autres est d’un liv (...)

7Les chapitres concernant la Chine et l’Asie du Sud-Est sont d’assez peu d’intérêt car, pour l’essentiel, ils sont repris d’ouvrages précédents de l’auteur, tout particulièrement La Chine et le Tiers-Monde, un des premiers ouvrages sur le sujet publié dès 1971, qui couvrait la période 1949-1969, mais aussi Jeu de quatre en Asie du Sud-Est publié en 1982, L’Asie du Sud-Est publié en 1981 avec une réédition en 19846, Le Cambodge de 1945 à nos jours publié en 2009. Ainsi, les chapitres 7, 8, 9, 10, 11 (p. 63-92) ne contiennent quasiment que des références à La Chine et le Tiers-Monde, pourtant publié près d’un demi-siècle plus tôt7.

8L’intérêt réside davantage dans ce que dit Ph. Richer sur les Chinois de la diaspora en Asie du Sud-Est. Mais le lecteur informé est bien obligé de reconnaître qu’il n’a pas grand-chose de nouveau à dire à leur sujet. Ses références sont des ouvrages et des articles anciens comme ceux de Skinner, de Thompson et Adloff, de Wang Gungwu, Reid, etc.

9En fait, peu de chapitres concernent directement la diaspora chinoise : le chapitre 4 de la 2e partie « La diaspora chinoise à l’époque coloniale » (p. 35-42), le chapitre 6 de la 2e partie « La diaspora aux premiers temps de l’indépendance » (p. 53-60), le chapitre 15 de la 4e partie « L’emprise de la diaspora sur l’économie » (p. 123-132). Il passe ainsi trop vite sur ce qu’il nomme « émeutes antichinoises survenant à Kuala Lumpur (1969) » (p. 57), plus loin (p. 124) il dit même qu’elles ont précédé des élections alors que c’est le contraire, pourtant cet épisode est essentiel pour comprendre la politique menée lors des décennies suivantes. Pour les Chinois de Thaïlande, en 1952, ce n’est pas le coût de la carte d’identité qui passa de 20 à 400 bahts (Richer écrit baths) mais la taxe annuelle d’enregistrement des étrangers (p. 59). Il ne manque pas d’erreurs et d’approximations de ce type.

10Les derniers chapitres traitant de la période la plus récente ont principalement des articles de presse comme références, des titres que connaissent bien les étudiants de Science Po. Les meilleurs périodiques sont cités : The Economist, le New York Times, le Financial Times, Le Monde.

11Les références ne sont malheureusement presque jamais complètes. Ainsi, le périodique de l’Institut of East Asian Studies de l’université de Californie, Asian Survey. A Monthly Review of Contemporary Asian Affairs est rarement identifié par son volume, son numéro, la date de publication, le nom de l’article et celui de son auteur.

  • 8 Ainsi L’Asie du Sud-Est. Émergence d’une région. Mutation des territoires publié en 2019 réunit les (...)

12Il faut tout néanmoins reconnaître combien il est difficile et courageux de proposer des synthèses sur une région aussi diverse que l’Asie du Sud-Est. Les autres ouvrages de ce type pour la plupart sont des recueils de nombreuses contributions, ce qui conduit à d’autres difficultés8.

13Ce livre est vraisemblablement destiné aux étudiants de première année des instituts de science politique. On pourrait également penser que l’ouvrage surfe sur la vague d’intérêt pour l’Asie du Sud-Est inscrite au programme de géographie du CAPES et de l’agrégation d’histoire-géographie en 2020-2022. La présence d’une annexe sur la « géo-politique maritime de l’Asie du Sud-Est » semble s’adresser directement à ces étudiants. Mais l’indigence des cartes, non légendées et – pour deux des quatre cartes – plus centrées sur l’Inde que l’Asie du Sud-Est, est loin d’être un atout.

Haut de page

Bibliographie

BOISSEAU DU ROCHER, Sophie & DUBOIS DE PRISQUE, Emmanuel, 2019, La Chine e(s)t le monde. Essai sur la sino-mondialisation, Paris : Odile Jacob.

DOMENACH, Jean-Luc, 2018, « Philippe Richer (1923-2018) », Esprit (mai).

DOMENACH, Jean-Luc & RICHER, Philippe, 1985, La Chine 1949-1985, Paris : Imprimerie nationale, coll. « Notre siècle ».

DOMENACH, Jean-Luc & RICHER, Philippe, 1994, La Chine 1949-1994, Paris : Le Seuil, 2e édition.

DONNET, Pierre-Antoine, 2018, Quand la Chine achète le monde, Arles : Philippe Picquier.

FAU, Nathalie & FRANCK, Manuelle, 2019, L’Asie du Sud-Est. Émergence d’une région. Mutation des territoires, Paris : Armand Colin.

MUNI, S. D., 2002, China’s Strategic Engagement with the New ASEAN, Singapour : Institute of Defense and Strategic Studies, Monograph No. 2.

PINA-GUÉRASSIMOFF, Carine, 2002, La Chine et sa nouvelle diaspora. La mobilité au service de la puissance, Paris : Ellipses.

RICHER, Philippe, 1971, La Chine et le Tiers Monde (1949-1969), Paris : Payot.

RICHER, Philippe, 1981, L’Asie du Sud-Est. Indépendances et communismes, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Notre siècle ».

RICHER, Philippe, 1982, Jeu de quatre en Asie du Sud-Est, Paris, Presses universitaires de France.

RICHER, Philippe, 1996, L’Asie du Sud-Est, Paris : Flammarion, coll. « Dominos, n° 85.

RICHER, Philippe, éd., 1999, Crises en Asie du Sud-Est, Paris : Les Presses de Sciences-Po.

RICHER, Philippe, 2017, La Chine au milieu de l’Asie. De Mao à Xi. La Chine avec ses voisins en Asie, 1945 à nos jours, Paris : Les Indes Savantes.

Haut de page

Note de fin

1 Son ami Jean-Luc Domenach signale toutefois que, quelques jours avant de mourir, il venait de rédiger le plan d’un nouveau livre (Domenach 2018).

2 Ainsi du livre de Pierre-Antoine Donnet publié en 2018 (Donnet 2018) ou de celui de Sophie Boisseau du Rocher & Emmanuel Dubois de Prisque publié en 2019 (Boisseau & Dubois 2019).

3 En dehors de ses livres, Ph. Richer a seulement publié quelques articles de vulgarisation (sur le Cambodge, le Viêt Nam, l’Indonésie, etc.) dans des revues non universitaires comme Esprit et Études.

4 À Saigon, c’est Jean-Marie Mérillon, ancien de l’ENA également, qui occupait le poste d’ambassadeur de France depuis 1973. Quand il quitta le Quai d’Orsay, en 1991, il devint banquier plutôt qu’auteur.

5 C’était peut-être prévu car, en page 225, le mot « annexes » est au pluriel, mais ne contient qu’un assez court développement sur la « géo-politique maritime de l’Asie du Sud-Est » (p. 225-229).

6 C’est probablement ce livre qui incita les responsables de la collection de poche « Dominos » (Flammarion) à confier à Ph. Richer la préparation d’un volume sur l’Asie du Sud-Est (Richer 1996).

7 Précisément, 39 des 42 références concernent ce livre de 1971. Et une des trois autres est d’un livre écrit par Philippe Richer et Jean-Luc Domenach (Domenach & Richer 1987). Par erreur, ici, à Domenach est donné le prénom de Jean-Louis (p. 68) !

8 Ainsi L’Asie du Sud-Est. Émergence d’une région. Mutation des territoires publié en 2019 réunit les contributions de pas moins de vingt chercheurs (Fau & Franck 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Philippe Richer, La Chine, les Chinois et l’Asie du Sud-Est »Moussons, 39 | 2022, 203-206.

Référence électronique

Jean Baffie, « Philippe Richer, La Chine, les Chinois et l’Asie du Sud-Est »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9605 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9605

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search