Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Comptes rendusFrançois Tainturier, Mandalay and...

Comptes rendus

François Tainturier, Mandalay and the Art of Building Cities in Burma

Copenhague, NUS Press, 2021, xiii + 229 p., 82 figures, notes en fin de volume, bibliographies occidentales et vernaculaires, index
François Robinne
p. 206-209
Référence(s) :

François Tainturier, Mandalay and the Art of Building Cities in Burma, Copenhague, NUS Press, 2021, xiii + 229 p., 82 figures, notes en fin de volume, bibliographies occidentales et vernaculaires, index

Texte intégral

1François Tainturier et NUS Press donnent à voir un ouvrage de très belle facture. La qualité visuelle, le format, le grand nombre de figures – cartes anciennes, photos de l’époque coloniale, schémas et plans comparatifs –, le soin apporté à la très belle mise en page, sont autant d’éléments qui frappent au premier abord. Et l’on se rend bien vite compte en feuilletant l’ensemble que l’esthétique a pour prolongement une écriture à la fois simple et limpide qui vient en renfort de la profondeur scientifique. Ne ménageons pas notre plaisir : le tout à un prix très abordable.

2Une longue introduction présente l’état de l’art suivi d’une lecture critique de la cité ancienne dans son acception royale et bouddhique. Une approche par trop réductrice selon l’auteur qui propose une interprétation nouvelle de ce que l’on pensait connaître de la cité mandala : « Je défends l’idée selon laquelle le modèle de la capitale royale en tant que centre de l’univers, telle que développée dans les écrits coloniaux et post-coloniaux, n’est pas la seule manière de penser la fondation de Mandalay » (p. 11). Il s’appuie pour cela sur une mise en contexte historique correspondant à la période charnière qu’est, au milieu du xxe siècle, ce second moment colonial, à l’intersection entre la première invasion de la Basse Birmanie et une troisième invasion touchant cette fois la Birmanie centrale. Fondée en 1857, Mandalay est la septième et dernière capitale de la dynastie Konbaung, jusqu’à son annexion par les Britanniques en 1885 et la fin de la monarchie birmane.

3Durant cette période transitoire – qualifiée de « multifaceted juncture of Burmese history » (p. 9) – empreinte d’instabilité et d’incertitude la royauté birmane s’invente une modernité (Candier 2022), modernité dont est aussi porteuse dans sa conception la nouvelle capitale birmane. F. Tainturier propose ainsi de nuancer l’affirmation selon laquelle les dimensions cosmiques, bien que récurrentes, ne suffisent pas à une compréhension plus globale de la cité royale et aux formes sous-jacentes de recomposition dont Mandalay porte la marque. Le point focal de la démonstration repose sur le renouveau d’un ordre socio-cosmique pensé jusqu’alors dans la dimension çakravartin du souverain universel, mais désormais réparti entre deux conceptions complémentaires et concomitantes que sont, d’un côté, la cité royale en tant que centre du pouvoir et, de l’autre, le sanctuaire extérieur composé de lieux puissants (« potent landscapes », p. 11). Selon cette acception, les remparts de la cité royale font tout à la fois figure de lien et de démarcation, frontière franchie en maintes circonstances mais qui entérine la séparation entre un pouvoir temporel et un pouvoir spirituel, entre une sphère mondaine et une sphère supra-mondaine. C’est en tous les cas la thèse défendue de façon convaincante par l’auteur.

4Le développement repose sur un découpage en deux parties de l’ouvrage. Deux parties qui auraient mérité, dans la table des matières, d’avoir chacune un intitulé afin d’en comprendre le dérouler de façon explicite. Une lecture attentive permet d’ailleurs de se rendre compte que, dans le corps du texte, ces deux parties disparaissent au profit d’une succession de six chapitres ; dans le même registre, la conclusion intégrée au dernier chapitre aurait mérité d’apparaître sur le même plan que l’introduction, offrant ainsi une lecture claire et immédiate de la problématique générale. Ce qui pourrait sembler de pure forme trouve d’une certaine manière son pendant sur le fond. Du point de vue défendu par l’auteur, on comprend que les trois chapitres de la vraie-fausse première partie correspondent à l’analyse de la cité royale selon les canons socio-cosmiques définissant la nature la royauté à la fois « centre de l’univers » (p. 91) et « maître de la roue de la Loi » (p. 187), tandis que les trois derniers chapitres de la vraie fausse seconde partie introduisent une distinction entre ce qui se trouve à l’intérieur et à l’extérieur du mur d’enceinte. Du point de vue du lecteur, un découpage plus assumé aurait permis à l’argumentaire de gagner en visibilité.

5Chacun des chapitres est extrêmement bien documenté. Se répondant l’une l’autre, les sources utilisées articulent : 1) les ordres royaux et autres textes vernaculaires, 2) les photographies, publications et autres sources coloniales, 3) les cartographies dressées sur la base de prises de vues par satellites. Considérant l’approche comparative, dans l’espace et dans le temps, quelques références auraient sans doute mérité de figurer dans la bibliographie, comme les ouvrages de Guy Lubeigt (1994) à propos de Rangoon, de Sophie Clément-Charpentier (1994) dans le même volume à propos de Bangkok et de Chiangmai, ou encore des travaux de l’Association of Myanmar Architects (2012) qui, il est vrai, relèvent plutôt de l’appropriation contemporaine du patrimoine ancien que de la structure conceptuelle de ce même patrimoine, sans omettre tous ces petits fascicules rédigés par les historiens locaux pour la plupart membres des trustes qui, à leur manière, projettent de l’intérieur un regard sur les fondations pieuses ; à l’inverse la présence de plusieurs références non mentionnées dans le texte (A. Reid, J.C. Scott, etc.) surprend un peu dès lors qu’elles ne supportent pas expressément la démonstration. Cela ne remet aucunement en cause la richesse de la sélection. D’autant que les sources utilisées viennent en appui d’une approche comparative, qu’il s’agisse de la sphère birmano-birmane à proprement parler, consistant à porter un regard croisé sur les capitales ayant précédé Mandalay, ou qu’il s’agisse des royautés voisines, en particulier les capitales du royaume de Siam. Quelques doutes subsistent pourtant sur le plan méthodologique.

6F. Tainturier étend l’analyse, et c’est l’un des points forts de sa démonstration, au-delà des seuls remparts du palais, établissant ainsi une démarcation physique et conceptuelle entre les lieux du pouvoir et les lieux du sacré. De manière significative, on y observe que contrairement à la sphère d’influence thaïe les stupas sont situés en Birmanie à l’extérieur de l’enceinte monastique et à l’extérieur de l’espace social à proprement parler. La prise en compte de la sphère du social connaît à cet égard d’autres prolongements dont la prise en compte aurait conforté la démonstration dès lors que la structure villageoise observée en Birmanie recoupe ou entérine ce qui est ici décrit à propos de la cité royale. Des études sur l’architecture villageoise et la symbolique contenue dans la séparation monastère/stupa (Robinne 1992, 1999, 2003, 2012) ont en effet mis en avant la manière dont est pensé et vécu au quotidien le rapport de la société birmane au cosmos et à l’environnement, à la fois dans différentes les composantes de l’architecture vernaculaire (maisons, cimetière, monastère, stupa, autel des esprits etc.) comme à différents niveaux d’échelles (maisons, villages, villes etc.). Mentionnons en guise d'exemples : la structure de l’habitat (ordre de pose des poteaux, orientation de ceux-ci et des autels qui y sont disposés, orientation de la faîtière censée éviter la morsure des esprits errants), ou encore la répartition des espaces puissants du village (cimetière, monastère, stupa, maisons, autels des esprits, etc.), ou aussi les règles de voisinage et des relations inter-villageoises.

7Opérant par décentrement, une telle approche aurait permis d’envisager plus globalement l’urbanisme social au sein duquel l’autorité centrale est à l’évidence l’un des vecteurs. Mais plutôt que d’opposer l’intérieur et l’extérieur, le pouvoir et le sacré ou autres séparations binaires, une approche ontologique et multipolaire du paysage social aurait permis de sortir de cette dualité. C’est-à-dire en intégrant un paysage où l’homme (le vivant de manière générale), la surnature à proprement parler et l’environnement tels qu’intégrés dans le bouddhisme le sont aussi dans la conception du pouvoir et l’ordonnancement des cités royales. À savoir un rapport symbiotique, ordonné et non figé en vertu duquel les anciennes cités organisent la répartition du vivant, du cosmos, de l’environnement.

8Sur le fond, F. Tainturier a fondamentalement raison lorsqu’il affirme que Mandalay tranche avec une soi-disant continuité linéaire prétendument universelle et inamovible. Et c’est l'une des grandes forces de l’ouvrage de mettre en avant le fait que ce moment transitoire d’une histoire coloniale en marche s’est traduit par des changements qui touchent à la conception même de la royauté et à l’organisation de Mandalay. C’est en tout cas ce à quoi conduit l’analyse très fine et "provocative" – avec la connotation positive attribuée à ce terme par les Anglo-Saxons – qui nous est proposée ici. La portée de l’analyse ouvre également d’autres horizons à une problématique tournée non plus seulement vers les cités royales, mais également vers les formes d’appropriation et de manipulation du patrimoine historique à époque contemporaine. Concernant Mandalay, un pan entier reste en particulier à défricher, à savoir l’analyse des espaces religieux attribués par les rois Thibaw et Mindon aux musulmans, aux sikhs, aux chrétiens ou encore aux communautés arméniennes et autres astrologues punna, et bien d’autres encore, qui parsèment la ville de nos jours encore. Car aujourd’hui comme hier, de la cité royale à la cité globale, le développement de Mandalay et du pays dans son ensemble s’opère sur une assise cosmopolite.

Haut de page

Bibliographie

ASSOCIATION OF MYANMAR ARCHITECTS, 2012, 30 Heritage Buildings of Yangon. Inside the City that Captured Time, Chicago : Serindia Publications.

CANDIER, Aurore, 2020, La réforme politique en Birmanie pendant le premier moment colonial (1819-1878), Paris : EFEO, monographie 197.

CLEMENT-CHARPENTIER, Sophie, 1994, « Tissus et tracés urbains à Bangkok et Chiengmai », « Cités d’Asie », P. Clément, S. Clément-Charpentier & C. Goldblum, éd., Les Cahiers de la Recherche Architecturale, 35-36 : 107-120.

LUBEIGT, Guy, 1994, « Données stratégiques d’un aménagement urbain en Birmanie », « Cités d’Asie », P. Clément, S. Clément-Charpentier & C. Goldblum, éd., Les Cahiers de la Recherche Architecturale, 35-36 : 141-152.

ROBINNE, François, 1992, « Habitat et parenté : essai d’analyse combinatoire entre différentes pratiques sociales des Birmans », Techniques et culture, 19 : 103-137.

ROBINNE, François, 1999, « Formes architecturales et normes cosmiques en Birmanie », in Habitat et société, Actes des rencontres 22-24 octobre 1998, F. Braemer, S. Cleuziou, A. Coudart, éd., Antibes, Éditions ADPCA, p. 27-51.

ROBINNE, François, 2003, « The Monastic Unity. A Contemporary Burmese Artefact ? », in The Buddhist Monastery. A Cross-Cultural Survey, P. Pichard & F. Lagirarde, éd., p. 75-92.

ROBINNE, François, 2012, « Theatre of Death and Rebirth : Monks’ Funerals in Burma », in Buddhist Funeral Cultures of Southeast Asia and China, P. Williams & P. Ladwig, éd., Cambridge : Cambridge University Press, p. 165-191.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Robinne, « François Tainturier, Mandalay and the Art of Building Cities in Burma »Moussons, 39 | 2022, 206-209.

Référence électronique

François Robinne, « François Tainturier, Mandalay and the Art of Building Cities in Burma »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9612 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9612

Haut de page

Auteur

François Robinne

Anthropologue, directeur de recherche au CNRS, membre statutaire d’Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search