Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Comptes rendusGiuseppe Bolotta, Belittled Citiz...

Comptes rendus

Giuseppe Bolotta, Belittled Citizens. The Cultural Politics of Childhood on Bangkok’s Margins

Copenhague, NIAS Press, 2021, ix + 250 p.
François Robinne
p. 211-213
Référence(s) :

Giuseppe Bolotta, Belittled Citizens. The Cultural Politics of Childhood on Bangkok’s Margins, Copenhague, NIAS Press, 2021, ix + 250 p.

Texte intégral

1Resitués dès les premières lignes de l’ouvrage au sein d’un rapport hiérarchique habituel à la sphère bouddhique thaïe, les dek salam ou « enfants des bidonvilles » sont considérés dans la relation cadets/ainés phu noi/phu yai au sein de laquelle ils font globalement figure de portion résiduelle de la société thaïe dans son ensemble, à savoir des « citoyens méprisés ». Giuseppe Bolotta décrypte parfaitement, dans une écriture enlevée, le processus par lequel ces enfants issus de la marge sont considérés aux yeux des élites et de la classe moyenne comme étant une source potentielle d’instabilité. À qui par conséquent il importe d’instruire une discipline stricte, combinant moralité bouddhique et formation militaire, conformément à l’esprit de thaïtude (thainess) universellement partagé. C’est du moins l’objet de la politique éducative en charge de l’encadrement de ces laissés-pour-compte. L’offre associative les concernant est très vaste. C’est à partir des années 1970 qu’à l’intervention de l’État vint s’adjoindre un grand nombre d’agences de toutes obédiences : chrétiennes, bouddhistes, séculaires, et de toutes origines : locales ou internationales. Avec pour conséquence première de transformer le paysage de la pauvreté urbaine à Bangkok en une fourmilière cosmopolite dans laquelle tentent de naviguer les enfants perdus des bidonvilles.

2D’un point de vue méthodologique, l’auteur porte un regard croisé entre, d’une part, les politiques éducatives mises en place par les différents acteurs institutionnels et, d’autre part, le discours et les pratiques des enfants eux-mêmes quel que puisse être le milieu associatif et familial dans lequel ils grandissent. Cette problématique se retrouve dans la composition en deux parties de l’ouvrage. La première partie « Politiques culturelles de l’enfance » (« The Cultural Politics of Childhood », p. 19 sq.) est un questionnement sur la nature polymorphe des bidonvilles de Bangkok et des différents environnements dans lesquels évoluent les enfants. Partant de l’environnement quotidien des enfants relégués au plus bas de l’échelle sociale, l’analyse s’avère être de portée plus large au sens où elle débouche sur les processus de transformations socio-politiques, religieuses et économiques de la société thaïe ; une finalité clairement énoncée par l’auteur qui, tout au long de l’ouvrage, en décrit très précisément le mode opératoire jusqu’à, au bout du compte, atteindre l’objectif de porter sous cet angle largement délaissé un regard nouveau sur la Thaïlande et les sociétés d’Asie du Sud-Est. La seconde partie de l’analyse prend quant à elle pour point focal l’analyse des « Cultures et identités des enfants » (« Children’s Cultures and Selves », p. 119 sq.), décryptant pour ce faire la manière dont ces enfants des marges donnent sens à leur vie. La manière aussi dont ils naviguent dans ce labyrinthe de tensions et de conflits que génère le monde contemporain en général, plus précisément dans cet intervalle de l’histoire thaïe que sont les années 2010-2016.

  • 1 « Firstly, I argue that ‘marginal childhoods’ and what may be described as the ‘cultural technologi (...)

3Deux arguments traversent en filigrane l’ensemble de l’ouvrage. Les enfants de la marge et l’univers que l’auteur qualifie de « technologies culturelles de l’enfance1 » – à savoir les écoles, les agences religieuses caritatives (organisations missionnaires, fondations bouddhistes), les ONG – sont tout d’abord envisagés dans leur complémentarité indissociable. Ils y apparaissent ainsi comme le produit d’inégalités endémiques, d’une part, du fait de structures socio-politiques, du fait également des politiques transnationales de gestion de l’enfance que draine la globalisation. Imprégnées d’une idéologie politique autoritaire, les sphères éducatives permettent ainsi de détailler le mode opératoire pour mieux en cerner les limites. Dans le domaine du droit des enfants notamment, le contrôle exercé par les Thaïs sur des enfants supposés déviants montre en particulier comment le milieu associatif se trouve être confronté aux enjeux contraires et multiples au service d’une finalité commune qu’est « l’intérêt de l’enfance ».

  • 2 « Secondly, I argue that poor children's access to these increasingly plural ideas of childhood ope (...)

4Le second argument qui traverse l’ouvrage s’appuie sur le fait que, bien que touchant aux fondements mêmes des intérêts de l’enfant, une telle idéologie plurielle ouvre un espace existentiel à la fois fragmenté, d’une rare effervescence, aux enjeux parfois contraires et clivants2. G.  Bolotta souligne à juste titre ce paradoxe, à savoir que l’une des conséquences, et non la moindre, de ce fourmillement contribue lui-même à l’émergence de citoyens socialement désavantagés, éduqués dans d’improbables sphères religieuses, économiques et politiques, qui, à leur tour, interrogent plus largement sur les structures générationnelles du pouvoir dans la société thaïe. Elle inhibe en d’autres termes ce qu’elle est censée soigner.

5S’agissant d’une œuvre de référence que nous propose son auteur G.  Bolotta, on pourra regretter que la bibliographie très complète fasse l’impasse sur les publications en langue vernaculaire, ou dont les auteurs sont d’origine thaïe, pour tout ce qui concerne les problématiques d’éducation, de genre et plus globalement des migrations intra-asiatiques dont la Thaïlande est un des pôles de convergence ; signalons à titre indicatif les travaux de Pitch Pongsawat (2007) ou encore le récent ouvrage coordonné par Tony Waters et al. (2021) et, pour des recherches futures, la problématique nouvelle soulevée par les enclaves du centre de Bangkok (Robinne 2022). Et l’on pourrait par ailleurs certes mettre en avant le fait que le découpage binaire de l’ouvrage semble parfois traduire la gêne de voir ces enfants des bidonvilles être réduits, ici, à une déficience karmique de la rétribution éthique des actions passées selon l’acception bouddhique du terme, là, à des violations divines que sont le capitalisme néolibéral, les inégalités socio-économiques et les déviances autocratiques auxquelles sont soumis en Thaïlande les Fils de Dieu. Une approche binaire que compensent pourtant, et de façon toujours convaincante, et la seconde partie ouverte à la complexité de la société thaïe, et l’anthropologie participative qui évite l’écueil identitaire autrement réducteur.

6Mais ce serait dans tous les cas réduire bien maladroitement la finesse de l’analyse anthropologique et la portée de la contextualisation très minutieuse et documentée au sein d’une sphère thaïe articulant bouddhisme, monarchie, nationalisme militaire, dans laquelle évoluent ces enfants méprisés des bidonvilles. C’est justement parce qu’ils constituent d’un bout à l’autre de l’ouvrage le point focal de l’analyse que celle-ci se découvre être de portée plus globale, offrant un éclairage à ce jour inexploré sur l’impact des « politiques culturelles » de la Thaïlande contemporaine à l’égard des plus démunis. C’est le tour de force – pari gagné – que d’avoir montré en quoi ces fils de bidonvilles sont le révélateur d’un modèle d’infantilisation croissante généré par une gouvernance autoritaire et un paternalisme monarchique. L’intérêt de l’ouvrage ne s’arrête pas là. Il réside aussi dans la démonstration selon laquelle, au-delà du seul processus de thaïsation dont les enfants des bidonvilles seraient les jouets, un processus cosmopolitique ascendant ou "bottom-up cosmopolitanism" qui se déploie dans ces arènes transnationales où les enfants sont d’incontournables acteurs. Il faut saluer le tour de force de G.  Boletta d’avoir réussi à articuler ce double jeu d’échelles que sont d’un côté la mise en place de politiques éducatives aux idéologies fortes, de l’autre un maillage d’entraides aussi informelles qu’illégales entrainant ces enfants issus de la marge vers d’autres marges urbaines issues de la cité globale.

Haut de page

Bibliographie

PONGSAWAT, Pitch, 2007, Border Partial Citizenship, Border Towns, and Thai-Myanmar Cross- Border Development. Case Studies at the Thai Border Towns, Berkeley : University of California, Phd Thesis.

ROBINNE, François, 2022, « Territoires de désocialisation. Les enclaves de l’exile au centre de Bangkok », L’Homme, 241 : 31-64.

WATERS, Tony & SOUTH, Ashley, VADDHANAPHUTI, Chayan & CORBIN, Luke, éd., 2021, Moving Around Myanmar. Migration In, From, and Back to Burma, Chiang Mai : Chiang Mai University, RCSD-IDRC_CRDI.

Haut de page

Note de fin

1 « Firstly, I argue that ‘marginal childhoods’ and what may be described as the ‘cultural technologies of childhood’ - schools, religious aid agencies, NGOs- are reflective endemic inequalities in Thailand’s wider socio-political structure […] » (p. 5).

2 « Secondly, I argue that poor children's access to these increasingly plural ideas of childhood opens up a space for both existential fragmentation and creative self-reformulations [...] » (p. 5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Robinne, « Giuseppe Bolotta, Belittled Citizens. The Cultural Politics of Childhood on Bangkok’s Margins »Moussons, 39 | 2022, 211-213.

Référence électronique

François Robinne, « Giuseppe Bolotta, Belittled Citizens. The Cultural Politics of Childhood on Bangkok’s Margins »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9627 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9627

Haut de page

Auteur

François Robinne

Anthropologue, directeur de recherche au CNRS, membre statutaire d’Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search