Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Comptes rendusShawn McHale, The First Vietnam W...

Comptes rendus

Shawn McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956

Cambridge, Cambridge University Press, 2021, 350 p.
Pascal Bourdeaux
p. 214-219
Référence(s) :

Shawn McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956, Cambridge, Cambridge University Press, 2021, 350 p.

Texte intégral

1Pourquoi la résistance vietnamienne dirigée par les forces communistes a-t-elle gagné la guerre anticoloniale contre la France et ses alliés au Nord et au Centre du pays alors qu’elle a échoué au Sud ? Telle est la question historique que se pose Shawn McHale dans un livre qu’il consacre à la « première guerre du Vietnam ». En rebaptisant la « guerre d’Indochine » de la sorte, il s’inscrit clairement dans le renouveau historiographique nord-américain qui incite à repenser, d’un côté, le continuum de trois décennies de guerre et, de l’autre, le jeu des acteurs locaux en se plaçant à une échelle d’analyse plus fine que celle qui prévaut lorsqu’on étudie de façon surplombante et externaliste les mouvements de décolonisation et la guerre froide. Pour en trouver les explications, il resitue ce conflit dans une périodisation classique (1945-1956) en restreignant le cadre géographique (« le Sud ») pour y étudier l’interaction de trois thèmes majeurs (violence, souveraineté, fracture) auxquels il adjoint les deux sous-thèmes induits de race et d’institution (p. 5).

2C’est en laissant la parole à l’un des protagonistes directs des événements qu’il établit le diagnostic des contradictions internes au conflit, puis qu’il commente ce qui aurait pu être une autre issue possible à la longue guerre d’indépendance. En citant dès le premier paragraphe un extrait des mémoires de Trần Bạch Đằng, notoriété intellectuelle et révolutionnaire du Sud qui mania autant la plume que les cartes d’état-major pour combattre le colonialisme et l’impérialisme, il nous fait partager ce sentiment confus qu’ont traversé tous les maquisards du Sud après la bataille de Điện Biên Phủ. Terrés depuis des années dans les profondeurs de la plaine des joncs ou de la forêt d’U Minh, ces hommes ressurgissaient à l’été 1954 à la fois fiers d’une victoire éclatante qui était un peu la leur, mais comptables de n’avoir pu transformer la guérilla locale en mobilisation populaire et encore moins en contre-offensive générale. Victoire et échecs s’entremêlaient donc au point que tous durent choisir désormais entre se fondre peu à peu dans la société méridionale qui ne reconnaissait pas de légitimité à la République démocratique du Viêt Nam (RDVN), rester secrètement dans des cellules dormantes pour prolonger un conflit inachevé, ou bien partir au Nord (tập kết), quelques mois pensait-on alors, y soutenir le régime communiste et le processus référendaire d’unification du pays. Et si erreurs il y eut, ce fut de ne pas apprendre des échecs conceptuels commis pendant cette première guerre d’Indochine. Les comprendre aurait pourtant ouvert la possibilité aux communistes de gagner réellement la seconde (p. 2) et d’enclencher, en définitive, une réunification plus effective, plus consensuelle, plus équilibrée. Les événements de l’après-1975, ce que l’on appelle la troisième guerre d’Indochine, ont montré qu’il n’en fut rien.

3L’argument qui sous-tend l’étude est celui de la superposition d’une guerre civile à la guerre franco-vietnamienne. Changer d’échelle pour se focaliser sur les dynamiques locales permet de percevoir une réalité bien plus complexe et segmentée que ce que les grands récits édifiants ou les synthèses militaires le laissent croire. C’est ainsi une succession de micro-guerres (« microwars », p. 15) perceptibles à l’échelle de la province qui se sont déroulées dans le delta et qu’intéresse l’historien.

4Le Sud aurait ainsi été traversé d’une double fracture résultant des usages de la violence puis des transformations sociales que cette dernière a induites. Elle s’est ensuite creusée en raison de conflits de souveraineté plus profonds qui ramènent le lecteur sur une temporalité bien plus longue que celui de l’unique parenthèse coloniale ou des seuls mobiles idéologiques postcoloniaux.

5Cette première fracture, la plus visible, est naturellement politique. Elle trouve ses origines dans la dislocation de l’alliance du Việt Minh au début de l’année 1947, laquelle a scellé l’isolement des forces communistes de l’ensemble des autres forces indépendantistes que l’on va qualifier de façon générique – et problématique – de nationalistes. On comprend dès lors la volonté de l’auteur d’écarter le vocable « Việt Minh » pour parler plus explicitement de « Resistance » (page 17), sous-entendu communiste, après 1947. Sûrement aurait-il fallu poursuivre cette redéfinition des catégories d’acteurs pour savoir ce que recouvrent les autres termes (Alliés, Partisans, Sectes, Caodaïstes, Hòa Hảo, Bình Xuyên, Khmer Krom) car ces derniers ont également évolué dans leurs revendications politiques, leurs implications militaires et leurs réalités sociologiques. D’autres formes de résistances ont coexisté. Ces aspects sont connus et discutés depuis les événements mêmes et ont produit une masse de témoignages et d’écrits divers, notamment français auxquels l’auteur fait partiellement référence. S. McHale sait néanmoins apporter de façon convaincante au débat en dépassant les controverses mémorielles et idéologiques, en proposant des analyses innovantes que lui permettent son approche thématique, en effectuant surtout un pas de côté conceptuel par sa récusation de la nature révolutionnaire des événements du Sud du pays et leur requalification en mouvement insurrectionnel. C’est ici un des points de désaccord que certains pourront formuler en ce qu’elle remet en question l’histoire officielle ou qu’elle minore, surtout, les velléités révolutionnaires et indépendantistes locales. Qu’en était-il de la situation lorsqu’on envisage les événements depuis d’autres sensibilités politiques ou salutistes ? Si nous consonnons avec l’auteur sur la construction politique de ce mythe révolutionnaire et sur le sens qu’il a imposé à l’historiographie, nous bifurquons sur deux points : sur le registre politique, des projets révolutionnaires autres que communistes ont bien cherché à provoquer des ruptures irréversibles en portant des projets alternatifs mais sans réussir à mobiliser les masses ; quant au registre religieux, des discours et des mouvements millénaristes (bouddhistes, sectaires, chrétiens) – comme il en fait très justement mention aux chapitres 4, 5 et 10 –, ont également proposé, à côté des ou en opposition aux idéologies séculières, une autre vision du renversement du monde et des valeurs, une autre espérance dans le monde qui vient.

6Refermons cette parenthèse pour souligner en quoi l’analyse de cette première fracture permet de percevoir les compromis, les défiances, les conflits puis la violence politique qui mènent peu à peu vers une guerre civile dont il faut rappeler qu’elle fut attisée par l’armée française sous couvert de guerre froide et par les patriotes vietnamiens anti-stalinistes. Il faut souligner en quoi elle permet de comprendre la stratégie de la tension qui culmine au début de l’année 1947, puis les logiques subséquentes de pacification du delta utile, de fragmentation d’espaces contrôlés, d’édification graduelle de l’État du Viêt Nam en opposition aux institution de la République démocratique. Regarder en amont des événements d’août 1945 aurait permis de mieux expliciter l’environnement intellectuel et politique à Saigon pour mieux préciser le complexe engrenage qui mène à la rupture. Le lecteur comprend néanmoins clairement les interactions qui lient, d’un côté, la violence physique et psychologique, et de l’autre, les conflits de souveraineté internes à la nation vietnamienne, qu’il s’agisse de la question unioniste (rattachement de la Cochinchine négociée entre 1946 et 1948) ou de la loyauté envers un seul des deux États qui se sont ou bien superposés ou bien intercalés et qui ont fonctionné, bien que de façon défaillante et territorialisée, pendant la guerre.

7Cette fracture est par ailleurs socio-ethnique. L’historien rapproche son questionnement de celui d’ethnologues et d’anthropologues qui ont étudié les marges pluriethniques des Hauts Plateaux du Centre Viêt Nam ou du Việt Bắc, plus généralement les espaces périphériques qui ont défié, partout en Asie du Sud-Est, l’État central, quelles qu’aient été sa forme et sa nature. C’est là un apport central de l’ouvrage en ce qu’il replace au centre des débats non pas les conflictualités interethniques ou l’émergence de l’ethnonationalisme mais, plus essentiel, un impensé de cette guerre, la mobilisation des populations cambodgiennes du delta du Mékong dans les événements. Il resitue la question khmère sur le plan de la construction des identités nationales et non pas sur celui de revendications de minorités (ethniques ou confessionnelles) qui ont pu être manipulées pour des raisons géostratégiques. Là se nouent les relations entre la brutalisation conjoncturelle, la violence endogène pensée en dehors du strict cadre de la guerre et la souveraineté (« The South was the site of an epic contest over sovereignty », p. 10) qui doit être ici envisagée au niveau interétatique (de la dislocation de l’empire colonial français à la reconnaissance d’États indépendants d’Indochine). Si certains points méritent des précisions ou des approfondissements (rappel des effets de l’occupation militaire japonaise et du changement de doctrine impériale sous le gouvernorat Decoux avant 1945, historicisation du terme « khmer krom » d’apparition récente et sa distinction d’avec « kampuchea krom » ; prise en compte plus large de la conscience nationale cambodgienne en regardant simultanément du côté de la Thaïlande ; questionner la pertinence du comparatisme entre zone de delta et zones de montagnes, partant la nature de la défiance vis-à-vis d’une autorité supérieure intrusive), tous ces points soulevés ont le mérite d’ouvrir, dès le début de l’ouvrage, une vraie réflexion sur le nationalisme méthodologique et sur la façon de repenser la construction des États-nation modernes.

8L’ouvrage de 300 pages se structure en trois grandes parties. Après une introduction qui pose de façon explicite l’argument de la double fracture, ses origines (conflits de souveraineté) et ses expressions (violence), S. McHale consacre la première partie du livre, près de la moitié, à analyser les deux années cruciales qui mènent à cette rupture irrémédiable du front indépendantiste. Le chapitre introductif présente très brièvement, mais à l’aide de cartes précieuses (un point très appréciable du livre), le delta du Mékong comme un espace et un comme un temps (geobody, écologie) avant d’insister de façon classique sur le banditisme endémique et la crise du développement agricole. Sûrement aurait-il été utile d’évoquer les logiques de front pionnier qui traversaient tout l’ouest de la Cochinchine, de rappeler les circulations reliant les bouches du Mékong au Royaume du Cambodge aux encore de qualifier sa partie orientale comme un des hinterland de Saigon afin de clarifier les relations qu’entretiennent ces deux notions géographiques, interdépendantes mais distinctes, de « delta du Mékong » et de « Sud ».

9Puis vient l’analyse du « soulèvement général » de l’été 1945 qui se déclenche dans une certaine confusion en raison de l’éclatement politique et de la faiblesse organique de l’appareil communiste local. Ce dernier se devait néanmoins de réussir à unifier toutes les forces en présence et les mettre face au fait accompli (p.  48) d’une prise légitime du pouvoir. Il fallait également prendre de court les forces britanniques puis françaises. L’insurrection n’aura finalement été ni décisive ni unificatrice (p.  60). Les témoignages présentés décrivent l’ambiance pesante qui régnait pendant ces journées cruciales, le discrédit d’une France faible mais obnubilée par la reconquête coloniale, l’apparition de tendances xénophobes et vengeresses, la mobilisation disparate des forces indépendantistes. Tout ceci ne fait qu’annoncer une plausible explosion de violence à venir.

10L’on glisse ensuite vers le delta du Mékong. N’y interviennent plus uniquement les forces politiques mais plus directement les organisations « Hòa Hảo et Cao Đài » qu’il fallait réussir à embrigader dans le Việt Minh en maniant au cas par cas la persuasion ou la force. Les premières fissures apparurent dès septembre 1945. Les autorités françaises les creusèrent tout au long de l’année 1946 en utilisant l’argument du séparatisme ou en négociant, tant au niveau diplomatique qu’auprès des patriotes du Sud, le soutien à un État unifié pensé depuis le Sud mais sous conditions, en particulier auprès des caodaïstes de Tây Ninh prêts à négocier le retour d’exil de leur leader religieux Phạm Công Tắc. La question khmère était encore plus sensible et délicate pour rallier ces Cambodgiens du delta à un front anticolonialiste. Le livre aborde là un point aveugle de la recherche historique et commence à combler le déficit de connaissance grâce à une analyse pertinente du contexte de violence et des revendications que nous pourrions qualifier d’irrédentistes.

11En début d’année 1947 se produit finalement la fracturation décisive de la résistance anti-française (p. 114-128). Provoquée par les premiers ralliements caodaïstes à l’été 1946, elle trouve son acmé lors du ralliement que Trần Văn Soái engagea soi-disant au nom des « Hòa Hảo ». Celui-ci découle directement de l’annonce de la mort du charismatique fondateur du bouddhisme Hòa Hảo, Huỳnh Phú Sổ, un mois après que ce dernier fut intercepté par le Việt  Minh et vu pour la dernière fois en lisière de la plaine des joncs. S. McHale n’explique pas clairement la stratégie d’ensemble franco-cochinchinoise qui a poussé, tout particulièrement entre décembre 1946 et avril 1947, à l’isolement des forces communistes du Sud. Il ne porte pas non plus, selon nous, suffisamment attention aux initiatives prises par les nationalistes vietnamiens – parmi lesquels on trouve les fondateurs du parti Dân Xã – dans l’élaboration simultanée d’une stratégie indépendantiste alternative. On ne voit pas non plus les tentatives désespérées de réconciliation avec les caodaïstes de Tây Ninh puis avec Huỳnh Phú Sổ et son entourage. Il décrit cependant très justement la politique de ralliement qui glisse de la question caodaïste à la question Hòa Hảo et, surtout, ce qui était resté sous-entendu jusqu’à présent, la temporisation et la politisation de l’annonce de l’assassinat de chef spirituel. Nul ne doutait que cette mort aurait des conséquences politiques et militaires majeures. Sans parler naturellement des conséquences plus fondamentalement religieuses. Guerre civile, conflit ethnique et lutte entre Français et résistants vietnamiens ont ainsi fini de fracturer le delta dans son ensemble (p. 127), après avoir connu une véritable « orgie de violence » (p. 128).

12La seconde partie décrit la poursuite d’un conflit qui rentre dans une phase plus gestionnaire et conventionnelle. La violence change de nature et les enjeux de souveraineté formalisent des stratégies de morcellement et de réassemblage institutionnels civils et militaires. L’analyse se fait plus thématique. Plus fragmentée également. Les questions de race et d’ethnicité proposent un premier angle d’approche. Elles permettent à l’auteur d’aborder la composition ethnique des armées, la propagande et plus largement des représentations collectives de l’altérité. La documentation militaire montre comment la déshumanisation de l’ennemi a joué en reprenant les stéréotypes anciens (entre Khmers et Viêt), en dénonçant les perfidies colonialistes (envoi sur le front de soldats africains ou asiatiques ou de légionnaires ex-nazis plutôt que de bons français de souche) ou en jouant sur les rumeurs et les peurs (barbarie, cannibalisme, sévices sexuels, apocalypse), bref sur les imaginaires et sur certaines formes de l’irrationnel. Le chapitre prolonge par ailleurs l’étude raciale de la soldatesque en rappelant à bon escient les critères biologiques qui fondent le nationalisme vietnamien pour en arriver à la conclusion que cette guerre a aussi été une guerre des races (page p. 147). Du moins est-ce ainsi qu’elle a pu être aussi présentée. De façon opportune, S. McHale pointe l’intérêt qu’il y aurait à systématiser une « phénoménologie de la décolonisation » (p. 152).

13Le chapitre suivant réinvestit la question de la souveraineté pour évoquer les processus simultanés de construction et de déconstructions des États (p. 154). Cette partie est sûrement celle qui suscite le plus d’interrogations et qui mériterait des compléments substantiels. Il faut reconnaître que l’histoire de l’État du Viêt Nam reste encore aujourd’hui très parcellaire et qu’elle mérite un traitement en soi pour remettre en phase tous les aspects d’une question qui dépasse l’objet du livre (instabilité institutionnelle et combats politiques dans la France de l’après-guerre, imbroglios diplomatiques et juridiques, représentativité politique, prosopographie des élites, combat fratricide des indépendantistes vietnamiens, tensions récurrentes entre autorités civiles et autorités militaires en Indochine). Il nous paraît malgré tout essentiel de redonner à l’État du Viêt Nam une place objective dans les événements, en tant que projet institutionnel (du processus de rattachement de l’ex-Cochinchine en 1946 à l’obtention d’une indépendance intégrale en juin 1954) mais aussi et surtout comme acteur des événements aux côtés des autorités civiles et militaires françaises, de la résistance contrôlée par la RDVN, des forces politico-militaires régionales. Car si toutes ces entités ont su tirer profit de l’héritage colonial, de la guerre populaire ou de régimes d’exception pour contraindre un État faible, ce dernier a néanmoins lutté pour déployer ses prérogatives, pour s’émanciper et pour devenir un acteur indépendant portant sa propre conception de la nation. S. McHale traite en revanche avec justesse les aspects juridiques souvent ignorés en remontant aux origines mêmes du projet colonial et au statut de la Cochinchine pour reposer les bases du débat sur les indépendances, l’unité territoriale, la citoyenneté, les frontières, le transfert de souveraineté (p. 166), les minorités.

14Les trois chapitres suivants nous ramènent sur le théâtre des opérations militaires. La courte évocation des migrations forcées sert avant tout à illustrer les effets de la violence sur les transformations sociales et le sentiment d’insécurité latente. Puis la poursuite de la guerre est analysée en deux temps.

15Le premier met la stratégie de pacification française face à la résistance vietnamienne. L’auteur rappelle comment l’armée française a cherché à quadriller l’espace grâce à un réseau de tours et de postes militaires ; comment le commandement régional a également dû constamment se réadapter aux demandes de redéploiement de troupes vers le Tonkin où se déroulait une guerre plus conventionnelle. La question du renseignement est à peine évoquée, de même que la création de l’armée nationale du Viêt Nam qui devient pourtant une question non négligeable à partir de 1951. Les propos se recentrent plutôt sur la réadaptation de la résistance communiste en apportant d’utiles réflexions sur la tactique, la reconstruction de l’appareil politico-militaire, la politique de la main tendue (địch vận), la violence révolutionnaire (objet d’un long développement), enfin le retour de la question khmère.

16Le second temps s’intéresse au processus qui a mené à la militarisation du delta selon des procédés que nous pourrions qualifier de sous-traitance du conflit auprès de milices et d’hommes forts (Strong Men) qui ont pu se retrouver ponctuellement à la tête de quasi-États (Parastates). On retrouve sous d’autres termes les réalités qu’analysèrent de nombreux observateurs ou analystes (tels Bodard, Lartéguy, Greene, Fall, Hill, Scigliano, etc.) lorsqu’ils parlaient de sectes politico-militaires, de seigneurs de la guerre (ici le caodaïste Phạm Công Tắc et le controversé militaire Hòa Hảo Trần Văn Soái), de factionnalisme ou de féodalités prédatrices. Le traitement des aspects économiques est particulièrement éclairant ainsi que la partie finale cartographiant à un niveau provincial la complexité du maillage militaire. Évoquer le rôle de l’administration civile face à ces quasi-États aurait permis cependant d’aller plus loin pour comprendre les termes de la négociation qui ont été choisis pour faire accepter un État de droit avant que l’usage de la force prônée par Ngô Đình Diệm n’éradique ces constructions géostratégiques. Elle donne quoi qu’il en soit un exemple de ce qu’ont été ces « microwars » évoqués en introduction. Il faut souligner que S. McHale ouvre ici incontestablement une voie qui mérite d’être suivie pour repenser la guerre dans son ensemble en réalisant une agrégation des conflits locaux qui ne peuvent être compris qu’en insistant sur les substrats ethno-sociaux.

17Le dernier court chapitre – également troisième partie – prend la forme un peu confuse d’un épilogue qui cherche à tirer un trait définitif sur l’empire colonial en devant régler les problèmes d’unification institutionnelle et territoriale toujours laissés en suspens. En particulier dans ce delta qui s’est retrouvé « balkanisé » (terme que nous pourrions discuter) en plusieurs fiefs (p. 264) ; la conséquence en est une fragmentation de l’histoire et, encore aujourd’hui, des mémoires. S. McHale termine enfin en laissant à nouveau la parole à une victime parmi d’autres des événements, une simple paysanne de Bến Tre, comme pour mieux rappeler que les traumas auront finalement affecté autant les soi-disant vainqueurs que les soi-disant vaincus.

18Si l’ouvrage n’est pas sans présenter quelques déséquilibres ou faiblesses (traitement fragmenté et rapide de la partie 2, manque d’agentivité accordée à l’État du Viêt Nam, bibliographie et points de détails à clarifier), lesquels s’expliquent certainement par la contraction de l’écriture qu’impose une telle publication, il a l’avantage de proposer un positionnement clair sur l’analyse du conflit (raisons de la défaite communiste au Sud) et de susciter le débat. La maîtrise des sources (il faut noter les belles découvertes de sources secondaires que recèle le livre) fait qu’il est d’un apport indéniable sur plusieurs aspects de la guerre qui sont restés à ce jour des angles morts, en particulier la question khmère, le nationalisme biologique ou encore l’analyse de certains imaginaires sociaux. Il propose de plus une façon de penser l’histoire par le bas, d’envisager les micro-guerres qui ne peuvent qu’inciter le lecteur et le chercheur à appréhender plus systématiquement la guerre et son contexte par une histoire à la fois sociale et culturelle située dans son terroir. Ce livre est finalement précieux pour comprendre les conflictualités autrement que par l’idéologie et la stratégie, pour s’enrichir de ses questionnements traitant d’histoire événementielle, d’anthropologie historique et de philosophie politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Bourdeaux, « Shawn McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956 »Moussons, 39 | 2022, 214-219.

Référence électronique

Pascal Bourdeaux, « Shawn McHale, The First Vietnam War. Violence, Sovereignty, and the Fracture of the South, 1945-1956 »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9635

Haut de page

Auteur

Pascal Bourdeaux

EPHE-PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search