Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Comptes rendusJean-François Klein, Pennequin, l...

Comptes rendus

Jean-François Klein, Pennequin, le « sorcier de la pacification », Madagascar-Indochine (1849-1916)

coédition Hémisphères-Maisonneuve & Larose, 2021, 525 p.
Philippe Le Failler
p. 219-221
Référence(s) :

Jean-François Klein, Pennequin, le « sorcier de la pacification », Madagascar-Indochine (1849-1916), coédition Hémisphères-Maisonneuve & Larose, 2021, 525 p.

Texte intégral

1Pacification, colonie et mise en valeur des territoires sont des termes désormais terriblement connotés au point que les historiens renâclent à les utiliser, fût-ce au prix d’une solide mise en contexte. Les figures militaires de premier plan qui s’y sont illustrées, Lyautey, Galliéni et autres, ont vu leur carrière disséquée et leur héritage analysé, tant et si bien qu’il semble que la messe soit dite.

2Il revient à l’historien Jean-François Klein de remettre l’église au milieu du village et, par une biographie solide de Théophile Pennequin, de distinguer le parcours d’un marsouin, officier colonial atypique passé par Madagascar et l’Indochine, en mettant en exergue son apport à l’établissement d’une doctrine stratégique et de gouvernement originale. L’exercice révèle, comme en creux, l’inspiration insufflée aux futurs maréchaux, ses condisciples d’alors, qui tairont les emprunts effectués.

3Le titre tout d’abord semble quelque peu intrigant, « sorcier de la pacification », qui de prime abord semble mettre en avant les succès militaires de l’officier. Or, au fil des pages, alors qu’il se hisse dans une carrière militaire fort honorable, se dessine un personnage d’une ampleur singulière qui envisage son rôle dans des aspects multiformes. L’opération militaire de pacification proprement dite n’est pour lui qu’un pis-aller, parfois nécessaire, mais qui n’est en somme que le prélude à l’établissement d’une politique raisonnée de domination, laquelle ne se conçoit pas sans une large compréhension des équilibres ethniques et sociaux des territoires.

4Pennequin est celui qui prépare le terrain à l’administration, civile ou militaire, la seconde de préférence. Il s’enquiert autant de l’emplacement du futur marché que de celui du poste à bâtir, se renseigne sur les voies de communication et, surtout, sur les conditions sanitaires. Tout l’intéresse, des généalogies des chefs locaux au pouvoir héréditaire comme des prérogatives des administrateurs et des mandarins nommés par le pouvoir central. Dans la haute région vietnamienne, il instrumentalise les structures existantes et use à l’envi du cloisonnement ethno-spatial pour mieux évincer des autorités vietnamiennes déjà peu présentes. L’auteur insiste sur la « réinvention de la tradition et l’instauration du code de l’indigénat ». Il fait la part de ce que Pennequin emprunte à l’appareil législatif mis en place dans les autres colonies françaises et les adaptations nécessaires aux coutumes locales.

5Il est frappant de constater que face au défi d’une implantation non anticipée, Pennequin, et d’autres officiers qui furent ses émules, ne se réalisèrent pleinement que devant l’ampleur de la tâche à réaliser. Puisqu’aucun modèle n’était adapté aux besoins, ils puisèrent dans leur propre expérience acquise en Algérie et ailleurs pour créer des formes de gouvernement sans céder au calque ; ils firent du sur-mesure, se trompant parfois, ajustant au besoin.

6Ce faisant, Pennequin est de ceux qui dressèrent la carte des particularismes à prendre en compte et des enjeux politiques et stratégiques. Un maître mot semble l’animer : l’adaptation au milieu, dans des aires au relief et au climat difficile, pour une efficacité stratégique calculée aux mieux des intérêts d’une colonisation dont on ébauchait à peine les contours. L’établissement de zones spécifiques, les territoires militaires du Tonkin, où les officiers concentrent les pouvoirs et jouent tous les rôles, administrateurs, juges ou gardiens de frontières, répond à cette logique aussi efficace qu’économe en moyens. Ses successeurs, mieux en cour, n’eurent qu’à reprendre cette trame dont ils ne modifièrent les contours qu’à la marge. Or Pennequin écrivait peu, moins qu’un Galliéni ou qu’un Lyautey… Tous, Pennequin compris, se gardant de paraître comme « indigénophiles », terme alors hautement péjoratif. Et pourtant, à bien lire, on comprend à quel point Pennequin était sensible à l’idée qu’une plus grande valorisation des ressources humaines locales était la clé d’une cohabitation fructueuse.

7C’est finalement son projet d’Armée jaune qui fera chuter Pennequin. Cet aspect nous était connu par l’article pionnier de Mireille Le Van Ho (1988), mais J.-F. Klein revisite le sujet. Ce projet d’armée indigène qu’il portait à bout de bras, préfigurant une armée nationale, n’était pas encore dans l’air du temps et heurtait de plein fouet le crédo colonial qui, contrairement à ses souhaits, ne souhaitait nullement varier et tardait à prendre en compte les aspirations des colonisés.

8La (triste) fin de vie du général Pennequin est narrée dans le détail. Écarté, amer, diminué puis interné dans des circonstances quelque peu obscures, on s’efforce de le faire taire. À sa mort en 1916, un énigmatique officier dépêché par l’État-major procède à une opération de « nettoyage » des archives de Pennequin, ne laissant après son passage aucun texte de cet officier dérangeant. Sur l’ordre de qui ? Le mystère subsiste, jusqu’à la cause précise du décès. L’auteur a pourtant son idée et croit discerner dans le « système Galliéni » une politique d’héroïsation exclusive qui, systématiquement, et avec succès, s’efforça de minorer les apports de Pennequin. Au vu des apports de ce livre, ce déni apparaît a posteriori comme une forme d’hommage.

9Les succès et l’influence de Pennequin sont avant tout dus à un raisonnement pragmatique, c’est un militaire républicain, loyal et novateur, mais qui manque de réseaux et de sens politiques. Son franc-parler suscite des préventions, empiète parfois sur les terres des administrateurs et irrite au point qu’on le jugera parfois incontrôlable. L’un des apports de ce livre est de mettre la carrière de Pennequin en perspective, de l’insérer dans l’ensemble, complexe, de l’évolution politique française, à différents niveaux. Le récit nous mène du mess des officiers du Hưng-Hóa aux salons parisiens et jusqu’à la salle des pas perdus du palais Bourbon. Il nous éclaire sur la valse des ministres et des gouverneurs, devine les inimitiés mortelles (avec Pouvourville notamment), décode les options politiques des uns et des autres, louvoie entre les factions, les mentors et l’entrelacs d’intérêts qui caractérise cette période, au risque parfois d’égarer le lecteur.

10Copieux et complet, cet ouvrage reste agréable à lire, porté par une langue précise et la pertinence du propos que l’on voit éclairé des travaux les plus récents. Précis quant aux faits puisés aux meilleures sources d’archives (la bibliographie est à peu près complète), l’auteur parvient à s’extraire du « piège monographique » et de la tentation monofocale en renforçant l’analyse par une réflexion large et comparative sur l’historiographie coloniale. C’est précisément ces connexions entre Madagascar, le Tonkin et l’État-major, entre la pratique de terrain et l’élaboration de théories stratégiques, qui renouvellent notre approche d’une période qui nous semblait pourtant connue. Pennequin trouve désormais la place qui lui est due.

Haut de page

Bibliographie

LE VAN HO, Mireille, 1988, « Le général Pennequin et le projet d’Armée jaune (1911-1915) », Revue française d’histoire d'outre-mer, 75 (279) : 145-167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Le Failler, « Jean-François Klein, Pennequin, le « sorcier de la pacification », Madagascar-Indochine (1849-1916) »Moussons, 39 | 2022, 219-221.

Référence électronique

Philippe Le Failler, « Jean-François Klein, Pennequin, le « sorcier de la pacification », Madagascar-Indochine (1849-1916) »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9642 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9642

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Historien, maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (EFEO, Paris) et membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search