Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Comptes rendusOlivia Killias, Follow the Maid :...

Comptes rendus

Olivia Killias, Follow the Maid : Domestic Worker Migration in and from Indonesia

Copenhague, NIAS Press, 2018, 246 p.
Laurence Husson
p. 221-225
Référence(s) :

Olivia Killias, Follow the Maid : Domestic Worker Migration in and from Indonesia, Copenhague, NIAS Press, 2018, 246 p.

Texte intégral

1À l’instar des Philippines, l’Indonésie, dans le cadre de ses plans de développement, est devenue l’un des principaux États fournisseurs de main-d’œuvre dans le monde. Elle a voté en 2004 la loi nationale sur le placement et la protection des travailleurs migrants indonésiens à l’étranger, qui a orchestré à grande échelle le placement à l’étranger de travailleurs migrants, dont plus de 60 % étaient des employées de maison. Entre 2006 et 2016, pas moins de 2,5 millions de femmes indonésiennes ont travaillé comme employées de maison rien qu’en Malaisie.

2En décrivant toute la chaîne migratoire qui s’étend d’un village rural javanais à la Malaisie et qui implique une foule d’intermédiaires, tels que des courtiers, des agences de recrutement publiques et privées, des fonctionnaires, des agences de placement, l’étude anthropologique d’Olivia Killias – maître de conférences à l’Institut d’anthroplogie aociale et études culturelles de l’université de Zurich en Suisse – envisage la domesticité dans sa globalité autant sous l’angle des relations personnelles et étroites entre les patrons et leur employée que sous l’angle légal, bureaucratique, transnational. Elle met en outre particulièrement l’accent sur le processus par lequel les femmes deviennent des travailleuses domestiques. À signaler que de nombreux passages de cet ouvrage tiré d’une thèse de doctorat ont été publiés sous forme d’articles bien avant la parution du livre.

3Si la littérature concernant les employées de maison est abondante et traite généralement des conditions de travail de ces femmes dans leur pays d’accueil, le mérite de cette étude est de décrire le « processus de fabrication » de cette catégorie professionnelle dans la durée et dans l’espace. O. Killias souligne l’importance d’examiner non seulement le spatial mais aussi le temporel, car  selon elle le voyage migratoire est fait de différents moments impliquant des temporalités différentes. La loi structure le temps par le biais de visas, de permis de séjour et de travail d’une durée de deux ans, en boucle avec un retour attendu au pays. À l’échelle individuelle, il y a le « bon » moment pour aller à l’étranger, lié au cycle de vie des femmes. À l’échelle du village, les jeunes femmes célibataires migrent vers les grandes villes de Java pour travailler comme servantes et cette pratique est si courante qu’elle est souvent considérée comme un rite de passage à l’âge adulte. Ce n’est qu’une fois mariées et avec un enfant que les femmes sont considérées comme prêtes à travailler à l’étranger.

4Les fruits de cette étude ont été récoltés en 14 mois de travail de terrain « multi-sites », que l’auteur a mené principalement à Kalembah mais aussi à Jakarta et en Malaisie.

5Elle a mené des recherches ethnographiques à Kalembah, vivant avec des familles dans le village, et a également effectué des séjours dans des camps d’entraînement à Jakarta. Ses conclusions sont basées sur une centaine d’entretiens avec des courtiers ainsi que des agents de placement à Jakarta et en Malaisie, et elle a rendu visite à des travailleuses domestiques indonésiennes qui ont trouvé du travail en Malaisie.

6O. Killias fait ressortir les contradictions et les tensions inhérentes au processus de « fabrication d’une employée de maison », un processus à la fois racialisé et profondément genré sur fond d’un discours sur la migration étroitement lié à la promesse de progrès et de mieux-être. La mobilité est contrôlée et légitimée de manière discursive sous plusieurs angles. Le voyage de ces femmes à l’étranger est envisagé comme un acte de piété familiale. La nature explicitement ancillaire, subalterne et temporaire de leur emploi est très explicite. Le droit traditionnellement masculin à la mobilité qui n’obéit pas aux mêmes règles est ainsi préservé et bien différencié.

7Il est socialement inapproprié pour les femmes de parcourir de longues distances sans escorte, ni protection, ce qui rend les courtiers masculins indispensables pour que les jeunes femmes puissent quitter leur village. Elle note également que, même si cette division du travail selon le sexe requiert des courtiers masculins en Indonésie, elle requiert également des agents féminins professionnels en Malaisie qui établiront le lien entre la patronne et ses exigences de patronne et la future domestique et les devoirs qui incombent à ce type d’emploi.

8Follow the Maid montre que les contrats ne sont pas la garantie de conditions de travail plus équitables et qu’il subsiste un risque d’asservissement du fait des dettes contractées pour pouvoir partir travailler à l’étranger.

9Avant le départ, ces femmes passent par des agences de recrutement où elles sont formées – voire surtout « formatées » – pour devenir bonnes à l’étranger et attendre leur placement. La loi indonésienne n° 39/2004 autorise les agences de recrutement à détenir des candidats travailleurs migrants à condition qu’ils soient traités avec humanité et conformément à la législation d’application en dépit de la violation du droit fondamental à la liberté de circulation. Outre l’isolement physique, les femmes sont privées de leur téléphone portable et des coordonnées des parents et amis de leur pays de destination ; un seul téléphone payant pour des centaines de femmes est fourni et les heures de visite sont limitées. Les agences légitiment leurs pratiques en évoquant les risques d’une sexualité féminine jeune qu’il faut impérativement brider. O. Killias fait valoir que les raisons sont plutôt d’ordre économique et que les agences souhaitent garder sous la main leur cheptel très convoité car la demande de domestiques indonésiennes est supérieure à l’offre.

10Dépossédées de leurs effets personnels (vêtements, maquillage, bijoux, livres, souvenirs et photos), ces femmes sont en outre obligées de se couper les cheveux très courts. C’est ainsi que l’ethnographie de O. Killias sur ces « institutions totales » montre comment ces femmes s’accommodent de ce formatage et cette homogénéisation qui feront d’elles des corps et surtout des bras inter-échangeables, aseptisés, asexués, destinés à accomplir sans rechigner des tâches domestiques. En fin de compte, conclut l’auteur, les agences ne forment que partiellement les femmes aux soins et aux tâches ménagères ; l’accent étant surtout mis sur la culture de la patience, de la discrétion et de l’obéissance – qualités majeures pour travailler dans l’intimité de foyers étrangers sous des relations hiérarchiques hautement codifiées.

11Les observations et interactions d’O. Killias dans les camps de formation des agences, les briefings avant le départ et les agences de placement (à Jakarta et en Malaisie), ainsi que les conversations avec les employeurs en Malaisie, démontrent la nature renforçante des stéréotypes de genre et de race. Ils révèlent également les rôles que jouent les recruteurs, les formateurs et les agents pour façonner les attentes des travailleuses domestiques ainsi que celles des employeurs. Le credo des travailleuses domestiques est de « conclure un contrat », coûte que coûte.

12C’est donc un système qui vise à façonner et à socialiser les femmes en une « force de travail fiable, docile et loyale ». Un discours « civilisateur » prédomine, dans lequel les travailleuses indonésiennes venues en Malaisie de l’Indonésie « rurale » sont considérés comme pauvres, « arriérés » et « sans instruction ». Une agence de placement qu’O. Killias a visitée en Malaisie affiche ainsi un tableau avec des photos de maisons en bois délabrées avec la légende « Voici à quoi ressemble ma maison en Indonésie ». En décrivant ces Indonésiennes comme indigentes, les agences malaisiennes les définissent comme différentes de leurs employeurs, ce qui permet parfois aux employeurs de s’imaginer modernes, urbains et bourgeois.

13Cette stigmatisation est évidente, même parmi les bureaucrates indonésiens et l’État, qui encouragent des formes de « protection paternaliste ». Le cadrage des villageoises indonésiennes comme « arriérées » justifie le besoin de formation, les agents et les employeurs accordant la prime de la réussite du contrat aux travailleuses domestiques, dont le manque de compétences ou d’engagement est responsable des mauvais résultats en matière d’emploi.

14Chaque chapitre s’attache à un maillon particulier de cette chaîne et retrace une partie charnière de la migration,ceci dans le but de révéler l’opacité de ce système. Le chapitre 1 présente l’actuel régime migratoire indonésien basé sur le placement sous contrat court à l’étranger de main-d’œuvre comme découlant d’une longue tradition de mobilité qui s’est structurée durant la période coloniale. Le chapitre 2 nous emmène dans les champs de thé des hautes terres de Java central, où les femmes mariées quittent leurs villages pour travailler à l’étranger. Le chapitre 3 nous conduit sur la route des grandes villes dans lesquelles sont implantées les agences de recrutement. Dans le chapitre 4, l’emplacement est le camp d’entraînement, et dans le chapitre 5, l’histoire se déplace pour examiner la vie des travailleurs domestiques migrants derrière les portes de leurs employeurs de la classe moyenne. Et enfin le chapitre 6 réfléchit à ce que signifie rentrer chez soi. Tout au long des chapitres, nous obtenons un aperçu de la complexité des relations entre les réseaux sociaux et familiaux denses, qui ont lieu au milieu de transformations sociales de grande envergure en Indonésie et en Malaisie, avec de multiples intermédiaires jouant un rôle clé dans la mise en place et la mise en forme de la chaîne de soins transnationale.

15Il est important de regarder à l’intérieur de chacun de ces maillons qui révèlent le fonctionnement des infrastructures de migration. Par exemple, les structures de dette sexospécifiques qui engagent les femmes à leur recruteur puis à leurs employeurs jouent un rôle crucial en permettant aux villageoises de migrer. Alors que les hommes migrants ont besoin de lever des fonds pour migrer via des relations d’endettement localisées, la migration des femmes est facilitée par des agences de recrutement qui initieront des fonds, qu’elles chercheront ensuite à récupérer auprès des employeurs. De tels régimes d’endettement sexués facilitent la féminisation de la migration. Par ailleurs, les infrastructures migratoires ne servent pas seulement à reproduire des conditions d’insécurité du travail, elles sont également cruciales pour comprendre comment se produit l’identité même de la « servante déférente ». Cela inclut le rôle des programmes de formation qui enseignent la déférence, ainsi que le rôle joué par les agences dans la projection d’une image d’une domestique de qualité à travers des éléments tels que des photographies et des données biographiques, que les employeurs potentiels peuvent consulter lors de la sélection de leur future employée de maison.

16En examinant l’histoire coloniale de Java, O. Killias met en parallèle les contrats de travail dans les plantations sous la colonisation néerlandaise et la migration de main-d’œuvre actuelle impliquant des femmes de Kalembah – qui travaillaient dans les plantations de thé. Dans le cadre actuel de migration transnationale, les travailleuses domestiques subissent de nombreux mois de retenues salariales après leur arrivée en Malaisie, elles sont liées à des employeurs qu’elles n’ont pas choisi et à des contrats de travail fixes qu’elles ne sont pas autorisées à rompre (sans risque de sanctions sévères). Ce système, pénalisant et contraignant pour la migrante est pourtant une tentative de meilleure gestion de la migration par les autorités. Une intervention accrue de l’État dans la migration transnationale des travailleuses domestiques, en partenariat avec des agents de recrutement privés, a conduit à un système hautement bureaucratisé qui vise, en théorie, à offrir une meilleure protection.

17L’analyse d’O. Killias démontre qu’ironiquement, la « légalisation » de l’industrie de la migration, sous les pressions conjointes de l’office indonésien des migrations et des agences humanitaires internationales, n’améliore pas automatiquement la situation des femmes qui se lancent dans l’aventure migratoire. Au contraire, O. Killias démasque les discours moralisateurs sexistes sur la migration illégale et la traite comme légitimant le travail sous contrat et limitant la mobilité des migrants. En explorant le fonctionnement du régime de migration légale de travail à l’étranger de l’État indonésien, elle plonge le lecteur directement dans la vie des villageoises migrantes et révèle la richesse et l’ambiguïté de leurs expériences, dépassant les représentations stéréotypées d’elles comme « victimes de la traite ».

18Pourtant, comme O. Killias l’illustre de façon astucieuse, ce sont précisément les attentes sexospécifiques concernant le travail domestique et les conditions d’emploi actuelles des travailleuses domestiques migrantes – mouvement restreint, surveillance constante, vivre avec des familles – qui ont permis à tant d’entre elles d’entreprendre cette migration de travail.

19O. Killias illustre aussi les risques liés à la migration ; les ruptures des relations entre celles qui sont parties et ceux qui sont restés derrière, et l’ambivalence palpable – de toutes les parties – vis-à-vis de la migration et ce qu’elle représente. S’il y a clairement des exemples dans lesquels la migration a amélioré les conditions matérielles et les opportunités de vie pour les générations futures, il ne faut pas oublier que, dans l’imaginaire collectif, les success story de la migration ne donnent qu’une image partielle, qui occulte les risques et les ruptures, les douleurs et les chagrins, les affres et les doutes, les négociations en coulisse, le poids des attentes sociales, les pertes immatérielles qui accompagnent les gains.

20Les représentations binaires des travailleuses domestiques migrantes prévalent : ce sont souvent des victimes ou des héros, parfois des figures sacrificielles à valoriser, ou encore des personnes « arriérées » menaçantes, qui doivent être correctement formées et étroitement encadrées.

21Un des aspects les plus novateurs de cette étude est de révèler des informations de première main que beaucoup d’acteurs de cette chaîne migratoire auraient préféré garder opaques, voire secrètes. Réussir à pénétrer les centres de formation pourtant très fermés et avoir déjoué la grande méfiance des différents maillons de cette chaîne migratoire est à mettre sur la pugnacité de cette vraie anthropologue de terrain. L’attention d’O. Killias à la sémiotique et au discours est un des autres aspects réussis de cette étude.

22Pour conclure, Il s’agit donc d’une analyse minutieuse des relations complexes entre la migration, le genre, la race, l’héritage du colonialisme et les formes de réglementation de l’État. Cet ouvrage constitue une lecture incontournable pour quiconque cherche à mieux comprendre les processus contemporains de migration des travailleurs domestiques. Il devrait plus généralement passionner les universitaires et les étudiants ainsi que les décideurs politiques, les ONG, les journalistes et bien d’autres personnes engagées dans les questions de mondialisation, de migration transnationale et de genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Husson, « Olivia Killias, Follow the Maid : Domestic Worker Migration in and from Indonesia »Moussons, 39 | 2022, 221-225.

Référence électronique

Laurence Husson, « Olivia Killias, Follow the Maid : Domestic Worker Migration in and from Indonesia »Moussons [En ligne], 39 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/moussons/9649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.9649

Haut de page

Auteur

Laurence Husson

Anthropologue et géographe, chargée de recherche au CNRS, Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search