Navigation – Plan du site

AccueilNuméros185L'échec électoral est une science...

L'échec électoral est une science exacte

Failure of an election is scientifically predictable!
Michel Fansten
p. 37-67

Résumés

La représentation des comportements électoraux dont il va être question part d’un double postulat : ayant à choisir entre plusieurs candidats, un électeur vote pour celui dont il se considère le plus proche ; dans un électorat homogène, la proximité ainsi introduite se distribue selon une loi statistique simple. Nous avons présenté dans ce premier article quelques-unes des applications de la formalisation mathématique ainsi obtenue dans le cas où les électeurs ont à choisir entre deux options ou deux candidats, en les illustrant à partir des élections françaises récentes. Elles montrent notamment qu’un électorat se mobilise d’autant moins que les choix qui lui sont proposés sont peu lisibles, ou que le camp du candidat dont il serait le plus proche est divisé. Dans une situation où le rapport des forces en présence est à peu près équilibré, cette abstention plus forte dans un camp que dans l’autre déciderait ainsi du résultat du scrutin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Fansten, « L'échec électoral est une science exacte »Mathématiques et sciences humaines, 185 | 2009, 37-67.

Référence électronique

Michel Fansten, « L'échec électoral est une science exacte »Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 185 | Printemps 2009, mis en ligne le 15 mai 2009, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/msh/11010 ; DOI : https://doi.org/10.4000/msh.11010

Haut de page

Auteur

Michel Fansten

Administrateur de l’INSEE (e.r.), michel.fansten@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search