Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Qui a peur de l'arithmétique ?

Qui a peur de l'arithmétique ?

Who is afraid of arithmetic?
Jean-Marc Rohrbasser

Résumés

On considère ici les premiers calculs, effectués dans la seconde moitié du XVIIe siècle et aussi élémentaires soient-ils, s'appliquant à la population. Peut-on, pour des raisons qui tiennent à la fois à la théorie et à la pratique, assigner une durée moyenne à la vie humaine ? À quelle vitesse s'accroît la population ? Les réponses données à ces questions typiques sont régies par une hypothèse de régularité de la nature, voire de l'intention divine, une hypothèse sous-jacente d'ordre : il est possible, dans ces phénomènes, de déceler une loi à l'oeuvre. Dans cette perspective, on étudie la mortalité, avec Graunt et Halley, la probabilité de la durée de la vie, avec les frères Huygens et Leibniz, et l'arithmétique du doublement de la population, avec Petty. Pour ces pionniers, on peut parler à juste titre d'une «arithmétique des populations» parfois probabiliste et toujours orientée vers des problèmes concrets, ceux, précisément, que se pose l'arithmétique politique, ce dernier terme devant être entendu comme ce qui est utile à la cité. C'est donc bien, avec cette esquisse, à la naissance de la statistique démographique que l'on assiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Rohrbasser, « Qui a peur de l'arithmétique ? »Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 159 | Automne 2002, mis en ligne le 10 février 2006, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/msh/2863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/msh.2863

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Rohrbasser

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search