Navigation – Plan du site

AccueilNuméros172Condorcet et la mathématique soci...

Condorcet et la mathématique sociale. Enthousiasmes et bémols

Condorcet and social mathematics; enthusiastic and yet...
Jacqueline Feldman

Résumés

Condorcet est le dernier encyclopédiste : « géomètre », passionné par le « bien public », il croit dans un progrès indéfini de l'esprit humain et des connaissances. La Raison, qui a si bien réussi dans les sciences de la nature, doit à présent servir aussi les « sciences morales », dont le but est le bonheur de l'homme. Premier à proposer et penser une « mathématique sociale », après n'avoir guère été écouté là-dessus au 19e siècle, il a retrouvé, depuis un demi-siècle, une reconnaissance académique, en tant que précurseur des mathématiques appliquées aux sciences de l'homme et de la société. Ce texte rappelle l'évolution de ses idées, en particulier les réticences du début, qu'on peut retrouver dans certaines critiques actuelles. Il évoque aussi, éléments de sa pensée moins connus, l'importance qu'il accorde à « l'art de faire des tableaux » et à l'établissement d'une langue universelle, qui permettraient à tous de participer à la connaissance scientifique. Il signale enfin, au-delà de l'enthousiasme militant de la maturité, quelques réflexions qui montrent que Condorcet n'était pas dupe de la possibilité de certaines dérives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Feldman, « Condorcet et la mathématique sociale. Enthousiasmes et bémols »Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 172 | Hiver 2005, mis en ligne le 22 avril 2006, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/msh/2955 ; DOI : https://doi.org/10.4000/msh.2955

Haut de page

Auteur

Jacqueline Feldman

Directeur de Recherches Honoraire au CNRS, jacqueline.feldman@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search