Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2I - Analyses linguistiques et did...Jonction syntaxique et formalité ...

I - Analyses linguistiques et didactiques de pratiques langagières en contextes

Jonction syntaxique et formalité du contexte

Syntactic Junction and Procedural Context
Anne‑Marie Bezzina
p. 61-75

Résumés

Le contexte est co-construit et reconstruit tout au long de l’échange communicationnel. Dans cet article, une analyse est faite des modalités dont la variation stylistique fonctionne comme indice de contextualisation dans des situations marquées par divers degrés de formalité, à travers le trait de la jonction propositionnelle. La distinction est soulignée entre formel institutionnel et formel des locuteurs individuels. Il sera démontré que le degré d’intégration par subordination est élevé dans les contextes institutionnels, mais que la formalité chez les locuteurs non professionnels de la parole publique est marquée par d’autres traits linguistiques. Dans cette étude, la jonction propositionnelle s’avère être l’indice d’une variation stylistique qui passe par les registres et qui est inhérente au maltais.

Haut de page

Texte intégral

1Afin de pouvoir interpréter correctement un énoncé, dans le cadre de l’échange communicationnel, les locuteurs ont besoin de le contextualiser, c’est‑à‑dire de comprendre, d’établir le contexte du discours. Auer (1992) définit les indices de contextualisation comme les moyens à travers lesquels les participants parviennent à transmettre des informations parallèlement au contenu véhiculé par leurs énoncés, afin d’indiquer le cadre et le type de leur message. Contrairement à la conceptualisation du contexte comme réalité stable, définie et unidirectionnelle, la notion de contextualisation se fonde sur l’idée du contexte en tant que réalité flexible, mouvante, co‑construite et reconstruite par les participants tout au long de l’interaction.

2Cette étude, consacrée à la relation entre texte et contexte, repose sur l’hypothèse qu’un discours n’est pas simplement déterminé par son contexte, mais qu’il contribue lui-même et largement à la construction de ce contexte. Les deux traits de la flexibilité et de la réflexivité impliquent qu’un grand nombre d’éléments verbaux et non verbaux peuvent remplir la fonction d’indices de contextualisation. Parmi ces indices non référentiels, non lexicaux, citons les mimiques, la prosodie, les gestes, les régulateurs discursifs et la variation linguistique, y compris les styles discursifs (Auer, 1992 : 24).

La variation stylistique : indice de contextualisation

3L’objectif de cette analyse est d’interroger le trait de la jonction propositionnelle dans un corpus maltais pour cerner les retombées du contexte spécifique sur le style, compris en tant que variation stylistique, et celles du style sur le contexte.

Présentation du corpus

4L’intention de repérer, dans notre maltais, les éléments dus à la variation stylistique a impliqué qu’un nombre restreint de personnes soient suivies pour des enregistrements d’interactions ou de parties d’interactions, dans diverses circonstances. Les enregistrements ont été faits durant plusieurs mois. Les participants ont donné leur accord pour se laisser enregistrer sans toujours être avertis du moment où il allait être effectué.

  • 34 Le fait d’enregistrer des membres appartenant à un groupe dont les membres se connaissent bien a de (...)

5La sélection des locuteurs sur le terrain repose sur le postulat qu’il existe deux types distincts de discours formels : « le formel institutionnel » et « le formel des locuteurs individuels ». Pour les appréhender, nous nous sommes référée à Bilger et Cappeau (2004) qui, à travers l’exploitation de l’exemple du locuteur non professionnel de la parole publique et celui de l’homme politique, démontrent comment la notion de registre permet d’expliquer les différences entre leurs discours. Ainsi, nos participants sont des professionnels et des non-professionnels de la parole publique. Les professionnels de la parole publique sont un professeur d’université, sa femme, pharmacienne34, et un député parlementaire. Les locutrices non professionnelles de la parole publique sont une assistante en pharmacie et sa sœur, infirmière. Dans le cadre de cet article nous ne pouvons exposer l’analyse de tout le corpus ; nous nous contenterons des résultats concernant la pharmacienne et le professeur. Cependant, dans le corpus, les schémas de jonction propositionnelle réalisée par l’infirmière confirment ceux qui se manifestent chez la pharmacienne, et les mêmes schémas que ceux de la jonction réalisée par le professeur apparaissent dans les interactions du député (Busuttil Bezzina, 2013).

6Nous avons retenu ici un article de presse du député, le seul locuteur habitué au maltais écrit (dans son usage institutionnel et médiatique), alors qu’il est impossible d’obtenir un échantillon en maltais écrit des autres locuteurs ; la langue de l’écrit étant pour eux l’anglais.

  • 35 Voir plus loin, à titre d’exemple, l’explication du schéma 1 et l’Ex. N° 2.

7L’analyse du corpus vise à identifier, à travers le trait de la jonction syntaxique, la « variation intralocuteur », à partir du degré de complexité syntaxique manifesté dans le discours du même locuteur enregistré dans des situations différentes. Notre but est de vérifier si celui-ci est sensible (ou pas) à la variation, selon le degré de formalité qu’il perçoit ou veut établir dans un contexte donné, à travers les schémas de subordination35. L’évidence de la variation dépend des corrélations entre les données contextuelles et la fréquence des faits de langue. La description des transcriptions de notre échantillon montre la distance qui les sépare au niveau du degré de formalité :

  • texte radiophonique : une interview radiophonique d’un professeur d’université, historien de la culture (durée : 27 minutes) ;

  • fête de famille : conversation spontanée entre membres d’une famille qui fêtent la première communion de leur fillette (durée : 24 min.) ;

  • dîner familial : conversation spontanée, chez le professeur, entre lui et ses invités : l’assistante en pharmacie, sa sœur, son beau-frère et leurs deux enfants (durée : 69 min) ;

  • article : article rédigé par le député pour un site électronique d’un parti politique (longueur : 884 mots) ;

  • entretien à la compagnie financière 1 : entretien, dans les bureaux d’une compagnie financière, entre l’agent commercial, l’assistante en pharmacie accompagnée de sa sœur. L’interaction est marquée par une forte alternance codique (durée : 20 min.) ;

  • déjeuner au restaurant : conversation spontanée entre la grand-mère, ses quatre enfants (dont la pharmacienne et l’infirmière) et leurs familles respectives, au cours d’un déjeuner au restaurant (durée : 15 min.).

Tableau 1 : Répartition des interactions du corpus selon les locuteurs

RÉPARTITION DES INTERACTIONS DANS L’ÉCHANTILLON

Locuteur 1 :
professeur d’université

Locutrice 2 :
assistante en pharmacie

Situation formelle

1. Émission radiophonique portant sur son expertise d’historien – RADIO

1. Chez un agent financier, en compagnie de sa sœur, infirmière, pour discuter de l’héritage du père de la locutrice et de son réinvestissement – COMPAGNIE FINANCIÈRE 1

Situation informelle

1. Première communion de la nièce du locuteur – FÊTE de FAMILLE
2. soirée familiale chez le locuteur avec la famille de sa belle‑sœur – DÎNER

1. Soirée familiale chez la locutrice : la famille de sa sœur est invitée – DÎNER
2. Première communion de la nièce de la locutrice  – FÊTE de FAMILLE
3. Déjeuner en famille au restaurant – RESTAURANT

Variation stylistique et alternance codique bilingue

8L’étude de la complexité syntaxique dans cet échantillon est fondée sur le modèle présenté par Koch (1995) qui repose sur le phénomène universel du langage qu’est la jonction : un locuteur fait appel constamment, ou joint à son discours, les représentations linguistiques de deux ou plusieurs réalités extralinguistiques. C’est à cette dimension de la jonction que se rapportent les procédés de la juxtaposition, de la coordination et de la subordination.

9Ces procédés se situent sur un continuum avec, à ses deux pôles, les principes de la juxtaposition de deux phrases et de l’intégration d’une séquence dans une autre (Ibid.). Il se réfère à deux textes extraits d’un corpus français : une conversation spontanée pendant un dîner familial et un cours magistral à l’université. Ces textes sont censés illustrer les différences d’organisation propositionnelle dans un contexte informel, spontané, relevant de l’oralité, et un contexte formel, au sein duquel le discours est planifié et syntaxiquement proche de la scripturalité conceptuelle.

10Cependant, nos intentions divergent de celles de Koch sur plusieurs plans. Notre visée étant la variation intralocuteur, notre but a été de constituer nous-mêmes un corpus contenant les interactions des mêmes locuteurs dans des situations marquées par différents degrés de formalité, et par différents types de discours formels.

11Koch travaille sur le français, langue connue pour son exceptionnelle richesse au niveau de la variation stylistique (Armstrong 2011, George 1993, Lodge 1993, Sanders 1993) ; l’écart des formes entre discours normé et non standard y est donc plutôt prévisible.

  • 36 Malte, qui fut colonie britannique pendant 170 ans, est un archipel situé en Méditerranée ; sa popu (...)

12Nous visons, pour notre part, le phénomène de la variation stylistique par rapport au maltais, avec l’objectif de vérifier si les différences attestées pour le français peuvent être confirmées également pour cette langue. Il n’est pas, en effet, évident que la configuration stylistique en français soit la même qu’en maltais. Le maltais domine dans la conversation quotidienne, même si une partie de la population, socialement plutôt favorisée ou voulant afficher son éducation ou son statut, préfère parler en anglais. Le maltais, en effet, est la langue nationale de Malte36 et il est aussi langue officielle avec l’anglais. Les institutions publiques privilégient l’emploi du maltais : langue du parlement, des tribunaux et de la communication écrite du service public. L’anglais également est la langue de l’écrit pour une grande partie de la population, et la langue des transactions du secteur privé. Cette situation linguistique explique que l’alternance codique soit fortement présente surtout dans la communication orale.

13Or, la thèse généralement avancée par les chercheurs est celle des rapports très étroits de l’alternance codique bilingue avec les dimensions du style. Blom et Gumperz (1972) ont été les premiers à avoir postulé l’identité fonctionnelle de l’alternance codique bilingue et de la variation stylistique en situation monolingue. En décrivant l’alternance métaphorique à Hemnesberget, ils soutiennent que le choix entre le ranamal (dialecte régional) et le bokmal (norvégien standard) est lié aux relations entre les individus ; il génère des significations qui ressemblent aux significations véhiculées par la fluctuation entre styles formels et styles informels dans une communauté monolingue (voir aussi Traugott et Romaine, 1985 et Bell, 2001). Gadet (2005), également, affirme que les principes qui incitent le locuteur monolingue à changer de style sont déterminés par les mêmes motivations que ceux qui poussent le locuteur bilingue à alterner les langues. Dans les deux cas, la condition préalable est que l’interlocuteur ait l’habileté de percevoir l’alternance et sa valeur. Selon Gadet, ce que certaines sociétés manifestent par l’alternance stylistique s’exprime chez d’autres par l’alternance codique.

14Notre connaissance du contexte maltais, en tant que locutrice native, nous amène à penser que cette répartition supposée nette entre alternance de registre survenant en contexte monolingue et alternance codique caractérisant les contextes bilingues ne peut rendre compte que partiellement de la situation linguistique réelle à Malte.

15Les deux types de variation peuvent coexister : l’alternance codique avec ses significations sociolinguistiques se réaliserait parallèlement à la variation stylistique au sein de la langue maltaise ; celle‑ci jouissant d’un statut important qui nécessite l’emploi d’un maltais formel en même temps qu’elle sert de langue vernaculaire pour la majorité de la population. Nous nous posons donc la question de savoir si l’on peut superposer la variation stylistique intralinguistique et la variation qui se réalise par alternance codique et qui est très présente en contexte maltais. Si des formes variables en fonction de la situation de communication se confirmaient au niveau syntaxique à travers le trait de la jonction propositionnelle, cela corroborerait la thèse, qu’à Malte, la variation stylistique passe par le registre au sein de la langue elle‑même - comme Koch l’atteste pour la situation monolingue de la France - et par l’alternance codique.

Étude syntaxique de la variation stylistique

16Une explication s’impose concernant la segmentation des phrases en propositions dans nos exemples. Les crochets délimitent les propositions, notamment les subordonnées. Chaque verbe (ou copule) est considéré comme marqueur d’une proposition.

17Il en va ainsi également des verbes ayant une valeur modale ou aspectuelle ou exprimant des références temporelles. La règle de base est similaire à celle explicitée par Riegel et al. : « Il y a […] en principe, dans une phrase complexe autant de propositions qu’il y a de verbes » (Riegel et al., 2004 : 473). Nous verrons pourtant que cette règle est davantage applicable à l’écrit, avec ses structures régulières ; à l’oral, la répétition, la bifurcation et la recherche des mots en temps réel font que plusieurs verbes peuvent se suivre en constituant des alternatives juxtaposées, et sont à regrouper au même niveau d’intégration comme dans l’exemple 1 :

  • 37 « […] elle a eu peur [que son père allait créer allait faire un tas d’histoires] » (Traduit par nos (...)

18Ex. n° 1- beżgħet [li missierha se jagħmel se jqajjem plejtu]. INFIRMIÈRE : FÊTE DE FAMILLE37

19Notre hypothèse est que plus le contexte est perçu et façonné en tant que formel, plus les structures se complexifient par le recours, entre autres, à l’intégration des propositions, tandis que la juxtaposition caractérise les contextes informels. La coordination a un effet intermédiaire. En ceci nous rejoignons les affirmations théoriques de Givon (1979) et les conclusions de l’étude empirique de Koch qui relève « la complexité considérable qui caractérise indéniablement un type de communication orienté vers la distance » (Koch, 1995 : 29). Ce dernier a établi une échelle des différents degrés de complexité syntaxique (ibid. 23) :

Figure 1 : schéma de la dépendance syntaxique de Koch

Figure 1 : schéma de la dépendance syntaxique de Koch

20Le schéma de la dépendance proposée par Koch (figure 1) permet d’appréhender la complexité syntaxique en explicitant les différents degrés de l’intégration des propositions subordonnées dépendantes à l’intérieur d’une même phrase matrice identifiée comme le niveau supérieur de construction syntaxique. Le degré d’intégration se mesure selon le nombre de propositions subordonnées telles qu’elles s’expriment linguistiquement par la présence d’un verbe. Ainsi, dans l’énoncé L6, l’intégration des subordonnées se poursuit jusqu’au septième degré (sept verbes dépendants) :

  • 38 Le symbole indique une intonation interrogative.

Dîner familial : le professeur (voir tab. 1)

Ex.n° 2 : L6 : [Ml‑aħħar darba ċempilt is-*Santa Sede* u nsejt [1nagħmilhom1] jien
L2 : ċempilt ħafna jiena =ġifieri
L4 : naħseb tela’
L3 : imm = =iġifieri / ma jiġikx ta
L6 : [2għax jiena s-*Santa Sede* sirt [3inċempel issa
L2 : mhm
L3 : għandkom ġuħ (ħi ħa neqleb ?) l-ikel38
L6 : ma’ Ratzi
L2 : fi xħin trid *Jackie* fi xħin tieklu intom
L6 : [4għax [5biex tidħol fl-arkivju [6fej = kien hemm hu // tal-kongregazzjoni tal-fidi haw = / tal-inkwiżizzjoni6]
L2: mhm
L6: trid [7tibbukkja *in advance*7]5]4]3]2]M] (M= Phrase matrice)

L6 :[M la dernière fois j’ai appelé le Saint‑Siège et j’ai oublié [1de les faire1] moi < le préfixe pour un coût avantageux pour les appels à l’étranger >
L2 : j’ai été longtemps au téléphone moi hein
L4 : je crois que ça reviendra cher
L3 : mais ça veut dire / ça ne revient pas cher tu sais
L6 : [2parce que moi c’est le Saint-Siège [3que j’appelle maintenant
L2 : mhm ?
L3 : vous avez faim (chéris pour que je serve ?) le dîner ?
L6 : avec Ratzi
L2 : quand tu veux Jackie à l’heure où vous mangez vous
L6 : [4parce que [5pour entrer dans les archives [6où il était lui // de la congrégation de la foi euh / de l’inquisition6]
L2 : mhm ?
L6 : il faut [7réserver d’avance7]5]4]3]2]M]

Complexité syntaxique et formalité : la subordination

21•La subordination chez la pharmacienne, locutrice non professionnelle de la parole publique : l’observation des tendances de la complexité syntaxique en fonction du degré de formalité des situations révèle des décalages très nets entre le comportement linguistique des locuteurs professionnels de la parole publique et celui des locutrices non professionnelles. Celles-ci n’ont pas, comme les professionnels, l’occasion de développer des arguments qui doivent être convaincants dans des situations institutionnellement formelles. Pour les locutrices, la formalité signifie une interaction avec une personne dans le cadre d’un rapport excluant l’intimité, dans un domaine technique, ou dans le cas d’une transaction. Il s’agit d’interactions limitées à un nombre réduit de participants, et les tours de parole alternent presque régulièrement, sans se prolonger. Par contre, les interventions des professionnels de la parole publique passent souvent par les médias, et ces locuteurs sont amenés à exposer longuement leurs arguments en public.

22L’écart entre les propos formels et les propos informels est donc plus net, et cette distinction est évidente au niveau des schémas d’intégration propositionnelle. En effet, le degré d’intégration syntaxique ne varie pas en fonction de la formalité du contexte chez la pharmacienne et l’infirmière. Durant l’interaction formelle à la compagnie financière (tab.1), avec l’interlocuteur expert de la finance, la pharmacienne fait des efforts pour se conformer au degré supérieur d’intégration de l’échange, tandis que l’assistante en pharmacie peine à le faire ; elle ne parvient qu’une seule fois à une intégration du quatrième degré et une seule fois à celle du troisième degré :

  • 39 Les parties sans crochets des propositions sont fournies uniquement pour aider à la compréhension d (...)
  • 40 Le soulignement indique des chevauchements.
  • 41 Vraisemblablement un verbe est inclus dans cette partie inaudible.
  • 42 Les traductions tentent de rester fidèles aux productions originales ; l’objectif n’est donc pas de (...)

Pharmacienne : compagnie financière 1 (voir tab.1)

Ex.n° 3 : L2 : infatti ftit xhur ilu ċempel xi ħadd39
L1 : eħe
L2 : lill-ma40/ u [Mqalilha [1XXXX41 [2għax hawwhekk haw = interessi [3mhuma [4jinġabru4] qatt3]2]1]M] […]
L2 : kien xi ħadd ieħor =ġifieri / qaltlu dak ilu li miet sentejn
L1 : mh
L2 : *like* / =iġifieri da = kieku / ma ċemplilhiex / ma konniex nafu bih < compte du père décédé> / ma ma sibna xejn karti tiegħu u hekk / jew / ma nafux fejn poġġiehom il-papà *anyway* […]
L2 : [Mgħidna [1min jaf [2hemmx oħrajn [3li *we don’t know*3]2]1]M]

L2 : en effet il y a quelques mois quelqu’un a téléphoné
L1 : oui ?
L2 : à ma mère / et [Mil lui a dit [1XXXX [2parce qu’ici il y a des intérêts [3qui ne sont jamais [4retirés4]3]2]1]M] […]
L2 : c’est-à-dire c’était quelqu’un d’autre / elle lui a dit il y a deux ans qu’il est mort
L1 : mh
L2 : comme ça / c’est-à-dire cet homme si / il ne lui avait pas téléphoné / nous n’en étions pas au courant / nous n’avons n’avons trouvé aucun papier à lui et comme ça / ou bien / en tout cas nous ne savons pas où papa les a mis […]
L2 : [Mnous nous sommes dit [1qui sait [2s’il y en aurait d’autres [3que nous ne savons pas ?3]2]1]M]42

23Dans les interactions informelles, paradoxalement et probablement parce que la contrainte de l’alternance codique que la pharmacienne s’impose dans les situations formelles s’y fait beaucoup moins sentir, il arrive à la locutrice de développer davantage ses tours, pour produire, trois fois, une intégration atteignant le quatrième degré. Il se peut que les sujets (la mode, le manque d’appétit de son fils) l’engagent davantage. Dans l’exemple suivant, la citation contribue à accroître le degré d’intégration par l’emploi d’un verbe du concept « dire » :

  • 43 Ici, la locutrice passe outre une conjonction : (jekk [si] / meta [quand]).

Pharmacienne : restaurant (tab.1)

Ex.n° 4 : L3 : [Mngħidlu nagħtu kas [1*today you have [2to take soup* / [3għax jien nagħmel darba fil-ġimgħa ħaxix / darba minnhom3]2]1]M] / [M[1inkun43 [2għadni x‑xogħol2]1] / jgħidli [3jkolli / [4haw = intihulu jien4] 3]M] / jieħdu =mma jrid joqgħod jitimgħu

L3 : [Mje lui < à son fils > dis par exemple [1aujourd’hui tu dois [2prendre de la soupe / [3parce que je fais une fois par semaine des légumes / une fois3]2]1]M] / [M[[1+2(si/quand) je suis encore au travail2+1]] / il < son mari > me dit [3je dois [4euh le lui donner à manger moi4]3]M] / il en prend mais il doit le lui donner à manger lui ».

24En dehors des exemples cités ci-dessus et de deux autres cas d’intégration au troisième niveau, la subordination, certes fréquente dans les interventions de cette locutrice, ne dépasse jamais le premier ou le deuxième degré, aussi bien dans son texte formel (Ex.n° 5) que dans ses textes informels (Ex. n° 6) :

  • 44 Les majuscules indiquent une forte intensité.

Pharmacienne : compagnie financière 2

Ex.n° 5 :
L2 : imm = [M =ed nirċievu ħafna *in our ndividual* / [1għax
L1 : le *ok*
L2 : ILNA [2nsibu2]1]M] < rires > / [MILHOM44 [1ġejjin1]M]

L2 : mais [Mnous en recevons beaucoup sous nos (noms) individuels / [1parce que
L1 : non d’accord
L2 : cela fait longtemps [2que nous nous en trouvons2]1]M] < rires > / il en vient beaucoup

Pharmacienne : fête de famille

Ex.n° 6 : L12 : kelli l-patata tinħall /// u [Ml‑laħam / [1kieku ma tħallihx [2idum fil‑platt2]1] / ma jkunx iebes huM]

L12 : j’avais les pommes de terres fondantes /// et [Mla viande / [[1+2si tu la laisses pas longtemps dans l’assiette2+1] / elle durcit pas n’est-ce pas ?M]

  • 45 Ainsi, dans ses conversations en famille, l’infirmière réalise des troncations ou des modifications (...)

25Ces constatations nous permettent conclure que le passage à la formalité ne se réalise pas chez les non-professionnelles de la parole publique par une subordination plus importante, mais il peut être évident à d’autres niveaux linguistiques, par exemple dans l’emploi du lexique, et dans les différences de prononciation45.

26• La subordination chez le professeur, locuteur professionnel de la parole publique : comme souligné plus haut, c’est la variation syntaxique, dans la gamme variationnelle plus large des locuteurs professionnels de la parole publique, qui révèle une distinction claire au niveau de la complexité des interactions formelles et informelles. La plupart des nombreuses phrases intégrant des séquences subordonnées produites par le professeur dans la conversation spontanée vont jusqu’au premier ou deuxième degré de dépendance :

Professeur : fête de famille

Ex.n° 7 : L10 : [Mbniedem bħal dak [1li jmut ta’ ħamsin sena fid-dinja ta’ llum1] ma tagħmilx sensM]

L10 : [Mun homme comme lui [1qu’il meure à cinquante ans de nos jours1] ça n’a pas de sensM]

27Nous ne rencontrons que quatre fois trois propositions subordonnées dans une phrase, deux fois la subordination au quatrième degré, une fois l’intégration au cinquième et une fois au sixième, et deux énoncés avec sept propositions subordonnées (Ex. n° 2). Malgré le cadre informel, presque tous les énoncés à complexité moyenne ou majeure concernent des sujets techniques ou scientifiques : études et recherches du professeur, ses expertises d’historien :

Professeur : dîner

Ex.n° 8 : L6 : [Mmela jiena nista’ [1jekk hemm argument [2illi jsaħħaħ l-argument tiegħi / u ġej mill-letteratura Ċiniża2]1] / [3ma nużahx3]M]

L6 : [Mest-ce que je peux [1s’il existe un argument [2qui appuie mon argument à moi / et il vient de la littérature chinoise2]1] / [3ne pas l’utiliser ?3]M]

28Par contre, dans le texte radiophonique (RADIO), l’intégration est poussée jusqu’au onzième niveau. Ce que Koch (1995) n’a pas relevé dans ses observations est qu’à l’oral la syntaxe ne s’ordonne pas selon le principe du parfait équilibre : on est loin des structures ordonnées de l’écrit. Les dépendances ne sont pas toujours faciles à retracer, d’autant que les énoncés sont parfois elliptiques au niveau du verbe. Il arrive qu’une proposition principale tout entière soit implicite. L’effet de complexité s’en trouve accru du point de vue de l’interlocuteur qui doit établir une dépendance avec un élément non explicite. Ailleurs, lorsque c’est la conjonction qui est absente, la difficulté réside dans l’établissement de la relation,. L’exemple ci‑dessous illustre ce genre de formes typiques de l’oral :

Professeur, infirmière : fête de famille

Ex.n° 9 : L5 : kien joqgħod jieħu l-ossiġnu = ħabba l-ġilda biex ma X
L11 : eh biex ma biex ma jixjieħx
L10 : u joħroġ barra jagħmel ma nafx xiex f’rasu (absence de conjonction (meta, jekk, biex))
L5 : ukoll dak kieku kienet tieklu x-xemx (absence de syntagme verbal ‑ hypothétique)

L5 : il prenait de l’oxygène à cause de sa peau pour ne pas X
L11 : oui pour ne pas pour ne pas vieillir
L10 : et il sortait il portait je ne sais pas quoi sur la tête (absence de conjonction (quand,si, pour))
L5 : aussi lui autrement (si) le soleil l’aurait brûlé (absence de syntagme verbal - hypothétique)

29Dans le texte radiophonique, lorsque l’intégration est poussée au 10e degré par exemple, il peut arriver qu’on perde le fil syntaxique et/ou sémantique, à cause des détails introduits sous forme de différentes subordonnées : des relatives, une hypothétique, une circonstancielle,…On a l’impression qu’il manque, à l’hypothétique, la contrepartie principale, stabilisante : [[ =ekk aħna naraw ’il Eugene Weber] ; si on mentio- voit Eugene Weber … + Verbe régissant : absent] :

Professeur : Radio

Ex.n° 10 :
L2 : ... [Mhemm min jgħid ukoll [1 =ekk aħna ngħi- naraw ’il *Eugene Weber* / [2li kiteb il-famuż ktieb *Peasants into Frenchmen* / [3ħafna żmien ilu / fin- fl-elf si- disa’ mija u sitta w sebgħin3] / [4fejn jgħid / jiddiskuti da = / L-ISFORZ KBIR / [5li sar / [6incbdejna fi żmien *Luigi* Erbatax / speċjalment fil-mitt sena fi żmien *Colbert* =iġifieriinc6] / [7inctibqa’ [8sejjer sa żmien i :l-Rivoluzzjoni Franċiża8]inc7] [9incmbagħad l-*effort* ENORMI erġajna l-isforz enormiinc9] li sar fi żmien ir-Rivoluzzjoni [10biex ’il dan-nies jagħmilhom ĊITTADINI10]5] 4]2] (il manque à ce point 1], et donc M])
L1 : hekk hu
L2 : u tibqa’ sejjer / imma r-realtà hi / illi l-Franċiżi saru Franċiżi kif nifhmuhom illum / illi kulħadd jaħseb illi hu Franċiż ... FL-EWWEL GWERRA DINJIJA

L2 : ... [Mil y en a qui disent même [1si on mentio- voit Eugène Weber / [2qui a écrit le livre célèbre De paysans à Français / [3il y a très longtemps / en en mille s- neuf cent soixante-seize3] / [4où il dit / il discute lui / du GRAND EFFORT / [5qui avait été fait / [6incon commença au temps de Louis XIV / surtout durant les cent ans au temps de Colbert c’est-à-direinc6] / [7incon continue [[8]à poursuivre jusqu’au temps de la Révolution française8]inc7] [9incet puis l’effort ENORME on y était de nouveau l’effort énormeinc9] qui se fit au temps de la Révolution [10pour transformer ces gens en CITOYENS10]5]4]2] (il manque à ce point 1], et donc M])
L1 : absolument
L2 : et ça continue / mais la réalité est / que les Français devinrent Français comme nous les connaissons aujourd’hui / que tout le monde pense qu’il est français ... durant la PREMIERE GUERRE MONDIALE

30• Confrontation avec les schémas d’intégration réalisés à l’écrit : la confrontation de ces données avec celles du texte ARTICLE indique une forte affinité entre les schémas d’intégration des subordonnées dans les textes oraux formels et dans ce texte écrit. L’intégration y atteint le dixième degré :

Député : article

Ex.n° 11 : [MMa jagħmilx iktar sens [1li tingħatalhom il-mediċina, [2ħalli jkunu [3jistgħu [4jibqgħu fi djarhom u fil-komunita’ [5fejn ikunu [6twieldu, trabbew u għexu6] [7għal kemm jista’ [8jkun żmien possibbli8]7], [9fejn ikunu fost in-nies [10li tant iħobbu u li jħobbuhom10]9]5]4]3]2]1]M] ?

[MEst-ce que cela n’a pas plus de sens [1qu’il leur soit donné les médicaments, [[2+3pour qu’ils puissent [4rester chez eux et dans la communauté [[5+6où ils sont nés, où ils ont été élevés et ont vécu6]] [[7+8aussi longtemps que possible8+7]], [9où ils sont parmi les gens [10qu’ils aiment tant et qui les aiment ?10]9]5]4]3]2]1]M]

31La principale différence entre les textes oraux formels et le texte ARTICLE ne réside pas dans le calcul statistique de la complexité syntaxique, mais dans le fait que les phrases écrites du député sont fondées sur la précision syntaxique, l’organisation grammaticale régulière au niveau des relations interpropositionnelles.

Principales observations

32Une distinction nette émerge au niveau de la complexité syntaxique à partir de l’analyse quantitative de textes caractérisés par leur appartenance à des contextes marqués par des degrés et des types de formalité différents.

33Le résultat inattendu est que la subordination se révèle n’être pas du tout rare à l’oral, même dans la conversation spontanée, mais le degré d’intégration est beaucoup plus important dans les textes produits dans des contextes institutionnellement formels ou médiatiques. Les chiffres correspondent à ceux obtenus dans un texte écrit. Entre le texte écrit et les textes oraux formels, les différences majeures résident plutôt dans les libertés ou les contraintes par rapport aux règles syntaxiques, que dans le degré de dépendance des séquences.

34De manière générale, les textes institutionnellement formels font preuve d’une complexité syntaxique majeure par rapport aux textes produits dans des contextes de familiarité ou relevant du formel des locuteurs individuels. La variation stylistique, se manifestant à travers la complexité variable des schémas de jonction propositionnelle, remplit la fonction de contextualisation : la formalité des structures du code contribue à l’établissement du contexte formel.

  • 46 Cf. Borg Albert et Azzopardi-Alexander M. (1997 : 82), et notamment Stolz (2009) sur la densité mar (...)

35Alors que pour Koch, « la complexité quantitative ne dépasse jamais » le cinquième degré d’intégration (Koch, 1995 : 35), dans les textes formels maltais l’intégration a été poussée jusqu’au onzième niveau. Ces données reflètent la fréquence de la mise en série de multiples verbes, caractéristique inhérente au maltais, un trait sémitique préservé dans la langue46. Ce trait de la jonction syntaxique semble d’ailleurs bien confirmer que le maltais est une langue susceptible d’être soumise à l’influence du degré (et du type) de formalité, et que cette influence peut se traduire en variation syntaxique. Ainsi, la jonction propositionnelle s’avère être l’indice de ce que la variation stylistique en contexte maltais passe par la variation de registre au sein de la langue maltaise, et non pas seulement par l’alternance codique évidente dans ce contexte bilingue. Cependant, des études portant sur d’autres traits syntaxiques ou appartenant à d’autres niveaux de description linguistique sont nécessaires pour corroborer cette réalité linguistique attestée pour la jonction propositionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Armstrong N., Social and Stylistic Variation in Spoken French: A Comparative Approach, Amsterdam, John Benjamins, 2001.

Auer P., « Introduction: John Gumperz’s Approach to Contextualization », in Auer P., Di Luzio (dir.), The contextualization of language, Amsterdam, John Benjamins, 1992, pp. 1-38.

Bell A., « Back in Style: Reworking Audience Design », in Eckert P., Rickford J.R. (dir.), Style and Sociolinguistic Variation, Cambridge, CUP, 2001, pp. 139-169.

Bilger M., Cappeau P., « L’oral ou la multiplication des styles », in Langage et société, vol. 3, n° 109, Maison des Sciences de l’Homme, 2004, pp. 13-30.

Blom J., Gumperz J., « Social Meaning in Linguistic Structure: Code-Switching in Norway », in Gumperz J., HYMES D. (dir.), Directions in sociolinguistics, New York, Holt, Rinehart and Winston Inc., 1972, pp. 407-434.

Borg Albert, Azzopardi - Alexander M., Maltese, Oxford, Routledge, 1997.

Busuttil Bezzina A., La variation stylistique en maltais : étude des usages concrets de la langue appuyée sur une approche comparative des phénomènes variationnels en maltais et en français, Thèse de Doctorat, Université Paris Ouest Nanterre / University of Malta, 2013.

Gadet F., « Research on Sociolinguistic Style », in Ammon U. et al. (dir.), Sociolinguistics / Soziolinguistik, Berlin et New York, De Gruyter, 2005, pp. 1353-60.

George K., « Alternative French » in Sanders C. (dir.), French today: Language in its Social Context, Cambridge, CUP, 1993, pp. 155-170.

Givon T., « From Discourse to Syntax: Grammar as a Processing Strategy », in Givon T. (dir.), Discourse and Syntax, série Syntax and Semantics, n° 12, New York, Academic Press, 1979, pp. 81-112.

Koch P., « Subordination, intégration syntaxique et ‘oralité’«, in Études romanes, n° 34, Université de Copenhague, 1995, pp. 13-42.

Lodge A., French: from Dialect to Standard, Routledge, 1993.

Riegel M., Pellat J.-C., Rioul R., Grammaire méthodique du français, 3e éd., Paris, PUF, 2004.

Sanders C., « Sociosituational variation », in Sanders C. (dir.), French today: Language in its Social Context, Cambridge, CUP, 1993, pp. 27-53.

Stolz T., « Splitting the verb chain in modern literary Maltese », in Comrie B., Fabri R., Hume E., Mifsud M., Stolz T., Vanhove M. (éds.), Introducing Maltese Linguistics, Amsterdam / Philadelphia, John Benjamins, 2009, pp. 133-179.

Tannen D., Conversational Style: Analyzing Talk among Friends, (2e éd.), Oxford, OUP, 2005 .

Traugott E., Romaine S., « Some questions for the definition of ‘style’ in socio-historical linguistics » in FOLIA LINGUISTICA HISTORICA n° VI, De Gruyter, 1985, pp. 7-39.

Haut de page

Notes

34 Le fait d’enregistrer des membres appartenant à un groupe dont les membres se connaissent bien a des avantages quant au type de langage utilisé (voir Tannen, 2005 : 43-44).

35 Voir plus loin, à titre d’exemple, l’explication du schéma 1 et l’Ex. N° 2.

36 Malte, qui fut colonie britannique pendant 170 ans, est un archipel situé en Méditerranée ; sa population est de 400.000 habitants.

37 « […] elle a eu peur [que son père allait créer allait faire un tas d’histoires] » (Traduit par nos soins en respectant autant que faire se peut la formulation originale).

38 Le symbole indique une intonation interrogative.

39 Les parties sans crochets des propositions sont fournies uniquement pour aider à la compréhension des exemples.

40 Le soulignement indique des chevauchements.

41 Vraisemblablement un verbe est inclus dans cette partie inaudible.

42 Les traductions tentent de rester fidèles aux productions originales ; l’objectif n’est donc pas de les rétablir dans un français « correct ».

43 Ici, la locutrice passe outre une conjonction : (jekk [si] / meta [quand]).

44 Les majuscules indiquent une forte intensité.

45 Ainsi, dans ses conversations en famille, l’infirmière réalise des troncations ou des modifications de la forme phonique des mots qui sont couramment entendus. L’hiatus est souvent éliminé dans le corpus enregistré par la chute de l’une des voyelles. Cependant, si dans l’interaction semi-formelle de l’infirmière, la chute concerne presque exclusivement la rencontre de la même voyelle, dans les interactions informelles elle passe outre une voyelle même lorsque celle-ci est différente de celle qui lui est contigüe. Chez la pharmacienne, la formalité est surtout indiquée par une très forte alternance codique entre le maltais et l’anglais.

46 Cf. Borg Albert et Azzopardi-Alexander M. (1997 : 82), et notamment Stolz (2009) sur la densité marquée de formes verbales qui s’enchaînent en maltais, dans la perspective d’une grammaire des chaînes verbales.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : schéma de la dépendance syntaxique de Koch
URL http://journals.openedition.org/multilinguales/docannexe/image/2360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne‑Marie Bezzina, « Jonction syntaxique et formalité du contexte »Multilinguales, 2 | 2013, 61-75.

Référence électronique

Anne‑Marie Bezzina, « Jonction syntaxique et formalité du contexte »Multilinguales [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/multilinguales/2360 ; DOI : https://doi.org/10.4000/multilinguales.2360

Haut de page

Auteur

Anne‑Marie Bezzina

Faculty of Education – University of Malta

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search