Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1VariaLa presse écrite en Algérie : Pos...

Varia

La presse écrite en Algérie : Positionnements médiatiques et enjeux linguistiques

Hadj Miliani
p. 181-191

Résumés

Cette étude s’astreint à analyser les développements des supports journalistiques écrits au regard de leur distribution linguistique. Après avoir établi un état des lieux de la presse écrite en Algérie, cette recherche met notamment en exergue les discours d’évaluation et de compétition de quelques journaux. Il s’agit de déterminer la manière dont ces discours se manifestent et soulignent des postures au sein du même groupe linguistique et par rapport aux autres expressions linguistiques. L’analyse suggère que, peu à peu, les oppositions linguistiques servent à la fois à gagner les adhésions idéologiques des lecteurs et des positionnements économiques pour chacun des titres de presse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans le secteur de la presse, la grande majorité des quotidiens sont détenus par des SPA à capital (...)

1La presse écrite et les médias en Algérie connaissent un développement indiscutable ces dix dernières années. En effet, ils représentent de plus en plus un support essentiel de la communication sociale et culturelle. Les pouvoirs publics et les entreprises privées qui interviennent dans ces secteurs entretiennent une collaboration évidente, mais sont également en compétition pour contrôler, maîtriser ou s’approprier des segments importants du marché de la presse et des outils médiatiques liés aux nouvelles technologies de la communication1. Si l’enjeu économique est patent, celui des usages des langues est un facteur déterminant. Cette importance tient au fait que ce sont des secteurs qui connaissent le plus d’investissements des langues écrites et parlées dans l’échange, la consommation et l’expression culturelle et sociale. De ce fait, ils présentent l’avantage d’être des observables essentiels pour tenter d’évaluer la réalité d’un plurilinguisme dynamique et de mesurer les caractéristiques les plus marquantes de ce qui se définirait comme une forme de pluriculturalisme.

  • 2 Le sujet est d’actualité et fait débat ; lire à ce sujet l’article de Belkacem Ahcène-Djaballah, «  (...)
  • 3 L’enjeu que représentent aujourd’hui les médias, pour les politiques linguistiques, est d’autant pl (...)

2Cette étude met en exergue la part la plus visible du dispositif structurel et économique de la presse dans son articulation avec les langues en présence en Algérie. C’est dans ce contexte que nous considérons que la lecture de la presse et les usages de l’Internet profilent, entre autres, des pratiques qui mettent en concurrence des langues et des univers culturels et sociaux2 . Ces pratiques définissent par conséquent une composante essentielle du paysage de la diversité culturelle en Algérie3 et déterminent de nouveaux espaces publics/privés d’expression :

Techniciens de la mondialisation ou simples acteurs-participants, à la fois producteurs et consommateurs, les uns et les autres constituent à leur échelle des communautés qui, à l’image des grandes multinationales, sont interstitielles, fluides, fondées sur l’échange de communication, autant de traits qui constituent une définition très minimale d’un "espace public". (Anderson, Eickelman, 2009 : 28)

3Il sera également question du dispositif particulier de la presse algérienne dans son positionnement concurrentiel dans lequel interviennent autant les facteurs linguistiques qu’économiques. Ce dernier aspect, souvent méconnu, nous incite à examiner quelques manifestations de cette légitimation de l’image de certainstitres de presse dans un processus qui est à la fois conflictuel et performatif.

La presse écrite : une configuration hétérogène et dynamique

4Le développement de la presse est un des indicateurs les plus significatifs quant à la singularité du champ médiatique algérien et un cas intéressant de profils linguistiques en compétition. Il se révèle, depuis une vingtaine d’années, comme un des secteurs culturels qui a le plus bénéficié de l’ouverture démocratique de la fin des années 80, et un des segments de l’industrie culturelle qui s’est ouvert le premier aux investissements privés nationaux. Cette dynamique a mis en perspective une forte diversification tant dans les orientations idéologiques que dans les contenus.

  • 4 Ahcène-Djaballah montre, par exemple, l’enjeu des retombées publicitaires pour le secteur de la pre (...)

5Les sondages et statistiques autour de la production et de la vente de presse sont relativement fournis, mais se révèlent plus axés sur le processus commercial que sur l’impact culturel. Ils ont l’inconvénient pour certains d’entre eux d’être commandités par les organes de presse eux-mêmes, et d’être commentés souvent dans un esprit de valorisation et de promotion du journal. La compétition linguistique entre organes de la même langue ou entre périodiques francophones et arabophones cache à peine des considérations prosaïques de parts de marché et d’hégémonie commerciale4. Souvent seuls les tirages sont mentionnés alors que l’on ne dispose d’aucune indication fiable sur les invendus. Néanmoins, nous pouvons estimer qu’avec certains de ces chiffres, nous disposons des ordres de grandeur qui permettent d’observer des dynamiques qui sont tout à fait instructives.

  • 5 Ahcène-Djaballah offre une estimation actualisée : » on s'est retrouvé en moins de deux décennies a (...)
  • 6 La norme de disponibilité de journaux est de 100 exemplaires pour 1000 habitants : En 2008, cela co (...)

6Il est de ce fait essentiel de situer l’évolution de la presse à la fois au plan quantitatif et qualitatif et de montrer la distribution linguistique qu’elle donne à voir5. Avant le développement de la presse privée à partir de 1989, celle-ci était représentée en Algérie par 50 titres pour un tirage de 750 000 exemplaires. Près de vingt ans plus tard, en 2008, elle l’était par 291 titres dont les tirages moyens quotidiens étaient de 2,43 millions d’exemplaires (APS, El Watan et le Soir d’Algérie du 23 avril 2008). Ce qui est particulièrement remarquable est que, dans cet ensemble, la part des quotidiens représente un peu plus du cinquième des titres : 65 quotidiens (57 généralistes, 3 économiques et 5 sportifs) – ce qui constitue un des plus forts taux de quotidiens dans le Monde arabe - pour un tirage de 2,16 millions d’exemplaires ; ce qui correspond en fait à plus de 90 % de l’ensemble des tirages des titres. La première constatation est bien le fait que la lecture d’un quotidien est largement dominante dans la lecture de presse en Algérie. De ce point de vue, l’Algérie est très proche des normes proposées par l’UNESCO6.

7Si l’on compte, pour les quotidiens, un nombre presque égal de titres arabophones et francophones (32 pour les premiers et 33 pour les seconds), ce sont les premiers qui représentaient le tirage le plus élevé (1 255 000 exemplaires par jour), alors que l’ensemble des titres francophones tirait à 900 000 exemplaires. Cette tendance n’a fait que s’accentuer en 2009 et 2010, puisque l’on pouvait estimer à plus de 2 millions d’exemplaires par jour les ventes de quotidiens arabophones. Pour sa part, Belkacem Mostefaoui, dans un essai sur l’état des lieux de la presse privée, dresse un bilan précis 

Les données actualisées par le ministère de la communication au 31 mars 2011 indiquent une nouvelle progression du nombre de quotidiens. Il est de 51 pour les titres en arabe et de 44 en français. Le nombre des hebdos respectivement dans ces langues est de 23 et 12. La tendance dans cette périodicité est à la baisse du volume de publication. De 98 titres en 2007, il a chuté à 59 en février 2010, et 25 en mars 2011. En matière de revues spécialisées, la floraison des titres par rapport à 1970 est saisissante. Inexistantes en 1970 et 1980, les revues généralistes sont au nombre de 57 en 2010. Celui des revues spécialisées est porté à 95 en 2010. (Mostefaoui, 2011 :20)

8Mais si l’on admet à l’évidence un très fort développement du lectorat de la presse arabophone, cette tendance s’accompagne d’une plus grande concentration de parts de marché entre un nombre restreint de titres. Trois quotidiens (Echourouk, El Khabar, Enahar) représentent aujourd’hui la grande part des ventes et donc de lecteurs de presse quotidienne en arabe. La presse quotidienne de langue française, qui a connu une expansion moins spectaculaire, représente un éventail un peu plus large de quotidiens nationaux : les journaux EL Watan, Le Quotidien d’Oran, Liberté, Le Soir d’Algérie, L’Expression représentent le plus fort taux de vente au niveau national.

9Avec l’élargissement de l’arabisation aux nouvelles technologies, et la baisse de la lecture qui touche toute la presse des deux langues au profit de l’Internet, certains observateurs prévoient à long terme la diminution et du lectorat de la presse de langue française et du nombre de ses titres :

Le lectorat francophone, pour sa part, (…) s’est rétréci comme une "peau de chagrin" avec pour seuls renouvellements ou apports nouveaux quelques lecteurs arabisants soucieux de s’ouvrir sur "’autre" ou voulant améliorer leur connaissance de la langue française (encore dominante dans la sphère économique, industrielle et scientifique)… et depuis quelques années avec la révolution des TIC (internet entre autres), l’arrivée sur le marché des lecteurs de jeunes portés sur les langues étrangères et peu soucieux de considérations idéologiques ou nationalistes. Mais tout cela ne fait pas des évolutions rapides et conséquentes. (Ahcène-Djaballah, 2011 :7)

  • 7 Ahcène-Djaballah indique que lors de la Coupe du Monde de football, en juin 2010, en Afrique du Sud (...)

10Notons cependant que la tendance à l’amenuisement du lectorat de langue française était perceptible il y a quelques années déjà7.

11La forte domination des principaux titres arabophones en Algérie - « El Khabar tire de ses ventes plus de 50 % de ses recettes globales et El Watan 30 %. » (Mostefaoui : 2011) -, ces dix dernières années, peut être expliquée, en grande partie, par trois facteurs (au moins) interdépendants : la modernisation de l’outil technique, la reconfiguration du rédactionnel et le développement du réseau de diffusion et de distribution. El Khabar et Echourouk se mettent à l’école anglo-saxonne pour le management et pratiquent une stratégie agressive en matière publicitaire. Le modèle, en termes de traitement des contenus, reste incontestablement celui des tabloïds anglais avec une forte moralisation à référence religieuse. La mise en place d’un véritable réseau de diffusion et de distribution est symétrique de la constitution d’une forte croissance des correspondants locaux. El Khabar et Echourouk comptent l’un des plus fort taux de maillage du territoire algérien en matière de référents journalistiques. Dans certaines régions enclavées du pays, ils concurrencent l’agence de presse officielle, Algérie Presse Service (APS).

12Signalons enfin, un récent sondage commandité par la chaîne Beur TV (pour la partie Média Télévision), et réalisé par l’Agence Media&Survey, pour mesurer les audiences et la crédibilité des médias algériens, sur un échantillon de 2165 personnes âgées entre 10 et 50 ans, pendant la période du 26 février au 3 mars 2012 (Ferhat, 2012 :12). Il en résulte que, pour la presse écrite, il y aurait 12 491 425 de lecteurs de journaux dont 61 % d’hommes. Le sondage confirme le Top Eleven des années précédentes et donne la distribution suivante :

Echourouk 20,32%

El Khabar 19,50%

EnNahar 11,34%

El Hadef 10,50%

El Watan 08,65%

Liberté 06,34%

Le Soir 04,56 %

Le Quotidien 04,47 %

El Moudjahid 01,44 %

Le Buteur 01,20 %

L’Expression 01 %

-

[En caractère gras les quotidiens en langue arabe]

13Ces onze publications rassemblent à elles seules près de 90 % des lecteurs (sachant qu’il existe environ 90 titres de quotidiens). On y retrouve 10 titres appartenant à des entreprises privées et un seul titre du secteur public (El Moudjahid). Dans cet ensemble, nous noterons la présence de deux quotidiens sportifs (El Hadef et Le Buteur). Un seul titre a une rédaction nationale hors de la capitale (Le Quotidien d’Oran). La part globale des journaux de langue arabe de ces 11 publications est de plus de 60 %, alors que les publications en français représentent un peu moins de 30 %.

  • 8 Parmi les 30 millions d’enquêtés, plus de 40 % d’entre eux déclarent lire et écrire en arabe alors (...)

14On voit bien que si la répartition est largement en faveur des quotidiens de langue arabe, la part des journaux de langue française du Top Eleven est bien supérieure à la moyenne des lecteurs de langue française telle que le révèle le Recensement Général de 20088. Nous pouvons supposer qu’une grande partie des lecteurs de quotidiens de langue française en lisent plus d’un par jour. Alors que l’on note qu’à la différence des deux principaux titres de langue arabe qui dominent largement l’ensemble des publications arabophones, il y a une sensible égalité d’audience chez les titres francophones.

  • 9 Selon l’enquête réalisée par IDEATIC & Med&Com, en septembre 2009, 80,8 % des internautes algériens (...)
  • 10 Echoroukonline et elkhabar.com proposent des versions en français et en anglais de leur journal en (...)

15Par ailleurs, la consultation nationale en ligne de la presse algérienne indique9- pour ce qui est du lectorat algérien – là aussi, la large domination de la presse arabophone. A la fin de l’année 2009, parmi les sites web algériens de presse les plus populaires en Algérie10, les quatre premiers titres étaient des quotidiens arabophones :

1. echoroukonline.com ; 2. elkhabar.com ; 3. elheddaf.com ; 3. ennaharonline.com ; 4. elwatan.com ; 5. lebuteur.com ; 6.liberte-algerie.com

16Il faut signaler la place, encore modeste, de journaux électroniques algériens d’information, essentiellement francophones (avec quelques cas de version en arabe). Le site algeria-interface.com, créé en 1999, a été le pionnier de cette génération de publication sur le net. Parmi les plus réputés actuellement, nous pouvons citer Tout sur l’Algérie lancé en juin 2007, Dernières Nouvelles d’Algérie, maghrebemergent.com, viva-lalgerie.com, Kalima DZ, Algérie1.

17Tous ces indices, qui méritent d’être corrélés à d’autres variables (facteurs de notoriété, rubriques lues, indices de confiance, etc.), montrent que nous sommes bien en face d’une double immersion culturelle au travers de la lecture de presse massivement arabophone en terme quantitatif, et d’un ancrage diversifié de la presse francophone en terme qualitatif. Mais ce que configure cette forte présence de la presse (une des plus denses en Afrique et dans le Monde Arabe), c’est bien une pratique de la lecture préférentielle. On voit dans certaines enquêtes partielles qu’elle est souvent le seul support de lecture pour une majorité d’Algériens alphabétisés. Mais il faut, pour expliciter (en partie) cette préférence, prendre en compte les problèmes liés, par exemple, à la disponibilité du livre, à sa diversité, à sa diffusion et à son accessibilité (prix, réseaux de bibliothèques, etc.). Il y a également l’absence de télévisions et de radios « indépendantes »/privées en mesure d’offrir des informations plus diversifiées que celles données par la télévision et les radios publiques actuelles, ainsi que la faiblesse relative de l’accès à Internet.

Des réalités linguistiques aux positionnements économiques

18Ces dernières années, l’évolution du marché de la presse est très rapide, , à la fois à travers la création et la disparition de titres, mais également par le dynamisme ou le fléchissement de certaines publications. Cependant, un certain nombre d’observateurs considèrent cette multiplicité de titres comme une donnée assez inhabituelle par rapport aux normes économiques :

En Algérie, nombreux sont les spécialistes qui constatent que « l’existence de plus de trente quotidiens francophones ou arabophones (dont les deux tiers en français) à vocation nationale est un non-sens économique ». Comment autant de titres parviennent-ils à survivre alors que seuls quelque six quotidiens peuvent compter sur leur diffusion pour se maintenir ? (Kraemer,2002 :199)

19Dans un secteur où plus des deux tiers des entreprises de presse sont privées, il est évident que la concurrence est active pour gagner à la fois un lectorat plus important et attirer le maximum d’annonceurs publicitaires., même si on reconnaît que, pour les deux tiers des titres, la survie économique dépend en grande partie des crédits accordés par les entreprises d’impression publiques. Les nouvelles méthodes managériales initiées par les journaux les plus en vue les ont amenés à commander des études de marché ou à solliciter des sondages, et de rendre largement compte des résultats mettant en valeur leur place dans le paysage de la presse écrite. Si dans leurs articles, les journaux les plus importants évitent directement de faire part de leur rivalité commerciale, idéologique et/ou linguistique, ils réfèrent régulièrement à ces différents sondages, enquêtes (qu’ils commanditent ou pas) pour faire valoir leur positionnement stratégique au regard de leur lectorat, des annonceurs et de la profession.

20En juillet 2007, le quotidien arabophone El Khabar citait une étude réalisée par l’Institut français IMMAR classant les journaux les plus lus par région en Algérie. Sur les quatre régions, El Khabar est classé en tête dans trois d’entre elles (Est, Ouest et Sud) et second pour le Centre. Son concurrent, Echourouk Al Yaoumi est classé à la troisième place à l’Est, à l’Ouest et au Sud et à la 4ème place au Centre. Le premier quotidien francophone classé est El Watan à l’Est (4ème), Le Quotidien d’Oran à l’Ouest (2ème place), Liberté (1ère place) au Centre et à la 2ème place au Sud. L’enquête conclut que le lectorat de l’Est est le plus arabisé et celui du Centre le plus francisé.

21On voit que dans cet ensemble de données, à cette période (2007), ce qui paraît important pour El Khabar c’est de montrer, face à la montée en puissance de son concurrent immédiat Echourouk Al Yaoumi, qu’il était largement en tête auprès du lectorat arabisé. La presse francophone apparaît disqualifiée par une sorte d’atomisation territoriale, chacun des titres importants étant leader dans une région. Il en ressort ainsi qu’en plus de leur modeste tirage, par rapport aux titres leaders de la presse arabophone, El Watan, Liberté et le Quotidien d’Oran ne disposent pas d’un pourcentage de lecteurs conséquent au niveau national.

  • 11 1 Al-Ahram Egypte, 2 El Khabar Algérie, 3 The Times Afrique du Sud, 4 Mail&Guardian Online Afrique (...)

22Pour sa part, le quotidien francophone El Watan sollicitera une autre expertise qui permettra une valorisation du journal non pas au niveau national, mais au plan continental. Dans cette enquête, 4 International Media and Newspapers (4IMN), montre que les positions acquises par les journaux algériens indiquent une plus forte visibilité de la presse francophone qui se classe aux 5ème (El Watan), 7ème, 10ème, 16ème et 46ème places, alors que la presse arabophone occupe les 2ème et 33ème places11(El Watan, 2010).

23En mars 2010, un article publié par le journal Echourouk Al Yaoumi en ligne cite une autre enquête du même Institut français IMMAR sous l’intitulé : « Echourouk, le journal le plus influent en Algérie » (Boukrouh, 2010).

24Ce sont moins les données qui rendent compte de l’envergure acquise par le journal, qui sont ici à observer, que les commentaires qui accompagnent les résultats et dont on ne sait trop s’ils émanent de la société de sondage ou de la rédaction d’Echourouk Al Yaoumi.

25Dans un premier temps, c’est la confirmation : à lui seul le quotidien recueillerait plus du tiers du lectorat de la presse :

Le journal Echorouk Al Yaoumi domine le champ de la presse écrite en Algérie avec un taux de pénétration estimé à 37.7 %. C’est ce qu’a affirmé la société IMMAR Research & Consultancy Paris. Ce chiffre démontre une immense domination, lorsqu’on sait qu’il existe plus de 78 journaux arabophones et francophones en Algérie.

26Il s’agit bien d’une mise à distance de l’ensemble de la presse quotidienne quelle que soit la langue utilisée.

27Dans un second temps, l’affirmation de la suprématie d’Echourouk est reliée au constat de la régression de la presse francophone par rapport à la presse arabophone et au rétrécissement de son implantation au niveau territorial :

  • 12 L’étude parue à la mi-mars 2010 a été menée sur un échantillon de 2 500 ménages algériens, représen (...)

En plus de la domination d’Echorouk Al Yaoumi, l’étude12 a révélé que les journaux francophones ont fait un pas en arrière et sont classés au deuxième rang où ils sont devenus très limités dans des régions bien précises sur le territoire national.

28Cette domination est doublement argumentée, en pourcentage national (plus de la moitié du lectorat adulte) et, plus symboliquement, au travers de la place qu’occupe le journal en Kabylie. Cela donne lieu au surgissement d’un stéréotype fort, celui de la Kabylie comme région anti-arabe (langue et culture) et fief francophone :

Echorouk Al Yaoumi est devenu le journal n° 1 pour un taux avoisinant 40 % des Algériens, âgés de plus de 15 ans. 50 % d’entre eux sont des wilayas de l’Est, et un quart (1/4) revient à la Kabylie, qui, il n’y a pas longtemps, était une région francophone par excellence. Cela contredit la vision indiquant que les Kabyles ne lisent que dans la langue de Molière. Et pour cause, le journal Echorouk a prouvé que la langue arabe est présente en force en Kabylie. 

29Les performances du journal à travers l’amplitude de son lectorat sont directement reliées à une perspective performative plus globale, celle du développement de l’usage de la langue arabe au sein de la population algérienne qui ressort de l’un des credo de la « campagne » linguistique arabophone. Il s’agit tout à la fois de relativiser l’impact des autres journaux arabophones et également, de pointer la responsabilité de cet élargissement à d’autres secteurs (en particulier le système éducatif) :

Au travers de cette mosaïque de chiffres, Echorouk a eu l’insigne mérite de relever le taux de lectorat arabophone, par son impact dont beaucoup de journaux ne peuvent se targuer, bien que la responsabilité d’étendre le lectorat d’expression arabe, incombe à tous.

30A contrario, le journal met en exergue l’affaiblissement du lectorat de langue française par le biais d’un discours de dramatisation qui le relie positivement à la généralisation de l’enseignement de la langue arabe, à la faveur de l’école fondamentale. Assez explicitement, le commentaire déplore la place que la réforme des programmes dans le système éducatif accorde au français et pointe un des effets majeurs du plurilinguisme : celui d’une dissémination importante de la langue française chez les jeunes : 

L’étude réalisée par l’institut international de conseils et sondages, Immar Maghreb, atteste d’une terrible régression du lectorat des journaux d’expression française en Algérie. Les pourcentages obtenus prouvent la mutation profonde de la société durant les trois dernières décennies, particulièrement sa structure culturelle chez la tranche des jeunes qui, par ailleurs, subit des pressions visant à réanimer et enrichir son vocabulaire français, afin de reconstituer une couche francophone. (Nous soulignons. M.H.) 

  • 13 « Un classement des médias algériens a été réalisé par « Media Sens », agence de conseil en publici (...)

31Six mois plus tard, suite à un autre sondage, le journal, dans son édition française en ligne, annonce tout simplement : « Echorouk, le journal le plus lu en Algérie avec un taux de 61,29 % »13. Plus tard, selon une nouvelle évaluation (Chalabi, 2010), c’est la dimension arabe et internationale qui est mise en perspective : « L’Entreprise Echourouk est le premier journal sur la scène nationale et arabe ». En fait, dans le cadre d’une classification publiée par le magazine Forbes, dans son édition au Moyen-Orient, Echourouk est à la 3ème place d’une liste de 50 titres de la presse arabe. L’article souligne que parmi les facteurs de distinction de ce périodique, il y a son ouverture sur l’information mondiale, et également l’utilisation des langues étrangères sur son site web.

32Cette évaluation est renforcée par une série de témoignages de personnalités algériennes (Derradji, Madjer, Mehri) et arabes (Erassi, Alaa Sadik, Fayçal Kacem, etc.).

33Enfin, nous citerons, comme autre argument de légitimation et de hiérarchisation, une dernière évaluation qui prend en compte la certification de quelques quotidiens par un organisme international qualifié :

Une équipe de l’OJD a séjourné à Alger durant la deuxième semaine du mois d’avril. Elle a ainsi mené les missions de certification des quatre grands quotidiens algériens. El Watan, précurseur en la matière et premier journal algérien à s’inscrire dans cette démarche, a été suivi par El Khabar, Ennahar El Djadid et Echourouk El Yaoumi. Ces contrôles de certification ont permis à partir d’un audit comptable, financier et d’une étude de traçabilité physique d’établir avec précision et en toute indépendance les diffusions pour l’année 2011 de ces quatre publications. (communiqué de l’OJD)

34L’Office de justification de la diffusion (OJD), devenu Association pour le contrôle de la diffusion des médias, confirme ainsi la tendance :

Moyenne en exemplaires par parution en 2011

Tirage

Diffusion payée

Diffusion totale

Variation

(diffusion totale 2010/2011)

Echourouk

531 98

4423 480

424 790

-17,19%

El Khabar

465 227

397 474

398 597

+ 5,5%

Ennahar El Djadid

365 005

325 240

325 699

+17,71%

El Watan (quotidien

163 517

134 312

134 932

+4,41%

El Watan Week-end

133 619

108 953

109 248

+ 9,89% 

(El Watan, 2012)

L’économique… en dernière instance

35Nous pouvons constater que si, jusqu’au début des années 2000, les enjeux linguistiques en terme d’hégémonie sociale et symbolique se sont cristallisés autour du système éducatif (programmes d’enseignement et place des langues nationales : arabe, tamazight et des langues étrangères), un déplacement considérable s’est effectué depuis lors au bénéfice de la presse, des médias et des nouvelles technologies de la communication. Ces changements marquent au plan économique la part dominante de l’initiative du capital privé au détriment des institutions publiques, et rendent compte du rôle de plus en plus puissant de certains grands groupes de presse et de médias.

36Ainsi que nous avons essayé de l’illustrer, cette émulation, loin de réduire le plurilinguisme, lui offre paradoxalement de nouveaux espaces d’investissement et promeut, malgré quelques crispations idéologiques, une nouvelle configuration de la pluralité culturelle dont nous n’entrevoyons aujourd’hui que les prémices de son émergence. Cette pluralité est concomitante de la constitution d’un espace public virtuel décloisonné dont les contours peuvent être reconnus, plus récemment, dans les usages des SMS, des tchat, des blogs et des sites, et de l’investissement de plus en plus important des usagers dans les réseaux sociaux ; même si ce foisonnement expressif impose d’autres interrogations et pose autant de questions sur les développements proprement médiatiques que celles qui s’intéressent aux nouvelles configurations et variétés d’usages linguistiques :

Faudrait-il encore qu’il y ait, assez rapidement, pour ne pas laisser s’amonceler encore plus les déviations, une forte prise de conscience des dangers encourus par un plurilinguisme non maîtrisé à l’école et non « régulé » sur la place publique (ainsi, il n’existe, encore aujourd’hui, aucun texte réglementant la publicité dans les médias), débouchant inévitablement sur des langages qui s’entrechoquent. Il faut aussi une forte volonté politique d’ouverture sur le monde, sur les langues étrangères et sur l’universel et une acceptation, étudiée en commun, de l’Autre. (Ahcen-Djaballah, 2011 :11)

  • 14 Le déploiement médiatique des journaux arabophones de grande audience s’est matérialisé en 2012 par (...)

37La compétition entre les deux langues (arabe et française) dans la presse écrite, dans ses versions papier et numérique, est toujours d’actualité avec la convocation des traditionnels ressorts idéologiques développés par les discours nationalistes, religieux ou modernistes. Néanmoins, les conflits réels à venir se focaliseront probablement et plus prosaïquement autour d’enjeux économiques importants qui tiennent à la viabilité économique des titres de presse et à leur autonomie aussi bien rédactionnelle que financière (près de 60 % des titres de presse survivent grâce aux crédits d’impression qui leur sont accordés), et à l’envergure plus ou moins monopolistique que vont tenter d’avoir certains groupes (publics ou privés) implantés ou non dans le secteur de l’information sur les médias14.

Haut de page

Bibliographie

AHCENE-DJABALLAH B., Presse écrite francophone : chronologie d’une mort programmée ?, Le Quotidien d’Oran, 26 octobre 2011.

ANDERSON J. W et EICKELMAN D. F., « Nouveaux médias et nouveaux publics dans le monde arabe », in GONZALEZ-QUIJANO Yves et GUAAYBESS Tourya (dir.), Les Arabes parlent aux Arabes. La révolution de l’information dans le monde arabe, Sindbad, Actes Sud, 2009.

BOUKROUH A./ Echoroukonline ,05.04.2010

CHALABI A., Echouroukonline, 28/10/2010

El Watan - Dimanche 29 avril 2012

El Watan, 4 février 2010, édition électronique consultée le 5 février 2010

FERHAT Y., Le Media Tracking va s’installer pour mesurer l’audience en Algérie, Le Quotidien d’Oran, 11 avril 2012

KRAEMER G., La presse francophone en méditerranée. Anomalie d’un média de masse national en langue non nationale, Réseaux 2002/1, n° 111

MOSTEFAOUI B., Deux décennies de presse privée algérienne : pléthore de titres et tentation de marchandisation, El Watan, 5 juillet 2011.

Haut de page

Notes

1 Dans le secteur de la presse, la grande majorité des quotidiens sont détenus par des SPA à capital privé, alors que les médias dits ‘lourds’ ( télévision et radios) sont détenus par les pouvoirs publics.

2 Le sujet est d’actualité et fait débat ; lire à ce sujet l’article de Belkacem Ahcène-Djaballah, « Presse écrite, radio, télévision, affichage en Algérie : multiplicité des langues et chocs des langages », Le Quotidien d’Oran, jeudi 9 septembre 2010, ainsi que celui de Belkacem Mostefaoui, « Deux décennies de presse privée algérienne : pléthore de titres et tentation de marchandisation », El Watan, 5 juillet 2011.

3 L’enjeu que représentent aujourd’hui les médias, pour les politiques linguistiques, est d’autant plus important qu’ils font l’objet, de la part des institutions chargées de promouvoir la langue arabe en Algérie, comme le Conseil Supérieur de la langue arabe, de réflexions et de rencontres (Le rôle des médias audiovisuels dans la diffusion de la langue arabe littéraire, juillet 2008 ; Le travail de proximité dans la promotion de la langue arabe, décembre 2009 ; L’utilisation de la langue arabe dans la presse écrite, mars 2010). Le Haut Commissariat pour l’Amazighité a organisé, pour sa part, un colloque les 30-31 mai 2011, à Boumerdès, sur le thème : « Les médias, la langue officielle et la langue maternelle en Algérie : entre prééminence et résistance. Cas de Tamazight. » Signalons également le workshop international : « les langues de moindre diffusion sur le web : numérisation, normes et recherches », organisé par le Centre National Pédagogique et Linguistique pour l’Enseignement de Tamazight - MEN algérien les 26 et 27 octobre 2011.

4 Ahcène-Djaballah montre, par exemple, l’enjeu des retombées publicitaires pour le secteur de la presse et des médias en 2010 : » on s'est retrouvé avec un marché publicitaire qui a littéralement explosé (200 millions de dollars et près de 400 agences de publicité dont une dizaine domine le lot et toutes liées aux grandes compagnies internationales comme Dentsu, Publicis, Havas, Mc Cann, EuroRSCG…), avec l'ouverture économique et l'installation de compagnies étrangères en Algérie, tout particulièrement celles de la téléphonie mobile, de l'agro-alimentaire et de l'automobile » ( Le Quotidien d’Oran, op.cit., p. 11).

5 Ahcène-Djaballah offre une estimation actualisée : » on s'est retrouvé en moins de deux décennies avec près de 500 publications (3,5 millions d'exemplaires/jour) dont près de 80 quotidiens qui tirent à 3 millions d'exemplaires/jour en période de « pointe », comme lors de la Coupe du monde de football, et touchant donc près de 8 millions de lecteurs par jour. A noter, ici, que les 2/3 du tirage global des quotidiens sont en langue arabe (44 titres), la tendance s'étant inversée à partir du début des années 2000, avec l'arrivée sur le marché de la consommation de générations totalement arabisées. Auparavant, les 2/3 du tirage étaient en français » (Le Quotidien d’Oran, p. 11).

6 La norme de disponibilité de journaux est de 100 exemplaires pour 1000 habitants : En 2008, cela correspondait aux proportions suivantes : Algérie :71/1000, Europe :320/1000, Monde arabe : 40/1000.

7 Ahcène-Djaballah indique que lors de la Coupe du Monde de football, en juin 2010, en Afrique du Sud, les deux quotidiens arabophones Echourouk El Yaoumi et El Khabar tiraient respectivement à 1,6 million exemplaires par jour et 1,2 million.

8 Parmi les 30 millions d’enquêtés, plus de 40 % d’entre eux déclarent lire et écrire en arabe alors qu’environ moins de 2 % seulement disent le faire en langue française (enquête menée en 2008 par l’Office National des Statistiques ).

9 Selon l’enquête réalisée par IDEATIC & Med&Com, en septembre 2009, 80,8 % des internautes algériens lisent la presse en ligne.

10 Echoroukonline et elkhabar.com proposent des versions en français et en anglais de leur journal en ligne, ce qui n’est pas le cas de la presse francophone sur le net. Les sujets, souvent polémiques, donnent lieu sur ces sites à d’intenses débats entre internautes et offrent, malgré quelques dérapages verbaux, un véritable espace public d’échanges interactifs.

11 1 Al-Ahram Egypte, 2 El Khabar Algérie, 3 The Times Afrique du Sud, 4 Mail&Guardian Online Afrique du Sud, 5 El Watan Algérie, 6 The Daily Nation Kenya, 7 Liberté Algérie, 8 The Guardian Nigeria, 9 This Day Nigeria, 10 Le Soir d'Algérie Algérie, 15 La Presse Tunisie, 16 La Tribune Algérie, 17 L'Economiste Maroc, 29 The Egyptian Gazette Egypte, 30 Assabah Maroc, 33 Ech-Chourouk El Youmi Algérie, 46 Le Quotidien d'Oran Algérie.

12 L’étude parue à la mi-mars 2010 a été menée sur un échantillon de 2 500 ménages algériens, représentant 86 % des Algériens âgés de 15 ans et plus, de sexes féminin et masculin, au niveau de 11 wilayas.

13 « Un classement des médias algériens a été réalisé par « Media Sens », agence de conseil en publicité media et hors media, et a ciblé trois médias classiques, en l’occurrence, la télévision, la radio et la presse écrite. Dans la presse écrite arabophone, Echourouk est le journal le plus lu et domine largement les autres titres avec un taux de 61,29 %, suivi d’El Khabar (16,8 %) et En-Nahar (7,8 %), alors que la presse francophone reste dominée par El Watan, Liberté, Le Soir d'Algérie et Le Quotidien d'Oran. », R.L./Version française Amel Adjou, Echourokonline, 07.09.2010.

14 Le déploiement médiatique des journaux arabophones de grande audience s’est matérialisé en 2012 par la création et la diffusion satellitaire d’Echourouk TV et EnnaharTV , basée toutes deux en Jordanie, en plus de deux autres chaînes, El Djazaïria et El Maghribia. Elles commenceront à avoir une part significative d’audience le mois de Ramadhan 2012 et lors de la campagne des élections législatives en septembre 2012 (« Emergence des nouvelles chaînes privées algériennes », El Watan, 25 avril 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hadj Miliani, « La presse écrite en Algérie : Positionnements médiatiques et enjeux linguistiques »Multilinguales, 1 | 2013, 181-191.

Référence électronique

Hadj Miliani, « La presse écrite en Algérie : Positionnements médiatiques et enjeux linguistiques »Multilinguales [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/multilinguales/3435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/multilinguales.3435

Haut de page

Auteur

Hadj Miliani

Université de Mostaganem – CRASC

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search