Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Avant-propos

Texte intégral

Enseignement universitaire et professionnalisation : enjeux, questionnements et défis socio-économiques

  • 1 Nomenclature Algérienne des Métiers et Emplois.

1S’inscrivant dans la voie de l’intégration et de la diffusion des savoirs scientifiques et de l’agir professionnel (Jorro, 2006), la formation diplômante à l’université et dans les grandes écoles prépare l’étudiant à entrer dans la vie active. Les dispositifs d’enseignement des différentes filières universitaires et dans les grandes écoles articulent le savoir académique et le savoir professionnel dans le but de préparer l’insertion professionnelle des étudiants. En effet, nombre de filières universitaires et toutes les grandes écoles prodiguent des stages aux étudiants pour la mise en œuvre concrète sur le terrain de la spécialité qu’ils ont choisie. Certaines grandes écoles inscrivent même directement leur dispositif d’enseignement dans un contexte professionnel bien défini (architecture, banque, ingéniorat, agronomie,….), ce qui n’est pas le cas de toutes les filières à l’université. Mais force est de constater qu’une fois le diplôme obtenu et placé directement dans le monde du travail, le nouveau diplômé ressent un malaise dans la réalisation des tâches qu’il est amené à effectuer ne sachant pas très bien quelles particularités caractérisent les tâches qui lui incombent (Cf. NAME1), ni ce que recouvrent les notions de « tâche prescrite » et « tâche effective » (Leplat, 1997, 2008, 2011). Il croise tant bien que mal, les acquis et les connaissances de la formation universitaire, à la réalité du terrain cristallisée sous forme d’exigences de qualité. La particularité des métiers et professions issus de diplômes universitaires nécessitent la conceptualisation dans la tâche, activité intellectuelle qui aide à construire les gestes professionnels appelés aussi les gestes du métier. Dans l’agir, le sujet est appelé à utiliser toutes les ressources pour transformer une situation.

2A ce propos, les professionnels du métier se plaignent de l’insuffisance de qualification des nouveaux diplômés nouvellement recrutés. Comment alors faciliter l’intégration professionnelle de ces nouvelles recrues ? Comment penser une formation universitaire basée à la fois sur la maitrise des savoirs académiques et disciplinaires et sur la capacité à agir de manière adéquate sur le terrain ? Comment aider le nouveau diplômé à être un praticien efficace ? Etant entendu que l’université prépare aussi au métier d’enseignant-chercheur qui demande des compétences spécifiques (rapport au savoir, posture à adopter) au regard des logiques qui sous-tendent l’enseignement universitaire. L’un des objectifs du système LMD est de renforcer justement l’intégration professionnelle.

3La réflexion portera sur les dispositifs d’enseignement universitaire susceptibles de favoriser une articulation entre le savoir académique et le savoir en termes de pratiques, sur les dispositifs d’accompagnement du nouveau diplômé pour l’aider à se construire en tant que praticien efficace (Arrêté ministériel n° 932 du 28 juillet 2016) et sur les dispositifs d’évaluation de la formation. En effet, le processus de professionnalisation passe par la centration sur des stratégies de pilotage conçues sur la base d’une réflexion sur les curricula de formation, sur les formateurs, sur les bénéficiaires de la formation, sur la gouvernance de la formation, sur les impacts et les effets de la formation, sur l’adéquation de la formation aux besoins du milieu et ce, pour une meilleure mise en condition professionnelle.

4En vous inscrivant dans l’un des axes suivants, nous attendons des contributions qui ciblent des filières et des secteurs d’activités précis : langues (enseignement ou interprétariat-traduction), médecine, ingéniorat, architecture, …

Axe 1 : comment penser un dispositif d’enseignement universitaire qui allie des connaissances disciplinaires et connaissances pragmatiques ? Quel socle de base définir ? Quelles déclinaisons pour les disciplines ? Quelle place pour la recherche ? Quelle place pour la pratique ? Quelles activités de formation proposer ? Quelle part donner à la dimension formative et professionnalisante ? Quelle part donner au registre épistémique ? Au registre pragmatique ? Quelle place pour le savoir professionnel ?

Axe 2 : comment accompagner le nouveau diplômé dans le développement de ses compétences professionnelles ? Comment l’aider à se forger une posture et une identité professionnelle ? Comment se représente-t-il son métier ? Quel dispositif d’intervention mettre ne place pour les primo-arrivants dans le métier ?

Axe 3 : comment évaluer une formation diplômante ? Comment évaluer un dispositif d’accompagnement ou de formation continue ? Quels critères pour quels objectifs ?

Haut de page

Notes

1 Nomenclature Algérienne des Métiers et Emplois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nabila Benhouhou, « Avant-propos »Multilinguales [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/multilinguales/5455 ; DOI : https://doi.org/10.4000/multilinguales.5455

Haut de page

Auteur

Nabila Benhouhou

ENS Bouzaréah, Membre du comité scientifique de Multilinguales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Multilinguales est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search