Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40École et éducationSimone Weil, philosophe et éducat...

École et éducation

Simone Weil, philosophe et éducatrice

Daniela De Leo

Résumé

Cette contribution analyse la place que l’éducation a occupé dans la vie et l’œuvre de la philosophe française Simone Weil. Elle se fonde d’une part sur son expérience personnelle de l’enseignement formel en lycée et informel auprès de travailleurs adultes qui débouche sur une conception de l’enseignement comme psychagogie, d’autre part sur l’influence que ses deux expériences contrastées d’ouvrière en usine et d’enseignante ont eu sur sa philosophie de l’action. Elles l’ont amenée à repenser la relation entre l’apprentissage formel et l’apprentissage par l’expérience, et, préfigurant l’éthique du care et de l’empowerment actuelle, à mettre le souci de l’autre et le développement du soi au centre de la relation éducative.

Haut de page

Texte intégral

1L’analyse, dans une perspective historique, des lettres échangées entre Simone Weil et ses élèves, rend compte de l’identité d’une éducatrice qui échappe aux classifications et aux clivages qui lui préexistaient dans le champ de la philosophie de l’éducation, pour devenir la métaphore vivante d’un modèle sans contraintes, d’une « éducation par le témoignage » ou, comme elle le disait elle-même, d’une façon « incommodante de philosopher l’éducation ».

  • 1 Cf. Obinu, Salvatore. I dilemmi del corpo. Materia e corporeità negli scritti di Simone Weil. Flore (...)

2Le premier élément que l’on peut souligner, c’est que la philosophie pédagogique de Weil ne peut être appréhendée de façon concise et/ou systématique1, mais exige une approche plutôt fragmentée, une fragmentation due aux interprétations critiques différentes et parfois divergentes de l’œuvre. Ces dissonances de la critique soulignent les écueils de la pensée weilienne, pensée dont le contexte historique diffère de celle de notre époque, mais qui n’en suscite pas moins aujourd’hui intérêt et attention. Il faut rappeler que Simone Weil a été fréquemment citée, mais rarement étudiée. Elle a souvent été présentée de manière superficielle, et classée, au gré d’un raisonnement simpliste, comme une mystique animée d’une farouche volonté de sacrifice et d’abnégation, une femme coupée du monde, une « pèlerine de l’absolu ».

  • 2 Cf. Ferrarotti, Franco. “Simone Weil: il realismo dei mistici”, in Invitto, Giovanni. Le rivoluzion (...)

3En nous basant sur ces différentes interprétations de la pensée de Weil, nous chercherons dans cet article à reconstituer et définir le socle (Boden2 ) ou cadre théorique sur lequel repose sa philosophie de l’éducation.

4Les écrits de Simone Weil sont conformes à la rigueur qui la caractérise, rigueur qui confère à la structure globale de sa pensée une cohérence avec son expérience personnelle. Pour appréhender dans le même temps aussi bien les caractéristiques personnelles de cette penseuse aux multiples facettes que les réflexions qui ressortent de ses écrits, l’idée d’une anthropologie éducative, portée par une approche phénoménologique, peut s’avérer efficace. En effet, la pensée de Simone Weil est centrée sur l'intérêt qu’elle porte à l'être humain, aussi bien en tant qu’être singulier qu’en référence aux productions culturelles de l’humanité. Les événements historiques l’ont obligée à se confronter au nazisme et aux horreurs dont ce régime fut responsable. Son discours sur l’éducation se développe sur cet arrière-plan dramatique, manifestation d’une recherche complexe de transcendance. Son œuvre naît de l’idée que le sens de l’existence se comprend au regard de son ancrage dans l’histoire, que la pensée et la vie sont recomposées par la pratique du jugement et de l’action. Dans cette perspective, vivre, connaître et agir politiquement relèvent d’un même geste, puisque l’homme ne prend conscience de sa propre expérience que lorsqu’il donne un sens aux événements, les reconnaît. De cette façon, la connaissance, en tant que pratique autopoïétique, relève d’une projection éthico-éducative et d’une évaluation politique. La vie se présente ainsi comme une expérience complexe issue de l’interaction circulaire, mais non dialectique, des instances humaines, qui sont éthiques, politiques et formatrices. L'être humain est donc constamment au centre de l'analyse phénoménologique-philosophique de Simone Weil. L’altérité – constitutive (être une femme) et d’appartenance (être juive) –constitue la marque d’une pensée en action qui a marqué le siècle dernier.

Une philosophie d’action

5Simone Weil est née à Paris le 3 février 1909, et mourut à trente-quatre ans, le 24 août 1943, au sanatorium d’Ashford, dans le Comté du Kent, en Angleterre, au retour d’un voyage aux États-Unis. Elle a passé les huit derniers mois de sa vie à Londres, comme rédactrice au service d’ Ici France libre, le mouvement de la Résistance française en exil.

  • 3 Raymond Poincaré (1860-1934), fut Président de la République française du 18 février 1913 au 18 fév (...)

6Elle a vécu et s’est formée dans une période historique confuse, agitée, au cours des vingt années qui séparent la Première de la Seconde Guerre mondiale. Au début des années 1920, la politique française se caractérise par une position intransigeante à l’égard de l’Allemagne, mais aussi par une instabilité politique et économique. Le gouvernement Poincaré3 semblait avoir permis de retrouver un certain équilibre économique et financier. Cependant, cette période d’espoir, de paix et de prospérité bascula dans la crise économique de 1929 en quelques mois. En France, une décennie de bouleversements s’amorce dans tous les domaines.

7La dégradation progressive de la situation sociale et politique en Europe a affecté non seulement les institutions et l’économie, mais aussi les idéologies. La nouvelle génération d’intellectuels rejette l’indifférence et ressent le besoin de s’engager. Une nouvelle attitude de l’intellectuel à l’égard de la politique et de l’histoire émerge, marquée non plus par le détachement, mais par un véritable engagement, une volonté d’agir en tant qu’individu responsable de l’éducation sociale.

  • 4 Admis au concours d’entrée à l’ENS en 1889, troisième à l’agrégation de philosophie en 1892, Alain (...)

8Simone Weil baigne elle aussi dans le climat politique et culturel effervescent des années trente, alors qu’elle prépare son entrée à l’École Normale Supérieure dans la khâgne du lycée Henri IV à Paris où son professeur de philosophie n’est autre qu’Émile-Auguste Chartier (connu comme philosophe sous le pseudonyme d’Alain4). Admise à l’ENS en 1928, elle sera reçue septième au concours de l’agrégation de philosophie en 1931, mais la suite de sa carrière sera beaucoup moins conformiste que celle de son professeur. Elle participe au mouvement anti-idéaliste, ressent avant tout le fait que la culture est en crise et s’oriente vers la recherche d’une nouvelle identité humaine. Au sein du syndicalisme révolutionnaire, elle agit aux côtés d’intellectuels moins connus, mais fortement engagés au service de la classe ouvrière. Chez elle, la pensée et l’action sont inséparables.

9Son œuvre ne se laisse ramener à aucune école de pensée précise. Aujourd’hui encore, parler de ses travaux suppose de relever le défi de ses provocations, sachant qu’il n'est pas facile de comprendre ses contradictions et qu’il est impossible de résumer son action éducative dans une quelconque formule. L’actualité de sa philosophie de l’éducation réside dans les questions et dans les problèmes qu’elle soulève. Ses lignes directrices sont fondées sur l’attention, le soin, la valeur accordée à l’autre et la recherche constante de la vérité. C’est pourquoi la pensée de Weil nous pousse à nous poser la question de « l’homme », à interroger les valeurs de liberté, vérité et solidarité. Il s’agit de donner une voix à l’individu et à sa dignité inviolable, tout travaillant sa dimension sociale et communautaire, laquelle doit être construite dans un environnement de justice et de prise en compte de l’altérité.

10L’originalité de sa pensée, en opposition avec le rationalisme extrême de la vision éducative de l’époque, réside dans le fait qu’elle s’appuie sur une approche philosophique classique, celle de la philosophie grecque, pour laquelle l’individu puise sa plénitude existentielle dans la polis. Simone Weil nous rappelle que l’individu est social, non seulement pour assurer sa survie et en raison de la nécessité de recourir aux autres pour ses besoins matériels, intellectuels et moraux, mais aussi en raison de la générosité inscrite au cœur de chaque individu, du besoin de vérité qui est en tout homme et de cette aptitude à la communication de l’intelligence et de l’amour, propre à l’esprit qui exige d’entrer en relation avec d’autres êtres humains.

11La question de l’attention à l’autre constitue le fil rouge de la pensée de Simone Weil, une constante qu’elle garde toujours à l’esprit : la question : qu’est-ce que l’Homme ? Pour y répondre, elle estime qu’il ne suffit pas de s’enfermer dans son monde intérieur, même s’il doit toujours être préservé, mais qu’il est tout aussi important de se mettre à l’écoute de l’Histoire, de comprendre les besoins de tous et en particulier des plus faibles, de répondre aux justes revendications des travailleurs, sans les opprimer ni porter atteinte à la dignité d’aucun d’entre eux. Elle souhaite promouvoir la rencontre fructueuse de ces travailleurs avec la métaphysique et afin que, même dans le cadre des diverses spécificités de leur mode de vie, ils ne perdent de vue ni l’Homme, ni la société.

12En se référant à la culture platonicienne, dont elle a été une interprète attentive, Simone Weil confère un sens particulier à l’action éducative en tant qu’outil de connaissance, au service de la vérité, permettant de faire en sorte que le savoir ne soit pas réservé à quelques-uns, mais soit accessible à tous, afin que chacun puisse discerner le bien du mal – objectif de toute connaissance sur la vie.

13Dans la pédagogie de Simone Weil, l’instruction, l’éducation et la culture sont liées : la tâche la plus importante de l’instruction consiste à enseigner le fait d’apprendre, de provoquer des motivations, des intérêts. Si la finalité de la culture est la formation de l’attention, le premier devoir de l’école est de développer la faculté d’attention chez les apprenants, à travers des exercices scolaires, mais qui soient tous orientés vers une action éducative visant à atteindre la vraie connaissance. Simone Weil pense qu’il est important d’entraîner la faculté d’attention qui consiste à suspendre sa propre pensée, cet acte d’épochè qui permet de s’engager sur le véritable chemin de la connaissance. En outre elle considérait qu’il était nécessaire de stimuler la motivation à apprendre, c’est-à-dire de provoquer chez les apprenants le désir d’apprendre quelque chose, au lieu d’imposer des objets d’apprentissage.

La philosophie de l’éducation

  • 5 Chez Platon (Phèdre, 261a, 271c) le terme signifie « ce qui attire ou séduit l’âme ».

14La pédagogie weilienne prend forme aux alentours des années trente, et se fonde sur une pratique de l’attention qui constitue une psychagogie, (du grec psukagogia : « conduite des âmes5 »), une méthode pédagogique qui vise à accompagner les élèves vers un lieu où il peuvent « devenir ce qu’ils sont ». Simone Weil est une philosophe qui s’inscrit dans la tradition grecque, mais à laquelle ses expériences politiques et sociales fournissent la matière pour élaborer les principes éducatifs d’une pensée en action. Toute sa vie, d’une manière éclectique et antisystématique, Simone Weil enseigna et écrivit la philosophie. Deux événements majeurs ont marqué son existence et guidé sa pensée : sa décision de devenir ouvrière et sa conversion au catholicisme. Le premier témoigne d’une ferme résolution à surmonter toute forme d’intellectualisme, et l’autre du point de départ d’un cheminement intellectuel et spirituel guidé par une recherche d’absolu.

  • 6 Chez Alsthom puis chez Renault, durant les années 1934-1935[Note du traducteur].
  • 7 Weil, Simone. La Condition ouvrière. Paris, Gallimard, 1951. Cet ouvrage est composé de l’ensemble (...)
  • 8 Weil, Simone. Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale. Paris, Gallimard, (...)

15Simone Weil décide de travailler dans une usine6 pour comprendre les souffrances physiques et morales des ouvriers, qui sont soumis à un mécanisme de production sur lequel ils n’ont aucun contrôle et qu’ils ne comprennent pas. Cette expérience est rapportée au quotidien dans son Journal d’usine (1934-1935) et ensuite revisitée dans divers essais et lettres, qui ont été rassemblés dans La condition ouvrière7. Plus particulièrement, ce qui pousse Simone Weil à l’expérience de ces contraintes brutales et quotidiennes, c’est la volonté de prendre la mesure, en la traduisant dans la pratique, de l’idée philosophique d’une « action par le travail », idée qu’elle a conçue au cours de ses études et de ses travaux de jeunesse. Elle se propose aussi de vérifier la structure du mécanisme politico-social à la base du processus productif, qu’elle analyse dans ses Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale8. Le travail constitue une médiation entre l’exigence philosophique d’étudier les structures de l’oppression d’une part, et l’exigence existentielle de lier la théorie et la pratique (en les liant aussi dans le fait de travailler) d’autre part.

16Ses textes ont donné lieu à des interprétations différentes : expression d’un anarchisme utopique, d’un renouvellement radical ou au contraire d’un traditionalisme antimoderne et irrationnel, manifeste de foi gnostique, réinterprétation de la philosophie classique et de la théologie chrétienne sur un plan mystique… Ces lectures différentes et parfois discordantes livrent chacune un des aspects de la pensée de Simone Weil, et pourtant elles ne suffisent pas à rendre compte de son entièreté ni de sa complexité.

17On peut admettre que sa réflexion s’inscrit dans le cadre de la pensée phénoménologique, existentielle et sociologique propre au climat culturel de l’Europe husserlienne, marquée par une relativisation radicale de la science et de la technique, susceptibles de remettre en cause la relation de l’Homme avec la nature, et basée sur l’opposition entre capitalisme bourgeois et marxisme. Cependant, la philosophie prend conscience du fait que les vieux dieux sont morts et que les nouveaux ne sont pas encore arrivés. Cette modernité, qui commence à émerger de la crise du cartésianisme est déjà différente, en transition vers le postmodernisme.

18Pendant cette période, Simone Weil développe ses expériences en tant que formatrice : elle donne des cours dans des lycées pour jeunes filles dans cinq villes françaises (Le Puy, Auxerre, Roanne, Bourges, Saint-Quentin), entre octobre 1931 et janvier 1938. Cette expérience fut interrompue deux fois. La première fois, pendant l’année scolaire 1934-1935, elle demande un congé à des fins d’études, mais en profite en réalité pour travailler dans une usine. La seconde fois, en 1936-1937, son mauvais état de santé et l’aggravation de ses maux de tête, dont elle souffrait depuis longtemps l’oblige à s’arrêter. Cette période d’enseignement dans le cycle secondaire ne fut donc pas très longue, mais significative au regard de la brièveté de sa vie. Si son expérience institutionnelle fut courte, elle l’envisagea comme une véritable mission éducative.

19L’expérience d’enseignement de Simone Weil fut ponctuée par de nombreux problèmes avec les autorités académiques, son attitude déplaisant aux autorités académiques. Ce comportement occasionnait la réprobation de ses supérieurs qui s’interrogeaient sur l’attitude à adopter à son encontre.

  • 9 Ibid., p. 34.

20Simone Weil accordait une attention particulière à ses élèves en tant que personnes. Ses lettres sont imprégnées de l’urgence, du souci d’écouter. Elle portait une attention particulière à leur développement intellectuel, mais aussi à leur santé et à leurs problèmes affectifs. Parfois, une certaine hésitation craintive retenait son élan, si bien qu’elle gardait ses distances – ce que quelques élèves parmi les plus jeunes et les plus sensibles ne comprenaient pas –et cela parce qu’elle croyait que mettre une distance entre soi et l’autre était crucial pour respecter« la liberté de respirer des jeunes9 ». Son mot d’ordre le plus fréquent était qu’il faut bien faire ce qu’on fait, qu’il n’est pas important d’être une excellente petite écolière, qu’il faut apprendre les mathématiques pour soi-même et non pour les notes. Comme en témoignent les relations épistolaires que Simone Weil entretenait avec ses élèves, elle semblait ne pas trop apprécier les élèves qui étudiaient beaucoup mais qui en même temps n’étaient pas très réceptives.

21Toutefois si, au début, ses élèves la trouvent maladroite et étrange, elle suscite bientôt leur admiration. Elle établit une réciprocité dans sa relation avec elles. L’une d’entre elles raconte que Simone Weil, un matin, arriva en classe avec son costume décousu et qu’elle lui apporta du fil à coudre pour qu’elle puisse le réparer. Une autre fois, elle arriva en classe avec son pull à l’envers et l’une des élèves surveilla la classe pour qu’elle puisse se changer derrière le tableau noir. Les élèves se montraient préoccupées par le fait que leur enseignante avait une attitude détachée envers les choses matérielles. Il est probable qu’elles savaient qu’elle donnait la majeure partie de ses revenus aux nécessiteux, et qu’elle dormait par terre, au froid.

22De son côté, Simone Weil ne ménageait pas sa peine pour accomplir sa mission. Les témoignages de sa mère, de ses élèves et même de nombreux inspecteurs envoyés pour vérifier son travail, rendent compte d’un engagement fort en vue de l’amélioration de sa pratique, qu’illustre son souci de faire des corrections exhaustives des devoirs. Simone n’était pas seulement une bonne enseignante, mais une enseignante dévouée à ses élèves. En dépit de ses nombreux engagements, de la vie à la dure qu’elle s’imposait et surtout de ses terribles maux de tête, elle était toujours à l’heure au lycée, et apportait beaucoup de livres qu’elle distribuait à ses élèves – livres qu’elle obtenait avec une réduction. Les devoirs étaient peut-être un peu brûlés par la cigarette, mais parfaitement corrigés. Quant aux leçons, elles étaient parfois préparées la nuit, au retour de ses rencontres avec des mineurs ou des chômeurs… Par ailleurs, dans toutes les établissements où elle était en poste, elle donnait gratuitement des cours d’histoire des sciences, d’histoire de l’art, ce qui ne faisait qu’augmenter l’estime dont elle jouissait auprès de ses élèves.

23Simone Weil préparait ses élèves à la vie, et pas seulement aux examens. Elle leur conseille de ne pas se laisser persuader qu’ils comprennent ce qu’ils ne comprennent pas. Ce conseil concerne tous les élèves, mais aussi tous les enseignants. Il constitue une invitation à ne pas se contenter de lectures toutes faites, à penser par soi-même, à étudier afin de comprendre.

  • 10 Weil, Simone. Cahiers. Paris, Gallimard, 1951-1968, p. 31.
  • 11 Ibid, p. 16.

24Simone Weil cherche à atteindre cet objectif grâce à une « gymnastique scolaire » qui focalise l’attention sur le discours, active la raison et prépare l’âme à une autre sorte d’attention, plus élevée encore que l’attention studieuse : l’attention intuitive qui est à la source de l’art lorsqu’il est parfaitement accompli, des découvertes véritablement novatrices, de la philosophie qui chemine vers la sagesse, de l’amour charitable du prochain, en définitive, une forme d’attention qui s’apparente à la prière. Ainsi, ce qui compte pour elle, « ce ne sont pas les événements qui dominent le cours des années – ou des mois – et même pas des jours. C’est la façon dont chaque minute se connecte à la minute suivante et ce qui en coûte à chacun dans le corps, le cœur et l’âme – et plus encore dans l’exercice de la faculté d’attention – pour accomplir cette connexion minute après minute »10. Si l’on suit cette proposition ontologique, la dimension phénoménologique de la qualité éducative de l’enseignement s’épanouit : « L’éducation doit créer des motivations. Indiquer ce qui est avantageux, ce qui est incontournable, ce qui est bien, incombe à l’enseignement. L’éducation doit créer des motivations pour la mise en action. Car jamais aucune action n’est effectuée en l’absence de motivations susceptibles de fournir la somme indispensable d’énergie »11.

25L’éducation telle que la conçoit Simone Weil prend ainsi la forme d’une multitude d’activités pratiques entrelacées, mises en relation par la méthode socratique de la persuasion authentique, qui réserve à l’oralité les interventions pédagogiques les plus déterminantes. Simone Weil guide constamment, avec son « dire en action », la conduite de ses élèves : l’enseignement, parmi toutes les actions humaines, est une action sur nous-mêmes, et consiste à prendre conscience des différents niveaux de lecture possibles pour un même texte. La recherche des critères et des techniques qui permettent de passer d’une interprétation d’un texte à une autre est un travail essentiellement éducatif, mais qui ne faisait pas explicitement partie de la pédagogie telle qu’elle était enseignée et appliquée dans les lycées français des années trente. Ainsi, dans la philosophie éducative de Simone Weil, instruction, éducation et culture sont entremêlées. Voici des propositions simples qu’elle a formulées, dans ses lettres ou autres écrits, et qui étaient destinées à ses élèves :

  • Se méfier des journaux ;

    • 12 Ibid., p. 55.

    Pour l’étude de l’histoire, développer son esprit critique, éviter les manuels qui sont tous « malhonnêtes » et « faire la critique de son manuel et de ses leçons, en cherchant à distinguer ce qui est raisonné de ce qui ne l’est pas »12 ;

  • Démocratiser les connaissances : la culture est un privilège qui, dans la période actuelle, donne le pouvoir à la classe possédante. Il faut s’efforcer d’abolir ce privilège en reliant les connaissances complexes aux plus communes ;

  • Lire les grands philosophes, les grands écrivains : pour la morale, Platon, Descartes, Rousseau, Kant, Marc Aurèle ; pour la psychologie, Balzac et Stendhal, et des psychologues allemands contemporains ; pour la sociologie, Comte, Proudhon, Marx, Machiavel, Retz ;

  • Pour le style, lorsqu’on écrit, imiter les bons modèles, en évitant « les hommes de lettres » ;

  • Apprendre par cœur les citations des grands penseurs, philosophes et écrivains ;

  • S’appliquer à l’étude de la géométrie parce qu’elle nous oblige à nous occuper de choses précises, à apprendre la rigueur et la précision dans la quête de la vérité (ce n’est pas un hasard si Simone Weil a donné des cours d’histoire des sciences, en dehors des heures de classe et de façon totalement bénévole).

26Simone se montrait exigeante envers ses élèves, et cela avec une autorité qui était encore une fois la conséquence de la cohérence qu’elle établissait entre ses propos et ses actes. Voici des extraits de ses écrits qui en témoignent :

  • 13 Ibid., p. 37.

Je ne crois pas qu’il y ait intérêt pour vous à suivre des cours de psychologie et de morale. Vous vous cultiverez bien mieux en lisant. La bibliothèque de la Faculté doit contenir des tas de choses intéressantes que vous ne connaissez pas encore. Pour la morale, Platon, Descartes, Rousseau, Kant, Marc Aurèle valent mieux que tous les cours13.

  • 14 Ibid., p. 44.

J’aimerais entendre que vous vous donnez régulièrement de la peine, non seulement en latin mais aussi en géométrie, matière que vous commencez cette année, n’est-ce pas ? La géométrie est une belle et grande chose, et elle peut vous faire beaucoup de bien en vous forçant à vous occuper de choses précises14.

  • 15 Ibid., p. 58.

Étudiez la géométrie, la seule école de rigueur et de précision dans la recherche de vérité ; l’être humain qui ne l’a jamais goûtée reste irrémédiablement incomplet. Ce qu’il y a beau dans un problème de géométrie, c’est que quelques données seulement sont fournies et que, donc, avec le seul travail de l’esprit, sans aucune aide extérieure, on doit infailliblement construire une solution15.

27L’écriture est au centre de sa pédagogie. Ce n’est pas un hasard si elle disait que l’on peut ramener l’art de vivre à un bon usage du langage, et que l’écriture est extrêmement utile parce qu’elle peut conduire à « la possession de soi ». Elle faisait écrire à ses élèves de courtes compositions pour les exercer à la logique du raisonnement et à la précision de l’exposition.

28En général, elle enseignait le programme, cependant elle ne suivait pas un ordre établi. Elle utilisait beaucoup d’exemples concrets et, après le travail en usine, elle paraissait détachée des abstractions des philosophes ; en effet, pendant ses années d’enseignement, elle réfléchit beaucoup à la question du malheur et de l’humiliation.

  • 16 Simone Weil, éditée par Reynaud-Guerithault, Anne. Leçons de philosophie (Roanne 1933-1934). Paris, (...)

29Selon les différentes sources disponibles, Simone Weil parlait d’une voix basse et monotone, apparemment sans émotion. En général elle ne regardait pas l’auditoire et semblait absorbée en elle-même. Le seul mouvement qu’elle faisait consistait à tendre le bras en avant, et pourtant elle parvenait à retenir l’attention et à susciter l’admiration de ceux qui l’écoutaient. En lisant les Leçons de philosophie, issues des transcriptions qu’une de ses élèves a réalisées pendant un an16, on peut extraire quelques caractéristiques propres à son enseignement :

  • Elle se basait toujours sur des exemples ;

  • Elle donnait immédiatement le plan des leçons aux élèves ;

  • Elle suivait une démarche consistant à poser le problème, puis à examiner les différentes réponses proposées par les philosophes et à en peser le pour et le contre ;

  • Elle creusait la question en profondeur, en se basant sur toutes les questions et les réponses qui émergeaient ;

  • Elle utilisait des citations de philosophes et d’hommes de lettres, mais aussi des exemples issus de la vie ordinaire ;

  • Elle était claire, à preuve le fait que son élève ait pu prendre des notes si complètes.

30Simone Weil, au-delà de l’enseignement qu’elle a pu délivrer au sein de l’institution scolaire, s’est aussi engagée en tant qu’éducatrice informelle auprès des ouvriers, des pêcheurs, des mineurs et les chômeurs, c’est-à-dire de tous ceux qui se trouvaient dans une condition d’oppression à la fois matérielle et culturelle.

31La vie entière de Simone Weil rend ainsi compte de son statut particulier de philosophe éducatrice. Ce déconcertant paradigme de la condition humaine à l’époque moderne, cette femme exilée dans la solitude qui a atteint Dieu par un malheur existentiel qu’a renforcé sa rencontre avec la bête sauvage que représente le monde industriel, développe une pensée qui résulte de la rencontre entre son désir de vérité, l’attention qu’elle mobilise pour l’assouvir, et le respect de sa propre vocation. Sa curiosité nomade et « concrète » l’amène à se faire embaucher aux presses de la Société de Constructions électriques et mécaniques Alsthom, à parfaire ses compétences d’ouvrier agricole en labourant les champs, à participer à la vie des pêcheurs pour étudier le rapport entre les constellations et la navigation, entre les manœuvres des hommes et la résistance des éléments, entre le travail et le profit, le tout porté par une incessante dilapidation de soi, liée à l’aspect éternellement jeune de sa nature profonde et par la certitude d’exprimer des idées hérétiques et peu conventionnelles.

  • 17 Elle l’avait sollicité pour une collecte de fonds à destination des chômeurs à laquelle il donna so (...)

32Ces différentes propositions nous renvoient l’image d’une intellectuelle sensible, engagée, et aux idées claires, qui rejette dans un premier temps pour l’accepter ensuite l’existence d’une fracture entre le travail intellectuel et le travail manuel. Après avoir initialement dénoncé le fonctionnement des usines, elle parvient à rêver d'une industrie à taille humaine, condamne l’État soviétique et propose une Constitution qui supprime les partis politiques. Volcan d’idées et de sentiments, de pensées désordonnées qui se traduisent par des écrits hétéroclites, Simone Weil apparait comme une femme excentrique et instable. Sa mise déjantée, ses poches pleines de tabac, ses énormes lunettes, ses lourdes chaussures, pouvaient la rendre affreusement agaçante et désagréable. Elle fut surnommée la vierge rouge par le sociologue Célestin Bouglé, directeur adjoint de l’ENS17 : Elle ne fait l'unanimité ni auprès du corps enseignant de l’ENS ni auprès des autres étudiants. Georges Bataille, dans son roman de 1935, Le bleu du ciel, compose le personnage de Louise Lazare d’après elle :

  • 18 Bataille, Georges. Le bleu du ciel, Gallimard, Paris 1957, pp. 38-39.

Elle avait des vêtements noirs, mal coupés et tachés. Elle avait l’air de ne rien voir devant elle, souvent, en passant, elle se heurtait aux tables […] Sans chapeau, ses cheveux courts, raides et mal peignés, lui donnaient des ailes de corbeau de chaque côté du visage. Elle avait un grand nez de juive maigre, qui sortait de ces ailes sous des lunettes d'acier. Elle mettait mal à l’aise : elle parlait lentement avec la sérénité d'un esprit étranger à tout, la maladie, la fatigue. Le dénuement ou la mort ne comptaient pour rien à ses yeux […] Elle exerçait une fascination, tant par sa lucidité que par sa pensée d’hallucinée. […] Je me demandai un instant si elle n’était pas l’être plus humain que je n’avais jamais vu18.

  • 19 Fiori, Gabriella, Simone Weil. Une femme absolue, Paris, Editions du Félin, 1987, p. 22.
  • 20 Ibid.

33Gabriella Fiori rappelle d’autres portraits de Simone Weil, bien plus flatteurs : « Petit visage, étroit, mangé par les cheveux et les lunettes. Le nez pointu, les yeux noirs qui te regardent, téméraires, le cou tendu, tout cela donnait l’impression d’une curiosité passionnée, presque discrète »19. Ou encore :« Son regard, merveilleux débris après le naufrage de sa beauté, refaisait lentement surface pour retourner visible : tellement intense et pur »20. Personne ne fut plus mal jugée qu’elle, pour ses cheveux en désordre, sa blouse qui ne sentait pas le frais, son corps négligé, sa singularité.

34Gabriella Fiori met en rapport la personnalité de Simone Weil avec la description de deux des personnages de sa pièce Venise sauvée : Jaffier et Renauld21, incarnations des deux facettes de son caractère. Jaffer représente l’innocence pure, la capacité à expérimenter la réalité, Renaud correspond au côté volcanique de sa personnalité, celui-là même qui lui donna envie de prendre la place de Maxime Weygand22 durant la « drôle en guerre ».

35Souvent l’image qu’on a d’elle est celle d’une femme sur les nerfs, grincheuse, sombre, toujours inquiète pour les autres et encline à sacrifier les plaisirs de la vie. Il s’agit d’un stéréotype infondé, selon certains critiques. En effet, les écrits weiliens révèlent souvent un esprit qui ne refuse pas le trait d’humour, recourt à des remarques spirituelles pour convaincre, pour désamorcer une situation. Même l’étrange correspondance qu’elle entretint avec ses élèves en constitue un témoignage, car on y perçoit un esprit joyeux. Elle privilégie l’écriture par aphorismes, sans hiérarchie, parce qu’elle donne la même importance à tout ce qu’il y a à dire.

36Ainsi, il est impossible de limiter Simone Weil à un rôle unique ou à une seule vocation, car elle était libre de toute idéologie, de toute appartenance à une école ou à un groupe. Elle allait souvent à contre-courant et avait une stupéfiante capacité à anticiper les tournants et les besoins spirituels de son temps.

37Elle appartient pleinement à ce groupe de philosophes incommodes, dérangeants, qui ne laissent pas la pensée en repos et sa philosophie de l’action ne s’exerce pas qu’au sein de la salle de cours. Aujourd’hui encore, elle nous renvoie l’écho de son génie éducatif.

38(Traduction : Christel Taillibert)

Haut de page

Bibliographie

Bataille, Georges. L’azzurro del cielo. Turin, Einaudi, 1985.

Castallana, Mario. Mistica e rivoluzione in Simone Weil. Manduria, Lacaita, 1979.

Ferrarotti, Franco. “Simone Weil: il realismo dei mistici”, in Invitto, Giovanni. Le rivoluzioni di Simone Weil. Cavallino, Capone, 1990, pp. 249-250.

Fiori, Gabriella. Simone Weil. Biografia di un pensiero. Milan, Garzanti, 1981. Préface

Obinu, Salvatore. I dilemmi del corpo. Materia e corporeità negli scritti di Simone Weil. Florence, Lalli, 1989.

Reynaud-Guerithault, Anne. Leçon de philosophie (Roanne 1933-1934). Paris, Plon, 1989.

Weil, Simone. Cahiers. Paris, Gallimard, 1951-1968.

Weil, Simone. La Condition ouvrière. Paris, Gallimard, 1951.

Weil, Simone. Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale. Paris, Gallimard, 1955.

Weil, Simone. Piccola cara… Lettere alle allieve. Milano, Marietti, 1998.

Weil, Simone. Venise sauvée, préface de Léo Texier, Paris, Rivages, 2020.

Haut de page

Notes

1 Cf. Obinu, Salvatore. I dilemmi del corpo. Materia e corporeità negli scritti di Simone Weil. Florence, Lalli, 1989.

2 Cf. Ferrarotti, Franco. “Simone Weil: il realismo dei mistici”, in Invitto, Giovanni. Le rivoluzioni di Simone Weil. Cavallino, Capone, 1990, pp. 249-250.

3 Raymond Poincaré (1860-1934), fut Président de la République française du 18 février 1913 au 18 février 1920. C’est lui qui appela Georges Clemenceau à la présidence du Conseil, en 1917. Il fut aussi Premier ministre de la France du 14 janvier 1912 au 21 janvier 1913, puis du 15 janvier 1922 au 1er juin 1924, et enfin du 23 juillet 1926 au 26 juillet 1929. C’est l'une des plus grandes figures politiques de la IIIème République [Note du traducteur].

4 Admis au concours d’entrée à l’ENS en 1889, troisième à l’agrégation de philosophie en 1892, Alain (1868-1951), défend dans ses Propos et autres écrits un humanisme cartésien, antidogmatique. Son entraînement au doute méthodique influence durablement ses élèves, parmi lesquels on compte Simone Weil mais aussi un autre philosophe : Georges Canguilhem, l’historien Raymond Aron et des romanciers comme André Maurois et Julien Gracq. La publication du Journal qu’il a tenu de 1937 à 1950 a révélé l’antisémitisme, honteux mais persistant, de celui qui fut un pétainiste convaincu et un fervent admirateur d’Hitler [Note du traducteur].

5 Chez Platon (Phèdre, 261a, 271c) le terme signifie « ce qui attire ou séduit l’âme ».

6 Chez Alsthom puis chez Renault, durant les années 1934-1935[Note du traducteur].

7 Weil, Simone. La Condition ouvrière. Paris, Gallimard, 1951. Cet ouvrage est composé de l’ensemble de ses observations, et se compose tout d’abord de son Journal d'usine, puis d'une série de textes dans lesquels l'auteure dégage la philosophie et la morale de cette expérience.

8 Weil, Simone. Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale. Paris, Gallimard, 1955.

9 Ibid., p. 34.

10 Weil, Simone. Cahiers. Paris, Gallimard, 1951-1968, p. 31.

11 Ibid, p. 16.

12 Ibid., p. 55.

13 Ibid., p. 37.

14 Ibid., p. 44.

15 Ibid., p. 58.

16 Simone Weil, éditée par Reynaud-Guerithault, Anne. Leçons de philosophie (Roanne 1933-1934). Paris, Plon, 1989.

17 Elle l’avait sollicité pour une collecte de fonds à destination des chômeurs à laquelle il donna son autorisation, et même participa, en exigeant l’anonymat car il ne voulait pas passer pour un communiste. Mais elle fit inscrire en gros, au-dessus du stand de récolte des fonds : « Faites comme votre directeur : donnez anonymement pour les chômeurs », (cf. Martin Steffens, Résister avec Simone Weil, Inflexions 2015/2 (N°29), pp. 65-73, mis en ligne sur Cairn.info le 21/06/2019, https://doi.org/10.3917/infle.029.0065 [Note du traducteur].

18 Bataille, Georges. Le bleu du ciel, Gallimard, Paris 1957, pp. 38-39.

19 Fiori, Gabriella, Simone Weil. Une femme absolue, Paris, Editions du Félin, 1987, p. 22.

20 Ibid.

21 Venise sauvée. Paris, Rivages, 2020. Cette pièce de théâtre inachevée est inspirée du récit historique La Conjuration des Espagnols contre la République de Venise en l’année 1618, de l’abbé de Saint-Réal, Renaud est l’organisateur du complot. Cynique, il veut « tuer la cité au point que les citoyens sentent qu’une insurrection, même si elle réussissait, ne pourrait la ressusciter ; alors ils se soumettent ». Le capitaine Jaffier sauve la cité en dénonçant le complot qui la menaçait de destruction. [Note du traducteur].

22 Maxime Weygand (1867-1965) Bras droit du maréchal Foch à la fin de la Première Guerre mondiale, c’est lui qui le 11 novembre 1918 lit les conditions de l'Armistice à Rethondes à la délégation allemande. Nommé le 17 mai 1940 commandant en chef de l'armée française en remplacement du général Gamelin, il ne peut pas empêcher la défaite lors de la bataille de France. Il est alors le premier à se déclarer partisan d'un armistice avec l'Allemagne. [Note du traducteur].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniela De Leo, « Simone Weil, philosophe et éducatrice », Cahiers de Narratologie [En ligne], 40 | 2021, mis en ligne le 09 décembre 2021, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/12585 ; DOI : https://doi.org/10.4000/narratologie.12585

Haut de page

Auteur

Daniela De Leo

Professeur agrégée en Philosophie au Département d'études Humanistes, Université du Salento (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de Narratologie – Analyse et théorie narratives est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search