Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Varias« On oublie trop souvent de faire...

Varias

« On oublie trop souvent de faire vivre les textes littéraires » : Entretien avec Jean-François Vernay

À propos de La séduction de la fiction, Paris, Hermann, 2019.
Propos recueillis par Annika Mörte Alling
Référence(s) :

Jean-François Vernay

La séduction de fiction

Paris, Hermann, 2019, 216 pages.

Texte intégral

1Annika Mörte Alling : Depuis ce que les Anglais appellent « the affective turn » au tournant du siècle, ou plutôt « le retour à affectif » comme vous dites à juste titre, de plus en plus de voix se sont élevées en faveur d'une approche plus émotionnelle dans les études littéraires, vous-même avec Plaidoyer pour un renouveau de l’émotion en littérature, qui est sorti en 2013 et traduit en anglais en 2016 (The Seduction of Fiction: A Plea for Putting Emotions Back into Literary Interpretation). Pouvez-vous commenter le rapport entre ce livre et La séduction de la fiction, et aussi la situation actuelle dans ce champ de recherche, vingt ans après le tournant affectif.

2Jean-François Vernay : La séduction de la fiction est en quelque sorte le tome 2 d’un travail préparatoire publié en 2013 par Patrick Ardoin. Depuis 2022, Plaidoyer pour un renouveau de l’émotion en littérature est également disponible en langue arabe sous le titre de دعوةٌ لإعادة العواطفِ في تفسيرِ الأدبِ المنهجُ النفسيُّ الأدبيّ et devrait aussi paraître en mandarin d’ici 2023. Le nouveau titre proposé par l’édition anglaise, The Seduction of Fiction, m’interpella. A l’origine, il ne me semblait pas avoir écrit un texte sur “la séduction de la fiction” mais plutôt sur la nécessité de rétablir la composante affective dans l’enseignement et l’interprétation de la fiction. J’ai donc entrepris de composer ce nouveau tapuscrit pour les éditions Hermann au moment même où Vincent Jouve rédigeait une étude jumelle, Pouvoirs de la fiction, publiée par Armand Colin la même année. Les thématiques abordées se recoupent sous des angles différents : émotions, cognition, immersion lectorale, interprétation, plaisirs esthétiques et bienfaits de la fiction. Pas de mise en application de la théorie dans mon ouvrage, mais vous y trouverez quelques préoccupations supplémentaires : la séduction de l’objet livre et l’attachement à ce dernier, le paradoxe de la fiction, la diversité des communautés lectorales, la didactique et le cadre institutionnel. L’année suivante, Rita Felski fit paraître son analyse culturaliste des théories de la réception de la fiction avec : Hooked : Art and attachement (2020, Accro : l’art et le phénomène de l’attachement). Son livre a le mérite d’élargir la réflexion sur les mécanismes d’attachement, d’identification, de mise en confiance (relatability) et d’harmonisation (attunement) à de nombreux champs artistiques : la chanson, le cinéma, la littérature et les arts visuels. Pour ce qui est de la situation actuelle, les études théoriques de l’affect ont toujours le vent en poupe et risquent de prendre davantage d’ampleur dans notre société en crise en raison de la pandémie qui a malheureusement réprimé l’expression des émotions derrière des masques sanitaires.

3Annika Mörte Alling : Vous parlez toujours – au présent – du problème de l'enseignement rigide et théorique sans que place soit faite aux discussions tournant autour de ce qui nous séduit dans la littérature. Selon vous, n'y a-t-il toujours pas eu de changement quant au rôle des émotions dans les pratiques pédagogiques relatives à l’étude et l'enseignement de la littérature ?

4Jean-François Vernay : C’est une excellente question à laquelle je ne peux répondre qu’en partie, puisque je réside en Australie depuis la publication du livre. Je n’ai donc plus l’expérience de l’enseignement en France. Dans le dernier chapitre de La séduction de la fiction, je fais le point sur les raisons qui ont conduit à l’érection de ce rempart contre les émotions dans les pratiques pédagogiques, qu’il s’agisse des phases d’apprentissage ou d’évaluation. L’institution scolaire a pour mission d’affuter et d’évaluer les capacités cognitives des apprenants sous diverses formes : la géométrie et la géographie (le traitement visuo-spatial), les mathématiques (le calcul et la logique), la linguistique (les langages oral et écrit), l’histoire (la mémoire), la littérature (l’attention), le sport (la psychomotricité), en plus des fonctions exécutives. Les compétences socio-émotionnelles n’ont jamais été partie intégrante du projet. Cela dit, une très estimée collègue me fait savoir que le sensible a fait une entrée discrète depuis la dernière réforme avec la pratique du carnet de lecteur et les nouvelles modalités du bac oral de français qui proposent aux candidats de faire une présentation libre de l’œuvre qu’ils auront choisie au sein d’un corpus de huit textes.

5

6Annika Mörte Alling : Sinon, doit-on attribuer le statu quo au fait qu'il n'y a pas de solution au problème de la dichotomie entre l'analyse distancée et la lecture fondée sur l'expérience personnelle (vous mentionnez par exemple la difficulté d'évaluer une compétence émotionnelle au sein de l'institution scolaire), ou au fait que les professeurs ne sont pas d'accord sur le rôle que doivent jouer les émotions dans l'enseignement de la littérature ?

7Jean-François Vernay : Le statu quo vient essentiellement du fait que l’on a pas songé à assouplir le système éducatif français qui repose sur un postulat de base : « Tout enseignement doit faire l’objet d’une évaluation des compétences acquises par chacun des élèves ». Dès lors, quelques didacticiennes (comme Audrey Bauwens, ou Véronique Larrivé dont j’évoque les recherches au chapitre 7 de La séduction de la fiction) se sont assignées la tâche de créer des évaluations spécifiques. Mais ailleurs, en Australie par exemple, les compétences socio-émotionnelles enseignées pendant l’heure du mentorat ne font l’objet d’aucune évaluation, sinon d’un petit quiz Kahoot non noté, ne serait-ce que pour réactiver la mémoire des apprenants. En France, l’équivalent de cette séance de mentorat (mentor group session) pourrait être la matière nommée E.M.C. (Enseignement moral et civique) au collège et E.C.J.S. (Éducation civique, juridique et sociale) au lycée, dont l’évaluation ou l’absence d’évaluation reste à la discrétion de chaque chef d’établissement.

8Annika Mörte Alling : Vous suggérez d'ailleurs qu'il y a une différence entre les attitudes dans l'Hexagone par rapport au monde anglo-américain vis-à-vis des émotions. Pouvez-vous développer cet aspect ?

  • 1 Roland Barthes, Sur Racine (Paris : Le Seuil, 1963), 156.

9Jean-François Vernay : La situation est en effet très contrastée. Même si il y a eu dans un premier temps un mouvement de rejet avec cet article de William Wimsatt et Monroe Beardlsey sur « l’illusion affective» (the affective fallacy), le génie de la langue anglaise accueille plus volontiers la subjectivité et incarne la conjonction des émotions et de la cognition dans un syntagme très usité dans l’appréciation littéraire : « I feel that … » que l’on pourrait traduire de manière interchangeable par « Je pense que … » / « J’ai le sentiment que … ». Dans Plaidoyer pour un renouveau de l’émotion en littérature (2013), je rappelle que dans la critique littéraire française l’on fait grand usage de tournures impersonnelles du type : « il convient de s’interroger sur …», et d’un « nous » de majesté qui introduit une distanciation entre le lecteur professionnel et le lecteur amateur (PREL : 37). En ayant recours à ces fleurs de rhétorique dans le discours critique, nous perdons de vue ce que Roland Barthes avait vu avec justesse. La littérature, disait-il fort à propos, « est cet ensemble d’objets et de règles, de techniques et d’œuvres, dont la fonction dans l’économie générale de notre société est précisément d’institutionnaliser la subjectivité ».1 En l’occurence, cette subjectivité s’exprime autant dans le point de vue singulier que le ressenti personnel du lecteur.

10Annika Mörte Alling : Je suis d'accord avec vous sur l'importance d'une approche émotionnelle dans l'enseignement de la littérature. Cependant, en la pratiquant j'ai parfois rencontré une résistance étonnante parmi des collègues en littérature et en langues, voire même occasionnellement chez les étudiants. Il arrive qu'un silence les paralyse quand on pose des questions sur leurs expériences de lectures personnelles, comme s'ils étaient gênés, n'attendant pas cette question de la part de l’institution, pensant peut-être à ce qu'ils doivent dire pour satisfaire le professeur et réussir leur examen, ou s'inquiétant s'ils croient n'avoir rien ressenti... Dans ces situations, tout se passe comme si le contexte scolaire, que d’aucuns jugeront contraignant, les a d’emblée déprogrammés de toute émotion. Daniel Pennac décrit quelque chose de similaire, devant sa classe qui s'ennuie de la lecture de Madame Bovary. Comment voudriez-vous commenter cela ? Comment faire dans la pratique pour introduire une conversation plus passionnée dans l'enseignement de la littérature ? Daniel Pennac pratique la lecture à haute voix. Comment faites-vous pour amener vos élèves à révéler leurs sentiments par rapport aux textes qu'ils lisent ?

  • 2 Umberto Eco, Confessions d’un jeune romancier (Paris : Grasset, 2013), 155.

11Jean-François Vernay : J’aime beaucoup Pennac pour ses descriptions candides (au sens dix-septièmiste du terme) de l’école. Dans La séduction de la fiction, je cite un extrait de Comme un roman (1992) en rapport avec l’obligation de lire, qui dès lors devient un pensum. Mais je crois que vous faites allusion au passage consacré « au droit de lire à haute voix », à ce que Umberto Eco nomme le « flatus vocis »2 qui participe du plaisir cognitif que l’on tire de la lecture. Il est vrai que l’on oublie trop souvent de faire vivre les textes littéraires, un impératif qui ne doit pas être l’apanage des études d’art dramatique. Toute forme d’écriture se prête à une mise en voix qui fait saillir la sensibilité de l’auteur. A cet égard, la monographie de Vincent Laisney, En lisant en écoutant (2017), rappelle à notre bon souvenir une fonction quasi désuète de la lecture – celle d’une pratique résolument sociale accompagnée du partage d’un grand moment de convivialité.

12Pour ne pas aboutir aux situations de gêne et de crispations que vous avez évoquées, il conviendrait d’affiner la mise en condition des apprentissages. Mon expérience professionnelle du système éducatif français est celle d’une scénographie assez rigide de l’espace pédagogique, même si l’on pousse parfois l’audace à organiser les tables en U pour favoriser la communication dans les classes de langues. L’organisation spatiale prototypique est la disposition des élèves en rang d’oignon sur plusieurs rangées de tables qui font toutes face au professeur. Si le mobilier était monté sur roulettes (ce qui éviterait le charivari provoqué par la modulation de l’espace), on aurait une organisation spatiale à géométrie variable, avec la possibilité de disposer les tables en îlots pour des groupes de partage et de discussions, en vis-à-vis pour un débat passionnée « pour ou contre », et cerise sur le gâteau on rajouterait au fond de la classe un canapé, un fauteuil et une table basse pour organiser des cafés littéraires, des lectures cénaculaires, ou des discussions plus informelles de la littérature comme étape préalable à la professionnalisation du discours littéraire que l’on retrouve dans la dissertation ou le commentaire composé. Dans un monde utopique, on augmenterait les heures consacrées à l’enseignement de la littérature et on trouverait la place pour ce coin salon en réduisant les effectifs de moitié. Le fait que les classes limitées à 10-15 apprenants fonctionnent bien mieux est un secret de polichinelle.

13Annika Mörte Alling : Vous faites une distinction entre lecteurs professionnels et lecteurs amateurs, (57, 84), et entre lecture hédonique et lecture anti-hédonique (59-63) — pourquoi ces distinctions sont-elles importantes ? En même temps, dans Plaidoyer, vous avez argumenté pour un effacement de la dichotomie entre lectures naïve et savante, entre l'approche analytique et l'émoi littéraires ? (173) Voulez-vous dire que nous perdons notre innocence, pour ainsi dire, en tant que chercheurs et enseignants, que nous ne sommes plus capables d'être séduits par la fiction de la même façon que les lecteurs amateurs peuvent l'être (« qui s'abandonnent invariablement et sans retenue aux plaisirs de la lecture. » 85) ? Cela serait horriblement triste, voire tragique. L'une de nos tâches les plus importantes nest-elle pas d'admettre et de transmettre notre passion pour la littérature que nous étudions et enseignons ?

  • 3 Jean-Marie Schaeffer, L’expérience esthétique (Paris : Gallimard, 2015), 45.

14Jean-François Vernay : Dans Plaidoyer pour un renouveau de l’émotion en littérature, j’insistais sur le fait que la lecture est conditionnée par notre statut de lecteur, fût-il professionnel ou amateur, statut qui change notre degré d’attention au texte. Comme le rappelle Jean-Marie Schaeffer dans L’expérience esthétique (Paris : Gallimard, 2015), lire de la fiction est avant toute chose « une expérience attentionnelle exploitant nos ressources cognitives et émotives communes, mais les infléchissant d’une manière caractéristique, inflexion en laquelle réside sa spécificité “expérientielle” ».3 Dans le cas du lecteur professionnel, dont la mission est de lire le livre avec un certain objectif en tête (écrire une recension, rédiger une thèse, faire un cours, répondre aux questions du baccalauréat, etc.), le gros de l’attention portera sur l’analyse cognitive du livre et de ses rouages : le système actantiel, l’intentionnalité de l’auteur, le schéma narratif, les figures de rhétorique, etc. Dans le cas du lecteur amateur, l’objectif premier de la lecture demeure la recherche de plaisir : plaisir-évasion (fuite de la réalité), plaisir de l’immersion, plaisir esthétique (style et euphonie), plaisir narratif (émotions, épistémophilie, etc.). La raison pour laquelle j’ai introduit une autre bipartition autour de la notion de satisfaction inspirée du circuit de la récompense de notre cerveau, à savoir lecture hédonique et lecture anti-hédonique, est que je ne voulais pas donner l’impression qu’un statut particulier enfermerait les lecteurs dans une dynamique hédonique ou anti-hédonique. Les lecteurs professionnels peuvent tout à fait se voir confier la lecture d’un roman avec une mission très précise en tête et en retirer une satisfaction quelconque, mais ils seront sans doute moins sensibles au plaisir-évasion ou au plaisir de l’immersion, en raison de leur état d’esprit au moment de la lecture : urgence d’honorer un délai rédactionnel, obligation de lire un livre qu’ils n’auraient pas spontanément choisi, état d’hyper-vigilance dont l’attention est canalisée sur des éléments fléchés à l’avance, les raisons sont multiples. La transmission de notre passion pour la littérature se fait dans un autre état d’esprit, qui est postérieur à celui de la lecture. Sur les bancs de l’université, j’ai eu le plaisir d’assister à des cours magistraux lors desquels le Professeur récitait un cours très construit et analytique qu’il émaillait d’anecdotes, de toutes sortes d’histoires, ou de correspondances inattendues qu’il établissait, pour tendre une relation avec ses étudiants et communiquer sa passion pour la matière. Permettez-moi de préciser que son enseignement très efficace était un moment de grande satisfaction.

15Annika Mörte Alling : Sur un point je vois parfois une hésitation dans le livre, pouvez-vous clarifier votre point de vue : concernant les émotions que suscite la littérature, médiatisées à travers le langage, vous dites : « gardons-nous d'oublier que ces affects restent de papier ! » (125) et que « les passions en littérature seront toujours au second degré, à l'inverse du tourment qui s'empare des êtres humains dans la vraie vie. » En même temps vous êtes d'accord avec Jean-Marie Schaeffer « qu'il n'y a d'émotions spécifiquement esthétiques » (113), autrement dit qu'il n'y a pas de différence de type entre les émotions que nous ressentons pour un phénomène de fiction et celles que nous éprouvons au quotidien. Pouvez-vous préciser votre position ?

16Jean-François Vernay : Dans le champ des études de lettres, on s’attachera à analyser deux types d’émotions. D’une part, les émotions réelles des communautés lectorales (lors de l’acte de lecture) et de l’écrivain (au cours de la création littéraire), d’autre part, les émotions représentées que je nomme « représentations narratives d’émotions qui se subdiviseraient en émotions dépeintes (un personnage décrit comme joyeux dans un texte) et émotions exemplifiées (un paysage qui exemplifierait la mélancolie) » (SF: 113). C’est en ce sens où je déclare que « La représentation des émotions en littérature dispose d’un espace fécond pour se déplier dans le texte par la médiation du langage, mais gardons-nous d’oublier que ces affects restent de papier ! ». Vincent Jouve et moi-même4 sommes en consonance avec les positions de Jean-Marie Schaeffer exprimées dans son livre magistral, dans lequel il ne souhaite pas particulariser les émotions rencontrées dans le champ littéraire. Selon lui, « une théorie des émotions esthétiques ne saurait se distinguer d’une théorie générale des émotions. Leur statut, leur éventail, leur déclinaisons et leur mode de fonctionnement sont toujours les mêmes ».5 Cela dit, introduisons ici un petit bémol en ce qui concerne les émotions du lectorat dont l’éventail est plus limité. Faire l’examen des émotions dans le cadre d’une expérience esthétique restreint de facto le champ d’étude. De toute évidence, il est peu probable que les lecteurs expriment des « émotions secondaires ou sociales (embarras, jalousie, culpabilité, orgueil), qui résultent pour une large part des interrelations humaines »6, à la lecture de fictions. En conséquence, ces émotions-là ne sont pas concevables dans une relation à un objet… comme le roman. En revanche, les lecteurs pourront éprouver de la honte, de l’embarras, du regret, ou du remords à la lecture d’un roman, uniquement dans l’hypothèse où la teneur du livre réactiverait des souvenirs pénibles, entrant ainsi en résonance avec l’expérience des lecteurs. Mais dans ce cas précis, la narration n’est pas directement responsable de l’éclosion de ces émotions. Cette dernière est donc imputable au vécu des lecteurs.

17Annika Mörte Alling : Le mot séduction a surtout des connotations positives, et vous parlez des pouvoirs de la fiction dans un sens très positif. Vous dites mêmes que c'est la « fonction première » de la fiction de « nous mettre dans de bonnes dispositions psychiques et groupales (plaisir multiple, gratifications, bien-être, joie, stimulation de la vie psychique ... ». (184) Il est difficile de ne pas être d'accord avec vous, même si je crois que la littérature nous rappelle souvent les grandes difficultés de la vie et que c'est là l'une de ses fonctions primordiales aussi. Mais que dire de ceux qui subissent de plein fouet les conséquences négatives (voire désastreuses) de la consommation de fictions ? Dans la littérature, il y a de nombreux exemples, comme Don Quichotte et Emma Bovary. Je pense aussi aux jeunes et adultes aujourd'hui qui sont engloutis par les séries et les jeux au point de ne plus être capables de vivre.

18Jean-François Vernay : Vous avez tout à fait raison de souligner les dérives éventuelles qu’un attachement trop fort à la fiction pourrait causer. Si j’évoque bien le phénomène d’attachement (parfois même pathologique) et la relation complice que l’auteur parvient à créer entre le lecteur et le livre, le lecteur et le personnage, ou le lecteur et l’auteur, dans le deuxième chapitre de La séduction de la fiction, j’avoue avoir négligé le phénomène d’assuétude qui, à tout le moins, n’est pas dénué d’intérêt, mais qui toutefois représente un risque plus élevé chez les sujets consommant des fictions audiovisuelles où le degré d’immersion est nettement plus important eu égard aux rôles prépondérants que jouent le son et l’image. Ayant restreint mon étude de la relation esthétique à la fiction romanesque, je n’ai pas jugé pertinent d’aborder ce thème. En outre, il me paraît difficile de militer en faveur d’un réenchantement de la littérature en mettant en exergue les écueils d’une surconsommation de la fiction présentée telle une substance toxique. [Rires] Aujourd’hui, plus que jamais, à une époque où les belles-lettres perdent de plus en plus de terrain, il me semble urgent de « tenir le pas gagné », pour reprendre l’expression rimbaldienne, sur la promotion active des bienfaits de la consommation de fictions. C’est la raison pour laquelle je prépare un nouvel ouvrage sur ce sujet en collaboration avec un chercheur en neuroscience.

19Annika Mörte Alling : Les « émotions de base » suffisent-elles pour rendre compte des émotions que représentent les grandes œuvres littéraires dans toute leur complexité ?

20Jean-François Vernay : Infléchies par de multiples facteurs (fussent-ils biochimiques, neurologiques, ou socioculturels), les émotions sont des phénomènes neurophysiologiques composites et complexes qui interagissent avec l’environnement et agissent sur nos décisions, sélections, perceptions et orientations (SF: 109). Le fait qu’elles fassent toujours débat ajoutent à la complexité de l’écheveau. Si par « émotions de base » vous faites référence aux six émotions fondamentales répertoriées par Paul Eckmann (joie, tristesse, colère, surprise, dégoût et peur), il est évident que cette palette est trop restreinte pour rendre justice à la complexité des représentations narratives d’émotions dans les œuvres littéraires.

  • 7 Jean-François Vernay, Neurocognitive Interpretations of Australian Literature : Criticism in the Ag (...)

21Dans mon étude de la rage réprimée et exprimée dans les narrations de Peter Polites et de Christos Tsiolkas,7 je rappelle que le neurologue américain Joseph LeDoux, qui a signé Le Cerveau des émotions (Paris: Odile Jacob, 2005), ne voit pas l’émotion comme un phénomène isolé, mais comme étant assimilée à des systèmes dont il a identifié celui de la peur, de la joie, de la tristesse et de la colère. A cela, s’ajoutent les émotions idiosyncrasiques de chaque lecteur puisque toute lecture se fait sur le mode du régime psychoaffectif.

22Annika Mörte Alling : Les perspectives des sciences cognitives et psychologiques sont intéressantes et probablement nécessaires dans une étude sur la séduction de la fiction, surtout si nous sommes d'accord sur le fait qu'il n'y a pas d'émotions spécifiquement esthétiques. Les chercheurs et enseignants en littérature ont tout intérêt à collaborer avec ces autres disciplines cognitives pour creuser la question des émotions impliquées dans la lecture. Mais la question est de savoir comment mettre en place cette coopération dans la pratique, qu'en dites-vous ? Dans quelle mesure leurs méthodes, comme celle de mesurer les mouvements des yeux ou l'activité du cerveau avec des électrodes, peuvent-elles nous aider à comprendre comment fonctionne un lecteur ?

23Jean-François Vernay : Pour ce qui est des collaborations, je pense que chacun doit rester à sa place au sein du binôme. Je ne suis ni neuroscientifique ni neurologue ou médecin de formation. En conséquence, je ne vais pas découvrir une nouvelle aire du cerveau comme Paul Broca ou Carl Wernicke et j’évite de produire des textes qui tendent à faire de la littérature une étude scientifique. Dans mon dernier ouvrage publié chez Routledge, j’essaie de voir dans quelle mesure les avancées en neurosciences peuvent éclairer le discours littéraire : est-ce que la consommation de fictions engendre la transformation du soi chez les lecteurs ? Que permet l’inclusion d’un personnage neurodivergent dans un roman ? Quel est l’impact cognitif de la pornographie sur le lectorat masculin et féminin ? En quoi la littérature aborigène promeut une conception neuroscientifique de la relation corps-esprit ? Telles sont quelques unes des questions auxquelles je réponds dans : Neurocognitive Interpretations of Australian Literature : Criticism in the Age of Neuroawareness (New York: Routledge, 2021).

24La coopération que je mets en place avec ce chercheur en neurosciences dont j’ai fait mention plus haut relève de cette bipartition des tâches. Mon collègue neuroscientifique serait donc mieux à même que moi de vous apporter une réponse fournie à votre deuxième question. Cela dit, interrogez Denis Forest, Professeur en épistémologie et auteur de Neuroscepticisme : les sciences du cerveau sous le scalpel de l’épistémologue (Paris : Editions Ithaque, 2014) et vous obtiendrez une toute autre réponse !

25Propos recueillis par Annika Mörte Alling.

Haut de page

Notes

1 Roland Barthes, Sur Racine (Paris : Le Seuil, 1963), 156.

2 Umberto Eco, Confessions d’un jeune romancier (Paris : Grasset, 2013), 155.

3 Jean-Marie Schaeffer, L’expérience esthétique (Paris : Gallimard, 2015), 45.

4 Lire : http://www.vox-poetica.org/entretiens/intJouve.html

5 Jean-Marie Schaeffer, op.cit. (2015),150.

6 Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction: Pourquoi aime-t-on les histoires ? (Paris : Armand Colin, 2019), 63.

7 Jean-François Vernay, Neurocognitive Interpretations of Australian Literature : Criticism in the Age of Neuroawareness (New York: Routledge, 2021), 95-111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Propos recueillis par Annika Mörte Alling, « « On oublie trop souvent de faire vivre les textes littéraires » : Entretien avec Jean-François Vernay  »Cahiers de Narratologie [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 08 décembre 2022, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/14019 ; DOI : https://doi.org/10.4000/narratologie.14019

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search