Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Un ou trois récits : la médiatisa...

Un ou trois récits : la médiatisation numérique de la Fête des Lumières à Lyon en 2015

One or three narratives : the digital mediatization of Lyon's Festival of Lights in 2015
Oriane Piquer-Louis

Résumés

En 2015, les attentats survenus quelques mois plus tôt occasionnent l'annulation des illuminations d'habitude programmées pendant la Fête des Lumières depuis quelques années à Lyon.

Cet article s'intéresse à la médiatisation ordinaire sur les réseaux socionumériques à ce moment-là, d'une part pour le caractère inhabituel de cette annulation, permettant l'irruption d'un événement au sein d'un temps ritualisé, d'autre part pour son caractère chargé en histoire.

Grâce à une méthodologie hybride entre informatique et sémiotique, nous avons pu analyser en quoi ces photographies permettaient au public de développer un récit de cet événement qui lui est propre.

Il s'avère que non pas un, mais trois récits s'imbriquent, dans ces photographies publiées pendant la manifestation : celui d'un événement traditionnel, celui décrivant un spectacle à destination des touristes et enfin, l’hommage aux victimes de l’attentat.

Haut de page

Texte intégral

1Les villes, pour attirer des visiteurs, doivent continuellement susciter et entretenir le désir (Urry & Larsen, 2011 ; da Lage 2013). Il s’agit de mettre en valeur leur territoire comme digne d’être visité, de le rendre visible, de séduire les touristes potentiels. Emilia da Lage parle, en citant The tourist gaze, d’une « mise en désir » du territoire (da Lage, 2013). Cette dernière passe évidemment par l’image : Urry et Larsen considèrent d’ailleurs que le tourisme est avant tout une question de regard et de production d’images (Urry & Larsen, 2011). Cette communication, écrite et visuelle, peut être analysée dans le cadre de l’étude des récits : il s’agit de séduire en intégrant le territoire urbain dans une histoire. Nous pouvons penser à la valorisation du patrimoine architectural qui met en lumière le temps historique, par exemple, mais aussi à la manière dont la communication touristique préfigure l’expérience du touriste en projetant ce dernier dans le futur, en le représentant en train de dévaler des pistes de ski ou de déguster des plats typiques par exemple. Comprendre la manière dont les événements touristiques sont mis en récit, par l’image notamment, nous permet de mieux comprendre la manière dont nous mettons en sens le territoire, que ce soit pour séduire de potentiels visiteurs, mais aussi pour renouveler les liens qui fondent la relation entre le territoire et ses habitants (Bonaccorsi, 2008).

2L’entreprise de séduction des touristes potentiels est l’un des enjeux majeurs de la production de cartes postales et des divers documents publiés par l’Office du tourisme ; mais elle se fait plus prégnante à l’occasion d’événements. Dans ce cadre, une communication très contrôlée émane de la municipalité et de l’Office du tourisme : plaquettes et dépliants, mais aussi photographies et messages publiés sur les réseaux sociaux font l’objet d’une fabrication par des professionnels de la communication et de la photographie.

  • 1 Nous avons essayé ici de traduire en français « tourist gaze » : le mot « gaze » en anglais désigne (...)

3C’est d’abord à ce titre que la Fête des Lumières lyonnaise, qui constitue en un événement touristique qui puise dans l’histoire de la ville de Lyon et, qui, dans sa version contemporaine, est devenue une performance qui se prête très bien à la mise en valeur de la ville, nous est apparue comme un cas d’étude pertinent. En effet, durant la Fête des Lumières, la ville est offerte au « regard du touriste »1 : il s’agit d’un parcours parmi des installations artistiques d’éclairage par mapping vidéo de bâtiments, entre spectacle, performance artistique, et déambulation dans un musée. Ainsi, c’est une ville mise en spectacle qui est proposée au regard, extraite de son fonctionnement ordinaire par une sémiotisation particulière de l’espace.

4Selon nous, cette mise en spectacle est liée à une mise en récit. En s’appuyant sur Ricœur et Genette, Lits et Desterbecq expliquent que la force de la narration constitue dans sa capacité à configurer l’expérience et à intégrer des événements distincts dans une continuité historique (Lits et Desterbecq, 2017).

5« Le temps devient temps humain dans la mesure où il est articulé de manière narrative ; en retour le récit est significatif dans la mesure où il dessine les traits de l’expérience temporelle » (Genette, 1972)

Illustration 1 : Capture d'écran d'un tweet du compte @fetelumieres.

6Dans le cas de la Fête des Lumières, la mise en récit, cette articulation de l’expérience temporelle, se trouve selon nous à deux niveaux : d’abord, le spectacle lui-même constitue en une façon de raconter le territoire ; ensuite, les discours autour du spectacle configurent l’expérience du visiteur et intègrent la manifestation dans une temporalité historique (celle de l’histoire de la ville de Lyon) qui lui donne son sens.

  • 2 Traduction (par nos soins, avec l’aide de Deepl) : « Les images publicitaires sont structurées auto (...)

7Ainsi en prévision des festivités, la communication municipale se projette vers le futur, pour susciter le désir. C’est ici que l’image joue un rôle central de construction d’une fiction d’anticipation, que Urry et Larsen soulignent dans leur ouvrage : « Advertising images are structured around, and work through, mobilising and triggering the spectator’s desires and fantasies through "spatial fictions". »2 (Urry & Larsen, 2011). La photographie soumet au regard du touriste un spectacle dans lequel il est invité à se projeter, en attendant d’en faire l’expérience. Ainsi, la conférence de presse qui dévoile les illuminations choisies pour l’édition à venir fait habituellement l’objet d’une communication et, au cours du mois de novembre, des images présentant certaines d’entre elles sont dévoilées sur le compte Twitter dédié à la Fête des Lumières (illustration 1). Ces images sont des projections en 3D et non de réelles photographies des installations lumineuses : elles constituent bien en une fiction, une anticipation du spectacle à venir, déjà mis en scène dans l’espace.

8La documentation croissante des territoires sur les réseaux socionumériques (RSN) (Boullier, 2015) vient bousculer cette mise en récit de la ville comme un espace désirable, offert à la déambulation des touristes. Sur ces plateformes, les images du photographe commandité et accrédité par les collectivités cohabitent avec les selfies des touristes, les instantanés du quotidien des habitants...Toute une somme d’images qu’il n’est pas possible de contrôler, d’autant plus que l’intention derrière chaque « geste documentant » (Després-Lonnet et Micheau, 2019) varie : nous photographions la ville pour la mettre en valeur, mais aussi pour se souvenir d’un moment passé avec des amis, pour indiquer un dysfonctionnement, ou pour discuter. André Gunthert considère ainsi que l’une des fonctions sociales majeures occupées par l’image sur les RSN aujourd’hui est d’être « conversationnelle », autrement dit de constituer un medium alternatif à l’écrit pour communiquer avec autrui (Gunthert, 2014). Les services de communication municipaux se sont adaptés à cette situation de cohabitation forcée avec habitants et touristes dans un même espace médiatique. Ils peuvent d’ailleurs tourner cela à leur avantage en encourageant, par exemple au moyen de concours, la production d’images destinées à la promotion de la ville.

9La Fête des Lumières lyonnaise constitue un cas tout à fait typique de cette rencontre entre différentes manières de raconter le territoire par l’image (Bonaccorsi & Jarrigeon, 2014). Cet événement est rattaché à l’histoire de la ville et à ses traditions : c’est une occasion pour les habitants de mettre ces dernières en valeur. C’est aussi une manifestation culturelle de grande ampleur, qui attire de nombreux touristes, fort enclins à rendre compte de cette visite, à en faire récit. Très photogénique, l'événement occasionne, dans un temps relativement court (4 jours, avec une concentration plus forte à la date du 8 décembre), une forte production d’images sur les RSN.

  • 3 Cet article présente en effet un des résultats de notre thèse, soutenue le 3 février 2022 et intitu (...)

10Parmi ces derniers, nous avons fait le choix de nous concentrer sur Twitter. Tout d’abord, cette plateforme nous permettait de collecter du matériau de manière automatisée, ce qui était une contrainte du projet doctoral, qui a été mené sous une co-direction en Sciences de l’Information et de la Communication, et en Sciences de l’Informatique3. Dans le cadre de ce travail, qui reposait essentiellement sur l’étude des images, Twitter semble être un choix moins pertinent, à première vue, que Flickr et Instagram, qui sont des sites centrés sur la publication de photographies, mais le site de réseautage social à l’oiseau bleu s’est finalement avéré être un choix judicieux. Nativement concentré sur le texte, et non sur l’image, il a subi des changements d’interface entre 2015 et 2016, au tout début de la recherche, qui montraient l’importance croissante que l’entreprise donnait à ce moyen d’expression.

11De plus, le fait que Twitter repose d’abord sur du texte a permis aux utilisateurs du site de développer des stratégies assez sophistiquées de documentation du contenu qu’ils publient. Paradoxalement, le fait que ce site de réseautage social constitue un espace d’expression très contraint (en limitant la publication de texte à 150 caractères, maintenant 250, par exemple) a permis l’émergence d’une forme de créativité, avec l’apparition de formes de discours propres même à Twitter (comme le live tweet, ce récit en direct, par petites touches, d’un événement ou d’un film).

12Enfin, la dimension conversationnelle du discours sur Twitter est maintenant bien documentée (Boyd, 2014 ; Coutant et Stenger, 2010) : elle nous semblait importante dans la perspective de la recherche de discours ou d’images vernaculaires qui nous occupait alors ne cherchions pas à analyser des images seules, mais à saisir le rôle des images dans la communication autour d’un territoire, en l’occurrence la ville de Lyon.

13Bien qu’elles fassent l’objet d’une attention particulière dans notre travail de de thèse, les propriétés spécifiques de Twitter, sont peu développées dans le présent article car nous avons décidé de ne présenter ici qu’une seule des hypothèses de notre travail, celle de l’enchâssement des récits : l’analyse ne s’attache donc qu’aux propriétés narratives des images et laisse de côté les autres aspects traités dans la thèse (conversation, hypertexte, poids des algorithmes dans la présentation des messages, etc.), qui seraient bien trop nombreux à évoquer et analyser dans le cadre d’un seul article.

14C’est donc une analyse des récits photographiques de la ville sur Twitter que nous proposons ici. Le postulat selon lequel l’image fixe bénéficierait d’une valeur narrative ne va pas de soi. En effet, nous attribuons plutôt cette caractéristique au cinéma, qui, au moyen de l’image animée, permet de dérouler un récit. Gunthert explique que le caractère narratif de l’image fixe est lié à sa réception (Gunthert, 2017). En effet, pour être narrative, l’image doit suggérer le déroulé des événements, constituer en une ellipse temporelle ; c’est au spectateur de l’image de compléter cette ellipse par l’interprétation. Le spectateur va repérer dans l’image des signes qui vont lui permettre d’embrayer le récit, de reconstituer le déroulé des événements évoqués par l’image. Ainsi, une photographie d’un pot cassé évoque le moment où il s’est brisé : il y a une ellipse temporelle ici, puisque seul le résultat est représenté, le reste étant soumis à notre interprétation.

  • 4 « Attentats du 13 novembre 2015 en France », Wikipédia, consulté le 20 février 2022. https://fr.wik (...)

15Notre travail se focalise sur l’édition 2015 de la Fête des Lumières sur Twitter. C’est une édition particulière en ce qu’elle a fait l’objet d’une annulation suite aux attentats perpétrés à Paris un mois plus tôt. En effet, la suite d’attentats survenus en novembre4 oblige la municipalité à annuler les festivités et à reporter sa communication sur l’hommage aux victimes des attentats. Paradoxalement, cela rend de cette édition particulièrement intéressante, puisqu’elle permet d’observer l’émergence d’une pluralité de récits autour d’un même événement.

16Nous cherchons ici à caractériser en quoi les photographies publiées sur le site de réseautage social pendant l’événement peuvent participer à une narration de l'espace urbain, de son histoire, de ce qui fait lien dans la pratique (habitante ou touristique) d’un territoire (de Certeau, 1990). Nous postulons que ces dernières permettent de s’intégrer dans une histoire, celle du territoire, en contribuant à sa narration, envisagée comme un moyen d’articuler ensemble différentes temporalités. En effet, Ricœur explique dans Temps et récit comment « le temps devient temps humain dans la mesure où il est articulé sur un mode narratif » : le « temps humain », celui d’une génération ou d’une vie, est très court en comparaison avec le temps long de l’histoire, mais il trouve un sens en étant placé dans la continuité du temps historique par le récit. Le récit nous permet de réinvestir le temps historique en le ramenant à notre échelle ; il nous permet également de donner du sens aux actions présentes en plaçant ces actions dans une continuité qui nous dépasse. C’est ce qui fonde d’ailleurs la légitimité des traditions : en fournissant « une rhétorique de ce qui est censé avoir été » (Lenclud, 1987), les traditions permettent de placer nos actions dans une filiation d’actions similaires qui les justifient. Nous allons chercher en quoi les images étudiées relèvent de ce phénomène.

17Il faut noter que la temporalité dans laquelle la Fête des Lumières lyonnaise s’inscrit n’est pas linéaire, mais cyclique : c’est celle d’un « rituel urbain » (Dujardin, 2008), à l’instar des Nuits Blanches parisiennes :

18« Les villes d’aujourd’hui n’échapperaient donc pas à la logique symbolique qui anime ce type de pratique sociale : ces événements, qu’ils soient des fêtes ou des événements culturels, relèveraient de la même nécessité pour le groupe social de se réaffirmer en décidant d’un temps, d’un espace et d’une activité à la fois très codifiée et décalée par rapport à la vie ordinaire. » (Lallement, 2007).

19La Fête des Lumières, invariablement célébrée tous les 8 décembre depuis 1852, est placée dans une temporalité cyclique où l’édition de cette année fait suite à une longue série d’éditions avant elle. Ce n’est pas un événement exceptionnel, mais une festivité qui vient rythmer la vie de la communauté chaque année.

20En sus de cette périodicité, les deux autres caractéristiques du rituel urbain mises au jour par Emmanuelle Lallement dans son article se retrouvent dans la Fête des Lumières : le caractère codifié de l’événement (celui du parcours entre les installations proposées sur les plans de la ville distribués aux visiteurs), et l’inversion matérielle et symbolique de l’usage de la ville (par une déambulation nocturne et un éclairage inhabituel) qu’il provoque.

21Le rituel et le mythe possèdent une fonction sociale en commun, qui est celle de situer l’individu et la communauté à laquelle il appartient dans le temps historique. Pour les coordinateurs du numéro 43 de la revue Hermès consacré aux rituels, « les rituels opèrent la synthèse entre la mémoire sociale et la projection vers l’avenir de la communauté. » (Wulf, 2005).

22Il s’agit donc de voir comment le récit vient placer le « temps humain » de l'édition 2015 de la Fête des Lumières dans le temps cyclique du rituel : comment qualifier ce récit ? Comment les images étudiées convoquent-elles ce récit ? Enfin, quel est le rôle joué par le contexte particulier de Twitter ?

23Pour répondre à ces questions, après une présentation de notre méthodologie, nous nous saisirons de la Fête des Lumières comme moment privilégié pour réactiver un récit mythique de Lyon, récit que nous verrons confronté à d’autres (notamment le récit de l’expérience touristique, mais aussi celui de l’hommage aux victimes des attentats) lors de l’édition 2015. Cette analyse, qui prendra en compte l’opérativité du contexte spécifique des RSN, nous conduira à développer plus particulièrement une réflexion à propos du rôle du public comme dépositaire et moteur du récit.

Méthodologie

  • 5 UMR 5205 CNRS / INSA de Lyon / Université Claude Bernard Lyon 1 / Université Lumière Lyon 2 / École (...)
  • 6 L’outil de collecte consiste en un simple programme, qui se connecte à l’API Twitter (Stream) et en (...)

24Notre méthodologie nécessite, avant toute chose, un court exposé. Grâce à une collaboration avec le laboratoire LIRIS5 dans le cadre de la co-direction de la thèse, un important nombre de tweets (environ 31 000) a été collecté6 début décembre 2015. Il faut noter que l'outil utilisé pour la collecte a subi plusieurs pannes pendant cette dernière : il y a quelques hiatus dans notre corpus, que nous avons tâché de combler par une recherche manuelle sur le hashtag « #FDL2015 ». Un tri préalable et manuel, pour ne garder que les messages concernant la Fête des Lumières, a permis d’obtenir un corpus de 997 tweets.

25La taille de ce corpus est de fait insatisfaisante : il est trop volumineux pour permettre une analyse entièrement qualitative efficace (les analyses qualitatives faites en profondeur travaillent généralement des corpus encore plus petits, pour permettre de revenir plusieurs fois sur les images ; près de 1000 images, c’est un corpus un peu trop important pour l’analyser finement de fond en comble) et trop petit pour permettre une analyse quantitative statistiquement intéressante, dont il serait possible d’extrapoler les résultats. Il est évident que les messages collectés ne reflètent pas la totalité de ce qu’il s’est passé durant l’événement. C’est pour cela que ce n’est pas le seul corpus du travail de la thèse : nous avons collecté des messages sur Twitter en 2016 et en 2017 également.

26Cette taille insatisfaisante s’explique d’une part, par la particularité de la Fête des Lumières 2015 : c’est un événement qui a été annulé par les autorités municipales, ce qui a eu un effet sur le volume d’expression en ligne attendu. Le corpus collecté avec le LIRIS en 2016 est environ trois fois plus volumineux. D’autre part, il faut comprendre que lorsque nous collectons de l’expression en ligne, il y a toujours beaucoup de « bruit » dans les données. Ce rapport de taille entre ce que nous avons collecté et ce que nous avons retenu pour l’analyse est assez classique.

27Nous avons complété l’étude de ce corpus par d’autres analyses, mais dans l’économie de cet article, c’était beaucoup trop ambitieux de faire état de toute la recherche doctorale : c’est donc sur les résultats qui concernent le corpus de 2015 que nous nous concentrons.

28Notre travail repose essentiellement sur une analyse sémiologique du corpus. Ce type d'analyse prend en compte la forme que prennent les messages et le caractère hypertextuel de ces derniers sur Twitter (Juillard & Bottini, 2017). Or, la méthode de collecte utilisée produit des fichiers bruts, utiles pour une exploration d'ordre statistique du corpus, mais qui gomment totalement les architextes (Davallon et al., 2003 ; Jeanneret, 2014) qui entourent le tweet et son éventuelle illustration, rendant l’analyse sémiologique que nous cherchions à effectuer difficile, puisque le contexte sémiotique de l’expression fait selon nous partie du matériau à analyser.

29Pour effectuer notre analyse dans les meilleures conditions il nous faudrait retrouver le contexte sémiotique du tweet, et donc pour cela retrouver l’URL d’origine du tweet, pour pouvoir l’analyser avec une partie de son contexte, ce que nous avons fait à plusieurs reprises. Mais nous considérons que ce contexte, en particulier ce qui appartient à la réception du tweet, ne peut pas être entièrement reconstitué. Pour faire cela, il faudrait situer le message dans la timeline d’un utilisateur de Twitter concerné par l’événement (habitant de Lyon par exemple), inséré au milieu des tweets des autres comptes suivis par ce dernier, et des publicités que la plateforme lui présente. Ces éléments peuvent difficilement être reconstitués à partir de l’archive en JSON dont nous disposions : c’est un fichier en texte brut formaté à partir de la manière dont la base de données du site est organisée. Ce que nous reconstituons en faisant la capture d’écran du tweet original, c’est une reconstitution partielle du contexte de réception, celui de l’interface utilisateur du site. Mais même cela reste une limite de l’analyse, puisque cette interface a changé plusieurs fois dans le temps de la thèse.

30C'est pour cela que nous avons donc fait le choix d'articuler notre travail autour d’un outil informatique, nommé Korpus, et développé par nos soins tout au long du processus de recherche. Cet outil permet de visualiser le corpus dans des conditions proches de celles de l’interface de Twitter (rendant ainsi une analyse « hors ligne » possible, sans qu’il soit nécessaire de chercher le message original), d’étiqueter et d’annoter des éléments sans altérer le matériau original, et de constituer des planches en fonction de cet étiquetage. Les données produites au cours des différentes séances d'étiquetage, tout comme les données qui concernent le matériau peuvent également faire l'objet d'une exploration statistique –mais cela est marginal dans le fonctionnement de l’outil.

31En effet, ce dernier ne correspond pas à un outillage lié à des méthodologies quantitatives : DMI-TCAT, par exemple, est un outil plus pertinent pour cela. DMI-TCAT nous a permis de mieux comprendre, par l’exploration statistique qu’il permet, le matériau que nous avions collecté, mais n’est pas au centre de notre analyse. En effet, nous cherchions avec Korpus à faciliter et structurer l’analyse qualitative pour pouvoir prendre en main ce corpus de 997 messages dans un temps raisonnable (puisqu’il n’est pas le seul corpus analysé pendant la thèse) : sans outil, près de 1000 images auraient été difficiles à étiqueter « à la main ». Aucun outil existant ne permettait de faire cela, justement parce que la plupart des outils informatiques permettant l’analyse de Twitter sont structurés autour de méthodes quantitatives et non qualitatives.

32L'analyse sémiologique en elle-même s'attarde sur l'étude méticuleuse d'un objet. Comme il est matériellement impossible de travailler avec un grain aussi fin sur 997 objets, visualiser ces ensembles en séries a permis de choisir les objets qui ont fait l'objet d'une attention particulière. Nous avons tâché de choisir des messages qui nous semblaient les plus représentatifs des planches constituées en fonction des objets représentés ou des choix de composition. L'analyse, les propriétés qui en ont émergé –pour reprendre la terminologie de Lejeune (Lejeune, 2014) dans son Manuel d'analyse qualitative que nous avons suivi pour l’étiquetage des messages– et le développement de l'outil permettant de les articuler entre elles ont ainsi conjointement progressé. Notre travail a constitué en des allers-retours constants entre les séances d’étiquetage et d’indexation, l’amélioration de l'outil d'affichage du corpus, et l’analyse plus attentive de messages représentatifs d’une propriété qui émergeait de l’étiquetage. La constitution de planches a permis de faire varier les échelles d'analyse.

33Dans le cadre de cet article, nous avons couplé notre analyse sémiologique à une analyse narrative telle que la propose Gunthert (Gunthert, 2017). Cette analyse s'intéresse tout particulièrement à la manière dont les images pouvaient contenir des éléments embrayeurs, qui permettent à cette dernière d’être interprétée de façon narrative en convoquant des récits développés sur d'autres supports (presse, documents officiels concernant l'événement notamment). Nous avons également porté notre attention sur la manière dont l’image pouvait produire l’ellipse narrative dont parle Gunthert et à l’interaction entre l’image et les formes textuelles qui l’entourent.

La fabrication d’un récit mythique propre à Lyon

  • 7 Date à laquelle devait avoir lieu la première Fête des Lumières, où la statue de Marie qui coiffe F (...)

34Pour commencer, intéressons-nous à la Fête des Lumières. Cette dernière fait selon nous l'objet d'un récit mythique de l'histoire de Lyon. Dès 1852, année de sa toute première édition, elle est évoquée dans des commentaires de la part des dévots, des instances politiques et de la presse, qui ont permis une « entrée en légende » quasi immédiate de l'événement (Dujardin, 2008). Celle-ci s’opère, toujours selon cet auteur, grâce à « la mise en oubli ou, du moins, en omission, du temps de la préparation, de la mobilisation, qui avait été nécessaire et pour le 8 septembre7 et pour le 8 décembre 1852 ». En effet, la Fête des Lumières avait fait l’objet de préparatifs soigneux de la part des autorités religieuses comme municipales, qui sont absentes du récit repris encore aujourd’hui par la presse et la ville de Lyon. À la faveur du report de la date de l’inauguration de la statue du 8 septembre au 8 décembre, « [le] programme festif du 8 décembre reste identique à celui prévu pour le 8 septembre » (ibid.). Les Lyonnais ont le temps d’anticiper les festivités et leur déroulement, d’autant plus que cette manifestation est très attendue. Il n’est donc pas surprenant que les illuminations aient commencé, le soir du 8 décembre, malgré l’annulation par le « maître de cérémonie » (ibid.), découragé par les intempéries, alors que le mauvais temps se dissipe : tout était prêt. Pourtant, ce qui est retenu, et ce dès le lendemain dans une lettre publique du cardinal-archevêque de Lyon, c’est le geste décrit comme « spontané » des Lyonnais : « [ce] témoignage de piété filiale nous a d’autant plus profondément touché, qu’il a été spontané, unanime », peut-on lire sur les portes des églises.

35Le récit qui émerge dès 1852 n’est pas uniquement articulé à partir d’un fait réel qui a eu lieu. Il est déjà le fruit d’une première médiation narrative, un premier agencement de faits historiques, dont le résultat est la mise en valeur du peuple lyonnais dans sa dévotion.

36Pour mieux prendre la mesure de l’enjeu autour de cette « entrée en légende » de la dévotion des lyonnais, il faut rappeler que le culte marial a des racines très profondes à Lyon. En effet, la ville célèbre le dogme de l'Immaculée Conception, proclamé le 8 décembre 1854 par le pape Pie IX, dès le XIIe siècle (Dujardin, 2008 ; Tarou, 2010) ! Si cette dimension religieuse a perdu de son importance aujourd’hui, le récit des origines de la Fête de Lumières convoque toujours la référence à cette « spontanéité » lyonnaise en omettant sa dimension politique.

37Nous faisons l’hypothèse que ce premier travail de médiation, de mimésis, est de l’ordre du récit mythique, un récit qui place les illuminations privées qui ont lieu aujourd'hui dans cette filiation symbolique. La réinterprétation régulière de ce récit permettrait donc la fabrication d’un mythe propre au territoire de Lyon.

  • 8 « Le « vœu des échevins », prononcé en 1643, dans le fil du vœu de Louis XIII confiant la France à (...)

38La presse, notamment télévisée, s’est chargée de perpétuer le récit au XXe puis XXIe siècle, dans les différents journaux télévisés consacrés à l’événement, en continuant à mettre l’accent sur les racines populaires et spontanées de la Fête. Dans son mémoire, Anne Tarou explique comment les journaux télévisés entretiennent, en choisissant de ne montrer que quelques « pièces » historiques et hautement symboliques, un récit mythique, où les symboles comptent plus que la justesse historique. Le vœu des Échevins, prononcé en 16438, n’a pas de lien direct avec la Fête des Lumières, dont la première édition remonte à 1852 ; mais il symbolise l’investissement municipal dans le culte marial. C’est pour cela qu’il est choisi. Ainsi, dans les journaux télévisés, montrer le document attestant du vœu des Échevins sans donner beaucoup plus d’éléments de contexte suffit à produire l'effet de lien avec les origines religieuses de la Fête. Ceci est couplé à une attention toute particulière portée par la presse à l'affluence lors de la manifestation et à la mesure de l'engouement des Lyonnais (Tarou, 2010), en en faisant le centre des discours sur l'événement. Une fois les racines religieuses de la Fête des Lumières évoquées – ou plutôt signifiées – le discours déployé sur la télévision se concentre sur ce public, institué et ré-institué sans cesse comme dépositaire légitime de la tradition.

39Selon Jean-Pierre Vernant (Vernant,1999), les mythes, et surtout parmi eux les récits des origines (le récit des origines de la Fête des Lumières en est un), permettent de relier le présent au passé. Ici, il s’agit bien de relier le présent (c’est une fête célébrée encore aujourd'hui, à laquelle les habitants sont attachés) au passé (les habitants étaient tellement dévots qu’ils ont pris l’initiative de démarrer les illuminations). Pour le dire avec Ricœur, la mimésis place ici le temps séculaire de l'histoire, qui nous ramène à 1852 à l’échelle humaine. La figure de l’habitant de Lyon d’aujourd’hui est insérée dans la filiation d’une tradition qui le précède.

40Depuis 1989 – année qui marque la prise en charge de l’organisation des festivités par la municipalité de Lyon – puis avec leur extension sur quatre jours en 1999, le discours autour de la Fête des Lumières s’est considérablement éloigné de la seule mise en valeur d’une tradition religieuse. En effet, la manifestation consiste maintenant principalement en un festival où sont illuminés divers bâtiments phares de la ville grâce à la technique du mapping vidéo9 et où sont présentées des installations lumineuses (dans le parc de la Tête d'Or par exemple, ou sur la Place des Jacobins en centre-ville). La couverture médiatique importante de la Fête, notamment à l’échelle locale (reportage diffusé lors du journal télévisé sur France 3, dossier spécial dans la presse quotidienne régionale, notamment dans Le Progrès, qui couvre assidûment l’événement depuis au moins les années 80, comme en attestent les archives du journal que nous avons pu consulter) ainsi que le caractère particulièrement photogénique de ces mises en scène occasionnent chaque année la venue de milliers de touristes (1,8 millions de visiteurs en 201710) et autant de photographies, publiées sur les réseaux socionumériques. Le dépliant officiel de la Fête des Lumières de l’année 2017 explique qu'il s'agit de « faire redécouvrir la beauté de la ville et la richesse de son patrimoine, valoriser un savoir-faire unique alliant l'art et la technique ». La volonté de la métropole est avant tout de valoriser la ville dans sa totalité, d’y attirer un public de touristes. Les discours sur la Fête des Lumières comme tradition ont-ils perdu de leur force, remplacés par le récit des festivités contemporaines, qui projette le visiteur dans le futur de ce qu’il n’a pas encore visité ?

Illustration 2 : Affiche de la Fête des Lumières 2015, transformée en hommage aux victimes. Tous droits réservés.

41Il est permis d'en douter : à chaque édition, les lyonnais sont invités par l'office du tourisme à mettre des lumignons à leurs fenêtres, en invoquant une « tradition née au milieu du 19e siècle ». Entre 2014 et 2017 – année qui marque un changement de dirigeant à la mairie – les dépliants distribués lors de l'événement comportent tous un petit « récit des origines », qui rappelle que : « les Lyonnais illuminèrent spontanément les façades de la ville en déposant des lumignons sur le bord de leurs fenêtres et descendirent dans les rues. ». Sur les médias sociaux, cet encouragement prend la forme du slogan (lui-même mué en hashtag officiel) « Illumignons notre ville ! » en 2017 (illustration 3). En 2015, cette injonction à perpétuer une tradition est d'autant plus forte que la Fête telle qu'elle est prévue est annulée. Les documents officiels s'en ressentent.

Illustration 3 : Une des affiches officielles de la Fête des Lumières 2017. Tous droits réservés.

42Ainsi, malgré une modernisation contemporaine de la Fête des Lumières, nous voyons qu’elle est toujours accompagnée d’un récit des origines de cette dernière, dont nous avons pu voir le caractère « mythifié ». Étudions maintenant comment l'expression photographique autour de l'événement y fait référence.

Un enchâssement des récits

43Ce récit d’une tradition mythifiée, centré sur la « spontanéité » des Lyonnais, qui en sont donc les actants, se trouve contenu dans les images, à différents niveaux. Il est d’abord convoqué par un embrayeur : le lumignon. Il est ensuite revisité à la lumière de l’époque contemporaine, et enfin en 2015, il se retrouve enchâssé avec un autre récit, celui de l’hommage aux victimes.

Le lumignon : un embrayeur du récit

  • 11 On en recense actuellement 283, soit 31 % du total des messages étudiés, c'est le plus grand sous-e (...)

44Pour commencer, intéressons-nous aux signes, qui, dans la photographie, embrayent le discours. En l'occurrence, comme nous le voyons sur les affiches citées plus haut, le lumignon, sans conteste le motif le plus récurrent de notre corpus de tweets11, s'impose comme un symbole qui permet d’embrayer le récit. En effet le lumignon peut être interprété comme une métonymie de la pratique traditionnelle qui consiste à poser des lumignons à sa fenêtre le soir de la Fête des Lumières. La présence de ce motif renvoie à ce récit mythique des origines de la Fête des Lumières.

45Il est parfois représenté seul, mais le plus souvent, l’image en représente plusieurs alignés sur le rebord d’une fenêtre ou d’un balcon. Utilisé comme motif dans les affiches officielles de l’événement, comme nous l’avons vu précédemment, il est un symbole de la Fête des Lumières.

  • 12 Il existe en effet, dans cette période de l’année -aux alentours du solstice d'hiver- plusieurs aut (...)

46La représentation des lumignons semble obéir à un canevas figé, qui évoque en creux une symbolique, qui se retrouve dans la plupart des « fêtes de la lumière » européennes12 : le rapport entre la lumière et les ténèbres. En effet, nous remarquons qu'ils sont très souvent représentés allumés, en contraste avec l'obscurité, que ce soit dans les photos officielles (celle de Gérard Collomb ici, illustration 4), dans les affiches (illustrations 2 et 3) que dans les photos publiées sur Twitter et visibles dans notre corpus.

47Nous avons pu remarquer la présence d'un motif, dénommé pour l’analyse « vu de ma fenêtre » : une rangée de lumignons, posée sur le rebord de la fenêtre, souvent prise de biais, en contraste fort avec la nuit environnante. Ce motif est assez présent en 2015 (87 occurrences) certainement en raison du fait que beaucoup de Lyonnais ont dû rester chez eux.

  • 13 Texte d’un tweet issu de notre corpus. Il n’est pas cité dans son contexte original via une capture (...)

48Plus qu’évoquer les racines traditionnelles du festival en se faisant signe, par métonymie, d’une pratique « spontanée » des lyonnais, le lumignon remplit une fonction d’embrayeur temporel, en étant parfois l’occasion pour l’auteur du tweet d’évoquer des souvenirs d’enfance dans le texte du tweet, liés à la déambulation dans les rues pour admirer les illuminations aux fenêtres, par exemple : « Quand j’étais petite les 8 décembre ça m’excitait trop rien que pour aller illuminer les balcons avec les lumignons »13.

Illustration 4: Image illustrant un tweet de Gérard Collomb, le huit décembre 2015. On reconnaît la signature du maire en haut à droite de l'image. Tous droits réservés – Métropole de Lyon.

Situer la Fête moderne dans la filiation d’une tradition

49L’intégration de ce motif dans une composition plus large permet au récit mythique d’être intégré à d’autres récits. Il en va ainsi des photographies officielles évoquant la Fête (illustration 4) : l’image rassemble tous les symboles nécessaires pour évoquer la Fête et la situer dans son expression moderne. Nous avons au premier plan les lumignons, métonymie de la pratique culturelle « traditionnelle », photographiés depuis la colline de Fourvière (ce qui suppose la procession religieuse, puisque c’en est le point d’arrivée, il y a là une ellipse temporelle). La représentation de la ville illuminée en contrebas, au second plan, inscrit l’événement dans le territoire municipal et évoque des illuminations par mapping des bâtiments : d’ailleurs, le faisceau de lumière bleue d’une des illuminations se remarque sur l’image.

50Il est intéressant de noter que les photographies évoquant l'événement utilisent le même canevas depuis longtemps : les archives de presse analysées par Anne Tarou font état d'une prise de vue publiée dans le Progrès en 1981 en tout point semblable à celle que le maire de la ville diffuse en 2015 (illustrations 4 et 5). L’opération de filiation s’opère par la reprise d’un motif qui a déjà fait l’objet d’une circulation médiatique ; l’intégration dans la modernité se fait par la représentation d’un élément nouveau dans l’image, celui des illuminations des bâtiments qu’on devine, avec le faisceau de lumière bleue – certainement la projection sur les façades des quais en contrebas.

Illustration 5: Image extraite des archives du Progrès. Source : mémoire de recherche de Anne Tarou (2010). Tous droits réservés - Le Progrès.

51Bien que ce qui se joue ici dans les discours autour de la Fête des Lumières ne soit pas comparable point à point avec un mythe d’ordre religieux, il nous semble que les caractéristiques de ce premier récit (où il s’agit de revenir à l’origine, à la première Fête des Lumières, pour lui donner sa légitimité et la situer dans le temps), en sus du contexte rituel que nous avons évoqué en introduction, nous permettent de parler de récit mythique.

52Nous voyons comment ce récit choisi, « mythifié », qui institue les lyonnais comme instigateurs d'une tradition religieuse ancrée dans le territoire, assure sa pérennité. Mais comment ce récit s’articule-t-il à d’autres sur les réseaux socionumériques ?

L'enchâssement des récits

53Pour répondre à cette question, nous pouvons faire l’hypothèse d’un enchâssement des récits dans l'expression photographique de l'événement sur les RSN. En effet, en 2015, la Fête des Lumières est perturbée par les attentats terroristes survenus un mois plus tôt : il est décidé d'annuler la manifestation. Les badauds ne pourront que s’arrêter devant l'installation « Regards » (qui pour l’occasion affiche les prénoms des victimes en guise d’hommage) profiter d'une illumination de la place de la République et d’une distribution de lumignons lors d'une cérémonie d'hommage le soir du 8 décembre. Nous pourrions postuler que ce récit va supplanter le premier.

54Dans notre corpus, les deux récits qui prédominaient jusqu'ici –la Fête des Lumières comme événement caractéristique de la tradition lyonnaise, dont nous avons pu voir précédemment le caractère orchestré et construit, puis la Fête des Lumières comme événement culturel incontournable du tourisme lyonnais– semblent en effet chassés par un autre récit, celui de la Fête des Lumières comme un événement témoignant de la solidarité des Lyonnais avec les victimes des attentats. En proposant des lumignons estampillés « en hommage aux victimes », la Mairie de Lyon contribue en effet à la création d'une nouvelle signification attribuée à la pratique culturelle qui consiste à mettre des lumignons à sa fenêtre. C'est ainsi que nous pouvons constater qu'un certain nombre d'images réinterprètent le motif du lumignon en l'associant à l'hommage aux victimes : lumignons peints aux couleurs de la France (illustration 6) ou assortis de la mention « Je suis Paris ».

Illustration 6: Tweet issu de notre corpus. Photo : @lyonsuper.

55Par exemple, dans les tweets montrés en illustrations 6 et 7, les auteurs des clichés intègrent un moment de vie lyonnaise ancré dans la tradition (la fabrication, en famille, de lumignons à l’approche du 8 décembre) à la nouvelle dynamique proposée par les acteurs officiels : rendre hommage aux victimes de l’attentat, par la coloration des lumignons en bleu-blanc-rouge.

Illustration 7: Tweet extrait de notre corpus. Les visages ont été floutés pour protéger l’anonymat des personnes.

56Mais le détachement du contexte original de production de la photo occasionne des interprétations divergentes de la même image. Les RSN produisent en effet une discrétisation du discours (Goyet, 2017) : le texte est découpé en une multitude de petites unités recombinables entre elles, et donc extraites de leur contexte, puis remixées, recombinées avec d’autres. Le tweet, extrait de son contexte de publication d’origine, est rattaché à d’autres, réassemblé avec d’autres discours. Ce phénomène, que Marie Després-Lonnet avait déjà observé lors de son enquête sur le site de Bribracte (Després-Lonnet, 2014), est dû à la nature documentaire particulière des RSN : ce sont des bases de données. En réduisant le discours à des unités discrètes, séparables les unes des autres et recombinables à l’infini, les RSN permettent ces réinterprétations de l’image, et du récit qui est déployé à travers elle.

  • 14 « Être Bataclan » : être en soutien aux victimes de l'attentat survenu en novembre 2015 lors d'un c (...)

57Un récit ne chasse pas l'autre, au contraire : il y a sédimentation. Nous pouvons prendre comme exemple ce tweet : « Par contre pas la peine de mettre 30 photos pour dire que vous avez mis des lumignons, on a compris que vous étiez Bataclan14 ». Une autre utilisatrice de la plate-forme intervient, avec un geste de citation – publier la capture d'écran qu’elle a fait de ce tweet et en faire le commentaire – pour faire remarquer qu'il « n'a rien compris, lui » (illustration 8). Par ce geste, elle réintroduit la pratique de mettre des lumignons aux fenêtres le 8 décembre dans un cadre d'interprétation qui lui est propre (et implicite, parce qu'elle n'évoque pas la tradition lyonnaise dans son message). Ainsi, les deux récits sont imbriqués, et associés, jusqu’à être confrontés. Aucun des deux récits ne vient remplacer l’autre.

Illustration 8 : Tweet issu de notre corpus. Il est découpé de manière à préserver l'anonymat de l’autrice, identifiée dans la partie haute de la capture d’écran, absente de l’image.

58De même, dans l’exemple en illustration 9, nous voyons ici comment l’organisation documentaire spécifique de Twitter contribue à l’enchâssement des récits : l’usage des hashtags ici oblige l’auteur du tweet à changer de langue au cours de sa phrase (il passe ainsi de l’espagnol, au français, puis de nouveau à l’espagnol, et enfin à l’anglais). Son message, en utilisant les hashtags faisant habituellement référence à la fête « traditionnelle » (« #8décembre ») et celui consacré aux attentats de novembre 2015 (« #parisattacks »), enchâsse les récits, et autorise des interprétations plurielles des images qui l’accompagnent. En effet, les hashtags permettent de placer le tweet dans un ensemble qui relève de la collection d’éléments discrétisés au sens de Goyet. Tous les messages portant ces tags se retrouveront recombinés ensemble dans la même page, reconstituant un ensemble narratif où les récits des internautes sont éditorialisés par un système technique, qui organise automatiquement ces messages entre eux. Ce tweet apparaîtra donc autant dans la page dédiée aux attentats que celle dédiée au 8 décembre, reliant ici les récits pas uniquement par l’image ou sa réinterprétation mais bien par l’exploitation des architextes du site de réseautage social.

L'opérativité de la Fête des lumières sur Twitter : un « faire-public »

59Twitter en tant qu’architexte participe à l’enchâssement des récits autour de la Fête des Lumières. Il permet également de dessiner autour de ces récits un public protéiforme, qui se reconnaît autour d’un espace commun de discussion permis par le partage d’une référence commune : le récit mythifié autour de la Fête des Lumières.

Illustration 9 : Tweet extrait de notre corpus, présentant un cas d’utilisation de plusieurs hashtags.

Un « faire-public »

60Nous faisons l'hypothèse que l’expression de soi sur les RSN, qui s’appuie comme nous l’avons vu sur un système documentaire particulier, qui permet de relier les énoncés entre eux (Gomez-Mejia, 2016 ; Goyet, 2017) permet de réactiver le récit de la Fête des Lumières. En effet, le public vient confirmer, en se prêtant au jeu de la documentation de sa propre pratique, ce que le récit explique, en l'instituant comme instigateur et dépositaire d'une tradition séculaire.

61La force du récit mythique de la Fête des Lumières passerait donc par ce qu'on pourrait appeler son « faire-public », la manière dont le public est investi d'une responsabilité vis à vis du récit. C'est un mouvement que nous pouvons observer depuis le « départ de la troisième République » : Dujardin fait déjà état de cette instauration d'un public actif au moment où une dynamique commerciale se fait jour. La Fête des Lumières devient en effet l'occasion pour les artisans lyonnais de profiter de l'événement pour faire une démonstration de leurs talents : « Du même coup, l’appropriation de l’espace festif ne dépend plus des dévots de Marie. Il ne dépend plus, non plus, de ceux qui reconnaissent là, sous enrôlement marial, l’espace de la ‘‘patrie’’ lyonnaise. La ville devient à elle-même son propre spectacle ; la foule devient à elle-même son propre spectacle.» (Dujardin, 2008).

62Au début du XXIe siècle, comme nous l’avons rappelé, le festival prend un tournant touristique considérable avec l'organisation d'une exposition à ciel ouvert d'installations lumineuses mettant en valeur le patrimoine de la ville, attirant des milliers de touristes chaque année. Aujourd'hui, nous pouvons remarquer l'exportation à l'international du « concept » de Fête des Lumières, notamment via le rayonnement de la marque OnlyLyon. Plusieurs images de notre corpus montrent une procession sur le modèle de la procession lyonnaise d’hommage à Marie ayant lieu en Irak. En 2017, des partenariats avec les villes de Quito et Montréal sont lancés. La foule reste à elle-même son propre spectacle : le public se représente lui-même, dans plusieurs clichés prenant en photo les installations ou posant des lumignons, ou devant les marches de l’Hôtel de ville illuminé ou la grande roue, pour dire « j’étais là » (Dondero, 2007).

63Le public de la Fête des Lumières sur Twitter se positionne donc comme tel. Si ce type de clichés où une personne est mise en scène est rare dans notre corpus (seulement 20 % des images avec 195 occurrences) les différents marqueurs de focalisation de la narration, repérables dans l’image, permettent de déceler la présence de l’auteur. En effet, sur plusieurs clichés, nous devinons le cadre plus intime de l’appartement, en arrière-plan. Ce point de vue permet d'inclure une photo de Lyon (ou a minima une ouverture vers l’extérieur, qu’on devine) dans un espace privé, en lien avec une pratique ancrée dans la tradition. C'est une manière de s'engager, en mettant en scène son espace privé et sa pratique, en tant que public acteur, dépositaire de la tradition –précisément ce que le récit exposé en première partie désigne.

64Ces différents signes montrent un public engagé, actif, capable de se positionner comme locuteur de ce récit. S'il n'a pas allumé de lumignons, il montre sa participation.

65De plus les internautes prennent la liberté de « mélanger », dans les représentations qu'ils produisent, le sens premier de la Fête des Lumières (la référence au culte marial), le caractère touristique de l'événement et l'hommage aux victimes. Ils parviennent ainsi à réactiver le rituel en s'emparant de codes extérieurs à lui, à générer des formes d’expression qui permettent de « tenir ensemble » tous les éléments d'un rituel urbain, qui, symboliquement, est centré sur son public.

Se référer au même récit pour créer un espace commun de discussion

66Ceci dit, les marques de focalisation sur l’individu sont relativement rares dans notre corpus. Nous observons plutôt une expression qui s’individualise de manière discrète (il y a peu de photos très originales) et favorise plutôt des motifs récurrents, comme celui que nous avons nommé « vu de ma fenêtre. », ou la série autour de l’installation « Regards ».

67Ces clichés récurrents, en particulier ceux mettant en scène des lumignons, dont nous avons pu voir le rôle d’embrayeur du récit, dessinent un espace commun de discussion : puisque la narration par l’image repose sur une ellipse temporelle, celle-ci est ici exploitée à plein pour construire une communauté éphémère autour de l’événement, par le partage de cette référence qui permet d’interpréter l’image.

68Finalement, la similarité de ces clichés est une manière de rassembler un collectif par la documentation de son point de vue sur les RSN. En reprenant le même récit photographique, le public de la Fête des Lumières se constitue comme tel.

69Ricœur, en commentant Aristote, nous dit du travail de la poiesis (de la mise en intrigue) qu’elle permet de médiatiser « les deux pôles de l’événement et de l’histoire ». Le récit personnel du visiteur vient jouer ce rôle de médiateur. Il permet au récit de l’hommage aux victimes (événement) de s’enchâsser à l’intérieur du récit mythifié de la tradition lyonnaise (histoire).

Conclusion

70Ainsi, le récit, qui est développé autour de la Fête des Lumières est loin d’être univoque. L’analyse montre que l’expression photographique autour de l’événement conduit à mêler trois récits différents : celui d'un événement traditionnel, lié à l’ancrage du culte marial dans le territoire lyonnais, celui qui concerne la version contemporaine de la Fête, et enfin, l’hommage aux victimes des attentats.

71Ces récits ne s’annulent pas l’un l’autre : ils sont liés ensemble par l’activité de narration du public. Le récit institue le public comme moteur de l’événement, ce qui donne à ce dernier la possibilité d’enrichir la narration en lui ajoutant de nouveaux éléments. Selon Ricœur, ce phénomène est typique de la constitution d’une tradition qui « repose sur le jeu de l’innovation et de la sédimentation » : sédimentation des récits précédents, innovation par l’ajout de nouveaux éléments. Le rituel, loin de s’appauvrir au fil des ans, comme nous pourrions nous y attendre, sédimente du sens. Cela faisait déjà l’étonnement de Dujardin en 2008 : « étonnons-nous de l’éminent pouvoir d’archive de ce rituel, en qui se stratifient mémoire religieuse, mémoire commerciale, mémoire politique, mémoire technique, mémoire artistique » (Dujardin, 2008)

72Il faut également remarquer la manière dont les RSN permettent ici une narration particulière de l’événement. En effet, nous observons ici l’articulation fine entre des dispositifs techniques qui permettent –voire industrialisent (Jeanneret, 2014) certains types d’énonciations et des récits qui s’entremêlent entre eux. En documentant son discours par l’ajout de tags, le public de la Fête des Lumières délègue au système technique du site de réseautage social la jonction de son récit à d’autres et une partie de son contexte d’interprétation (Piquer-Louis, 2018).

Haut de page

Bibliographie

Bonaccorsi J., 2008, « Devenir habitant : médiations de la ville dans les blogs d’expatriés au Japon », Études de communication, (31), pp. 15-36.

Bonaccorsi J., Jarrigeon A., 2014, « Introduction : Visualisations urbaines et partage des représentations », Communication & langages, (180), pp. 25‑30.

Boullier D., 2015, « L’écume numérique des territoires », pp. 111-132 in : Severo M., Romele A., dir., Traces numériques et territoires, Paris, Presses des Mines.

Boyd, D., 2014, It’s complicated: the social lives of networked teens. Yale University Press. Url: http://archive.org/details/ItsComplicatedSocialLivesOfNetworkedTeens (visité le 20/09/2018).

de Certeau M., 1990, L'Invention du quotidien, 1. : Arts de faire. Paris, Gallimard.

Coutant, A. & Stenger, T., 2010, « Processus identitaire et ordre de l'interaction sur les réseaux socionumériques ». Les Enjeux de l'information et de la communication, 2010, pp. 45-64.

Da Lage, É., 2013, « Creative Brisbane, Expérience touristique, villes créatives et esthétique de la transformation urbaine ». Communication & langages, 1(1), pp. 119-140.

Davallon, J., Després-Lonnet, M., Jeanneret, Y., Le Marec, J., & Souchier, E. 2003. Lire, écrire, récrire : Objets, signes et pratiques des médias informatisés. Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information.

Després-Lonnet M., 2014, Temps et lieux de la documentation. Transformation des contextes interprétatifs à l’ère d’Internet, Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Université Lille Nord de France.

Després-Lonnet M., Micheau B., 2019, « Ontologie(s) et matérialités(s) de la musique : de quoi l’œuvre est-elle le nom ? », In : Communication & langages, (199), pp. 65-89.

Dondero M. J., 2007, « Les pratiques photographiques du touriste entre construction d'identités et documentation ». Communication et langages, (151), pp. 21-37.

Dujardin, P., 2008, « Lyon l’allumée : de l’illumination de 8 décembre à la fête des lumières, avatars d’un rituel urbain », in : Bertrand G., Taddei I., dir., Le destin des rituels. Faire corps dans l’espace urbain, Italie-France-Allemagne, Rome, Collection de l’École Française de Rome.

Dujardin P., Saunier, P.-Y., 2002., Lumières sur le huit décembre, Ville de Lyon.

Gomez-Mejia, G. 2016, Les fabriques de soi ? [Identité et industrie sur le web], MkF éditions.

Goyet, S. (2017), De briques et de blocs. La fonction éditoriale des interfaces de programmation (API) web : entre science combinatoire et industrie du texte. Thèse de doctorat. Paris IV Sorbonne. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01665406

Gunthert, A., 2014, « L’image conversationnelle. Les nouveaux usages de la photographie numérique », Études photographiques, (31).

Gunthert, A, 2017, « Pour une analyse narrative des images sociales », Revue française des méthodes visuelles, (1).

Jeanneret, Y., 2014, Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Éd. Non standard.

Julliard V., Bottini T., 2017, « Entre informatique et sémiotique », Réseaux, (204), pp. 35‑69.

Lallement, E., 2007, « Événements en ville, événements de ville: vers de nouvelles ritualités urbaines? », Communication & Organisation, (2), pp. 26-38.

Lejeune, C., 2014, Manuel d’analyse qualitative: analyser sans compter ni classer. Louvain-la-Neuve, Belgique: De Boeck Supérieur.

Lenclud G., 1987, « La tradition n’est plus ce qu’elle était.... Sur les notions de tradition et de société traditionnelle en ethnologie », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, (9), pp. 110‑123.

Lits, M. et Desterbecq, J., 2008, Du récit au récit médiatique, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

Piquer-Louis O., 2018, « Écrire l’hommage : le cas de la Fête des Lumières en 2015 sur Twitter », Communication & langages, 2018/3 (197), pp. 93-110.

Ricœur, P., Temps et récit I : L’intrigue et le récit historique, Paris, Éd. Le Seuil, Coll. « Points », 1983.

Tarou A., 2010, La Fête des Lumières entre 1950 et 2004: l’invention de la tradition dans les médias, Lyon. Mémoire de Master CEI, ENSSIB.

Urry, J., & Larsen, J.,2011, The Tourist Gaze 3.0 (3e édition), SAGE Publications Ltd.

Vernant, J-P., 1999, L’univers, les dieux, les hommes. Récits grecs des origines, Paris, Éd. Le Seuil, Coll. « Points ».

Wulf, C., 2005, « Introduction. Rituels. Performativité et dynamique des pratiques sociales », Hermès, La Revue, 43(3), pp. 9-20.

Haut de page

Notes

1 Nous avons essayé ici de traduire en français « tourist gaze » : le mot « gaze » en anglais désigne le regard, dans le sens de l’attention portée à un objet, la manière de regarder cet objet avec insistance, attention. Le mot « regard » ne comporte pas la dimension culturelle que peut avoir « gaze », par exemple dans « male gaze », qui désigne une manière masculine de représenter la femme dans la photographie. Le « tourist gaze » se référerait à la manière spécifiquement touristique de regarder le territoire et de le photographier.

2 Traduction (par nos soins, avec l’aide de Deepl) : « Les images publicitaires sont structurées autour de, et fonctionnent en mobilisant et en déclenchant les désirs et les fantasmes du spectateur à travers des "fictions spatiales". »

3 Cet article présente en effet un des résultats de notre thèse, soutenue le 3 février 2022 et intitulée « Récits photographiques de la ville en événement dans les médias sociaux. Entre industrialisation du regard et sens des collections ». Elle a bénéficié du soutien, via l’ARC 5, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

4 « Attentats du 13 novembre 2015 en France », Wikipédia, consulté le 20 février 2022. https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_du_13_novembre_2015_en_France

5 UMR 5205 CNRS / INSA de Lyon / Université Claude Bernard Lyon 1 / Université Lumière Lyon 2 / École Centrale de Lyon

6 L’outil de collecte consiste en un simple programme, qui se connecte à l’API Twitter (Stream) et enregistre, au fur et à mesure, les tweets correspondant à une requête dans un fichier (au format JSON) et les images dans un répertoire séparé. Les critères, pour la Fête des Lumières 2015, combinent une recherche autour des hashtags officiels et du thème du lumignon et une collecte des messages postés dans l’ère géographique de Lyon quand ils sont géolocalisés. La collecte a été faite entre le 7 et le 11 décembre.

7 Date à laquelle devait avoir lieu la première Fête des Lumières, où la statue de Marie qui coiffe Fourvière devait être inaugurée. Elle a été repoussée de deux mois en raison d’intempéries.

8 « Le « vœu des échevins », prononcé en 1643, dans le fil du vœu de Louis XIII confiant la France à la garde de la Vierge-Marie, s’inscrit dans cette tradition. Appelant la protection de la Vierge contre les méfaits de la peste les échevins lyonnais s’engagèrent à monter à Fourvière chaque 8 septembre, afin d’offrir à la Vierge un cierge de sept livres et un écu d’or. Mise à mal par la Révolution, la pratique a été restaurée à l’occasion du bicentenaire du vœu, en 1843. » (Dujardin, 2008)

9 Technologie multimédia permettant de projeter de la lumière ou des vidéos sur les bâtiments, utilisée lors de la Fête des Lumières, mais aussi lors d'autres illuminations, comme par exemple la remise en couleurs de la façade de la cathédrale d'Amiens.

10 cf. : http://www.fetedeslumieres.lyon.fr/fr/actualite/quatre-soirs-daffluence-et-deffervescence. Consulté le 6 avril 2017.

11 On en recense actuellement 283, soit 31 % du total des messages étudiés, c'est le plus grand sous-ensemble identifié dans le corpus.

12 Il existe en effet, dans cette période de l’année -aux alentours du solstice d'hiver- plusieurs autres fêtes célébrées au moyen de bougies placées sur le rebord des fenêtres : la fête de Sainte Lucie ou Hanoukka par exemple.

13 Texte d’un tweet issu de notre corpus. Il n’est pas cité dans son contexte original via une capture d’écran pour deux raisons : d’une part, nous avons tâché de conserver l’anonymat des personnes, d’autre part, ces tweets ont été collectés automatiquement, en plein texte et étudiés avec Korpus : les 997 tweets de notre corpus n’ont pas fait l’objet d’une capture d’écran systématique.

14 « Être Bataclan » : être en soutien aux victimes de l'attentat survenu en novembre 2015 lors d'un concert au Bataclan à Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration 1 : Capture d'écran d'un tweet du compte @fetelumieres.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-1.png
Fichier image/png, 310k
Légende Illustration 2 : Affiche de la Fête des Lumières 2015, transformée en hommage aux victimes. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Illustration 3 : Une des affiches officielles de la Fête des Lumières 2017. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Illustration 4: Image illustrant un tweet de Gérard Collomb, le huit décembre 2015. On reconnaît la signature du maire en haut à droite de l'image. Tous droits réservés – Métropole de Lyon.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Illustration 5: Image extraite des archives du Progrès. Source : mémoire de recherche de Anne Tarou (2010). Tous droits réservés - Le Progrès.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Illustration 6: Tweet issu de notre corpus. Photo : @lyonsuper.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-6.png
Fichier image/png, 243k
Légende Illustration 7: Tweet extrait de notre corpus. Les visages ont été floutés pour protéger l’anonymat des personnes.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-7.png
Fichier image/png, 271k
Légende Illustration 8 : Tweet issu de notre corpus. Il est découpé de manière à préserver l'anonymat de l’autrice, identifiée dans la partie haute de la capture d’écran, absente de l’image.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-8.png
Fichier image/png, 68k
Légende Illustration 9 : Tweet extrait de notre corpus, présentant un cas d’utilisation de plusieurs hashtags.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14069/img-9.png
Fichier image/png, 467k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oriane Piquer-Louis, « Un ou trois récits : la médiatisation numérique de la Fête des Lumières à Lyon en 2015 »Cahiers de Narratologie [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 12 décembre 2022, consulté le 10 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/14069 ; DOI : https://doi.org/10.4000/narratologie.14069

Haut de page

Auteur

Oriane Piquer-Louis

Docteure en sciences de l’information et de la communication, Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’Information et de la Communication ; Université Lyon 2, ELICO (EA 4147), F-69000

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search