Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Editorial

Editorial

Stéphane Goria, Rémi Cayatte et Dario Compagno

Texte intégral

Les récits par et sur le numérique : introduction

1Depuis une vingtaine à une trentaine d’années, les évolutions numériques propres à la place grandissante dans les activités du quotidien de l’informatique d’une manière générale, – et plus particulièrement d’Internet, des jeux vidéo et des réseaux sociaux – les récits et discours que nous contribuons à concevoir sont perceptibles sous des angles d’approches de plus en plus variés.

2Alors même que ces formes sont apparues et se développent, les pratiques plus anciennes de discussion et de récits se sont adaptées à ces nouvelles formes d’expression et de circulation. De nombreux chercheurs se sont dès lors saisis de ces technologies pour leurs potentiels d’interaction et de partage. Par exemple, certains spécialistes ont adopté l’informatique comme support méthodologique à leur travail, et pas seulement comme variation de l’objet qu’ils observaient. Quelques autres ont commencé à les envisager comme moyen complémentaire pour penser l’analyse des récits, tandis que d’autres se sont penchés sur l’étude des rôles et les compétences des concepteurs et des usagers dans le développement et dans les pratiques de consommation interactives. Ces études montrent notamment l’impact des discours et des données massivement partagés et ses conséquences, surtout lorsque les discours portés relèvent de cyber harcèlement ou de haine vis-à-vis d’individus comme de communautés.

3Dans ce numéro des Cahiers de Narratologie nous proposons d’aborder une série de recherches donnant un aperçu de cette variété de pratiques et de perceptions du récit numérique. Tout d’abord, Nicolas Szilas pose de manière générale la question de la part que peuvent prendre certains récits issus de programmes informatiques qu’ils nomment modèles computationnels. Il rappelle que ces pratiques peuvent être relativement anciennes, mais il axe surtout sa contribution sur les possibilités offertes par la prise en compte des modèles computationnels.

4Angeliki Monnier et Axel Boursier nous donnent un aperçu de la manière dont les commentaires, constituants désormais pratiquement indissociables des récits numériques partagés en ligne, peuvent contribuer à l’étude des discours numériques et, plus particulièrement, des récits haineux. En se fondant sur une analyse actancielle de ces derniers, ces deux auteurs montrent comment se constitue un ensemble de micro récits qui peut faire émerger, puis renforcer un discours de haine.

5Toutefois, les espaces numériques peuvent aussi aider à extérioriser une réalité douloureuse. Ainsi, Rose Moreau Raguenes aborde dans son texte le rôle que peuvent avoir certains espaces numériques de partage et de discussion à propos de situation de maltraitance. L’espace numérique n’est plus alors celui d’une expression de haine, mais un lieu de partage d’expériences malheureuses touchant à l’intimité des contributeurs. Cette autrice parle ainsi de processus d’extimité, visant à partager dans un espace ouvert à un public concerné par ces questions des fragments de son histoire intime. Elle étudie ainsi plus particulièrement des cas de maltraitance parentale, afin de montrer comment ces récits sont exprimés et actualisés par des échanges asynchrones et finissent par acquérir une dimension argumentative de degrés variés.

6Ensuite, dans le registre ludique, Samuel Francblu commente les mécanismes de construction de nouvelles formes de narrations procédurales dans les jeux de société modernes, fortement inspirés des jeux vidéo. En fait, ces jeux analogiques ont pour caractéristiques principales de tenter, comme le font les jeux vidéo, de proposer une expérience différente aux joueurs à chaque nouvelle partie. Il aborde ces jeux à partir de plusieurs éléments et mécanismes de jeu permettant de modifier l’histoire et l’univers de jeu : les modifications de terrain, des histoires constituées laissées à la libre appréciation des joueurs en termes d’appropriation d’univers, de fragments d’histoires liés en réseaux permettant une grande variété de configuration (soumise aux choix des joueurs et/ou dépendant de mécaniques de jeux, générant indépendamment des joueurs de nouvelles péripéties, etc.).

7Toujours dans le registre ludique, mais cette fois en se focalisant sur les concepteurs de jeux vidéo, Julien Alexandre Bazile étudie le cas particulier de l’élaboration de jeux inscrits dans un univers historique précis, dans lequel des choix sont faits tout au long de ce processus entre liberté créative et respects de l’environnement historique prenant en compte le point de vue de l’historien. Pour ce faire, il s’appuie sur les cas particuliers des jeux produits par l’entreprise Ubisoft Assassin’s Creed IV : Black Flag et Assassin’s Creed : Freedom Cry.

8Nous changeons ensuite de regard, avec le texte de Oriane Piquer-Louis qui nous explique comment l’information relative à un festival urbain (la Fête des Lumières organisée chaque année à Lyon) fait l’objet médiatisation ordinaire sur les réseaux socio-numériques. Elle nous explique, par une approche hybride liant informatique et sémiotique, la manière dont les gens s’approprient cette fête et en raconte l’histoire, le plus souvent s’appuyant sur des photographies commentées.

9Nous terminons ce passage en revue des pratiques et des recherches liant récits et numérique avec un article de Florence Rio et Elsa Tadier. Ces deux autrices y abordent, via une approche qualitative, la question de la construction des pratiques de lecture chez les adolescents. Elles nous montrent les rapports de ces jeunes avec le numérique, bien plus nuancés que ce à quoi on pourrait s’attendre a priori. En fonction des technologies, des personnes et des usages qu’ils en ont, les dispositifs numériques peuvent renforcer ou amoindrir le rapport au texte de ces jeunes, ceci devant nous inciter « à plaider pour une approche pédagogique multi-factorielle de la lecture ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Goria, Rémi Cayatte et Dario Compagno, « Editorial »Cahiers de Narratologie [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 23 janvier 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/14169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/narratologie.14169

Haut de page

Auteurs

Stéphane Goria

Rémi Cayatte

Articles du même auteur

Dario Compagno

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search