Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44 Introduction

Entrées d’index

Géographique :

Meknès, novembre 2023
Haut de page

Dédicace

En hommage aux victimes du tremblement de terre du 8 septembre 2023 au sud du Maroc

Texte intégral

1 Un couvre-feu étalé sur deux ans, des vaccinations et des tests à n’en plus finir, la découverte de la fragilité de notre civilisation et l’ampleur du désastre qui a eu lieu et d’autres virtuels ou fantasmés qui menacent de se produire, ont fait des trois dernières années une période unique en son genre. Mais ce n’est pas fini. Ajoutons, juste après, une guerre hybride qui dure, des désastres à vivre en direct et surtout la banalisation du mal qui revient de nouveau, engendrant en plus du désastre matériel un autre désastre, celui du sens.

2La problématique centrale de ce volume met en tension deux pôles radicalement opposés, le premier relatif à notre désir de survie à travers le sens, le second relatif à ce qui s’oppose et stimule à la fois ce désir de sens (le désastre ou la catastrophe). Raconter, c’est mettre en ordre, donner sens à une suite d’événements, alors que le désastre est un événement qui met à mal de façon brutale nos échafaudages logiques et axiologiques les plus solides. Ainsi, raconter le désastre peut sembler une entreprise ardue et compliquée, voire parfois vouée à l’échec. Et pourtant, depuis que l’homme peut en laisser la trace, cette entreprise a donné lieu à une littérature abondante qui interpelle l’historien, l’anthropologue, le sémioticien, le psychologue, mais aussi désormais l’expert du risque ou l’industriel.

3 Sans aucun doute parce que la question, en apparence simple, de comment raconter le désordre, cache des questions beaucoup plus complexes relatives à la question de la mémoire du désastre (Violi), à la construction d’un ennemi comme personnification du mal (Eco, Marrone), à l’économie politique du désastre (Stigler, Taleb) et à l’inévitable cohabitation avec une technologie potentiellement dangereuse et destructrice (Dupuy, Jonas).

4 Ces questions complexes génèrent à leur tour d’autres questions, selon le genre choisi, pour raconter la catastrophe : fictions, témoignages, discours politiques, mais aussi films, émissions télé, etc. Cette diversité des genres appelle en même temps une diversité d’approches, légitime certes, mais qui ne doit pas perdre de vue le dénominateur commun à tous ces genres, à savoir le récit et sa narration, qui constitueront la problématique centrale de ce numéro spécial.

5Il s’agit de montrer comment, selon les spécificités de chacun des genres évoqués, le récit peut être étudié parce qu’il révèle des dynamiques de construction du désastre comme fait culturel se référant à des modèles précis, tragique gréco-romain, christianisme primitif et Islam représenté par l’avènement d’une puissance transcendante capable de réparer ou d’éviter l’inéluctable, pour ne citer qu’eux.

6 Il s’agit de voir aussi comment la représentation médiatique en général, et cinématographique en particulier, modifie les limites de l’événement catastrophique en les déplaçant vers d’autres axes chronotopiques, qui peuvent en réduire ou en élargir les limites. Il s’agit enfin de considérer ces médias, livres, cinéma, télé ou autres, comme activateurs de dislocations spatiales et temporelles de l’événement catastrophique.

7 M. Bernoussi s’interroge sur le récit de la chute d’Adam et Eve selon les trois religions monothéistes qui les ramènent au même motif, un problème de communication qui coûtera cher à l’Humanité entière. Mais si les trois religions sont d’accord là-dessus, elles diffèrent quant aux questions relatives à la désignation de l’ennemi ou de la responsabilité puisque chacune d’elles se réfère à des casuistiques marquées dans le cas du Coran par le principe d’Al-Shafâa, et dans celui du christianisme par celui de la théodicée sans pour autant négliger l’impact du refoulé manichéen.

8 Comme son titre l’indique, l’article de Jacques Cabassut et Marc Marti étudie la reproduction du désastre dans les peintures de Goya dans une double perspective, la première, historique, interroge ses choix éthiques et esthétiques par rapport aux événements de 1808 et 1813 et par rapport aux modèles de l’art néo-classique; la seconde perspective, psychanalytique, y voit une œuvre toujours d’actualité puisque liée à la pulsion de mort. L’analyse du récit de ces planches permet de découvrir un récit fragmentaire appelé à juste titre par les auteurs « un bégaiement narratif nauséeux », donné à voir à travers les destructions chronotopiques, le fond monochrome et le refus de la perspective ou du champ.

9 Hassna Ezzouaki aborde la question de l’écriture du désastre épidémique du choléra qui a frappé le Maroc au XIXème et XXème siècles à travers la gestion des politiques et dans les textes des religieux et des clercs. Cela lui permet de poser des questions sur les responsabilités déterminées et sur le recours à une superpuissance paradoxale puisque tour à tour considérée comme une force capable de réparer les conséquences de l’épidémie et comme auteure de ce même désastre, utilisée pour punir les êtres humains de leur écart du droit chemin.

10 Hammoud Fida étudie dans son article le recours à la polyphonie comme moyen efficace contre l’Ouragan et ses ravages dans le roman de Laurent Gaudé intitulé Ouragan. L’auteur propose d’en étudier les déclinaisons psychologiques opposant au chaos causé par l’ouragan d’autres chaos sourds. Il cherche dans la polyphonie et dans la multiplication des narrateurs la difficulté de dire le traumatisme de personnage comme Keanu et des autres personnages ainsi que la souffrance qui résulte de continuer à mener une entreprise d’avance vouée à l’échec.

11André Helbo esquisse dans son article une profonde interrogation des conditions d’objectivation et de véridiction du désastre face aux mécanismes de mise en mots ou en récit. Il renforce cette interrogation par un détour sur les implications éthiques du désastre approché par le biais du risque objectif. Ceci lui permet de donner à voir la complexité du débat sur les conditions d’acceptation/ de fabrication de la vérité du désastre et sur la nécessité d’une éthique du partage du vrai.

12Tariq Oukhadda nous montre comment Khaire-eddine bouleverse l’ordre syntaxique, sémantique et typographique du texte pour mimer le désordre extérieur. L’auteur examine le choix du narrateur de ne plus succomber aux promesses de la narration et de lui préférer une poétique de l’accumulation où pêle-mêle sont présentés plusieurs genres et plusieurs discours. Ce sera l’occasion de revenir sur un des textes terribles de la littérature marocaine et sur le désastre d’Agadir qui constitue l’arbre qui cache la forêt, puisqu’il ouvre la voie à la description et à la narration malaisée voire impossible d’autres sinistres passés, présents et futurs, dans la culture et la société marocaines.

13 L’article de Massimo Leone reprend la problématique de l’aspect culturel de la catastrophe en confrontant deux cultures radicalement opposées du désastre. La culture japonaise et la culture occidentale. D’un côté, il y a ce qu’il appelle une gnoséologie perspectiviste, de l’autre côté le théâtre Nò où la catastrophe n’est pas considérée comme le passage à une destruction inéluctable, mais comme un présent chargé de potentialités excessives. Il étudie l’évolution de l’inéluctable, au demeurant bien marqué par le tragique gréco-romain dans le christianisme primitif qui, s’appuyant sur l’idée nouvelle d’une transcendance ultrapuissante, ouvre la voie à l’apparition des saints intercesseurs. Le cas précis du verre brisé et réparé lui permet non seulement d’en donner une illustration détaillée, mais d’en souligner la portée symbolique et allégorique.

14 Anna-Maria Lorusso étudie deux discours politiques sur un même événement, celui de Zélensky et celui de Poutine à propos de la situation en Ukraine depuis un an. Elle en analyse la structuration polémique, la dimension temporelle et la construction du sujet respectif à chacun d’eux. Cette analyse technique et finement sémiotique lui permet d’aboutir à des conclusions plus conséquentes et parfois surprenantes, notamment celle où pour les deux chefs d’état le désastre est l’occasion d’une rédemption, qui a le sens d’un rééquilibrage sur l’échiquier international selon Poutine et de gloire pour les Ukrainiens selon Zelensky.

15 Simona Stano, partant de la conception de la catastrophe comme point de non-retour et évoquant ses différentes déclinaisons à travers le thème de la fin du monde au Cinéma, se concentre sur les désastres apocalyptiques dans le septième art. L’analyse filmique à laquelle elle s’applique lui fait découvrir l’ambivalence qui caractérise ces films et leur hésitation entre nature et culture, c’est-à-dire entre le désastre comme catastrophe naturelle et le désastre comme conséquence humaine.

16 Dans son article, Patrizia Violi relève le défi de tenir un discours critique sur un texte d’une rare complexité, le roman de Camille de Toledo intitulé Thésée, sa vie nouvelle. Après avoir rappelé comment le désastre sous ses multiples formes offre une perspective double, collective et individuelle, et que c’est dans ce dernier cas que l’étude de l’impact des catastrophes collectives sur la mémoire individuelle est intéressante, elle s’applique à scruter les sédiments du trauma collectif dans la mémoire individuelle du protagoniste. La complexité poétique et typographique du roman offre un texte qui reproduit la complexité d’un personnage tourmenté par la culpabilité d’avoir survécu au désastre des autres. Elle montre ensuite comment, lorsque la tête ne peut faire face à de tels décalages, c’est le corps qui en paye le prix : « ce qui ne peut être sémiotisé, c’est-à-dire doté d’un sens pour le sujet, réapparait dans le corps, s’infiltre dans la matière, s’incruste dans les tissus mêmes. La mémoire non reconnue comme telle, devient une matière obscure inaccessible à la conscience ».

17Kim Sung Do enfin nous livre une analyse et un témoignage à travers son étude sur le Covid, notamment en ce qui concerne les spécificités narratives et discursives de sa semiosis ; l’auteur souligne aussi les enjeux épistémologiques qu’un tel sujet engage vis-à-vis de la science sémiotique. C’est une question de la plus haute importance selon l’auteur car elle engage la réflexion sémiotique sur de nouvelles voies et lui lance de nouveaux défis, l’enjeu n’étant pas seulement la révision de théories ou de concepts ayant déjà fait leurs preuves, mais aussi la nécessité de frayer d’autres chemins et d’intégrer les autres éléments vivants pour une sémiose plus complète.

18

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

«  Introduction »Cahiers de Narratologie [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 14 janvier 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/14629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/narratologie.14629

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search