Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Il était une fois le choléra au M...

Il était une fois le choléra au Maroc

Hassnae Ez-zouaki

Résumés

L’objet de cette recherche est d’étudier les récits des pandémies en l'occurrence le choléra (alias Bouglib), à travers les formes de gestion adoptées par le pouvoir politique, protectorat français (cas ici du rapport d’un médecin militaire français) et par le Makhzen marocain (cas ici de la correspondance royale d’alors. Ces formes de gestion sont riches en signification quant à la représentation et à la narration de l’épidémie du choléra. Dans un second temps, il s’agit d’étudier les réactions des religieux à travers les textes des oulémas ou des responsables religieux.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1‘Am Bouglib, ‘am bouhayouf ou ‘am el boune (les années du bon de rationnement), des chrononymes qui nous renvoient à une période sombre et misérable de l’histoire du Maroc avant et après le protectorat français. Une phase marquée et ponctuée par les épidémies, le choléra en l’occurrence qui a ravagé le Royaume, une période de sécheresse et de pénuries qui a vu naître la politique drastique du rationnement et l’intervention permanente et inconditionnelle du pouvoir politique et religieux. L’opinion religieuse, tour à tour en intelligence et en conflit avec le politique, constitue elle aussi un champ d’investigation pertinent quant aux questions du désastre, du statut paradoxal de Dieu considéré comme ultrapuissance qui protège du désastre et l’inflige à la fois. Nous tenterons donc, d’étudier les récits de Bouglib à travers la gestion du Maghzen et à travers les textes du fouqahas tout en restant dans le souci de saisir les réactions individuelles et les pratiques comportementales qui se sont déclenchées pour faire face au caractère dévastateur de l’épidémie. En effet, les agissements des Marocains face aux épidémies suscitent de nombreuses questions quant à la nature de l’épidémie, les mesures de santé mises en place, et notamment le poids des croyances religieuses et culturelles, constituant ainsi notre problématique.

2Nous envisagerons donc à travers cette étude de mettre en exergue l’histoire la plus marquante des pandémies qui ont bouleversé le Maroc avant et après le protectorat français afin de saisir les formes de gestion des crises adoptées par le Makhzen et les récits qu’elles sous-entendent. Nous essaierons ensuite d’étudier les réactions des religieux face à l’épidémie. Mais avant cela, un bref aperçu sur les épidémies au Maroc s’impose.

  • 1 B. Rosenberg et H. Tariki, (1973), Famines et épidémies au Maroc aux XVIe et XVII siècles, in Hespé (...)

3Parmi les périodes d’épidémies les plus graves et les plus dévastatrices qui ont transfiguré l’histoire du Maroc, il y a la période s’étendant entre le XIII et le XIX siècle1où la peste et le choléra ont fait des centaines de milliers de morts. Cette époque a connu aussi l’invasion de la peste noire qui a ravagé toutes les régions du Maroc entre autres Doukkala, la Chaouia et toute la ville de Salé et dont la majorité des décès appartiennent aux classes populaires, constitué majoritairement de mains d’œuvre dans différents secteurs. En effet, l’économie, la politique, la démographie, la culture et bien d’autres secteurs ont été ébranlés par la force et la virulence de ces épidémies. Ceci a aussi marqué profondément les mentalités. En effet, lorsque nous disons catastrophe, désastre, ou accident cela fait l’effet d’un incident conduisant inéluctablement à une rupture d’avec une situation ordinaire. La mort collective, le décompte des victimes, la panique, l’état de détresse et d’urgence, la surprise, le choc sont des caractéristiques d’un événement inconnu dont nous ignorons et la gravité et la temporalité, et par conséquent l’individu succombe par la force des choses dans l’incertitude ; dans les affres de l’angoisse. Cela se reflète particulièrement dans la langue puisque le dictionnaire de la darija marocaine enregistre les termes de boughlib, al-Tâoune, al-jaiha et qui tous ont pour dénominateur commun un mal inévitable qui tourmente le corps quand il ne l’achève pas entièrement. Le dernier vocable, al-jaiha, rejoint particulièrement le sens latin de chose inévitable et dévastatrice. En fait ces trois vocables sont devenus synonymes de mort collective inéluctable.

  • 2 G. Clavandier, (2004), La mort collective, pour une sociologie des catastrophes, CNRS Éditions, Par (...)

Étymologiquement, accidents et catastrophes portent l’idée d’un changement. L’accident est quelque chose qui « survient », la catastrophe quant à elle suppose un bouleversement. Ils sont inattendus, non conformes aux prévisions. Ils impliquent une discontinuité, de la rareté, du hasard. La distinction entre accident et catastrophe serait plus une question de degré que de valeur, la nuance se faisant sur la gravité des conséquences de l’événement et son envergure. Tous deux induisent l’image d’une rupture2.

4Des lors, ce n’est pas par exhibition ou par un désir d’outrance que certains historiens marocains ont qualifié cette période, de la plus dévastatrice et de la plus désastreuse. Une succession d’épidémies précédées, à intervalles courts par des épisodes de sécheresse et de famine, d’invasions de criquets et de sauterelles, d’inondations ont secoué et ancré davantage le sens de malheur inévitable ou de punition divine

Les récits de Bouglib3 à travers la gestion du politique, makhzen marocain et protectorat français

  • 3 L’expression Bouglib est une ancienne dénomination qui désigne le choléra. Selon le Docteur Linarès (...)

5Il faudra rappeler qu’à cette époque, le Maroc était soumis au nord à une présence anglaise et espagnole t à l’intérieur à la présence française jusqu’en 1956 ; cette présence est caractérisée par une main mise implacable sur les terres agricoles et par l’installation massive de colons dont une partie est restée même après l’indépendance survenue en 1956. Nous focaliserons ici sur le récit d’un médecin militaire français représentatif de l’attitude du protectorat français et sur la réaction du Makhzen à travers l’analyse de certaines correspondances royales.

6En août 1878, la ville de Meknès était la première ville où se sont manifestés les premiers cas du choléra épidémique qui se propagera par la suite presque en même temps vers l’est, le nord et l’ouest du Maroc. Dans son rapport intitulé Une épidémie de choléra au Maroc, le médecin militaire Linarés témoigne :

  • 4 F.F. Linarès, (1879), Une épidémie de choléra au Maroc en 1878, Ed. Masson. Paris, p.6. Nouvelle éd (...)

La première manifestation de choléra épidémique se produit à Méquinez, au commencement du mois d’aout 1878, C’est sous l’influence probable de la grande misère qui régnait sur presque toute l’étendue du Maroc, depuis le printemps que les foyers d’endémicité existant à Méquinez sont entrés en activité. Les premiers cas de choléra envahissant se montrent dans le mellah (quartier juif) où la population juive est pour ainsi dire parquée au milieu de toutes les conditions possibles d’insalubrité. Le fléau se propage rapidement dans la ville où il fait de très nombreuses victimes pendant dix ou dix jours4.

  • 5 François Fernand Jean Léon Linarès (1850-1938), médecin militaire et explorateur français, attaché (...)

7Compte tenu de la déclaration de Linarès5 et mises à part tous les sous-entendus et les partis-pris politiques, toutes les conditions d’insalubrités ont contribué à l’infection et par conséquence à la contamination à grande échelle. En d’autres termes, les notions les plus élémentaires de l’hygiène publique et privée font défaut et les méthodes de prévention sont le plus souvent ignorées. Une autre cause vient consolider les propos de l’auteur, c’est celle de la misère générale due aux années successives de sécheresse et dont souffrent la majorité écrasante des habitants :

  • 6 Ibid, p. 6

La récolte du printemps et la récolte d’été ont fait complètement défaut sur tout le versant atlantique. Mais c’est principalement dans les grandes villes comme Fez et Méquinez dans la province de Souss et à Maroc (ancienne désignation de Marrakech) que les populations ont eu à souffrir de la famine6.

  • 7 Ibid, p. 7

8Selon les déclarations de Linarès, les indigènes racontent que le bouglib avait frappé respectivement les villes de Meknès et Fès mais sans établir aucune distinction relative au point du départ du fléau et ce n’est qu’après moult investigations que l’on a pu s’assurer que le choléra à Fès était postérieur de quelques jours aux premières manifestations cholériques observées à Meknès. Cela s’explique par la proximité entre les deux villes « ces deux grandes villes sont à deux journées de marche l’une de l’autre, et en communications constantes »7 , et par conséquent la contagion se produit rapidement à cause des déplacements réguliers des voyageurs :

  • 8 Ibid, p. 7

C’est ainsi que c’est pour ces deux localités (Meknès et Fès) très rapprochées l’une de l’autre, aussi bien que pour les divers points du territoire marocain atteints par le fléau et séparés par de longues distances, nous avons trouvé une fois de plus la confirmation complète des lois de transmission du poison cholérigène. Nous voyons que le choléra est transporté par l’homme qu’il s’attache aux pas des voyageurs, qu’il suit les voies commerciales et que sa marche est en rapport avec la rapidité des communications. Ainsi de Méquinez à Fez, la transmission épidémique est rapide proportionnelle à la distance et aux communications8.

9Quant à la genèse de l’épidémie cholérique, d’aucuns estiment qu’elle serait d’origine indienne prétendant ainsi dire qu’elle serait de la même ampleur et du même taux de létalité du choléra qui avait précédemment frappé l’Inde. Cependant, cette hypothèse a été infirmée par le médecin Linarès :

  • 9 Ibid. p. 3

Pour ces indigènes, le choléra s’étant développé peu de temps avant l’arrivée à Méquinez des heudjadj revenant de la Mecque, la maladie serait d’origine indienne (le hedjas ne devant être considéré que comme un foyer secondaire du choléra indien). Cette opinion ne nous paraît pas admissible, aucune explosion n’ayant été signalée à la Mecque lors du dernier pèlerinage9.

10À l’aune de ces témoignages, nous pouvons en déduire que le choléra n’a pris l’ampleur et les proportions d’une pandémie Jayha que lorsqu’il a ravagé tout le Maroc à commencer par Meknès et Fès et ce par l’intermédiaire de nombreux mendiants qui, fuyant la misère et la maladie, se sont déplacés à certaines villes du royaume : Tanger, Larache, Casablanca. Ainsi, la dispersion de la maladie s’est opérée en frappant même les villages, les douars et les petits patelins qui sont censés être à l’abri de la maladie :

  • 10 Ibid, pp. 7-9

Les tribus de Cherarda, occupant le territoire compris entre Méquinez et Fez, subissent en même temps que ces deux cités l’action de l’épidémie, qui a fait dans leurs divers douars 250 victimes […] les tribus de Hayahina occupant le territoire que traverse la route de Fez à Thaza subissent au passage l’action de l’épidémie cholérique qui a été importé dans la ville de Thaza par des marchands et des juifs venant de Fez faisant ainsi 150 victimes environ. Les tribus qui habitent les bords de l’Oued-Za, sont infectées aussi par le passage des voyageurs10.

Marche du choléra au Maroc en 1868 par Auguste Beaumier, Consul de France à Mogador. Juillet 1869

Marche du choléra au Maroc en 1868 par Auguste Beaumier, Consul de France à Mogador. Juillet 1869

11Face à l’invasion massive et meurtrière de l’épidémie, le taux de mortalité ne cesse d’augmenter et le nombre des décès atteint le summum. Le pouvoir politique local incarné par le makhzen très affaibli par une très mauvaise gestion des caisses de l’état et par la présence des forces étrangères n’est pas du tout prêt à affronter une telle catastrophe. Les infrastructures, tant sanitaires qu’économiques sont plus fragiles même qu’en dehors des situations épidémiologiques, le Makhzen peine à définir une politique économique et sanitaire claire et durable, effondrement des caisses de l’État, pénurie des services de santé, monopoles et spéculations. Ce n’est qu’après le rassemblement des européens installés à Tanger que le « Conseil sanitaire international» décide la mise en place de la quarantaine et la recommande comme mesure sanitaire de prévention en dépit des avis opposés exprimés par le Makhzen, le corps diplomatique et les instances religieuses, imams et fouqahas.

  • 11 A. Sebti, (2011). 7. État et territoire dans une situation post-coloniale: Aperçu sur l’expérience (...)

On institua le contrôle des voyageurs débarquant à Tanger et dans l’ensemble des ports ouverts au commerce européen, et l’instauration de la quarantaine pour les pèlerins de retour au pays. Ces mesures ont atténué les risques de propagation épidémique, mais elles ont en même temps suscité une série de crises entre les représentants européens et un Etat marocain hésitant. Ce dernier devait faire face aux réactions négatives des populations locales, et à celles de clercs influents qui remettaient en question l’idée de contagion et la légitimité de la quarantaine à partir d’arguments religieux11.

  • 12 A.El zayani, (1991), Attourjamana al koubra fi akhbar al maamoura bar wa bahra, Editions dar al Maâ (...)
  • 13 M.A El Bazzaz, (1992), Tarikh al Awbia wal majâat bil Maghrib (XVIIIème- XIXème siècles), Publicati (...)
  • 14 A.El Abbas Ben Khalid Ennaciri, (1997), Al Istiqsa, tome 5, Enquête et commentaire de Jâafar et Moh (...)

12Cependant, rares sont les références qui témoignent de ces périodes de quarantaines ou de confinement prescrites ou recommandées par l’Etat. Les archives historiques nous fournissent peu d’informations concernant cette donnée essentielle de l’histoire des épidémies au Maroc. Nous nous sommes contenté de quelques éléments de réponse quoique d’une certaine déficience, ils apportent quelques éclaircissements sur cette période de l’histoire. En effet, la quarantaine n’a jamais été une pratique appliquée ou consentie par les Marocains, et si elle est prescrite, elle n’est ni généralisée ni respectée. Certains ulémas et fouqahas, acteurs idéologiques fort influents, l’ont vivement proscrite parce qu’ils considéraient que le confinement était une façon de se dérober à son destin, une façon de se rebeller contre la volonté divine. Plus encore, certains historiens des siècles XVIIIème et XIXème allaient même jusqu’à dire que c’était une hérésie bid’at. C’est ce qui a été rapporté par l’historien de la Dynastie Alaouite Abu el kacem Al zayani qui a été empêché, lui et un nombre considérable de pèlerins, de franchir le port de Tunis et qui a été obligé à passer une quarantaine de vingt jours dans l’une des îles avoisinantes « On nous a mis dans la forteresse de Tiki en raison de cette hérésie que l’on appelle la quarantaine, que Dieu maudisse ceux qui l’avaient inventée wa'anzaluna biqaleat tiki wast albahr biqasd bideat alkarantinat alati jaealuha dafean lilwaba' qabah allah mubtadaeaha»12. Dans le même sens que l’historien El Arabi El Machrifi a exprimé toute son indignation vis-à-vis de la mise en place de la quarantaine en disant : « Nous cherchons refuge auprès de Dieu contre cette croyance, afin qu'un mort ne meure pas sans son temps "naeudh biallah min hadha alaietiqad fala yamut myt dun 'ajlihi" »13.. Quant à l’historien Abu el Abbas Ennaciri, il a pu en déduire que la quarantaine, du point de vue de la charia, est illicite, voire strictement interdite : « somme toute, la quarantaine n’incluait que des faits corrompus qui sont bien attestés par la charia, il fallait donc dire que c'était interdit, et apportait pour cela des textes témoins de la charia qui ne manquent pas de perspicacité » 14. Chose notoire, le roi qui tire toute sa légitimité de la religion ne s’opposa pas aux historiens et laissa faire. Ainsi, en avançant ces arguments, toutes les mesures de prévention contre les épidémies sont ignorées ou parfois moquées par certains. De ce fait, la situation épidémiologique s’aggrave et les dégâts terribles de cette maladie ne cessent d’augmenter d’où l’émergence de nouvelles infections à savoir le typhus abdominal :

  • 15 F.F. Linarès, op.cit., p.17

Le nombre total des victimes pendant les mois d’octobre et de novembre devrait être évalué à vingt mille. Ce chiffre est probablement exagéré ; mais cependant la mortalité était très considérable à Maroc (Marrakech), de l’avis de tous les Marocains. Le fléau (le choléra) a persisté jusqu’à la fin de décembre, et après son extinction, il s’est déclaré une épidémie de typhus abdominal qui fait encore de nombreuses victimes15.

13Inutile de préciser ici que le politique eut cette réaction moins par conviction religieuse que par tactique. La preuve est que lorsqu’on consulte la correspondance royale de cette époque, on constate qu’aux temps de la peste, le Sultan Ahmed al-Mansour Ed-dahbi, soucieux et désemparé, il avertit à son fils Abou Fares, le gouverneur de Marrakech afin que ce dernier prenne les mesures de prévention nécessaires contre la pandémie « jayha ». En voici le texte de la lettre :

  • 16 A. Al-Naciri, op.cit., pp. 187,188

La première chose que vous empressez de faire, c’est de quitter la ville dès que le moindre indice de peste vous aura été signalé. Même si le mal était sans gravité et qu’une seule personne fut atteinte. Dans ce cas, notre esclave mas’oûd et le caïd Mohammed Ben Moussa Ibn Bakr resteront dans la casbah avec cent de vos fusiliers que vous leur laisserez pour renforcer la garde particulière de cette citadelle […]Ne négligez pas de faire un usage constant de la thériaque ( se dit d’un médicament sous forme d’opiat et qui était employé comme stomachique et contre les morsures venimeuses).Et, dès que vous sentirez la moindre chaleur provoquée par son usage ou même que vous appréhendiez sa venue, employez la dose habituelle du remède et ne manquez pas de vous en servir.16

14Mais il y a plus en matière de mesures sanitaires de prévention,  à savoir la désinfection et la distanciation sociale, elles ne datent pas d’hier. Dans d’autres correspondances royales, les directives données par le fils à son père détaillent les précautions à prendre pour ne pas être contaminé :

  • 17 M. Nehlil, (1915), Lettres chérifiennes, tome I, doc XLI, Guilmoto, Paris.

 Cette lettre était déjà écrite lorsque nous avons reçu celle que vous nous avez adressée et à laquelle nous allons répondre point par point. Ne lisez, et même ne laissez pénétrer dans votre palais, aucune des lettres que vous recevrez du Souss, soit du gouverneur de cette province, soit de votre cousin ou de tout autre. Faites remettre ces lettres à votre secrétaire, qui se chargera de les lire et vous donnera connaissance de leur contenu. Et comme le secrétaire devra venir en votre présence, et qu’il sera alors en contact avec vous, qu’il n’ouvre jamais ces lettres avant de les avoir, au préalable, fait tremper dans du vinaigre très fort.il les étendra ensuite et les fera sécher. C’est alors seulement qu’il les lira et qu’il vous en communiquera le contenu. »17

15Le paradoxe des politiques, convaincu en privé qu’une certaine politique sanitaire doive s’imposer mais laissant faire l’opinion publique, laisse le terrain libre aux religieux et à toute sorte de représentation ou de société se réclamant de la religion, c’est le cas comme nous allons le voir, des oulèmas ou Imams, des cheikhs ou saints intercesseurs et de leurs représentants.

Les récits de Bouglib à travers les textes des fouqahas et les autres religieux

16Le recours à la religion face aux catastrophes naturelles ou épidémiques est une pratique culturelle très ancienne sans aucun doute héritée du paganisme et de l’animisme d’avant l’Islam. D’abord à cause de la situation géographique du pays constamment et épisodiquement menacé par la sécheresse. Dans la pensée primitive qui a continué à agir même après l’islam, la catastrophe, quelle qu’elle soit, exprime le déchainement du Dieu contre la mauvaise conduite de l’homme, sa non-observance des préceptes religieux, la corruption voire la tyrannie des gouvernants. La punition envoyée du ciel est perçue par les uns comme juste et équitable dans la mesure où chacun se veut responsable de ses actes tandis que les autres, remettent en question le caractère implacable de la punition qui demeure peur eux, incompréhensible et inique. En d’autres termes, quand la sécheresse sévit, le sultan ordonne que les prières de rogations collectives soient accomplies avec plus ferveur et de dévotion que les jours ordinaires. Toutefois, lorsque l’état de sécheresse persiste, d’aucuns ont recours aux sanctuaires et aux mausolées pour implorer par le truchement des saints leur baraka (bénédiction), la miséricorde de Dieu et la pluie. Même si ce regain d’intérêt du maraboutisme et des saints intercesseur suscite une grande indignation auprès de certains imams, leur influence reste limitée :

  • 18 M.A. El Bazzaz, op.cit, p. 406

Quand la sécheresse frappe la ville, les gens sortent en plein ramadan. Ils quittent la ville pour solliciter la pluie. Mais il y avait un brouhaha impressionnant et des cris. Ils font le tour des mausolées de saints. Il y a avec eux le juge, les tolba (étudiant en théologie musulmane) et les notables. Tous, ils ont tous convenu d’aller contre la sunna de la prière collective pour la pluie. Ils commettent des innovations inadmissibles. Ainsi, il ne pleut que très peu. Leurs vêtements n’ont quasiment pas été mouillés18.

  • 19 M.A. El Bazzaz, op.cit, p. 405

17Par ailleurs, si la critique du recours aux marabouts, considéré par certains imams comme une innovation iconoclaste reste limitée, parce que le pouvoir politique encourage le contraire, ainsi que l’affirme le Sultan Moulay Souleimane par exemple : « quand les innovations et les forfaits se répandent parmi les gens d’un peuple, ils payent cher le mal qu’ils font. Leur lien à Dieu s’obscurcit. La pitié divine cesse de les couvrir. Le ciel tarit. L’ennemi sévit, la maladie se propage »19. Cette interdiction a été jugée par certains cheikhs de zaouïas comme religieusement arbitraire et fait l’objet de différends entre le Makhzen et l’ensemble des confréries. Ce qui est intéressant ici, c’est voir comment l’économie politique du désastre révèle les jeux de pouvoir et l’exploitation de la peur de l’inconnu exacerbée par la catastrophe ou le traumatisme. Seul Dieu peut lever ou protéger de la catastrophe.

  • 20 L’expression émir de croyants ou le commandeur des croyants est un titre nobiliaire (descendant du (...)

18La littérature orale, elle aussi, n’échappe pas à ces considérations utilisées notamment à des fins politiques et hagiographiques. L’historien El Bazzaz revient sur ses pratiques en racontant un fait historique, digne d’un conte de fées. Sous le règne du Sultan alaouite Moulay Abderrahmane, rapporte-t-il, la sécheresse sévit, la société implore la miséricorde du Dieu en multipliant vainement les prières collectives. Elle finit par se persuader que seul le Sultan, émir des croyants20 , descendant du Prophète possèderait la baraka et les clés du ciel :

  • 21 M.A.El Bazzaz, ibid., pp. 391-392

Le voilà donc marchant à la tête de sa cour venue au complet. Il est accompagné par force ulémas et notables de la ville, soudain le sultan aperçoit un paysan pauvre labourant son champ. Il se dirige vers lui, prend la charrue et fend trois sillons. Immédiatement une tempête s’abat sur la ville. Il pleuvra sans arrêt pendant trois mois. Chaque sillon se traduisant ainsi par un mois de pluie21.

19Un autre récit illustre bien l’appel irrationnel à certaines pratiques superstitieuses qui font l’objet de beaucoup de critiques. Dans son livre Fès avant le protectorat, Roger Le Tourneau raconte la scène suivante :

  • 22 R. Le Tourneau, (1949), Fès avant le protectorat étude économique et sociale d’une ville de l’Occid (...)

Quand l’angoisse collective atteint son comble du fait de la sécheresse, les gens se rassemblent. Ils viennent voir le cheikh Sidi Mohammed. Ils lui disent. Nous voulons aller prier pour que Dieu nous envoie la pluie. Quand la procession parvient à Bab Leftouh, le cheikh se dirige vers le sanctuaire Sidi El haj Bouderham. Une fois devant lui, il crie à la foule : donnez-moi à boire. On lui tend une jarre. Il en boit puis la jette vers le ciel. Ses compagnons font de même. Il pleut des trombes cette nuit-là.22

  • 23 M.A. El Bazzaz, Op. cit, p. 392
  • 24 B. Rouyane, (2013), At-tib al kuluniyali al faransi bi al maghrib, 1912-1945, Rabat, pp.75-76

20Dès lors, l’on invente des pratiques superstitieuses qui puisent prétendument dans les préceptes de la religion et qui pour autant, s’y opposent. Citons à titre d’exemple les talismans23 rituellement préparés, les amulettes auxquelles l’on attribue des vertus magiques, les prières reformulées pour se protéger contre la maladie, les plantes comme le cresson alénois, le marrube, les feuilles de saule, de l’armoise, des arachnides et des vers pour se soigner du choléra, de la grippe, de la variole. Certains récits teintés de notes fantastiques qui ont été racontés témoignent bien de cette époque « on mettait un ver de terre dans le cou du malade ou on brûlait des cafards et à partir de la fumée qui se dégage on pouvait se soigner de la grippe »24

Un exemple de talisman comportant des noms d’Allah commençant par la même lettre de l’alphabet arabe.

Un exemple de talisman comportant des noms d’Allah commençant par la même lettre de l’alphabet arabe.

21La réaction politique et religieuse face à l’épidémie traduit une ambivalence qui s’exprime dans une narration à géométrie variable. Chez le médecin militaire français représentatif du protectorat, il s’agit d’un mal causé surtout par le manque d’hygiène et l’ignorance des indigènes. Pour le Makhzen et tel que le révèle les textes et les correspondances royale d’alors, il s’agit d’une narration circonstancielle et contextuelle, en privé, c’est un « virus » qu’il faut combattre pars des mesures strictes d’hygiène, en public c’est un châtiment de Dieu contre la vanité des hommes. La réaction religieuse exprime une narration paradoxale où les protagonistes sont des sujets et des anti-sujets, les Marocains sont des victimes et des coupables et Dieu, l’auteur et le protecteur contre le mal.

Haut de page

Bibliographie

Clavandier Gaëlle, (2004), La mort collective, pour une sociologie des catastrophes, CNRS Éditions, Paris.

El Bazzaz Mohammed -Amine, (1992), Tarikh al Awbia wal majâat bil Maghrib (XVIIIème- XIXème siècles), Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université Mohammed V, Rabat.

Ennaciri, Abu El Abbas Ahmed Khalid, (1997), Al Istiqsa, tome 5, Enquête et commentaire de Jâafar et Mohamed Ennaciri, Dar Al kitab, Casablanca.

Ezzayani Abu El Kacem, (1991), Attourjamana al koubra fi akhbar al maamoura bar wa bahra, Editions dar al Maârifa wa Ennachr, Rabat.

La Bible de Jérusalem, (1973), Livre de la Genèse, ch.3, v.17-19, Editions du Cerf.

Le Tourneau Roger, (1949), Fès avant le protectorat étude économique et sociale d’une ville de l’Occident musulman, Ed. SMLE, Casablanca.

Linarès François Fernand, (1879), Une épidémie de choléra au Maroc en 1878, Ed. Masson. Paris. Nouvelle édition [En ligne] https://archive.org/details/BIUSante_59930/page/n19/mode/2up

Montaigne Michel de, (1783), Essais, III, Hachette Livre, 2018.

Nehlil Mohammed, (1915), Lettres chérifiennes, tome I, doc XLI, Guilmoto, Paris.

Rosenberg Bernard et Tariki Hamid, (1973), Famines et épidémies au Maroc aux XVIe et XVII siècles, in Hespéris Tamuda, Vol. XIV, Fasc.Uniquen

Rouyane Boujmâa, (2013), At-tib al kuluniyali al faransi bi al maghrib, 1912-1945, Rabat.

Sebti Abdelahad, (2011), État et territoire dans une situation post-coloniale: Aperçu sur l’expérience marocaine (1956-1999). Dans : Dominique Avon éd., De l'Atlas à l'Orient musulman: Contributions en hommage à Daniel Rivet (pp. 99-110). Paris: Karthala. https://doi.org/10.3917/kart.avon.2011.01.0099

Haut de page

Notes

1 B. Rosenberg et H. Tariki, (1973), Famines et épidémies au Maroc aux XVIe et XVII siècles, in Hespéris Tamuda, Vol. XIV, Fasc. Uniquen

2 G. Clavandier, (2004), La mort collective, pour une sociologie des catastrophes, CNRS Éditions, Paris, pp.19.20

3 L’expression Bouglib est une ancienne dénomination qui désigne le choléra. Selon le Docteur Linarès, les marocains frappés par la maladie lui ont donné le nom qualificatif de « bou glib » qui veut dire littéralement « père retour » ou « père vomissement » ceux qui étaient atteints par la maladie « rendaient par le haut et par le bas », vomissements et diarrhées, « ils se refroidissaient rapidement, leurs yeux s’enfonçaient et mouraient dans quelques heures ». Dans l’imaginaire collectif marocain, cette expression se trouve dans certaines insultes et invectives pour appeler la vindicte divine sur la personne visée : Allah ya’tik bouglib (Que Dieu t’envoie le Bouglib)

4 F.F. Linarès, (1879), Une épidémie de choléra au Maroc en 1878, Ed. Masson. Paris, p.6. Nouvelle édition [En ligne] https://archive.org/details/BIUSante_59930/page/n19/mode/2up

5 François Fernand Jean Léon Linarès (1850-1938), médecin militaire et explorateur français, attaché à la Mission militaire française d’Oujda. Il a pu se démarquer lors de la lutte de l’épidémie du choléra qui a ravagé le Maroc en 1878. À ce sujet, il a écrit son premier livre Une épidémie de choléra au Maroc en 1878 avant de devenir plus tard le médecin personnel du Sultan Hassan Ier qui l’engage à son service comme médecin et conseiller.

6 Ibid, p. 6

7 Ibid, p. 7

8 Ibid, p. 7

9 Ibid. p. 3

10 Ibid, pp. 7-9

11 A. Sebti, (2011). 7. État et territoire dans une situation post-coloniale: Aperçu sur l’expérience marocaine (1956-1999). Dans : Dominique Avon éd., De l'Atlas à l'Orient musulman: Contributions en hommage à Daniel Rivet (pp. 99-110). Paris: Karthala. https://doi.org/10.3917/kart.avon.2011.01.0099

12 A.El zayani, (1991), Attourjamana al koubra fi akhbar al maamoura bar wa bahra, Editions dar al Maârifa wa Ennachr, Rabat, p. 282'.

13 M.A El Bazzaz, (1992), Tarikh al Awbia wal majâat bil Maghrib (XVIIIème- XIXème siècles), Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université Mohammed V, Rabat, p. 405

14 A.El Abbas Ben Khalid Ennaciri, (1997), Al Istiqsa, tome 5, Enquête et commentaire de Jâafar et Mohamed Ennaciri, Dar Al kitab, Casablanca, p.185.Cit en arbae : falhasil 'ana alkarintinat aishtamalat ealaa mafasid kulin minha muhaqaqa, fatueayan alqawl bihirmatha, wajalb alnusus alshaahidat lidhalik min alsharieat la taeuiz albusayr".

15 F.F. Linarès, op.cit., p.17

16 A. Al-Naciri, op.cit., pp. 187,188

17 M. Nehlil, (1915), Lettres chérifiennes, tome I, doc XLI, Guilmoto, Paris.

18 M.A. El Bazzaz, op.cit, p. 406

19 M.A. El Bazzaz, op.cit, p. 405

20 L’expression émir de croyants ou le commandeur des croyants est un titre nobiliaire (descendant du Prophète) qui renvoie aux souverains marocains qui se sont succédé au fil des dynasties. Cf. Roger le Tourneau, Fès avant le Protectorat, p.62

21 M.A.El Bazzaz, ibid., pp. 391-392

22 R. Le Tourneau, (1949), Fès avant le protectorat étude économique et sociale d’une ville de l’Occident musulman, Ed. SMLE, Casablanca, p.502

23 M.A. El Bazzaz, Op. cit, p. 392

24 B. Rouyane, (2013), At-tib al kuluniyali al faransi bi al maghrib, 1912-1945, Rabat, pp.75-76

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marche du choléra au Maroc en 1868 par Auguste Beaumier, Consul de France à Mogador. Juillet 1869
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Un exemple de talisman comportant des noms d’Allah commençant par la même lettre de l’alphabet arabe.
URL http://journals.openedition.org/narratologie/docannexe/image/14651/img-2.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassnae Ez-zouaki, « Il était une fois le choléra au Maroc »Cahiers de Narratologie [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 24 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/14651 ; DOI : https://doi.org/10.4000/narratologie.14651

Haut de page

Auteur

Hassnae Ez-zouaki

Université Abdelmalik Essaâdi –Tétouan

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search