Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44La narrativité de la discursivité...

La narrativité de la discursivité du Covid-19 : pour une anthroposémiotique des désastres naturels

Sung Do Kim

Résumés

Cet article analyse les spécificités narratives et discursives de la représentation de la pandémie du Covid qui a secoué la planète pendant plusieurs longs mois en soulignant et en s’attardant aussi sur les enjeux épistémologiques qu’un tel sujet représente pour la science sémiotique et pour son avenir. C’est une question de la plus haute importance car si la pandémie a poussé les scientifiques des autres secteurs et les politiques à réviser et à revoir leur façon de s’organiser et de manager le désastre, elle doit aussi pousser les sémioticiens à engager la réflexion sémiotique sur de nouvelles voies et lui lancer de nouveaux défis. L’article suggère que l’enjeu n’est pas seulement la révision de théories ou de concepts ayant déjà fait leurs preuves, mais aussi la nécessité de frayer d’autres chemins et d’intégrer les autres éléments vivants pour une sémiose plus complète.

Haut de page

Texte intégral

I. Mise au point : les enjeux sémiotiques du Covid-19

1La pandémie du Covid-19, qui est apparue à Wuhan, en Chine, en décembre 2019 et qui a causé plus d’un 695,871,945 de cas infectés et tué 6,920,665 de personnes dans les 6 continents du monde (215 pays) jusqu’au mois de septembre 2023, pose un énorme défi pour la sémiotique du XXIème siècle. En effet, il s’agit d’une crise totale du sens pour les êtres humains et la civilisation (post)moderne. C'est au milieu de la calamité de la pandémie que la perte du sentiment de normalité est généralisée pendant presque trois ans. Dans le sillage de ces événements, les hypothèses conventionnelles concernant le fonctionnement du monde et la place que l’Homme occupe sont remises en question d’une façon radicale. Soudainement, il a incombé à l'esprit humain de se nourrir des nouvelles ressources sémiotiques pour donner du sens à la vie et à la Terre afin de faire face à un tel cataclysme. Pour être bref, le Covid-19 devrait être considéré comme un désastre civilisationnel sans précédent qui est supposé anticiper la crise de l'Anthropocène. Mais paradoxalement, cette crise sanitaire et écologique a provoqué une explosion narrative et sémiotique permettant de faire repenser les soubassements conceptuels des disciplines concernées et esquisser une interrogation critique sur les fondements épistémologiques des savoirs, mais aussi sur nos moyens de les raconter et de se les représenter. Une immensité quantitative et une complexitré de ce ‘grand ‘ récit catastrophique hors norme tend à nous empêcher de penser et nous représenter la configuration de cette nouvelle narrativité mais une autre raison plus profonde de cette incapacité épistémologique interdisant de penser l‘impensé s‘explique par notre anthropocentrisme : en fait, nous sommes humains trop humains pour construire un nouveau imaginaire narratif qui pourrait être écologiquement durable.

2Néanmoins, beaucoup d'autres chercheurs scientifiques et humanistes sont appelés à relever ce défi. Une des tâches à laquelle les sémioticiens et les narratologues peuvent s'atteler consiste à utiliser leurs théories pour élaborer des modèles sémiotiques et narratologiques des programmes narratifs du Covid-19 et pour construire une représentation sémiotique de ses trajectoires en évolution dans un parcours général de la narrativité et la discursivité du Covid-19. Cette fonction pourrait s'avérer pertinente avec une adaptation méthdologique. En effet, la nouveauté sémiotique de la situation créée par le Covid-19 implique que les boîtes à outils de la sémiotique - méthodes, concepts, modélisations, critères et solutions- utilisés dans des conditions et dans des contextes différents, ne peuvent plus être considérées comme telles mais, si nécessaire, retravaillées afin de s'adapter à cette narrativité inédite.

3Bien que la pandémie est presque finie et se trouve donc dans une phase terminative en termes aspectuels, il semble qu'il soit trop tôt pour donner un sens accompli et ainsi présenter une synthèse narrative définitive du Covid-19. Cette affirmation s'explique par trois raisons principales qui sont temporelle, quantitative et qualitative. Tout d'abord, l'histoire de cette pandémie n'est pas totalement terminée et donc sa narrativité n’est pas close. Deuxièmement, nous avons assisté à une explosion des récits sur cette pandémie, en termes de la variété de genres (parfois inédits), et de la part de différents narrateurs à tous les niveaux, de l'individu à l'institution international, en passant par les gouvernements, les sociétés civiles et les marchés. Même avec l'aide de la technologie du big data et de l’intelligence artificielle, il pourrait s'avérer impossible de couvrir cette énorme quantité de ressources narratives. Troisièmement, en plus de cette question quantitative, il pourrait être important de mentionner une question qualitative concernant ces données narratives. En fait, la structure narrative du Covid-19 est source de perturbations, elle est non linéaire, multi-dimensionnennelle et extrêmement complexe. Il s'agit d’une rupture ou d'une transformation narrative profonde ( deep narrative change) comme l'appellent un certain nombre de spécialistes. Les théories ou modèles narratifs conventionnels sont donc inadéquats pour comprendre et représenter la totalité des aspects narratifs de cette pandémie encore inachevée. En particulier, l’aspect de la rupture narrative s'accompagne de discours hautement subjectifs et axés sur les intérêts dans la perspective géopolitique. De nombreux commentateurs ont déjà utilisé l'expression de bataille ou de guerre narrative pour caractériser cette polémique politique concernant l'origine et la désinformation de la pandémie. La guerre narrative entre Pékin et Washington en est un exemple typique.

4Enfin, à travers ces réflexions synthétiques, l'auteur de ce travail veut insister sur la nécessité d'un nouveau imaginaire narratif pour saisir et expliquer les caractéristiques essentielles des récits de cette pandémie, le but est d’appliquer cette découverte narrative à d'autres catastrophes naturelles en proposant un modèle anthropo-sémiotique des discours des désastres naturels et humains. En effet, mise à l'epreuve depuis le Covid-19, la sémiotique doit repenser ses fondations ontologico-épistémologiques et donc méthodologiques. A titre d'exemple, la division entre nature et culture qui dichotomise les deux champs sémiotiques devient plus problématique que jamais. En particulier, la sémiotique du post-Covid devra s'efforcer d'élaborer un modèle nouveau qui permettrait de comprendre, décrire et expliquer les traits sémiotiques de la contagion qui traverse tous les vivants et toutes les échelles spatiales. La sémiotique du Covid-19 doit songer à dépasser les limites imposées par les sémiotiques et les sciences humaines contemporaines pour saisir la nature de ce changement inédit, non seulement dans l'histoire de la civilisation humaine mais surtout dans celle des connaissances humaines de la nature sur l’interacton entre l’humanité et l’univers biologique.

5Dans cette perspective transdisciplinaire, cet article se propose de faire quelques remarques sémiotiques sur trois dimensions narratives révélées par cette catastrophe naturelle inédite du Covid-19 qui se caractérise par sa complexité, sa non-linéarité, une rhétorique de suspense, une métaphoricité de son énonciation de l’événement qui exigera de rénover les présupposés de la sémiotique narrative.

6La première tâche de ce nouveau programme sémiotique consiste à saisir les caractéristiques narratives qui se manifestent dans la discursivité de différents récits du Covid-19. Cette catastrophe est en effet un grand récit dont la narrativité est un objet sémiotique par excellence. La deuxième tâche de cette nouvelle épistèmé consiste à redéfinir sémiotiquement et réciproquement la nature du virus et de l’Anthropos et leur rapports écologiques, qui sont maintenant mutuellement à la fois les principaux facteurs de changement dans le globe et les principaux agents de cette catastrophe. Comment conceptualiser en particulier cet actant ambivalent contagieux qui n'est pas saisissable avec les catégories conventionnelles de l’agentivité? A cet égard, la sémiotique doit construire une nouvelle vision pour se défaire de l'anthropocentrisme ainsi que des anciennes formes de naturalisme en déconstruisant totalement l'agent humain et l’agentivité du virus. Je traiterai cette problématique dans la section de l'agentivité.

7Le troisième défi que le Covid-19 pose aux sémioticiens est celui des temporalités non-linéaires et totalement hétérogènes relevant des échelles très différentes. Je me focaliserai sur les implications sémiotiques de cette nouvelle temporalité.

II. Les fonctions et dimensions narratives et axiologiques dans la discursivité du Covid-19

8Pourquoi la narrativité est-elle importante à l'ère du Covid-19? Cette étude prend justement la question de la fonction narrative comme point de départ. Il ne s’agit cependant pas d’essayer de présenter des généralités concernant les fonctions du récit, décrites en narratologie et en sciences humaines. Nous nous intéressons plutôt à la manière dont le Covid-19 est représenté dans les différentes versions et formes et, dans des récits de différents genres. Comment racontons-nous, représentons-nous, comminquons-nous les récits explosifs de la pandémie? Comment construisons-nous un espace narratif pour cette pandémie, et comment décrivons-nous réellement les acteurs et les agents dans différents récits du Covid-19? Comment le virus prend vie dans notre représentation narrative? Par conséquent, la question primordiale de ce travail concerne la manière dont nous écrivons la pandémie dans une perspective narrative. Il convient d’en mentionner six fonctions importantes.

1) La fonction sémantico-interprétative : la construction du sens par le récit

9En premier lieu, il faut évoquer la fonction sémantique, c’est-à-dire celle de faire du sens à travers une structuration narrative au milieu d'une incertitude sémiotique. L'avantage du récit est qu'il offre une certaine signification générale, tout en fournissant une composition appropriée des événements, des donnés et des croyances concernant cette catastrophe.

10Dans ce contexte, le sens de ce récit pandémique se fonde sur la vérité plutôt que sur la plausibilité, pour reprendre l’expression de Barthes (1968). En bref, les récits aident les gens à donner un sens à des événements de grande ampleur, et le pouvoir d’attribuer un tel sens est crucial dans l'état de confusion cognitive et affective. Comme dans le passé, la maladie se propage plus vite que la connaissance ne puisse en saisir la nature. Dans cette perspective, une question primordiale est de savoir comment prévenir la pandémie et traiter les patients, et cette tâche urgente fait se poser des questions sur la nature du virus, sa mobilité, sa résilience et son évolution possible. En plus de tant d'incertitudes qui ouvrent des doutes et des territoires inconnus manifestés par les superstitions, les rumeurs et les fausses nouvelles qui se multiplient chaque jour dans les débats et les fantasmes qui composent un réseau narratif.

11SARS-CoV-2 est le nom d'un agent pathogène (un microbe pathogène), mais s'il provoque une nouvelle infection émergente, il s'agit également d'une nouvelle narrativité émergente. Les nouveaux récits influencent la façon dont les scientifiques et le grand public comprennent la nature et les conséquences de l'infection et la façon dont nous imaginons la menace. L'intérêt des récits est de donner à un ensemble composite d'événements, de données et de croyances, un sens général qui repose moins sur une vérité, voire sur la Vérité, que sur la "vraisemblance", pour reprendre encore l'expression de Roland Barthes. Dans leur gestion de la crise sanitaire, il est nécessaire, voire impératif, que chaque individu et les gouvernements nationaux maîtrisent, par la force narrative, le terrain vague de l'incertitude scientifique.

2) La fonction syntaxique et narrative

12La plupart des gens veulent penser que les coronavirus auront le même ordre par rapport au schéma narratif traditionnel, avec le bon sens qu'ils pourraient saisir un principe d'organisation de toutes les histoires produites par la pandémie, qui pourrait avoir un point de départ, une phase intermédiaire et une fin. Le prototype narratif ultime qui structure le modèle de l'expérience humaine et se forme à intervalles réguliers pourrait être un modèle universel récurrent du voyage du héros. Cependant, s'il y a une différence en termes de la structuration narrative par rapport à ce prototype narratif, le récit du coronavirus n'est pas encore terminé, et c'est un livre ouvert.

13En particulier, dans une crise chaotique comme celle du Covid-19, un certain ordre sémiotique pourrait être imposé d'une manière ou d'une autre, car un récit significatif avec une cohérence syntaxique pourrait facilement être compris et reste mémorable. Le récit pourrait aider les experts à expliquer au public les causes et les attentes des événements. Il peut également fournir des exemples spécifiques en rapport avec des concepts scientifiques abstraits. Les discours scientifiques sur le Covid-19 visent une explication causale de son essence.

14L'analyse sémiotique peut montrer comment les significations du Covid-19 sont produites, et elle peut être considérée comme une méthodologie efficace pour expliquer les structures actantielles des discours scientifiques et leurs comportements déontiques (Greimas, 1976, 1983). Cela a des implications importantes pour la théorie de la sémiotique générale concernant le processus de signification sociale. La dimension sémantique du discours narratif du Covid-19 comprend des aspects d'interprétation et d'inférence complexes.

3) La fonction pragmatique

15En troisième lieu, il semble nécessaire de souligner la fonction pragmatique, c’est-à-dire l'effet des signes narratifs sur ses utilisateurs. Les récits qui renseignent sur le coronavirus ont un impact énorme sur notre comportement. Le niveau d'action du récit est divisé en discours d'action de récupération pour restaurer le statu quo et en discours préventif pour empêcher la propagation du coronavirus. L'épidémie moderne illustre le domaine de l'interaction entre les organisations scientifiques qui tentent de s'attaquer aux causes des catastrophes et les organisations spécialisées dans les opérations de sauvetage et les prescriptions d'urgence.

4) La fonction axiologique

16En quatrième lieu, la fonction axiologique de la narrativité doit être mentionnée. Le discours narratif de la pandémie est fréquemment représenté par les actes divins ou les caprices de natures immorales ou amorales. Ainsi, il y a certaines dimensions du récit, à savoir les dimensions déontique et éthique, et des leçons morales à en tirer. En outre, il existe des rapports explicatifs de crises institutionnelles liées à des échecs de la gestion sanitaire. Ce récit révèle les vulnérabilités institutionnelles restées latentes au début de la crise, et donc un point de rupture narratif. Les dirigeants politiques indifférents, incompétents, ou égoïstes sont considérés comme de mauvais personnages dans ces récits. Les récits de ces échecs se trouvent autour des institutions nationales et internationales. Par exemple, Tedros Adhanom Ghebreyesus, premier chef de l'Organisation mondiale de la santé, a été décrit comme un héros ou un méchant selon différents points de vue éthiques.

5) La fonction affective

17Les récits du Covid-19, en particulier les images, provoquent de la tristesse et de la dépression. De tels récits et images nous font sentir que nous sommes physiquement présents sur le site de la catastrophe. Ce genre de récits en imageries nous aide à visualiser et à imaginer ce qui s'est passé aux quatre coins du monde. De tels récits sont efficaces à produire aussi bien une affection sympathique qu'une compréhension objective du Covid-19. La dimension du pathos est ici la plus remarquable dans la narrativité du Covid-19. En fait, dans les discours narratifs du Covid-19, nous vivons un flot d'émotions qui rendent les gens anxieux, craintifs et débordés. Dans les récits du Covid-19, nous expérimentons les huit émotions biologiques de base, la joie, la peur, le dégoût, la tristesse, la colère, la confiance, la surprise, l’anticipation.

18Cette activité interprétative permanente est fondée sur la sémiose affective, c'est-à-dire sur le processus d'interprétation de l'expérience (cf. Veneluo et ali., 2020). La psychologie sociale d’inspiration sémiotique conçoit les affects comme la composante de base de la dynamique sémiotique de la prise de sens, plutôt que de simples processus neuro-physiologiques (cf. Salvatore, 2008, 2016). La sémiose affective est toujours active, même lorsqu'elle est hors du champ de la conscience; elle façonne le couplage global entre l'organisme et l'environnement sans interruption, comme une sorte de "baromètre neuro-physiologique" qui sélectionne les événements discrets et les objets qui font partie du champ d'expérience et qui canalise leur representation. Cela signifie d'ailleurs que la sémiose affective ne se limite pas à la connotation. des objets déjà expérimentés par le sujet; la sémiose affective filtre et contraint le champ d'expérience en mettant en avant les éléments du champ qui sont cohérents avec lui. En ce sens, la sémiose affective est constitutive de l'expérience.

6) La fonction autobiographique et réflexive : Le covid-19 et l’émergence d’un nouveau récit de la maladie

19Pour chacun, notre relation avec le virus et notre position dans le contexte narratif émergeant de la pandémie actuelle peuvent désormais être utilisés pour décrire qui nous sommes.

20Avec une facilité naturelle, presque irréfléchie nous nous adaptons et reconnaissons une série d'événements par le biais d'un nouveau langage, de nouvelles références, de nouveaux rôles et de nouvelles relations, en un seul mot par un nouveau régime narratif.

21Dans ce moment sans précédent, il convient de poser la question suivante: quels schémas narratifs communs pouvons-nous observer dans les récits de maladie du COVID-19, c’est-à-dire dans ces récits d'infection et de maladie dues à un nouveau virus provenant d'un nouveau pays lointain ou d’un site non identifiable?

22Je soutiens qu'un examen attentif de ces traits narratifs communs fait partie intégrante de la discussion sur la narrativité de cette pandémie dont le récit et plus particulièrement l'écriture sur la maladie, donne un sens à l'expérience vécue au cours de la maladie.

23Premièrement, dans le genre des récits de maladie et de handicap, il existe une catégorie naissante de nouvelles modalités narratives à la première personne sur le COVID-19, écrits ou parlés par des personnes qui en ont été atteintes.

24Deuxièmement, ces récits de maladie liés au COVID-19 présentent des caractéristiques communes qui, prises ensemble, promettent des perspectives uniques sur l'effet de cette pandémie sur nos vies, le pouvoir des récits partagés, et le rôle de l'écriture sur la maladie dans la documentation de ce moment extraordinaire pour les générations futures.

III. Les défis axiologique et politique du Covid-19 pour la sémiotique

25Comme on peut le comprendre, l’ensemble de cette problématique relève plutôt des sciences naturelles (l’épidémiologie, le virologie, l’immunologie, la médecine générale) que de celles de nos sciences humaines et sociales.

26Pour cette raison, il semble raisonanle de s’interroger sur la légitimité de la sémiotique d’intervenir dans ce débat d’actualité sur la narrativité du Covid-19, dans la mesure où elle s’occupe de la signification et de la valeur dans le monde culturel et du rapport entre la culture et la nature.

27Cette crise sanitaire et planétaire nous oblige à reconsidérer notre relation au grand récit du Covid-19. Un nouveau sens de l’ampleur et de l’impact des activités humaines a convaincu les sémioticiens qu'il est temps de s'engager avec l'Anthropocène. Ce qui suit offre une tentative d'esquisser certaines des ramifications narratives de cet engagement et de notre croissant intérêt sémiotique dans cet âge nouveau dans lequel les humains sont devenus une force géophysique à l’échelle globale. La question se pose: que pourrait faire la sémiotique dans le champs théorique et pratique du Covid-19? Il y a au moins 6 dimensions à considérer.

28En premier lieu, je voudrais mentionner très brièvement la dimension éthique du discours narratif du Covid-19 qui relève de la question de l'altérité. La dimension éthique du récit Covid-19 comporte deux aspects, positif et négatif. L'un est l'altruisme du soin et de l'amour, où chacun prend soin de l'autre. Le coronavirus est, entre autres, un récit de soins pour sauver la vie de patients aux prises entre la vie et la mort. Appelés à recevoir des soins, les soignants doivent répondre aux principaux besoins de propreté, d'alimentation, de repos et de soulagement. La lourde responsabilité de ne pas propager le virus aux gens est basé sur une mission éthique. Prendre soin d'un patient infecté n'est pas une question de performance technique ou de compétitivité, mais il a plutôt une valeur éthique qui ne se mesure pas numériquement. Les leçons de morale des agents bienveillants nous disent ce que devrait être la vie à l'ère des coronavirus. Les soins ne sont pas une guerre et les soignants ne sont pas des soldats de guerre. Ils expriment l'opinion générale sur la crise du système de santé publique du point de vue éthique et politique.

29D'autre part, le côté sombre du récit du Covid-19 est manifesté par les aspects extrêmes de la peur et du dégoût des autres. Certains récits, tels que la xénophobie, le racisme et l'individualisme, se multiplient. Plus que jamais, les gens sont exposés à des récits qui cultivent la peur des autres.

30Dans ce cadre il convient d’évoquer une fonction moralisante qui se manifeste dans la narrativité du Covid-19. La dimension narrative du discours sur la pandémie forme un réseau composé de multiples interprétations scientifiques et folkloriques de séries de transformations parmi les signes iconiques, indiciels et symboliques. En fait, de nombreux récits de la pandémie du Covid-19 en cours de discussion correspondent à la nature folklorique, y compris la croyance animiste. En fait, dans le discours sur la pandémie celle-ci est représentée comme issue des actes de Dieu ou des caprices de la nature amorale. Par conséquent, il y a toujours dans cette dimension de narrativité, d’énonciation et d'éthique, une leçon morale à en tirer. Il y a toujours une part de responsabilité à attribuer.

31Sur le plan éthique, concernant l’actant responsible de l’Anthropocène qui a produit cette catastrophe comme un effet symptomatique, Descola indique le mode de vie de la civilisation moderne comme une cause, en soulignant qu’une petite partie de l’humanité s’est entre-temps appropriée la Terre et l’a dévastée pour assurer ce qu’elle définit comme son bien-être, au détriment d’une multitude d’autres humains et de non-humains qui payent chaque jour les conséquences de cette rapacité. (Descola, 2015, p.9)

32En deuxième lieu, sur le plan politique, le Covid-19 nous exhorte à sous interroger également sur la définition de la liberté, pierre angulaire de la civilisation moderne. Le concept de liberté moderne a longtemps été conçu en opposition avec la nature. John Stewart Mill a lié la liberté et l'autonomie individuelles à leur succès dans leurs luttes dans la nature. Une telle définition opposait la libération humaine à la nature et établissait davantage la libération humaine contre la terre entière. Une telle conceptualisation moderne, cependant, a complètement ignoré le caractère limité des ressources et les limites de la capacité de la Terre à absorber l’impact des dommages écologiques sur l’humanité. Par conséquent, à l'ère des dommages écologiques d'origine humaine, il est nécessaire de réinventer le concept de liberté et l'idéal de libération qui sont différents de l'idéal des hommes modernes.

33Dans ce contexte, la tâche la plus importante des humanités environnementales incluant la sémiotique de l’environnement est de connecter l’humanité avec d’autres êtres sur Terre et d’explorer quelque chose de plus riche et libéral dans une perspective sémiotique.

34Il est en effet temps de relancer un nouveau imaginaire politique à l'ère du Covid-19. A ce sujet, il convient de souligner une dimension bio-politique de la contagion. Les épidémies récentes ont suffisamment montré la complexité des prises de décision et l'ampleur des responsabilités politiques et l'instablité des frontières entre humains et non humains sous l'effet de contagion massive, imprévisible et intraçable.

35En troisième lieu, s’agissant d’une dimension axiologique, il convient d'évoquer les axiologies élémentaires de la contagion, nature/culture & vie/mort, le bien/le mal, la vérité/la fausseté, le beau/le laid, dans la mesure où cette catastrophe bouleverse tous les fondements axiologiques anthropocentriques. Pour pouvoir penser la contagion d'une manière adéquate, il faut pouvoir caractériser le type de société où il y a contagion, puisqu'elle présuppose la définition d'un champ social et d'un mode d'identification.

36A ce sujet, la typologie proposée par Philippe Descola qui part de deux dichotomies, physicalité/interiorité et identité/differentiation pourrait servir comme un modèle axiologique de la contagion. Il distingue quatre modes d'identification parmi les sociétés humaines qui sont le totémisme, l'animisme, l'analogisme et le naturalisme.

37En quatrième lieu, sur le plan ontologique, il est nécessaire de poser une question fondamentale concernant les distinctions fondamentales du monde occidental moderne, telles que cet humanisme anormal, la rupture ontologique entre le sujet humain et l'objet de la nature. À l’arrivée du Covid-19, l’humanité est confrontée à des limitations complexes avec de nombreuses créatures autres que les humains.

38En cinquième lieu, dans une perspective épistémologique, la sémiotique doit collaborer à la construction d’un nouveau paradigme transdisciplinaire qui sont les humanités environnementales. Le Covid-19 est un événement et un tournant décisif dans l’histoire (post) moderne de l’humanité. Cela changera totalement notre représentation du monde. Dans ce contexte, les observations suivantes de Bruno Latour peuvent s’appliquer à cette catastrophe: "l'anthropocène est le concept philosophique, religieux, anthropologique et politique le plus crucial, conçu comme une alternative aux concepts de la modernité". Comme dans le concept de l'anthropocène, le phénomène du virus efface et dépasse la déconnexion et la séparation entre nature et culture. (Latour, 2015)

39Enfin, en sixième lieu, sur le plan méthodologique, c’est-à-dire sur La modélisation sémiotique, il convient d’insister sur la bimodalité entre la sémiotique et le Covid-19.

40La thèse de cet article est que les pandémies contemporaines renforcent les nouveaux ordres mondiaux de l'existence humaine, transforment les relations sociales, culturelles et économiques, promeuvent de nouvelles formes de moralité et façonnent de nouvelles formes de gouvernance politique.

41En effet, La nature du rapport entre la sémiotique et le Covid-19 doit être double. En premier lieu, la sémiotique comme une méthodologie transdisciplinaire apparaît efficace pour problématiser et résoudre ensuite ce problème complexe qu’est le Covid-19. Les théories, les concepts et les outils sémiotiques peuvent contribuer à cette problématisation transdisciplinaire en présentant les traits sémiotiques saillants de cet événement inédit dans les trois dimensions, méthodologique, épistémologique, ontologique.

42En retour, la sémiotique peut s’inspirer du Covid-19 pour rénover les fondations épistémologiques et ouvrir les nouveaux horizons en dépassant les limites du cadre établi dans la totalité de son appareil théorique. À titre d’exemple, l’exemplarité de la transdisciplinarité de la sémiotique a été reconnue par l’application de la sémiotique de Greimas dans le modèle de la théorie du réseau-acteur. Latour lui-même, qui a adopté un certain nombre de concepts sémiotiques dans son modus cogitandi, affirme clairement l'influence manifeste de la sémiotique grésimienne (sans d'ailleurs reconnaître explicitement qu'il les a légèrement déformées ou simplifiées pour répondre à ses besoins) (Høstaker, 2005; Law, 2008).

43Alors, la question se pose : quels paramètres doit-on considéderer pour cette modélisation sémiotique? Le mode modélisation sémiotique semble souvent limité ou insuffisant par rapport à la pratique scientifique actuelle dans la mesure où il reste attaché à certains présuposés anthropocentriques sur le fonctionnement de la nature et de l’Homme dans les domanes de la communication et de la signification. Cette limitation met en évidence les difficultés épistémologiques lorsque l’on établit les paramètres centraux de cette vision sémiotique. Il est donc nécessaire d’explorer la manière dont la sémiotique peut être inclue dans l’approche transdisciplinare du Covid-19.

IV. La narrativité du Covid-19 : les traits narratifs saillants

1. complexité : multidimensionnalité et liminalité

44En premier lieu, il faudra évoquer la complexité de cette narrativité qui se caractérise par ses multi-dimensionalité et liminalité. Par rapport à l'épidémie précédente, Covid-19 peut être défini comme un événement à grande échelle, omniprésent et multidimensionnel qui transcende toutes les frontières spéciales et résiste aux explications conventionnelles contractuelles et causales. Le récit du Covid-19 n'est pas soumis à un modèle d'événements séquentiels, comme l'établissement de limites relativement claires entre le centre et la périphérie, les événements et le contexte, l’avant et l’après. De telles catastrophes ne sont pas des événements centripètes mais spécifiques au site local, et ne peuvent être identifiées que comme un multi-réseau comme une sorte de rhizome pour reprendre les concepts de Deleuze et Guattari. De tels récits manquent d'une temporalité claire et leurs effets sont toujours disséminés dans de vastes zones (in) distinctes.

45Hormis les données objectives du phénomène, nous sommes en fait dans un état confus où nous ne pouvons pas prédire la fin de la pandémie, et nous manquons toujours f’une réponse claire à la trajectoire de l'infection et au modèle épidémiologique. La confusion vient en partie de l'ampleur et du rythme de la pandémie Covid-19. Au-delà du vaste domaine de l'épidémie et de son essence sui generis, c'est la complexité des forces scientifiques, sociales, épidémiologiques et épistémologiques qui continuent de nous embrouiller. A cet égard, la complexité sémiotique du discours narratif du Covid-19 tient avant tout à la pluralité des actants impliqués dans le phénomène. C'est un système complexe avec au moins 9 actants impliqués dans sa narrativité (cf. Yong 2020). Pour une décomposition de ces phénomènes complexes tels que les maladies infectieuses globales, l'application de la théorie ANT de Latour sera efficace: 1. Virus 2. Maladie 3. Recherche médicale 4. Experts associés 5. Messages 6. Informations 7. Données et chiffres 9. les vaccins 9. Récits

2. La non-linéarité de la narrativité du Covid-19 : effondrement du récit canonique

46Il n'est pas exagéré de dire que le discours narratif du Covid-19 pourrait être considéré comme un effondrement narratif, du fait qu'il est complètement déconnecté des modèles narratifs existants. Nous ne pouvons plus modéliser notre expérience de ce qui se passe dans le monde de la pandémie dans un cadre sémiotique existant. Le phénomène actuel du coronavirus manque en somme d’une narrativité linéaire et d’un modèle narratif canonique référé pour construire la résolution des conflits avec la catharsis. Parce que tout ce que nous pensions savoir sur la vie a été bouleversé par le virus le plus destructeur du 21e siècle et l'événement sans précédent qui a ruiné les fondations de toutes les institutions.

47Les trois principes clés de la narrativité non linéaire qui mènent à cet effondrement narratif du Covid-19 peuvent être condensés en deux. Le premier se caractérise par la narrativité du chaos. Ceci est pratiquement non narratif en ce sens qu'il s'écarte du cadre normal de la cognition épidémique. À mesure que la situation s'aggrave ou que le narrateur décrivant la situation est submergé par la situation, il y a peu de pulsions narratives ou de séquences narratives lisibles. Ces récits non linéaires informent de la perte ou du manque de contrôle et se terminent par la conclusion que les sciences biologiques et médicales ne peuvent finalement rien faire.

48Le deuxième principe de la narrativité du chaos peut être considéré comme un récit régressif. Si les récits progressistes évoluent vers des buts valorisés, les récits régressifs s'écartent de ces objectifs. La troisième caractéristique de la narrativité non linéaire appartient au récit de l'incertitude. La période de la crise actuelle du Covid-19 est marquée par le règne de l'incertitude dont le récit est exposé en relation avec le scénario concernant la sortie de crise et le fonctionnement du monde futur.

49Que se passe-t-il en cas d'"effondrement narratif", lorsque nous sommes incapables de "modeler" notre expérience ou de donner un sens à ce qui se passe dans notre monde? Dans Present Shock : When Everything Happens now, l'auteur Douglas Rushkoff évoque le 11 septembre comme l'un de ces moments qui ont forcé "l'Amérique en tant que nation à faire face à sa propre impermanence". Ce que nous vivions alors appartient à cette catégorie. Le phénomène COVID est dépourvu de "narrativité linéaire", le schéma typique d'une histoire qui se construit jusqu'à un dénouement cathartique, parce que tout ce que nous pensions savoir de la vie est bouleversé par le cygne noir le plus dévastateur de ce siècle.

3. Une narrativité en suspense

50Il convient de se pencher sur une forme rhétorique centrale du discours que certains chercheurs appellent le récit en suspens (pending narrative) (Törrönen, 2000). Cette forme d'histoire orientée vers l'avenir est utilisée pour susciter l'engagement et la passion pour un objectif d'action spécifique et apparaît donc souvent dans les discours et les textes persuasifs pour nous conseiller sur la manière dont nous devons agir pour surmonter une menace qui met en danger la continuité de la vie ou soulève des préoccupations immédiates.

51Le récit en suspens traduit la trajectoire ouverte, multiple et imprévisible d'un avenir inconnu, incertain et effrayant en une trajectoire plus fermée, prévisible et contrôlable. On explique au public comment interpréter la situation menaçante, on lui propose une solution au problème, on lui dit qu'il n'y a pas d'autre solution au problème, les acteurs responsables sont désignés, et une identité émotionnelle est construite pour que les sujets responsables agissent et éliminent le danger. L'arrivée du virus Covid-19 parmi nous est l'exemple le plus frappant d'une situation qui constitue une menace globale pour la continuité de la vie humaine et de ses institutions. En tant que nouveau type de virus pandémique d'un genre nouveau, qui se nourrit de la mobilité de la société néolibérale et sur l'absence d'un remède qui puisse être développé rapidement, il menace non seulement certains groupes spécifiques, mais aussi les fondements, les formes et les trajectoires de la vie économique, politique, institutionnelle, sociale et culturelle actuelle, politique, institutionnelle, sociale et culturelle. Par conséquent, le coronavirus Covid-19 est devenu, par sa propagation mondiale, un acteur qui nous oblige à créer des conditions favorables à la lutte contre la maladie. Le récit en suspens joue ici un rôle important.

52Il a fallu un certain temps pour que Covid-19 devienne une crise pandémique et un anti-sujet menaçant l'ordre mondial. Dans les pays occidentaux, le Covid-19 a d'abord été présenté comme un problème local produit en Chine. Puis, peu à peu, les acteurs mondiaux, les gouvernements et les médias ont pris conscience du fait que le Covid-19 était un danger global. Dans cette prise de conscience, les épidémiologistes et les virologues se sont vu attribuer un rôle crucial. Ils ont été positionnés comme des acteurs capables de détecter d’où le virus invisible Covid-19 provient et de prédire ses trajectoires attendues.

53En prenant en compte les connaissances et les prédictions épidémiologiques et virologiques, les autorités de santé publique ont commencé à inciter les institutions et les citoyens à agir pour se protéger et protéger les autres. Rapidement, l'action des acteurs de la santé publique autour de Covid-19 s'est transformée en un récit principal partagé qui a permis de fournir des ressources pour agir contre le virus. L'hégémonie de ce récit principal s'est manifestée par divers types de restrictions à la proximité sociale dans le monde entier, en s'inspirant essentiellement de techniques similaires, bien qu'à des niveaux de coercition différents.

54Ainsi, selon les types de valeurs soutenues par les conteurs des récits en suspens, l'action du coronavirus devient un élément important de l'histoire de l'humanité, variable et médiatisée par différents types de trajectoires.

55Premièrement, dans le récit en suspens, la trajectoire de l'anti-sujet peut être plus ou moins explicitement articulée, en fonction du degré de connaissance qu'a le public de l'histoire dévastatrice qu'il représente. Par exemple, après que le Covid-19 a été formulé comme une menace mondiale et que le récit principal des autorités de santé publique a reçu une position hégémonique dans la lutte contre cette maladie, les narrateurs qui se sont alignés sur elle ont pu l'invoquer en s'y référant brièvement comme point de départ de leurs récits en suspens.

56Deuxièmement, la nature de la menace causée par Covid-19 varie dans les exemples de récits en suspens. Non seulement le virus met en danger la santé des personnes en tant qu'anti-sujet, mais il peut aussi agir comme un sujet ou un adjuvent qui révèle d'autres types de problèmes urgents. La position de l'anti-sujet n’est donc pas stable mais mobile, changeante et multiple. On s’aperçoit que lorsque la position du Covid-19 en tant qu'anti-sujet se transforme et s'associe aux positions du sujet ou de l’adjuvent, la trajectoire de l'anti-sujet est convertie par de nouveaux types d'opposants.

57Troisièmement, comme dans le cas de la trajectoire de l'anti-sujet, les éléments des trajectoires qualifiantes peuvent aussi être plus ou moins concrètement articulés. Sur la base des exemple concrets de récits en suspens, nous pouvons déduire que parmi leurs trajectoires qualifiantes, la menace est généralement bien définie, les acteurs responsables (sujet) sont nommés et l'objet de l'action est désigné.

58En outre, les trajectoires qualifiantes culminent clairement dans le transfert de la réalisation de la tâche aux acteurs responsables. Ce qui est moins évident, c'est la spécification des moyens et des adjuvents par lesquels l'objet peut être atteint. C'est peut-être parce que la pandémie du Covid-19 modifie tellement les conditions et les points d'orientation de la réalité environnante que certains narrateurs ont du mal à imaginer ce que ce changement pourrait signifier concrètement.

4. Typologie des temporalités du Covid-19 : les transformations sémiotiques de la temporalité dans les premiers jours de la pandémie du COVID-19

59Depuis le début de la pandémie, les chercheurs ont spéculé sur la façon dont le temps pourrait être reconfiguré sémiotiquement dans le cadre de la pandémie du Covid-19. Le temps peut faire l'objet d'une recherche sémiotique si nous considérons que le temps est à la fois réel et construit ou fabriqué comme un guidage cognitif et sémiotique de nos actions. Tout comme nous en tant qu'humains construisant plutôt que découvrant l’espace, le temps est sémiotiquement constitué et médiatisé par la compréhension culturelle. L'expérience et la compréhension du temps sont fortement incarnées, situées, et socialement construites pour répondre aux besoins du contexte dans lequel cette compréhension est ancrée.

60Le temps est conceptualisé comme linéaire et peut être atomisé en unités divisibles de minutes, d'heures et de semaines. Des vertus telles que la "ponctualité et des objectifs tels que "gagner du temps" font désormais partie de la vie. Le concept de temps s'inscrit dans le cadre de la révolution culturelle des Lumières dans laquelle le progrès et le désenchantement sont des valeurs fondamentales. La maîtrise de la nature devient alors possible. Plus tard, lors du passage de l'ère moderne à l'ère postmoderne, le temps se plie à nouveau à la culture.

61Le laboratoire et la médiation informatique élargissent encore le fossé entre l'humanité et la nature, rendant possible une réalité de disponibilité non-stop ; un monde où le temps présent règne sur le temps futur. Ces régimes temporels, affirme Nowotny, sont intériorisés, modifiant l'expérience phénoménologique de la temporalité elle-même. Une telle temporalité intériorisée contraint nécessairement les manières dont le temps peut être expérimenté, en rendant également possibles plusieurs manières de parler de son expérience.

62Lorsqu'une expérience étrange et nouvelle se produit, ces directives de formatage et ces régimes temporels peuvent être utilisés pour donner un sens à cette expérience. La rupture de la "normalité" provoquée par la pandémie de COVID devrait stimuler la recherche de récits culturels qui donnent un sens aux phénomènes et aux événements. Lotman suggère que les esprits individuels sont toujours situés dans un espace culturel plus large qui les encadrent. Ces espaces culturels-sémiotiques (appelés ‘sémiosphères’ par Lotman) peuvent être considérés comme un amalgame et une extension des esprits individuels.

63En effet, ces espaces culturels peuvent être considérés comme la condition même de la communication interpersonnelle. Considérons que l'expérience phénoménologique perceptive de chaque organisme est organisée par les besoins écologiques de l'organisme spécifique dans un environnement spécifique. Cela signifie que l'expérience phénoménologique de chaque personne est en quelque sorte unique par rapport à toutes les autres.

64Les configurations Umwelten constituent des contextes écologiques et symboliques quasi-stables en sélectionnant des parties de l'environnement à percevoir et sur lesquelles agir. Les changements de l'environnement peuvent donc entraîner des changements dans les signes et les significations partagées dans l'univers symbolique des significations. Par conséquent, les signes culturels sont en constante évolution au fur et à mesure que de nouveaux liens sont établis entre de nouveaux phénomènes et des significations préexistantes.

65Dans cette perspective il importe d’explorer la manière dont les changements dans la vie quotidienne des personnes touchées par la pandémie pourraient influencer les temporalités (l'expérience subjective du temps), et donc le sens partagé du temps. L'expérience liminale du passage de la vie telle qu'elle était avant la pandémie à une existence pandémique instable et indéfinie suscite l'attente d'une existence post-pandémique. C'est dans cet espace liminaire, entre l'existence prépandémique et l'existence postpandémique inconnue, que le temps doit être défini.

66En somme. l’'expérience unique du temps durant la pandémie de COVID doit être intégrée dans des modèles culturels qui lui donnent un sens, sinon elle perd ses amarres et devient impossible à comprendre. On pourrait affirmer que les gens lieront les récits culturels à leur expérience individuelle par le biais de leur perception du temps. Il s’agit d’une étude concentrée sur l'exploration de l'utilisation par les gens de divers récits culturels pour donner un sens à une expérience nouvelle, régulant ainsi l'expérience affective de la vie pendant une pandémie.

67Les objectifs d’une telle étude sont doubles : explorer les récits culturels utilisés pour donner un sens personnel à la temporalité subjective et examiner comment ce processus médiatise l'affect. Cette étude visera à identifier les modèles culturels du temps que les participants utilisent pour donner un sens à la transition entre la vie telle qu'elle était auparavant et la vie sous la pandémie.

68Dans le domaine de la sémiotique culturelle, on part du principe que les individus utiliseront des modèles culturels pour donner un sens à la transition entre la vie d'autrefois et la vie sous la (post) pandémie. En ce sens, cette étude vise à comprendre comment le temps, utilisé comme ressource sémiotique, permet aux participants de faire face à la détresse psychologique liée à la pandémie.

69Afin de répondre aux objectifs de la recherche, il a été déterminé qu'une méthode qualitative non structurée de journal pourrait être employée pour capturer les réflexions narratives des personnes au cours de la pandémie dans leur environnement naturel. L'utilisation de journaux intimes pour recueillir des données de recherche est une méthodologie bien établie.

70En dehors de la recherche, les journaux personnels sont souvent utilisés pour réfléchir et donner un sens à sa propre expérience et introspectif de sa propre expérience. L'utilisation des journaux intimes comme méthode de recherche est adaptée pour étudier la façon dont un phénomène nouveau, tel que la pandémie de COVID-19, est transformé en une expérience culturellement significative.

71Par le biais du processus de narration, chaque acte et événement acquiert nécessairement un cadre temporel (Bruner, 1990) guidé par les sémiosphères culturelles dans lesquelles il existe. L'étude d'un journal constitue un moyen idéal d'explorer la façon dont les personnes enfermées vivent le temps et comment leur expérience de la pandémie s'inscrit dans le temps et comment leur expérience de la pandémie est façonnée par des récits culturels.

72D’autre part, en régime temporel du Covid-19, il est possible de repérer une typologie riche de la temporalité qui est intimement liée à une affectivité spécifique. On doit se contenter d’en mentionner quelques-unes.

73a. La reconnaissance de la non-normalité : il s’agit de l'étrangeté de leur situation locale et mondiale. Cette étrangeté s'accompagne d'une détresse déclarée.

74b. Ralentissement des temporalités : les gens remarquent que le temps n'est plus perçu de manière linéaire et régulière. Le temps semble ralentir ou s'arrêter au fur et à mesure que les conditions matérielles et sociales de la vie pendant une pandémie sont vécues. Le temps devient "suspendu" pendant que les confinés attendent que la vie "normale" reprenne. Une transformation sémiotique se produit dans la manière dont ce nouveau temps est vécu. Du surcroît, les gens utilisent plusieurs récits culturels familiers pour transformer le temps suspendu pour réguler leur affect :

75c. Retour au temps normal : l'étrange est assimilé au "normal" en recodant les activités nouvelles en activités normales (socialisation, célébration).

76d. Une transformation en temps productif : les activités extrascolaires qui émaillent la journée sont sémiotiquement transformées en entreprises productives. Cuisiner, faire le ménage, regarder des webinaires, faire du yoga, etc. sont valorisées par leur assimilation au domaine du travail.

77e. Temps de transformation : l'expérience de "l'attente du retour à la normale" est remplacée par la "métamorphose en quelque chose de nouveau". La temporalité suspendue est vécue individuellement comme un espace de réflexion personnelle, et et collectivement comme une nécessaire redéfinition des priorités des valeurs à l'échelle mondiale.

5. La narrativité du Covid-19 comme un capital sémiotique

78De la discussion ci-dessus, on peut tirer la principale implication pratique suivante : la sémiose affective de type anxiogène n'est pas en mesure d'ancrer les modes de sentir, de penser et d'agir nécessaires pour des tâches nouvelles et plus complexes que l'évolution de la gestion des crises va mettre en évidence. En conséquence, la sémiose affective doit être intégrée à des composantes plus spécifiques à un domaine grâce auxquelles le sensoriel pourrait cartographier le monde social de manière plus différenciée et plus fonctionnelle et, ce faisant, renforcer sa capacité à s'engager efficacement dans la réalité.

79Un certain nombre de chercheurs a modélisé ces autres composantes de la signification en termes de capital sémiotique. Le capital sémiotique est l'ensemble des significations incarnées et symboliques (habitudes implicites, vision du monde, valeurs, représentations sociales, modèles cognitifs, connaissances implicites et explicites) qui alimentent la capacité des individus à intérioriser la dimension collective de la vie et, ce faisant, de faire de cette dimension intériorisée une composante pré-réflexive et incarnée de l'expérience: un fait concret, une composante régulatrice subjective significative de son identité.

80Autrement dit, le faiseur de sens peut ressentir les aspects pertinents de la vie sociale et politique comme étant dotés d'une valeur de vie. Premièrement, il peut ressentir l'intérêt collectif comme quelque chose d'important, et donc les biens communs en tant que cadre de sens super-ordonné, qui fonde les attitudes et les actions contingentes dans des situations concrètes. En outre, le sentiment incarné d'appartenir à un monde social permet au créateur de sens de reconnaître la valeur des cadres régulateurs, les règles du jeu et l'interdépendance entre les points de vue, et donc la nécessité de structures et d'institutions pour permettre la coopération et la coordination nécessaires à l'action collective.

81Par ailleurs, ce point de vue implique donc de considérer les modes individuels de sentir, de penser et d'agir comme les manifestations du niveau d'accès au capital sémiotique (Salvatore, Avdi et al, 2019b). Toutefois, cette perspective n'implique pas un désaveu des différences individuelles et du rôle qu'y jouent les facteurs des facteurs constitutionnels et biographiques. Elle se concentre sur un niveau d'analyse plus général parce qu'elle reflète la nécessité de penser à des interventions systémiques qui ciblent l'ensemble de la population.

Conclusion : le Covid-19 comme un vaccin sémiotique et vers une narrativité profonde

82Le mantra "rien ne sera plus comme avant" répété pendant une longue période de la pandémie. est un signal de l'impact perturbateur de la crise et, en même temps, une expression d'espoir, par laquelle les gens s'aident à faire face à la situation. Il est probablement plus réaliste de penser que les choses pourraient être différentes si les institutions et la société étaient capables de tirer des leçons de la crise. Cependant, le mantra eschatologique contient une vérité importante : après des décennies dominées par la rhétorique de la fin de l'histoire (Fukuyama, 1992), et le refus/incapacité correspondant de voir de la dimension temporelle de la vie sociale, - comme si nous vivions dans un éternel présent régi par des règles sociales et économiques invariantes, inhérentes à la réalité des faits - la profonde perturbation provoquée par la pandémie a ouvert la voie à la réappropriation sémiotique de nos habitudes et de notre avenir collectif.

83Dans cet article nous avons souligné le risque que le signe du covid-19 puisse être interprété comme une menace pour la santé publique et qu’il puisse être assimilé par le sens affectif général, c’est-à-dire par le sentiment général d'anxiété et, ce faisant, d'en faire un de cette forme de sémiose affective. Cependant, la conscience de ce scénario évolutif possible ne doit pas nous empêcher de reconnaître le potentiel d’une réappropriation sémiotique et d’une prise en conscience éthique et écologique.

84En particulier, il convient de souligner une explosion narrative, du fait que la pandémie du Covid-19 a produit une variété de récits et est également construite par de tels récits. Cette constructivité mutuelle donne un aperçu des stratégies de changement narratif dans le contexte du Covid-19 pour l'avenir. Le Covid-19 a élargi l'espace sémiotique où des changements narratifs peuvent se produire. Le Covid-19 fournit une chance formidable à la sémiotique de démontrer la puissance méthodologique de la sémiotique structurale pour clarifier les dimensions narratives du Covid-19. Le rapport entre la sémiotique et le Covid-19 est réciproque dans la mesure où la sémiotique dispose de valeurs heuristique et explicative pour la mise au point de la narrativité du Covid-19, et qu’en même temps, le Covid-19 pourrait inspirer la sémiotique structuraliste de rénover les présupposés épistémologiques et méthodologiques de la narrativité. Comment donner un sens à une pandémie mondiale? La sémiotique narrative peut mettre en évidence certains des principes pour les acteurs du changement qui avancent dans le monde du Covid-19.

85Premièrement, en termes de temporalité, ou de rythme, une telle crise pourrait être à la fois rapide et lente. Nous avons besoin d'une nouvelle stratégie narrative adaptée à ces deux temporalités qui puisse être développée dans le futur. Les porte-parole responsables du message explicite de la pandémie ont répété à plusieurs reprises que le Covid-19 serait un marathon et non un événement de courte durée. Sur le plan sémiotique, nous avons besoin d'un récit profond, pas seulement d'une production de messages instantanés. Sur le plan pragmatique, nous devrons nous préparer aux attaques que le Covid-19 pourrait avoir sur la civilisation humaine à l'avenir. Au niveau axiologique, nous devrons nous concentrer sur de nouvelles valeurs et préparer un nouveau mode de vie. Covid-19 est un récit en cours qui n'est pas encore terminé. Pour utiliser la métaphore du roman, toute histoire de cette époque est un récit dont personne ne peut dire comment elle se terminera, et elle ne peut pas encore être terminée. Dans le même temps, cependant, le Covid-19 offre une occasion sans précédent de créer un nouveau paradigme pour la sémiotique narrative.

86Parler du Covid-19, c’est admettre la responsabilité humaine. Elle conduit à attribuer à l’humanité une responsabilité démesurée. Hans Jonas affirme la dimension « cosmique » de la responsabilité humaine, ce qui pose une question « métaphysique », celle de l’existence de l’humanité sur une Terre menacée dans son intégrité par l’exercice abusif de la puissance technique humaine.

87Cette responsabilité infinie se détruit elle-même. À penser l’humanité dans son ensemble responsable de tout, les humains dans leur diversité finissent par n’être responsables de rien. C’est ce que fait apparaître le débat qui s’est développé autour des positions défendues par Chakrabarty dans ses thèses sur le climat. L’hypothèse de l’anthropocène, selon lui, conduit à remettre en cause les catégories critiques de l’histoire sociale utilisées pour rendre compte de notre histoire passée et de la mondialisation présente. On en rend généralement compte en termes d’histoire du capitalisme et des inégalités sociales. Or, pour importantes que soient les critiques de la mondialisation capitaliste, elles ne nous donnent pas, selon Chakrabarty, « une prise suffisante sur l’histoire humaine, une fois que nous acceptons que la crise climatique est ici avec nous et continuera à faire partie de notre planète bien longtemps après que le capitalisme ait disparu ou ait subi de nombreuses et profondes mutations historiques». Pour reprendre le contrôle de notre histoire, affirme-t-il, nous devons cesser de ne considérer que l’histoire sociale de l’humanité, nous devons appréhender l’humanité « comme une forme de vie, et considérer l’histoire humaine comme une partie de l’histoire de la vie sur cette planète». Il faut appréhender l’humanité en tant qu’espèce biologique.

88Mais cela ne revient-il pas à naturaliser l’humanité et, en niant les différences sociales, à nier une responsabilité qui ne peut pas être attribuée à l’humanité tout entière. La puissance scientifique et technique de la modernité reposait sur la prévisibilité de la nature. C’est ce régime de prévisibilité qui disparaît dans le Covid-19. La nature du Covid-19 est une nature que l’on ne peut plus prévoir avec assurance, ni même complètement décrire : une nature dont la dynamique est chaotique.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, R. (1968). L’effet de réel. Communications 11, Recherches sémiologiques le vraisemblable, pp.84-89.

Barthes, R., & Duisit, L. (1975). An introduction to the structural analysis of narrative. New literary history6(2), 237-272.

Bertrand, D., & Fontanille, J. (2006). Régimes sémiotiques de la temporalité: la flèche brisée du temps. Paris, France: Presse Universitaire de France.

Bonneuil, C., & Fressoz, J. B. (2013). L'événement Anthropocène: la Terre, l'histoire et nous. Paris, France: Média Diffusion.

Chakrabarty, D. (2009). The climate of history: Four theses. Critical Inquiry, 35(2), 197-222.

Chakrabarty, D. (2018). Anthropocene time. History and Theory, 57(1), 5-32.

Chang, H. L. (2006). Disaster semiotics: An alternative 'global semiotics'? Σημειωτκή - Sign Systems Studies, 34(1), 215-230.

Delanty, G., & Mota, A. (2017). Governing the Anthropocene: Agency, governance, knowledge. European Journal of Social Theory20(1), 9-38.

Descola, P. (2015). Humain, trop humain. Esprit, (12), 8-22.

Fontanille, J. (2015). La sémiotique face aux grands défis sociétaux du XXI e siècle1. Actes sémiotiques118.

Greimas, A. J. (1976). Sémiotique et sciences sociales. Paris, France: Seuil.

Greimas, A. J. (1983). Du sens II: Essais sémiotiques. Paris, France: Seuil.

Grimm, K. (2020). A Better World Ahead Means Shaping Emerging Narratives Now. Stanford Social Innovation Review. https://doi.org/10.48558/ANGT-T435

Høstaker, R. (2005). Latour-semiotics and science studies. Science & Technology Studies18(2), 5-25.

Kim, S. (2006). Semiotics of natural disaster discourse in post-tsunami world: A theoretical framework. Σημειωτκή-Sign Systems Studies34(1), 231-244.

Kohn, E. (2013). How forests think: Toward an anthropology beyond the human. University of California Press.

Landowski, E. (2006). Les interactions risquées. Actes Sémiotiques, 101-103(1-106).

Landowski, E. (2017). Petit manifeste sémiotique en l’honneur et à l’attention du camarade sociologue Pekka Sulkunen. Actes Sémiotiques, 120.

Latour, B. (2007). Reassembling the social: An introduction to actor-network-theory. OUP Oxford.

Latour, B. (2014). Agency at the Time of the Anthropocene. New Literary History, 45(1), 1-18.

Latour, B. (2015). Face à Gaïa: Huit conférences sur le Nouveau Régime Climatique. Paris, France: La Découverte, coll. Les Empêcheurs de penser en rond.

Latour, B., & Lemonde, F. (2014). L'Anthropocène et la destruction de l'image du Globe. In E. Hache (Ed.), L'Anthropocène et la destruction de l'image du Globe (pp. 29-56). Paris, France: Editions Dehors.

Petitimbert, J. P. (2017). Anthropocenic Park: humans and non-humans in socio-semiotic interaction. Actes Sémiotiques, 120, 1-12.

Salvatore, S. (2018). Cultural psychology as the science of sensemaking: a semiotic-cultural framework for psychology. In The Cambridge handbook of sociocultural psychology (pp. 35-48). Cambridge University Press.

Salvatore, S., & Venuleo, C. (2008). Understanding the role of emotion in sense-making. A semiotic psychoanalytic oriented perspective. Integrative Psychological and Behavioral Science, 42, 32-46.

Sontag, S. (1978). Illness as metaphor (Vol. 72). New York: Farrar, Straus and Giroux.

Sontag, S. (1989). Aids and its metaphors. New York: Farrar, Straus and Giroux.

Sperber, D. (1996). La contagion des idées: Théorie naturaliste de la culture. Paris, France: Odile Jacob.

Sung Do, K. (2020). Some semiotic remarks on the narrativity of Covid-19. Episteme, 24, 45-68.

Torronen, J. (2000). The passionate text. The pending narrative as a macrostructure of persuasion. Social Semiotics, 10(1), 81-98.

Törrönen, J. (2021). Covid-19 as a generator of pending narratives: Developing an empirical tool to analyze narrative practices in constructing futures. International Journal of Qualitative Methods, 20, 1609406921996855.

Venuleo, C., Gelo, O. C., & Salvatore, S. (2020). Fear, affective semiosis, and management of the pandemic crisis: COVID-19 as semiotic vaccine? Clinical Neuropsychiatry, 17(2), 117.

Yong, E. (2020). Why the coronavirus is so confusing. The Atlantic. https://www.theatlantic.com/health/archive/2020/04/pandemic-confusing- uncertainty/610819/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sung Do Kim, « La narrativité de la discursivité du Covid-19 : pour une anthroposémiotique des désastres naturels »Cahiers de Narratologie [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 29 décembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/14751 ; DOI : https://doi.org/10.4000/narratologie.14751

Haut de page

Auteur

Sung Do Kim

Université de Koryo

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search