Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anne Lenquette, Les romans d’Alvaro Pombo – Savoir et fiction en Espagne (XX° et XXI° siècles)

Christine Di Benedetto
Référence(s) :

Anne Lenquette, Les romans d’Alvaro Pombo – Savoir et fiction en Espagne (XX° et XXI° siècles), Paris, Honoré Champion Ed., Collection Littératures Etrangères 16, Série « Littératures et cultures hispanophones et lusophones », 2016, 374 pages.

Texte intégral

1Cet important ouvrage permet de combler une lacune dans l’édifice critique consacré aux romans d’un auteur espagnol de premier plan mais assez peu étudié, Alvaro Pombo. D’abord succès d’estime, cet écrivain volontiers associé à une réflexion de type éthique, voire philosophique, à une écriture complexe aux nombreuses références littéraires et culturelles, a progressivement obtenu une reconnaissance universitaire, le critique Gonzalo Sobejano le considérant dès 1988 comme l’un des tenants de la « novela ensimismada » (ou « roman en soi-même »), et plus récemment médiatique, avec l’octroi de plusieurs prix littéraires.

2L’ouvrage d’Anne Lenquette fait un état des lieux des recherches sur Alvaro Pombo, avant de préciser son corpus formé par les deux premiers cycles de l’œuvre romanesque de cet auteur polygraphe, publiés entre 1979 et 2009, le cycle du « manque de substance » (« de la homosexualidad, del desengaño y del pesimismo », selon son auteur) et le cycle de « la substance », marqué par une éthique existentielle optimiste.

3Au-delà du projet large de préciser les caractéristiques des fictions d’Alvaro Pombo, le questionnement porte sur le traitement qui est fait de la réalité extra-textuelle, les rapports entre réalité et fiction, à partir d’une redéfinition de la notion même de réalité et des différentes manifestations de la fiction, celle-ci paraissant seule susceptible de cerner l’essence du réel. Amenant à reconsidérer la complémentarité et la relativité des concepts de vrai, réalité et fiction, l’autoréférence à l’écriture s’avère centrale. Discours théorique et fictionnel se mêlent, entraînant le lecteur dans un « pacte fantasmatique », selon Anne Lenquette, qui le mène à décrypter l’instrumentalisation du langage, à repérer l’intertextualité et à se livrer à l’indispensable exercice d’interprétation.

4Une riche préface de Geneviève Champeau, intitulée « Pour un savoir narratif », fait ressortir qu’Alvaro Pombo, dans son exploration des mécanismes intersubjectifs, part d’un concept autour duquel gravite l’univers des personnages, déplaçant le processus cognitif de ceux-ci vers la sphère du lecteur, sans pour autant faire disparaître la jouissance de la lecture. Elle rend hommage à l’analyse d’Anne Lenquette qui permet d’éclairer une écriture exigeante.

5L’ouvrage comprend, outre l’introduction et la conclusion, une solide bibliographie raisonnée de 35 pages, ainsi que deux index, des principaux noms de personnes et des mots-clés, facilitant l’utilisation pointue de cette étude. L’analyse en elle-même s’étend sur trois parties, elles-mêmes subdivisées en chapitres. La première, « Visages et masques du réel dans la fiction pombienne », s’intéresse aux jeux autour du réel en trois étapes. « Définir le réel : tours et détours d’un concept » différencie réalité sensible et réalité psychique, souligne la subjectivité du réel avec deux exemples de textes qui travaillent sur l’idée de fantôme, met en évidence la structure kaléidoscopique, entre instabilité des voix narratives et polymorphisme. « Se détourner du réel : le refuge de l’irréalité » relève un refus de la norme, un recours à la création imaginaire avec des personnages écrivains et définit le sentiment d’étrangeté. Enfin, « Modeler le réel : mensonge et fiction littéraire » questionne les facettes du réel que sont vérité et mensonge, et met en perspective le statut de fiction littéraire. La deuxième partie intitulée « De l’autre côté du miroir : faux-semblants de la parole et dérobade du moi » se décline en trois axes. « Triomphe du “logos” et pouvoirs de l’imagination », entre parole exhibée, parole dissimulatrice et jeux, puis le lien entre parole et esprit ; « Le dédoublement identitaire : du déni à la construction de soi », développe la notion de copie ; « Le dévoilement littéraire comme leurre », qui relève les mises en abyme, trompe-l’œil fictionnels et l’illusion du moi, suggère comment sont convoqués autofiction et connaissance de soi. Enfin, la troisième partie, « L’ambition herméneutique et cognitive du littéraire », pose dans le chapitre I, « Le narrateur herméneute : la stratégie du “doute” actif », les questions de brouillage, syntaxique, sonore et sémantique. Par un glissement pertinent, le chapitre II, « Le lecteur herméneute », conduit à l’étude des jeux intertextuels dans trois textes d’Alvaro Pombo.

6Par son analyse, Anne Lenquette aura pu creuser le rapport entre connaissance et fiction dans l’univers pombien. Celui-ci porte sur la connaissance comme objet épistémologique, détournant le regard des vérités admises et des stéréotypes, sans toutefois réduire le propos à la négation du sens. En dénonçant les leurres liés à l’épistémè littéraire, en remettant en question la notion de mimesis, ce travail expose également comment la problématique de l’identité s’incarne dans la figure de l’auteur, dans son « faire ». Enfin, l’interrogation des fondements moraux et religieux de la société occidentale, le constat d’une impossible communication entre les individus permettent à cette étude de dégager le regard de Pombo sur la fragilité d’une société consumériste où règne « la légèreté, l’éphémère et le désengagement ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Di Benedetto, « Anne Lenquette, Les romans d’Alvaro Pombo – Savoir et fiction en Espagne (XX° et XXI° siècles) », Cahiers de Narratologie [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 21 décembre 2017, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/narratologie/7876

Haut de page

Auteur

Christine Di Benedetto

LIRCES EA3159, Université Côte d’Azur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page