Navigation – Plan du site

Les Nouvelles de l'archéologie rejoint le collectif des Revues en Lutte

La revue « Les Nouvelles de l’archéologie » a décidé lors de son comité de rédaction du 3 février 2020 de rejoindre le collectif des Revues en Lutte, contre les orientations contenues dans les trois rapports pour la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, commandés par la ministre de l’ESRI.

La dynamique est d’une ampleur inédite, à la hauteur des dangers que font peser sur l’avenir de la Recherche les principales propositions de ces trois rapports. Face à un constat pourtant partagé d’appauvrissement, de fragilisation et de précarisation de la Recherche et de l’Université, les seules réponses apportées par ce rapport sont : mise en concurrence, orientation des financements sur des procédures de « performance » jamais expliquées, et précarité des emplois par des CDD de projets ou des « tenure-tracks ». Cette LPPR, qui ne fera qu’aggraver les inégalités et augmenter la précarité, nous la refusons.

En tant que revue scientifique, nous participons au partage et à la diffusion des connaissances, non seulement pour la communauté universitaire et de la recherche, mais au-delà pour l’ensemble des citoyens. Nous en garantissons le sérieux et la qualité, là où la quantité (via la bibliométrie), s’est trop souvent imposée ces dernières années comme le principal, voir seul, facteur d’évaluation, et le serait plus encore dans la loi à venir.

En tant que revue dédiée à l’archéologie, nous avons pleinement conscience des méfaits de la précarité et de la concurrence, imposée depuis trop d’années à ce secteur, où la récente réforme de l’assurance-chômage n’a fait qu’aggraver la situation des personnels de ce secteur.

Parce que nous refusons un modèle de compétition et de « performance » guidée par un principe de « darwinisme social » qui n’a pas sa place dans l’univers scientifique, parce que nous rejetons un modèle de précarité imposée au service public de la Recherche, de l’Université, de l’archéologie, de l’édition, parce nous défendons une recherche libre, créative, et sereine, disposant des pleins moyens pour être menée, parce que nous voulons une Université ouverte, stable, pérenne, nous rejoignons et participons aux actions du collectif Revues en Lutte.

Présentation

Fondée en 1979, la revue se veut à la fois un lieu de débat et le reflet des évolutions de la discipline. Quatre fois par an, elle présente aujourd’hui des problématiques scientifiques de pointe, sous forme de dossiers et dans une perspective internationale. Les articles peuvent être sollicités par la revue ou émaner de propositions spontanées. Ils sont soumis au comité de lecture qui peut demander des modifications. L’abondance d’information peut conduire à différer la publication d’un article de six mois.

Dernier numéro en ligne
156 | 2019
Estrans, l'archéologie entre terre et mer

Sous la direction de Cyrille Billard

À maints égards, l'estran peut être considéré comme une construction mentale, fruit d'une très longue histoire. Jusqu’au Moyen Âge, cet espace régulièrement recouvert par les marées est vécu comme le prolongement de la bande terrestre : on y fait valoir des droits sur des espaces délimités, voire parcellisés. Outre la simple collecte (poissons, algues, sel, sable, galets, amendements marins, coquillages et crustacés), l’estran porte encore la trace de multiples aménagements liés à l’exploitation à pied des ressources dont le stock paraissait illimité : ornières de charrues, pêcheries, viviers, fours, carrières, salines, marais salants. Plusieurs ruptures ont marqué cet espace : avènement de l’économie agricole au Néolithique, puis de l’économie de marché et des échanges de ressources à longue distance durant l’Antiquité et, à partir de la seconde partie du Moyen Âge, développement de la pêche embarquée, constituant le début d’une mondialisation assortie d’une recherche effrénée de nouvelles ressources halieutiques liée à la surpêche des poissons d’eau douce. L’évolution du contexte socio-politique des périodes moderne et contemporaine a eu des conséquences indiscutables en termes de perception de l’estran. Cet espace est alors davantage placé au cœur des enjeux de pouvoir, en tant que frontière. Le trait de côte est alors perçu comme une barrière entre deux mondes, une limite entre le domaine terrestre et le domaine maritime, ce qu’il n’a pourtant jamais été dans le vécu des populations riveraines. La pratique de l’archéologie sur estran offre des spécificités propres, et mérite qu’une discussion méthodologique lui soit consacrée : des conditions d’intervention particulières, voire extrêmes (sur les plans technique et administratif), un caractère d’urgence liée aux processus d’érosion littorale, des gisements qui produisent une documentation originale et riche, proche de celle des « milieux humides » en eau douce, et la possibilité de mettre en œuvre des méthodes originales et les outils de l’analyse spatiale sur de vastes surfaces. Dans cet état d’esprit, ce volume tente de balayer, sous la forme de contributions volontairement brèves, les problématiques variées et les questions actuelles posées par la gestion et les méthodes d’intervention sur les estrans de la façade Atlantique-Manche-Mer du Nord, caractérisés par un important marnage où le jeu des marées assure quotidiennement un renouvellement des ressources biologiques dans un paysage à la géographie changeante.

  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals