Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161Archéologie et grande transitionComportements de subsistance à la...

Archéologie et grande transition

Comportements de subsistance à la transition Paléolithique moyen/Paléolithique supérieur : exemples d’Europe orientale et d’Asie centrale

Subsistence behaviours during the Middle to Upper Palaeolithic transition: examples from Eastern Europe and Central Asia
Marylène Patou-Mathis, Laurent Crépin, Marie-Anne Julien et Stéphane Péan
p. 27-31

Résumés

À partir de l’étude des comportements de subsistance, replacés dans leurs contextes écologiques et culturels, de cinq sites clés de basse et moyenne montagne du centre de l’Eurasie (Kabazi II et V, Siuren I et Buran-Kaya III en Crimée, Obi-Rakhmat en Ouzbékistan), nous discutons ici de la transition Paléolithique moyen/Paléolithique supérieur dans ces régions encore peu étudiées.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier chaleureusement l’ensemble des collègues qui nous ont donné accès aux collections archéologiques et aux collections de référence, permettant le bon déroulement de ces travaux, particulièrement Alexandr Yanevich, Andreï Krivoshapkin et Ksenia Kolobova. Les recherches présentées ici ont reçu le soutien de l’Agence nationale de la recherche, du Cnrs, du Muséum national d’histoire naturelle, du ministère des Affaires étrangères et européennes ainsi que des Fondations Fyssen et Carl Zeiss.

1La transition entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur se place durant l’Interpléniglaciaire wechsélien (SIO 3), au climat globalement tempéré et humide, marqué par trois événements plus froids dits événements de Heinrich. Au centre du continent Eurasiatique, cette transition se caractérise par l’apparition de nouvelles industries lithiques et osseuses dites de transition, et par la présence de trois espèces humaines – Néanderthaliens, Denisoviens et premiers Hommes anatomiquement modernes (Flas 2011, 2014). Dans cette vaste aire géographique, les modalités de leur arrivée, de leur dispersion ainsi que leurs traditions culturelles associées sont encore relativement mal connues, de même que leurs possibles interactions biologiques et culturelles avec les Néanderthaliens et/ou les Denisoviens (Zilhão 2006 ; Zwyns 2004 ; Zwyns & Flas 2010). Les recherches sur les comportements de subsistance sensu lato des dernières sociétés néanderthaliennes d’Eurasie ont montré l’existence, chez certaines, d'une relation durablement stabilisée avec leur milieu (pérennité des territoires et des comportements), quand d’autres connaissaient des changements économiques et socio-culturels notables (nouveaux savoir-faire, nouveaux territoires).

2À partir d’études diachroniques et synchroniques des modalités de gestion des ressources animales à but alimentaire et non alimentaire, nous nous attelons ici à caractériser les comportements de subsistance de certaines populations néanderthaliennes, d’une part, par rapport à ceux attribués aux premiers Hommes anatomiquement modernes et, d’autre part, à travers différents techno-complexes dits de transition. Nous nous appuierons sur l’étude des comportements de subsistance de cinq sites clés de basse et moyenne montagne dans le centre de l’Eurasie, quatre en Crimée et un en Ouzbékistan. Après avoir replacé les occupations de ces sites dans leurs contextes écologiques et culturels, nous discuterons de leurs apports au débat qui anime aujourd’hui la communauté scientifique, à savoir la question de la transition du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur dans ces régions encore peu investiguées.

En Crimée

  • 1 Les dates radiocarbones mentionnées dans l'article sont non calibrées, sauf mention contraire.

3Durant la dernière glaciation, la Crimée n’était pas une péninsule mais faisait partie de la grande plaine steppique d’Europe orientale (fig. 1). À partir des résultats des études de Kabazi II, Kabazi V, Siuren I et Buran-Kaya III, l’hypothèse d’une coexistence durant cette période d’industries du Paléolithique moyen, de « transition » et du Paléolithique supérieur a été discutée, de même que celle d’une persistance des Néanderthaliens jusqu’à il y a environ 33 ka1.

Fig. 1. Vue du paysage actuel de la seconde rangée des Monts de Crimée.

Fig. 1. Vue du paysage actuel de la seconde rangée des Monts de Crimée.

© L. Crépin.

4Le gisement de plein air de Kabazi II (KII) renferme cinq unités archéologiques divisées en vingt et un niveaux. Les datations situent la séquence stratigraphique du Dernier interglaciaire (SIO 5e) à l’Interpléniglaciaire wechsélien, jusqu’à 30 +/− 2 Ka et 32,1 +/− 6,5 ka BP (Chabaï et al. 2005, 2006). Deux techno-complexes ont été identifiés, en haut de la séquence le Western Crimean Mousterian (WCM), et en bas le Micoquien de Crimée. Tout au long du remplissage, KII a fonctionné comme un site d’abattage et de boucherie d’Equus hydruntinus (Patou-Mathis 2005, 2006a, 2006b). Durant près de 100 000 ans, des groupes de Néanderthaliens sont venus à de multiples reprises sur le site pour chasser cette espèce, principalement lors de périodes estivales. Le changement observé dans le comportement technique (Micoquien de Crimée puis WCM) ne se retrouve pas dans les comportements de subsistance qui apparaissent également indépendants des variations climatiques (Patou-Mathis & Chabaï 2003, 2005).

5Les niveaux moustériens les plus récents de KII seraient contemporains de ceux de l’abri de Kabazi V (KV), situé à quelques mètres (Chabaï et al. 2008 ; Patou-Mathis 2008). Dans tous les niveaux, le matériel osseux est réduit et les spectres fauniques peu diversifiés. Des Néanderthaliens, artisans du WCW, ont chassé durant des périodes estivales quelques Equus hydruntinus et antilopes saïgas (Chabaï & Patou-Mathis 2006). KV, qui a servi à plusieurs reprises d’habitat saisonnier, pourrait avoir été, à certaines périodes, le lieu de consommation de quartiers de carcasses d’Equus hydruntinus importés de KII (Chabaï & Patou-Mathis 2009).

6L’originalité de l’abri de Siuren I (SI) réside en la présence, au sein des unités H et G, d’outillages lithiques attribués à l’Aurignacien ancien et d’artefacts attribués au Micoquien de Crimée. Les datations radiométriques situent chronologiquement les quatre niveaux de l’Unité G durant l’interstade d’Arcy (28 450 +/− 600 BP) et le seul niveau de l’Unité H pendant la phase stadiaire précédente (Demidenko & Otte 2000-2001). Dans les deux unités, la chasse d’un nombre restreint d’individus appartenant à différentes espèces apparaît assez opportuniste. L'unité H n’a livré ni artefact en os ni élément de parure. A contrario, en G, la présence de cinquante poinçons et de six pointes en matière dure d’origine animale, de neuf perles en coquille de mollusques, de nombreux foyers et d’aires de boucherie et de taille d’outils lithiques témoigne de la pratique de diverses activités économiques et technologiques (ibid.). D’après la faible densité des vestiges osseux et lithiques, tous les niveaux de SI auraient servi à plusieurs reprises d’habitat temporaire. Les interprétations archéozoologiques corroborent les données lithiques, attestant d’une homogénéité comportementale tout au long de la séquence, et ce malgré les changements paléoécologiques (Massé & Patou-Mathis 2009, 2012).

7L’abri de Buran-Kaya III (BKIII) est remarquable par la présence d’une couche (C) à industrie streletskienne, datée entre 36 700 +/− 1 500 et 32 200 +/− 650 BP (Marks 1998), située sous une couche (B) attribuée au Micoquien de Crimée, datée de 37,7 à 35,6 ka BP (Péan et al. 2013 ; Prat et al. 2018). Au-dessus de celle-ci, trois couches aurignaciennes (6-5, 6-4, 6-3) ont été mises au jour. Les trois couches sus-jacentes, attribuées au Gravettien sensu lato, ont livré des vestiges d’Homo sapiens parmi les plus anciens d’Europe, directement datés de 32 450 +250/−230 et 31 900 +240/−220 BP (Prat et al. 2011, 2018) (fig. 2). Les six couches du Paléolithique supérieur (Aurignacien et Gravettien sensu lato) sont datées entre 35,9 et 31,3 ka BP (Péan et al. 2013 ; Prat et al. 2018). Comme pour les comportements techniques, on note une différence dans les comportements de subsistance, en particulier dans le traitement de la matière osseuse, entre les couches C et B. Dans la C, le matériel faunique est très pauvre et peu diversifié avec seulement quatre taxons représentés – saïga, renard, loup et lièvre. Seuls les saïgas semblent avoir été chassés et consommés. Sept pièces travaillées ont été déterminées : six tubes sur os longs de lièvre et de loup et un probable manche d’outil sur métatarsien de cheval (Laroulandie & d’Errico 2004). La présence de deux déchets de tube indique une fabrication in situ. L’occupation humaine apparaît extrêmement courte. A contrario, le matériel faunique de la couche B est très abondant. Les Néanderthaliens ont pratiqué des chasses estivales spécialisées sur l’antilope saïga et abattu quelques autres herbivores (Patou-Mathis 2004). Les comportements de subsistance des humains des couches aurignaciennes diffèrent de ceux des Néanderthaliens. Dans les trois couches aurignaciennes, le matériel faunique est nettement moins abondant que dans la couche micoquienne, mais la diversité des taxons (sept à huit espèces) est relativement élevée. Malgré des changements écologiques notables entre ces trois couches, la chasse apparaît relativement diversifiée avec une orientation vers de petites hardes de saïgas. Seule la couche 6-3 a livré des fragments d’objets ou déchets de fabrication en matière dure d’origine animale. BKIII peut ainsi être assimilé à un camp de transit lors de la formation de la couche C, à un habitat saisonnier à occupations récurrentes lors des occupations néanderthaliennes puis à un campement temporaire durant les occupations aurignaciennes.

Fig. 2. Localisation du site de Buran-Kaya III (Crimée) dans le paysage actuel (à gauche) et coupe stratigraphique synthétique, relevée durant les fouilles 2009-2011 par S. Puaud (à droite).

Fig. 2. Localisation du site de Buran-Kaya III (Crimée) dans le paysage actuel (à gauche) et coupe stratigraphique synthétique, relevée durant les fouilles 2009-2011 par S. Puaud (à droite).

© S. Péan.

En Asie centrale

8Plus à l’est, l’industrie lithique du site d’Obi-Rakhmat (OBI) en Ouzbékistan montrerait soit une transition très graduelle du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur (Derevianko 2001 ; Krivoshapkin et al. 2010) soit une variante du Paléolithique moyen récent (Vishnyatsky 2004). Les fouilles menées dans cet abri ont permis de dégager vingt-deux couches archéologiques. La partie supérieure du remplissage a été datée entre 36 et 41,4 ka BP (c7) et 48,8 ka BP (c14) et les couches inférieures (c15 à c22), de plus de 50 ka BP jusqu'à environ 80 ka BP (Krivoshapkin et al. 2010 ; Skinner et al. 2007). Dans la couche 16, 127 restes appartenant à un jeune de 9-12 ans montrent un mélange de caractères néanderthaliens et modernes, caractéristique des sujets juvéniles (Bailey et al. 2008 ; Glantz et al. 2008). Parmi les 100 000 ossements mis au jour, 80 % proviennent des couches inférieures (12 à 21). La faune est globalement peu diversifiée, bouquetin de Sibérie et cerf dominent dans toutes les couches. On note une baisse de la diversité taxinomique du bas vers le haut de la séquence, peut-être corrélée à un changement environnemental lié au refroidissement et à l’assèchement progressif du climat (Mallol et al. 2009). Malgré cela, et tout le long de la séquence, seuls le bouquetin de Sibérie et le cerf ont été préférentiellement chassés et les modes de traitement des carcasses apparaissent grandement identiques (fig. 3). Notons la présence de quelques ossements utilisés, notamment dans les niveaux 14, 18 et 21. Selon toute vraisemblance, cet abri situé à 1 250 mètres d’altitude et dont les occupations semblent avoir été de courte durée a servi à maintes reprises de halte de chasse de montagne.

Fig. 3. Localisation du site d’Obi-Rakhmat (Ouzbékistan) dans le paysage actuel (à gauche) et métatarsien de cerf (couche 14) présentant des stries de désarticulation (à droite).

Fig. 3. Localisation du site d’Obi-Rakhmat (Ouzbékistan) dans le paysage actuel (à gauche) et métatarsien de cerf (couche 14) présentant des stries de désarticulation (à droite).

© M.-A. Julien.

Discussion

9Dans les monts de Crimée, la pérennité des comportements de subsistance des Néanderthaliens, qui apparaissent indépendants des variations paléoécologiques et des techno-complexes lithiques, a été observée, jusqu’au stade isotopique 3, à KII et KV et dans la couche micoquienne de BKIII. Une telle stabilité se caractérise par la spécialisation de la chasse sur une ou deux espèces et l’absence d’outils ou d’éléments de parures en matière dure d’origine animale. On constate également que leurs comportements de subsistance diffèrent de ceux de la couche streletskienne (industrie dite de transition) de BKIII et des couches aurignaciennes de BKIII et de SI.

10Durant la période de transition du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur, d’autres groupes néanderthaliens de cette région modifient leurs comportements de subsistance, qui deviennent alors plus opportunistes (comme à SI), et travaillent parfois la matière dure d’origine animale. À Zaskalnaya VI, notamment, un fragment de radius de grand corbeau découvert dans un niveau micoquien daté entre 38 et 43 ka cal BP porte sept encoches, parallèles et équidistantes. L’usage de cette pièce demeure inconnu (Majkić et al. 2017). À BKIII, les auteurs des tubes en os ne sont pas identifiés. Comme ils ont été retrouvés dans la couche C, sous un niveau micoquien daté entre 44 et 40,1 ka cal BP, l’hypothèse qu’ils aient été fabriqués par des Néanderthaliens ne peut être exclue (Laroulandie & d’Errico 2004). Durant cette période de transition, les occupations paraissent toutes de courte, voire de très courte durée, ce qui peut témoigner d’une plus grande mobilité des groupes humains. La saisonnalité très marquée de la majorité de ces occupations traduit également leur bonne connaissance des voies de migration de leurs proies, comme les Equus hydruntinus et les saïgas, et une gestion planifiée de leurs territoires d’approvisionnement. Cette mobilité accrue peut également résulter de la coexistence, sur les mêmes territoires, des Néanderthaliens et des Hommes anatomiquement modernes, qui étaient vraisemblablement déjà présents en Europe vers 45 000 ans cal BP (Hublin et al. 2020 ; Zwyns et al. 2019). Toutefois, alors que 34 sites stratifiés néanderthaliens ont été découverts, seuls deux sites, BKIII et SI, attestent la présence sporadique des Homo sapiens en Crimée (Chabaï 1998).

11Dans les montagnes d’Asie centrale, tout au long de la séquence d’Obi-Rakhmat, nous n’observons pas de changement notable dans les comportements de subsistance. Les assemblages lithiques de toutes les couches montrent des caractères similaires entre les industries à lames du Paléolithique moyen tardif et les techno-complexes du début du Paléolithique supérieur de l’Asie du Sud-Ouest et des montagnes de l’Altaï en Sibérie. Cela pourrait témoigner de la transition graduelle du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur dans la partie occidentale de l’Asie centrale (Derevianko 2001), à moins qu’il ne s’agisse d’une caractéristique technico-économique liée, entre autres, à la fonction spécialisée du site.

12Plusieurs chercheurs ont avancé l’hypothèse d’une première vague de migration dans ces régions d’Hommes anatomiquement modernes venus du Proche-Orient entre 70 000 et 80 000 ans, peut-être porteurs de gènes néanderthaliens, et d’une cohabitation territoriale probable avec les Néanderthaliens et les Denisoviens (Zwyns et al. 2019). Cette coexistence des Néanderthaliens et des Homo sapiens sur un même territoire a également été proposée pour la Crimée. Pour expliquer la présence des outils micoquiens dans les niveaux Aurignacien ancien de Siuren I, deux hypothèses ont été proposées : 1) échanges entre deux cultures, l’une locale et l’autre intrusive (Chabaï 1998) ; 2) alternance entre les deux groupes humains avec occupations éphémères par des Néanderthaliens et un peu plus intensives mais relativement brèves par des Homo sapiens (Demidenko & Otte 2000-2001).

13Ces questions restent ouvertes et nos premières recherches montrent la nécessité de poursuivre des études dans ces régions clés, où plusieurs humanités se sont succédé, ont probablement coexisté, à certains moments et sur certains territoires, et ont pu s’inter-influencer.

Haut de page

Bibliographie

Bailey, S., Glantz, M., Weaver, T. D. & Viola, B. 2008. « The affinity of the dental remains from Obi-Rakhmat Grotto, Uzbekistan », Journal of Human Evolution, vol. 55, n° 2 : 238-248.

Chabaï, V. 1998. « The Middle Paleolithic to Aurignacian transition in the Crimea ». In : M. Otte (dir.), Préhistoire d’Anatolie : Genèse de deux mondes. Liège, Presses universitaires de Liège (coll. « ERAUL », 85) : 339-352.

Chabaï, V. & Patou-Mathis, M. 2006. « The patterns of raw material and fauna exploitation at Kabazi V, level III/2 ». In : L. V. Kulakovska (dir.), The European Middle Palaeolithic. Kiev, Institute of Archaeology of the National Academy of Sciences of Ukraine : 198-217.

—. 2009. « Kabazi V, late Middle Palaeolithic camp sites : raw material & fauna exploitation ». In : V. Chabaï (dir.), The top issues of the Eastern European prehistoric archaoelogy, actes du colloque « Conference dedicated to the 100 anniversary of Sergei Nikolaevich Bibikov », Alushta (Crimée, Ukraine), 1-3 octobre 2008. Donetsk, éditions Donbass (coll. « Archaeological Almanac », 20) : 59-76.

Chabaï, V., Richter, J. & Uthmeier, T. (dir.). 2005. Kabazi II: Last Interglacial Occupation, Environment and Subsistence. Simferopol/Cologne, Shlyakh (coll. « Palaeolithic Sites of Crimea », 1).

—. 2006. Kabazi II: The 70,000 Years Since the Last Interglacial. Simferopol/Cologne, Shlyakh (coll. « Palaeolithic Sites of Crimea », 2).

—. 2008. Kabazi V: Interstratification of Micoquian and Levallois-Mousterian camp sites. Simferopol/Cologne, Shlyakh (coll. « Palaeolithic Sites of Crimea », 3-2).

Demidenko, Y. E. & Otte, M. 2000-2001. « Siuren-I (Crimea) in the context of a European Aurignacian », Préhistoire Européenne, 16-17 : 133-146.

Derevianko, A. P. 2001. « The Middle to Upper Paleolithic transition in the Altai (Mongolia and Siberia) », Archaeology, Ethnology & Anthropology of Eurasia, vol. 3, n° 7 : 70-103.

Flas, D. 2011.  « The Middle to Upper Paleolithic transition in Northern Europe: the Lincombian-Ranisian-Jerzmanowician and the issue of acculturation of the last Neanderthals », World Archaeology, vol. 43, n° 4 : 605-627.

—. 2014. « Les industries à pointes foliacées dans les régions septentrionales de l'Europe ». In : M. Otte (dir.), Néandertal/Cro Magnon. La rencontre. Paris, Éditions Errance : 97-122.

Glantz, M., Viola, B., Wrinn, P., Chikisheva, T., Derevianko, A. P., Krivoshapkin, A., Islamov, U., Suleimanov, R. & Ritzman, T. 2008. « New hominin remains from Uzbekistan », Journal of Human Evolution, vol. 55, n° 2 : 223-237.

Hublin, J.-J. et al. 2020. « Initial Upper Palaeolithic Homo sapiens from Bacho Kiro Cave, Bulgaria », Nature, n° 581 : 299-302.

Krivoshapkin, A. I., Kuzmin, Y. V. & Jull, A. J. T. 2010. « Chronology of the Obi-Rakhmat grotto (Uzbekistan): first results on the dating and problems of the Paleolithic key site in Central Asia », Radiocarbon, n° spécial Proceedings of the 20th International Radiocarbon Conference (dir. A. J. T. Jull), vol. 52, n° 2 : 549-554.

Laroulandie, V. & d’Errico, F. 2004. « Worked bones from Buran Kaya III level C and their taphonomic context ». In : V. Chabai, C. Monigal & A. Marks (dir.), The Middle Paleolithic and Early Upper Paleolithic of Eastern Crimea (The Paleolithic of Crimea, III). Liège, Presses universitaires de Liège (coll. « ERAUL », 104) : 83-94.

Majkić, A., Evans, S., Stepanchuk, V., Tsvelykh, A. & d’Errico, F. 2017. « A decorated raven bone from the Zaskalnaya VI (Kolosovskaya) Neanderthal site, Crimea », PloS One, vol. 12, n° 3 : p.e0173435.

Mallol, C., Mentzer, S. M. & Wrinn, P. J. 2009. « A micromorphological and mineralogical study of site formation processes at the Late Pleistocene site of Obi-Rakhmat, Uzbekistan », Geoarchaeology: An International Journal, vol.24, n° 5 : 548-575.

Marks, A. E. 1998. « A new Middle to Upper Paleolithic “transitional” assemblage from Buran-Kaya III, Level C, eastern Crimea: a preliminary report ». In : M. Otte (dir.), Préhistoire d’Anatolie : Genèse de deux mondes. Liège, Presses universitaires de Liège (coll. « ERAUL », 85) : 353-366.

Massé, J. & Patou-Mathis, M. 2009. « Siuren I : New zooarchaeological results ». In : V. Chabaï (dir.), The top issues of the Eastern European prehistoric archaoelogy, actes du colloque « Conference dedicated to the 100 anniversary of Sergei Nikolaevich Bibikov », Alushta (Crimée, Ukraine), 1-3 octobre 2008. Donetsk, éditions Donbass, (coll. « Archaeological Almanac », 20) : 149-158.

—. 2012. « Zooarchaeological analysis of the faunal assemblages from Siure I, Crimea (Ukraine) ». In : Y. Demidenko, M. Otte & P. Noiret (dir.), Siuren I Rock-Shelter. From Late Middle Paleolithic and Early Upper Paleolithic to Epi-Paleolithic in Crimea
(The Paleolithic of Crimea, IV)
. Liège, Presses universitaires de Liège (coll. « ERAUL », 129) : 55-63.

Patou-Mathis, M. 2004. « Archeozoological Analysis of Large Mammal Fauna from Buran Kaya III Layer B ». In : V. Chabaï, K. Monigal & A. E. Marks (dir.), The Middle Paleolithic and Early Upper Paleolithic of Eastern Crimea. Liège, Presses universitaires de Liège (coll. « ERAUL », 104) : 95-111.

—. 2005. « Analyses archéozoologiques des Unités V et VI de Kabazi II ». In : V. Chabai, J. Richter & T. Uthmeier (dir.), Kabazi II: Last Interglacial Occupation, Environment and Subsistence. Simferopol/Cologne, Shlyakh (coll. « Palaeolithic Sites of Crimea », 1) : 77-98.

—. 2006a. « Analyse archéozoologique de l’Unité II, niveaux II/7AB à IIA/4B ». In : V. Chabaï, J. Richter & T. Uthmeier (dir.), Kabazi II: The 70,000 Years Since the Last Interglacial. Simferopol/Cologne, Shlyakh (coll. « Palaeolithic Sites of Crimea », 2) : 37-62.

—. 2006b. « Analyse archéozoologique de l’Unité III ». In : V. Chabaï, J. Richter & T. Uthmeier (dir.), Kabazi II: The 70,000 Years Since the Last Interglacial. Simferopol/Cologne, Shlyakh (coll. « Palaeolithic Sites of Crimea », 2) : 209-239.

—. 2008. « Analyses archéozoologiques des unites III et IV de Kabazi V ». In : V. Chabaï, J. Richter & T. Uthmeier (dir.), Kabazi V: Interstratification of Micoquian and Levallois-Mousterian camp sites. Simferopol/Cologne, Shlyakh (coll. « Palaeolithic Sites of Crimea », 3-2) : 97-128.

Patou-Mathis, M. & Chabaï, V. 2003. « Kabazi II (Crimée, Ukraine) : un site d’abattage et de boucherie du Paléolithique moyen », L’Anthropologie, vol. 107, n° 2 : 223-253.

—. 2005. « Un site récurrent d’abattage et de boucherie du Paléolithique moyen : Kabazi II (Crimée, Ukraine) ». In : N. Molines, M.-H. Moncel & J.-L. Monnier (dir.), Les premiers peuplements de l’Europe. Oxford, Hadrian Books (coll. « BAR International Series », 1 364) : 307-328.

Péan, S., Puaud, S., Crépin, L., Prat, S., Quiles, A., van der Plicht, J., Valladas, H., Stuart, A. J., Drucker, D., Patou-Mathis, M., Lanoë, F. & Yanevich, A. 2013. « The middle to upper Paleolithic sequence of Buran-Kaya III (Crimea, Ukraine): New stratigraphic, paleoenvironmental, and chronological results », Radicarbon, vol. 55, n° 3 : 1 454-1 469.

Prat, S., Péan, S., Crépin, L., Drucker, D., Puaud, S., Valladas, H., Lázničková-Galetová, M., van der Plicht, J. & Yanevich, A. 2011. « The oldest anatomically modern humans from Far Southeast Europe: Direct dating, culture and behavior », PLoS One, vol. 6, n° 6 : e20834.

Prat, S., Péan, S., Crépin, L., Puaud, S., Drucker, D. G., Lázničková-Galetová, M., van der Plicht, J., Valladas, H., Verna, C., Patou-Mathis, M., Lebon, M. & Yanevich, A. 2018. « The first anatomically modern humans from South-Eastern Europe. Contributions from the Buran-Kaya III site (Crimea) », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 30, n° 3-4 : 169-179.

Skinner, A. R., Blackwell, B. A. B., Mian, A., Baboumian, S. M., Blickstein, J. I. B., Wrinn, P. J., Krivoshapkin, A. I., Derevianko, A. P. & Lundburg, J. A. 2007. « ESR analyses on tooth enamel from the Paleolithic layers at the Obi-Rakhmat hominid site, Uzbekistan: Tackling a dating controversy », Radiation Measurements, vol. 42, n° 6-7 : 1 237-1 242.

Vishnyatsky, L. B. 2004. « Evolutionary ranking of the late Middle and early Upper Paleolithic industries: a trial », Archaeology, Anthropology & Ethnology of Eurasia, vol. 3, n° 19 : 41-50.

Zilhão, J. 2006. « Neandertals and modern mixed, and it matters », Evolutionary Anthropology, vol. 15, n° 5 : 183-195.

Zwyns, N. 2004. « La problématique de l’Aurignacien tardif dans la zone des steppes nord-pontiques », L’Anthropologie, vol. 108, n° 3-4 : 471-493.

Zwyns, N. & Flas, D. 2010 « Qu'en est-il à l'Est ? ». In : M. Otte (dir.), Les Aurignaciens. Paris, Éditions Errance : 271-295.

Zwyns, N. et al. 2019. « The Northern Route for Human dispersal in Central and Northeast Asia: New evidence from the site of Tolbor-16, Mongolia », Nature Scientific Reports, vol. 9 : 11759.

Haut de page

Notes

1 Les dates radiocarbones mentionnées dans l'article sont non calibrées, sauf mention contraire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue du paysage actuel de la seconde rangée des Monts de Crimée.
Crédits © L. Crépin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/10401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2. Localisation du site de Buran-Kaya III (Crimée) dans le paysage actuel (à gauche) et coupe stratigraphique synthétique, relevée durant les fouilles 2009-2011 par S. Puaud (à droite).
Crédits © S. Péan.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/10401/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 3. Localisation du site d’Obi-Rakhmat (Ouzbékistan) dans le paysage actuel (à gauche) et métatarsien de cerf (couche 14) présentant des stries de désarticulation (à droite).
Crédits © M.-A. Julien.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/10401/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marylène Patou-Mathis, Laurent Crépin, Marie-Anne Julien et Stéphane Péan, « Comportements de subsistance à la transition Paléolithique moyen/Paléolithique supérieur : exemples d’Europe orientale et d’Asie centrale »Les nouvelles de l'archéologie, 161 | 2020, 27-31.

Référence électronique

Marylène Patou-Mathis, Laurent Crépin, Marie-Anne Julien et Stéphane Péan, « Comportements de subsistance à la transition Paléolithique moyen/Paléolithique supérieur : exemples d’Europe orientale et d’Asie centrale »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 161 | 2020, mis en ligne le , consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nda/10401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.10401

Haut de page

Auteurs

Marylène Patou-Mathis

Directrice de recherche au CNRS. UMR 7194 HNHP « Histoire naturelle de l’Homme préhistorique », Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Université – Université de Perpignan Via Domitia (UPVD).

Articles du même auteur

Laurent Crépin

Chercheur associé. UMR 7194 HNHP « Histoire naturelle de l’Homme préhistorique ».

Marie-Anne Julien

Assistante d’études scientifiques au Muséum national d’histoire naturelle. UMR 7194 HNHP « Histoire naturelle de l’Homme préhistorique ».

Stéphane Péan

Maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle. UMR 7194 HNHP « Histoire naturelle de l’Homme préhistorique ».

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search