Navigation – Plan du site

AccueilNuméros163Dossier : genre et mobilités en a...Compte rendu : Archéologie du gen...

Dossier : genre et mobilités en archéologie

Compte rendu : Archéologie du genre : construction sociale des identités et culture matérielle, Isabelle Algrain (coord.) Bruxelles, Université des Femmes, 2020

Ludivine Capra
p. 33-35

Texte intégral

  • 1 https://doi.org/10.4000/nda.2951.

1Il aura fallu attendre la fin de l’année 2020 pour voir un nouvel ouvrage collectif francophone consacré à la question du genre appliquée à l’archéologie. En effet, depuis le numéro 140 de la revue Les nouvelles de l’archéologie, dirigé par Caroline Trémeaud en 20151, seuls des travaux individuels ont vu le jour.

2L’objectif de cette publication est clairement annoncé par Isabelle Algrain dès les premières pages : diffuser et intégrer l’outil du genre dans le domaine de l’archéologie francophone. Cette volonté est en accord avec les missions que s’est fixée l’Université des Femmes de Bruxelles, « laboratoire de recherche, d’enseignement et de réflexions féministes sur la condition des femmes ».

3L’ouvrage de 213 pages comprend neuf articles. Intitulée « Pourquoi une archéologie du genre ? » et rédigée par Isabelle Algrain, l’introduction synthétise très efficacement le cadre théorique et historiographique de l’archéologie du genre. Elle donne notamment aux lecteurs et lectrices les définitions des termes et leur présente les questionnements liés au genre qui intéressent aujourd’hui de nombreux archéologues, tout en insistant sur le retard certain qu’accuse l’archéologie francophone par rapport à ses consœurs anglophone ou nordique.

4Les autrices, dont le parcours est retracé pages 211 à 213, abordent ensuite différentes thématiques, chronologies et méthodologies, en soulevant la question du genre en archéologie funéraire et en s’interrogeant sur la pertinence de ce concept dans l’analyse des données matérielles. Le dernier article, écrit par Laura Mary, propose une réflexion sur les questions de genre dans l’archéologie d’aujourd’hui en tant que profession, et interroge la place des femmes dans ce domaine.

5Dans « Genre, corps, sexe… et matérialité : quand les sciences sociales questionnent l’objet “féminin” ou “masculin” en archéologie », Chloé Bélard pose la question de l’identification du sexe par l’objet. Pendant longtemps, les archéologues se sont servi du matériel retrouvé en contexte funéraire pour déterminer le sexe du (ou de la) défunt(e) associé(e). Toutefois, cette méthode présente de nombreuses limites et risque fort de produire une interprétation erronée. Partant de l’exemple du « labret » ou plateau labial des femmes Mursi (Éthiopie), Chloé Bélard insiste sur l’importance de s’inspirer des démarches anthropologiques et de considérer les normes de la civilisation étudiée. Les archéologues, en mesurant la présence ou l’absence de certains objets, arrivent à déterminer s’ils sont plus souvent utilisés dans des tombes de femmes ou dans des tombes d’hommes. L’autrice, à partir de l’étude des anneaux de cheville retrouvés dans la nécropole suisse Münsingen-Rain, datant de l’âge du Fer, pose la question suivante : « Les objets “féminins”, parce que majoritairement retrouvés auprès de femmes, sont-ils des objets “du féminin” » ? La relation corps-objet, au cœur de sa réflexion, illustre le défi que représente l’étude des genres par l’archéologie : remettre en cause les arguments d’autorité et revoir les données matérielles en fonction de nouvelles interrogations.

6Après avoir rappelé les définitions du sexe biologique et du genre, Alexandra Boucherie, dans « Approche archéo-anthropologique d’ensembles funéraires : question de sexe biologique ou de genre ? », présente les méthodes d’étude d’un ensemble funéraire ; une fois déterminé le sexe biologique, à partir de l’étude des ossements, les données archéologiques permettent de qualifier l’environnement de ces mêmes ossements. Dans un second temps, l’autrice se consacre aux variables repérées lors d’une analyse détaillée d’une sépulture. Elle discute enfin l’utilité d’une comparaison entre ces différents types de données en vue d’identifier des pratiques genrées dans le contexte funéraire. Leur croisement met en lumière des gestes codifiés et des normes correspondant à une pratique funéraire qui est une construction sociale. En conclusion, l’autrice propose de distinguer le genre, perçu par le collectif dans lequel a vécu le ou la défunt(e), du genre tel qu’eux-mêmes l’ont vécu en tant qu’individus. Il semble que les données funéraires ne renseignent que le « genre collectif », bien que la frontière avec le genre individuel soit difficile à déterminer.

7L’article « Pratiques funéraires, mobilier funéraire et genre : état des lieux des études mérovingiennes dans le Bassin parisien », de Clara Blanchard, est sous-tendu par une double conviction : d’une part, s’intéresser aux pratiques funéraires est un moyen de mieux comprendre la société des vivants ; d’autre part, les « études de genre » sont encore balbutiantes en archéologie mérovingienne. Pour y remédier, l’autrice propose de recentrer les études sur le corps et non plus sur l’objet, ce qui éviterait la perte des données liées au contexte archéologique. Elle invite également à croiser ces données avec les études ostéologiques. La question du « sexe archéologique » ou sexe par l’objet est ainsi abordée. L’approche de Clara Blanchard diffère de celle de Chloé Bélard, mais toutes deux proposent une remise en question des méthodes d’interprétation du sexe et du genre par l’objet.

  • 2 La tradition fait des Téménides les descendants de Téménos, fils d’Héraclès originaire de la cité d (...)

8Vivi Saripanidi signe l’article « Genre, statut social et pouvoir dans la Macédoine archaïque ». L’archéologie de la Macédoine sous les Téménides2 souffre de plusieurs biais, notamment de l’association des normes grecques aux pratiques macédoniennes ou encore du manque de sources qui ne permet d’étudier que les femmes de la famille royale. Dans son analyse, l’autrice cherche ce qui, dans la consommation des biens funéraires, différencie les sépultures féminines des sépultures masculines. Les résultats de son étude lui permettent d’identifier des normes religieuses, culturelles et politiques partagées. Ainsi, le critère de l’âge ne semble pas déterminant : dans la mort, les enfants sont traités comme les adultes. Les rapports hiérarchiques sont signifiés entre des sépultures d’un même genre plutôt qu’entre celles de genres différents. Les objets liés à la guerre sont exclusivement associés à des hommes tandis que ceux liés à l’artisanat, aux banquets et, plus largement, aux échanges commerciaux, sont représentés dans les tombes des hommes comme des femmes. Les variations relèvent plus du statut social que du genre. La prédominance des outils de tissage du type fuseaux dans les tombes féminines, celle des crochets à viande dans les tombes masculines, suggère toutefois des rôles distincts selon le genre. Les femmes sont exclues du domaine militaire mais cela ne signifie pas qu’elles aient été exclues de toutes formes de pouvoir. Vivi Saripadini conclut en évoquant la nécessité de procéder à des analyses plus développées pour approfondir cette première approche et pour déterminer plus précisément les relations entre normes funéraires et pratiques réelles.

9Dans « Les femmes et l’offrande d’étoffes dans les sanctuaires grecs. Une enquête sur la participation des femmes à la vie religieuse des cités archaïques et classiques », Vicky Vlachou étudie la place de l’activité féminine dans l’expression religieuse des cités grecques sous le prisme des offrandes textiles. Les femmes grecques fabriquaient des étoffes destinées aux divinités. En les étudiant, on perçoit les liens entre les donatrices, les divinités et les communautés. La majeure partie des vestiges textiles a disparu des contextes archéologiques mais d’autres documents renseignent sur leurs techniques de fabrication et les modalités selon lesquelles se faisaient les offrandes textiles dans les sanctuaires grecs. Dans l’iconographie, le textile apparaît comme un marqueur du travail féminin à partir du viie siècle. Les inventaires des temples et la littérature contemporaine sont des sources complémentaires. Les fusaïoles, les pesons ou les paniers de laine retrouvés dans les fouilles archéologiques des sanctuaires prouvent que l’artisanat textile était directement pratiqué en leur sein, la présence de tels outils permettant parfois de déterminer les lieux précis du sanctuaire où se déroulait cette activité. Il en va ainsi du Thesmophorion de l’île de Ténos, au nord des Cyclades, que l’autrice interprète comme un espace d’initiation des jeunes filles de la cité au culte de Déméter et de sa fille Koré, réservé aux femmes depuis la période archaïque.

10La problématique posée par Estelle Praet dans « Une préhistoire du sein en Mésoamérique : entre fertilité, vie domestique et maternité » est la suivante : quelle place pour le sein dans le contexte culturel étudié ? L’autrice y répond en comparant les civilisations aztèque et maya. Comme ses consœurs, elle insiste sur l’importance du croisement des disciplines dans les études de genre : iconographie, anthropologie, ethno-histoire, analyses physico-chimiques, etc. Après une mise en contexte du système de sexe et de genre en Mésoamérique, Estelle Praet analyse des sources iconographiques majeures : le Codex Laud et le codex de Dresde, tout en mettant en garde contre les biais possibles lors de l’interprétation. Dans l’art monumental maya, la femme est signifiée par son nom et ses vêtements. Chez les Mayas comme chez les Aztèques, le sein n’est pas représenté de manière aléatoire et sa représentation ne se limite pas à caractériser une femme. Fertilité, vie domestique, maternité, déesses menaçantes, etc., la charge symbolique qui lui est associée varie selon les supports et les contextes culturels. Les catégories identifiées par l’autrice sont : exposé/caché/absent. Dans l’iconographie aztèque, la nudité est liée aux déesses monstrueuses tandis que dans l’iconographie maya, les seins exposés sont plutôt retrouvés sur des petits objets, en contexte domestique. Quand il est un symbole de fertilité divine, le sein peut alors être porté par les divinités sans distinction masculin/féminin, puisqu’en Mésoamérique celles-ci ne sont pas genrées.

11L’article de Justine Audebrand, « Le genre au haut Moyen Âge : une approche par l’objet », s’intéresse à des objets créés ou modifiés, aux ixe et xe siècles, par des femmes de pouvoir, dont elle tente d’évaluer la capacité d’action autonome. Ce sont pour la plupart des reines, en raison de la rareté des sources disponibles sur les femmes des autres classes. Dans un premier temps, la nature des rapports de genre au haut Moyen Âge est interrogée et actualisée en confrontant les sources matérielles et textuelles. À cette époque, la différence de statut entre « non libres » et « libres » est beaucoup plus importante que celle qui distingue les hommes des femmes. La description des objets du corpus puis l’analyse de leurs usages de ces objets permet de renouveler le discours historique. Longtemps considérée comme une activité sans intérêt, la broderie est un mode d’expression féminine mais aussi un signe de piété, de vertu et d’humilité. L’autrice met en garde sur la difficulté qu’il y a à distinguer la fabrication et le patronage, et donc à identifier les créatrices ou les commanditaires. Malgré cette difficulté, les objets tracent une autre histoire du pouvoir au féminin, en révélant la marge de manœuvre dont jouissaient les reines et princesses carolingiennes. Notre seul regret est l’absence d’illustrations des objets étudiés.

12La dernière contribution, rédigée par Laura Mary, fait écho à l’introduction d’Isabelle Algrain, qu’elle complète. S’il est important dans le cadre des recherches sur les sociétés anciennes, le genre l’est aussi dans la pratique contemporaine de l’archéologie, et ce d’autant plus qu’il peut influencer les résultats de ces recherches. Aux États-Unis, à la fin du xxe siècle, les archéologues femmes, qui avaient moins facilement accès aux financements, sont moins nombreuses que les hommes à obtenir le titre de docteur, elles sont plus rarement publiées et l’activité de terrain est considérée comme essentiellement « masculine ». Les choses se sont améliorées à partir des années 2000 mais il est encore compliqué pour une femme archéologue de faire une brillante carrière académique, notamment quand elle cumule plusieurs critères de discrimination. Dans le cas du monde francophone, peu d’études sur le thème sont disponibles et, par là même, il est difficile de mesurer précisément les inégalités entre hommes et femmes au sein de la discipline. La question du genre n’y apparaît pas comme une priorité et les enquêtes sur la place des femmes sont tout simplement inexistantes. Laura Mary parvient tout de même à présenter et analyser des chiffres sur la répartition des tâches, encore fortement genrée. Les femmes assument beaucoup plus fréquemment que leurs collègues des activités pédagogiques, éducatives ou administratives. Beaucoup ont des spécialités pointues mais peu d’entre elles occupent un poste de direction. Le plafond de verre auquel elles se heurtent dans le monde archéologique francophone est donc bien réel. De plus, la déconsidération de leur travail, le harcèlement ou les agressions sexuelles dont certaines ont pu souffrir sont difficiles à mesurer. À l’initiative de Laura Mary, une collecte de témoignages visant à dénoncer ces discriminations a vu le jour sur les réseaux sociaux, notamment avec les pages « Paye ta truelle ». Cette collecte a donné lieu à la création, en 2019, de l’exposition itinérante « Archéo-sexisme », ainsi qu’à la charte du chantier éthique pour un lieu d’apprentissage et de travail respectueux. Par cet article et ces initiatives, Laura Mary en appelle à la prise de conscience et à l’action collective.

13L’ensemble de ces contributions sont édifiantes à plus d’un titre. Elles abordent, à partir de différents contextes géographiques et culturels, l’importance des intersections entre l’anthropologie, l’archéologie et les études de genre et des croisements entre les études de mobiliers, de documents iconographiques, des contextes funéraires et des ossements. L’esprit collectif qui a présidé à la réalisation de cet ouvrage se manifeste notamment à travers les références que font les autrices aux publications de leurs consœurs. Leurs thématiques et méthodologies, très complémentaires, invitent à un riche tour d’horizon des pratiques possibles en archéologie du genre.

14Grâce à la lecture de ces articles, nous comprenons que l’outil du genre appliqué à l’archéologie soulève de nouvelles questions et permet de nuancer les interprétations antérieures des données. Ce faisant, il éclaire de façon novatrice des pans des sociétés anciennes rarement mis en lumière, car ils étaient jusqu’alors restés cachés par les préjugés et le manque d’intérêt des chercheurs. Il ne s’agit pas d’énoncer des généralités et de les appliquer à toutes les données, mais d’élaborer une méthodologie et d’adapter un outil à chaque contexte, chaque étude.

15Ainsi, l’objectif de la publication est bel et bien atteint. Les renseignements sur l’archéologie du genre sont riches mais accessibles, ce qui facilite leur diffusion, de la théorie et de l’historiographie aux exemples pratiques et méthodologiques. Ils représentent également un point de départ pertinent pour une initiation à l’archéologie du genre grâce à la présence de définitions essentielles et de bibliographies actualisées. L’ouvrage peut donc être utilisé comme un véritable outil de travail.

16Nous aurions aimé voir abordées d’autres régions ou civilisations, mais tout ne peut être traité en une fois, il faut donc espérer que d’autres publications du même type suivront. Il serait souhaitable également que des chercheurs – absents de cet ouvrage collectif comme du numéro 140 des Nouvelles de l’archéologie dirigé par Caroline Trémeaud –, s’intéressent eux aussi à l’archéologie du genre. Toutefois, en privilégiant les signatures féminines, l’Université des Femmes ouvre un espace de visibilité essentiel pour les chercheuses en archéologie qui, comme le rappelle Laura Mary, est une discipline encore très touchée par le sexisme.

Haut de page

Notes

1 https://doi.org/10.4000/nda.2951.

2 La tradition fait des Téménides les descendants de Téménos, fils d’Héraclès originaire de la cité d’Argos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludivine Capra, « Compte rendu : Archéologie du genre : construction sociale des identités et culture matérielle, Isabelle Algrain (coord.) Bruxelles, Université des Femmes, 2020 »Les nouvelles de l'archéologie, 163 | 2021, 33-35.

Référence électronique

Ludivine Capra, « Compte rendu : Archéologie du genre : construction sociale des identités et culture matérielle, Isabelle Algrain (coord.) Bruxelles, Université des Femmes, 2020 »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 163 | 2021, mis en ligne le , consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nda/11972 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.11972

Haut de page

Auteur

Ludivine Capra

Étudiante en archéologie, ludivine.capra@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search