Navigation – Plan du site

AccueilNuméros171DossierDe la mobilité au Paléolithique s...

Dossier

De la mobilité au Paléolithique supérieur : entre archéologie et ethnographie

Claudine Karlin et Jean-Philippe Rigaud
p. 14-21

Résumés

La mobilité des groupes du Paléolithique supérieur est-elle assimilable à du nomadisme ? N’ayant accès qu’à une petite partie de l’information, nous nous aidons de l’ethnographie pour comprendre ce qu’est un campement nomade en environnement périglaciaire et voir si les occupations que nous fouillons offrent des réponses semblables à des contraintes pour certaines similaires. Qu’ils aient occupé des abris-sous-roche ou dressé une structure de protection, cet espace approprié ne l’a été qu’un moment, les groupes se déplaçant selon des impératifs liés à l’acquisition des ressources végétales, animales et minérales, ainsi qu’à l’entretien des liens sociaux. Si notre objectif est d’identifier les mouvements des préhistoriques au fil des saisons, nous les étudions essentiellement à travers un lieu fixe qu’ils ont occupé à un moment T. Il apparaît que l’on peut schématiser cette appropriation de l’espace par des cercles emboîtés. Au cœur se trouve l’habitation, concrétisation de l’unité sociale. Autour le campement cumule espaces privés des habitations et espaces collectifs. Au-delà s’étend l’espace exploité à partir du campement. Enfin vient le territoire parcouru au fil des saisons pour s’approvisionner ou échanger.
L’interaction étroite entre sociétés humaines et environnement que l’homme exploite pour survivre oblige à une souplesse de l’organisation sociale. De nombreux critères affichent tant le statut de chaque individu que celui de chaque cellule sociale. La répartition des tâches genrée concerne autant l’acquisition de nourriture que le bon déroulement de la vie quotidienne.
Pour survivre et, notamment, pour bien évaluer la relation temps/environnement à exploiter, un vaste registre de connaissances est nécessaire. Chaque famille, unité socio-économique de base, peut trouver ou fabriquer la totalité des objets nécessaires à sa vie. S’il y a une polyvalence technique des individus, une répartition des compétences s’exprime dès l’apprentissage qui inscrit très probablement ceux-ci dans un genre. Enfin, des pratiques rituelles leur permettent de penser exercer une sorte de contrôle sur leur devenir.
Il s’agit bien pour nous d’un nomadisme au Paléolithique supérieur. Mais, parce que nous connaissons des haltes de courte et de longue durée, nous ne saurions dire si la norme était un nomadisme strict ou un quasi-nomadisme. Le site de Pincevent (Seine-et-Marne), permet d’illustrer cette approche du nomadisme préhistorique : il offre à la fois des occupations d’automne de courte durée et une occupation d’hiver de longue durée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Le fait humain par excellence est peut-être moins la création de l’outil que la domestication du temps et de l’espace, c’est-à-dire la création d’un temps et d’un espace humains » écrivait André Leroi-Gourhan (1965 : 139). La mobilité des groupes préhistoriques au Paléolithique supérieur constitue-t-elle l’apogée de ce mouvement qui, plus tard, prit un autre visage avec la sédentarisation ? Notre réflexion repose sur plusieurs paradoxes :

  • c’est souvent par opposition à la sédentarité qu’est défini le nomadisme. Or, au Paléolithique, il existe seulement différents rythmes de mobilité ;
  • c’est à certaines formes de pastoralisme que les ethnologues associent le nomadisme (Digard 2023 ; Ferret 2012) : au Paléolithique, où l’élevage n’existe pas, le nomadisme est pris au sens strict ;
  • enfin, nous étudions ces groupes paléolithiques lorsqu’ils occupent un espace fixe pour un temps plus ou moins limité. Si nous pouvons tenter de savoir d’où ils viennent, il nous est impossible de connaître leur destination lorsqu’ils partent. Nous observons leur mobilité à travers la fugacité des installations et quelques liens avec un ailleurs que nous tentons de mettre en évidence.

Méthodologie

2Les paléolithiques qui évoluaient dans des régions calcaires se sont appropriés pour un temps plus ou moins bref des abris-sous-roche ou des grottes tandis qu’en plaine ils dressaient un refuge plus ou moins élaboré, simple tente ou habitation presque stable. Ces cas de figure appellent des méthodes de fouille différentes en raison de processus de sédimentation différents, l’objectif étant dans tous les cas de mieux comprendre la mobilité des groupes humains.

3En grotte et en abri-sous-roche, l’espace est contraint par les parois naturelles, encombré de blocs et rarement sans vestiges. Il en résulte des accumulations complexes séparées par des apports sédimentaires souvent perturbés. Ce palimpseste rend difficile la distinction des phases d’occupation et la lecture des règles qui ont prévalu aux installations, même si des avancées importantes sont possibles grâce à de nouveaux moyens d’étude permettant de comprendre si elles ont été ou non le fait d’un même groupe, à quel moment de l’année, s’il y a eu des interruptions saisonnières, etc. L’organisation des vestiges suggère néanmoins des passages successifs et temporaires, donc liés à une mobilité.

4Pour l’habitat en plaine, certains sites offrent une sédimentation qui permet de distinguer des occupations successives. Elle est parfois assez fine pour laisser supposer que le même groupe est revenu d’une année sur l’autre à la même période. À la belle saison, qu’il y ait tente ou simple abri, la vie a pu se déployer à l’air libre, sans contrainte de paroi : il est alors possible d’approcher la manière dont l’espace a été occupé dans la mesure où les postes de travail ne se superposent pas. L’hiver, la vie se concentrait à l’intérieur de l’habitation, contrainte par ses parois, l’extérieur étant à la fois lieu de dépôt et d’activités temporaires.

Apport de l’ethnographie

5Si l’expérimentation peut aider à comprendre des phénomènes techniques, aucune ne permet d’approcher le mode de vie des nomades de la Préhistoire. Aussi, notre réflexion de préhistoriens se nourrit-elle d’une approche ethnographique. Lorsqu’elle étudie des sociétés dont l’économie de subsistance se rapproche de celle des populations préhistoriques, l’ethnographie nous permet de mieux comprendre l’objet de notre étude car les faits archéologiques ne parlent pas d’eux-mêmes : l’information archéologique est statique (descriptive), l’observation ethnologique est dynamique, il faut passer de l’une à l’autre (Binford 1978). Cela est vrai tant pour l’analyse de ce que nous révèle la fouille que pour l’évocation de ce qui nous manque, le mouvement, sachant que le campement n’est qu’un élément du mouvement.

  • 1 . Notre enquête en Alaska a été financée par la Wenner-Gren foundation for Anthropological research (...)
  • 2 . Nos enquêtes en Sibérie ont été financées par l’Institut Paul-Émile Victor, le ministère des Affa (...)

6Nous partons du présupposé que le mode de vie fondé sur la mobilité dans un environnement donné implique certaines constantes, quelle que soit l’époque ou la culture. Ce présupposé a guidé les enquêtes ethnographiques que nous avons menées dans un environnement périglaciaire présentant des similitudes avec celui des dernières phases glaciaires sous nos latitudes, au nord de l’Alaska1 ou en Sibérie2. En augmentant les possibilités de réponses similaires à des contraintes pour partie similaires, il autorise des hypothèses interprétatives à confronter aux données archéologiques qui ont le dernier mot. Pour distinguer les contraintes des choix culturels, nos enquêtes ont fait varier les latitudes et donc les paysages, les saisons, les cultures.

7L’articulation entre archéologie et ethnographie est à double sens :

  • a) de l’archéologie vers l’enquête ethnographique : la recherche d’une expérience élargie permet d’élaborer de nouvelles réponses aux questions posées par le matériel archéologique, car nous ne formulons des hypothèses qu’à partir de nos connaissances ; 
  • b) de l’enquête ethnographique vers les données archéologiques : la participation à la vie d’un campement de nomades actuels (fig. 1) permet de percevoir tout ce que génère cette vie, alors que le matériel à partir duquel réfléchit l’archéologue n’en n’est qu’un reflet partiel en raison de la conservation différentielle des vestiges.

8Les deux mouvements peuvent interférer. Dans un village Nunamiut, la fouille de sites occupés par les ancêtres des familles interviewées a permis de confronter les observations archéologiques aux informations orales (Delpech & Rigaud 1974). De même, O. Kuznetsov (2013) croise des analyses de campements paléolitiques de Transbaïkalie (Fédération de Russie) avec des enquêtes ethnographiques menées chez les Evenks de la même région.

Fig. 1. Kamtchatka, 2001. Familles d’éleveurs Koriaks récemment sédentarisées retrouvant une mode de vie nomade le temps d’un campement lors d’un travail sur le troupeau collectif en mai, alors que les rennes femelles ne vont pas tarder à mettre bas. © Ethno-Renne/Beyries-Karlin.

Fig. 1. Kamtchatka, 2001. Familles d’éleveurs Koriaks récemment sédentarisées retrouvant une mode de vie nomade le temps d’un campement lors d’un travail sur le troupeau collectif en mai, alors que les rennes femelles ne vont pas tarder à mettre bas. © Ethno-Renne/Beyries-Karlin.

La mobilité

9Les observations faites sur différents types de campements (saisonnalité d’occupations, types d’activités, localisations géographiques dans un espace donné, etc.) attestent que les groupes préhistoriques se déplaçaient selon les cycles de développement de la végétation, l’éthologie des espèces animales, l’accessibilité des ressources minérales. Leur approvisionnement dépendait des variations de ces différents cycles. L’essentiel de ce qui rendait la vie possible était prélevé sur l’environnement et constamment renouvelé (alimentation, vêtements, couverture des abris, équipement technique), au gré des étapes organisées pour satisfaire ces besoins. Ce à quoi s’ajoutait la fréquentation de lieux de rencontre avec d’autres groupes qui permettait des échanges.

10L’on infère de la succession de retours à la même saison sur les sites à stratigraphie comme Pincevent (Seine-et-Marne), Verberie (Oise) ou Étiolles (Essonne) que la mobilité s’effectuait sur des parcours connus où chaque étape était choisie en fonction des ressources offertes par la chasse (Pincevent), la pêche et la cueillette ou la collecte du silex (Étiolles).

Temps/espace

11Le temps se déploie à travers l’espace et tous deux sont liés : en fonction des conditions saisonnières, donc du temps, les groupes occupaient certains lieux qu’ils savaient favorables et qui devenaient leur espace à ce moment-là. Il y a une relation étroite entre un espace parcouru, connu, humanisé et un temps approprié au fil des saisons, devenus à dimension humaine puisque pensés. L’ethnographie montre que la mobilité organisée n’exclut pas des déviations en fonction d’une appréciation de conditions plus ou moins favorables.

12En nous appuyant sur ce que nous avons observé lors de nos enquêtes ethnographiques, nous proposons d’aborder l’occupation de l’espace préhistorique à travers plusieurs cercles emboîtés, aux frontières variables, qui représentent l’espace vécu.

Espace sauvage

13L’espace sauvage est celui que l’homme ne s’est pas approprié. Au Paléolithique, il se réduit dans une grande partie de la France : la multiplication des opérations de diagnostic, la réalisation de fouilles d’ampleur en contexte préventif comme programmé, la mise en place de programmes collectifs de recherche mettent en évidence une intensification progressive de l’occupation de l’espace (voir par exemple Angevin et al. 2018 pour le centre de la France). Des études naturalistes reconstituent le paysage, topographique et végétal, et donc l’éventail des choix possibles pour la mobilité humaine. L’ethnographie montre que si la relation à l’espace occupé et parcouru fait l’objet de nombreux rituels, l’espace sauvage est source d’inquiétude.

Le territoire

14Des territoires au Paléolithique, nous savons peu de choses bien que des études de plus en plus nombreuses tentent de les cerner. Leur dimension économique, probablement déterminée par les contraintes géographiques, se double d’une dimension symbolique, supports, en effet, d’une conception du monde que nous devinons à partir de la circulation de certains biens sur des distances plus ou moins longues. Ils s’analysent à plusieurs échelles. « […] Territory corresponds to the occupation of a given space by (groups) that share the same value system and whose culture is identical » (Delvigne & Raynal 2021: 248) : ils correspondent aux identités culturelles qui s’inscrivent au sein d’un espace habité par des groupes partageant une même culture (Langlais 2009) et s’expriment en réseaux traduisant les liens que que ces groupes tissent entre eux. L’existence d’un territoire, entendu comme un « espace de relations, sillonné par une série d’itinéraires, de lignes qui connectent entre eux des lieux [et] mettent l’espace en ordre, lui donnent sens et le font devenir territoire » (Collignon 2003 : 5), suppose des relations avec d’autres territoires.

15La mise en évidence de la circulation de certains matériaux ou objets permet d’imaginer ces réseaux à travers tout l’Hexagone et au-delà, et de caractériser les espaces exploités. Si nous ne connaissons ces peuples paléolithiques mobiles qu’à travers l’analyse d’étapes fixes, nous émettons des hypothèses sur leurs circulations grâce aux matières exogènes parfois acquises en exploitant des lieux éloignés, comme le prouve la présence de silex allochtone sur de nombreux sites, ou par échange de pièces rares, à l’exemple d’homalopoma sanguineum (Linnaeus 1758), un coquillage méditerranéen qui peut se retrouver en Dordogne (Henry-Gambier et al. 2019) et même en Rhénanie (Street et al. 2006).

16À l’échelle d’un groupe, le territoire est l’espace parcouru sur un cycle annuel, c’est-à-dire saisonnier. Il est pensé, organisé et défini par les ressources qu’il offre à chaque moment et à chaque lieu, par les points de rencontres qu’il permet, sans doute aussi par sa charge symbolique. « The perception of the territory is not expressed by a surface, but in a linear form by routes linking points of strong interest » (Delvigne & Raynal 2021 : 251). Ces lignes ont des densités différentes selon qu’il s’agit des campements successifs de l’ensemble du groupe au cours de sa nomadisation ou des haltes, occasionnelles ou répétées, d’individus mobiles qui ont quitté ce groupe pour des raisons économiques ou symboliques et y sont revenus pour le bien de tous.

17Chaque groupe, au cours de son parcours, en rencontre d’autres, ce qui permet des échanges essentiels pour l’entretien des relations sociales et le brassage génétique. Si, au Paléolithique, la circulation des objets permet de construire des hypothèses, celle des individus ne peut être établie qu’à partir des données de la paléogénétique.

18Se pose alors la question des « bagages ». Le nomade ne possède, dit-on, que l’essentiel. Mais cet essentiel peut peser lourd, comme la couverture d’une tente. Au Paléolithique, le groupe est dépourvu d’animaux de bât et autres moyens de transport. Il devait donc pouvoir porter ce dont il avait besoin. Se pose en corollaire la question des réserves alimentaires ou des dépôts d’objets, difficiles à documenter archéologiquement. On citera l’exemple rare de Chaumois « hameau des Bries » (Yonne), où une cache de lames de silex a été reconnue (Bodu et al. 2016). L’ethnographie montre que, dans l’Arctique, des stratégies de stockage dispersent en de multiples endroits des caches alimentaires où sont entreposés des morceaux de viande (Roué 1985).

Espace exploité à partir du campement

19On peut supposer que les sociétés nomades du Paléolithique exploitaient leur environnement de façon assez proche de celle des chasseurs-collecteurs actuels ou subactuels, c’est-à-dire de manière collective et dans le cadre de pratiques de coopération et d’accès partagé. Les remontages osseux entre les unités du campement IV20 de Pincevent confirment l’existence d’un tel partage, fondamental pour l’entretien des liens sociaux.

20L’exploitation de l’espace à partir du campement répond aux besoins du quotidien, à l’objectif de la halte, aux réserves à prévoir. Il s’agit de sorties quotidiennes dans un environnement proche, répétées à de multiples reprises, individuelles ou collectives. Identifiable à travers ce qui a été pris dans un rayon proche et rapporté dans l’habitation, l’espace exploité dans ce cadre est à géométrie variable, selon l’objectif visé. À Pincevent, les pierres des foyers proviennent ainsi du fleuve proche, alors que le bois de chauffe a sans doute été récolté plus loin, si l’on en croit les reconstitutions d’un paysage ouvert (Leroyer et al. 2014).

21De temps en temps, un ou plusieurs membres du groupe, chargés d’une mission d’approvisionnement ou d’établir un contact avec un groupe voisin, partent sur de plus longues distances avant de revenir au campement. De telles absences, qui participent des variations de la morphologie sociale du groupe, sont difficiles à identifier en préhistoire mais largement documentées en ethnographie. Le campement est levé lorsque le milieu proche ne répond plus aux besoins ou que des rassemblements sont prévus.

Le campement

22La mobilité dans l’espace se double d’une grande flexibilité de la morphologie sociale, imposée par les capacités de l’exploitation saisonnière. Les nomades procèdent à un perpétuel ajustement entre les moyens humains et techniques, l’état des ressources naturelles et la satisfaction des besoins. Sur ces dispersions/regroupements se greffent, nous l’avons vu, des déplacements de production, quotidiens ou occasionnels, individuels ou en petit groupe. À cette souplesse de l’organisation sociale correspondent des occupations de nature et de densité différentes (Fougère 2011 ; Audouze 2007). Au Paléolithique, les groupes se rassemblaient ou se dispersaient selon des rythmes que nous ignorons mais qui expliquent les différentes natures des occupations identifiées. Quel qu’il soit, le campement est un espace approprié collectif.

23Il existe quelques exemples de campements en grotte profonde, comme à la Salle du Fond d’Enlène à Montesquieu-Avantès en Ariège (Clottes & Begouën 1989) ou dans la galerie basse de la grotte de la Garma à Ribamontán al Monte en Cantabrie espagnole (Ontañón 2003) (fig. 2), toutes deux occupées par des Magdaléniens. Ils sont à distinguer des campements fréquentés par les membres d’un groupe vivant à l’extérieur de certaines grottes ornées comme la Mouthe ou les Combarelles (Les Eyzies, Dordogne) dont l’auvent qui protégeait l’habitat a été détruit. Dans les régions à vallées encaissées, il peut paraître compréhensible que des abris sous roche offrant une protection naturelle soient des points d’attraction. Ainsi, près de quatorze niveaux identifiés sur les parvis des grottes jointives du Renne et du Bison (Arcy-sur-Cure, Yonne) iraient d’un Moustérien ancien à du Chatelperronien (Leroi-Gourhan 1961 ; David et al. 2005).

Fig 2. Grotte de La Garma (Cantabrie, Espagne) : des structures construites de la zone IV de la Galerie inférieure, situées à environ 130 mètres de l’entrée, suggèrent un campement magdalénien. © Proyecto de estudio integral del complejo arqueológico de La Garma.

Fig 2. Grotte de La Garma (Cantabrie, Espagne) : des structures construites de la zone IV de la Galerie inférieure, situées à environ 130 mètres de l’entrée, suggèrent un campement magdalénien. © Proyecto de estudio integral del complejo arqueológico de La Garma.

24On sait aujourd’hui que des espaces de plein air ont été reconnus comme des endroits stratégiques pour installer un campement et y revenir régulièrement, pendant un temps plus ou moins long. Nous pouvons supposer les raisons de ce choix – la proximité de l’eau, une voie de passage du gibier, un gisement de silex, et sans doute une certaine protection –, en observant la topographie des lieux, même si le paysage a forcément changé. Sur le site des Bossats à Ormesson (Seine-et-Marne), les préhistoriques sont venus à plusieurs reprises entre - 50 000 et - 19 000 (Bodu et al. 2019). À Pincevent, les Magdaléniens ont établi vingt-sept campements successifs en un siècle sur les mêmes berges de la Seine, avant de les abandonner définitivement (Orliac 2014).

25Les campements peuvent être de nature diverse. Un campement d’agrégation répond d’abord à des objectifs sociaux ou symboliques. En préhistoire, il est difficile de le distinguer d’un campement résidentiel, qui rassemble un groupe autour d’activités de production et de consommation comme à Pincevent, où plusieurs familles de Magdaléniens revenaient chasser le troupeau de rennes migrant vers les pâturages d’hiver, ou à Étiolles, où la qualité du silex attira plus de sept occupations successives. Sous sa forme légère, le campement peut être simple halte d’une poignée individus venus faire provision de silex sur un gîte, comme à l’atelier de taille des Marineaux à Leigné-les-Bois dans la Vienne (Foucher & San Juan 1994), avant de s’en retourner au campement résidentiel.

26Un campement résidentiel comprend des espaces collectifs et des espaces privés. Dans les premiers s’installent des postes de travail temporaires, souvent masculins, témoignant de moments d’activité plus ou moins répétés, lieux de coopération technique, de rencontres ou de réunions. En préhistoire, les formes variables des foyers extérieurs, lorsqu’il y en a, suggèrent une gestion différentielle de la chaleur nécessaire aux activités techniques grâce à des remaniements impossibles à réaliser dans le foyer domestique.

27Si l’exploitation des milieux est collective, les sociétés de chasseurs-cueilleurs ne sont pas égalitaires et l’ethnographie montre que de nombreux critères entrent en ligne de compte pour définir et afficher le statut de chacun(e). Dans un campement résidentiel, la disposition des tentes ancre dans l’espace des relations de coopération et de hiérarchie, ce qui a été mis en évidence à Pincevent. De plus, les unités sociales s’organisent en respectant des espaces domestiques élargis autour de chaque habitation, ou en se rapprochant en raison de liens parentaux ou d’allégeance.

L’habitation

28Quel que soit l’environnement, l’habitation renvoie à l’appropriation d’un espace pour un temps donné, concrétisation affichée de l’unité sociale qui y vit et dont on peut penser qu’il s’agit d’une famille dans les campements résidentiels ou d’un groupe d’individus dans les haltes logistiques. Sa précarité est au cœur du mode de vie nomade : abri immuable qu’on est sûr de retrouver et qu’on prend tel qu’il est, ou appropriation d’un espace marqué ou non par une super-structure facile à construire avec des matériaux aisément transportables. On peut avancer qu’au Paléolithique le foyer, symbole de l’unité sociale qui le met en place et autour duquel se déroulent les activités du quotidien, en est le marqueur essentiel, plus certainement que la structure de protection.

29L’habitation en plaine, variable en fonction des saisons et des matériaux disponibles, s’intègre à l’environnement par sa position et son orientation qui obéissent à de nombreux critères, dont des contraintes sociales ou symboliques. Elle s’adapte au nombre d’individus qu’elle doit abriter.

30Une habitation de belle saison en plaine s’organise de manière lisible, puisque sans contrainte spatiale. Le foyer autour duquel se déroule la vie quotidienne représente le centre de l’espace domestique principal. Au-delà, un espace domestique élargi permet de développer des activités propres à l’unité, tant domestiques que techniques. On peut ne pas distinguer le passage de l’un à l’autre à la belle saison, quand la vie se déroule en plein air ou que les parois de l’abri ont été relevées, alors que l’hiver, la couverture de la tente, marquée ou non par un alignement de pierres, sépare nettement l’intérieur et l’extérieur. Dans les campements contemporains, l’espace domestique élargi sert aussi à stocker ce dont on n’a pas un usage quotidien, ce qui devait être le cas pour les occupations préhistoriques.

31Chez les nomades actuels et sub-actuels, l’espace domestique principal est divisé en zones qui spatialisent les rapports sociaux et répondent au partage des tâches, pilier qui permet de construire le social : « L’habitat est […] modulable mais sa partition conceptuelle n’en est pas pour autant modifiable. Ainsi par exemple, partie féminine et partie masculine, locus public et locus privé, aire de réception et aire de repos, zone domestique et zone sacrée ne cesseront d’articuler et de structurer l’espace vécu » (Coudart 1997 : 3). Nous pensons qu’il en était de même au Paléolithique, de nombreux indices laissant à penser qu’il s’agissait d’une société parfaitement structurée. C’est dans cette optique qu’ont été analysées les habitations du campement magdalénien de Pincevent. L’habitation en grotte ou abri-sous-roche a dû obéir à des règles similaires, dans la mesure où s’y exprime sans doute un mode d’organisation constituant de la culture des groupes du Paléolithique supérieur, adaptée aux contraintes spatiales inhérentes à chaque espace (fig. 3).

32Enfin, les techniques des peuples nomades se caractérisent par une simplicité des moyens, même si certaines impliquent de schémas mentaux aussi complexes que ceux qui président à la taille du silex. Elles se caractérisent par la nature éphémère de beaucoup d’objets, plus ou moins durables le temps d’un campement, voire d’un usage unique. Certains, galets ou pierres, sont utilisés tels qu’ils ont été ramassés, comme outils ou mobiliers. D’autres résultent d’une transformation de la matière, comme les peaux préparées pour la confection de vêtements. Enfin, nombre d’entre eux sont abandonnés au départ. Chaque famille peut trouver ou fabriquer la totalité des objets nécessaires, selon une répartition genrée des compétences qui s’articule à une large polyvalence technique des individus.

Fig. 3. Organisation d’une habitation nomade magdalénienne, l’habitation 27-M89 du campement IV20 de Pincevent. © Centre archéologique de Pincevent.

Fig. 3. Organisation d’une habitation nomade magdalénienne, l’habitation 27-M89 du campement IV20 de Pincevent. © Centre archéologique de Pincevent.

Nomadisme ou quasi-nomadisme

33Ainsi, la mobilité conditionne la culture des individus qui la pratiquent, tant dans les relations sociales que dans une relation au monde. C. Ferret (2013 : 11) propose une liste de types de nomadisme dont nous retiendrons les deux premiers :

  • Un nomadisme strict : « tout le groupe domestique formant une unité de production et comprenant une ou plusieurs familles […] nomadise toute l’année sur des trajectoires stables sans station prolongée (plus de deux ou trois mois) au même endroit ». Nous pourrions parler d’un nomadisme strict si nous pouvions montrer qu’une unité de production paléolithique circulait toute l’année sur des trajectoires stables sans station prolongée au même endroit. Mais, nous l’avons dit, nous ne connaissons qu’une station et nous ne savons pas ce qui se passe ailleurs le reste de l’année.
  • Un quasi-nomadisme : « Tout le groupe nomadise avec un habitat fixe en une saison », un campement stable de plusieurs mois, aux structures d’habitation permanentes ou mobiles. Les cabanes en os de mammouth, comme celles de Gontsy en Ukraine (Djindjian & Iakovleva 2017), pourraient être des habitats de longue durée. Cette stabilité induit nécessairement la mobilité de quelques-uns des membres du collectif envoyés chercher des ressources à rapporter et implantant des stations satellites plus légères. Si pour les premiers nous parlerons de quasi-nomadisme, pour ces derniers nous garderons le terme de mobilité. Après un long séjour, la levée du campement entraîne soit le mouvement de l’ensemble du groupe (fig. 4), soit sa division en sous-groupes chargés ou non chacun d’une tâche particulière lors de stations de plus courte durée, en vue de constituer des réserves ou de participer à des rencontres.

Fig. 4. Déplacement d’un campement d’éleveurs-chasseurs nomades Dolganes. Taïmyr 1995. © Ethno-Renne/David-Karlin.

Fig. 4. Déplacement d’un campement d’éleveurs-chasseurs nomades Dolganes. Taïmyr 1995. © Ethno-Renne/David-Karlin.

L’exemple des campements magdaléniens de Pincevent (Seine-et-Marne)

34L’approche de la mobilité des groupes préhistoriques du Paléolithique supérieur que nous venons de développer s’appuie autant sur des données archéologiques qu’ethnographiques. L’étude des campements du site de Pincevent en est une illustration (Julien & Karlin 2014). La stratigraphie y montre un retour régulier des Magdaléniens pour de courts séjours, pendant près d’un siècle. Il s’agit sans doute du même groupe revenant lors de la migration automnale du troupeau de rennes sauvages pour un abattage. À chaque retour, il apportait des outils en silex tertiaire provenant du centre de l’Île-de-France et peut-être taillés lors d’une étape antérieure.

35Le campement résidentiel du niveau IV20 (fig. 5) se caractérise par une stabilité de la morphologie sociale car, pendant le bref laps de temps de l’occupation, le travail est important en raison de l’abattage de plus de 75 rennes. En conséquence, la nourriture carnée est abondante : les remontages d’os témoignent d’un généreux partage du gros gibier. Les quatre habitations présentent un espace domestique principal autour duquel se déploie un espace domestique élargi, deux d’entre elles partageant celui-ci, sans doute en raison de liens particuliers. Selon nos hypothèses, la position de chacune répondrait à un critère de hiérarchie, avec une unité sociale dominante à l’est. Désignée comme celle du maître-de-chasse, elle est ouverte à l’ouest, à l’inverse des autres. Elle est par ailleurs doublée d’une unité elle aussi tournée vers l’ouest et qui, ni habitation ni atelier, a été interprétée comme un lieu social ou rituel. Dans le campement, la majorité des ateliers semble dédiée à des activités masculines de taille ou de fabrication d’armes ; deux pourraient être féminins si l’on accepte, comme c’est le cas chez les peuples nomades de l’Arctique aujourd’hui, que le travail des peaux soit dévolu aux femmes. À l’intérieur de chaque habitation, l’organisation se déploie à partir de l’emplacement que nous interprétons comme masculin, identifiable grâce à un poste où se préparent les armes, alors qu’à l’opposé, par rapport au foyer, une zone plus large identifiée comme féminine est liée à la mise en place de ce foyer et à l’entretien des combustions.

36Le campement du niveau IV0, dernière occupation magdalénienne à Pincevent, a perduré pendant les huit mois d’hiver (Bodu et al. 2006). Doit-on y voir la trace d’un quasi-nomadisme au Magdalénien ? Les occupants des courts campements d’automne faisaient-ils des stations prolongées dans des habitations plus lourdes en d’autres lieux pendant l’hiver ?

37Même un quasi-nomadisme long ne peut être associé à une « sédentarité » car, si une partie du groupe reste sur place, quelques-uns de ses membres doivent être mobiles pour approvisionner le campement, une fois épuisées les ressources naturelles environnantes.

Fig. 5. Organisation du campement IV20 de Pincevent montrant la position dominante du « maître-de-chasse » 36-T112. CAD M. Hardy.

Fig. 5. Organisation du campement IV20 de Pincevent montrant la position dominante du « maître-de-chasse » 36-T112. CAD M. Hardy.

En guise de conclusion

38L’analyse archéologique des cultures préhistoriques fait nécessairement référence aux données environnementales périglaciaires du Pléistocène (climat, faune et flore) dont dépendent en tout ou partie les technologies, les modes de vie et l’organisation sociale des groupes humains. L’interprétation « spontanée » des observations ne peut reposer sur la seule imagination du chercheur, elle se nourrit de l’analyse et de la description des pratiques de ces groupes qui ont vécu ou vivent dans des environnements similaires. Cette démarche est à la base de l’ethnoarchéologie qui oriente notre recherche, des méthodes appliquées sur le terrain jusqu’à l’interprétation des observations qu’elle nourrit, au même titre que les études géologiques, botaniques et faunistiques. Ainsi s’élaborent, à un moment donné de la recherche, des interprétations que l’avancée des travaux ou l’évolution des idées peuvent confirmer ou remettre en question. C’est dans cette optique que nous proposons un schéma de ce qui nous paraît constituant d’une mobilité et d’un nomadisme au Paléolithique supérieur.

Haut de page

Bibliographie

Angevin R., Kildea F., Djemmali N.-E. & Mevel L. 2018. « Le Paléolithique supérieur dans le sud du Bassin parisien à la lumière des découvertes récentes : faits attendus, faits nouveaux ». In: « Préhistoire de la France centrale : actes du colloque interrégional de Montluçon (Allier), 19 novembre 2016 », Études archéologiques, 18 : 49-72.

Audouze F. 2007. « Mobilité résidentielle et stratégie de subsistance dans le Magdalénien du Bassin Parisien ». In: P. Rouillard, C. Perlès & E. Grimaud (éd.). Mobilités, immobilisme. Immitation, transfert et refus d’emprunt. Nanterre, De Boccard : 27-44. En ligne : https://hal.science <hal-00186803.

Binford L. R. 1978. Nunamiut Ethnoarchaeology. New-York, Academic Press, 509 p.

Bodu P., Julien M., Valentin B. & Debout G. 2006. « Un dernier hiver à Pincevent : les Magdaléniens du niveau IV0 (Pincevent, La Grande Paroisse, Seine-et-Marne) », Gallia préhistoire, 48 : 1-180.

Bodu P., Taylor A., Chesnaux L., Fernandes P. & Rue M. 2016. « On a caché des lames de silex dans l’Icaunais ! Le gisement du Paléolithique supérieur de Chaumois “hameau des Bries” à Appoigny (Yonne, France). Approche préliminaire de l’industrie lithique provenant d’un amas ». In: Préhistoire de l’Europe du Nord-Ouest: mobilité, climats et identités culturelles : actes du XXVIIIe Congrès préhistorique de France, Amiens, mai 2016. Paris, Société préhistorique française : 207-229. hal-02474503.

Bodu P., Baillet M., Ballinger M., Dumarçais G., Goutas N., Julien M.-A., Laccarière J., Legrag-Pineau A., Lejay M., Leroyer M., Lucas C., Moine O., Naton H.-G., Peschaux C., Salomon H., Stoetzel E., Suire J., Théry-Parisot I. & Touzé O. 2019. « Le gisement paléolithique multistratifié “les Bossats” à Ormesson (Seine-et-Marne, France) : palethnographie ou pâle ethnographie ? Une synthèse des huit premières années de fouille (2009-2016) ». In: Préhistoire de l’Europe du Nord-Ouest: mobilité, climats et identités culturelles : actes du XXVIIIe Congrès préhistorique de France, Amiens, mai 2016. Paris, Société préhistorique française : 231-261. hal-02473149v 2.

Clottes J. & Bégouën R. 1989. « La caverne d’Enlène à Montesquieu-Avantès (Ariège) : rapport de fouille programmée », 29 p.

Collignon B. 2003. « Quelle géographie pour le territoire inuit ? ». In: P. Huret (éd.). Les Inuit de l’Arctique canadien. Québec (Québec, Canada), Université Laval (Cidef/Afi – Centre international de documentation et d’échanges de la francophonie / Agora francophone internationale, coll. « Francophonies ») : 35-48.

Coudart A. 1997. « À propos de l’espace habité. L’espace créateur de durée ». In: G. Auxiette, L. Hachem & B. Robert (dir.). Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du fer. Paris, éditions du Cths (Comité des travaux historiques et scientifiques) : 23-30.

David F., Connet N., Girard M., Miskovsky J.-C., Mouret-Chauvire C. & Roblin-Jouve A. 2005. « Les niveaux du Paléolithique supérieur à la grotte du Bison (Arcy-sur-Cure, Yonne) : couches a à d. », Revue archéologique de l’Est, 54-176. En ligne : http://journals.openedition.org/rae/196.

Delpech F. & Rigaud J.-P. 1974. « Étude de la fragmentation et de la répartition des restes osseux dans un niveau d’habitat paléolithique ». In: H. Camps-Fabrer (dir.). Premier colloque international sur l’industrie de l’os dans la préhistoire, abbaye de Sénanque. Marseille, Université de Provence : 47-55.

Delvigne V. & Draynal J.-P. 2021. « Spaces, areas, routes, sites…, Reading Paleolithic territories ». In: A. Averbouh, N. Goutas & S. Méry (dir.). Nomads Lives from Prehistoric Times to the Present Day. Paris, Museum national d’histoire naturelle : 245-261.

Delvigne V., Lafarge A., Fernandes P., Pesesse D., Angevin R., Bindon P., Langlais M., Piboule M., Queffelec A., Tufféry C. & Draynal J.-P. 2021. « Quels territoires en préhistoire ? Une analyse par réseaux de lieux pour penser l’espace au Paléolithique supérieur ». In: L. Mevel, M.-J. Weber & A. Maier (dir.). Mobilités des hommes, des objets et des idées pendant le Paléolithique supérieur européen. Paris, Société préhistorique française (Séances de la Spf, 17) : 27-69. En ligne : https://www.prehistoire.org/offres/doc_inline_src/515/C_Delvigne_et_al_rgb.pdf.

Digard J.-P. 2023« Être nomade : de quoi parle-t-on et en quels termes ? Considérations lexicales et taxonomiques ». In: C. Ferret, A. Averbouh, N. Goutas & C. Karlin (éd.). En nomadisant : colloque « Qu’est-ce qu’être nomade au fil des temps passés, présents et futurs », Paris, Muséum national d’histoire naturelle, 25-27 novembre 2021. Cahiers d’anthropologie sociale, à paraître.

Djindjian F. & Iakovleva L. 2017. « Le site paléolithique de Gontsy (Ukraine) : un habitat à cabanes en os de mammouths du paléolithique supérieur récent d’Europe orientale », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 161-3 : 1221-1254. DOI : https://doi.org/10.3406/crai.2017.96294.

Ferret C. 2012. « La figure atemporelle du “nomade des steppes” ». In: N. Schlanger & A-Ch. Taylor (dir.), La préhistoire des autres, perspectives archéologiques et anthropologiques: actes de colloque, Inrap et musée du Quai Branly, 18-19 janvier 2011. Paris, La Découverte : 167-182. En ligne : https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=DEC_SCHLA_2012_01_0167.

Ferret C. 2013. « Nomadismes : quelques définitions ». In: Ch. Stepanoff, C. Ferret, G. Lacaze & J. Thorez (éd.). Nomadisme d’Asie centrale et septentrionale. Paris, Armand Colin : 11.

Foucher P. & San Juan S. 1994. « L’atelier de taille paléolithique des Marineaux (Leigné-les-Bois, Vienne) et le problème d’attribution chronologique des sites de plein air du Bassin de la Creuse », Paléo, 6 : 175-196.

Fougère F. 2011. « Pour une modélisation du cycle annuel de nomadisation des chasseurs-cuailleurs : données ethnographiques et conditions d’applications archéologiques », Bulletin de la Société préhistorique française, 108-2 : 201-220. DOI : https://doi.org/10.3406/bspf.2011.14010.

Henry-Gambier D., Rocher P. & Drucker D. 2019. « Étude et description de la sépulture de l’enfant de l’abri Labattut (vallon de Castelmerle, Sergeac, Dordogne, France) », Paléo, 30-1 : 170-203. DOI : https://doi.org/10.4000/paleo.4668.

Julien M. & Karlin C. (dir.) 2014. Un automne à Pincevent, le campement magdalénien du niveau IV20. Paris, Société préhistorique française (Mémoire, LVII), 639 p. En ligne : http://www.prehistoire.org/shop_515-31884-0-0/m57-2014- un-automne-a-pincevent-le-campement-magdalenien-du-niveau- iv20-m.-julien-et-c.-karlin-br-collectif.html.

Kuznetsov O. 2013. « La maison ». In: Ch. Stepanoff, C. Ferret, G. Lacaze & J. Thorez (éd.). Nomadisme d’Asie centrale et septentrionale. Paris, Armand Colin : 82-85.

Langlais M. 2009. « Chronologie et territoires au Magdalénien entre le Rhône et l’Èbre : l’exemple des armatures lithiques ». In: J.-M. Pétillon, M.-H. Dias-Merino, P. Cattelain, M. Honegger, C. Normand & N. Valdeyron (coord.). Recherches sur les armatures de projectile du Paléolithique supérieur au Néolithique: actes du colloque 83, XVe congrès de l’Uispp (Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques), Lisbonne, 4-9 septembre 2006. P@ lethnologie, 1 : 220-249.

Leroi-gourhan A. 1965. La Mémoire et les rythmes: II, Le geste et la parole. Paris, Albin Michel (Sciences d’aujourd’hui), 323 p.

Leroyer C., Allenet de Ribemont G & Chaussé Ch. 2014. « Le paysage végétal durant le tardiglaciaire : Bazoches-lès-Bray, une référence pour le site de Pincevent ». In: M. Julien & C. Karlin (dir.). Un automne à Pincevent, Le campement magdalénien du niveau IV20. Paris, Société préhistorique française (Mémoire, LVII) : 39-48.

Linnaeus C. von. 1758-1759. Systema naturae... 10e édition, 2 vol., Holmiae, Impensis Direct. Laurentii Salvii.

Ontañón R. 2003. « Sols et structures d’habitat du Paléolithique supérieur, nouvelles données depuis les Cantabres ; la Galerie inférieur de La Garma (Cantabrie, Espagne) », L’Anthropologie, 107 : 333-363. En ligne : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0003552103000372.

Orliac M. 2014. « Le contexte stratigraphique ». In: M. Julien & C. Karlin (dir.). Un automne à Pincevent, Le campement magdalénien du niveau IV20. Paris, Société préhistorique française (Mémoire, LVII)  : 31-34.

Roué M. 1985. « Techniques de conservation et rôle des réserves alimentaires dans les sociétés arctiques ». In: M. Gast, F. Sigaut & C. Beutler (dir.). Les techniques de conservation des grains à long terme, leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et de sociétés. Paris, Maison des Sciences de l’Homme, Éditions du Cnrs: 61-75.

Street M., Gelhausen F., Grimm S., Moseler F., Niven L., Sensburg M., Turner E., Wenzel S. & Jöris O. 2006. «L’occupation du Bassin de Neeuwied (Rhénanie centrale, Allemagne) par les Magdaléniens et les groupes à Federmesser (Aziliens) », Bulletin de la Société préhistorique française, 103-4 : 753-780.

Haut de page

Notes

1 . Notre enquête en Alaska a été financée par la Wenner-Gren foundation for Anthropological research. Merci à nos collègues américains et plus particulièrement à Lewis Binford, J. Rulland, Simon et Susie Paneak.

2 . Nos enquêtes en Sibérie ont été financées par l’Institut Paul-Émile Victor, le ministère des Affaires étrangères, le Cnrs. Merci à nos collègues ethnologues russes, Youri Tchesnokov et Vladimir D’Iachenko, ainsi que Valentina Gorbacheva, qui ont partagé sans retenue leurs connaissances des peuples autochtones. Merci à tous ceux qui nous ont accueillis et ont répondu à notre curiosité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Kamtchatka, 2001. Familles d’éleveurs Koriaks récemment sédentarisées retrouvant une mode de vie nomade le temps d’un campement lors d’un travail sur le troupeau collectif en mai, alors que les rennes femelles ne vont pas tarder à mettre bas. © Ethno-Renne/Beyries-Karlin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/14602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig 2. Grotte de La Garma (Cantabrie, Espagne) : des structures construites de la zone IV de la Galerie inférieure, situées à environ 130 mètres de l’entrée, suggèrent un campement magdalénien. © Proyecto de estudio integral del complejo arqueológico de La Garma.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/14602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 3. Organisation d’une habitation nomade magdalénienne, l’habitation 27-M89 du campement IV20 de Pincevent. © Centre archéologique de Pincevent.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/14602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. 4. Déplacement d’un campement d’éleveurs-chasseurs nomades Dolganes. Taïmyr 1995. © Ethno-Renne/David-Karlin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/14602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Fig. 5. Organisation du campement IV20 de Pincevent montrant la position dominante du « maître-de-chasse » 36-T112. CAD M. Hardy.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/14602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Karlin et Jean-Philippe Rigaud, « De la mobilité au Paléolithique supérieur : entre archéologie et ethnographie »Les nouvelles de l'archéologie, 171 | 2023, 14-21.

Référence électronique

Claudine Karlin et Jean-Philippe Rigaud, « De la mobilité au Paléolithique supérieur : entre archéologie et ethnographie »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 171 | 2023, mis en ligne le 12 mars 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nda/14602 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.14602

Haut de page

Auteurs

Claudine Karlin

Cnrs Umr 8068 TEMPS « Technologie et ethnologie des mondes préhistoriques », Maison des sciences de l’homme « Mondes »

Articles du même auteur

Jean-Philippe Rigaud

Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search