Navigation – Plan du site

AccueilNuméros171DossierNomadisme maritime préhistorique ...

Dossier

Nomadisme maritime préhistorique en Méditerranée ?

Jean-Denis Vigne
p. 57-61

Résumés

En Méditerranée comme ailleurs, sans doute, s’accumulent les indices d’un important développement de la navigation entre l’Épipaléolithique, et le début du Néolithique. Ils suggèrent l’existence de groupes sociaux détenteurs de savoirs et de savoir-faire maritimes spécialisés, et invitent à s’interroger sur leur positionnement dans le tissu social à l’échelle locale et régionale, sur leur rôle historique et sur leur mode de vie qui pourrait évoquer une forme de nomadisme.

Haut de page

Texte intégral

1Les restes préhistoriques d’embarcations et d’objets relatifs à la navigation sont rares. Tout au plus dispose-t-on de pirogues monoxyles et de pagaies de la Préhistoire récente conservées en milieux humides (Philippe 2018 ; Marchand et al. ce volume). Les « barques cousues » de la mer Rouge, datant de la première dynastie égyptienne (Tristan et al. 2014), suggèrent néanmoins l’existence d’un savoir-faire naval élaboré au ive millénaire av. notre ère. Si l’on excepte les pirogues de la Baltique, elles sont les seules à évoquer l’existence d’une navigation maritime préhistorique. Les premières épaves marines datent de l’âge du bronze (Uluburun ; Pulak 1998), ce qui a fait longtemps douter de l’existence d’une navigation méditerranéenne un tant soit peu contrôlée avant la fin du Néolithique ou les âges des métaux.

2Cette impression est battue en brèche depuis quelques décennies. Une longue et complexe histoire de la navigation émerge des découvertes concernant les premières présences humaines sur des terres restées séparées des continents de l’Ancien Monde durant toute la Préhistoire (« îles vraies », Vigne 1999, 2014). Le peuplement de l’Australie entre 60 000 et 50 000 BP (par ex. Dortch & Malaspina 2017) ne laisse guère de doute sur l’existence d’un certain niveau de maîtrise de la navigation en Asie du Sud-Est il y a plusieurs dizaines de milliers d’années. L’apparition de sociétés humaines pré-Clovis en Amérique centrale et du Sud suggère l’existence d’un cabotage bien maîtrisé le long de la côte ouest du continent, il y a au moins 15 000 à 17 000 ans (Waters 2019). D’autres exemples pourraient être cités sur les bordures septentrionale et occidentale de l’Océan indien, y compris en Afrique.

3Dans ce rapide tour d’horizon, la Méditerranée fait figure de retardataire, avec des dates de 11 000 à 10 000 cal. BC pour les plus anciennes attestations de présence humaine incontestables sur les îles vraies (Vigne 1999 ; Ammerman 2010). De toute évidence, les humains pratiquent la navigation depuis plusieurs dizaines de milliers d’années. À la fin de la Préhistoire, ils disposaient déjà d’un certain savoir-faire dans ce domaine.

Émergence préhistorique de la navigation en Méditerranée

4Aucun indice de présence humaine sur une île de Méditerranée antérieurement au Dryas récent ne fait l’unanimité (Vigne 1999 ; Ammerman 2014).

5L’abri d’Akrotiri-Aetokremnos, à Chypre, est certes l’objet de discussions concernant une éventuelle contemporanéité de l’accumulation d’ossements d’hippopotames nains datée d’environ 13 000 cal. BC (Zazzo et al. 2015) et des traces indubitables d’une fréquentation humaine (Ammerman & Noller 2005 ; Simmons & Mandel 2007), datée à 10  200 cal. BC (Simmons 1999). Récemment confirmée par la datation des sites chypriotes de Agios Ioannis-Vretsia Roudias (Tsakalos et al. 2021) et Armenokhori-Pakhtomena (Briois & Vigne 2022), elle signe la plus ancienne occupation humaine sur une île méditerranéenne. Il est probable que la rareté de ces stations épipaléolithiques résulte en grande partie de l’intense érosion ayant affecté les versants et les vallées de Chypre au cours du réchauffement holocène et de l’événement 6,2 ka (Mylona et al., in Vigne et al. 2017 : 95-104, 2023). Au fil des découvertes, l’hypothèse selon laquelle ces sites épipaléolithiques témoigneraient d’un peuplement permanent à faible visibilité archéologique, plutôt que de quelques incursions sans lendemain, tend à se renforcer.

6De plus, ce même site d’Aetokremnos a livré les preuves que le sanglier avait été introduit, probablement par bateau, pour repeupler l’île en gibier après l’extinction des hippopotames nains (Vigne et al. 2009 ; Vigne in Guilaine et al. 2011 : 919-969 & 2021 : 539-631). Ces sangliers sont plus vraisemblablement originaires d’Anatolie du sud-est que du Levant sud (Cucchi et al. 2021). Il semble donc que dès le Dryas récent (11 000 av. notre ère), la navigation en Méditerranée orientale ne résultait plus seulement d’exploits isolés.

7Les premières obsidiennes d’origine anatolienne trouvées à Chypre sont plus tardives (8 800 cal. BC ; Vigne et al. 2017), mais contemporaines d’autres traversées maritimes dans l’aire égéenne mésolithique, attestées par les premières présences humaines en Crète (Strasser et al. 2010), par l’apparition d’obsidiennes insulaires dans le Péloponnèse (Perlès 2001) et, ici aussi, par l’introduction de sangliers sur l’île de Kythnos (Trantalidou 2010). Les premières attestations de présence humaine en Corse et Sardaigne datent aussi du tout début de l’Holocène, à partir de 8500 av. notre ère. Elles relèvent cependant d’un Mésolithique à forte coloration insulaire (Perrin et al. 2022), sans obsidienne (en dépit de la proximité des sources sardes) ni introduction d’animaux d’origine continentale, qu’ils soient domestiques (chien) ou sauvages, alors même que ces îles étaient alors dépourvues de grand gibier (Vigne 1999). La possible origine africaine des industries castelnoviennes, peu avant les premiers impacts néolithiques en Méditerranée nord-occidentale, pourrait témoigner de circulations maritimes entre le Maghreb et les côtes plus septentrionales (Perrin et al. 2021).

8Il semble donc qu’à la relative maîtrise de la navigation de la fin du Tardiglaciaire en Méditerranée orientale fasse écho l’émergence à l’ouest d’un trafic maritime non négligeable au tout début de l’Holocène. La diffusion du Néolithique le long du littoral nord entre 7000 et 5500 av. notre ère, qui touche toutes les côtes (Guilaine 2003) et, sans retard, les îles qui leur font face à l’exception des Baléares (Vigne 2014 : fig. 3), ne peut d’ailleurs se comprendre que si elle s’appuie sur une circulation maritime préexistante.

Indices toujours indirects mais plus informatifs à Chypre, entre 9000 et 7500 av. notre ère

9Compte tenu du fait que la navigation préhistorique ne se signale, partout dans le monde, que par des indices indirects et ténus, leur relatif foisonnement en Méditerranée entre le xie et le viiie millénaires av. notre ère pourrait bien n’être qu’un pâle reflet d’une plus riche réalité. C’est ce que suggèrent les découvertes chypriotes de ces vingt dernières années.

10Au début des années 1990, le consensus portait sur un démarrage tardif du Néolithique chypriote, autour de 6 700 cal. BC, avec la culture de Khirokitia, marquée par de nombreuses spécificités (maisons rondes, absence de céramique et de bovins, notamment ; Le Brun et al. 1987 ; Ronen 1995). Ce prétendu retard, conçu dans la perspective simpliste d’une évolution linéaire, était mis au compte d’une navigation balbutiante, reposant sur les succès d’expéditions hasardeuses, trop rares pour contrebalancer les effets de l’isolement. Un scénario bien différent a émergé de la découverte, au cours des années 1990, de la séquence chronologique du village de Parekklisha-Shillourokambos, comprise entre 8500 et 7000 av. notre ère. Elle témoigne d’un Néolithique précéramique chypriote semblable au Néolithique précéramique B levantin ou PPNB, acronyme de l’anglais Pre-Pottery Neolithic B (Guilaine et al. 2000), vision sans cesse consolidée au fil des deux décennies suivantes (Guilaine & Le Brun 2003 ; Peltenburg & Wasse 2003 ; Guilaine et al. 2011, 2021). Elle s’est vue renforcée par la découverte, dix ans plus tard, d’un Néolithique daté aux environs de 8 800 cal. BC, présentant toutes les caractéristiques de la phase contemporaine du Néolithique précéramique A levantin ou PPNA, acronyme de l’anglais Pre-Pottery Neolithic A : bâtiments communautaires et résidentiels circulaires ou ovales, débitage unipolaire, macro-outillage poli, agriculture « pré-domestique » (Ayios Tychonas-Klimonas, Vigne et al. 2012, 2017, 2023).

11Il apparaît aujourd’hui que l’évolution chrono-culturelle de Chypre entre 9000 et 7000 av. notre ère est comparable à celle de n’importe quelle autre région de la vaste aire de distribution du Néolithique précéramique proche-oriental et présente très peu de caractéristiques résultant de l’insularité (Vigne et al. 2019). Dans ce contexte, la culture de Khirokitia fait figure non plus de particularité insulaire mais de déclinaison régionale de la diversification socio-culturelle qui caractérise tout le Proche-Orient au viie millénaire. Ce nouveau scénario plaide avec force pour l’existence d’une navigation bien développée, dès le début de l’Holocène, en Méditerranée occidentale.

12La succession d’introductions de nouvelles espèces animales durant cette même période du PPNA-PPNB apporte d’importantes précisions. L’introduction du sanglier au xie millénaire (cf. supra), ne nécessitait ni navire sophistiqué ni grande maîtrise de la navigation (Vigne et al. 2009, 2014). C’est également le cas pour le chien domestique et le chat commensal qui apparaissent à Chypre avec l’obsidienne, l’amidonnier et l’engrain, au début du ixe millénaire (Vigne et al. 2012, 2023) et pouvaient être facilement embarqués, même pour de longues heures, à bord de frêles embarcations comparables à celles utilisées par Tichý (2016) dans ses expérimentations. En revanche, la souris commensale (Mus m. domesticus) qui peuplait les hameaux dès le début du Natoufien (12 000 cal. BC ; Weissbrod et al. 2017), également introduite à Chypre au plus tard au début du ixe millénaire (Cucchi et al. 2020), a probablement fait la traversée en passagère clandestine. Cette introduction suppose donc l’existence de navires à bord desquels les petits rongeurs pouvaient échapper durablement à l’attention des navigateurs. En effet, leur statut de « nuisible » était déjà bien ancré au sein de communautés néolithiques précéramiques qui déployaient d’importants efforts pour s’en débarrasser (Kuijt & Finlayson 2009). La suite de l’histoire des souris commensales à Chypre au fil du Néolithique précéramique est marquée par une absolue stabilité de la morphologie dentaire des populations chypriotes, témoignant, sur la base d’observation biologiques actuelles, qu’au moins deux individus par an immigraient du continent et parvenaient à se reproduire avec une souris chypriote (Vigne et al. 2014). Sachant que la probabilité d’un tel croisement est faible, même pour un murin ayant réussi la traversée, il est possible d’estimer le nombre des trajets maritimes annuels vers l’île à quelques dizaines, et ce pour une distance minimale de 80 km (43 milles nautiques).

13Avec le début du PPNB chypriote (8 500 cal. BC), apparaissent sur l’île des bovins et chèvres domestiqués depuis peu au nord du Levant et suivis, au début du viiie millénaire, par le daim de Mésopotamie, le mouton domestique et le renard (Vigne et al. 2011). Transporter des bovins de grande taille, même jeunes mais nécessairement sevrés (plus de 9 mois) en nombre suffisant pour fonder une population sur une île située à plus de 43 milles suppose résolues un certain nombre de questions tant en ce qui concerne l’architecture navale que le savoir-faire maritime (Vigne et al. 2014). Le principal problème ne réside pas dans le poids de l’animal, une grosse pirogue pouvant embarquer 500 kg (Tichý 2016), soit deux gros veaux et deux navigateurs. En raison de leur physiologie digestive, les ruminants doivent pouvoir s’alimenter et se mouvoir très régulièrement pour évacuer les gaz, sous peine de troubles circulatoires entraînant en quelques heures la paralysie des membres postérieurs. Cette particularité nécessite un bateau de taille sensiblement supérieure à celle d’une grande pirogue et un temps de traversée réduit à quelques heures. Une vitesse de 10 nœuds, correspondant à 4-5 heures de traversée avant d’accoster à Chypre, ne peut être atteinte, d’après les données expérimentales (Tichý 2016), qu’avec l’aide des courants et probablement du vent, ce qui suppose l’utilisation de voiles et peut-être de dérives. Une vitesse plus lente et donc une traversée plus longue imposeraient de savoir fabriquer des bateaux plus grands, sur lesquels les animaux peuvent se déplacer, et de maîtriser la navigation de nuit. Il est bien sûr probable que de nombreuses traversées étaient vouées à l’échec, tout comme l’étaient encore les voyages maritimes en Méditerranée à l’âge du bronze ou même sous le règne de Philippe II d’Espagne (1527-1598) (Braudel 1949). Cette brève analyse des questions techniques posées par le transport de grands ruminants vers Chypre au début de l’Holocène (pour plus de détails, voir : Vigne et al. 2014 ; Bar Yosef Mayer et al. 2015 ; Kyriakidis et al. 2022) suffit cependant à montrer que la navigation, en Méditerranée orientale au moins, reposait alors sur une architecture navale sophistiquée et sur une connaissance précise des routes, courants, vents, amers, accostages, probablement de jour comme de nuit, autant de savoirs et de savoir-faire jusqu’à présent insoupçonnés à des dates aussi anciennes.

14La navigation n’apparaît plus, dès lors, seulement comme un moyen de colonisation ou d’acculturation périodique d’un territoire pas si nouveau que cela, mais plutôt comme le support maîtrisé d’échanges entre sociétés continentales et insulaires.

Des groupes sociaux maritimes et mobiles ?

15On peut dès lors douter que les villageois du PPNA ou du PPNB de Méditerranée orientale aient tous disposé de tels savoir-faire. Construire, conduire et prendre soin d’un navire sophistiqué, et le mettre en cale, requièrent des personnes, voire des équipes disposant d’expertises spécifiques. On peut même raisonnablement se demander si, comme l’imaginait A. Ammerman (2010), une fraction spécialisée de la société néolithique ne résidait pas à demeure ou saisonnièrement sur ces bateaux, mettant à profit cette forme de « mobilité résidentielle » pour jouer le rôle de passeur entre sites côtiers et avec les îles. Cette hypothèse est reprise par J. Desse et N. Desse-Berset (in Guilaine et al. 2011 : 844) et, sous forme romancée, par J. Guilaine (2006), qui proposent que ces groupes sociaux ont pu jouer aussi le rôle de pourvoyeurs de poissons, notamment de mérous de grande taille, pour les villages côtiers plutôt tournés vers les ressources continentales. S’ils ont existé, de tels groupes échapperaient sans doute à toute visibilité archéologique directe, d’éventuelles traces de campements côtiers ayant toutes les chances d’avoir été détruites par la transgression marine qui s’est achevée entre les viiie et vie millénaires av. notre ère ou, dans le meilleur des cas, de se trouver actuellement submergées. L’absence totale de restes alimentaires d’origine marine dans le PPNA de Klimonas pourrait certes résulter d’un tabou alimentaire (Vigne et al. 2023), mais il n’est pas interdit de penser qu’elle signe la présence, dès cette époque, de groupes côtiers offrant des services de transport maritime et fournissant les villageois en produits transformés issus de leur propre pêche, totalement débarrassés de leurs coquilles ou de leurs os.

16Pourquoi les spéculations que nous venons de risquer ne s’appliqueraient-elles qu’à l’île de Chypre et à ses environs ? Pourquoi le Mésolithique corso-sarde, essentiellement côtier mais ayant livré des preuves massives de consommation de coquillages et de poissons préalablement étêtés (Vigne et al. 1998), ne résulterait-il pas au moins en partie de groupes mobiles, caractérisés par leur maîtrise de la navigation ? Pourquoi la mer Égée, véritable territoire maritime de la Grèce antique, n’aurait-elle pas été sillonnée dès le Mésolithique par de denses groupes de navigateurs assurant les échanges et diffusions de matières premières (obsidienne) et de traditions culturelles ? Pourquoi la rapidité de la diffusion des premiers impacts néolithiques sur les côtes septentrionales et les îles de Méditerranée ne résulterait-elle pas des « services » offerts par de tels groupes de navigateurs-pêcheurs, dont on sait qu’ils ont joué ce rôle de « passeur » durant les périodes historiques récentes sur de nombreuses côtes méditerranéennes (voir par ex. Collectif 1980) ?

17Doit-on pour autant parler de nomadisme ? Au sens où certaines fractions spécifiques, voire spécialisées, de nos sociétés contemporaines peuvent être considérées comme nomades (Bahuchet et al. 2022), il n’apparaît pas déraisonnable de poser la question. Pour y répondre de façon positive, il faudrait néanmoins établir que cette mobilité affectait au moins saisonnièrement des groupes familiaux résidant sur les embarcations ou leur lieu d’accostage. Une telle situation serait plus compatible avec les fonctions halieutiques qu’on est tenté de leur prêter qu’avec les transports moins routiniers d’animaux ou d’importantes cargaisons, même si ces derniers doivent être compris comme composantes d’un système d’échange entre territoires plutôt que comme une succession d’événements de colonisation.

18Pour l’heure, ce sont autant de questions encore sans réponse. Il faut nous contenter d’envisager que ce type de mobilité des sociétés préhistoriques est resté en grande partie ignoré de l’archéologie et a pu, ici et là en Méditerranée, entre les xiie et le viie millénaires av. notre ère, recouvrir une forme de nomadisme. Il ne s’agit évidemment pas de ressusciter les « peuples de la Mer » qui ont fait le bonheur des légendes archéologiques du xxe siècle et le malheur de certaines archéologies insulaires. Il ne s’agit pas non plus de construire un nouveau mythe sur la base de ce qu’il faut appeler suspicions plutôt que preuves. Mais l’archéologie se doit d’exploiter les données dont elle dispose pour sans cesse remettre en cause les acquis et proposer de nouveaux cadres de réflexion et de nouvelles pistes de recherche. C’était l’objectif de ces quelques paragraphes.

Haut de page

Bibliographie

Ammerman A. J. 2010. « The first Argonauts: towards the study of the earliest seafaring in the Mediterranean ». In: A. Anderson, J. Barrett & K. Boyle (éd.). Global Origins and Development of Seafaring. Cambridge (Royaume-Uni), McDonald Institute for Archaeological Research : 81-92.

Ammerman A. J. 2014. « Introduction ». In : Island Archaeology and the Origins of Seafaring in the Eastern Mediterranean. European Prehistory – Proceedings of the Wenner Gren Workshop held at Reggio Calabria on October 19-21, 2012, 10 : 9-30.

Ammerman A. & Noller J. 2005. « New light on Aetokremnos ». World Archaeology, 37-4 : 533-43.

Bahuchet S., Demoule J.-P. & Mazzella S. 2022. « Nomads and nomadisms, comparative views of an archaeologist, a sociologist and an ethnologist ». In : A. Averbouh, N. Goutas & S. Méry (éd.), Nomad lives, from Prehistoric times to the present day. Paris, Mnhn-Cnrs : 545-553.

Bar-Yosef Mayer D. E., Kahanov Y., Roskin J. & Gildor H. 2015. « Neolithic voyages to Cyprus: wind patterns, routes, and mechanisms », The Journal of Island and Coastal Archaeology, DOI: 10.1080/15564894.2015.1060277.

Braudel F. 1949. La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Paris, Armand Colin.

Collectif 1980. Navigation et gens de mer en Méditerranée. Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique.

Briois F. & Vigne J.-D. 2022. Le site épipaléolithique de Pakhtomena (Armenokhori). Rapport 2022. Archives en ligne du Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, https://journals.openedition.org/baefe/.

Cucchi T., Papayianni K., Cersoy S., Aznar-Cormano L., Zazzo A., Debruyne R., Berthon R., Balasescu A., Simmons A., Valla F., Hamilakis Y., Mavridis F., Mashkour M., Darvish J., Siahsarvi R., Iglari F., Pétrie C. A., Weeks L., Sardari A., Maziar S., Denys C., Orton D., Jenkins E., Zeder M., Searle J. B., Larson G., Bonhomm E. F., Auffray J.-C. & Vigne J.-D. 2020. « Tracking the Near Eastern origins and European dispersal of the western house mouse and its relevance to cat domestication », Scientific Report 10:8276. DOI : https://doi.org/10.1038/s41598-020-64939-9.

Cucchi T., Domont A., Harbers H., Leduc C., Guidez A., Bridault A., Hongo H., Price M., Peters J., Briois F., Guilaine J. & Vigne J.-D. 2021. « Bones geometric morphometrics illustrate 10th millennium cal. BP domestication of autochthonous Cypriot wild boar (Sus scrofa circeus nov. ssp) », Scientific Reports, 11 : 11435. DOI : https://doi.org/10.1038/s41598-021-90933-w.

Dortch J. & Malaspinas A-S. 2017. « Madjedbebe and genomic histories of Aboriginal Australia », Australian Archaeology, 83, 3 : 174-177.

Guilaine J. 2003. De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée (8000-2000 avant J.-C). Paris, Le Seuil.

Guilaine J. 2006. Pourquoi j’ai construit une maison carrée. Paris, Actes Sud.

Guilaine J. & Le Brun A. (éd.) 2003. Le Néolithique de Chypre. Athènes (Grèce), École française d’Athènes (Bulletin de correspondance hellénique, supplément 43).

Guilaine J., Briois F. & Vigne J.-D. (éd.) 2011. Shillourokambos. Un établissement néolithique pré-céramique à Chypre. Les fouilles du Secteur 1. Paris, Errance / Athènes (Grèce), École française d’Athènes.

Guilaine J., Briois F., Vigne J.-D. & Carrère I. 2000. « Découverte d’un Néolithique précéramique ancien chypriote (fin 9e, début 8e millénaire cal. BC), apparenté au PPNB ancien/moyen Nord », Earth and Planetary Science Letters, 300 : 75-82.

Guilaine J., Brioi  F. & Vigne J.-D. (éd.) 2021. Shillourokambos. Un établissement néolithique pré-céramique à Chypre. Les fouilles du secteur 3. Paris, Cnrs Éditions.

Kyriakidis P., Moutsiou T., Nikolaidis A., Reepmeyer C., Leventis G., Demesticha S., Akylas E., Kassianidou V., Michailides C., Zomeni Z., Bar-Yosef Mayer D., Makovsky Y. & Mc Cartney C. 2022. « Virtual sea-drifting experiments between the Island of Cyprus the surrounding mainland in the Early Prehistoric Eastern Mediterranean », Heritage, 19: 3081-3099. DOI : https://doi.org/10.3390/heritage5040160.

Kuijt I. & Finlayson B. 2009. « Evidence for food storage and predomestication granaries 11,000 years ago in the Jordan Valley », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 106 : 10966-10970.

Le Brun A., Cluzan S., Davis S. J. M., Hansen J. & Renault-Miskovsky J. 1987. « Le Néolithique précéramique de Chypre », L’Anthropologie, 91-1 : 283-316.

Peltenburg E. & Wasse A. (éd.) 2003. Neolithic revolution. New perspectives of Southwest Asia in Light of Recent Discoveries on Cyprus. Oxford (Royaume-Uni), Oxbow Books (Levant Suppl. Studies 1).

Perlès C. 2001. The Early Neolithic in Greece. The first farming communities in Europe. Cambridge (Royaume-Uni), Cambridge University Press.

Perrin T., Dachy T., López-Montalvo E., Manen C. & Marchand G. 2021. « Quelles relations entre l’Afrique du Nord et l’Europe au début de l’Holocène ? », Tabona. Revista de Prehistoria y de Arqueología, 22 : 13-34.

Perrin T., Vigne J.-D. & Picavet R. 2022. « Récents acquis sur les premiers peuplements de l’île ». In : F. Leandri & C. Leandri (éd.). Archéologie en Corse, vingt années de recherche. Paris, Errance : 18-27.

Philippe M. 2018. « Un état des connaissances sur la navigation préhistorique en Europe atlantique », Bulletin de la Société préhistorique française, 115-3 : 567-597. DOI : https://doi.org/10.3406/bspf.2018.14923.

Pulak C. 1998. « The Uluburun shipwreck: an overview », The International Journal of Nautical Archaeology, 27 : 188-224.

Ronen A. 1995. « Core, periphery and ideology in Aceramic Cyprus », Quartär, 45-46 : 177-206.

Simmons A. (éd.) 1999. Faunal extinction in an island society: Pygmy hippopotamus hunters of Cyprus. New York (États-Unis), Kluwer Academic.

Simmons A. & Mandel R. 2007. « Not such a new light: a response to Ammerman and Noller », World Archaeology, 39-4 : 475-482.

Strasser T., Panagopoulou E., Runnels C., Murray P., Thompson N., Karkanas P., Mc Coy F. W. & Wegmann K. 2010. « Stone Age seafaring in the Mediterranean: evidence from the Plakias Region for Lower Palaeolithic and Mesolithic Habitation of Crete », Hesperia, 79 : 145-190.

Tichý R. 2016. « The earliest maritime voyaging in the Mediterranean: View from sea », Zivá Archeologie – Rea, 18 : 26-36.

Trantalidou K. 2010. « Dietary adaptations of coastal people in the Aegean Archipelago during the Mesolithic period: The macrofauna assemblages of Maroulas on Kythnos ». In: A. Sampson, M. Kaczanowska & V. Kozłowski (éd.). The Prehistory of the Island of Kythnos (Cyclades, Greece) and the Mesolithic settlement at Maroulas. Cracovie (Pologne), The Polish Academy of Arts and Sciences, University of the Aegean : 163-177.

Tristan Y., Briois F., Castel G. & Onézime O. 2014. « “La Barque sur le Nil…”. Le mastaba M06 d’Abou Rawash et sa barque funéraire (1re dynastie, règne de Den) : découverte de la plus ancienne embarcation égyptienne actuellement conservée en Égypte », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 114-2 : 563-588.

Tsakalos E., Efstratiou N., Bassiakos Y., Kazantzaki M. & Filippaki E. 2021. « Early Cypriot Prehistory. On the traces of the last hunters and gatherers on the island—preliminary results of luminescence dating », Current Anthropology, 62-4. DOI : 10.1086/716100.

Vigne J.-D. 1999. « The large “true” Mediterranean islands as a model for the Holocene human impact on the European vertebrate fauna? Recent data and new reflections ». In: N. Benecke (éd.) The Holocene history of the European vertebrate fauna. Modern aspects of research (Workshop, 6th-9th April 1998, Berlin). Berlin (Allemagne), Deutsches Archäologisches Institut, Eurasien-Abteilung : 295-322 (Archäologie in Eurasien, 6).

Vigne J.-D. 2014. « The origins of mammals on the Mediterranean islands as an indicator of early voyaging », Eurasian Prehistory, 10 (1-2) : 45-56.

Vigne J.-D., Bourdillat V., André J., Brochier J.-E., Bui Thi M., Cuisin J., David H., Desse-Berset N., Heinz C., Lanfranchi F. de, Ruas M.-P., Thiebault S. & Tozzi C. 1998. « Nouvelles données sur le Prénéolithique corse : premiers résultats de la fouille de l’abri du Monte Leone (Bonifacio, Corse-du-Sud) ». In : A. D’Anna & D. Binder (éd.) Production et identité culturelle. Actualité de la recherche (Actes 2e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, 8-9 nov., 1996, Arles), Antibes, APDCA : 251-260.

Vigne J.-D., Zazzo A., Saliège J.-F., Poplin F., Guilaine J. & Simmons A. 2009. « Pre-Neolithic wild boar management and introduction to Cyprus more than 11,400 years ago », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 106-38 : 16131-16138.

Vigne J.-D., Carrère I., Briois F. & Guilaine J. 2011. « The early process of the mammal domestication in the Near East: New evidence from the Pre-Neolithic and Pre-Pottery Neolithic in Cyprus », Current Anthropology, S52, 4 : S255-S271.

Vigne J.-D., Briois F., Zazzo A., Willcox G., Cucchi T., Thébault S., Carrère I., Franel Y., Touquet R., Martin C., Moreau C., Comby C. & Guilaine J. 2012. « First wave of cultivators spread to Cyprus at least 10,600 y ago », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 109-22 : 8445-8449.

Vigne J.-D., Zazzo A., Cucchi T., Carrère I., Briois F. & Guilaine J. 2014. « The transportation of mammals to Cyprus sheds light on early voyaging and boats in the Mediterranean Sea », Eurasian Prehistory, 10 (1-2) : 157-176.

Vigne J.-D., Briois F. & Tenberg M. (éd.) 2017. Nouvelles données sur les débuts du Néolithique à Chypre / New data on the beginnings of the Neolithic in Cyprus. Paris, Société Préhistorique Française (Séances en ligne, 9) : 21-46.

Vigne J.-D., Briois F. & Guilaine J. 2019. « To what extent insularity has played a role in the Cyprus Neolithic transition? ». In: L. Astruc, C. McCartney, F. Briois & V. Kassianidou (éd.), Near Eastern lithic technologies on the move, Interactions and contexts in the Neolithic traditions (proceedings of the PPN 8 Conference, Nicosia, 2016). Stockholm, Astrom (Studies in Mediterranean Archaeology, 150) : 19-30.

Vigne J.-D., Briois F. & Guilaine J. (dir.) 2023. Klimonas, un village néolithique pré-céramique ancien à Chypre / Klimonas, an Early Pre-Pottery Neolithic village in Cyprus. Paris, Cnrs Éditions (Gallia Préhistoire, Supplément international, 1), sous presse.

Waters M. R. 2019. « Late Pleistocene exploration and settlement of the Americas by modern humans », Science, 365 : 6449. DOI : 10.1126/science.aat5447.

Weissbrod L., Marshall F., Valla F., Khalaily H., Bar-Oz G., Auffray J.-C., Vigne J.-D. & Cucchi T. 2017. « The origins of house mice in ecological niches created by settled hunter-gatherers in the Levant 15,000 y ago », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 114, 16 : 4099-4104.

Zazzo A., Lebon M., Quilès A., Reiche I. & Vigne J.-D. 2015. « Direct dating and physico-chemical analyses cast doubts on the coexistence of humans and dwarf hippos in Cyprus », PlosONE. DOI : 10.1371/journal.pone.0134429.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Denis Vigne, « Nomadisme maritime préhistorique en Méditerranée ? »Les nouvelles de l'archéologie, 171 | 2023, 57-61.

Référence électronique

Jean-Denis Vigne, « Nomadisme maritime préhistorique en Méditerranée ? »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 171 | 2023, mis en ligne le 12 mars 2024, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nda/14697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.14697

Haut de page

Auteur

Jean-Denis Vigne

Cnrs-Mnhn Umr 7209 AASPE « Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques, environnements »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search