Navigation – Plan du site

AccueilNuméros171VariaArchéomafias : le crime organisé ...

Varia

Archéomafias : le crime organisé contre le patrimoine

Marino Ficco
p. 62-68

Résumé

La plupart de nos sociétés accordent une valeur économique et/ou symbolique aux vestiges historiques. Souvent les groupes criminels et les élites économiques essayent de se les approprier ou de les instrumentaliser pour faire du chantage, imposer un message politique ou bien cumuler des profits. Cela donne lieu à des pillages de monuments et sites archéologiques. Beaucoup d’objets ont rejoint les vitrines d’un musée ou d’une collection particulière à travers l’action des trafiquants et des mafias, ce qui a amené des chercheurs à créer l’expression « archeomafia ». L’objectif de cet article, issu de ma thèse de doctorat, est d’analyser la notion d’archéomafia et de proposer quelques pistes de réflexion sur l’implication du crime organisé dans le trafic illicite de vestiges archéologiques.

Haut de page

Texte intégral

Ma thèse et donc cet article n’auraient jamais vu le jour sans le soutien et les conseils de ma directrice, Cecilia d’Ercole, et du comité de thèse constitué par les professeurs Alain Schnapp et Michele Spanò. Je voudrais remercier également Tsao Cevoli, Simonetta Bonomi, Christos Tsirogiannis, Samuel Hardy, Aura Fossati, Mady Courtois, Alice Brouwers, Dominique Pieri et mon jury de thèse (Sophie Bouffier, Véronique Chankowski, Berardino Palumbo, Laurence Gillot, Michele Spanò). Un remerciement spécial pour le professeur François Giligny qui m’a proposé de soumettre cet article, issu de ma thèse de doctorat.

  • 1 . L’École des hautes études en sciences sociales est un grand établissement français basé à Paris a (...)
  • 2 . Dans un article de 2009, Sandro Calvani, à l’époque directeur d’UNICRI (Institut interrégional de (...)

1En 2017, le département d’histoire de l’EHESS1 nous confiait une bourse doctorale de trois ans pour la rédaction d’une thèse consacrée à l’impact des organisations criminelles sur le patrimoine et sur la recherche en archéologie. Toute estimation de l’ampleur du phénomène est très difficile2, d’autant que, même dans les pays les plus sensibilisés comme l’Italie, de nombreuses victimes de vols d’objets culturels ne les dénoncent pas, sans doute car fréquemment la possession de l’objet en question ne serait pas légale/légitime.

2Mais à quel prix pour la collectivité ? Selon une estimation très approximative mais hautement suggestive élaborée par l’archéologue Tsao Cevoli, 15 millions de contextes archéologiques auraient été détruits à cause des fouilles clandestines au cours des dernières décennies en Italie (Cevoli 2021 : 152). Depuis les années 1960, de nombreuses publications ont été consacrées au phénomène du trafic illicite de vestiges archéologiques. Cependant, très peu de recherches abordent la participation du crime organisé et des mafias dans ce type d’activité illicite. Au cours des trois années du doctorat, nous avons étudié l’histoire de la législation, le fonctionnement des trafics illicites à partir de la fouille clandestine et plusieurs études de cas en Italie, en Palestine et au Mexique.

3L’objectif de cet article est d’introduire la notion d’» archéomafia », encore peu répandue dans les contextes francophones, de montrer la complexité du débat scientifique et politique, et de proposer quelques études de cas emblématiques. S’intéresser aux organisations dites criminelles signifie aussi s’intéresser aux problèmes et aux injustices sociales qui caractérisent un territoire. Comme pour l’archéologie, le contexte joue un rôle fondamental pour les mafias. L’émergence et la manifestation des organisations criminelles varient selon le contexte socio-économique. Un territoire sans injustices sociales est moins propice à des phénomènes mafieux.

Origine et histoire d’un concept qui ne fait pas l’unanimité

4Composé de deux mots : « archéo » (pour faire référence à l’archéologie) et « mafia », l’expression « archeomafia » apparaît pour la première fois en 1999 dans un dossier (Archeomafie e il caso villa Romana del Casale) de l’association environnementale Legambiente qui dénonçait des actes de dégradation envers la villa Romana del Casale, en Sicile.

5Depuis 2000, Legambiente consacre une partie de son rapport annuel sur les ecomafie à la question de l’agression criminelle du patrimoine culturel italien. Deux ans plus tard, Roberto Conforti (ancien général des Carabinieri) et Fabio Maniscalco (militaire et archéologue), écrivent qu’» en Italie, à partir des années 1970, se développe le phénomène de l’archéomafia, fondé sur des organisations de trafiquants spécialisés dans les vols, la commercialisation et l’investissement caché de biens culturels » (Conforti & Maniscalco 2002 : 126). En 2004, l’archéologue italien Tsao Cevoli fonde l’Ong Osservatorio Internazionale Archeomafie pour analyser tous les phénomènes illicites liés à l’archéologie, dont les fouilles clandestines, les vols, la création et la circulation de faux ainsi que le trafic illicite d’objets. Depuis 2009, il publie Archeomafie, la première revue scientifique consacrée au sujet, et contribue en 2015 à fonder le Master en archéologie judiciaire et crimes contre le patrimoine culturel de l’université de Viterbe, afin de former des archéologues pouvant collaborer avec les forces de l’ordre et judiciaires.

6L’expression archeomafia apparaît donc pour la première fois dans la langue italienne, ce qui n’est pas anodin. C’est l’un des pays les plus touchés par le phénomène du trafic illicite de vestiges archéologiques et des fouilles clandestines. De plus, plusieurs organisations criminelles parmi les plus puissantes au monde sont très actives sur l’ensemble du territoire. L’Italie est aussi l’un des premiers pays qui a mis en place une législation et des dispositifs spécifiques pour lutter contre le crime organisé. Cela a favorisé également la prise de conscience du problème et la recherche de solutions pour lui faire face. La situation n’est pas la même dans le reste du monde, où la définition même du crime organisé peut varier sensiblement d’une législation à l’autre.

  • 3 . À la base, un port franc (freeport en anglais) est un entrepôt qui permet d’acheminer un bien d’u (...)

7Si l’on voulait faire un état des lieux de la recherche sur ces questions, on devrait l’aborder par discipline. Il existe en effet des recherches sur l’histoire de la législation du patrimoine, d’autres sur le marché de l’art, une littérature importante sur le crime organisé et sur les mafias, la gestion des ports francs3 et sur les routes des trafics illicites. Pourtant, très peu de recherches ont interrogé de manière globale la relation entre le crime organisé et l’archéologie en intégrant les aspects politiques et sociologiques de la question. En ce qui concerne le contexte italien, nous pouvons mentionner le travail fondamental des archéologues Marina Mazzei, Fabio Maniscalco et Tsao Cevoli. Dans les contextes anglophones, depuis les années 1990 de plus en plus de chercheurs consacrent des travaux à ces questions, comme Donna Yates, Simon Mackenzie, Neil Brodie, Christos Tsirogiannis et Samuel Andrew Hardy. En Espagne, nous pouvons mentionner le travail de l’archéologue Ignacio Rodríguez Temiño et de l’association Némesis.

8En France, le projet NETCHER (Network and Digital Platform for Cultural Heritage Enhancing and Rebuilding), financé par l’Union européenne, a réuni pendant deux ans (2019-2020) des acteurs issus du monde scientifique, des institutions et des entreprises dans le but de définir de bonnes pratiques pour la protection du patrimoine. Depuis février 2023, le projet ANCHISE, coordonné par l’École française d’Athènes, vise à continuer le travail mis en place par NETCHER, tout en apportant des outils technologiques accessibles et facilement utilisables pour les professionnels qui luttent contre les pillages et le trafic illicite de vestiges archéologiques. Bien évidemment cette liste n’est pas exhaustive et il sera possible de l’approfondir dans d’autres travaux.

9Le journalisme joue et peut continuer à jouer un rôle important dans la dénonciation des pillages et des trafics illicites, mais aussi dans la collecte d’entretiens et de témoignages. Un exemple emblématique est le travail de Peter Watson (en collaboration avec Cecilia Todeschini), qui a dénoncé la complicité de l’une des plus importantes maisons de ventes aux enchères au monde avec les plus grands trafiquants de vestiges archéologiques du siècle dernier (Watson 1998) et a consacré une monographie aux activités illicites de Giacomo Medici et de ses clients, parmi lesquels on retrouve de très importants musées (Watson et Todeschini 2007). Watson a fourni des informations et des témoignages importants lors du procès Medici. En Italie, on peut mentionner le journaliste Fabio Isman, qui a consacré à la question deux ouvrages et de nombreux articles dans le Giornale dell’arte (Isman 2009).

Archéomafia : un concept universel ?

10Au-delà du fait qu’on pourrait se demander s’il existe des concepts réellement universels, l’emploi et l’interprétation de la notion d’archéomafia varient et dépendent de plusieurs facteurs. Tout d’abord, on peut constater des différences d’emploi selon le milieu socio-professionnel : journalisme, académie, politique et autorité judiciaire. Ensuite, une autre variable importante est la définition de mafia ou de crime organisé que l’on adopte.

  • 4 . Les premières recherches sur le sujet datent des années 1960. Cependant, c’est autour des années (...)

11Depuis des décennies4, des sociologues, des criminologues, des juristes, des anthropologues, des historiens et des journalistes essayent de définir, retracer les origines et déconstruire ces faits sociaux complexes. Les expressions « mafia » et « crime organisé » sont-elles des synonymes ? La réponse peut varier selon le document qu’on consulte. Le concept de crime organisé apparaîtrait pour la première fois aux États-Unis en 1896, dans le rapport annuel de la New York Society for the Prevention of Crime, pour faire référence aux opérations de jeux d’argent et de prostitution protégées par des agents publics (Woodiwiss 2003 : 5). Au fil du temps, cette notion a eu de plus en plus de succès en raison de l’ampleur de son spectre sémantique. Si cela peut être utile lors de la rédaction d’un texte juridique international, il devient difficile dans le milieu de la recherche scientifique d’utiliser une si vaste catégorie qui inclut des phénomènes divers et variés comme le trafic de drogues, d’armes et d’êtres humains, les gangs de jeunes et de voleurs, les organisations mafieuses, le blanchiment d’argent ou la cybercriminalité (Paoli 2014 : 6). En général, on peut distinguer deux courants opposés sur l’interprétation de cette notion : selon certains ce sont les pratiques criminelles qui déterminent la qualification de crime organisé, tandis que pour d’autres c’est le modèle organisationnel.

12D’après le code pénal italien, le premier à avoir défini la mafia, on parle d’associations de type mafieux (art. 416 bis) pour faire référence à trois individus ou plus qui utilisent la force de l’intimidation, du lien associatif et de l’omertà (la loi du silence) pour commettre des crimes, pour acquérir de manière directe ou indirecte la gestion ou le contrôle d’activités économiques, de concessions, d’autorisations, des appels d’offres et des services publics ou pour réaliser de façon illicite des profits et obtenir des avantages pour soi et pour d’autres, pour empêcher de voter librement ou pour acquérir pour soi ou pour d’autres des votes pendant des consultations électorales. À propos de l’omertà, élément fondamental dans la définition des organisations criminelles de type mafieux, le chercheur Simon Mackenzie a mis en évidence la diffusion de la culture du « don’t ask, don’t tell » (Mackenzie 2011 : 74) dans le milieu des marchands d’antiquités au Royaume-Uni quant à la provenance d’objets archéologiques d’origine douteuse.

  • 5 . Eurojust est l’agence chargée de renforcer la coopération judiciaire entre les États membres de l (...)

13L’objectif de cet article n’étant pas de comparer les différentes définitions de crime organisé et de mafia, on se limitera à rappeler l’importance des définitions disponibles dans l’article 2 de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et dans la Décision du Conseil du 28 février 2002 instituant Eurojust5, où est défini le concept de « serious crime ».

  • 6 . À titre d’exemple nous pouvons citer l’article d’Ines Macchiarola, « Foggia. Le mani dell’archeom (...)
  • 7 . Cosa nostra, camorra, ‘ndrangheta, SCU, Società foggiana.

14Il est important de rappeler que la notion d’archéomafia ne fait pas consensus. On la retrouve le plus souvent dans le milieu du journalisme6. Les autorités nationales et internationales refusent en général cette expression, soit car elles ne veulent pas reconnaître le rôle important du crime organisé dans le pillage des sites archéologiques et des musées, soit car elles estiment que le rôle du crime organisé est secondaire voire absent. Malgré cela, depuis quelques années l’emploi de l’expression archéomafia est devenu courant même au sein des institutions italiennes et notamment de la Commission parlementaire antimafia. Selon l’ancien procureur de Naples, Giovanni Melillo, l’emprise des mafias italiennes traditionnelles7 sur les sites archéologiques dans leurs territoires consiste dans le contrôle, l’organisation et la facilitation de services comme le vol, le déplacement et la dissimulation de vestiges archéologiques et aussi leur acheminement vers les marchés nationaux et internationaux (Melillo 2009 : 90). De plus, selon Melillo, ces groupes de type mafieux privilégient ce genre de trafics pour blanchir leurs profits d’origine illicite comme le commerce des drogues interdites, le racket, les contrefaçons. À cet égard, nous pouvons citer plusieurs cas emblématiques : les pillages du site de Cales ou de la bibliothèque des Girolamini à Naples, le vol de La Nativité du Caravage à l’oratoire San Lorenzo de Palerme ou encore de l’Éphèbe de Sélinonte.

15L’Éphèbe de Sélinonte est une statue en bronze du ve siècle av. J.-C. conservée au Museo Civico Selinuntino de Castelvetrano, en Sicile. En 1962, des hommes au service de Francesco Messina Denaro ont volé la statue dans le bureau du maire de Castelvetrano, où elle était conservée, afin de la revendre. Francesco Messina Denaro, chef mafieux et père de Matteo, l’un des chefs de la mafia sicilienne, arrêté le 16 janvier 2023, aurait été lui-même tombarolo (Cevoli 2021 : 28), c’est-à-dire un fouilleur clandestin, particulièrement actif autour du site de Sélinonte. Ne trouvant aucun acheteur pour la statue volée, le temps passe et, en 1968, Rodolfo Siviero organise un faux achat avec la collaboration d’un antiquaire de Foligno. Les mafieux tombent dans le piège, ce qui permet de récupérer l’éphèbe. Ici, la possibilité de gagner beaucoup d’argent rapidement est la raison principale qui a poussé les mafieux à agir.

16D’autres auteurs, comme Manacorda, tendent à minimiser l’implication mafieuse :

  • 8 . « Nous ne devons pas non plus ignorer le fait que des groupes criminels organisés notoires, tels (...)

« Nor are we to ignore the fact that notorious organized crime groups, such as the Mafia, are giving close attention to the art and antiquities market for a number of reasons that have recently come to light: the undoubted huge profit margins available; probably also for the high symbolic value of works of art in terms of personal status; finally, for their importance as a common heritage, whose removal and destruction may be perceived as a vulnus to the whole national community and an element of the might of the criminal organization. Having said this, it is doubtful if one should go further and maintain that this represents a “typical” activity of the major criminal organizations in the way in which drug trafficking, extortion, or certain forms of forgery are »8.

  • 9 . Voir « La strage di via dei Georgofili, 27 maggio 1993 », Rete degli archivi per non dimenticare (...)

17L’importance symbolique du patrimoine culturel n’échappe pas aux chefs de Cosa nostra, lors de l’organisation de l’attentat de la via dei Georgofili. Il s’agit d’un exemple emblématique d’une attaque contre l’un des symboles du patrimoine italien qui avait pour but d’intimider la société italienne et faire du chantage à l’État. La nuit du 26 au 27 mai 1993, une voiture piégée a explosé à proximité de la galerie des Offices de Florence. L’explosion a causé la mort de cinq personnes, des dizaines de blessés, l’effondrement de la Torre dei Pulci (siège de l’académie des Georgofili), l’endommagement d’une partie de l’église Saint-Étienne de Ponte, de quelques salles et de 25 % des œuvres conservées aux galeries9. Les cinq victimes vivaient dans le siège de l’académie : Angela Fiume, qui en était la concierge, avec son mari, Fabrizio Nencioni, et ses filles, Nadia et Caterina Nencioni, ainsi qu’un étudiant, Dario Capolicchio.

  • 10 . Commissione Parlamentare d’Inchiesta sul fenomeno della mafia e sulle altre associazioni criminal (...)
  • 11 . Communication de la DIA (Direzione investigativa antimafia), n. 3815/98 du 31 janvier 1998.

18Dans les années 1992-1993, la situation politique était très complexe et Cosa nostra se sentait menacée par les enquêtes de certains juges comme Falcone et Borsellino. D’après les déclarations des mafieux condamnés pour les attentats de ces années, un trafiquant d’œuvres d’art aurait suggéré aux chefs de la mafia sicilienne de mettre en place des attentats ciblant le patrimoine artistique. En effet, si un policier ou un juge perd la vie lors d’un attentat, théoriquement on peut assez facilement nommer quelqu’un d’autre qui reprenne ses fonctions. Dans le cas de la destruction d’un monument ancien cela devient plus compliqué, surtout s’il s’agit de témoignages uniques comme pour les tableaux conservés dans la galerie des Offices. Une question importante concerne le choix des cibles : les chefs de Cosa nostra du début des années 1990 sont très ignorants, au moins en histoire de l’art et en archéologie. Auraient-ils choisi au hasard leur cible, les Offices, en piochant dans des guides touristiques comme l’aurait dit Matteo Messina Denaro à Giovanni Brusca en 1995 (Limiti 2017) ou bien des professionnels auraient-ils mis à disposition leurs connaissances en conseillant les mafieux ? C’est ce qui a été affirmé par Pier Luigi Vigna, ancien Procureur national antimafia, lors d’une audition de la Commission parlementaire antimafia en 201010. Le profil idéal pourrait être celui de Paolo Bellini, criminel lié à l’extrême droite italienne, impliqué dans des vols d’objets artistiques et ensuite informateur des Carabinieri, au centre des pourparlers entre l’État et la mafia en tant que médiateur11.

19L’attentat de Georgofili fut le premier d’une série visant le patrimoine artistique italien. Le 27 juillet 1993 fut frappé le Padiglione di Arte Contemporanea de via Palestro à Milan ; le 28 juillet 1993 furent visées l’archibasilique Saint-Jean-de-Latran et l’église de San Giorgio in Velabro à Rome. Ces deux derniers attentats ont causé la détérioration de la façade de l’archibasilique et la destruction du portique de San Giorgio in Velabro.

20Selon certains magistrats, ces attentats visant le patrimoine faisaient partie d’une stratégie de chantage pour forcer des négociations secrètes entre l’État italien et les chefs de Cosa nostra.

Qu’est-ce qu’une archéomafia ?

21Ceux qui revendiquent la légitimité de la notion d’archéomafia le font à partir de la réflexion suivante : le fouilleur clandestin peut être un simple criminel isolé, mais pour la commercialisation dans le marché de l’art il est nécessaire de faire partie d’un réseau national et international accessible à travers « une organisation criminelle structurée sur une base pyramidale, avec des rôles et des hiérarchies bien définis » (Cevoli 2021 : 137).

22Une organisation archéocriminelle, archéomafieuse, possède plusieurs caractéristiques qu’on retrouve dans la définition la plus large d’un groupe mafieux :

  • contrôle absolu d’un certain territoire et exclusivité de l’action ;
  • omertà, la loi du silence : l’association et ses actions sont secrètes ;
  • existence de relations organiques au sein du tissu social local, national et international et de liens privilégiés avec le milieu économique et politique ;
  • une organisation pyramidale avec des rôles bien précis dominée par des figures capables de gérer la relation avec les principaux trafiquants et marchands du monde, les directions des musées, la communauté scientifique (sic !)…

23Le crime organisé s’intéresse à l’archéologie, nous l’avons vu, pour deux raisons : la possibilité de gagner de l’argent et son côté symbolique (l’instrumentalisation des vestiges archéologiques les transforme en symboles de pouvoir). L’organisation criminelle peut intervenir au moment de la fouille clandestine, du transport (lors de trafics illicites), lors de spéculations financières ou à travers la participation à un marché. Aujourd’hui, les mafias italiennes (au-delà des trafics et du blanchiment d’argent) préfèrent infiltrer les sites et les parcs archéologiques via l’offre de services, l’embauche du personnel et de la main-d’œuvre nécessaires pour des travaux et le détournement de fonds nationaux et européens. Parmi les avantages de ce type de trafic on peut mentionner la faiblesse des sanctions et l’existence d’un marché de l’art légal, dans lequel on peut s’infiltrer (Ceschi 2019 : 12) ; ce qui n’est pas le cas du trafic de cannabis ou d’armes.

24Conserver des objets archéologiques ou des œuvres d’art peut être aussi une forme d’assurance pour rassurer ses partenaires du crime. Par exemple, il semblerait que le clan de la camorra Amato-Pagano conservait à Castellammare di Stabia des tableaux volés au Van Gogh Museum d’Amsterdam en tant que garantie dans le cadre d’affaires avec des narcotrafiquants d’Amérique (Cevoli 2021 : 148).

25Contrairement aux institutions étatiques, les associations criminelles organisées s’adaptent très rapidement aux changements culturels, économiques et sociaux des environnements où elles interviennent. Une définition univoque du concept d’archéomafia nous semblant, en l’état, impossible, il nous paraît plus utile d’identifier les modalités d’action des organisations criminelles qui s’intéressent aux héritages culturels. En effet, il est rare qu’une seule organisation s’occupe de toute la chaîne opératoire de la fouille clandestine ou du vol jusqu’à la destination finale de l’objet volé. Au contraire, il est plus courant d’identifier plusieurs organisations criminelles spécialisées dans une étape du trafic illicite qui coopèrent dans le but d’augmenter leur pouvoir et leurs ressources. En ce qui concerne l’implication mafieuse, elle ne s’étend pas forcément à toutes les étapes du trafic, mais s’appuie sur de nombreux intermédiaires. Par exemple, les fouilleurs clandestins ou les transporteurs ne sont pas forcément mafieux, mais il se peut que ces derniers payent le pizzo. Un douanier complice peut quant à lui faire passer les objets à l’étranger.

  • 12 . Direzione Nazionale Antimafia, Relazione sulle attività svolte dal Procuratore nazionale antimafi (...)

26La participation, souvent indirecte, des membres des mafias à ce genre de trafic rend plus difficile leur identification et de fait les possibilités de poursuites judiciaires12. Comme le rappellent Alder, Chappell et Polk, la typologie, la taille et la complexité de l’organisation criminelle dépendent aussi de la typologie des objets. Par exemple, un trafiquant d’objets en jade, généralement très petits, peut travailler tout seul pour approvisionner de nombreux marchands et antiquaires (Alder, Chappell & Polk 2009 : 123). Les trafiquants de jade n’ont donc pas besoin de mettre en place une véritable organisation complexe ou de s’appuyer sur les vastes réseaux de crime organisé pour continuer leurs activités.

27En revanche, même si le nombre des membres de l’organisation peut être réduit, ces activités illégales demandent un important réseau bien organisé qui permette de garantir toutes les étapes du trafic :

  • vol ou fouille clandestine ;
  • acheminement vers les marchands/antiquaires ;
  • logistique de transport et stockage ;
  • étude, estimation et rédaction de faux certificats d’origine délivrées par des spécialistes ;
  • identification des acheteurs.

28Toutes ces caractéristiques étaient bien présentes dans l’association criminelle constituée par Robert Hecht et Giacomo Medici au début des années 1970, responsables de nombreux crimes contre le patrimoine dans plusieurs pays à travers un réseau international constitué également par des conservateurs de musées, des restaurateurs et des marchands.

29En résumé, on retiendra que les mafias peuvent s’intéresser à l’archéologie à travers plusieurs modalités :

  • pour réaliser des trafics illicites de vestiges archéologiques (fouille clandestine, vol, logistique en tant qu’intermédiaires, réalisation et vente de faux) ;
  • pour faire du blanchiment d’argent ;
  • en intimidant les archéologues ou le personnel de la tutelle et de la valorisation des héritages culturels ;
  • en imposant le pizzo, la main-d’œuvre ou les machines pour effectuer des recherches ;
  • en polluant les paysages à travers la réalisation d’infrastructures illégales ou à travers l’enfouissement de déchets dans les sous-sols et sous les eaux ;
  • en détruisant les vestiges du passé.

Terroristes et archéomafias

30Depuis le début des années 2000, de plus en plus de recherches sont consacrées à l’implication des groupes terroristes dans les trafics illicites de vestiges archéologiques. Peut-on considérer les organisations terroristes comme des organisations de crime organisé ? Quelle que soit la réponse, nous pouvons constater l’implication de groupes criminels, terroristes et mafieux dans ces trafics. Il s’agit en effet d’un moyen pour financer la lutte armée. Même s’il existe de nombreuses similitudes entre ces deux types d’organisations criminelles, il faut remarquer que certains pays traitent de terroristes même des groupes rebelles ou indépendantistes qui ne partagent rien avec Al-Qaïda ou Daech. Par exemple le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), est considéré par certains comme une organisation terroriste et par d’autres comme un mouvement politique armé revendiquant l’autonomie kurde.

  • 13 . Quirico D., « Arte antica in cambio di armi, affari d’oro in Italia per l’asse fra Isis e ’ndrang (...)

31Dans un article publié le 16 octobre 2016 sur le quotidien La Stampa de Turin, le journaliste Domenico Quirico dénonce la collaboration entre les terroristes de Daech en Libye, la camorra et la ‘ndrangheta dans le trafic illicite de vestiges archéologiques13.

32Selon les sources du journaliste, Daech s’occuperait des pillages notamment à Leptis Magna, Sabratah et Cyrène. La criminalité chinoise s’occuperait du transport avec des navires porte-conteneurs vers les ports de Gioia Tauro, Naples et Salerne. La ‘ndrangheta et la camorra seraient les intermédiaires chargés de trouver des acheteurs en Italie ou en Europe. En contrepartie, les terroristes recevraient des armes de fabrication russe et de l’argent.

33Pour obtenir ces informations, très difficiles à vérifier, Quirico s’est fait passer pour un riche collectionneur de Turin intéressé par l’achat d’objets venant de Libye. Il a obtenu un rendez-vous à Vietri sul Mare, près de Salerne, en Campanie, avec un trafiquant, très probablement un membre ou un complice de la ‘ndrangheta, qui lui propose l’achat de la tête en marbre d’un empereur romain, sans doute arrachée du reste de la statue, pour 60  000 euros. Face à son hésitation, il lui montre d’autres objets provenant d’Italie du Sud et la photo d’une autre tête gigantesque de divinité en vente à un million d’euros. Le trafiquant lui dit aussi que s’il veut des objets du Proche-Orient, il faut se rendre à Gioia Tauro et discuter directement avec la ‘ndrangheta.

  • 14 . La fondation ICSA (Intelligence culture and strategic analysis) est une fondation politique qui r (...)
  • 15 . Cette publication est financée par la multinationale du tabac Philip Morris International dans le (...)
  • 16 . Luck T., « Syrian rebels loot artifacts to raise money for fight against Assad », washingtonpost. (...)

34Au-delà de cet article de Quirico, la fondation ICSA14 a publié l’une des rares études qui se penche sur la question des liens entre le terrorisme, la criminalité et les trafics illicites15. Le paragraphe de l’étude consacré aux trafics illicites de vestiges archéologiques définit ces objets comme le « pétrole de pierre » (De Stefano, Santori & Trento 2019 : 112). En effet, l’une des sources principales de revenus pour le terrorisme au Proche-Orient et au Maghreb serait le pétrole. Derrière les images de la destruction d’objets et de sites archéologiques en Syrie, Irak et Libye se trouvent des organisations qui profitent de ces trafics illicites. Les images des destructions ont contribué à augmenter le prix des objets venant des territoires sous le contrôle de Daech. Au cours du dernier conflit syrien, de nombreux groupes armés ont utilisé les vestiges archéologiques comme source de financement. Des combattants ont raconté effectuer régulièrement/fréquemment des pillages16.

  • 17 . Loore F., « Trafic d’antiquités et financement du terrorisme : la Belgique au cœur de tous les so (...)

35Dans plusieurs articles publiés par Paris Match, le journaliste Frédéric Loore a montré l’infiltration par plusieurs groupes terroristes, notamment au Proche-Orient, du marché des antiquités17. Depuis les restrictions européennes et étasuniennes concernant l’importation d’objets archéologiques provenant du Proche-Orient, les destinations principales seraient la Russie, la Chine, les Émirats arabes unis et le Japon. Il est important de rappeler aussi que le magistrat Paolo Giorgio Ferri affirmait que les mafias et les organisations terroristes partagent l’utilisation du patrimoine pour affirmer et renforcer leur pouvoir sur une communauté ou pour faire du chantage (Ferri s. d. : 633).

Conclusions

36Les objets archéologiques (et leur marché) sont très intéressants pour le crime organisé à cause de leur rareté et donc de leur prix, de leur signification symbolique et de la facilité de transport et de revente dans de nombreux pays qui contrôlent peu ou pas du tout ce commerce.

  • 18 . « Pourquoi et comment les gens pourraient-ils assurer la protection d’œuvres qu’ils n’auraient ja (...)

37Tout en bas de l’échelle, il y a les tombaroli, les fouilleurs clandestins, les voleurs et tous les acteurs qui constituent le petit prolétariat des organisations criminelles. Leurs conditions et leur recrutement varient selon les contextes et ce n’est pas toujours la misère sociale qui pousse des individus à piller les sites archéologiques ou les musées, surtout en Italie. Même si le concept d’archéomafia ne fait pas l’unanimité, surtout en dehors du milieu académique, le procès visant l’organisation criminelle de Robert Hecht et de Giacomo Medici a démontré l’existence de plusieurs éléments structurels en commun avec les organisations mafieuses traditionnelles qui, de toute façon, se retrouvent souvent dans certaines étapes des trafics illicites de vestiges archéologiques. La nécessité pour le crime organisé de blanchir d’énormes quantités d’argent explique aussi les infiltrations dans le marché de l’art. Les ports francs, les marchands et les acheteurs sans scrupules, les membres des institutions corrompus et les archéologues complices constituent les maillons faibles qui favorisent la circulation d’objets d’origine illicite. Actuellement les institutions préfèrent miser sur la répression plutôt que d’investir dans la prévention des pillages et des trafics d’objets archéologiques. Pourtant la médiation des résultats de la recherche scientifique et la valorisation participative des héritages culturels devraient être le noyau de la stratégie visant la protection du patrimoine. En effet « why should and how can people ensure the safety of works they will never see? »18.

  • 19 . Cette expression apparaît au début du xxe siècle pour faire référence aux employés faisant un tra (...)

38Comme pour d’autres types de trafics illicites où est impliqué le crime organisé, les mafias ne pourraient pas faire grand-chose sans le soutien et la collaboration de cette catégorie qu’on appelle les « cols blancs ». Dans le contexte qui nous concerne, les cols blancs (white-collar en anglais19) sont des professionnels de plusieurs domaines (fonctionnaires publics, militaires et civils, politiques, scientifiques) qui décident de jouer le rôle de facilitateurs au service d’organisations criminelles dans le cadre d’activités illicites. Il s’agit donc de professionnels qui mettent leurs compétences au service du crime. Parmi les cols blancs que nous pouvons trouver impliqués dans le cadre des trafics illicites de vestiges archéologiques il y a des archéologues, des avocats, des notaires, des policiers, des agents des douanes qui laissent passer des objets ou falsifient des documents, des marchands d’antiquités, des employés de maisons de ventes aux enchères, des conservateurs de musées ainsi que des politiques.

39Globalement, jusqu’à présent la protection des vestiges du passé a été confiée aux institutions nationales et internationales. Cependant, le modèle actuel montre ses limites, notamment lors de conflits sociaux et militaires. Un défi pour les décennies à venir pourrait être la redéfinition du rôle des communautés locales dans la protection de ce qu’elles décideraient de considérer comme héritage culturel à préserver et à transmettre. Parallèlement, il faudrait chercher des réponses à la fois globales et locales pour faire face à un problème extrêmement complexe. Il s’agira d’harmoniser les législations nationales en matière de protection du patrimoine et de lutte contre le crime organisé, de réformer des institutions importantes comme l’UNESCO, d’encadrer et de contrôler plus attentivement le marché de l’art et des antiquités, de faciliter la coopération lors des enquêtes internationales, de prévoir des ressources adéquates pour la valorisation, la recherche et la protection du patrimoine et, enfin, de sensibiliser les institutions muséales pour limiter les acquisitions d’objets d’origine douteuse.

40Est-il possible d’arrêter les pillages et les trafics illicites de vestiges archéologiques ? Comment anéantir les organisations criminelles qui contribuent à la destruction et à la dispersion des héritages culturels ? Le 30 août 1991, lors d’un entretien entre le journaliste Gianfranco d’Anna et le magistrat Giovanni Falcone diffusé sur la chaîne Rai 3, le juge sicilien affirma :

« Bien sûr qu’il y a de l’espoir ! La mafia n’est pas invincible. C’est un fait humain et comme tous les faits humains elle a un début et elle aura aussi une fin. Il faut plutôt réaliser que c’est un phénomène terriblement sérieux et très grave qu’on ne peut pas vaincre en exigeant des actes héroïques de la part des citoyens désarmés, mais en impliquant dans cette bataille toutes les meilleures forces des institutions ».

41La diffusion de la justice sociale et la réduction des inégalités sont les prérequis pour atteindre la reconstruction d’un tissu social fort ; c’est le seul moyen d’enlever aux organisations criminelles le substrat qui leur permet d’émerger et de se répandre.

Remerciements

Haut de page

Bibliographie

Alder C., Chappell D. & Polk K. 2009. « Perspectives on the organisation and control of the illicit traffic in antiquities in South East Asia ». In : S. Manacorda (éd.), Organised Crime in Art and Antiquities. Selected papers and contributions from the International Conference on “Organised crime in art and antiquities”, Courmayeur Mont Blanc, Italy 12-14 December 2008, ISPAC, Milan (Italie) : 119-144.

Catanzaro R. 1988. Il delitto come impresa: storia sociale della mafia, Padoue (Italie), Liviana.

Ceschi G. 2019. « Il ruolo della criminalità organizzata nel traffico illecito di opere d’arte », Rivista di studi e ricerche sulla criminalità organizzata, vol. 5 (3) : 6-36.

Cevoli T. 2021. Storie senza voce, Naples (Italie), Liberarcheologia.

Conforti R. & Maniscalco F. 2002. « La tutela dei beni mobili in Italia: il problema dei furti d’arte ». In : F. Maniscalco (éd.). La tutela dei beni culturali in Italia, Naples (Italie), Massa Editore : 121-134.

De Stefano C., Santori E. & Trento I. S. 2019. Terrorismo, criminalità e contrabbando. Gli affari dei jihadisti tra Medio Oriente, Africa ed Europa, Soveria Mannelli (Italie), Rubbettino.

Direzione Nazionale Antimafia 2012. Relazione sulle attività svolte dal Procuratore nazionale antimafia e dalla Direzione nazionale antimafia nonché sulle dinamiche e strategie della criminalità organizzata di tipo mafioso nel periodo 1o luglio 2011-30 giugno 2012 : 407.

Ferri P. G. (s. d.). The illicit traffic of cultural objects. Description and outline of its related offences and international cooperation, inédit.

Isman F. 2009. I predatori dell’arte perduta. Il saccheggio dell’archeologia in Italia, Rome (Italie), Skira.

Limiti S. 2017. « Strage Georgofili: e la mafia si scoprì esperta d’arte e cultura », Antimafia Duemila, 27 mai 2017. En ligne : https://www.antimafiaduemila.com/home/primo-piano/65687-strage-georgofili-e-la-mafia-si-scopri-esperta-d-arte-e-cultura.html.

Loore F. 2017. « Trafic d’antiquités et financement du terrorisme : la Belgique au cœur de tous les soupçons », Paris Match, 29 novembre 2017. En ligne : https://parismatch.be/actualites/societe/94515/trafic-dantiquites-daesh-belgique.

Luck T. 2013. « Syrian rebels loot artifacts to raise money for fight against Assad », washingtonpost.com, 12 février 2013. En ligne : https://www.washingtonpost.com/world/middle_east/syrian-rebels-loot-artifacts-to-raise-money-for-fight-against-assad/2013/02/12/ae0cf01e-6ede-11e2-8b8d-e0b59a1b8e2a_story.html.

Macchiarola I. 2013. « Foggia. Le mani dell’archeomafia sul patrimonio Dauno », affaritaliani.it (11 juillet 2013). En ligne : https://www.affaritaliani.it/puglia/foggia-le-mani-dell-archeomafia-sul-patrimonio.html.

Mackenzie S. 2011. « The Market as Criminal and Criminals in the Market: Reducing Opportunities for Organised Crime in the International Antiquities Market ». In : S. Manacorda & D. Chappell (éd.). Crime in the Art and Antiquities World, Berlin (Allemagne), Springer : 69-85.

Manacorda S. 2011. « Criminal Law Protection of Cultural Heritage: An International Perspective ». In : S. Manacorda & D. Chappell (éd.). Crime in the Art and Antiquities World, Berlin (Allemagne), Springer : 17-48.

Melillo G. 2009. « Involvement of organised crime in art and antiquities: some remarks from the Italian perspective ». In : S. Manacorda (éd.). Organised Crime in Art and Antiquities, Selected papers and contributions from the International Conference on “Organised crime in art and antiquities”, Courmayeur Mont Blanc, Italy 12-14 December 2008, ISPAC, Milan (Italie) : 90-92.

Paoli L. 2014. « Introduction ». In : L. Paoli (éd.). The Oxford Handbook of Organized Crime, Oxford (Royaume-Uni), Oxford University Press : 1-10.

Quirico D. 2016. « Arte antica in cambio di armi, affari d’oro in Italia per l’asse fra Isis e ’ndrangheta », La Stampa, 16 octobre 2016. En ligne : https://www.lastampa.it/esteri/2016/10/16/news/arte-antica-in-cambio-di-armi-affari-d-oro-in-italia-1.34788871.

Renold M. A. 2018. « The Legal and Illegal Trade in Cultural Property to and Throughout Europe: Facts, Findings and Legal Analysis ». En ligne : https://www.art-law.org/files/1915/9342/2620/UNESCO_Report_-_SUBMITTED_27.02.2018.pdf.

Watson P. 1998. Sotheby’s: The Inside Story, Londres, Bloomsbury.

Watson P. & Todeschini C. 2007. The Medici Conspiracy: The Illicit Journey of Looted Antiquities—From Italy’s Tomb Raiders to the World’s Greatest Museums, New York (États-Unis), Public Affairs.

Woodiwiss M. 2003. « Transnational Organized Crime: The Strange Career of an American Concept ». In : M. E. Beare (éd.). Critical Reflections on Transnational Organized Crime, Money Laundering and Corruption, Toronto (Canada), University of Toronto Press : 3-34.

Haut de page

Notes

1 . L’École des hautes études en sciences sociales est un grand établissement français basé à Paris ayant pour mission l’enseignement supérieur et la recherche en sciences humaines et sociales.

2 . Dans un article de 2009, Sandro Calvani, à l’époque directeur d’UNICRI (Institut interrégional de recherche des Nations unies sur la criminalité et la justice), indiquait que, malgré certains articles et plusieurs déclarations d’institutions nationales et internationales, on ne dispose pas d’éléments suffisants pour affirmer que ce type de trafics illicites fait partie des plus répandus (Calvani 2009 : 30).

3 . À la base, un port franc (freeport en anglais) est un entrepôt qui permet d’acheminer un bien d’un pays à un autre sans devoir payer d’impôt à chaque passage étant exempté de la fiscalité du pays. Cependant, depuis les années 2000, certains parmi ces entrepôts discrets à la fiscalité avantageuse ont décidé de se spécialiser dans le stockage à long terme d’objets de luxe, permettant à des collectionneurs, à des entreprises et à des trafiquants de stocker des biens comme des bouteilles de vin, des bijoux, des voitures...et des vestiges archéologiques à des endroits bien protégés, dans une atmosphère surveillée (température, bactéries, humidité).

4 . Les premières recherches sur le sujet datent des années 1960. Cependant, c’est autour des années 1980 que le paradigme culturaliste est remplacé par l’économique (voir Catanzaro 1988), ce qui a permis une progression qualitative de la recherche dans ce domaine.

5 . Eurojust est l’agence chargée de renforcer la coopération judiciaire entre les États membres de l’Union européenne.

6 . À titre d’exemple nous pouvons citer l’article d’Ines Macchiarola, « Foggia. Le mani dell’archeomafia sul patrimonio Dauno » du 11 juillet 2013 paru dans affaritaliani.it.

7 . Cosa nostra, camorra, ‘ndrangheta, SCU, Società foggiana.

8 . « Nous ne devons pas non plus ignorer le fait que des groupes criminels organisés notoires, tels que la mafia, accordent une attention particulière au marché de l’art et des antiquités pour un certain nombre de raisons qui ont récemment été révélées : la disponibilité de marges bénéficiaires incontestables ; probablement aussi pour la haute valeur symbolique des œuvres d’art en termes de statut personnel ; enfin, pour leur importance en tant que patrimoine commun, dont l’enlèvement et la destruction peuvent être perçus comme un vulnus à l’ensemble de la communauté nationale et un élément de la puissance de l’organisation criminelle. Cela dit, il est hasardeux d’aller plus loin et d’affirmer qu’il s’agit d’une activité “typique“ des principales organisations criminelles au même titre que le trafic de drogue, l’extorsion ou certaines formes de contrefaçon » (Manacorda 2011 : 22 , traduction de l’auteur).

9 . Voir « La strage di via dei Georgofili, 27 maggio 1993 », Rete degli archivi per non dimenticare (https://www.memoria.san.beniculturali.it/la-storia/-/event/fact/be3c59cc-71ff-4f64-a3e2-912d9595e559%23b22c6457-1c46-47e4-9f08-74d855f0c1da/Strage+di+via+dei+Georgofili+%28FI%29).

10 . Commissione Parlamentare d’Inchiesta sul fenomeno della mafia e sulle altre associazioni criminali, anche straniere, Audizione del dottor Pier Luigi Vigna sui grandi delitti e le stragi di mafia degli anni 1992-1993, 57a seduta, giovedì 21 ottobre 2010, Senato della Repubblica- Camera dei deputati, Giunte e Commissioni, XVI Legislatura, resoconto stenografico n. 55.

11 . Communication de la DIA (Direzione investigativa antimafia), n. 3815/98 du 31 janvier 1998.

12 . Direzione Nazionale Antimafia, Relazione sulle attività svolte dal Procuratore nazionale antimafia e dalla Direzione nazionale antimafia nonché sulle dinamiche e strategie della criminalità organizzata di tipo mafioso nel periodo 1o luglio 2011–30 giugno 2012 : 407.

13 . Quirico D., « Arte antica in cambio di armi, affari d’oro in Italia per l’asse fra Isis e ’ndrangheta », La Stampa, 16 octobre 2016.

14 . La fondation ICSA (Intelligence culture and strategic analysis) est une fondation politique qui réunit des politiques et des militaires italiens. Parmi ses activités publiques on peut mentionner des conférences et des publications.

15 . Cette publication est financée par la multinationale du tabac Philip Morris International dans le but de « soutenir des projets consacrés au combat des trafics illicites ». Cependant, Philip Morris International a été accusée à plusieurs reprises par diverses organisations d’avoir mis en place des réseaux de contrebande pour échapper notamment aux taxes européennes.

16 . Luck T., « Syrian rebels loot artifacts to raise money for fight against Assad », washingtonpost.com, 12 février 2013.

17 . Loore F., « Trafic d’antiquités et financement du terrorisme : la Belgique au cœur de tous les soupçons », Paris Match, 29 novembre 2017.

18 . « Pourquoi et comment les gens pourraient-ils assurer la protection d’œuvres qu’ils n’auraient jamais vues ? » (Alder, Chappell & Polk 2009 : 140).

19 . Cette expression apparaît au début du xxe siècle pour faire référence aux employés faisant un travail intellectuel par opposition aux blue collars, les ouvriers de base.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marino Ficco, « Archéomafias : le crime organisé contre le patrimoine »Les nouvelles de l'archéologie, 171 | 2023, 62-68.

Référence électronique

Marino Ficco, « Archéomafias : le crime organisé contre le patrimoine »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 171 | 2023, mis en ligne le 12 mars 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nda/14707 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.14707

Haut de page

Auteur

Marino Ficco

Docteur en histoire et civilisations, ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES (EHESS), project manager ANCHISE, ÉCOLE FRANÇAISE D’ATHÈNES (EFA)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search