Navigation – Plan du site

AccueilNuméros171RecensionsNomad lives from Prehistoric, Tim...

Recensions

Nomad lives from Prehistoric, Times to Present Day

p. 72-73

Texte intégral

1Aline Averbouh, Nejma Goutas et Sophie Méry, coll. « Natures en Sociétés », Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle, 2021, 671 p.

2Aline Averbouh, Nejma Goutas et Sophie Méry offrent ici un ouvrage de référence qui va au-delà de la simple question du nomadisme. Dans cette édition, avec une belle mise en page originale, tous les articles sont en anglais et sont richement illustrés avec de nombreuses figures, cartes et photographiques en couleur. Tout au long de ces plus de 600 pages, c’est la notion même de nomadisme qui est interrogée, avec une variété de cas d’étude allant de la Préhistoire aux périodes actuelles et couvrant tous les continents. On y retrouve le nomadisme vu à travers le prisme des sources archéologiques, de la culture matérielle, des sources orales, des archives historiques et des enquêtes ethnographiques et sociologiques. Cette notion est confrontée aux données de terrains, très variés, aux analyses comparatives et à la réflexion épistémologie.

3Le livre se compose d’un avant-propos de Thote et Vigne, d’une introduction des trois éditrices, de vingt-six articles répartis dans cinq parties thématiques et d’une conclusion par Bahuchet, Demoule et Mazzella. Ces trois derniers auteurs offrent ainsi une discussion avec des points de vue différents sur le nomadisme, influencés par leurs disciplines respectives, l’ethnologie, l’archéologie et la sociologie. Le livre se clôture avec une courte biographie de Claudine Karlin par Soulier, puisque cet ouvrage lui est dédié, entre autres en raison de son intérêt pour la question du nomadisme lors de ces dernières décennies, notamment grâce à ses travaux sur le site préhistorique de Pincevent dans le bassin parisien.

4Le corps de cet ouvrage se compose donc de cinq parties abordant des notions tournant autour de la question du nomadisme, d’un point de vue épistémologique, matériel, économique ou rituel. Les parties sont inégales, avec sept articles dans la partie 1, quatre articles dans la partie 2, huit articles dans la partie 3, quatre articles dans la partie 4 et trois articles dans la partie 5. Le choix de ce découpage thématique, justifié par les auteures en début d’ouvrage, est assez singulier et il aurait sûrement été plutôt préférable de regrouper ces cas d’étude d’un point de vue chronologique ou régional par exemple. Les cas d’étude étant si éloignés chronologiquement et géographiquement au sein de chaque partie, la cohérence thématique de chacun de ces chapitres s’en retrouve un peu affaiblie.

5La partie 1 « Nomads and nomadism », une des parties les plus conséquentes, porte donc essentiellement sur la notion de nomadisme en elle-même. On y observe tout de suite la variété des cas d’étude présentés, même si elle se base essentiellement sur des cas de nomadisme récent (actuels ou historiques). L’aspect épistémologique est bien traité par Mercier et Tripier, qui s’interrogent sur ce qu’est le nomadisme et comment le définir, en se basant sur les périodes actuelles. Les travaux de Bahuchet viennent plutôt questionner la différence entre « nomadisme » et « mobilité », en s’intéressant à la mobilité, aux campements et aux cycles annuels chez les chasseurs-cueilleurs Aka d’Afrique. Ferret montre également l’impact des saisons sur la mobilité des groupes Yakuts (dans la taïga) et Kazakhs (dans la steppe), montrant que le nomadisme n’est pas nécessairement lié au pastoralisme dans ces régions. L’article de Tarrius porte sur le nomadisme contemporain en Europe, où l’on perçoit le lien entre nomadisme passé et présent, et son aspect politique, abordant la crise migratoire en Europe. La politique est aussi visible dans le texte de Gazagnadou où, à partir d’un portrait d’un Sheikh se dessine l’évolution des Émirats Arabes Unis au xxe siècle, dont Abu Dhabi, passant d’un désert sans eau à une mégapole ultramoderne. Toujours dans cette région, Montigny nous montre l’évolution dans le type de nomadisme exercé par les bédouins dans la péninsule arabique et le golfe persique, montrant également l’importance de la mer pour ces groupes du désert. Dans le texte de Gutierrez et Benjamin, on perçoit aussi l’évolution des Khoï-San d’Angola sur le long terme, depuis les premiers contacts avec les européens au xve siècle, alors qu’ils sont nomades, jusqu’à leur sédentarisation au début du xxie siècle.

6Comme il était prévisible au vu de la thématique de la partie 2 « Practical life in the camp: material production and dwelling » abordant la vie dans les campements nomades, trois des quatre articles se focalisent sur des cas d’étude de campements préhistoriques. On voit dans cette partie tout l’héritage de Leroi-Gourhan, notamment dans l’article d’Audouze sur le site de Verberie, un excellent exemple de ce qu’est une étude palethnologique en bonne et due forme, montrant une analyse non plus au niveau du campement mais de l’unité elle-même. Mais d’héritage il est aussi question dans le texte de Vasil’ev, puisqu’il rappelle à juste titre l’influence mutuelle des écoles de Préhistoire russes et françaises, ayant jeté à elles deux les fondements des fouilles planimétriques et de la palethnologie. Il en profite pour comparer les données sur les campements de la préhistoire russe en Sibérie (bassin du Ienisseï) et en France (bassin parisien). Il y observe des organisations spatiales similaires pouvant être mises sur le compte de régularités des groupes nomades de la fin du Pléistocène. La patte de Leroi-Gourhan est toujours présente dans l’étude d’Enloe et David sur l’habitat chatelperonnien à Arcy-sur-Cure, qui montre le seul cas d’étude de ce livre sur le nomadisme de nos ancêtres néandertaliens. Malgré le grand saut chronologique du dernier article qui clôt cette partie, portant sur les éleveurs nomades kurdes actuels d’Iraq, nous ne pouvons pas ne pas penser encore une fois à Leroi-Gourhan : à travers de très belles illustrations et discussions, Thevenin montre les techniques et la chaîne opératoire de la fabrication des tapis, mais également l’organisation sociale et politique qui se constitue autour.

7Dans la partie 3 « Practical life outside the camp: territories and economic organization », les cas d’étude vont du très ancien au contemporain. Très ancien, avec les travaux de Lewis et al. qui présente les données connues concernant la technologie, la mobilité et l’occupation du territoire par les homininés en Afrique dès 3 millions d’années. Cette question territoriale est également très présente dans l’article de Delvigne & Raynal, qui abordent la notion de territoire d’après des données ethnographiques et essayent ensuite de l’adapter aux données archéologiques, en prenant le gravettien récent comme exemple. Hitchcock en fait de même, en étudiant de près la mobilité et l’utilisation du territoire par les chasseurs-cueilleurs du sud de l’Afrique dans le désert du Kalahari. Pour Bourdier, c’est davantage l’évolution de la notion de paysage chez les chasseurs-cueilleurs nomades d’Afrique du Sud qui est au centre de ses réflexions, où l’art pariétal joue un rôle majeur.

8Cette partie ne pouvait évidemment pas manquer d’exemples de pratiques pastorales : deux en sont présentés, en Azerbaijan (Thevenin et al.) et au Maroc (Brisebarre & Mahdi), abordant cette forme très spécifique et saisonnière de nomadisme qu’est la transhumance. Les nomades marins abordés dans l’article de Torres Elgueta et al. sont très intéressants puisque tout au long de cet ouvrage on observe des chasseurs, des cueilleurs, des éleveurs, mais rarement des pêcheurs. C’est ce que font ces auteurs, en montrant l’évolution des méthodes de pêche avant et après le contact avec les Européens sur le long territoire de la côte de Patagonie. Quant à la question du lien entre humains, faune, territoire et écosystème, l’exemple présenté par Laugrand montre l’expérience tentée par le gouvernement canadien dans les années 1920 d’essayer de convertir les Inuit du Canada en éleveurs de rennes, avec l’aide de familles Sami venues de Norvège leur enseigner les rouages de ce mode de vie. Spoiler : ce fût un échec.

9Tout au long de la partie 4 « Social life and relationship with the living: within and outside the group », on y découvre les visages des hommes et des femmes nomades. Parfois de manière figurative, comme dans la publication de Fuentes et Pinçon sur ces visages fascinants, gravés ou sculptés, arrivés directement des fins fonds de la Préhistoire et qui permettent tout de même d’aborder les notions de territoire et de mobilité de groupes. Mais aussi de manière plus réaliste, comme dans la galerie de portraits de l’enquête ethnologique de Bordigoni et Foisneau auprès des nomades Roms, interrogeant la différence de notion entre le nomadisme tel que perçu par les Roms eux-mêmes et par les États où ils se trouvent. Les visages des femmes et des hommes se trouvent aussi au cœur des études de Beyries sur les Tchouktches et Koriaks de Sibérie et de Baroin sur les Tubu du Sahara. Du côté sibérien, on s’intéresse à l’organisation genrée des différentes tâches : le travail des peaux, la taille du silex, la pêche, les rituels, la récolte du bois, etc. Côté saharien, l’organisation sociale est analysée à travers le prisme du mariage, de la dot et des richesses des maris et des femmes.

10Bien que la partie 5 « Divinized life and relationship to the dead: myths, rites and beliefs », dernière de l’ouvrage, ne comporte que trois articles, ceux-ci valent le détour et vont au-delà de la simple discussion sur les mythes et les rites. Dans l’article de Vaté sur les Tchouktches de Sibérie, on découvre ainsi des cordes rituelles servant à relier des objets, mais surtout des moments de vie sur plusieurs générations. Côté Alaska, Guédon montre un aperçu des modes de vie semi-nomades des groupes athapascans des sociétés de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs de la forêt boréale, article assorti de belles photographies faites dans ces villages par De Laguna dans les années 1960. Les pratiques mortuaires dans les steppes centrasiatiques à l’âge du Bronze et du Fer décrites par Bendezu-Sarmiento viennent aussi rappeler l’importance du cheval dans certaines sociétés nomades, un aspect peu évoqué dans les cas d’étude publiés dans l’ouvrage.

11Le cadre chronologique et géographique volontairement large du livre montre la variabilité des cas, des modes de vie, des modes de mobilités, des saisonnalités, des organisations sociales et territoriales. Chaque période, chaque région a son propre nomadisme, ce qui limite les possibilités d’une synthèse de ces modes de vies. Pour reprendre l’expression de Bahuchet dans la conclusion, cet ouvrage montre bien à quel point le nomadisme est une notion nomade !

12Yan Axel Gómez Coutouly

13 CNRS UMR 8096 ArchAm, « laboratoire Archéologie des Amériques »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Nomad lives from Prehistoric, Times to Present Day »Les nouvelles de l'archéologie, 171 | 2023, 72-73.

Référence électronique

« Nomad lives from Prehistoric, Times to Present Day »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 171 | 2023, mis en ligne le 12 mars 2024, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nda/14727 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.14727

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search