Navigation – Plan du site

AccueilNuméros171RecensionsBouquetins et Pyrénées : I. De la...

Recensions

Bouquetins et Pyrénées : I. De la Préhistoire à nos jours

Offert à Jean Clottes, Conservateur général du Patrimoine honoraire
p. 74-76

Texte intégral

1Aline Averbouh, Valérie Feruglio, Frédéric Plassard & Georges Sauvet (dir.), coll. « Préhistoires de la Méditerranée », Presses universitaires de Provence, 2021, 413 p.

2Envisagée dans les années 1970, intégrée au programme de « Restauration de la grande faune pyrénéenne » mis en œuvre avec l’Espagne puis au projet commun de la « Stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité », la réintroduction du bouquetin sur le versant français de la chaîne montagneuse s’est concrétisée en 2014 par un premier lâcher d’une quarantaine de bouquetins ibériques, de la sous-espèce Capra pyrenaica victoriae. Fin 2021, on décomptait près de 500 individus dans le Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises et le Parc national des Pyrénées.

3La conjugaison de bonnes volontés et de compétences multiples a fait de cette réintroduction un succès, dont la chronique clôt le bel ouvrage collectif offert à Jean Clottes par ses élèves, collègues et amis, récompensé par le Prix Connaissance du Livre Pyrénéen 2021. En ouverture, deux articles d’Évelyne Crégut-Bonnoure éclairent la diversité morphologique et génétique du genre Capra (Linné 1758). Présent sur tous les hauts-reliefs de l’Eurasie, du Moyen-Orient et de quelques îles méditerranéennes, il comprend une espèce domestique et neuf espèces sauvages qui se déclinent parfois en sous-espèces : des quatre qui ont été reconnues au sein de Capra pyrenaica (Schinz 1838), seuls les bouquetins de Castille (C. pyrenaica victoriae) et d’Andalousie (C. pyrenaica hispanica) persistent aujourd’hui. Le bouquetin du Portugal (C. pyrenaica lusitania) a disparu à la fin du xixe siècle et, en l’an 2000, l’Union internationale pour la conservation de la nature a déclaré éteint le bouquetin des Pyrénées (C. pyrenaica pyrenaica).

4En Europe occidentale, le bouquetin alpin (C. ibex) a supplanté le tahr à la fin du Pléistocène moyen, marqué par une grave péjoration climatique. Il s’est répandu sur les reliefs de la France méridionale à partir du stade isotopique 4 (entre - 70 et - 60 000 ans), époque où C. caucasica praepyrenaica (Crégut-Bonnoure 2002) est attesté entre le Massif central et le versant nord des Pyrénées ; morphologiquement comparable à l’actuel bouquetin du Caucase, il semble avoir évolué vers C. pyrenaica pyrenaica, pourtant génétiquement proche de C. ibex...

5En conclusion de la première partie, Jean-Pierre Alzieu et Julien Canet insistent sur l’adaptation remarquable de ces espèces aux biotopes rocheux, ouverts ou semi-ouverts qu’elles affectionnent. Si elles diffèrent par la taille, le pelage et la forme des cornes – à double torsion et pointe orientée vers le haut chez C. pyrenaica, à courbure régulière en lame de sabre et pointe orientée vers le bas chez C. ibex – elles sont toutes deux marquées par un fort dimorphisme sexuel : le cornage des mâles atteint fréquemment 70 à 90 cm, celui des femelles ou étagnes dépasse rarement 20 à 25 cm. Goûtant peu la cohabitation avec d’autres animaux sauvages ou domestiques, elles vivent en hardes séparées, les étagnes avec les cabris et les mâles entre eux, hors la saison des amours pendant laquelle ils peuvent s’affronter en duels spectaculaires.

6De loin la plus importante, la deuxième partie mobilise près d’une centaine d’autrices et d’auteurs pour traiter du « Bouquetin, animal emblématique de la Préhistoire pyrénéenne », de ses traces archéologiques et de ses représentations artistiques. En introduction, trois synthèses sur les occupations du Paléolithique ancien et moyen (Marianne Deschamps et Lourdes Montes), du Paléolithique récent et final (François Bon, Morgane Dachary), du Mésolithique et de la néolithisation (Nicolas Valdeyron, Josep M. Fuliola, Xavier Oms et Pilar García-Argüelles) racontent la conquête graduelle et contrariée de la montagne par les chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire. Un article traite de la paléo-écologie du bouquetin (Philippe Fosse, Jesus Altuna, Pedro Castaños, Évelyne Crégut-Bonnoure, Jean-Baptiste Fourvel, Stéphane Madelaine, Pierre Magniez, Jordi Nadal et Jean-Denis Vigne) et un autre du bouquetin envisagé comme « matière première » (Aline Averbouh, Laura Manca et Benjamin Marquebielle).

7Avant l’avènement du Mésolithique au ixe millénaire av. J.-C., l’alternance de phases glaciaires et interglaciaires a plus ou moins entravé ou facilité la liaison entre l’Europe méditerranéenne et l’Europe atlantique à travers les Pyrénées. Les Néandertaliens du Paléolithique moyen chassaient de préférence des cervidés, des bovidés et des équidés, plus rarement du bouquetin – mais des ossements fouillés dans la grotte du Noisetier (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées) porteraient des traces de découpe.

8Entre le Châtelperronien, vers - 45 000 ans, et l’Azilien, vers - 14 000 ans, les hommes et les femmes du Paléolithique récent ont intensément sillonné les piémonts giboyeux sans franchir la chaîne, se contentant de la contourner par les côtes basque et méditerranéenne. Le phénomène de régionalisation et l’expression de particularités locales s’accentuent vers - 33 000 ans avec le développement du Gravettien, accompagné par une riche production d’art pariétal et mobilier dont l’héritage stylistique se perpétue dans la culture solutréenne (- 26 à - 19 000 ans), lors du dernier maximum glaciaire. Les phases moyenne, supérieure et finale du Magdalénien sont documentées par plusieurs centaines de sites et une très forte concentration de grottes ornées où parfois, comme à Enlène (Ariège, France) ou à La Garma (Cantabrie, Espagne), l’habitat s’est installé dans les profondeurs, au contact d’espaces à la vocation symbolique. Le réchauffement climatique qui signe l’entrée dans l’Holocène, vers - 13 000 ans, a favorisé le franchissement nord-sud des Pyrénées si l’on en croit les convergences techno-typologiques reconnues de part et d’autre de la chaîne, malgré la persistance de différences notables. Les premières traces d’activités agro-pastorales repérées dans les montagnes catalanes, dans le Haut-Aragon et la haute vallée de l’Èbre, remontent au début du vie millénaire. S’il en va de même dans la haute et moyenne montagne du versant nord à l’est, le manque de données archéologiques indique une néolithisation plus tardive de l’intérieur et des piémonts sur le versant français.

9Les Pyrénées françaises et espagnoles sont à la jonction des aires de répartition des trois espèces de bouquetins reconnues au Pléistocène supérieur, C. ibex, C. pyraneica et son ancêtre C. caucasica praepyrenaica. La révision taphonomique des séries pyrénéennes tient compte à la fois du contexte topographique des gisements, de la fréquence du groupe dans les cortèges fauniques, du degré de fragmentation des ossements et du caractère animal ou anthropique des traces qu’ils portent. Si « l’âge du renne » a été reconnu dans de nombreux gisements de la seconde moitié du Pléistocène supérieur, l’ongulé dominant dans les gisements espagnols du Pays basque, des Cantabres et des Asturies n’est pas le renne, quasi-absent, mais le bouquetin. Abondamment chassée à partir du Gravettien et surtout du Solutréen, l’espèce s’est progressivement réfugiée dans la haute montagne au Tardiglaciaire.

10La chasse se pratiquait de préférence en hiver et au printemps et visait indifféremment les adultes mâles ou femelles, sauf à La Vache (Ariège) où elles sont majoritaires (60 %). Rares dans les sites d’abattage, les ossements présentant des traces de découpe et de cuisson liées à la consommation de viande ou des fracturations liées à celle de la moelle sont plus fréquents dans les habitats. La peau, les tendons, les os, les dents, les cornes du bouquetin étaient autant de matières souples ou dures exploitées par les Préhistoriques, qui produisaient des objets domestiques (aiguilles, poinçons, etc.) à partir de leurs métapodes et fabriquaient des pendeloques en perforant leurs incisives. Constituées de kératine, les cornes ne se sont pas conservées mais les chevilles osseuses portant une découpe périphérique à leur base pourraient correspondre à la récupération d’étuis cornés en vue de leur transformation en lissoirs pour le travail des peaux.

11Les chapitres suivants sont consacrés au « Bouquetin, animal pensé, animal représenté » – soit 32 monographies de sites sélectionnés sur les versants nord (9) et sud (9) des Pyrénées puis en dehors d’elles, entre le Rhône et l’Atlantique (7) au nord et dans toute la péninsule ibérique au sud (7). Chaque section de cet ensemble à l’iconographie choisie est introduite par une carte précisant la localisation des sites, à compléter par l’inventaire du volume II qui en compte 90. Chaque notice donne la position géographique du site, détaille sa topographie, retrace l’historique des fouilles et précise les données chronologiques. Elle caractérise ensuite à grands traits son art pariétal et mobilier avant de s’attarder sur ses bouquetins et de conclure par le choix d’un bouquetin emblématique.

12En France, le cheval (34,5 %) domine le bestiaire pariétal des Gravettiens de Gargas (Hautes-Pyrénées), devant le bison (27 %) et les autres bovidés (15 %). La représentation égalitaire du bouquetin et du renne (7 %) est contredite par les ossements trouvés en fouille, le renne étant beaucoup plus chassé et consommé. Dans l’Ariège magdalénienne, le bouquetin est en tête dans l’art mobilier de la grotte-habitat de La Vache (16 % du bestiaire) mais son rôle est mineur sur les parois de la grotte-sanctuaire de Niaux. Il est rare dans les représentations pariétales de Bédeilhac (3 gravures) mais fréquent dans son art mobilier (30 exemplaires). La situation est tout aussi contrastée dans les cavernes du Volp : s’il arrive en quatrième position dans la Salle du Foyer des Trois-Frères, derrière les bisons, les chevaux et les rennes, on ne compte que 8 représentations du bouquetin dans l’art mobilier d’Enlène (5 plaquettes gravées et 3 rondes-bosses en bois de renne, dont l’emblématique propulseur aux bouquetins affrontés). Au Mas d’Azil, un graveur s’est appuyé sur le relief pour dessiner une belle tête du capriné au fond de la Galerie du Masque, un sculpteur a ciselé deux bouquetins sur une dent de cachalot et un autre, un protomé de l’animal sur un fût de propulseur. Parmi les 26 images animalières de l’abri Duruthy (Landes), on relève 5 bouquetins gravés ou figurés en champlevé sur trois objets en bois de renne, alors que la couche archéologique correspondante, datée du Magdalénien moyen, n’en a livré aucun vestige osseux.

13Dans la Cantabrie espagnole, les 3 bouquetins tracés en pointillés rouges à La Haza relèvent d’un style gravetto-solutréen. L’animal est très minoritaire (3 %) dans le bestiaire d’Altamira, où 3 gravures composent toutefois une scène réaliste datée du Magdalénien ancien cantabrique, entre 19 900 et 18 200 BP. En position secondaire (8,6 % du bestiaire), ses congénères d’El Castillo relèvent en majorité d’un dessin naturaliste noir (17) ou de la gravure (13), un seul étant peint en rouge. Bien antérieur aux sols d’habitat dont il est partiellement contemporain, le dispositif de La Garma comprend 10 bouquetins (12 % du bestiaire) peints en rouge sur les parois et un peint en noir, auxquels s’ajoutent 5 gravures sur os ou plaquette de calcite. Le bouquetin stylisé d’El Juyo est associé à une biche. Si la diversité des styles et des techniques illustre la longue durée d’occupation de La Pasiega, la Galerie B se distingue par la prépondérance accordée aux bouquetins (13) par rapport aux chevaux (6), cerfs (2) et biches (2). Parfois combinés à des dessins de couleur noire, les motifs gravés sur les roches d’Altxerri (Guipuscoa) font la part belle au bison (62 % des figures) : le bouquetin y est représenté à quatre reprises, dont une montre un mâle en plein saut, la tête tendue vers l’avant, le pelage du dos hérissé, les pattes antérieures repliées et les postérieures allongées. Enfin, en admettant que les signes angulaires gravés sur eux renvoient à des encornures de l’animal, deux blocs trouvés près de foyers du Magdalénien final dans la grotte d’Abauntz (Navarre) assurent la prédominance écrasante de cette espèce (72 %), parmi l’une des rares à être représentée de face, de manière schématique plutôt que naturaliste.

14Un essai poétique de François Poplin à propos des bouquetins sculptés en croix sur la dent de cachalot du Mas d’Azil et un texte théorique d’Olivia Rivero Vilá sur le passage de la vue de profil à la vue de face assurent la transition avec les sites extra-pyrénéens de France ou d’Espagne. En faire une critique détaillée excéderait les limites imparties à cette recension mais, de la revue d’ensemble, il ressort que les Paléolithiques ont pensé, et donc représenté, le bouquetin mâle doté d’un sexe apparent, d’un bouc et de cornes impressionnantes : il faut aller au Roc-aux-Sorciers (Vienne, France) pour repérer une « bouquetine » et son cabri.

15Avec « Le bouquetin dans l’art paléolithique », George Sauvet, Valérie Feruglio et Frédéric Plassard confirment que cet animal, dans toutes les régions et à toutes les époques, occupe la troisième place dans l’art pariétal après la « dyade fondamentale » du cheval et du bison conceptualisée par André Leroi-Gourhan. Observé, chassé et dépecé, il est omniprésent dans les différentes cultures du Paléolithique supérieur et dans leurs expressions graphiques, même s’il est un peu plus fréquent dans l’art mobilier, puisqu’il arrive en deuxième position, derrière le cheval, dans les représentations franco-ibériques.

16L’attachement au bouquetin perdure, voire s’amplifie, dans les arts post-paléolithiques, du Levant espagnol, où il arrive presque partout en tête de la faune représentée (Georges Sauvet), à l’arc alpin (Umberto Sansoni et Sara Rigamonti). Mais les articles offerts en conclusion à l’inventaire des sites laissent le lecteur et la lectrice sur leur faim : pourquoi traiter des pétroglyphes du Valcamonica et de la Vatellina (Lombardie, Italie) et non de ceux de la vallée des Merveilles (Alpes-Maritimes) ?

17Quant au texte sur « Le bouquetin de Nubie aux périodes prédynastiques égyptiennes » (Gwenola Graff), on rêverait qu’il soit l’amorce d’un ouvrage sur les bouquetins du Proche-Orient qui répertorierait les représentations de toute nature, gravement menacées par la situation géopolitique de la région le magnifique bouquetin de la collection du cheikh quatari Hamad Ben Abdullah Al Thani, exposé en 2020 au château de Fontainebleau, fait ainsi l’objet d’une demande de restitution officielle de la délégation du Yémen auprès de l’Unesco. Il a sans doute été volé dans le temple consacré au dieu Hawkam de l’antique cité de Maryamat, dans la vallée du Wadi Harib...

18Armelle Bonis

19Rédactrice en chef des Nouvelles de l’archéologie

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Bouquetins et Pyrénées : I. De la Préhistoire à nos jours »Les nouvelles de l'archéologie, 171 | 2023, 74-76.

Référence électronique

« Bouquetins et Pyrénées : I. De la Préhistoire à nos jours »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 171 | 2023, mis en ligne le 12 mars 2024, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/nda/14732 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.14732

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search