Navigation – Plan du site
Dossier : Archéozoologies

L’étude des ossements animaux en contexte d’archéologie préventive1

Vers un minimum méthodologique commun
Stéphane Frère et Grégory Bayle
p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Cet article a bénéficié de la collaboration de Ginette Auxiette (archéozoologue, Inrap), Thierry Ar (...)

1Depuis les années 1970, l’accroissement, sur le territoire national, des opérations d’archéologie dites « de sauvetage » puis « préventives » a entraîné le développement concomitant de nombreuses disciplines connexes à la fouille. Parmi ces domaines de recherche qui améliorent notre compréhension des activités humaines, l’archéozoologie apparaît pionnière.

2Son champ d’étude vise à reconstituer l’histoire des relations entre l’homme et l’animal à partir des restes animaux. Centré initialement sur les seuls ossements, en particulier des mammifères et des oiseaux, son domaine d’application s’est progressivement élargi à l’ensemble des espèces (poissons, mollusques, insectes…) et des vestiges (coquilles, écailles, peau…), ainsi qu’à différentes échelles allant jusqu’à l’élémentaire (œufs de parasites, signaux biochimiques et génétiques…).

3L’essor rapide de l’archéozoologie paraît imputable à l’abondance du matériau d’étude au sein de la plupart des sites archéologiques, mais aussi à la structuration précoce de la discipline sous l’égide des premiers chercheurs. En effet, le cadre méthodologique, rapidement et clairement circonscrit dans ses grandes lignes (notamment Chaplin 1971 ; Poplin 1976a et b ; Poplin 1977 ; Casteel 1977) a favorisé le dynamisme de la discipline. Par la suite, il a été constamment actualisé et synthétisé sous l’impulsion des avancées techniques et des nouvelles orientations de la recherche (Chaix & Méniel 2001 ; Horard-Herbin & Vigne 2005 ; Lyman 2008 ; Baker & Worley 2014).

4Malgré la maturité de la réflexion méthodologique et les qualifications des professionnels, leur nombre, sans cesse croissant, aboutit aujourd’hui à une multiplicité des pratiques. Cette diversité peut entraîner des difficultés lors de l’échange de résultats et l’incrémentation de bases de données collectives. En outre, dans le strict cadre de l’archéologie préventive, les études archéozoologiques paraissent de plus en plus dictées par le poids toujours croissant des contraintes calendaires et financières. Ces dernières conduisent à s’adapter en permanence et à faire des choix parfois préjudiciables à la portée des études réalisées.

  • 2 Un Gdr (Groupement de recherche) réunit des unités relevant de différentes institutions nationales (...)

5C’est pourquoi, outre la volonté de faciliter la diffusion et le partage des données parmi la communauté scientifique, qui est aujourd’hui une des tendances majeures de la recherche archéologique, un panel important d’archéozoologues intervenant en contexte d’archéologie préventive nationale s’est regroupé à plusieurs reprises dans le cadre du Gdr 3644 Bioarcheodat2 dirigé par Jean-Denis Vigne. Ces sessions de travail ont permis de définir, de manière collégiale, les données à faire figurer a minima dans les rapports d’études d’ossements animaux. Les objectifs sont de préserver l’intégrité scientifique des analyses et de faciliter la compréhension de leurs impératifs méthodologiques, mais aussi de mieux répondre aux attentes des archéologues commanditaires et des diverses instances de contrôle.

6Cette présentation collégiale est aussi le fruit de réflexions communes d’archéozoologues et d’archéologues dont plusieurs sont impliqués dans les instances décisionnaires et de contrôle. Elle ne vise pas à créer un « mode d’emploi » ou encore un cadre strict à appliquer dans les rapports d’étude, mais simplement à garantir, par l’adoption de ces critères a minima, la validité scientifique des travaux tout en répondant aux contraintes grandissantes de l’archéologie préventive. Chaque praticien, en souscrivant à ces propositions, demeure totalement libre de compléter les choix méthodologiques évoqués en fonction de la nature du site à étudier, de problématiques spécifiques ou encore de ses inclinaisons personnelles.

7En fournissant aux non-archéozoologues une vue synthétique des pratiques à privilégier, ce document collaboratif pourra aussi faciliter l’intégration des analyses des vestiges osseux dans le montage et le suivi des opérations et fournir aux instances de contrôle des outils destinés à évaluer la pertinence scientifique des études qu’elles souhaitent commanditer. Il pourrait constituer à terme, via la fiche synthétique proposée ci-après, un vade-mecum de base destiné aux archéozoologues débutants. Cette fiche sera accessible, sous peu, sur le site collaboratif https://www.archeozoo.org/​.

Historique de la démarche

8Face à la multiplication des données archéozoologiques dont bon nombre relève encore de la littérature grise (rapports d’étude non publiés), la communauté scientifique tente, sous l’impulsion initiale de Jean-Denis Vigne (Cnrs / Umr 7209) en 2004, de regrouper les résultats pour en assurer la pérennité et d’en faciliter la mise à disposition par la création de bases de données communautaires. L’exemple le plus abouti est aujourd’hui celui de la base patrimoniale « Inventaires archéozoologiques et archéobotaniques de France (I2AF) » que dirige Cécile Callou au Muséum national d’histoire naturelle (Mnhn). Cette base, disponible en ligne via l’Inventaire national du patrimoine naturel (Inpn), associe des données archéologiques et contemporaines, contribuant ainsi à une vision sur la longue durée de l’évolution de la biodiversité.

  • 3 ICAZ : International Council for Archaeozoology.

9Lors des travaux préparatoires à l’insertion des données dans la base I2AF (Callou & Bally 2009), la nécessité d’établir un minimum de méthodologie commune pour suppléer aux lacunes des différents rapports est rapidement apparue. Une première fiche synthétique de recommandations, établie à l’issue de séminaires des personnels de l’Umr 5197 (dir. Jean-Denis Vigne), a été présentée en 2010 au colloque ICAZ3 et validée par la communauté internationale des archéozoologues. Cette fiche, jamais publiée, a servi de support aux réflexions du présent atelier.

10Simultanément, dès la création de l’Inrap en 2002, Isabelle Rodet-Belarbi et Vianney Forest émettaient des préconisations allant dans le même sens. Un besoin analogue s’est ensuite fait sentir au sein d’autres structures, comme la société Éveha où Thierry Argant et des collaborateurs ont élaboré un document similaire. Ces réflexions ont été réexaminées lors des réunions.

Les données à présenter a minima dans un rapport d’étude archéozoologique

11Les échanges entre les archéozoologues et les divers acteurs de l’archéologie préventive associés à cette réflexion – responsables d’opération (Ro) et directeurs adjoints scientifiques et techniques (Dast) à l’Inrap, conservateurs des services régionaux de l’archéologie (Sra), membres des commissions interrégionales ou du Conseil national de la recherche archéologique (Cira et Cnra) –, ont permis de concilier les intérêts des diverses parties sur plusieurs points et de proposer une liste des données à présenter a minima dans les rapports d’étude (tabl. 1). Certains choix ont fait l’objet d’un consensus unanime, les participants s’engageant à les appliquer dans leurs études, confortant ainsi leurs pratiques actuelles. D’autres, pour l’instant indiqués sous forme de suggestions appuyées, sont vivement encouragés par la majorité des acteurs mais ne sont pas systématiquement applicables. Une adaptation au cas par cas doit alors être réalisée.

Fiche signalétique

La place de l’étude archéozoologique dans le rapport final d’opération (Rfo)

12Il est vivement souhaité que le Ro synthétise et exploite les données de chaque spécialiste dans le corps du texte du Rfo. Son absence, souvent liée à un calendrier fortement contraint et à un rendu tardif des études (l’archéozoologue comme les autres spécialistes ne peut achever son travail tant que le phasage du site n’est pas terminé), fait l’objet de critiques fréquentes dans les avis des instances de contrôle (Sra et Cira).

13Il est demandé, même lorsque l’étude est déjà pour partie intégrée au corps du rapport, que le compte rendu, tel qu’il a été livré par l’archéozoologue, soit présenté dans sa totalité (dans un volume d’études spécialisées, en annexe ou tout autre lieu à la convenance du Ro). Cette présence autorisera un retour aux données brutes et permettra de maintenir l’accès à des chapitres difficilement intégrables au corps du Rfo.

Désignation de l’étude

14Afin de pouvoir être identifiée, une étude doit comporter un titre, les nom et prénom de son auteur, le qualificatif de son employeur et son éventuel rattachement à une Unité mixte de recherche (Umr). Ces informations sont primordiales pour un référencement efficace.

Le contexte archéologique

15Dans le cas d’une lecture indépendante du rapport d’étude, une présentation sommaire du contexte archéologique doit être effectuée, généralement en préambule. Il est souhaitable que celle-ci soit amendée ou supervisée par le Ro. Une telle présentation se justifie pleinement en cas de diffusion des analyses avant publication. Ce « tiré-à-part » est le seul document que l’archéozologue peut transmettre car, à défaut de l’accord explicite de l’ensemble des participants, seuls les Sra sont habilités à communiquer les Rfo.

16Le nom du site (commune, lieu-dit ou autre précision géo-graphique), la nature de l’occupation (établissement rural, quartier urbain, etc.), la chronologie des occupations, la nature des structures principales (enclos fossoyé, habitat, etc.), la surface fouillée, la nature de l’opération (diagnostic ou fouille) et le degré de précision de l’étude archéozoologique (exhaustive, partielle, examen rapide, etc.) sont des informations indispensables.

Les choix méthodologiques

17L’indication des méthodes employées dans le cadre de l’étude s’avère indispensable. Ces mentions peuvent figurer, soit sous un chapitre spécifique, soit réparties dans le corps du texte. Par ailleurs, une liste des abréviations utilisées avec leurs noms, dans les tableaux ou dans le corps du texte, est recommandée (par exemple, Nr = nombre de restes).

18La mention des collections de référence usitées pour les déterminations taxonomiques et anatomiques (ostéothèque et / ou atlas de référence) paraît primordiale. En cas de présence -d’espèces inhabituelles, il est recommandé d’indiquer, en outre, le numéro d’inventaire de la pièce de comparaison, et de compléter l’ensemble par une photographie ainsi qu’une présentation des données métriques.

Présentation des données

19La présentation doit obligatoirement faire état des noms latins des taxons dans le texte ou dans le tableau des décomptes. Elle s’appuiera sur la nomenclature de Taxref4 (régulièrement actualisée) ou sur l’article de Gentry et al. 2004. Cette norme, reconnue internationalement, facilite les échanges de données avec des lecteurs non francophones.

20Selon le consensus général, la dénomination des différents ossements doit se conformer à celle présentée dans le manuel d’Anatomie comparée des mammifères domestiques (Barone 1986).

Les échantillons étudiés

21Plusieurs facteurs sont à l’origine de la réduction du nombre initial de restes osseux accumulés sur un site (Poplin 1977). Le matériel étudié ne représente plus qu’une fraction des ossements originellement présents. La fouille et la collecte constituent des distorsions complémentaires qu’il convient d'évaluer.

22À ce titre, les informations concernant le mode de collecte permettent d’apprécier un possible échantillonnage, qu’il soit ou non volontaire. Les mentions « ramassage à vue » (fouille manuelle), « usage d’une pelle mécanique », « tamisage » (dans ce cas, la maille du tamis et le volume du sédiment devront être indiqués), « fouille intégrale » ou « partielle », sont indispensables.

23L’origine stratigraphique du matériau d’étude doit, dès que nécessaire, être précisée. Cela permet un retour à l’Unité strati-graphique (Us) ainsi qu’à sa caractérisation fonctionnelle (remblai, niveau d’occupation…), qui est l'un des principaux critères d’appréciation de l’homogénéité des ensembles étudiés et de la valeur des informations collectées.

24Une attention particulière devra être portée à la taille des échantillons et plusieurs consignes sont à respecter. Les effectifs doivent être clairement mentionnés, les interprétations être appuyées sur des corpus suffisants. Si les statistiques distinguent les échantillons suivant une loi de probabilité dite normale (effectifs supérieurs à 30) de ceux dits de petite taille, il conviendra en outre d’adapter les questionnements à la taille du corpus. Des échantillons dont la taille peut paraître acceptable pour des ensembles du Paléolithique moyen (en référence à l’ensemble des données disponibles pour la période par exemple) ne le seront pas pour des contextes urbains antiques.

25Dans les tableaux ou graphiques présentant des pourcentages, le nombre brut de données et l’unité de valeur doivent figurer.

26Le nombre de classes dans un graphique ou un tableau doit respecter la formule √n, où n correspond au nombre de données (avec 81 restes, 9 catégories sont créées au maximum).

Les altérations du matériel

27Les pratiques et la terminologie utilisées pour les altérations varient selon les auteurs. Les données à présenter a minima sont une description de l’état de surface de l’os et une identification des agents responsables des altérations, en séparant ceux d’origine naturelle et ceux d’origine anthropique (pour plus d’informations : Denys & Patou-Mathis 2014 ; Fernandez-Jalvo & Andrews 2016).

La quantification des vestiges

28Parmi les quantifications employées par les archéozoo-logues, seul le nombre de restes (Nr) a été retenu comme donnée a minima.

29Le Nr est obtenu après remontage des fractures survenues durant la fouille ou le post-fouille (cassures «fraîches» facilement identifiables du fait de leur coloration). Le Nr total du site n’est pas indispensable. En revanche, il faut présenter un Nr pour chaque partition (par phase, par Us, etc.) et par taxon. Cette échelle de résolution doit avant tout s’adapter aux contraintes statistiques (représentativité de l’échantillon) et, si possible, permettre de décrire la spécificité de certaines accumulations et de répondre aux questionnements des archéologues. Il est recommandé de préciser les Us qui ont été regroupées.

30Les squelettes ainsi que les parties en connexion doivent être comptabilisés comme un seul reste. Le choix de leur inclusion ou non dans le décompte global en Nr est laissé au libre arbitre de l’auteur. Dans tous les cas, l’option retenue doit être clairement spécifiée.

31Le traitement des bois de cervidés dépend de leur mode d’acquisition (ces organes osseux chutent et repoussent chaque année). Définis comme « bois de chute » ou « bois de nature indéterminée », ils peuvent figurer dans le décompte en Nr mais séparés du nombre de restes déterminés (Nrd), alors que les « bois de massacre » peuvent être inclus dans le Nrd.

32Les restes des micromammifères, de poissons et de mollusques peuvent être signalés dans le Nr. Si des études complémentaires portant sur ces espèces sont réalisées, ils seront intégrés à ces corpus spécifiques.

33La Masse des restes (Mr, anciennement dénommée Poids de restes ou Pr), bien que très fréquemment usitée, ne fait pas consensus. Certains praticiens délaissent ce mode de quantification par habitude ou du fait de la variabilité des niveaux de minéralisation des ossements. Hormis cette contrainte et à de rares exceptions près (qualité du lavage, concrétions qui ne peuvent être dissociées des ossements, ou hétérogénéité de l’altération des os), rien ne s’oppose à un recours systématique à la Mr. Cette donnée est collectée de manière quasi-systématique par les archéozoologues étudiant des contextes proto-historiques ou postérieurs et constitue une des approches les plus directes pour aborder la part des différentes espèces au sein des régimes carnés. Nous préconisons fortement son emploi concomitant au Nr.

La répartition anatomique

34Le découpage de l’animal en parties anatomiques varie suivant les auteurs. Pour y pallier, la répartition anatomique devra comprendre, avant toute analyse, un tableau quantitatif par élément squelettique et par taxon pour chacune des phases détaillées. Il sera intégré au corps de l’étude ou présenté en annexe.

35Les regroupements en parties anatomiques devront être clairement explicités (mention exhaustive des éléments osseux).

36Chaque auteur reste libre d’ajouter d’autres quantifications (Mr, Nombre minimum de parties du squelette ou Nmps, etc.). Le Nmps, qui était présent dans le «Minimum méthodologique commun» de l’Umr 7209, n’est pas retenu alors qu’il constitue un mode de quantification adapté à l’étude de la répartition anatomique. La Mr permet elle aussi de s’affranchir de l’état de morcellement des os, et sa collecte est plus rapide. Elle semble aujourd’hui s’imposer en contexte préventif.

L’ostéométrie

37Même s’il s’agit d’une perte d’information notable, la prise de mesures semble fréquemment jouer le rôle de variable d’ajustement lorsque le temps alloué à une étude est trop contraint.

38Les mesures, si elles ont été collectées, doivent être présentées en millimètre (mm), avec une précision d’une décimale lorsqu’il s’agit de macro-restes (ex : 123,1 mm) et de deux décimales pour les micro-restes (ex : 0,67 mm). L’indication du protocole de mesures utilisé est indispensable. Les données peuvent figurer en valeurs brutes sous forme de tableaux en annexe du rapport d’étude.

Âge et sexe

39L’estimation de l’âge au décès, expression préférable à « âge à l’abattage » lorsqu’aucun indice ne permet d’identifier l’origine de la mort de l’animal, recourt à deux supports : les dents et l’état de fusion des ossements.

40L’estimation à partir des restes dentaires témoigne d’une grande diversité des pratiques. Les références appliquées pour l’obtention des classes d’âges doivent être mentionnées ainsi que le système d’encodage (par exemple : code d’usure Grant 1982).

41Lorsque les âges sont estimés à partir des épiphyses, les données doivent être regroupées par classes d’âge en fonction de l’avancement des soudures (épiphysé, en cours ou non épiphysé), avec indication des effectifs et de la référence utilisée.

42Une partition des très jeunes individus entre « jeune fœtus » et « périnatal » peut être réalisée en fonction de la taille des os. Si des données plus précises sont proposées, la mention des références s’avère indispensable.

43Les critères d’identification du sexe (morphologie des dents, du pelvis, etc.) doivent être indiqués et les références bibliographiques mentionnées.

Les indices de pathologies

44La description des anomalies et des pathologies nécessite l’emploi d’un vocabulaire précis se référant à la médecine vétérinaire. Faute de compétences, il faudra présenter au moins une illustration du cas (une photographie par exemple), assortie d’une brève description et, si possible, de la mention bibliographique pouvant servir de référence.

Les traces anthropiques

45La décision de documenter les traces résultant d’activités humaines appartient à chaque auteur. Ce choix devrait être uniquement dicté par la présence ou l’absence de données exploitables mais, comme la prise de mesures, il est souvent considéré comme une variable d’ajustement permettant de réaliser des études dans les délais et -budgets impartis.

46Seul devra figurer a minima dans le rapport le pourcentage du nombre de restes brûlés par taxon, y compris pour les restes indéterminés. Il est par ailleurs fortement recommandé de documenter la présence de traces de découpe, par taxon et en fréquence, afin de faciliter l’encodage dans les bases de données et les recherches futures.

Les dépôts d’animaux

47La mention de squelettes d’animaux, qu’ils soient préservés dans leur totalité ou incomplets, est nécessaire.

48Dès qu’il s’agit de dépôts vus comme particuliers ou atypiques (cf. Méniel, ce volume), ils doivent obligatoirement être mentionnés, décrits et illustrés aussi précisément que possible.

49Plusieurs recommandations quant à la fouille de ces dépôts doivent être rappelées. Dans le cas de dépôts complexes et / ou multiples, l’intervention d’un archéozoologue sur le terrain est requise. La compréhension de ces accumulations spécifiques, tout comme celle des sépultures humaines par les anthropo-logues, passe en effet autant par une étude in situ après dégagement que par une analyse en laboratoire.

50Faute d’intervention, le Ro devra veiller à créer une documentation photographique suffisamment détaillée pour faciliter l’analyse des dépôts. Cette documentation devra témoigner des différentes étapes de la fouille et du démontage, et compor-ter si possible des points de référence permettant de redresser l’image afin d’en faire un croquis.

51Il est souhaitable que les ossements soient individualisés selon des résolutions pertinentes lors du démontage et qu’ils le demeurent durant les différentes étapes préalables à l’analyse (lavage, ensachage…). Cette précaution fera gagner un temps précieux lors du remontage qui précède l’étude.

L’interprétation des données

52L’interprétation des données (restitution de chaîne opératoire, caractérisation des dépôts, gestion du cheptel, etc.) ne rentre pas dans le cadre d’un minimum méthodologique commun. Elle repose sur la nature du site, le matériel et le choix scientifique de l’auteur.

Bilan et enjeux

53Les propositions de données devant figurer a minima dans un rapport d’étude archéozoologique ont été actées et soutenues par les archéozoologues participant à l’atelier thématique «minimum méthodologique» soutenu par le Gdr 3644 ainsi que par plusieurs autres chercheurs et acteurs de l’archéo-logie préventive, associés aux débats. Ces recommandations visent, en rendant plus explicites les contraintes et obligations inhérentes à la discipline, à améliorer l’interactivité entre les divers acteurs de l’archéologie préventive intéressés et à favoriser une intégration plus efficace et plus précoce des études archéozoologiques.

54Cette liste de données a minima a pour objectifs d’harmoniser les travaux, d’en faciliter l’encodage et la validation scientifique, mais aussi d’en permettre une meilleure exploitation ultérieure. Ce minimum d’informations requis favorisera l’inté-gration à la recherche sans devoir se limiter à un cadre trop restrictif.

55De fait, il s’agit avant tout d’une perpétuation de pratiques aujourd’hui très largement partagées.

56Les critères retenus sont susceptibles d’évoluer en fonction des avancées de la recherche. Le recul, en contexte d’archéologie préventive, de l’emploi du Nmps, qui figurait dans le minimum méthodologique commun proposé en 2006, en constitue une illustration. C’est pourquoi la fiche synthétique sera mise en ligne et régulièrement actualisée.

57Les propositions évoquées dans le cadre contraint de cet article ne reflètent que partiellement les arguments et critiques avancés par chacun des intervenants au cours des séances de travail. Ces résultats collectifs sont à considérer comme une contribution intermédiaire à une réflexion plus large engagée depuis plusieurs années. Celle-ci est à perpétuer afin d’adapter et aussi d’affirmer le métier d’archéozoologue face aux nouvelles contraintes imposées par l’archéologie préventive.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Baker P. & Worley F. (eds). 2014. Animal Bones and Archaeology Guidelines for Best Practice. Portsmouth, English Heritage.

Barone R. 1986. Anatomie comparée des mammifères domestiques, Tome 1 : ostéologie. Paris, éditions Vigot frères, 3e édition.

Callou C. & Bally I. 2009. « Base de données I2AF, Inventaires archéozoologiques et archéobotaniques de France, les étapes d’une création », Archéopages, 26 : 64-73.

Casteel R. W. 1977. « The “weigmethodo” or weight method as applied to archaeological faunal analysis », Journal of filed archaeology, 5 : 1-77.

Chaix L. & Méniel P. 2001. Archéozoologie. Les animaux et l’archéologie. Paris, Éditions Errance, coll. « Les Hespérides », 2e édition.

Chaplin R. E. 1971. The study of animal bones from archaeological sites. London, Seminar Press, « Studies in Archaeological Sciences ».

Denys C. & Patou-Mathis M. (éd.). 2014. Manuel de taphonomie. Paris, Éditions Errance, coll. « Archéologiques ».

Fernandez-Jalvo Y. & Andrews P. 2016. Atlas of Taphonomic Identifications: 1001+images of Fossil and Recent Mammal Bone Modification. Dordrecht (Pays-Bas), Springer Netherlands, « Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology Series ».

Gentry A., Clutton-Brock J. & Groves C. P. 2004. « The naming of wild animal species and their domestic derivatives », Journal of Archaeological Science, vol. 31, issue 5 : 645-651.

Grant A. 1982. « The use of tooth wear as a guide to the age of domestic ungulates », in : B. Wilson, C. Grigson & S. Payne (eds), Aging and sexing animal bones from archaeological sites. Oxford, British archaeological reports, « BAR British Series ; 109 » : 91-108.

Horard-Herbin M.-P. & Vigne J.-D. (éds). 2005. Animaux, environnements et sociétés. Paris, Éditions Errance, coll. « Archéologiques ».

Lyman R. L. 2008. Quantitative Paleozoology. Cambridge (Grande-Bretagne), Cambridge University Press.

Poplin F. 1976a. « Remarques théoriques et pratiques sur les unités utilisées dans les études d’ostéologie quantitative, particulièrement en archéologie préhistorique », In : F. Poplin (éd.), Problèmes ethno-graphiques des vestiges osseux, thème spécialisé B, actes du IXe Congrès de l’UISPP (Nice 13-18 sept. 1976) : 124-141.

Poplin F. 1976b. « À propos du nombre de restes et du nombre d’individus dans les échantillons d’ossements », Cahier du Centre de recherches préhistoriques, 5 : 61-74.

Poplin F. 1977. « Problèmes d’ostéologie quantitative relatifs à l’étude de l’écologie des Hommes fossiles », in : H. Laville et J. Renault-Miskovsky (éd.), Approche écologique de l’Homme fossile, Supplément au Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 47 : 63-68.

Haut de page

Notes

1 Cet article a bénéficié de la collaboration de Ginette Auxiette (archéozoologue, Inrap), Thierry Argant (archéozoologue, Éveha), Alessio Bandelli (archéozoologue, Inrap), Anna Baudry (archéozoologue, Inrap), Céline Bémilli (archéozoologue, Inrap), Cécile Callou (archéozoologue, Muséum national d’Histoire naturelle), David Cambou (archéozoologue, Inrap), Dorothée Chaoui-Derieux (conservatrice du patrimoine, Sra Île-de-France), Benoît Clavel (archéozoologue, Cnrs), Olivier Cotté (archéozoologue, Inrap), Alain Ferdière (professeur honoraire, Université de Tours), Cyril Giorgi (archéologue, Inrap), Cristina Gonçalves-Buissart (archéologue, service archéologique de Seine-Saint-Denis), Thibaud Guiot (directeur adjoint scientifique et technique, Inrap), Lamys Hachem (archéozoologue, Inrap), Séverine Hurard (archéologue, Inrap), Ivan Lafarge (archéologue, service archéologique de Seine-Saint-Denis), Charlotte Leduc (archéozoologue, Inrap), Patrice Méniel (archéozoologue, Cnrs), Bénédicte Pradat (carpologue, Inrap), Olivier Putelat (archéozoologue, service archéologique du Pair – Pôle archéologique interdépartemental rhénan), Isabelle Rodet-Belarbi (archéozoologue, Inrap), Myriam Stenberg (archéozoologue, Cnrs / Université) et Nicolas Warmé (archéologue, Inrap).

2 Un Gdr (Groupement de recherche) réunit des unités relevant de différentes institutions nationales en vue de mutualiser leurs moyens et leurs recherches autour d’un objectif scientifique commun.

3 ICAZ : International Council for Archaeozoology.

4 https://inpn.mnhn.fr/telechargement/referentielEspece/referentielTaxo

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Frère et Grégory Bayle, « L’étude des ossements animaux en contexte d’archéologie préventive », Les nouvelles de l'archéologie, 148 | 2017, 5-10.

Référence électronique

Stéphane Frère et Grégory Bayle, « L’étude des ossements animaux en contexte d’archéologie préventive », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3694 ; DOI : 10.4000/nda.3694

Haut de page

Auteurs

Stéphane Frère

Archéozoologue à l’Inrap / Umr 7209 « Archéozoologie et archéobotanique » – Inrap – 34-36, avenue Paul-Vaillant-Couturier – 93120 La Courneuve

stephane.frere@inrap.fr

Articles du même auteur

Grégory Bayle

Archéozoologue à l’Inrap / Umr 7324 CiTerES « Cités, territoires, environnement et sociétés » – Inrap – 32, rue Délizy – 93694 Pantin cedex

gregory.bayle@inrap.fr

Vianney Forest

Archéozoologue à l’Inrap / Umr 5608 Traces « Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés » – Inrap – 561, rue Étienne-Lenoir – 34000 Nîmes

vianney.forest@inrap.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals