Navigation – Plan du site
Dossier : Archéozoologies

Les dépôts atypiques d’animaux

Fouille, étude et interprétation
Patrice Méniel
p. 11-15

Texte intégral

1La multiplication des fouilles préventives et des grands décapages a révélé de nombreuses sépultures d’animaux dont il n’est pas toujours facile de préciser le contexte, les circonstances et les motivations. Le premier réflexe face à une telle découverte est de s’interroger sur sa datation. Celle-ci peut être directe, soit par l’analyse du mobilier associé à condition qu'il ne soit pas intrusif, soit par le radiocarbone. Elle peut aussi être indirecte, par des recoupements stratigraphiques avec des niveaux bien datés par exemple. En effet, la seule présence au sein d’un site bien calé chronologiquement ne suffit pas à dater un dépôt de squelettes dont la pratique, assez répandue dans nos campagnes, témoigne de l’inhumation d’animaux morts dans les prés et les champs avant la généralisation de l’équarrissage des cadavres, dans les années 1950.

2Or, cette forme d’élimination des cadavres d’animaux morts naturellement, de vieillesse ou d’épidémies, s’avère assez récente et on est bien en peine d'en trouver des exemples avant le Moyen Âge. Auparavant, si les épizooties sont une évidence, leurs traces archéologiques sont des plus ténues, pour ne pas dire imperceptibles.

3Pour autant, ce n’est pas que des animaux ne sont pas inhumés, mais les circonstances de ces enfouissements se distinguent de celles des victimes de la mortalité naturelle.

4Une enquête menée dans le cadre d’une recherche collective (Auxiette & Méniel 2013) a bien montré la diversité des situations, qui vont de l’inhumation de cadavres, en passant par des dépôts de corps incomplets ou ayant fait l’objet de prélèvements ultérieurs, ou de parties anatomiques en connexion, jusqu’à des amas de pièces particulières, comme des crânes. Ce sont ces dépôts, qui se distinguent des rebuts de boucherie, des reliefs de repas ou des déchets d’activités artisanales, que nous pouvons qualifier de dépôts atypiques. C’est dire que l’on sort des activités du quotidien dans lesquelles les animaux sont impliqués de manière importante et font l’objet de divers traitements qui, s’ils présentent évidemment des spécificités chronologiques ou régionales, ne soulèvent guère de polémiques quant à leur nature. Il n’en va pas de même des animaux ayant fait l’objet de ces dépôts atypiques pour lesquels on peut envisager des circonstances d’enfouissement bien différentes, allant de la gestion d’un cadavre encombrant en passant par la sépulture d’un animal familier pour aboutir à des activités rituelles plus ou moins complexes.

5La première interrogation concerne évidemment les causes du décès, naturelles, provoquées, volontaires ou non, sur un champ de bataille, dans une nécropole ou un sanctuaire. Or, la plupart de ces causes ne laissent guère de traces sur le squelette et il est en fait assez rare de pouvoir établir les circonstances de la mort d’un animal à partir de ses os. Cela oblige à considérer avec une attention particulière les gestes qui ont présidé à la mise en place des dépôts eux-mêmes. En effet, il s’agit de savoir dans quel état les animaux ont été enfouis – frais, rigides, en voie de décomposition, plus ou moins disloqués, à l’état d’os –, puis comment ils l’ont été, rapidement ou non, et enfin quelles conséquences ont pu avoir les conditions de colmatage de la structure. Ces approches de l’état des cadavres et de la dynamique de comblement nécessitent une méthodologie particulière lors de la fouille et de l’enregistrement des dépôts.

La fouille et l’enregistrement des dépôts d’ossements

6L’un des enjeux de la fouille des squelettes d’animaux est de déterminer s’ils ont été enfouis entiers ou non. La découverte des petits os, comme les vertèbres de la queue (caudales), les sésamoïdes (petits os au niveau des doigts), les patella (rotules), l’os de la langue (hyoïde), les cartilages costaux, sans parler du baculum, de l’os du cœur ou d’un contenu stomacal (osseux ou végétal), exige une attention soutenue et un enregistrement adapté. En effet, l’absence de ces éléments peut être le fait de pertes suite au déplacement d’un cadavre décomposé, sous l’action du colmatage ou des animaux fouisseurs ou lors de la fouille. Dans ce dernier cas, le tamisage des sédiments peut aider à les recueillir. Une fouille minutieuse doit s’attacher à laisser les os en place avant d'en enregistrer la position. On dispose désormais de plusieurs techniques d’enregistrement graphiques ou photographiques avec des possibilités de restitution en imagerie 3D. Le choix de ces techniques dépend bien sûr des moyens matériels disponibles, des délais mais aussi de la nature des dépôts et des structures archéologiques.

7Dans le cas d’un animal en connexion couché sur le flanc dans une grande fosse ou un fossé, une vue d’ensemble du squelette complètement dégagé suivie d’une série de vues des deux membres dégagés lors du prélèvement du tronc peut suffire. Le cas des squelettes découverts dans des puits est plus délicat car il nécessite une série d’enregistrements des différentes étapes d’un démontage séquentiel.

8Les sépultures multiples et les dépôts de parties anatomiques sont tout aussi délicats à traiter mais le principe est le même : puisqu’il s’agit d’enregistrer les différentes phases du prélèvement des os, le mieux est de les dégager complètement ; à défaut, leur position doit être parfaitement décelable sur l’enregistrement.

9Dans ces enregistrements, il faut s’efforcer de saisir les positions relatives des os les uns par rapport aux autres, les superpositions, les juxtapositions mais aussi les pendages, peu lisibles sur les vues planimétriques. C’est là que les images 3D, que l’on peut facilement élaborer avec des logiciels récents comme Photoscan, s’avèrent particulièrement utiles.

L’étude des dépôts

10L’analyse des ossements suit les protocoles habituels de l’archéozoologie (Chaix & Méniel 2001). La nature de ces ensembles, des squelettes ou des parties de corps, fait que l’on peut souvent décrire de manière assez satisfaisante les animaux en présence, avec des indications sur leur stature, leurs proportions, leur âge, leur sexe ou d’éventuelles atteintes pathologiques. Cela permet de cerner les règles de sélection des individus et d’en entrevoir le statut, bête de boucherie, animal de trait, monture… C’est à ce stade qu’il convient de rechercher d’éventuelles traces de mise à mort, sachant que les plus faciles à déceler sur les os sont les coups portés sur le crâne ou des indices de saignée sur la face ventrale des premières cervicales. Une attention particulière doit également être portée aux éventuelles traces de découpe ou de coups, car il n’est pas rare qu’un squelette complet soit marqué de quelques sillons dus à un prélèvement de la peau ou de tendons, voire de viande. À l’opposé, des parties de corps peuvent être dépourvues de tout stigmate, ce qui signe souvent l’intervention de la décomposition naturelle, mais d’autres phénomènes peuvent être en cause dans la dislocation d’une carcasse.

11La suite de l’étude consiste à déterminer l’état de l’animal – cadavre, carcasse, os épars –, et les circonstances de l’enfouissement. L’une des questions déjà évoquée est de savoir s’il s’agit d’un squelette complet – ce qui, au sens strict, n’est pour ainsi dire jamais le cas – ou non. L’expérience, qui doit prendre en compte le contexte taphonomique et humain de la fouille, permet de se faire une opinion raisonnable sur cette question mais il est toujours préférable que le spécialiste puisse intervenir sur le terrain dans le cas de telles découvertes.

12La mise en évidence d’un squelette complet ne suffit pas à décrire l’état du cadavre ; en effet, il a pu subir un certain nombre d’altérations, notamment celles dues à un prélèvement de la peau ou de tendons, voire de viande, ou aux premières étapes de la décomposition, comme l’ouverture de l’abdomen sous l’effet des gaz, sans que cela affecte l’entièreté du squelette. Or, il est évident que de telles altérations modifient considérablement l’image qui va être restituée de ces enfouissements, si l’on imagine les différences aspects entre un cadavre frais et un corps dépouillé, partiellement décharné ou éventré. L’un des critères permettant parfois de mettre en évidence l’état du cadavre est le rapport entre le volume du corps et celui de la structure qui l’a reçu. Il arrive – c’est plusieurs fois le cas au Mormont (Suisse, canton de Vaud) –, que le volume des cadavres enfouis dans une fosse outrepasse très largement ses capacités d’accueil : cela confirme que ce sont des squelettes décharnés et incomplets qui y ont été entassés (fig. 1) (Méniel 2014 : 126-134).

Fig. 1 – Squelette de cheval de la fosse 778 du site du Mormont (Vaud, La Tène finale, DAO Méniel).

13Le cas des parties de corps, qu’il faut distinguer de celui des squelettes sur lesquels des prélèvements ont été effectués après décomposition sur le lieu de l’inhumation, comme sur le cheval de Wettolsheim « Ricoh » (Haut-Rhin, La Tène ancienne, Méniel 1988), peut être assez délicat à traiter. Cela tient à la difficulté à individualiser les sujets impliqués et à démêler les différents segments anatomiques dans des amas parfois très denses.

14L’un des enjeux de l’analyse des dépôts qui rassemblent des restes de plusieurs sujets consiste à restituer leur ordre d’arrivée mais aussi à déterminer s’ils ont été déposés simultanément ou non. On dispose pour cela d’indices comme les superpositions, les recreusements, les éventuels contacts entre les os ou les amputations. Les données stratigraphiques peuvent éventuellement contribuer à l’étude de telles dynamiques.

15Mais le dépôt tel qu’il a été mis en place a pu subir un certain nombre d’altérations suite à son enfouissement. En effet, dans le cas de l’inhumation d’un cadavre frais, le volume du corps va se réduire de manière drastique et les volumes ainsi libérés vont être comblés de sédiments. Lors de ce comblement, les os peuvent être déplacés, notamment au niveau du tronc, là où leur volume est le plus faible au regard de celui des matières molles. C’est ainsi que sur des animaux couchés sur un flanc, les côtes droites et gauches vont s’imbriquer alors que, sur ceux qui reposent sur le ventre, les thoraciques peuvent s’affaisser sur le sternum. Des déplacements peuvent également affecter les os de l’épaule, la scapula en particulier, d’autant plus que nos grands herbivores sont dépourvus du lien que constitue la clavicule. Le bassin peut également être sujet à des déplacements mais les degrés de liberté sont moindres. Par contre les os des pieds, après la disparition des tendons et du cuir, vont disposer d’un espace assez restreint où ils sont plus contraints.

16Les choses sont bien différentes lorsque ce sont des carcasses décharnées qui sont enfouies car les sédiments vont combler rapidement l’essentiel des espaces vides, avant la disparition des ligaments, et les os n’ont guère de possibilités de déplacements. Une telle configuration a été observée sur les carcasses des chevaux du sanctuaire de Vertault (Côte-d’Or, ier siècle de notre ère, Jouin & Méniel 2001), où les ventres béants, et -visités par les chiens, ont été comblés de pierres lors de l’enfouissement, ce qui a assuré la conservation du volume des thorax.

Les interprétations

17Dans les lignes précédentes, nous avons survolé les objectifs et les moyens nécessaires à l’étude des dépôts d’ossements atypiques. À côté des informations relatives aux animaux eux-mêmes, ce sont certaines phases de leur traitement qui se sont avérées accessibles à l’analyse des faits matériels. Ce constat, qui consiste souvent en une suite discontinue d’observations plus ou moins détaillées selon les circonstances, conduit naturellement à tenter une restitution d’ensemble. On rentre alors dans une phase d’interprétation par nature moins fiable, qui doit être clairement énoncée comme telle et séparée matériellement de l’analyse.

18Si une démarche assez générale peut être proposée, l’interprétation peut suivre des voies assez différentes, comme le montrent diverses études de sites datés du Néolithique à la période moderne.

19L’étude détaillée du dépôt permet d’approcher la phase finale de la pratique dont il témoigne à condition d’en saisir l’état au moment de l’enfouissement, lequel peut être assez différent de celui enregistré à la fouille après quelques siècles ou millénaires. Un autre ancrage de cette restitution, à savoir son point de départ, est l’animal lui-même, tel que l’anatomie comparée et des techniques d’analyse (ADN, isotopes) nous permettent de le restituer avec plus ou moins de détail. La restitution du processus qui mène de l’animal au dépôt de ses ossements peut être ordonnée en suivant la dégradation du corps, sous l’action conjointe d’éventuels prélèvements anthropiques et des phénomènes inévitables de la décomposition naturelle. Mais ce cadre théorique ne permet pas de restituer l’ensemble des séquences qui mènent du choix, volontaire ou non, de l’animal au dépôt de ses ossements, et il est bien souvent nécessaire de combler les vides par des hypothèses plus ou moins hasardeuses et plus ou moins déterminantes ; nous avons déjà signalé l’incertitude qui entoure fréquemment les circonstances du décès. Cette question centrale, difficile à résoudre dans le cas d’un animal isolé, conduit souvent à évoquer des morts provoquées lorsque plusieurs animaux sont déposés simultanément, et a fortiori lorsque plusieurs espèces sont impliquées. Cette possibilité, qui revient de fait à éluder la possibilité de l’épidémie, bénéficie de l’absence, pour l’instant, de cas avérés de dépôts liés à des crises sanitaires durant la Protohistoire et l’Antiquité.

20À côté de cas isolés, toujours délicats à traiter, des séries de dépôts apparaissent au fur et à mesure des analyses et des synthèses. Il est désormais possible de proposer un état des données au niveau national sur le temps long (Auxiette 2013). Certaines pratiques restent cantonnées à quelques régions ou périodes alors que d’autres transgressent ces limites, comme les dépôts d’animaux en fosses circulaires du Néolithique -d’Alsace (fig. 2), qui trouvent des analogies en Allemagne et en Autriche (Arbogast et al. 2013). Certains phénomènes se développent et constituent des catégories qui, à défaut de combler un relatif déficit en matière d’interprétations, éloignent le spectre des gestes fortuits et facilitent les inventaires. Il s’agit, par exemple, des dépôts d’animaux domestiques du Néolithique moyen de Boury-en-Vexin (Oise, Méniel 1987) ou de Mairy (Ardennes, Arbogast 1998), des dépôts -d’animaux et d’hommes dans des silos de l’âge du Fer, particulièrement en Île-de-France (Delattre 2010 ; Delattre & Auxiette à paraître) ou en Alsace (fig. 3) (Putelat 2013), ou encore des cortèges d’animaux et d’homme de la fin de la Protohistoire dont on connaît désormais trois exemples : Thézy-Glimont « les Vergnes » (fig. 4) (Somme, La Tène C-D, Lebechennec & Dubois 2013), Chilleurs-aux-Bois « les Tirelles » (Loiret, La Tène moyenne, Fournier 2010, 1 : 186-191) et Pétosse « Lelleton » (Vendée, début de notre ère, Méniel 2008 : 98-99, 179).

Fig. 2 – Dépôt de bovin dans une fosse du site de Wittenheim « Le Moulin » (Haut‑Rhin, Néolithique Munzingen, DAO Antea-Archéologie, Arbogast et al. 2013, fig. 2).

Fig. 3 – Dépôt d’équidé dans un silo du site de Geispolsheim « Schwobenfeld » (Bas-Rhin, La Tène ancienne, Putelat & Landolt 2013, fig. 37).

Fig. 4 – Les squelettes d’homme et d’animaux de la fosse 1135 du site de Thézy-Glimont « Les Vergnes » (Somme, La Tène moyenne et finale, Lebechennec et al. 2015 : 28-35).

Conclusions

21L’expression « les dépôts atypiques » utilisée dans le titre proposé par les éditeurs de ce dossier a l’avantage de permettre de rassembler des découvertes éparses, aussi bien dans le temps que dans l’espace, et, malgré son caractère équivoque, d’être assez claire dans l’esprit de la communauté des chercheurs. C’est une notion qui se définit en opposition aux dépôts « typiques » que sont les dépotoirs d’habitat, de boucherie ou d’artisanat, mais aussi funéraires, entendu dans des sépultures « normales », de celles que l’on trouve plutôt dans des nécropoles ; le contexte des sanctuaires a également acquis cette forme de normalité. On mesure par là l’importance du contexte sur la qualification de la nature des dépôts d’ossements.

22C’est que ces dépôts atypiques souffrent parfois de l’absence d’un contexte bien déterminé, soit qu’il s’agisse de découvertes isolées, soit parce qu’ils sont dépourvus de mobilier datant et que les datations au radiocarbone ne permettent pas toujours de les associer au site archéologique environnant.

23La multiplication des découvertes fait que certains de ces dépôts atypiques constituent désormais des séries permettant de déterminer des catégories, ou des types, qui rendent obsolète cette dénomination par défaut. La mise en évidence de ces types, de leurs caractéristiques, et la possibilité d’en constituer des séries ouvrent à des lectures raisonnables, à l’exemple de celle qui vient d’être proposée de manière magistrale à propos des squelettes découverts dans les silos en France septentrionale (Delattre & Auxiette, à paraître). De telles avancées sont perceptibles pour d’autres cultures, que ce soit au Néolithique, à la période antique, au Moyen Âge ou à la période moderne. Les approches sur le terrain sont identiques, les modalités d’étude sont les mêmes, les espèces animales sont communes : tout cela permet de transgresser les frontières chronologiques et thématiques propres aux communautés archéologiques en charge de ces dossiers, pour mener des interprétations en élargissant les cadres de référence propres à chacune de ces périodes.

24Ce travail d’inventaire et de synthèse doit être poursuivi car, même si le fait de classer ces dépôts « atypiques » dans des catégories doit conduire à les renommer, il révèle de nouvelles pratiques et contribue ainsi à l’histoire des relations de l’homme et de l’animal.

Haut de page

Bibliographie

Arbogast R.-M. 1998. « Contribution de l’archéozoologie du site Michelsberg de Mairy (Ardennes) à l’étude de la variabilité des faunes du Néolithique récent du nord de la France », Die Michelsberger Kultur und ihre Randgebiete. Probleme der Entstehung, Chronologie und des Siedlungswesens. Kolloquium Hemmenhofen 21-23 fevrier 1997, Materialhefte zur Archäologie, Landesdenkmalamt Baden Württemberg, Konrad Theiss Verlag, Stuttgart : 135-142.

Arbogast R.-M., Jeunesse C., Denaire A. & Lefranc Ph. 2013. « Les dépôts d’animaux en fosse circulaire du Néolithique récent dans la plaine du Rhin supérieur : les données des fouilles récentes », Les dépôts d’ossements animaux en France, de la fouille à l’interprétation. Montagnac, Éditions Monique Mergoil, coll. « Archéologie des plantes et des animaux ; 4 » : 191-200.

Auxiette G. 2013. « Évolution des dépôts du Néolithique à l’Antiquité tardive en contexte non funéraire : un premier état des lieux », Les dépôts d’ossements animaux en France, de la fouille à l’interprétation. Montagnac, Éditions Monique Mergoil, coll. « Archéologie des plantes et des animaux ; 4 » : 167-176.

Auxiette G. & Méniel P. 2013. Les dépôts d’ossements animaux en France, de la fouille à l’interprétation. Actes de la table ronde de Bibracte, 15-17 octobre 2012. Montagnac, Éditions Monique Mergoil, coll. « Archéologie des plantes et des animaux ; 4 », 286 p.

Chaix L. & Méniel P. 2001. Archéozoologie. Les animaux et l’archéologie. Paris, Éditions Errance, coll. « Les Hespérides », 2e édition, 239 p.

Delattre V. 2010. « Les dépôts en silos laténiens : une pratique cultuelle ? », in : Baray L. & Boulestin B. (dir.) Dépôts atypiques et manipulations de corps au second âge du Fer : l’exemple de la confluence Seine-Yonne (Seine-et-Marne), Morts anormaux et sépultures bizarres, les dépôts humains en fosses circulaires et en silos du Néolithique à l’âge du Fer, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Art, archéologie et patrimoine » : 113-125.

Delattre V. & Auxiette G. (à paraître). « Homme vs animal : une même intention cultuelle dans les dépôts domestiques du second âge du Fer dans le Bassin parisien ? », Actes du 141e congrès CTHS, Rouen 2016.

Fournier L. (dir.) 2010. « Chilleurs-aux-Bois, Loiret, « les Rouches », « les Tirelles », une occupation du Mésolithique à l’époque moderne en Beauce », Rapport d’opération, Inrap Centre Île-de-France, 2 vol.

Jouin M. & Méniel P. 2001. « Les dépôts animaux et le fanum gallo-romains de Vertault (Côte-d’Or) », Revue archéologique de l’Est, 50 : 119-216.

Lebechennec Y. & Dubois A. 2013. « Le site de Thézy-Glimont (Somme) et ses cortèges », Bulletin de l’AFEAF : 19-20.

Méniel P. 1987. « Les dépôts animaux du fossé chasséen de Boury-en-Vexin (Oise) », Revue archéologique de Picardie, 1-2 h 3-26.

Méniel P. 1988. « Un cheval sous une sépulture gauloise à Wettolsheim « Ricoh » (Haut-Rhin) », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 31 : 70-73.

Méniel P. 2014. Les restes animaux du site du Mormont (Eclépens et La Sarraz, Canton de Vaud, vers 100 avant J.-C.). Lausanne, Cahiers d'archéologie, 150, coll. « Le Mormont ; 2 ».

Putelat O. & Landolt M. 2013. « La caractérisation des dépôts d’animaux de La Tène ancienne à Geispolsheim « Schwobenfeld » (Bas-Rhin) », Les dépôts d’ossements animaux en France, de la fouille à l’interprétation. Montagnac, Éditions Monique Mergoil, coll. « Archéologie des plantes et des animaux ; 4 » : 25-68.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Squelette de cheval de la fosse 778 du site du Mormont (Vaud, La Tène finale, DAO Méniel).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 2 – Dépôt de bovin dans une fosse du site de Wittenheim « Le Moulin » (Haut‑Rhin, Néolithique Munzingen, DAO Antea-Archéologie, Arbogast et al. 2013, fig. 2).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 3 – Dépôt d’équidé dans un silo du site de Geispolsheim « Schwobenfeld » (Bas-Rhin, La Tène ancienne, Putelat & Landolt 2013, fig. 37).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 4 – Les squelettes d’homme et d’animaux de la fosse 1135 du site de Thézy-Glimont « Les Vergnes » (Somme, La Tène moyenne et finale, Lebechennec et al. 2015 : 28-35).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Méniel, « Les dépôts atypiques d’animaux », Les nouvelles de l'archéologie, 148 | 2017, 11-15.

Référence électronique

Patrice Méniel, « Les dépôts atypiques d’animaux », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3697 ; DOI : 10.4000/nda.3697

Haut de page

Auteur

Patrice Méniel

Directeur de recherches au Cnrs / Umr Artehis « Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés »

6, boulevard Gabriel – 21000 Dijon – patrice.meniel@u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals