Navigation – Plan du site
Dossier : Archéozoologies

Des traces observées aux gestes anthropiques : le projet D. Coupes 

Marie-Pierre Horard-Herbin, Sébastien Lepetz, Christian Vallet, Benoît Clavel, Jean-Philippe Corbellini et Claude Guintard
p. 16-22

Texte intégral

Problématique

1Un ossement découpé, trouvé dans un horizon archéologique pertinent, est une source d’informations majeures sur certaines pratiques anthropiques. Si un reste osseux va classiquement renseigner le choix d’une partie anatomique et celui d’une espèce, la découpe va, quant à elle, renvoyer à la transformation d’un être vivant en différentes matières façonnables et/ou consommables. L’abattage de l’animal et sa transformation en viandes, au gré des outils et des schémas de découpes, si caractéristiques culturellement, représentent un moment clé que nous pouvons espérer comprendre. Alors que l’anatomie d’une espèce est invariable, la découpe à vocation alimentaire du corps des animaux est une pratique éminemment culturelle qui diffère grandement selon les sociétés, les régions, les époques, le milieu social ou religieux mais aussi l’environnement économique et technique. Elle est en outre souvent adaptée à l’espèce impliquée et répond donc à une série de facteurs interdépendants dont l’analyse multiscalaire contribue à la connaissance des cultures anciennes et actuelles.

2Les données archéologiques témoignent que l’abattage et la transformation d’un animal peuvent s’effectuer à différents endroits. La qualification des mêmes faits variera donc selon le contexte, abattage familial effectué dans un cadre domestique ou villageois, mise à mort professionnelle dans une boucherie urbaine, ou sacrifice dans un contexte cultuel, religieux ou funéraire. La ritualisation des actes, quand les fins alimentaires sont similaires, est un sujet éminemment complexe que nous ne développerons pas ici (voir Lepetz & Andringa 2004 et 2008 ; Méniel 2008). Dans tous les cas, même si elles évoluent au sein de représentations symboliques qui varient fortement à travers le temps et l’espace, ces pratiques répondent à des contraintes sociales, renvoient à des niveaux d’exigences techniques, produisent des viandes spécifiques et recherchées. En effet, de la même façon que le tailleur de silex face à son bloc de pierre anticipe l’outil qu’il veut produire, celui qui accomplit la découpe visualise empiriquement les fractions de chair inerte qu’il va manipuler, façonner et transformer en viandes – jambons, plats de côtes, jarrets ou filets (Vialles 1998).

3La perception historique que l’on peut avoir des techniques d’abattage et de découpe passe par l’analyse des textes et des récits, des ouvrages de cuisine spécialisés et des images, mais force est de constater que les sources sont peu nombreuses et peu précises, et ne rendent pas compte de la diversité possible des pratiques. C’est ainsi que les os d’animaux découverts dans les sites archéologiques sont d’une grande utilité. En effet, dans la mesure où ces vestiges sont directement issus de pièces de viande découpées, leur surface a souvent enregistré les actions sous forme de traces laissées par les différents outils utilisés. À partir des marques inscrites sur les ossements, l’archéozoologue cherche donc à appréhender les chaînes opératoires de transformation des animaux vivants en morceaux de viande consommables ou en matières -premières utilisées dans l’artisanat.

4Or, le relevé de ces traces, souvent complexe, se heurte à des difficultés de lecture, d’enregistrement et d’interprétation, les différents gestes anthropiques étant souvent difficiles à reconnaître, discriminer et restituer dans leur chronologie. Cet article a pour objet la présentation des premiers résultats du projet d’archéologie expérimentale D. Coupes, dont l’objectif est de constituer un référentiel de traces correspondant à différentes actions menées dans des contextes techniques, culturels et chronologiques variés. Une telle démarche a déjà été largement explorée en particulier en Préhistoire, pour les ongulés sauvages principalement (Frison 1978 ; Walker & Long 1977 et 1978 ; Jones 1980 ; Binford 1981 ; Poplin 1987 ; Nilssen 2000 ; Vigne 2005 ; Braun et al. 2008 ; Costamagno 2012 ; Val et al. 2017), mais aussi pour les carnivores (Poplin 1972 ; Mallye 2001), les oiseaux (Lalourandie 2001), le lapin (Lloveras et al. 2009) ou encore les poissons (Willis et al. 2008). Le projet D. Coupes, lui, s’inscrit dans une perspective historique et concerne des espèces domestiques ayant une grande proximité avec l’homme comme le chien, le chat et le cheval. Ce projet a aussi l’originalité d’associer des chercheurs ayant des compétences complémentaires en boucherie et en archéologie expérimentale (Christian Vallet), en sciences vétérinaires (Claude Guintard, spécialiste de l’anatomie) et enfin en archéozoologie, avec des spécialistes de chacune des périodes, Christian Vallet et Marie-Pierre Horard pour la période gauloise, Sébastien Lepetz pour l’époque romaine, et Benoît Clavel pour le Moyen Âge et la période moderne (fig. 1).

Fig. 1 – La convergence des connaissances et des pratiques de boucherie, d’archéozoologie et de sciences vétérinaires donne tout son sens au projet interdisciplinaire D. Coupes © Marie-Pierre Horard-Herbin.

Matériel et méthodes

  • 1 Titulaire d’un Cap de boucherie hippophagique (1970), Christian Vallet a pratiqué la boucherie-char (...)
  • 2 Ces animaux ont été traités selon les règles définies par les comités d’éthique de l’École national (...)

5De façon expérimentale, au sein de l’École nationale vétérinaire de Nantes – Oniris et sous le contrôle du Dr Claude Guintard en ce qui concerne le bien-être animal, Christian Vallet, archéozoologue et boucher de formation1, a procédé au dépouillement, à l’éviscération, au prélèvement des tendons et des aponévroses puis à la découpe de gros et de détail de plusieurs animaux : trois chiens, un chat et deux chevaux2. Nous nous limiterons ici aux protocoles appliqués aux chiens et à quelques-uns des résultats obtenus.

  • 3 Par exemple, la consommation du chien au bas Moyen Âge n’est documentée que sur une dizaine de site (...)

6Cette découpe a été définie suivant différents modèles expérimentaux construits d’après les observations et études du schéma de découpe du chien aux périodes préhistoriques, protohistoriques, et historiques. Ces schémas étant plus ou moins lacunaires selon les périodes3, les protocoles ont envisagé divers types de prélèvements, l’objectif étant de passer en revue toutes les découpes potentielles mises en œuvre en vue d’une consommation de cette espèce, tout en considérant qu'elle pouvait être évidemment compatible avec le prélèvement simultané de matières premières pour l’artisanat. Les outils employés sont identiques à ceux retrouvés en contexte archéologique, avec d’une part des silex taillés (biface et lames brutes) (fig. 2) et des fac-similés de couteaux, feuilles de boucher et haches antiques en fer possédant exactement les mêmes caractéristiques chimiques que le fer antique (fig. 3) et façonnés selon les techniques artisanales de l’époque (Vallet 1995).

Fig. 2 – Outils en silex taillés par Christian Vallet et utilisés pour la découpe : un biface amygdaloïde de type paléolithique sert à détacher la peau alors que des lames brutes de débitage sont nécessaires pour toutes les ouvertures et le désossage © Yolande Vallet.

Fig. 3 – La restitution des découpes gauloises, antiques et médiévales a été effectuée à l’aide de copies d’outils romains trouvés sur le site de Sierentz (Vallet 1995), forgées expérimentalement par Jean-Claude Leblanc dans le cadre du parc archéologique de Beynac en Dordogne © Marie‑Pierre Horard‑Herbin.

7Deux manipulations préalables à la découpe bouchère ont été conduites :

– dans la première, la peau a été intégralement retirée par découpe fine au niveau du crâne, des bas de pattes (extrémité distale des membres) et de la queue. Cette opération s’est faite au silex taillé dans un cas et au couteau dans un autre ;

– dans la seconde, les poils ont été brûlés au bec de gaz afin de nettoyer la peau tout en la gardant intacte et partie prenante des morceaux de viande auxquels elle reste adhérente.

8Ensuite, la découpe bouchère a été conduite selon plusieurs schémas correspondant à des exigences distinctes :

– une découpe effectuée avec prélèvement de la viande et des abats découpés autour de l’os resté entier. Les différents segments sont désarticulés au couteau ;

– une découpe avec prélèvement des ossements laissés entiers et en connexion anatomique par segment, la viande étant alors laissée en bloc par grands morceaux ;

– une découpe au couperet qui s’affranchit de l’anatomie et fractionne l’ossement en même temps que la viande (fig. 4). Le modèle reproduit expérimentalement est celui reconstitué pour la période gauloise (Horard-Herbin 2014), pour lequel un certain nombre d’interrogations nécessitaient une approche concrète ;

– un prélèvement des tendons ;

– dans un dernier temps, certains morceaux de viande ont été cuits puis découpés en tranches au couteau, comme s’ils allaient être consommés (fig. 5).

Fig. 4 – Découpe expérimentale de membre antérieur à l’aide d’une feuille de boucher © Yolande Vallet.

Fig. 5 – L’épaule est coupée en tranches après avoir été cuite pour reproduire le moment de la consommation © Yolande Vallet.

  • 4 Toutes les découpes ont été enregistrées et filmées par Jean-Philippe Corbellini, spécialiste Son-V (...)

9Ce protocole incluait la pesée systématique de toutes les parties prélevées, peau, viande, muscles, tendons, abats, graisse, ossements frais, déchets… Le déroulement des opérations a été enregistré sans interruption par une couverture vidéo et photographique4. Les ossements ont ensuite été nettoyés de toute matière périssable et préparés au laboratoire de l’Unité d’anatomie comparée de Nantes, pour permettre le relevé détaillé des traces de découpe. Les os soumis à l’étape de la cuisson ont fait l’objet d’une attention toute particulière, afin d’éviter l’apparition de stigmates non liés à la découpe (lors de chocs au moment de l’ébullition, de manipulations pendant le lavage à l’eau claire ou encore lors du séchage). Les squelettes sont actuellement stockés à l’ostéothèque de Tours (Umr 7324) pour être expertisés.

Premiers résultats

10L’archéozoologue part de la trace qu’il a observée pour proposer un geste de boucherie (désarticulation, section de morceaux, enlèvement des peaux…). La reproduction expérimentale de ce geste, s'il s'inscrit sur les ossements frais, renseigne sur l’origine volontaire ou involontaire des marques et sur la finalité de l’action. Il s’agit ensuite de comparer terme à terme les stigmates archéologiques et expérimentaux. Plus les correspondances seront nombreuses entre les deux ensembles, plus le geste et l’outil proposés seront proches de ce qui a été originalement réalisé.

11L’objectif de cet article est une simple présentation du projet, les analyses et le traitement des vidéos étant toujours en cours. En effet, la lecture, le relevé, l’enregistrement et la photographie des diverses traces (entailles, fracturations, brûlures…) laissées sur les ossements après leur nettoyage sont une première étape du projet. La seconde consiste à mettre en relation les traces observées (ou leur absence) avec le geste effectué (par exemple, fig. 4, 5, 6, 7a et b), qui a été enregistré en vidéo et en photo (abattage, écorchement, éviscération, désarticulation, découpe de la carcasse en quartiers, décarnisation, prélèvement des tendons…). Ce travail long et minutieux s’accompagne d’une dénomination de chacun des muscles suivant les nomenclatures vétérinaires et bouchères, qui ne sont pas les mêmes (Nictou et al. 2015).

Fig. 6 – La segmentation de l’épaule en trois morceaux est clairement visible sur les ossements © Sébastien Lepetz.

Fig. 7 – La découpe en tranches se lit très visiblement sur la scapula, une fois nettoyée © Sébastien Lepetz.

12Si une grande partie des analyses reste à réaliser, certains résultats peuvent néanmoins déjà être mentionnés. Par exemple, nous avons pu calculer que le rendement boucher d’un chien Beagle femelle de 50 cm au garrot (soit la taille moyenne d’un chien à la période gauloise) et d’un poids vif de 14,5 kg est d’environ 45 % (fig. 8).

Fig. 8 – La carcasse d’un chien de 50 cm au garrot fournit 6 kg de viande et 650 g d’abats © Marie-Pierre Horard-Herbin.

13Nous nous sommes particulièrement intéressés au traitement et à la consommation de la tête de chien à l’âge du Fer. Une des premières questions était de déterminer si les traces de brûlure régulièrement observées sur les canines et, parfois, les incisives et les prémolaires (fig. 9), pouvaient correspondre à un simple grillage des poils de la carcasse fraîchement abattue lors d’un rapide passage à feu vif – celui d’une botte de paille par exemple. Une telle pratique, traditionnelle en France au moment de l’abattage du cochon, est attestée chez certains peuples cynophages d’Afrique du Nord (E.B. 1994 : 4). L’objectif est simplement de nettoyer la peau en brûlant les poils, une peau qui a une importance capitale puisque, partie intégrante du morceau de viande, elle est vouée à être consommée. L’expérimentation a montré que, pour avoir un impact tel qu’il puisse provoquer le détachement de l’émail et d’une partie de la dentine à l’extrémité des canines, il fallait une longue exposition (au moins 30 minutes, fig. 10) à un feu intense et puissant. Cela semble indiquer que les traces de carbonisation observées régulièrement sur les crânes ou les mandibules archéologiques relèvent plutôt d’une cuisson soutenue à la flamme que d'une simple préparation de la carcasse.

Fig. 9 – Exemple de traces de brûlures régulièrement conservées sur les dents des chiens archéologiques gaulois du site de Levroux (Indre) © Marie-Pierre Horard.

Fig. 10 – Le détachement de l’émail et d’une partie de la dentine des canines et des incisives est lié à une longue exposition à la flamme, lors d’une véritable cuisson © Sébastien Lepetz.

14Un autre point concernant les crânes est l’observation récurrente de la fracture longitudinale des calvariums dans les contextes domestiques et funéraires (Méniel 2001, 2008), une découpe analogue à celle observée chez les cochons (Méniel 1992 ; Duval et al. 2017) :

– sur un premier animal suspendu par les pattes arrière, Christian Vallet a tenté de traiter la tête par un seul mouvement continu en fendant la carcasse de haut en bas avec un couperet. Lors de cette expérimentation, le crâne a bien été fracturé mais il a éclaté en plusieurs morceaux, de façon totalement anarchique ;

– pour une seconde carcasse, le crâne a été préalablement détaché du corps par section, avant d’être posé sur une table puis fracturé de façon longitudinale avec le couperet. Le résultat est une séparation régulière en deux demi-têtes (fig. 11), très proche de celles observées en contextes archéologiques.

15Morceaux de choix en contexte gaulois, des demi-têtes de chiots ont parfois été offertes en offrande, à l’instar de celles de cochons (Duval et al. 2017). Pour savoir quelle était la quantité de viande disponible, nous les avons désossées par ablation des joues puis de la langue. Cette première opération, ici réalisée au silex (fig. 12a) mais qui a aussi été effectuée au couteau sur un autre animal laisse de nombreuses traces sur le crâne et les mandibules. Certaines sont tout à fait semblables à celles observées sur de nombreuses mandibules archéologiques (fig. 12b), attestant que les chairs ont bien été prélevées. On extrait ensuite la langue et les joues en réalisant une découpe le long de la face linguale des mandibules avant de trancher la masse musculaire au niveau du larynx (fig. 13). La comparaison de la quantité de viande obtenue pour l'ensemble crâne et mandibule entre une carcasse dépouillée et une autre non dépouillée révèle que l’apport de la peau est significatif, et que ce morceau offre ainsi plus d’un kilo de produit consommable. De cette expérimentation ressort donc un enseignement majeur pour qui aborde la cynophagie : les chiens étaient probablement consommés grillés avec leur peau, à l’instar des cochons (Horard-Herbin 2014 : 75) – pratique qui accroît le « rendement » des carcasses dont l’apport protéique est beaucoup plus élevé. Les habitants de la région de Ouargla, dans le centre de l’Algérie, considèrent ainsi la peau de chien grillée comme le meilleur morceau consommable (Milliet 1995 : 86).

Fig. 11 – La section longitudinale du crâne, très régulière et similaire à ce que l’on observe en contexte archéologique, a été obtenue grâce à une percussion directe © Sébastien Lepetz.

Fig. 12 – L'ablation des joues pour leur consommation laisse des traces caractéristiques, aussi bien sur les mandibules expérimentales (a) que sur les mandibules des chiens gaulois de Levroux (Indre) (b) © Marie-Pierre Horard-Herbin.

Fig. 13 – Le prélèvement de la langue laisse de nombreuses traces de découpe sur les os hyoïdes © Sébastien Lepetz.

16Il reste maintenant à effectuer le même travail sur toutes les parties anatomiques et à développer les comparaisons archéologiques, que ce soit pour les découpes au silex, les désarticulations au couteau ou les sections à la feuille de boucher.

Conclusions

17Le projet expérimental D. Coupes aide à raisonner sur des pratiques de transformations (techniques de boucherie, découpe de gros, de demi-gros) et de consommations (prélèvement de morceaux spécifiques, qualités et quantités des viandes selon les morceaux), et à décrire certains prélèvements artisanaux sur lesquels nous manquons d’informations (peaux, tendons…). Il favorise une meilleure caractérisation et spéciation des traces dans certains cas, en validant de façon formelle l’utilisation de certains outils, en précisant les différentes étapes du processus, l’orientation et la mise en œuvre de certains gestes. Il fournit ainsi des preuves permettant de confirmer ou d’infirmer les hypothèses de découpe, de désarticulation ou de prélèvement de certains morceaux. Si l’on ne peut jamais garantir que la chaîne opératoire mise en œuvre dans le passé a bien été la même que celle adoptée expérimentalement (un certain nombre de procédures différentes pouvant donner des séries de traces identiques ou proches), cela en éclaire forcément les étapes et permet de justifier l’élimination de certains procédés incompatibles.

18Le corollaire de cette étude n’est pas moins intéressant : bien qu’ils aient été filmés, quelques-uns des très nombreux gestes effectués en vue de prélever peaux et muscles n’ont laissé aucune trace sur les ossements, témoignant ainsi de notre impossibilité à reconstituer intégralement la chaîne opératoire de traitement des carcasses des animaux domestiques en contexte archéologique.

19Une des ambitions du projet était de ne pas « imposer » un protocole de découpe tout fait ou préétabli du type « découpe parisienne » mais au contraire de réfléchir, à chaque étape du protocole expérimental, au mode de découpe le plus adapté pour répondre à une exigence bouchère et coller au mieux aux traces observées en contexte archéologique.

20Une des originalités de D. Coupes est d’aborder, selon un protocole expérimental, des espèces (chien et chat) qui ne sont plus consommées aujourd’hui en France. Les gestes de boucherie étant totalement inconnus, il a fallu réinventer un processus cohérent avec les traces observées sur les ossements archéologiques. Pour ces espèces, en général mal représentées dans les assemblages, les restes osseux sont rares et ceux qui portent des traces de découpe, exceptionnels. Le plus souvent, les marques observées sont mises en relation avec des pratiques de prélèvement des peaux mais l’interprétation devient malaisée quand elles sont relevées sur des morceaux charnus, potentiellement consommables. Leur diagnose est donc fondamentale. Une certaine frilosité intellectuelle aggrave parfois les difficultés auxquelles elle se heurte, ce qui entraîne une rapide évacuation du sujet et laisse la communauté dans une désagréable imprécision. Or, au cours de l’histoire, les deux espèces du chien et du chat ont franchi les frontières du mangeable ou de l’immangeable en fonction de paramètres d’abord culturels, mais aussi sociaux et économiques. Si leur consommation a pu répondre à des besoins alimentaires, satisfaire des injonctions thérapeutiques ou relever d’ingestions ostentatoires dans des contextes cultuels (Horard-Herbin 2014 ; Horard-Herbin ; Tresset & Vigne 2014), elle n’en est pas moins toujours restée hautement symbolique. De ce fait, elle est susceptible de signifier un -changement culturel majeur, par exemple entre les périodes gauloise et romaine (Méniel 2002 ; Clavel & Lepetz sous presse), une crise alimentaire quand la pénurie est telle que l’on finit par se résoudre à manger du chien et du chat, ou encore une vulgaire falsification comme celle supposée et imputée au boucher fraudeur de Saint-Quentin, qui vendait de la chair de chien (Clavel 2016 ; Clavel & Lepetz sous presse). Au final, c’est donc l’évolution historique du statut de ceux qui sont devenus nos animaux de compagnie préférés que nous espérons pouvoir renseigner à travers le temps et l’espace, grâce à la réalisation du projet expérimental D. Coupes.

Haut de page

Bibliographie

Anderson W. D. & Anderson B. G. 1994. Atlas of Canine anatomy. Philadelphie, Baltimore, Hong-Kong, Londres, Munich, Sydney, Tokyo, Lea & Febiger Publisher.

Bourdelle E. & Bressou C. 1953. Anatomie régionale des animaux domestiques, t. IV : Carnivores Chien et Chat. Paris, Éditions Baillière et fils.

Binford L. R. 1981. Bones : Ancient Men and Modern Myths. New York, Academic Presss.

Braun D. R., Pobiner B. L., Thompson J.C. 2008. « An experimental investigation of cut mark production and stone tool attrition », Journal of Archaeological Science, 35 : 1216-1223.

Clavel B. 2016. «Un boucher peu scrupuleux », L’Histoire, spécial Moyen Âge, 428 : 47.

Costamagno S. 2012. Des stries de boucherie aux sous‐systèmes techniques de transformation et de consommation des ressources animales : apport de l’approche expérimentale. Habilitation à diriger des recherches soutenue à l'Université de Bordeaux 1.

E.B. 1994. « Cynophagie », in : Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 06 juillet 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2353.

Evans H. E. & de Lahunta A. 2013. Miller’s anatomy of the dog, Saint Louis-Missouri, Elsevier Saunders, 4e éd.

Jones P. R. 1980. « Experimental butchery with modern stone tools and its relevance for Palaeolithic archaeology », World Archaeology, 12 : 153-165.

Horard-Herbin M.-P. 2014. « La viande de chien à l’âge du Fer : quels individus pour quelles consommations ? », Gallia, 71-2 : 69-87.

Horard-Herbin M.-P., Tresset A., Vigne J.-D. 2014. « Domestication and uses of the dog in western Europe from the Paleolithic to the Iron Age ». Animal Frontiers, 3 : 23-31.

Laroulandie V. 2001. « Les traces liées à la boucherie, à la cuisson et la consommation d’oiseaux. Apport de l’expérimentation », In : Bourguignon L., Ortega I. & Frère-Sautot M.-C. (éd.), Préhistoire et approche expérimentale. Montagnac, Éditions Monique Mergoil, coll. « Préhistoires ; 5 » : 97-108.

Lepetz S. & van Andringa W. 2004. « Caractériser les rituels alimentaires dans les nécropoles gallo-romaines : l’apport conjoint des os et des textes », In : Baray L. (éd.), Archéologie des pratiques funéraires. Actes de la table ronde “Archéologie des pratiques funéraires : approches critiques”, Glux-en-Glenne, Bibracte, Centre archéologique européen, coll. « Bibracte ; 9 » : 161-170.

Lepetz S. & Andringa W. van. 2008. Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine : Rituels et pratiques alimentaires. Montagnac, Éditions Monique Mergoil, coll. « Archéologie des plantes et des animaux ; 2 », 305 p.

Lloveras L. L., Moreno Garcia M. & Nadal J. 2009. « Butchery, Cooking and Human Consumption Marks on Rabbit (Oryctolagus cuniculus) Bones : An experimental Study. » Journal of Taphonomy, 7 : 179-201.

Nilssen P. J. 2000. An actualistic butchery study in South Africa and its implications for reconstructing hominid strategis of carcass acquisition and butchery in the upper Pleistocene and PlioPleistocene, Cape Town, University of Cape Town.

Mallye J. B. 2011. « Réflexion sur le dépouillement des petits carnivores en contexte archéologique : apport de l’expérimentation », Archaeofauna, 20 : 7-25.

Méniel P. 1992. Les sacrifices d’animaux chez les Gaulois. Paris, Éditions Errance, coll. « Les Hespérides ».

Méniel P. 2001. Les Gaulois et les animaux : élevage, repas et sacrifices, Paris, Éditions Errance, coll. « Les Hespérides ».

Méniel P. 2002. « Alimentation carnée et identité gauloise à l’âge du Fer et au début de la période romaine », in : Bruegel M. & Laurioux B. (dir.), Histoire et identités alimentaires en Europe, Paris, Hachette Littératures : 65‑75.

Méniel P. 2008. Manuel d’archéozoologie funéraire et sacrificielle. Âge du Fer, Gollion (Suisse), Éditions In Folio, coll. « Vestigia », 2008.

Milliet J. 1995. « Manger du chien ? C’est bon pour les sauvages ! », L’Homme, 35-136 : 75‑94.

Poplin F. 1972. « Sur le dépeçage d’une hyène à l’aide d’un éclat de chaille », Bulletin de la Société préhistorique française, 69 : 113-117.

Poplin F. 1987. « La découpe et le partage du cerf en vénerie », in : La découpe et le partage du corps à travers le temps et l'espace. Anthropozoologica, 1er numéro spécial : 19-22.

Schaller O. 1992. Illustrated Veterinary Anatomical Nomenclature, Stuttgart (Allemagne), Enke Verlag, 614 p.

Val A., Costamagno S., Discamps E., Chong S., Claud E., Coudenneau A., Deschamps M., Gerbe M., Mourre V., Soulier M.-C., Thiébaut C. 2017. « Testing the influence of stone tool type on microscopic morphology of cut marks : experimental approach and application to the archaeological record with a case study from the Middle Palaeolithic site of Noisetier Cave (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France) », Journal of Archaeological Science reports, 11 : 17-28.

Vallet C. 1995. « Les outils de la découpe des viandes à Sierentz », Cahiers de l’association pour la promotion de la recherche archéologique en alsace (APRAA), tome 11 : 73-88.

Vallet C., Chevillot C., Ginelli B., Leblanc J.-C. 1994. « Archéologie expérimentale au Parc Archéologique de Beynac. I : La découpe de boucherie », Documents d’archéologie et d’histoire périgourdine, 9 : 75-87.

Vallet C. 2004. « A Limoges, un outil inédit d’abattage des animaux au xve siècle : le merlin », Travaux d’archéologie limousine, 24 : 149-155.

Vigne J.-D. 2005. « Découpe du cerf (Cervus elaphus) au Mésolithique moyen, à Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne) : analyses tracéo-logique et expérimentale », Revue de paléobiologie, (Genève), vol. spécial 10 : 69-82.

Walker P. L. & Long J. C. 1977. « An experimental study of the morphological characteristics of toll marks », American Antiquity, 42 : 605-616.

Willis L.M., Eren M.I., Rick T.C. 2008. « Does butchering fish leave cut marks ? », Journal of Archaeological Science, 35 : 1438-1444.

Haut de page

Notes

1 Titulaire d’un Cap de boucherie hippophagique (1970), Christian Vallet a pratiqué la boucherie-charcuterie de 1967 à 1980. Il a soutenu une maîtrise en archéologie à l’Université de Dijon (2000-2001), et a exercé à l’Association pour les fouilles archéologiques nationales / Afan puis à l’Institut national de recherches archéologiques préventives / Inrap jusqu’en 2014.

2 Ces animaux ont été traités selon les règles définies par les comités d’éthique de l’École nationale vétérinaire de Nantes (Agrément pour l’expérimentation animale dans le cadre des dissections des étudiants vétérinaires numéro : A44.274, numéro d’autorisation 29-44B). Les carcasses utilisées pour cette expérimentation scientifique qui s’est déroulée dans ses locaux ont fait l’objet d’une étude préalable dans le cadre des travaux pratiques des étudiants vétérinaires, afin de réduire le nombre d’animaux euthanasiés.

3 Par exemple, la consommation du chien au bas Moyen Âge n’est documentée que sur une dizaine de sites, dont celui de Saint-Quentin étudié par Alessio Bandelli et Benoît Clavel (Clavel 2016).

4 Toutes les découpes ont été enregistrées et filmées par Jean-Philippe Corbellini, spécialiste Son-Vidéo-Webdoc-Drone à la Maison des Sciences de l’Homme Val-de-Loire.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La convergence des connaissances et des pratiques de boucherie, d’archéozoologie et de sciences vétérinaires donne tout son sens au projet interdisciplinaire D. Coupes © Marie-Pierre Horard-Herbin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 2 – Outils en silex taillés par Christian Vallet et utilisés pour la découpe : un biface amygdaloïde de type paléolithique sert à détacher la peau alors que des lames brutes de débitage sont nécessaires pour toutes les ouvertures et le désossage © Yolande Vallet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3 – La restitution des découpes gauloises, antiques et médiévales a été effectuée à l’aide de copies d’outils romains trouvés sur le site de Sierentz (Vallet 1995), forgées expérimentalement par Jean-Claude Leblanc dans le cadre du parc archéologique de Beynac en Dordogne © Marie‑Pierre Horard‑Herbin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 4 – Découpe expérimentale de membre antérieur à l’aide d’une feuille de boucher © Yolande Vallet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 5 – L’épaule est coupée en tranches après avoir été cuite pour reproduire le moment de la consommation © Yolande Vallet.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 6 – La segmentation de l’épaule en trois morceaux est clairement visible sur les ossements © Sébastien Lepetz.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 8 – La carcasse d’un chien de 50 cm au garrot fournit 6 kg de viande et 650 g d’abats © Marie-Pierre Horard-Herbin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 9 – Exemple de traces de brûlures régulièrement conservées sur les dents des chiens archéologiques gaulois du site de Levroux (Indre) © Marie-Pierre Horard.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Fig. 10 – Le détachement de l’émail et d’une partie de la dentine des canines et des incisives est lié à une longue exposition à la flamme, lors d’une véritable cuisson © Sébastien Lepetz.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 11 – La section longitudinale du crâne, très régulière et similaire à ce que l’on observe en contexte archéologique, a été obtenue grâce à une percussion directe © Sébastien Lepetz.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 12 – L'ablation des joues pour leur consommation laisse des traces caractéristiques, aussi bien sur les mandibules expérimentales (a) que sur les mandibules des chiens gaulois de Levroux (Indre) (b) © Marie-Pierre Horard-Herbin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 13 – Le prélèvement de la langue laisse de nombreuses traces de découpe sur les os hyoïdes © Sébastien Lepetz.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3706/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Pierre Horard-Herbin, Sébastien Lepetz, Christian Vallet, Benoît Clavel, Jean-Philippe Corbellini et Claude Guintard, « Des traces observées aux gestes anthropiques : le projet D. Coupes  », Les nouvelles de l'archéologie, 148 | 2017, 16-22.

Référence électronique

Marie-Pierre Horard-Herbin, Sébastien Lepetz, Christian Vallet, Benoît Clavel, Jean-Philippe Corbellini et Claude Guintard, « Des traces observées aux gestes anthropiques : le projet D. Coupes  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3706 ; DOI : 10.4000/nda.3706

Haut de page

Auteurs

Marie-Pierre Horard-Herbin

Cnrs / Umr 7324 Citeres « Cités, territoires, environnement, sociétés » – Université François-Rabelais de Tours –

marie-pierre.horard-herbin@univ-tours.fr

Sébastien Lepetz

Cnrs, Mnhn / Umr 7209 « Archéozoologie, archéobotanique, sociétés, pratiques et environnements » -

lepetz@mnhn.fr

Christian Vallet

vieilosdebison@gmail.com

Benoît Clavel

Sorbonne Universités, Cnrs, Mnhn / Umr 7209 « Archéozoologie, archéobotanique, sociétés, pratiques et environnements » -

clavel@mnhn.fr

Articles du même auteur

Jean-Philippe Corbellini

Maison des Sciences de l’Homme Val-de-Loire / Usr (Unité de service et de recherche) 3501 –

jean-philippe.corbellini@univ-tours.fr

Claude Guintard

Oniris, École nationale vétérinaire de Nantes / Unité d’Anatomie comparée -

claude.guintard@oniris-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals