Navigation – Plan du site
Dossier : Archéozoologies

Un poisson peut en cacher un autre

Benoît Clavel
p. 23-27

Texte intégral

Introduction

1Même si le terme « poisson » n’a plus de pertinence scientifique aujourd’hui dans une perspective phylogénétique, il conserve tout son sens à l’interface entre sciences de l’homme et de la nature, dans le cadre de nos disciplines qui mettent plus que jamais la dimension culturelle au premier plan de leurs préoccupations. Dans ce contexte, il ne s’agit évidemment pas d’étudier l’histoire évolutive du vivant (au sens phylogénétique, donc) mais bien d’appréhender, par exemple, une histoire évolutive de la gastronomie du vivant (sic). Par commodité et en ayant bien conscience du caractère abusif de cette appellation au regard de la classification, nous emploierons donc le terme de « poisson » adouci d’un court-bouillon de culture. Ainsi, n’ayons plus « la merlu » lorsque, sur un site, surgissent de manière impromptue des os… de morue.

2Les repérer, c’est bien, les collecter, c’est mieux. Car, parmi les vertébrés découverts en contexte archéologique, les poissons sont encore trop souvent mésestimés. À cela plusieurs raisons : d’une part, la sensibilité des pièces osseuses à divers agents destructeurs et, d’autre part, la pratique du tamisage des sédiments, trop souvent négligée. Ce dernier facteur demeure d’ailleurs un problème récurrent même si, depuis une dizaine d’années, l’exercice tend à devenir plus fréquent en s’intégrant durablement aux stratégies de fouilles. Afin de recouvrer les pièces osseuses de petites dimensions, il importe donc d’effectuer un tri plus sélectif. Cela nécessite le prélèvement de volumes de sédiments conséquents, dicté par un protocole d’échantillonnage raisonné et élaboré en concertation avec le responsable d’opération. Néanmoins, les stratégies de prélèvement doivent inévitablement composer avec les exigences de terrain, en particulier dans le cadre de fouilles préventives en milieu urbain, par exemple, pour lesquelles il est impensable de tamiser l’ensemble des unités stratigraphiques ou structures excavées. Par ailleurs, l’expérience démontre que le traitement partiel des sédiments livre des résultats satisfaisants dans les contextes urbains d’époque historique. Il s’agit de réaliser un échantillonnage aléatoire simple, permettant de prendre en compte un grand nombre d’unités stratigraphiques (Us) sur toute la séquence chronologique, en couvrant l’ensemble du terrain.

  • 1 . Ce groupe réunit Ph. Béarez (Umr 7209-Cnrs), A. Chalant (LabEx BCDiv Mnhn- Umr 7208- Cnrs), B. C (...)

3Les initiatives en contexte protohistorique et historique ne sont pas légion et les études menées à Lattes (Sternberg 1995) et, plus récemment, sur les sites antiques aquitains (Ephrem 2014) ou médiévaux picards, font figure de références. Malheureusement, chaque site ne dispose pas forcément d’un spécialiste parmi l’équipe de recherche pour élaborer une stratégie d’échantillonnage adaptée aux opérations. Or, comme le rappelait déjà en 1986 F. Audoin-Rouzeau, « cette construction simultanée de l’archéologie et de l’analyse ostéologique constitue une condition essentielle pour l’organisation méthodologique de l’étude ». C’est pour ces différentes raisons qu’un groupe « échantillonnage en archéo-icthyologie », piloté par M. Sternberg et B. Clavel, s’est constitué en 2014, dans le cadre du GDR 3644 BioarcheodaT dirigé par J.-D. Vigne, en se donnant comme objectif de mettre au point des indicateurs pour orienter justement les applications d’échantillonnage au terrain1. À partir de lots osseux issus de contextes intégralement tamisés, il s’agit d’établir un ou des modèles statistiques d’échantillonnage.

Flet ou carrelet ? Distinguer en eaux troubles…

4C’est par milliers, après rinçage à l’eau sur colonne de tamis, qu’écailles, vertèbres ou pièces crâniennes apparaissent dans les refus de tamis, en particulier lorsqu’il s’agit de niveaux médiévaux et modernes. Or, pas d’étude archéozoologique sans passages obligés par les décomptes, opérés après déterminations anatomique et spécifique, mais aussi par les mesures. Les os de poissons sont mesurés pour restituer ensuite les dimensions et les poids des spécimens, afin d’aborder, dans un second temps, les questions liées à l’exportation des gabarits vers l’intérieur des terres ou bien encore les problématiques liées à la surpêche. Le développement sans précédent de la pêche est, en effet, une caractéristique propre au Moyen Âge. Des conséquences spectaculaires de cet essor des activités halieutiques, et des activités humaines en général, ont été mises en évidence sur la taille et la présence de -certaines espèces.

5Plus simplement, l’ostéométrie, comme le rappellent L. Chaix & P. Méniel (2001), a pour but l’étude des variations qui affectent le squelette des populations d’êtres vivants, et elle a de nombreuses applications. Ainsi, par le principe de l’allométrie, il est possible de déterminer le poids et la taille des poissons après avoir préalablement élaboré des référentiels : l’ensemble des ossements des poissons à croissance continue offre en effet des corrélations très fortes entre la longueur des individus et leur poids.

6Par ailleurs, la métrique peut contribuer à la détermination d’espèces particulières. Certains poissons plats, par exemple, sont difficiles à reconnaître. Cependant, en combinant les clefs de détermination qui font appel à des critères morphologiques et morphoscopiques pour effectuer les identifications (Wouter et al. 2007), d’une part, et l’ostéométrie, d’autre part, la distinction devient plus simple.

7L’intérêt est alors de bien identifier les poissons plats, directement accessibles, qui ont très vite subi la forte poussée des activités de pêche sur le littoral picard au Moyen Âge et à la Renaissance.

La Chaussée du Bois d’Abbeville

8Un lot retrouvé à la Chaussée du Bois d’Abbeville et daté du xvie siècle offre un exemple éclairant de l’application de telles méthodes. Constitué pour l’essentiel d’éléments de poissons plats, l’ensemble osseux imposait de différencier deux espèces communes, le flet et le carrelet, alors présentes en abondance dans l’estuaire de la Somme… et de surcroît interfécondes ! (fig. 1).

Fig. 1 – L’ostéométrie peut aider à la détermination. Ici une application permettant de distinguer deux espèces proches de poissons plats (flet et carrelet) à partir de mesures réalisées sur un os impair : l’épine anale © Benoît Clavel.

9L’estuaire est le milieu favori du flet et les textes relatifs à l’histoire d’Abbeville révèlent son importance dans une cité où coexistent, au Moyen Âge, deux corporations de pêcheurs, ceux de l’eau douce et ceux de la mer, qui se disputent un domaine très convoité pendant plusieurs siècles, du moins si l’on en juge par une interdiction très explicite contenue dans le Livre rouge de l’échevinage : jusqu’à la « bouke » de la rivière, très souvent baignée par la mer, une ordonnance de 1270 interdit en effet les faubourgs de la ville aux pêcheurs de flet.

10Deux corporations exploitent donc, en théorie, deux biotopes différents, se disputant flets et carrelets. Ce phénomène pourrait s’exprimer dans la composition assez singulière de l’échantillon de la Chaussée du Bois, composé de plus de 2 000 restes de pleuronectes rejetés dans des latrines. Ces restes osseux correspondent à un rejet de préparation culinaire constitué en majorité de viscères et de branchies. Sur la totalité des restes, un seul type d’os impair, particulièrement fréquent et pour lequel la diagnose ne fait pas de doute, a été mesuré : l’urohyal.

11Les résultats sont intéressants : en effet, les distributions obtenues pour le flet et le carrelet différent sensiblement, indiquant la présence de deux populations de tailles distinctes. Les flets sont de petites dimensions, avec néanmoins une classe d’individus plus gros (cinq poissons de 400 à 500 g, soit 35 cm). Les carrelets dépassent tous 340 g (soit plus de 30 cm), les plus gros spécimens atteignant 980 g, soit environ 50 cm (fig. 2). Cette distribution peut être interprétée de différentes façons. Elle peut relever d’un choix de prélèvement qui touche différemment les flets et les carrelets dans un même espace de pêche, ou indiquer que les deux espèces ne proviennent pas du même milieu : le flet proviendrait ainsi des environs immédiats de la cité et sa petite taille serait la conséquence directe d’une surpêche dans cette zone très peuplée. Mais il faut aussi considérer que les flets migrateurs trophiques, quand ils sont jeunes, passent une partie de leur vie en eau douce pour croître. Ce qui expliquerait, in fine, l’abondance de petits flets dans la Somme. Les carrelets, qui dépassent le flet en taille sans atteindre de très grands gabarits, proviendraient, quant à eux, du littoral.

12Ainsi, un petit flet peut très bien cacher un carrelet mais être démasqué par la mesure d’un os unique.

Fig. 2 – Abbeville (Somme). La Chaussée du Bois. Estimations de la masse des flets (à gauche) et des carrelets (à droite) trouvés dans des latrines du milieu du XVIe siècle (fouilles R. Clotuche, Afan) © Clavel 2001.

Morue ou cabillaud : un poisson dans les filets, deux denrées sur les marchés

13L’anatomie comparée demeure la pierre angulaire de la discipline et l’archéométrie étudie, par des mesures instrumentées, des caractères le plus souvent inaccessibles à l’observation visuelle. Néanmoins, la simple identification des espèces en présence ne suffit pas à l’étude fine du traitement qu’elles ont subi et elle doit nécessairement être complétée par l’étude de la distribution par partie anatomique, comme l’illustre le cas récent du site de Craywick (Nord) : l’objectif n’est pas de discriminer des espèces entre elles mais de débusquer un seul et même poisson, le cabillaud, qui a été dénaturé et transformé en un produit de conserve appelé communément morue. Or, reconnaître deux produits distincts correspondant pourtant à une seule et même espèce rend la diagnose ichtyologique d’autant plus délicate.

14La taille de l’os peut s’avérer parfois un indice déterminant car, aux alentours du xvie siècle, les poissons capturés à Terre-Neuve puis acheminés en Europe sous forme de conserve accusaient des gabarits nettement plus grands que leurs homologues pêchés sur les côtes du royaume. Néanmoins, ce qui semble vrai au xvie siècle pour ces poissons d’Amérique septentrionale l’était-il sur les côtes flamandes cinq siècles plus tôt, aux xe-xie siècles ? Faute de synthèse sur la taille des captures au Moyen Âge, se reposer sur tel postulat pour repérer au premier coup d’œil ce type de produit particulier reste une démarche hasardeuse… Dans les sites du nord de la France, l’abondance des restes osseux de Gadidés est un trait caractéristique des niveaux archéologiques des xe-xiiie siècles. Ces occurrences, dans les échantillons de la zone littorale, méritent d’être soulignées et le site de Craywick est, à cet égard, exemplaire. Les os de poissons découverts dans plusieurs structures de cet habitat appartiennent majoritairement aux Gadidés, au premier rang desquels vient le cabillaud. De plus, les proportions observées pointent des phénomènes particuliers. Ainsi, les valeurs les plus fortes s’enregistrent sur le squelette crânien, avec 86,3 % des os (fig. 3). A contrario, les résultats obtenus sur le squelette appendiculaire et rachidien signent des valeurs plus faibles : 2,1 % d’éléments de ceintures et 11,6 % de vertèbres. Ce décalage traduit essentiellement des pratiques de rejets particulières. En effet, les disparités observées dans la représentation squelettique matérialisent une activité spécifique, c’est-à-dire une préparation culinaire impliquant un étêtage des poissons.

Fig. 3 – Composition anatomique des restes de Gadidés, Craywick (Nord), rues de l’Église et de l’Aven, xe-xie siècles (fouilles S. Dessouter, Inrap) © Inrap – Michel Coutureau pour le dessin du squelette de cabillaud © Benoît Clavel.

15Il convient néanmoins d’apporter quelques nuances à ce constat global car, si l’attrait principal du raisonnement proposé réside dans sa faculté à tempérer les biais liés à la segmentation des pièces osseuses, il ne suffit bien évidemment pas à s’en émanciper. L’analyse demeure notamment inféodée aux manifestations liées à la conservation différentielle, puisque les décomptes s’établissent nécessairement sur les parties squelettiques les mieux préservées.

16Un tel assemblage dicte la plus grande prudence dans les propositions d’interprétation : s’il s’agit bien, globalement, de rejet de têtes de poissons, on ne saurait occulter les éléments de rachis collectés parfois rejetés encore en connexion (deux tronçons composés de vertèbres abdominales ont été découverts dans une même structure). Au demeurant, le squelette rachidien reste représenté par 43 % de vertèbres précaudales (zone thoracique) et 39 % de caudales, le restant des pièces (18 %) n’ayant pu être replacé sur le squelette.

17J. H. Barrett (1997) voyait dans l’absence ou le déficit des dernières caudales l’un des indices concourant à caractériser la préparation de poissons destinés à la confection de conserves. Il est vrai qu’il appuyait sa démonstration convaincante, conduite notamment sur les sites de Robert’s Haven ou Earl’s Bu dans l’archipel des Orcades en Écosse, sur un corpus significativement plus riche que celui de Craywick.

18Le caractère plus parcellaire des observations menées à Craywick est à corréler au nombre modeste de spécimens recouvrés. Il se trouve cependant compensé par les schémas de répartition anatomique similaires constatés sur les sites avoisinants : le faciès d’un ensemble découvert à Téteghem et, de façon plus éclatante, celui dressé à partir des lots osseux collectés dans les fouilles de la « Rue du Guindal », à Saint-Georges-sur-l’Aa, sont en effet très voisins (Clavel et al. à paraître).

19Aussi, la récurrence de rejets similaires dans le secteur géographique considéré nous conduit progressivement à envisager l’existence d’une possible station de préparation de morue de conserve à Craywick : l’hypothèse, qui serait audacieuse au regard des seuls résultats obtenus sur le site, paraît plausible quand ils cessent d’être considérés isolément mais sont intégrés dans une analyse synthétique à l’échelle régionale.

20En définitive, l’anatomie comparée, par le biais de l’inventaire de parties anatomiques, améliore largement la description des séries de vestiges.

De l’étude ostéologique à l’analyse moléculaire

21L’archéo-ichtyologie enrichit notre perception des pratiques halieutiques médiévales et concourt à la compréhension des modalités de distribution de ces denrées. Aux débuts du Moyen Âge, par exemple, des occupations mérovingiennes livrent des restes de poissons témoignant d’une étroite dépendance entre espèces consommées et peuplements des eaux environnantes, notamment en milieu rural, à Bresle dans l’Oise ou Vignely en Seine-et-Marne (Bertin et al. 2003). Néanmoins, quelques vestiges attestent du commerce de poisson marin, du moins sous forme de produits de conserve, vers certaines villes continentales comme Metz, Orléans ou Paris, Pontoise et Compiègne un peu plus tard (ixe siècle). Durant le bas Moyen Âge, ces réseaux d’approvisionnement tendent à se densifier et élargissent l’accès aux ressources marines, apprêtées ou fraîches. Par ailleurs, le développement de la pêche hauturière modifie sensiblement le cortège des espèces consommées. L’analyse des corpus archéologiques affine alors la compréhension des choix de prélèvement (provenance, saisonnalité, gabarits, etc.) et les logiques régissant les circuits de ravitaillement. Ces dernières tiennent à la position du site par rapport aux cours d’eau, au littoral et aux principaux axes du réseau viaire. Le statut des consommateurs conditionne également la présence de certaines espèces ou de certains poissons plus communs mais atypiques par leurs gabarits impressionnants, et qui sont l’apanage des tables privilégiées.

22À tous ces questionnements, l’étude ostéologique apporte déjà des réponses dont la fiabilité et la précision s’aiguisent constamment au fil des études. Néanmoins, il reste un pan d’investigation pour lequel la simple observation anatomique se révèle impuissante : celui de l’identification des régions marines dont sont originaires les spécimens. À cet égard, les progrès des analyses à l’échelle moléculaire, en particulier la biogéochimie isotopique, offrent de nouvelles perspectives de recherches. Elles permettront, notamment, de préciser les foyers de développement de la pêche en mer et d’aborder les problématiques liées à l’acquisition progressive des territoires de pêche.

  • 2 . L’Atm CollaPoisson est portée par E. Dufour et B. Clavel (Sorbonne Universités, Mnhn, CnrsUmr(...)

23La biogéochimie isotopique fait désormais partie intégrante des outils disponibles en archéologie pour restituer l’histoire alimentaire et la mobilité résidentielle des hommes et des animaux (Salesse et al. 2014). Elle repose le plus souvent sur l’analyse du collagène osseux issu de restes de mammifères. Néanmoins, des études pionnières ont mis en évidence l’intérêt des restes osseux ichtyens pour décrire tant l’écologie que l’évolution éthologique des espèces marines, dulçaquicoles et anadromes, ainsi que pour identifier la provenance des espèces pêchées (Fuller et al. 2012 ; Barrett et al. 2008). Cependant, le collagène issu des restes de poissons archéologiques est encore plus susceptible d’être altéré que celui des mammifères, en raison de la petite taille et de la finesse de la majorité des ossements. Il convient donc d’utiliser non seulement des critères objectifs de reconnaissance de l’altération potentielle du collagène (Fuller et al. 2012 ; Lebon et al. 2016) mais aussi un protocole d’extraction adapté qui a fait l’objet d’un travail de Master II cofinancé par l’action thématique Muséum / Atm « Blanche »2 et le Labex BCDiv « Diversités biologiques et culturelles » du Muséum national d’histoire naturelle / Mnhn en 2016 (Borgès 2016). En démontrant que le collagène ichtyen ancien se trouve bel et bien exploitable, il a ouvert de nouvelles perspectives d’étude des territoires de pêche en France. La multiplication récente des opérations de fouille dans le nord de la France a permis de collecter une masse considérable de restes osseux ichtyens, d’ores et déjà déterminés et disponibles. À plus long terme, l’analyse isotopique de ce corpus permettra d’établir une véritable cartographie des territoires de pêches, de remédier à la pauvreté actuelle des données sur l’acquisition et la régression de ces derniers et d’améliorer nos connaissances sur les activités halieutiques, domaine de l’histoire quotidienne encore trop méconnu.

24Qu’elle porte sur des individus ou des populations de poissons, l’analyse isotopique est fondamentale pour l’étude écologique du milieu aquatique (Dufour & Gerdeaux 2001). La restitution de l’histoire biologique et environnementale repose sur :

1. la relation entre les valeurs de δ13C et δ15N d’un individu et son alimentation ;

2. les variations naturelles (salinité, chaînes benthiques ou pélagiques, longueur des chaînes trophiques, température, latitude…). Ces variations peuvent permettre d’identifier un habitat au sein d’une zone géographique (eau douce versus marin, côtier versus hauturier, pélagique versus benthique) ou des zones géographiques entre elles, et donc des territoires de pêche, comme J.-H. Barrett et al. (2008) l’ont démontré en Manche pour le cabillaud.

25Un tel projet, traitant à la fois de la caractérisation des territoires de pêche par l’analyse isotopique et de l’amélioration des protocoles analytiques, est sans précédent en France. Il permettra également de consolider nos connaissances dans le domaine de la biogéochimie appliquée aux relations homme-animal et homme-environnement. En effet, les territoires exploités sont d’abord déterminés par les conditions naturelles, inhérentes aux différents faciès littoraux auxquels -s’attachent des caractéristiques physiques et climatiques propres. Par ailleurs, leur distribution dans l’espace se trouve largement conditionnée aux besoins économiques de la population. À terme, l’objectif est d’affiner un modèle cartographique diachronique, intégrant les stratégies d’approvisionnement en poissons côtiers et hauturiers, d’une part, et les circuits de distributions, d’autre part.

Haut de page

Bibliographie

Audoin-Rouzeau F. 1987. Ossements animaux du Moyen Âge au monastère de la Charité-sur-Loire. Paris, Publication de la Sorbonne, 165 p.

Barrett J.-H. 1997. « Fish trade in Norse Orkney and Caithness : a zoo-archaeological approach », Antiquity, 71 : 616-638.

Barrett J.-H. et al. 2008. « Detecting the medieval cod trade: a new method and first results », Journal of Archaeological Science, 35 : 850-861.

Bertin P., Clavel B., Dalnoki O., Mahé N. & Yvinec J.-Y. 2003. « Une occupation mérovingienne précoce au bord de la Marne. Le site de Vignely, La Noue Fenard (Seine-et-Marne) », in : P. Ozoulias & P. van Ossel (dir.), Dioecesis Galliarum, document de travail, 6 : 121-178.

Borgès G. 2016. Optimisation du protocole d’extraction du collagène de poisson archéologique et analyse isotopique par GC-IRMS. Rapport de Master II de l’Université P. et M. Curie – Centro Federal de Educação technologica de Minas Gerais, 95 p.

Chaix L. & Méniel P. 2001. Archéozoologie, les animaux et l’archéologie, Paris, Éditions Errance, coll. « Les Hespérides », 2e édition, 239 p.

Clavel B. 2001. L’animal dans l’alimentation médiévale et moderne en France du Nord (xiie-xviie siècles), Revue archéologique de Picardie, n° spécial 19, 204 p.

Clavel B, Dessouter S. & Dreano Y. À paraître. « Conserver de la morue aux xe-xie siècles dans les Flandres : le cas de Craywick, rues de l’Église et de l’Aven ? », in : L. Le Goff (dir.), Des environnements et des hommes. Apports croisés des archéosciences et de l’archéologie à l’histoire des sociétés médiévales de l’ouest de la France : Séminaires archéologiques de l’Ouest, 21 mai 2015, Rennes, Université de Rennes 2.

Dufour E. & Gerdeaux D. 2001. « Apport des isotopes stables aux études écologiques sur les poissons », Cybium, 23 : 419-420.

Ephrem B. 2014. Piscatores Oceanici et Garumnae, Pour une approche par l’archéo-ichtyologie de la pêche en Aquitaine romaine, Bordeaux, Aquitania, suppl. 31, 250 p.

Fuller B. T., Müldner G., Neer W. van, Ervynck A. & Richards M. P. 2012. « Carbon and nitrogen stable isotope ratio analysis of freshwater, brackish and marine fish from Belgian archaeological sites (1 st and 2 nd millennium AD) », Journal of Analytical Atomic Spectrometry. 27-5 : 807-820.

Lebon M., Reiche I., Gallet X., Bellot-Gurlet L., Zazzo A. 2016. « Rapid quantification of bone collagen content by ATR-FTIR spectroscopy », Radiocarbon, 58-1 : 131-145.

Salesse K., Dufour E., Lebon, M., Bruzek J., Castex D. & Zazzo A. 2014. « Variability of bone preservation in a confined environment: the case of the catacomb of Sts Peter and Marcellinus (Rome, Italy) », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 416 : 43-54.

Sternberg M. 1995. La pêche à Lattes dans l’Antiquité à travers l’analyse de l’ichtyofaune, Lattes, Archéologie des sociétés méditerranéennes ASM-Éditions, série « Lattara ; 8 », 152 p.

Wouter W., Muylaert L., Neer W. van. 2007. « The distinction of isolated bones from plaice (Pleuronectes platessa), flounder (Platichthys flesus) and dab (Limanda limanda) : a description of the diagnostic characters », Archaeofauna, 16 : 33-95.

Haut de page

Notes

1 . Ce groupe réunit Ph. Béarez (Umr 7209-Cnrs), A. Chalant (LabEx BCDiv Mnhn- Umr 7208- Cnrs), B. Clavel (Umr 7209- Cnrs), Y. Dréano (Cravo « Centre de recherche archéologique de la vallée de l’Oise »), B. Ephrem (LabEx Alhyen « Alimentation, hygiène et environnement en Grèce ancienne »), S. Grouard (Umr 7209- Mnhn), E. Guillaud (Umr 7209- Cnrs), B. Hugueny (Umr 7208-Cnrs), G. Piquès (Umr 5140- Cnrs) et M. Sternberg (Umr 7299- Cnrs).

2 . L’Atm CollaPoisson est portée par E. Dufour et B. Clavel (Sorbonne Universités, Mnhn, CnrsUmr 7209), avec la participation de M. Lebon (Sorbonne Universités, Mnhn, CnrsUmr 7194) et S. Cersoy (Sorbonne Universités, Mnhn, Cnrs – Labex BCDiv et Umr 7209).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’ostéométrie peut aider à la détermination. Ici une application permettant de distinguer deux espèces proches de poissons plats (flet et carrelet) à partir de mesures réalisées sur un os impair : l’épine anale © Benoît Clavel.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 2 – Abbeville (Somme). La Chaussée du Bois. Estimations de la masse des flets (à gauche) et des carrelets (à droite) trouvés dans des latrines du milieu du XVIe siècle (fouilles R. Clotuche, Afan) © Clavel 2001.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 3 – Composition anatomique des restes de Gadidés, Craywick (Nord), rues de l’Église et de l’Aven, xe-xie siècles (fouilles S. Dessouter, Inrap) © Inrap – Michel Coutureau pour le dessin du squelette de cabillaud © Benoît Clavel.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3707/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Clavel, « Un poisson peut en cacher un autre », Les nouvelles de l'archéologie, 148 | 2017, 23-27.

Référence électronique

Benoît Clavel, « Un poisson peut en cacher un autre », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3707 ; DOI : 10.4000/nda.3707

Haut de page

Auteur

Benoît Clavel

Sorbonne Universités, Cnrs, Mnhn / Umr 7209 « Archéozoologie, archéobotanique, sociétés, pratiques et environnements » – Muséum national d’histoire naturelle – 55, rue Buffon – 75005 Paris

clavel@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals