Navigation – Plan du site
Dossier : Archéozoologies

La taille du bétail est loin d’être un détail

Lire les paysages économiques et culturels à travers la morphologie animale
Colin Duval
p. 56-61

Texte intégral

Introduction

1Les variations de la taille et de la forme des animaux domestiques sont constamment scrutées dans le cadre de l’enquête archéozoologique. Leur étude est utile à l’identification des vestiges osseux (races ou espèces, genres et familles). Elle sert également pour l’observation des différences individuelles liées à l’âge (croissance), au sexe (dimorphisme) ou aux conditions d’élevage (climats, topographie, alimentation animale, conditionnement du bétail ou maladies). Elle permet encore et simplement de décrire les caractéristiques physiques d’un individu vis-à-vis d’un ensemble aux qualités connues ou attendues. Taille de l’os, poids de la bête, forme du crâne, longueur du train des vertèbres, épaisseur des membres, courbures des cornes et des canines, rapport entre les différents organes du squelette, ouverture du bassin : l’esquisse des traits particuliers d’un sujet constitue la première étape vers la définition des standards morphologiques d’un lieu et d’une période puisque par l’expression de ses dimensions, seul ou partie du groupe, il est l’image du cadre spatio-temporel dans lequel il évolue. Il est en ce sens l’unité fondamentale, à l’échelle agropastorale, qui permet de considérer l’influence d’agents de changement plus lointains. Reflet direct des choix d’élevage et d’approvisionnement (aptitudes techniques de l’éleveur, traditions pastorales, critères de sélection), la morphologie du bétail renvoie en effet invariablement à l’environnement économique et à la culture en place. Au fil de la pratique archéozoologique, il est donc apparu très tôt que les différentes lignées domestiques épousaient les formes voulues (couleur de la robe, taille et proportions de la bête), issues des systèmes de représentation propres à chaque entité culturelle et des politiques agricoles menées. Au cours du temps, l’animal fait donc l’objet de manipulations zootechniques qui façonnent son apparence. Il affiche certaines qualités physiques qui, par la constance avec laquelle elles s’expriment et par le contraste qu’elles projettent entre les périodes, font aujourd’hui figure de témoins culturels et ont suscité même, en conséquence, certaines orientations historiographiques.

Petite histoire de taille

2Les premières tentatives de caractérisation chrono-culturelle du format des animaux domestiques sont lancées dans une perspective diachronique large. Des études fondatrices comme celles de Boessneck et al. (1971) ou Bökönyi (1974) offrent le dessin d’une courbe des tailles alternant déclin et ascension, du temps de la domestication jusqu’au xxe siècle, qui souligne les grands épisodes morphologiques subis par les bœufs d’Allemagne et d'Europe de l'Est (fig. 1). Ces tendances, qui constituent la norme aujourd’hui encore, connaissent en France une vive résonance, principalement à travers les travaux de Méniel (1984 ou 1996, par exemple). Celui-ci trace alors les contours du « petit bétail » de l’âge du Fer mais aussi la silhouette des « grands animaux » de la période romaine, soulevant ainsi la question fondamentale de l’impact des transitions culturelles et économiques sur l’élevage en Gaule. Cette conclusion d’une évolution morphologique de l’animal domestique (croissance et modification des proportions squelettiques) visiblement concomitante de la prise de pouvoir de Rome sur les différentes provinces de l’Empire élève alors l’agriculture au rang d’enjeu politique. Dès lors, c’est tout un courant de la recherche archéozoologique qui bûche sur les raisons de tels changements, invoquant et évoquant l’adaptation, la colonisation pastorale, l’innovation, la transmission, la pénétration des savoir-faire, des matériaux et des matériels, touchant la volaille et tous les cheptels (voir notamment Clavel et al. 1996 du côté de la basse-cour ou Johnstone 2004 pour les équidés), à travers différents pays (voir par exemple Lepetz 1996 et Duval et al. 2012 pour le nord de la Gaule ; Forest & Rodet-Belarbi 2002 pour le sud de la France ; Albarella et al. 2008 pour l’Angleterre ; Colominas et al. 2013 pour l’Espagne ou Gaastra 2014 pour la Grèce et l’Italie) et pour d’autres périodes, avec d’autres problématiques et d’autres hypothèses (voir entre autres Davis & Beckett 1999 ; Forest & Rodet-Belarbi 2000 ; Clavel & Yvinec 2010, pour les périodes médiévale et moderne).

Fig. 1 – Évolution de la hauteur au garrot des bœufs d’Europe centrale et d’Europe de l’Est (d’après Bökönyi 1974).

3Au-delà du temps, certains chercheurs ont également pu raisonner en termes d’espace, par la confrontation de différents territoires et de leurs particularismes géographiques et culturels. À la notion d’évolution chronologique se mêlait alors celle de diversité locale, régionale ou provinciale (dans le cas de la période romaine) des formats animaux. De telles approches géographiques, menées à l’échelle de pays (comme celle d’Audoin-Rouzeau 1991) ou de régions plus restreintes (voir notamment MacKinnon 2010 pour l’Italie romaine ; Duval et al. 2013 pour la vallée de la Seine et les cités gauloises), ont permis d’atténuer la signification culturelle large conférée à la morphologie du bétail pour lui donner un sens plus identitaire. La combinaison de ces deux perceptions, en aucun cas exclusives, apporta de fait une profondeur supplémentaire à la lecture des dimensions osseuses, surimposant aux mouvements économiques et culturels globaux la logique de terroir, au sens où on peut l’entendre aujourd’hui, faite d’un potentiel et de stratégies agricoles mais aussi de qualités animales et environnementales propres. À l’heure actuelle, une étude des tailles et des formes animales doit ainsi jouer sur les deux plans de l’espace et du temps pour parvenir à la définition la plus juste des degrés et frontières d’expression des morphotypes domestiques et pour la construction d’un paysage morphologique le plus précis possible. De cette image dépend en partie notre perception de l’histoire économique considérée.

Des méthodes à la hauteur

4Le foisonnement et la complexification des problématiques liées à l’aspect animal et son implication historique réclament en revanche une puissance d’analyse toujours plus grande. Comme en réponse, le développement de la discipline archéozoologique et l’augmentation du nombre des données disponibles, couplés au perfectionnement des méthodes d’acquisition et de traitement des valeurs, encouragent progressivement la recherche dans ce domaine. La pratique ostéométrique, en archéozoologie, s’essaye depuis une vingtaine d’années à des techniques plus poussées d’analyse de forme, avec le renforcement des protocoles statistiques et l’apport d’outils nouveaux comme la morphométrie géométrique (MG). Les formes biologiques et leurs différences peuvent donc être quantifiées de manière complexe pour appréhender la diversité et les mécanismes de changements, pour une bonne lecture de la morphologie animale et des structures économiques et culturelles qui la modèlent.

5Dans le cadre de la morphométrie dite traditionnelle, pour l’appréhension des dimensions linéaires (distances) des os du squelette, on peut constater la mise en œuvre croissante de différents outils statistiques multivariés. Largement adoptés par l’archéozoologie (voir par exemple Callou 2000 et Mashkour 2001), ils viennent enrichir aujourd’hui des protocoles d’acquisition et traitement des données déjà bien ancrés, éprouvés et communs à de nombreux chercheurs en Europe (voir notamment Driesch 1976 ; Desse et al. 1986 ; Eisenmann et al. 1988 pour le détail des normes de mesures osseuses, Payne & Bull 1988 ; Davis 1996 ; Albarella & Payne 2005 pour l’établissement de référentiels ostéométriques, Boessneck & Driesch 1978 ; Chaix & Desse 1994 ; Albarella 2002 pour une revue critique des méthodes). La Mg, quant à elle, est utilisée en archéozoologie depuis une dizaine d’années seulement et permet la capture et la discrimination de formes beaucoup plus complexes (voir par exemple Bignon 2003 et Cucchi 2005 pour l’emploi de deux méthodes différentes : analyse des points repères homologues / analyse des contours). Basée sur des principes introduits dès les années 1970 par des auteurs comme Mosimann & James (1979) ou Bookstein (1989), elle permet notamment de distinguer, pour des objets en deux ou en trois dimensions, deux composantes de la forme : la taille isométrique et la conformation (voir Baylac 1996 et Cucchi et al. 2015), de les analyser et de les modéliser séparément, mais aussi d’étudier leur covariation, notamment pour tester l’allométrie (quand la conformation change avec la taille).

Des nouvelles de l’archéozoologie gauloise : l’apport du porc et des analyses morphométriques

6La combinaison de ces différentes méthodes d’analyse morphométrique, éprouvées sur des restes de cochons (concernant cette espèce et l’utilisation de la Mg, voir les travaux précurseurs de Cucchi et al. 2011 et Evin et al. 2013), a récemment permis d’apporter un éclairage particulier sur la question des bouleversements économiques ressentis au tournant de notre ère en Europe occidentale. Comme nous l’avons mentionné plus haut, l’évolution du format des animaux domestiques (des bœufs jusqu’aux coqs) entre la fin de l’âge du Fer et la période romaine est un phénomène majeur qui pose le problème de l’influence de la Conquête romaine sur la sphère économique et agricole dans l’Empire, et celui du degré d’intervention et d’initiative des différentes parties concernées, c’est-à-dire Rome et les peuples sous influence. La plupart des études menées sur ce thème imputent ces mouvements à l’affirmation de la culture romaine à travers l’Empire, sans toutefois statuer avec précision sur les mécanismes et la dynamique du changement.

7Des mesures osseuses collectées en grande quantité depuis 50 ans et des outils morphométriques ayant fait la preuve de leur efficacité et de leur pertinence : l’occasion était fournie de creuser la question ! Plus de 40 000 données métriques (mesures de longueurs et de largeurs) issues de près de 500 sites (fig. 2), mais aussi 599 deuxièmes molaires inférieures de 22 populations porcines de Gaule et d’Italie (fig. 3B), ont servi respectivement aux analyses de morphométries classique et géométrique. Pour les premières, même si de nombreuses méthodes ont été utilisées (voir Duval 2015), nous n’avons retenu pour l’exemple que celle du Log Size Index (LSI – élaborée par Simpson 1941 et reprise par Meadow 1999, qui l’adapte au matériel archéologique). Elle permet de ramener à une même échelle de valeur toutes les mesures du squelette et autorise leur association dans l’analyse (voir Duval et al. 2016 pour le détail de la méthode employée). La seconde approche, de Mg, va permettre le calcul des distances et proximités de forme entre les molaires des différents groupes de cochons étudiés, et notamment entre les troupeaux de Gaule et d’Italie, pour tenter d’élucider le problème de -l’origine de la croissance des animaux gaulois. Elle s’appuie sur le positionnement, sur la surface à décrire (ici la vue occlusale des dents), d’un masque épuré de points de repère morphologiques dont les coordonnées (x ; y) constituent les variables de forme de l’analyse (fig. 3A – pour le détail de la méthode employée, voir Duval et al. 2015).

Fig. 2 – Localisation des sites ayant livré des mesures osseuses et représentation de l’évolution de ces mesures au cours du temps, en Gaule et en Italie (chaque point du diagramme représente la moyenne des LSI pour un site à une période donnée). Légende : 1. Gaule Belgique ; 2. Gaule Lyonnaise ; 3. Gaule Aquitaine ; 4. Gaule Narbonnaise ; 5. Italie (frontières du IIe siècle de notre ère) © Colin Duval.

Fig. 3 – A. Procédé de capture de la forme des molaires de cochon. B. Localisation des sites ayant livré les molaires analysées. C. Représentation bivariée de l’espace des formes dentaires, pour les échantillons gaulois et italiens, le long des axes canoniques 1 et 2 © Colin Duval.

8L’analyse des mesures osseuses révèle deux éléments bien distincts (fig. 2) :

1. Quelle que soit la période, les animaux italiens sont plus petits que les cochons de quatre provinces de Gaule, ce qui permet d’exclure l’idée d’un apport de matériel génétique italique qui provoquerait la croissance du bétail gaulois.

2. L’augmentation des mensurations du squelette des cochons débute entre le ive et le iie siècle avant notre ère, soit bien avant la Conquête. La prise de pouvoir de Rome sur la Gaule n’est donc pas responsable des bouleversements économiques supposés.

L’étude des conformations dentaires (fig. 3C) révèle quant à elle une forte structuration locale et régionale des données, marquée par la grande proximité de forme des animaux des différentes phases de Levroux (LEV), Lattes (LAT), Tours et Ribemont-sur-Ancre (RIB), mais aussi des sites d’Italie, du nord de la Gaule et des occupations romaines de Lugdunensis et d’Aquitania. Cette tendance semble montrer que certains particularismes régionaux s’expriment à travers l’évolution de la morphologie du cochon. La deuxième information que livre cette analyse tient à la distance morphologique qui pouvait exister entre les troupeaux italiens et gaulois, distance qui semble s’accroître avec le temps puisque la plus récente des deux occupations du Latium (ROM 2AD) se trouve la plus éloignée des échantillons transalpins.

Les résultats obtenus à partir des mesures d’os de cochons et des approches de morphométrie classique et géométrique semblent nier l’existence des liens supposés jusqu’alors entre les cheptels gaulois et romains, et minimiser l’influence de la Conquête sur l’élevage en Gaule. De même, ils montrent -l’implication des troupeaux indigènes et des stratégies agropastorales et économiques locales dans le processus de croissance des cheptels, en Gaule comme en Italie. Pour ce qui est de l’élevage porcin, chaque entité territoriale paraît suivre une évolution propre en accord avec sa culture, son ambition et ses capacités agricoles et économiques : une grande diversité de réactions indépendantes face à un stimulus économique global bien antérieur à la Conquête romaine.

Conclusion

9Il est difficile, dans le cadre d’un tel article de synthèse, d’aller plus avant dans l’analyse des résultats produits. Mais il est à espérer que ce regard furtif sur l’étude des morphologies animales en archéologie ait pu donner un aperçu du foisonnement scientifique qui caractérise ce domaine d’expertise, des apports d’une approche aussi ciblée à la compréhension des phénomènes de mutations culturelles et économiques, et ménager un suspense suffisamment alléchant pour susciter l’intérêt.

10Quoi qu’il en soit, il est indéniable que les enseignements, toujours plus nombreux et plus précis, issus de la matière ostéométrique, participent à l’appréhension plus sensible des paysages historiques. Leur capacité à estomper les frontières et la chronologie pour une perception nuancée des identités et des influences pourra nous permettre progressivement d’abandonner les cadres théoriques et de percevoir aux mieux les réalités économiques et culturelles qui façonnent les sociétés.

Haut de page

Bibliographie

Albarella U. 2002. « Size matters: how and why biometry is still important in zooarchaeology », in : K. Dobney & T. O’Connor (eds), Bones and the Man. Studies in honour of Don Brothwell, Oxford, Oxbow Books : 51-62.

Albarella U., Johnstone C., Vickers K. 2008. « The development of animal husbandry from the Late Iron Age to the end of the Roman period: a case study from South-East Britain », Journal of Archaeological Science, 35 : 1828-1848.

Albarella U., Payne S. 2005. « Neolithic pigs from Durrington Walls, Wiltshire, England: a biometrical database », Journal of Archaeological Science, 32 : 589-599.

Audoin-Rouzeau F. 1991. « La taille du bœuf domestique en Europe de l’antiquité aux temps modernes », Fiches d’ostéologie animale pour l’archéologie. Série B : Mammifères, 2, Juan-les-Pins, Apdca (Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques), 40 p.

Baylac M. 1996. « Morphométrie géométrique et systématique », Biosystéma, 14, Systématique & informatique : 73-89.

Bignon O. 2003. « Diversité et exploitation des équidés au Tardiglaciaire en Europe occidentale. Implications pour les stratégies de subsistance et les modes de vie au Magdalénien et à l’Azilien ancien dans le Bassin parisien ». Thèse de doctorat en Préhistoire, Université de Nanterre-Paris X.

Boessneck J., Driesch A. von den. 1978. « The significance of measuring animal bones from archaeological sites », in : R. H. Meadow & M. A. Zeder (eds), Approaches to faunal analysis in the Middle East, Peabody Museum Bulletin, 2, Harvard : 25-39.

Boessneck J., Driesch A. von den, Meyer Lemppenau U., Wechsler von Ohlen E. 1971. Die Tierknochenfunde aus dem Oppidum von Manching, 6 (Wiesbaden, F. Steiner).

Bökönyi S. 1974. History of Domestic mammals in Central and Eastern Europe, Budapest, Akademiai Kiado, 597 p.

Bookstein F. L. 1989. « Size and shape: a comment on semantics », Systematic Zoology, 38 : 173-180.

Callou C. 2000. La diffusion du lapin (Oryctolagus cuniculus) en Europe Occidentale : aspects historiques, biogéographiques, évolutifs et anthropologiques. Thèse de doctorat en Archéologie, Université Paris I - Panthéon Sorbonne.

Chaix L., Desse J. 1994. « L’os et la mesure. Archéozoologie et archéométrie », Histoire & Mesure, 9- 3 : 339-363.

Clavel B., Lepetz S., Marinval M.-C., Yvinec J.-H. 1996. « Évolution de la taille et de la morphologie du coq aux périodes historiques », Ethnozootechnie, « Le Coq », 58 : 3-12.

Clavel B. & Yvinec J.-H. 2010. « L’archéozoologie du Moyen Âge au début de la période moderne dans la moitié nord de la France », in : J. Chapelot (dir.), Trente ans d’archéologie médiévale en France, Caen, Publications du Crahm (Centre de recherches archéologiques et historiques médiévales : 71-87.

Colominas L., Schlumbaum A., Saña M. 2013. « The impact of the Roman Empire on animal husbandry practices: study of the changes in cattle morphology in the north-east of the Iberian Peninsula through osteometric and ancient DNA analyses », Archaeological and Anthropological Sciences, 16 p.

Cucchi T. 2005. « Le commensalisme de la souris et les sociétés néolithiques méditerranéennes ». Thèse de doctorat d’Archéologie environnementale, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, 289 p.

Cucchi T., Baylac M., Evin A., Bignon-Lau O., Vigne J.-D. 2015. « Morphométrie géométrique et archéozoologie : Concepts, méthodes et applications », in : M. Balasse, J.-P. Brugal, Y. Dauphin, E.-M. Geigle, C. Oberlin & I. Reiche (dir.), Message d’os. Archéométrie du squelette animal et humain, Paris, Éditions des Archives contemporaines, coll. « Sciences Archéologiques » : 197-216.

Cucchi T., Hulme-Beaman A., YUAN J. & Dobney K. 2011. « Early Neolithic pig domestication at Jiahu, Henan Province, China: clues from molar shape analyses using geometric morphometric approaches », Journal of Archaeological Science, 38-1 : 11-22.

Davis S. J. M. 1996. « Measurements of a Group of Adult Female Shetland Sheep Skeletons from a Single Flock: a Baseline for Zooarchaeologists », Journal of Archaeological Science, 23 : 593-612.

Davis S. J. M., Beckett J. V. 1999. « Animal Husbandry and Agricultural Improvement: The Archaeological Evidence from Animal Bones and Teeth », Rural History, 10-1 : 1-17.

Desse J., Chaix L., Desse Berset N. 1986. Ostéo. Base-réseau de données ostéométriques pour l’archéozoologie, Paris, Cnrs, 160 p.

Driesch A von den. 1976. A guide to measurement of animal bones from archaeological sites, Peabody Museum Bulletin 1, Harvard University, 136 p.

Duval C. 2015. Évolution et diversité de la forme du cochon entre l’âge du Fer et la période moderne en Gaule et en France. Régionalisme, acquisitions zootechniques et implications historiques. Thèse de doctorat en Histoire de l’Université François-Rabelais de Tours, 757 p.

Duval C., Frémondeau D., Lepetz S., Horard-Herbin M.-P. 2016. « L’élevage du porc : un savoir-faire gaulois ? Apport croisé des études -isotopique et ostéométrique des os de cochon », in : G. Blancquaert & F. Malrain (dir.), Évolution des sociétés gauloises du second âge du Fer, entre mutations internes et influences externes, Actes du 38e colloque international de l’AFEAF (Amiens, 29 mai-1er juin 2014), Revue archéologique de Picardie, n° spécial 30 : 583-596.

Duval C., Horard-Herbin M.-P., Lepetz S. 2013. « Morphological changes in domestic cattle in Gaul, from the second century BC to the fifth century AD: diversity of herds in the Seine valley (France) and northern Gaul », Journal of Archaeological Science, 40 : 3977-3990.

Duval C., Lepetz S., Horard-Herbin M.-P. 2012. « Diversité des cheptels et diversification des morphotypes bovins dans le tiers nord-ouest des Gaules entre la fin de l’âge du Fer et la période romaine », Gallia, 69-2 : 79-114.

Duval C., Lepetz S., Horard-Herbin M.-P., Cucchi T. 2015. « Did Romanization impact Gallic pig morphology? New insights from molar geometric morphometrics », Journal of Archaeological Science, 57 : 345-354.

Eisenmann V., Alberdi M.-T., De Giuli C., Staesche U. 1988. « Studying fossil horses », in : M. Woodburne & P. Sondaar (eds), Collected papers after the “New York International Hipparion Conference, 1981”, Volume I : Methodology, Leiden (Pays-Bas), New-York (États-Unis), E. J. Brill, 71 p.

Evin A., Cucchi T., Cardini A., Vidarstottir U. S., Larson G. & Dobney K. 2013. « The long and winding road : identifying pig domestication through molar size and shape », Journal of Archaeological Science, 40-1 : 735-743.

Forest V., Rodet-Belarbi I. 2000. « Ostéométrie et morphologie des bovins médiévaux et modernes en France méridionale », in : M.-C. Marandet (dir.), L’homme et l’animal dans les sociétés méditerranéennes, 4e journée d’études du Centre de Recherches Historiques sur les Sociétés Méditerranéennes (20 novembre 1998 à Perpignan), Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, coll. « Études » : 27-91.

Forest V., Rodet-Belarbi I. 2002. « À propos de la corpulence des bovins en France durant les périodes historiques », Gallia, 59 : 273-306.

Gaastra J. S. 2014. « Shipping sheep or creating cattle: domesticate size changes with Greek colonisation in Magna Graecia », Journal of Archaeological Science, 52 : 483-496.

Johnstone C. J. 2004. A Biometric Study of Equids in the Roman World, Unpublished PhD Thesis, University of York, 500 p.

Lepetz S. 1996. « L’animal dans la société gallo-romaine de la France du nord », Revue archéologique de Picardie, n° spécial, 12, 174 p.

Mashkour M. 2001. Chasse et élevage du Néolithique à l’âge du Fer dans la plaine de Qazvin (Iran). Étude archéozoologique des sites Zagheh, Qabrestan et Sagzabad, Thèse de doctorat en Histoire de l’Art et Archéologie, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne.

Meadow R. H. 1999. « The Use of Size Index Scaling Techniques for Research on Archaeozoological Collections from the Middle East », in : C. Becker, H. Manhart, J. Peters & J. Schibler (zds), Historia Animalium ex Ossibus. Beiträge aur Paläoanatomie, Archäologie, Ägyptologie, Ethnologie und Geschichte der Tiermedizin, Rahden/Westf (Allemagne), Verlag Marie Leidorf : 285-300.

Méniel P. 1984. « Contribution à l’histoire de l’élevage en Picardie du Néolithique à la fin de l’âge du Fer », Revue archéologique de Picardie, numéro spécial, Société de Préhistoire du Nord et de Picardie, Amiens, 56 p.

Méniel P. 1996. « Importation de grands animaux romains et amélioration du cheptel à la fin de l’âge du Fer en Gaule Belgique », Revue archéologique de Picardie, 3-4 : 113-122.

Mackinnon M. 2010. « Cattle ‘breed’ variation and improvement in Roman Italy: connecting the zooarchaeological and ancient textual evidence », World Archaeology, 42, 1 : 55-73.

Mosimann J. E., James F. C. 1979. « New statistical methods for allometry with application to Florida red-winged blackbirds », Evolution, 33 : 444-459.

Payne S., Bull G. 1988. « Components of variation in measurements of pig bones and teeth, and the use of measurements to distinguish wild from domestic pig remains », Archaeozoologia, 2 : 27-66.

Simpson G. G. 1941. « Explanation of ratio diagrams », American Museum Novitates, 1136 : 23-25.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Évolution de la hauteur au garrot des bœufs d’Europe centrale et d’Europe de l’Est (d’après Bökönyi 1974).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 2 – Localisation des sites ayant livré des mesures osseuses et représentation de l’évolution de ces mesures au cours du temps, en Gaule et en Italie (chaque point du diagramme représente la moyenne des LSI pour un site à une période donnée). Légende : 1. Gaule Belgique ; 2. Gaule Lyonnaise ; 3. Gaule Aquitaine ; 4. Gaule Narbonnaise ; 5. Italie (frontières du IIe siècle de notre ère) © Colin Duval.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 3 – A. Procédé de capture de la forme des molaires de cochon. B. Localisation des sites ayant livré les molaires analysées. C. Représentation bivariée de l’espace des formes dentaires, pour les échantillons gaulois et italiens, le long des axes canoniques 1 et 2 © Colin Duval.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3730/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colin Duval, « La taille du bétail est loin d’être un détail », Les nouvelles de l'archéologie, 148 | 2017, 56-61.

Référence électronique

Colin Duval, « La taille du bétail est loin d’être un détail », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 08 décembre 2017, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3730 ; DOI : 10.4000/nda.3730

Haut de page

Auteur

Colin Duval

EA 4284 Trame « Textes, Représentations, Archéologie, autorité et Mémoires de l’Antiquité à la Renaissance » – Université de Picardie Jules-Verne – Chemin du Thil – 80025 Amiens

duval.colin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals