Navigation – Plan du site
Musées d'archéologie au début du xxie siècle

Le musée des Jacobins d’Auch. Vers la création d’un Pôle national de référence

Fabien Ferrer-Joly
p. 45-49

Texte intégral

1Curiosité historique, le musée des Jacobins à Auch conserve aujourd’hui une des principales collections américaines de France. La capitale gasconne n’a cependant ni liens, ni traditions particulières avec le Nouveau Monde et pourtant, au fil du temps, s’est constitué à Auch un ensemble remarquable d’art précolombien et d’art sacré latino-américain, la seconde collection publique de France après celle du musée du quai Branly – Jacques Chirac. Ce qui n’aurait pu être pour certains qu’une simple bizarrerie de l’histoire, une originalité presque exotique au pays de d’Artagnan, se révèle aujourd’hui être une composante importante dans le paysage muséal français pour la conservation, l’étude et la valorisation des collections préhispaniques et coloniales.

Histoire des collections auscitaines

2L’acte fondateur de cette spécificité auscitaine remonte à plus d’un siècle quand un jeune Auscitain, un certain Guillaume Pujos (1852-1921), décide de quitter sa ville natale pour le Chili en 1879 (fig. 1). Aventurier et amateur d’art, il s’intéresse très tôt aux vestiges des civilisations anciennes qu’il rencontre et rassemble ainsi une collection d’une grande pertinence. Elle se compose d’une centaine de pièces : céramiques andines et chiliennes, objets ethnographiques d’Amérique du Nord mais aussi sculptures d’art sacré latino-américain. Revenu à Auch vers 1906, Guillaume Pujos est nommé conservateur du musée en 1911 et profite de son poste pour exposer les plus belles pièces de sa collection personnelle. À sa mort en 1921, cet ensemble revient par testament à la ville, constituant ainsi le fonds historique des collections américaines du musée d’Auch. On y trouve notamment des terres cuites des principales cultures archéologiques andines : Mochica, Nasca, Chimu, Chancay, Inca… (fig. 2).

Fig. 1 – Portrait de Guillaume Pujos (1852-1921) par Maxime Dastugue, circa 1875. Legs Pujos, 1921. Huile sur toile ; 92 × 72,5 cm. Musée des Jacobins – Auch – N° inv. 975.1601 © Photo Philippe Fuzeau.

Fig. 2 - Vase portrait à anse en étrier

Legs Pujos, 1921. Culture Mochica, Pérou, côte nord (150-850 apr. J.-C.). Terre cuite ; 28,5 × 13 × 15 cm. Musée des Jacobins – Auch – N° inv. 988.002 © Photo Philippe Fuzeau.

3Le deuxième acte de la constitution de ce fonds est à mettre au crédit d’Henri Polge (1921-1978), conservateur à partir de 1948. On lui doit notamment d’avoir insufflé une nouvelle dynamique à la vocation extra-européenne du musée (fig. 3). En effet, Henri Polge, qui a très vite compris l’importance des ensembles légués par son prédécesseur, sollicite l’État pour des dépôts complémentaires (Mongne 1988). Quelques mois plus tard en 1954, il obtient le transfert d’une partie des collections américaines du musée des Eyzies-de-Tayac puis, en 1955, de celles du musée d’Annecy. Avec le fonds historique de Guillaume Pujos, ces deux ensembles vont former une collection unique en région, avec plus de 1 200 pièces.

4Selon l’inventaire établi pour le transfert, la collection des Eyzies se composait de 54 pièces réparties de la façon suivante : trente-huit provenant d’Amérique centrale, dix du Pérou, trois du Mexique, une des Antilles et deux sans provenance (fig. 4). Le fonds annecien était plus conséquent mais surtout mieux documenté. Parmi les plus anciens contributeurs des collections américaines d’Annecy, il faut citer Jean-Baptiste Tripp qui réalisa, de 1856 à 1884, treize dons successifs se composant de spécimens d’histoire naturelle mais aussi de pièces archéologiques dont 136 sont toujours conservées à Auch. Un peu plus tard, entre 1876 et 1889, Antonio Gutiérrez y Victory fit don au musée d’Annecy de plus de 250 pièces provenant essentiellement du Mexique et des États-Unis. Enfin, il faut également citer le don de Charles Baillard qui, en 1897, enrichit le fonds américain de 250 pièces provenant de toute l’Amérique : État-Unis, Mexique, Amérique centrale, Pérou (fig. 5 et 6).

Fig. 3 - Guide du musée d’Art de la ville d’Auch. Henri Polge © Documentation – Musée des Jacobins – Auch.

Fig. 4 - Vase globulaire polychrome. Culture Nasca, Pérou, côte sud (100-650 apr. J.-C.). Terre cuite ; 14 × 14 × 14 cm. Dépôt du musée du quai Branly – Jacques Chirac – Paris. (Ancien dépôt du musée des Eyzies-de‑Tayac, 1954) – N° inv. 71.1930.19.86. Déposé au musée des Jacobins – Auch. © Photo Daniel Adoue – Communication ville d’Auch.

Fig. 5 - Figurine féminine. Culture huaxtèque (200-800 apr. J.-C.). Terre cuite ; 32.2 x 10.25 x 4.15 cm. Annecy – Musée-château – N° inv. : 09598.1. Déposé en 1955 au musée des Jacobins – Auch © Photo musée de Préhistoire des gorges du Verdon – Quinson.

Fig. 6 - Ancienne présentation des collections précolombiennes au musée d’Auch. Circa 1960 © Documentation - Musée des Jacobins - Auch.

5Les dépôts des collections des Eyzies et d’Annecy à Auch correspondaient à un véritable projet scientifique et culturel initié par le conservateur. Dans un article en date du 4 octobre 1954, Henri Polge avait développé ses intentions : […] Le regroupement à Auch de l’art précolombien en France ne répond pas à une vaine manie de collectionneur. Il correspond à une politique voulue de mise en valeur des musées de province, sous la direction et l’impulsion active de l’Inspection Générale. […] A cet égard le Gers est de mieux en mieux placé : le musée d’Auch est sans doute le premier de France après le musée de l’Homme à Paris pour l’art précolombien […]. Il est dommage que cette politique de dépôt soutenue par l’État n’ait pas été poursuivie car elle aurait pu conduire aujourd’hui à la constitution en France d’un réseau de musées spécialisés.

La Messe de saint Grégoire

6Mais ce qui marqua définitivement l’inclinaison américaine du musée fut l’acquisition de la Messe de Saint Grégoire, qui constitue à elle seule le troisième acte de l’histoire des collections américaines d’Auch. Il s’agit d’un exceptionnel tableau de plumes réalisé en 1539 à Mexico (fig. 7).

Fig. 7 - Messe de Saint Grégoire. Pierre de Gand
(sous la direction de). Mexico, 1539. Mosaïque de plumes sur bois ; 68 x 56 x 2,3 cm. Musée des Jacobins – Auch – N° inv. 86.1.1 © Musée des Jacobins - Auch.

7Cette œuvre à nulle autre pareille représente à la fois un des tout premiers tableaux chrétiens du Nouveau Monde et probablement une des dernières productions des maîtres plumassiers aztèques, les Amantecas.

8Elle tient une place toute particulière dans l’histoire du métissage culturel entre la vieille Europe et l’Amérique indigène : en effet, si le sujet est bien occidental, la -technique, le vocabulaire décoratif et même l’organisation spatiale de la scène renvoient directement aux traditions locales. La Messe de saint Grégoire est aussi le seul tableau de plumes à disposer d’une dédicace en latin qui date l’œuvre, la localise et en identifie l’inspirateur : Pierre de Gand, un des premiers moines franciscains arrivés au Mexique et créateur de l’École d’art San José de los Naturales.

9« [Pour] Paul III, Pape, dans la grande ville des Indes, Mexico, [la mosaïque] composée [sous l’autorité] de Don Diego [Huanitzin], gouverneur, [et] par les soins du frère Pierre de Gand, Minorite, AD [l’année du Seigneur] 1539 ».

10Ce tableau apparaît aussi comme le symbole de la lutte que menèrent les frères mineurs, érigés en protecteurs des Indiens face aux abus de la colonisation. Cette lutte aboutit en 1537 à la publication par le pape Paul III de la Bulle Sublimis Deus qui interdit l’esclavage des Indiens. Il est probable que la Messe de saint Grégoire fut réalisée sous l’égide du franciscain Pierre de Gand en remerciement de son appui.

11L’artisanat de la plume n’a pas disparu avec la conquête espagnole. Il a même été favorisé par les évangélisateurs qui ont vite compris la valeur symbolique de la plume pour le détourner au profit du dogme chrétien. L’objectif était de se servir d’un matériau sacré et chargé de sens pour les Indiens, afin de faciliter leur adhésion à la nouvelle religion. L’art de la plumasserie servit également aux religieux à démontrer, en Occident, le génie indien et les progrès de l’évangélisation. C’est donc dans le creuset fertile de la Nouvelle Espagne qu’émergea, dans le second quart du xvie siècle, un art « métis » unique et syncrétique dont les tableaux de plumes demeurent encore aujourd’hui les plus resplendissants témoignages. Malheureusement, en raison de leur grande fragilité, très peu d’entre eux ont survécu.

12Aujourd’hui, quelque 180 plumasseries ou objets décorés de plumes de la Nouvelle Espagne ont pu être répertoriés dans le monde (tableaux, calices, tabernacles, croix, vêtements liturgiques, mitres et chasubles, etc.). Six tableaux de plumes seulement sont conservés dans les collections publiques françaises, dont quatre au musée des Jacobins à Auch : le Tryptique de la Vierge déposé en 2010 par le Château-musée de Saumur, une Sainte Trinité – Sainte Famille, acquise en 2013 et un médaillon de plumes du XVIIIe siècle, entré dans les collections en 2015.

13Enfin, le dernier acte de cette histoire centenaire a été écrit au cours des dix dernières années où plusieurs très riches donations sont venues considérablement enrichir notre fonds et définitivement ancrer la vocation américaine des collections d’Auch. Grâce à elles, le musée des Jacobins conserve désormais 4 050 numéros soit plus de 40 900 items -provenant principalement du Pérou, d’Amérique centrale et de Mésoamérique, parmi lesquelles il faut mentionner des ensembles remarquables d’orfèvrerie et de textiles andins. On le voit, la spécificité du musée s’est forgée tout au long du xxe siècle pour trouver son apogée entre 2005 et 2015. Aujourd’hui, cette composante fait partie intégrante de l’histoire de la ville et de l’identité même du musée. Elle en est indissociable (fig. 8, 9 et 10).

Fig. 8 - Vase anthropomorphe à anse en étrier. Don Lions. Culture Mochica, Pérou, côte nord (150‑850 ap. J.-C.). Terre cuite ; 18 x 8.4 x 12.7 cm. Musée des Jacobins - Auch – N° inv. : 009.01.040 © Photo Philippe Fuzeau.

Fig. 9 - Ornement d’oreille représentant un gouvernant. Don Cottier. Culture Chimú, Pérou, côte nord (900-1400 ap. J.-C.). Argent ou argent doré, martelage; 5.9 x 5 x 9 cm. Musée des Jacobins - Auch – N° inv. : 008.05.046. © Musée des Jacobins - Auch.

Fig. 10 - Ornement d’oreille. Don Priet-Gaudibert. Culture Mochica, Pérou, côte nord (150-850 ap. J.-C.). Or, martelage ; 20 x 3.5 x 3.5 cm. Argent, martelage ; 19 x 3.5 x 3.5 cm. Musée des Jacobins – Auch. N°inv. : 015.03.001 et 015.03.002 © Photo Daniel Adoue – Communication ville d’Auch.

Les collections américaines dans les collections publiques en France

14L’exemple d’Auch n’est cependant pas révélateur de la situation des collections américaines dans les musées de France, qui restent souvent mal connues et très peu exposées. En effet, selon les données de Pascal Mongne (2015), plus de 170 musées et institutions françaises abritent des collections américaines. Elles représentent plus de 162 900 pièces réparties de la façon suivante :

Musée du quai Branly : 100 000 items soit 61,5 %

Musée d’Auch : n40 900 items soit 25 %

172 autres musées : 22 000 items soit 13,5 %

15Ces chiffres appellent plusieurs commentaires. On observe à la fois une forte concentration des fonds les plus riches à Paris et, a contrario, une grande dispersion d’ensembles de petite taille sur le reste du territoire. Une situation singulière dans laquelle très peu de musées disposent de collections suffisantes pour développer une présentation pertinente.

16Beaucoup des collections extra-européennes présentes en France ont été constituées au xixe siècle et au début du xxe siècle. Elles furent rapportées par de grands voyageurs et exposées selon une conception encyclopédique des musées aujourd’hui obsolète. C’est pourquoi elles ne correspondent souvent plus aux projets scientifiques actuels et se retrouvent fréquemment reléguées en réserves. Toutefois, même si ces objets sont dans la plupart des cas sans contexte et souvent même dépourvus de toute provenance, ils n’en constituent pas moins un patrimoine important et riche d’enseignement, tant du point de vue iconographique que technologique. Sur les 22 000 pièces répertoriées par Pascal Mongne, plus de la moitié relèvent de l’archéologie et appartiennent aux cultures précolombiennes. Se pose dès lors la question de leur mise en valeur et de leur étude. Les rassembler dans une structure unique permettrait de favoriser l’accueil des chercheurs et d’assurer leur présentation au public.

Vers la création de Pôles nationaux de référence

17Actuellement, à l’exception des musées du quai Branly – Jacques Chirac et d’Auch, aucun établissement en France ne consacre de sections spécifiques à ces thématiques. Les présentations se limitent souvent à quelques vitrines, voire à quelques objets emblématiques. Les collections les plus importantes dans la région parisienne sont conservées au musée de l’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye et à la Cité de la céramique à Sèvres. En région, parmi les principaux établissements disposant de plus de 400 pièces, figurent : le musée de Boulogne-sur-Mer, le musée Louis-Philippe au château d’Eu, le muséum de Rouen, le muséum et le musée du Nouveau Monde de La Rochelle, le musée d’Aquitaine à Bordeaux, le musée du Périgord à Périgueux, le muséum de Toulouse, le musée de la Castre à Cannes, le musée de Barcelonnette, le musée des Arts africains, océaniens, amérindiens / MAaoa de Marseille et le musée des Confluences à Lyon. En dehors de ces principales collections, l’immense majorité des autres musées ne conserve que des ensembles de moins de cinquante pièces. Toutefois, il est très probable qu’à la faveur du récolement décennal achevé en 2014, de nouveaux ensembles ont été redécouverts.

18Malheureusement, face à cette situation, il n’existe au niveau national aucune politique visant à mettre en valeur ces fonds et à encourager les musées détenteurs à faciliter leur regroupement. Les collections sont disséminées sur le territoire, elles sont souvent mal connues et peu exploitables d’un point de vue muséographique. C’est le sens du projet porté par Franck Montaugé, sénateur-maire d’Auch, qui vise à créer au sein des musées de France des Pôles nationaux de référence destinés à mettre en valeur ces ensembles. Un amendement a été déposé puis voté dans la loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine. Celle-ci prévoit à l’article 69 la création de Pôles nationaux de référence […] pour rassembler, conserver et valoriser des collections publiques non présentées […] selon des thématiques précises définies préalablement dans un projet scientifique et culturel […].

19Ce texte, qui a pour but de faire émerger en région des projets innovants, autorise donc les musées à se structurer en pôle de référence en mettant en avant une spécialité forte liée à leurs collections. Cette disposition qui s’applique particulièrement bien à la spécificité des collections extra-européennes pourrait conduire à la création en France de différents pôles avec pour spécialité l’Afrique, l’Océanie ou l’Amérique par exemple. Dans cette perspective, il nous semblerait donc justifié, au regard de la richesse de ses collections américaines, que le musée des Jacobins à Auch puisse prétendre à la création d’un Pôle national d’Art précolombien afin de réunir, autour de son propre fonds historique, d’autres collections conservées dans les musées territoriaux. Ainsi pourrait être constitué un ensemble de valeur nationale au sein d’un établissement en région, partenaire et complémentaire du musée du quai Branly – Jacques Chirac à Paris.

20À l’heure des économies budgétaires et de la nécessaire lutte contre le trafic des biens archéologiques, il nous semble particulièrement important que les musées de France s’entendent et travaillent de concert pour valoriser au mieux les collections historiques inexploitées qu’ils détiennent en facilitant les dépôts et en favorisant l’émergence de centres thématiques. Le patrimoine conservé au sein des collections publiques françaises est immense et constitue une ressource de grande valeur. Souhaitons que la création des Pôles nationaux de référence, prévue dans la loi de 2016, contribue à rendre accessible au plus grand nombre ce patrimoine méconnu tout en permettant aux régions de favoriser l’émergence de musées spécialisés complémentaires des grandes institutions parisiennes.

Haut de page

Bibliographie

Mongne, Pascal. 1988. Trésors américains, Collections du musée des Jacobins d’Auch. Boulogne-Billancourt, Éditions du Griot.

Mongne, Pascal. 2015. Las colecciones de arte mexicano en los museos de Francia: historia y patrimonio comunes. Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Portrait de Guillaume Pujos (1852-1921) par Maxime Dastugue, circa 1875. Legs Pujos, 1921. Huile sur toile ; 92 × 72,5 cm. Musée des Jacobins – Auch – N° inv. 975.1601 © Photo Philippe Fuzeau.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 2 - Vase portrait à anse en étrier
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 3 - Guide du musée d’Art de la ville d’Auch. Henri Polge © Documentation – Musée des Jacobins – Auch.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Légende Fig. 4 - Vase globulaire polychrome. Culture Nasca, Pérou, côte sud (100-650 apr. J.-C.). Terre cuite ; 14 × 14 × 14 cm. Dépôt du musée du quai Branly – Jacques Chirac – Paris. (Ancien dépôt du musée des Eyzies-de‑Tayac, 1954) – N° inv. 71.1930.19.86. Déposé au musée des Jacobins – Auch. © Photo Daniel Adoue – Communication ville d’Auch.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 5 - Figurine féminine. Culture huaxtèque (200-800 apr. J.-C.). Terre cuite ; 32.2 x 10.25 x 4.15 cm. Annecy – Musée-château – N° inv. : 09598.1. Déposé en 1955 au musée des Jacobins – Auch © Photo musée de Préhistoire des gorges du Verdon – Quinson.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 6 - Ancienne présentation des collections précolombiennes au musée d’Auch. Circa 1960 © Documentation - Musée des Jacobins - Auch.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fig. 7 - Messe de Saint Grégoire. Pierre de Gand(sous la direction de). Mexico, 1539. Mosaïque de plumes sur bois ; 68 x 56 x 2,3 cm. Musée des Jacobins – Auch – N° inv. 86.1.1 © Musée des Jacobins - Auch.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2M
Légende Fig. 8 - Vase anthropomorphe à anse en étrier. Don Lions. Culture Mochica, Pérou, côte nord (150‑850 ap. J.-C.). Terre cuite ; 18 x 8.4 x 12.7 cm. Musée des Jacobins - Auch – N° inv. : 009.01.040 © Photo Philippe Fuzeau.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 9 - Ornement d’oreille représentant un gouvernant. Don Cottier. Culture Chimú, Pérou, côte nord (900-1400 ap. J.-C.). Argent ou argent doré, martelage; 5.9 x 5 x 9 cm. Musée des Jacobins - Auch – N° inv. : 008.05.046. © Musée des Jacobins - Auch.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-9.png
Fichier image/png, 597k
Légende Fig. 10 - Ornement d’oreille. Don Priet-Gaudibert. Culture Mochica, Pérou, côte nord (150-850 ap. J.-C.). Or, martelage ; 20 x 3.5 x 3.5 cm. Argent, martelage ; 19 x 3.5 x 3.5 cm. Musée des Jacobins – Auch. N°inv. : 015.03.001 et 015.03.002 © Photo Daniel Adoue – Communication ville d’Auch.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3756/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Ferrer-Joly, « Le musée des Jacobins d’Auch. Vers la création d’un Pôle national de référence  », Les nouvelles de l'archéologie, 147 | 2017, 45-49.

Référence électronique

Fabien Ferrer-Joly, « Le musée des Jacobins d’Auch. Vers la création d’un Pôle national de référence  », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 147 | 2017, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nda/3756 ; DOI : 10.4000/nda.3756

Haut de page

Auteur

Fabien Ferrer-Joly

Conservateur du musée des Jacobins

4, place Louis-Blanc 32000 Auch

fabien.ferrer-joly@grand-auch.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals