Navigation – Plan du site

Éditorial

p. 3-4

Texte intégral

1Après avoir migré dans l’immeuble Le France, près du site François-Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France, puis trouvé refuge à Charenton-le-Pont, dans les locaux de leurs services de diffusion, les Éditions de la Fondation de la maison des sciences de l’homme (Fmsh Éditions) ont regagné leur siège historique du 54, boulevard Raspail, rénové après désamiantage ; parallèlement, une nouvelle direction a été mise en place, Pascal Rouleau prenant la suite d’Emmanuelle Corne.

2Aux Nouvelles de l’archéologie, ce changement a été redoublé par le départ de Nathalie Vaillant, arrivée à la rédaction il y a près de vingt-cinq ans. Sa solide formation scientifique – diplômée de l’École du Louvre et de l’Université de Paris-I, elle est spécialiste des sociétés pastorales et agraires du Chalcolithique de la vallée du Jourdain –, son ouverture d’esprit et sa rigueur intellectuelle lui ont permis de nouer des relations de confiance avec les auteurs et d’assurer pleinement son rôle d’éditrice, garante du contenu intellectuel de la publication. Surtout, elles expliquent le rôle fondamental qu’elle a joué dans son évolution.

3Lancée en 1979 avec le soutien du ministère de la Culture et de la Fondation de la maison des sciences de l’homme, la revue a longtemps été un lieu de discussion des politiques publiques de la recherche archéologique et un moyen d’expression de courants de pensée émergents. À l’orée des années 2000, ses fondateurs ont passé le relais à la génération suivante qui, pour pérenniser le titre, a inventé une stratégie fidèle à l’esprit des débuts mais différente dans sa déclinaison. Nathalie a été la maîtresse d’œuvre de ces évolutions qui n’auraient jamais réussi sans elle. Intégrée à l’équipe éditoriale de la Fmsh, elle a animé sans faille le comité de rédaction, rénové la maquette, piloté le passage à la publication électronique, etc. Simultanément, elle s’est engagée sur un chemin bien différent en explorant un cadre de pensée étranger au « Grand Partage » occidental entre nature et culture. Fille de médecin, sœur d’une psychanalyste, elle a patiemment et passionnément suivi la « voie du Dao » jusqu’à devenir praticienne et professeur de médecine chinoise. Cet éditorial est l’occasion de lui exprimer toute notre reconnaissance et de lui souhaiter un plein succès dans sa nouvelle carrière.

4Ce numéro de Varia a été préparé avec Latéfa Faiz, arrivée cet été au secrétariat de rédaction. Quatre articles prolongent des thématiques récemment traitées par Les Nouvelles de l’archéologie. Trois autres, à visée plus théorique, ouvrent des pistes inexplorées en abordant des sujets jusqu’alors inédits. S’y ajoutent un florilège rassemblé par Sandra Péré-Noguès en hommage à Serge Lewuillon, brutalement disparu le 8 janvier 2017, et un compte rendu, signé par Geoffroy de Seaulieu, de deux livres de Stéphen Rostain sur l’archéologie de l’Amazonie.

5Avec « Fontevraud, une maison de force et de correction (1804-1963) dans une abbaye », Daniel Prigent s’inscrit dans le droit fil du dossier Archéologie de la réclusion et de la détention, coordonné par Olivier Blin (n° 143, mars 2016) : d’abord cantonnées à l’accompagnement des restaurations de l’architecture monastique, les fouilles et les études de bâti se sont ensuite intéressées à l’architecture de la centrale, permettant de comprendre l’ampleur des transformations réalisées par l’administration pénitentiaire mais aussi le respect dont celle-ci a fait preuve envers les constructions antérieures au xixe siècle.

6En présentant les singularités et complémentarités des établissements qu’elles dirigent, la concurrence qui les a opposés et la manière dont elles l’ont surmontée par la coopération, Antoinette Hubert (musée Archéa de l’agglomération Roissy – Pays de France) et Céline Blondeau (musée archéologique départemental du Val-d’Oise) enrichissent la réflexion coordonnée par Stéphen Rostain et André Delpuech autour des Musées d’archéologie à l’aube du xxie siècle (n° 147, décembre 2016).

7Yann Brun et Bertrand Triboulot complètent une série publiée dans les « Actualités scientifiques » des Nouvelles de l’archéologie en juin 2016 (n° 144), en expliquant comment les autorités nationales et internationales se mobilisent pour lutter contre le pillage du patrimoine archéologique, l’essor du trafic illicite des biens culturels et leur blanchiment sur le marché de l’art.

8Dans le même numéro 144, Valérie Matoïan exposait comment la mission archéologique de Ras Shamra-Ougarit en Syrie, dont elle dirige la partie française, s’était adaptée aux nouvelles conditions induites par la guerre en développant l’étude du matériel (architecture, objets, textes…) en vue de la publication scientifique. En dépit d’une situation toujours instable, le Kurdistan irakien, lui, s’est ouvert aux missions archéologiques étrangères depuis 2011. Jessica Giraud, responsable de la mission archéologique française du Gouvernorat de Souleymanieh, a mis en place un cursus de formation sur les cartes archéologiques, première étape de la protection des sites et du patrimoine : depuis trois ans, une trentaine d’archéologues irakiens et afghans sont venus à Paris suivre cette formation pluridisciplinaire.

9Jean-Loïc Le Quellec discute les arguments opposés à l’usage de la cladistique en anthropologie, il défend la construction de graphes par les méthodes phylomémétiques pour visualiser l’évolution de certains traits culturels et en donne un exemple appliqué aux représentations rupestres de théranthropes du Sahara central.

10Primauté accordée à l’histoire des élites, réaction face aux excès du déterminisme environnemental, méconnaissance des indices paléo-climatologiques, subordination de l’archéologie envers les sources écrites…, Anne Casile analyse les raisons de la place ténue faite par les historiens de l’Inde médiévale aux facteurs environnementaux. Toutefois, la situation devrait évoluer rapidement à la faveur d’initiatives pluridisciplinaires combinant l’étude de sources multiples pour rendre sa réalité complexe à l’histoire du sous-continent, particulièrement sensible aux variations climatiques et aux phénomènes météorologiques extrêmes.

11Plaidant pour une archéologie socialement responsable, Christophe Tuffery mobilise la notion de réflexivité, théorisée par Pierre Bourdieu, pour porter un nouveau regard sur l’enregistrement archéologique, ses origines, ses objectifs, aussi bien que sur les comportements des archéologues, leurs pratiques scientifiques et leurs trajectoires professionnelles.

12La rédaction

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Éditorial »Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 3-4.

Référence électronique

« Éditorial »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 09 janvier 2018, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3770

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals