Navigation – Plan du site

AccueilNuméros149Actualités scientifiquesPhylomémétique et archéologie

Actualités scientifiques

Phylomémétique et archéologie

Jean-Loïc Le Quellec
p. 5-14

Texte intégral

« Le bien-fondé des méthodes modernes s’affirmera au fur et à mesure qu’on appliquera à plus de questions, et plus importantes, la méthode comparative et les théories explicatives qu’elle suggère » (Van Gennep 1908 : 39).

Introduction

1La phylogénie est la « généalogie » d’un groupe, basée sur l’hypothèse d’une descendance modifiée (modified descendants), qui fut introduite par Darwin (1859 : 110-129). Comme les phénomènes culturels procèdent communément (mais pas seulement) d’une telle descendance modifiée, il semble possible d’en écrire la phylogénie (Boyd & Richerson 1 988). La transmission culturelle a depuis longtemps fait l’objet d’analogies biologiques, dans lesquelles, par exemple, l’innovation individuelle est analogue aux mutations en biologie (Rindos 1985 ; Halfstein 2001 ; d’Huy & Le Quellec 2014 : 149-150). Qu’il s’agisse de caractères associés à des langues, des mythes ou des objets, les séquences chronologiques auxquelles ils appartiennent sont rarement observables directement, contrairement à ce qui peut arriver pour les artefacts archéologiques (Shennan 2011). Afin de répondre à la question de savoir quelle forme est l’ancêtre de quelle autre, on a donc très tôt pensé à utiliser les méthodes de la phylogénétique, qui permettent de construire des phylogénies culturelles. Lorsque ces procédures et algorithmes sont ainsi appliqués à d’autres faits que biologiques, on emploie le terme de phylomémétique (Howe & Windram 2011).

2Les prémisses de cette démarche en archéologie remontent au dix-neuvième siècle. L’archéologue suédois Hans Olof Hildebrand (1842-1913), qui introduisit le terme « typologie » dans cette discipline, rapprochait les méthodes archéologiques de celles de la -linguistique historique (Hildebrandt 1873 : 16 ; Riede 2006).

Méthode

3La phylogénétique utilise deux types de modèles : la taxinomie évolutionniste et la cladistique, consistant en classifications phylogénétiques. La première approche examine les similarités et différences entre des unités taxinomiques de rang différent, pour mettre au jour des relations de descendance formalisées sous l’aspect d’un arbre associé à une échelle temporelle, et pour identifier un taxon ancestral réel. La cladistique reconstruit l’ordre d’apparition de certains caractères, sans référence à une échelle de temps : tous les taxons se trouvent alors aux extrémités des branches de l’arbre reconstruit, et aucun taxon ancestral réel n’est identifié (O’Brien & Lyman 2005). Le principal domaine d’application de la phylomémétique est la linguistique, et l’on a souligné à ce propos deux avantages notables : d’une part la résolution des phylogénies linguistiques est très supérieure à celle des phylogénies génétiques, et d’autre part les données linguistiques sont actuellement plus accessibles que les données génétiques (Borgerhoff Mulder 2001 : 106).

4Une objection majeure à cette démarche, avancée par l’anthropologue Alfred Kroeber (1876-1960), tient dans le fait que si les caractéristiques biologiques se transmettent verticalement, les faits culturels peuvent aussi se diffuser horizontalement, par emprunt, vol, apprentissage, échange, imitation, assimilation, recombinaison, imposition : l’exemple de l’écriture vient tout de suite à l’esprit (Kroeber 1948 ; Mace et al. 1994 : 552 ; Borgerhoff Mulder 2001 : 104). Cela vaut également pour les objets techniques, ainsi que l’a magistralement démontré André Leroi-Gourhan (1943, 1945, 1946). S’agissant de la transmission des faits culturels, le signal phylogénétique vertical existe donc bien, mais il serait négligeable ou à tout le moins trop fortement brouillé du fait de la plus grande rapidité de l’innovation culturelle, et de sa transmission réticulée ou aréale. Ces critiques, récemment renouvelées par Alain Testart (1945-2013) pour l’évolution des sociétés en général et par Jean-Paul Demoule pour les arbres linguistiques (Testart 2011 ; Demoule 2014), remontent en fait à l’ancienne opposition entre phylogénèse et ethnogénèse. Ainsi, dans les années 1990, John Moore expliquait l’apparition de nouvelles traditions culturelles essentiellement par des processus en grande partie synchroniques d’échanges, de réarrangement, de fusion et diffusion (Moore 1994a et b). Malheureusement, l’ample débat suscité dans le monde anglo-saxon par les travaux de Moore a été ignoré en France.

5Or les arguments s’opposant à l’usage de la cladistique en anthropologie ont été largement survalorisés : ils présument notamment que les cultures seraient des unités discrètes moins bien délimitées que les espèces (Lyman & O’Brien 2006 : 70), ou bien ils ratent leur cible en supposant à tort que la phylomémétique ferait forcément appel à la sélection naturelle. Pourtant, qu’en matière de culture une transmission horizontale existe bien n’implique pas l’abandon des phylogénies, et aucun des deux modèles ne peut seul suffire à rendre compte des faits. Depuis que l’anthropologue biologiste Jean Hiernaux (1921-2007) a stipulé que « même si l’on pouvait reconstituer la suite complexe des mélanges ayant contribué à chaque population actuelle, l’image finale ressemblerait davantage à un réseau qu’à un arbre » (Hiernaux 1964 : 42), les archéologues ont tendance à favoriser les modèles réticulés ou en rhizome. Les modèles phylogénétiques supposant le déplacement d’une population dont certains traits se modifient avec la distance n’ont évidemment pas la faveur des chercheurs ayant pris leurs distances avec les thèses qui voyaient naguère des migrations partout. Pourtant, ces modèles ne peuvent que prévaloir dans le cas d’une large diffusion démique — laquelle est avérée sur des continents entiers, comme l’Amérique ou l’Australie, ou pour la diffusion de grandes familles linguistiques, donc à une très large échelle géographique et temporelle. À une échelle plus réduite et pour des périodes plus récentes, le modèle réticulé peut avoir connu des moments de grande importance, mais lorsqu’il s’agit de l’histoire du peuplement du globe, c’est bien le modèle phylogénétique qui prévaut (Bellwood 1996 : 883). Par ailleurs, il a pu être démontré que les méthodes utilisées en phylomémétique sont grandement imperméables aux effets de la transmission culturelle horizontale, du moins quand les caractères transmis le sont séparément, et qu’alors ce phénomène n’affecte pas la reconstruction des états ancestraux (Collard, Shennan & Tehrani 2006 ; Greenhill, Currie & Gray 2009 ; Currie, Greenhill & Mace 2010). Du reste, ce type de transmission existe aussi en biologie avec le transfert horizontal de gènes, dont l’importance est de plus en plus reconnue, et surtout avec les taux d’hybridation qui peuvent être très élevés en botanique sans que cela entrave les analyses phylogénétiques (O’Brien et al. 2008 : 48). Enfin, à côté des dendrogrammes et arbres phylogénétiques, les phylogénéticiens utilisent aussi des logiciels qui tiennent compte de ces phénomènes et produisent alors des graphes en réseaux ou réticulogrammes (Legendre & Makarenkov 2002, et pour des exemples en linguistique, voir List 2013). L’existence de réticulations n’empêche donc aucunement de pratiquer une approche phylogénétique des données culturelles (Greenhill, Currie & Gray 2009 ; Holden & Shennan 2016).

6À l’encontre des arguments s’opposant à l’application de la phylomémétique en archéologie, et défendant donc la prédominance de la phylogénèse sur l’ethnogénèse, Michael O’Brien et R. Lee Lyman donnent l’exemple de la technologie céramique, où la transmission horizontale d’une façon particulière de mettre en forme un pot n’implique aucun changement quant à la préparation de la pâte, la nature et la préparation du dégraissant utilisé, le type de cuisson et les moyens de la réaliser ou la finition de la surface, qui ne seront pas affectés : l’analyse phylomémétique basée sur ces données restera donc possible (O’Brien & Lyman 2005 : 89). Cela se vérifie dans des domaines archéologiques aussi bien documentés que la céramique du Rubané (Collard & Shennan 2000). De même en linguistique, les emprunts avérés entre deux langues peuvent conduire à un certain degré de réticulation, sans remettre en cause leur phylogénie (List et al. 2014).

7Sur les graphes arborés, les structures « en râteau » ou « en éventail » et non hiérarchisées peuvent témoigner d’évolutions ou de diffusions très rapides, alors qu’au contraire les formes dichotomiques reflètent généralement une dispersion démique assez lente avec de longues périodes de stases et d’interactions régionales (Bellwood 1996 : 888), que Julien d’Huy rapproche de l’évolution par « équilibres ponctués » (d’Huy 2014a : 8). On distingue entre caractères homologues, qui résultent d’un ancêtre commun, et caractères analogues, qui sont dus à une convergence (en biologie), un emprunt ou un échange (en anthropologie). Seuls les premiers sont utiles en cladistique. Les caractères homologues communs à deux taxons ou plus et à leur ancêtre immédiat mais à aucun autre sont définis comme synapomorphies — du grec σύν, « avec », ἀπό, « à partir de » et μορφή, « forme ».

8Celles-ci s’opposent aux symplésiomorphies (du grec πλησίος, « proche », et μορφή, « forme »), qui sont des caractères homologues ancestraux primitifs communs à tout un lignage. Une difficulté majeure est celle de l’homoplasie (de ὁμός, « semblable, pareil », et πλάσσειν, « modeler, construire) : parallélismes, convergences (par exemple les constructions pyramidales en archéologie), réapparition de caractères disparus (notamment par suite de pressions environnementales). Une autre est que le signal phylogénétique peut tendre à disparaître du fait d’un manque de résolution des méthodes utilisées, ou de changements culturels trop rapides. Il existe des logiciels qui aident à mesurer la robustesse des arbres en tenant compte de ces problèmes (Swofford 2002). Une solution des plus fréquentes est celle de la parcimonie : en appliquant le principe du rasoir d’Ockham, il est préférable de supposer que tel trait commun à deux taxons est d’abord apparu chez leur ancêtre qui le leur aura transmis à tous deux, car imaginer qu’il serait apparu deux fois de suite obligerait à multiplier les hypothèses. Néanmoins, cette solution ne prend pas en compte les longueurs relatives des branches de l’arbre, ce qui devient handicapant quand ces longueurs sont très différentes, ou quand le rythme des changements est rapide. Pour pallier cette difficulté, on peut utiliser la méthode dite de plus haute probabilité, qui tient compte de la longueur des branches et est mieux adaptée à l’étude des traits culturels (Borgerhoff Mulder 2001 : 106-108). Pour tester les résultats, on peut changer de taxon externe ou modifier le nombre des caractères pris en compte, par exemple en omettant ceux qui sont susceptibles de brouiller le signal phylogénétique (O’Brien & Lyman 2005 : 101). Dans tous les cas, il est souhaitable de pouvoir vérifier la validité de l’arbre ainsi obtenu, ce qui est possible quand on peut disposer d’informations chronologiques acquises de façon indépendante, et en utilisant d’autres méthodes que phylogénétiques (statistiques ou archéologie traditionnelle, par exemple). Pour minimiser l’impact des homoplasies en privilégiant les homologies, et ne pas risquer de confondre les deux, les archéologues ont depuis longtemps coutume de prendre en compte le degré de complexité des traits étudiés, la distance géographique entre les localités où ils sont attestés, et la quantité d’autres traits partagés par les traditions où ils figurent (Lipo et al. 2006 : 13).

9La cladistique produit des arbres non enracinés ou cladogrammes, permettant de visualiser le degré d’apparentement entre taxons. Il faut ensuite les organiser de manière à présenter un arbre enraciné. Pour cela, on peut utiliser un taxon externe au groupe de taxons étudiés, mais présentant plusieurs caractères communs avec lui. Cela permet d’enraciner l’arbre au-dessous de l’intersection du taxon externe et du groupe de taxons étudiés, ces derniers s’organisant alors au mieux, en fonction de ces caractères communs.

10Des arbres « généalogiques » permettant de visualiser l’évolution de traits culturels particuliers, d’artefacts ou de groupes humains sont depuis longtemps utilisés en archéologie (ex. : Balfour 1890 ; Petrie 1899) (fig. 1), mais l’avantage nouveau des méthodes phylomémétiques est que leur construction est désormais explicitée, tout en autorisant vérifications et réplications (Lyman & O’Brien 2006).

Fig. 1 – Phylogénie des arcs composites selon Henry Balfour (Balfour 1890: 244).

Applications

11En tout état de cause, les graphes obtenus par analyse phylomémétique sont une façon de présenter des hypothèses sur les relations entre taxons. Il est donc souhaitable d’évaluer leur validité à l’aide d’informations externes, par exemple à l’aide de ceux des taxons qui peuvent être précisément placés dans une chronologie absolue ou relative. La démarche inverse peut également s’envisager, et Wybo Houkes a suggéré que les archéologues pourraient utiliser la cladistique pour tester des hypothèses construites par d’autres moyens (Houkes 2010). Le grand intérêt de l’application de ces méthodes en archéologie est que l’accès à des taxons anciens, disparus, y est possible.

12Les études phylomémétiques ont jusqu’à présent porté sur des industries lithiques (Foleyn 1987 ; Eerkens, Bettinger & McElreath 2006 ; Buchanan & Collard 2007, 2008 ; Lycett 2010), des traditions céramiques (Collard & Shennan 2000 ; Shennan & Collard 2000 ; Harmon et al. 2006 ; Cochrane & Lipo 2010), des décors de tapis (Tehrani & Collard 2002 ; Tehrani, Collard & Shennan 2010 ; Matthews et al. 2011 ; Buckley 2012) ou de pierres tombales (Lymann & O’Brien 2000), des manuscrits (Barbrook et al. 1998 ; Lee 1989 ; Spencer et al. 2004 ; Howe & Windram 2011), des sculptures de Buddha (Marwick 2012), des instruments de musique (Tëmkin 2004 ; Tëmkin & Eldredge 2007), des données anthropologiques (Mace & Holden 2005 ; Borgerhoff Mulder, Nunn & Towner 2006), des modes de subsistance (Russell, Silva & Steele 2014), des mythes (Abler 1987 ; Oda 2001 ; d’Huy 2012a et b, 2013 et 2014b), des légendes contemporaines (Stubbersfield & Tehrani 2012), des chaînes de lettres (Bennett, Ming Li & Bin Ma 2003), des contes populaires (Tehrani 2013 ; Silva & Tehrani 2016 ; Pagel 2016) et surtout des données linguistiques (Gray & Jordan 2000 ; Ringe, Warnow & Taylor 2002 ; Ben Hamed 2005 ; Ben Hamed, Darlu & Vallée 2005 ; Dunn et al. 2005 ; McMahon & McMahon 2005 ; Ben Hamed & Darlu 2007 ; Gray, Drummond & Greenhill 2009 ; Kitchen et al. 2009 ; Gray, Bryant & Greenhill 2010 ; Lee & Hasegawa 2011 ; Dediu 2011 ; Robinson & Holton 2012 ; Walker et al. 2012 ; List 2013 ; List et al. 2014 ; Ben Hamed 2015 ; Silva & Tehrani 2016).

13J’ai moi-même appliqué cette méthode à un type de document archéologique dont la matérialité actuelle témoigne d’une mythologie préhistorique disparue, à savoir les représentations rupestres de théranthropes du Sahara central, dont j’ai recensé 421 exemplaires. La majorité d’entre eux (60 %) est constituée d’anthropomorphes à tête de canidé, les autres têtes identifiables (de félin, antilope, girafe, léporidé, rhinocéros, oiseau…) ne dépassant jamais 3 % du total. L’étude aréologique montre que les théranthropes à tête de canidé se répartissent en deux grands types : à tête de lycaon (fig. 2) ou à tête de chacal (fig. 3), à savoir deux espèces qui s’opposent trait à trait par leur morphologie et leur éthologie (Le Quellec 2003, 2007, 2013, 2014a et b).

Fig. 2 – Théranthrope à tête de Lycaon typique de ceux des gravures néolithiques du Mesāk en Libye. Photo Jean-Loïc Le Quellec.

Fig. 3 – Théranthropes à tête de chacal en coït, typiques de ceux de la Tasīli-n-Ăjjer. Peinture en style d’Iheren (relevé de l’auteur, d’après une photographie de Bernard Fouilleux).

14Le premier de ces types est caractéristique du plateau du Mesāk en Libye, le second l’est de la Tasīli-n-Ăjjer, plateau voisin situé à environ cent cinquante kilomètres à l’ouest du précédent, en Algérie. L’analyse phylomémétique retrouve ce regroupement géographique, et ces deux approches très différentes se confortent ainsi l’une par l’autre (fig. 4). La possibilité de retracer l’historique de chaque trait définitoire d’un taxon, offerte par le logiciel Mesquite (Maddison & Maddison 2015), permet de calculer qu’il y a de 84 à 100 % de chances que les plus anciens théranthropes du Sahara central aient été imaginés au Mesāk avec les oreilles arrondies propres au lycaon, une tête et un corps vus de profil, et une sorte de cache-sexe évoquant un short. Ultérieurement, les habitants de la Tasīli-n-Ăjjer auraient adapté ce motif à leur propre ontologie, en préférant doter leurs théranthropes d’une tête de chacal.

Fig. 4 – Arbre parcimonieux obtenu par la méthode « Parsimony Ratchet » (Nixon 1999) implémentée dans le package phangorn de R (Schliep 2011), pour l’ensemble des images de théranthropes du Sahara central. L’organisation de l’arbre retrouve la répartition géographique des taxons, alors que leur géolocalisation n’avait pas été intégrée au départ dans le calcul.

15Dans cet exemple, les approches aréologique et phénétique ont donc permis de démontrer que, par le jeu des échanges, contacts, influences et différenciations qui se développent habituellement entre groupes voisins, les habitants préhistoriques de chacun de ces plateaux centro-sahariens ont élaboré, à partir d’un même fond culturel, leur propre idéal de théranthrope. Les communautés de ces deux régions voisines ont ainsi utilisé ces êtres mythiques à la fois pour répondre à une énigme ontologique fondamentale et pour construire des marqueurs de leur propre identité.

Critiques et perspectives

16Les mêmes méthodes, appliquées cette fois à des mythes, permettent de reconstruire en partie l’ontologie des populations préhistoriques, bien que le détail en soit à jamais perdu. C’est particulièrement le cas pour les conceptions sur l’origine de la mort et pour le récit de l’émergence primordiale des animaux et de l’humanité, exposant qu’ils vivaient à l’origine dans le monde souterrain avant d’en sortir par une ouverture artificielle ou naturelle. Bien que portant sur des données immatérielles — à savoir les mythes, qui ne se fossilisent évidemment pas — de telles reconstructions sont susceptibles d’être mises en relation avec la documentation proprement archéologique : sépultures pour la première, grottes ornées pour la seconde (Le Quellec 2015a et b).

17On pourrait objecter à cette approche le fait de se baser sur des algorithmes dont la compréhension échappe à la majorité des archéologues, mais cela pourrait tout aussi bien se dire à propos de tous les logiciels de statistiques, d’analyse d’images, de restitution photogrammétrique ou de traitement géographique des données que ceux-ci emploient pourtant quotidiennement. Les risques d’approximation non maîtrisée sont minimisés en n’empruntant que des outils devenus des « standards » chez les phylogénéticiens, par exemple Mesquite (Maddison & Maddison 2015) ou Splitstree (Huson 1998). Ils le sont davantage encore avec les systèmes ouverts basés sur l’environnement R, déjà largement utilisé par les archéologues pour leurs statistiques (voir le site www.r-project.org/). L’un des paquets les plus utilisés pour les analyses phylogénétiques est phytools, développé par Liam Revell, professeur de phylogénétique à l’université du Massachusetts (voir www.blog.phytools.org/). Un autre, également des plus utiles et complémentaire du précédent, est phangorn, maintenu par Klaus Schliep, biostatisticien et docteur en biomathématiques de la même université. Les librairies correspondantes sont toutes publiées comme ressources ouvertes, et leurs codes, accessibles à quiconque, sont quotidiennement testés par des programmeurs et généticiens du monde entier, qui peuvent les améliorer au besoin. Ces outils ont déjà servi à élaborer d’innombrables publications dans des revues internationales des plus cotées (Nature, Science, PNAS, PLOSOne, etc.) et ils offrent ainsi toutes les garanties de fiabilité.

18Une difficulté plus importante réside dans la codification des données préalables à l’analyse. Comme pour toute étude statistique, le codage initial conditionne grandement tout travail ultérieur et peut influer fortement sur les résultats. Le choix des caractères identifiant les taxons doit donc être particulièrement soigné. Pour la culture matérielle, on bénéficie en archéologie d’une longue tradition de classifications typologiques, mais les techniques de l’analyse morphométrique ont démontré leur large supériorité sur les typologies traditionnelles. En effet, celles-ci ne tiennent compte que d’une partie des données du profil ou de la silhouette des objets, alors que la morphométrie intègre la totalité de l’information (Wilczek et al. 2014, 2015). Une voie de recherche prometteuse consiste alors à combiner la morphométrie en 3D et la phylomémétique, suivant l’exemple proposé pour les céramiques Caddo du Texas par Robert Selden, Thimotty Perttula et Michael O’Brien (2014) (fig. 5).

Fig. 5 – Phylogénie morphométrique des céramiques Caddo (d’après Selden, Perttula & O’Brien 2014).

19Afin d’éviter d’éventuels biais imputables au corpus ou à son traitement, plusieurs précautions sont envisageables. On peut ainsi faire deux fois la même analyse en utilisant les mêmes outils sur des corpus différents, ou avec des outils différents sur un même corpus, et comparer les conclusions (fig. 6).

Fig. 6 – Arbre obtenu sur les mêmes données que le précédent avec la fonction fastTree implémentée dans la librairie ape de l’environnement R, et basée sur le principe de l’évolution minimale (Desper & Gascuel 2002). Il a été enraciné sur sa branche la plus longue.

20Enfin, le croisement des approches permet de consolider les résultats de chacune d’elles : si la phylomémétique produit des arbres congruents avec les cartes produites par l’analyse aréologique, et si chacun de ces résultats se trouve en cohérence avec des critères introduits in fine, mais qui n’avaient pas été pris en compte au départ, alors on doit bien admettre la robustesse de l’ensemble. C’est ce qui a été fait pour l’étude des théranthropes sahariens mentionnée plus haut : le calcul phylomémétique a livré un résultat identique à celui de l’approche aréologique, pourtant complètement différente en son principe, et la prise en compte ultérieure des données statistiques et chronologiques — non intégrées aux calculs initialement — a permis de renforcer la validité de l’ensemble.

21Ces exemples montrent l’intérêt qu’il y aurait à développer ce type de recherche en associant les compétences de statisticiens, phylogénéticiens, linguistes, mythologues et archéologues, dans la perspective d’un meilleur éclairage du passé.

Haut de page

Bibliographie

Abler Th. S. 1987. « Dendrogram and celestial tree: numerical taxonomy and variants of the iroquoian creation myth », The Canadian Journal of Native Studies, 7-2 : 195-221. https://pdfs.semanticscholar.org/bcae/8ca9411804a8604bcb25fcec976f99994c20.pdf

Balfour H. 1890. « On the Structure and Affinities of the Composite Bow », The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 19 : 220-250.

Barbrook A. C., Howe Ch. J., Blake N. & Robinson P. 1998. « The phylogeny of The Canterbury Tales », Nature, 394 : 839.

Bellwood P. 1996, « Phylogeny vs reticulation in prehistory », Antiquity, 70 : 881-890.

Ben Hamed M. 2005. « Neighbour-nets portray the Chinese dialect continuum and the linguistic legacy of China’s demic history », Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 272-1567 : 1015-1022. doi.org/10.098/rspb.2004.3015

Ben Hamed M. 2015. « Phylolinguistics: Enacting Darwin’s Linguistic Image », in : Th. Heams, Ph. Huneman, G. Lecointre & M. Silberstein (eds), Handbook of Evolutionary Thinking in the Sciences, Dordrecht (Pays-Bas), Springer Science + Business Media : 825-852.

Ben Hamed M. & Darlu P. 2007. « Gènes et Langues : une longue histoire commune ? », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 19-3/4 : 243-264.

Ben Hamed M., Darlu P. & Vallée N. 2005. « On cladistic reconstruction of linguistic trees through vowel data », Journal of Quantitative Linguistics, 1-12 : 79-109.

Bennett Ch. H., Ming Li & Bin Ma. 2003. « Chain Letters and Evolutionary Histories », Scientific American, 288-6 : 76-81.

Borgerhoff Mulder M. 2001. « Using Phylogenetically Based Comparative Methods in Anthropology: More Questions Than Answers », Evolutionary Anthropology, 10 : 99–111.

Borgerhoff Mulder M., Nunn Ch. L. & Towner M. C. 2006. « Cultural macroevolution and the transmission of traits », Evolutionary Anthropology: Issues, News, and Reviews, 15-2 : 52-64. http://escholarship.org/uc/item/92n9t9q0

Boyd R. W. & Richerson R. 1988. Culture and the Evolutionary Process, Chicago (Illinois, USA), The University of Chicago Press.

Buchanan B. & Collard M. 2007. « Investigating the peopling of North America through cladistic analyses of Early Paleoindian projectile points », Journal of Anthropological Archaeology, 26-3 : 366-393.

Buchanan B. & Collard M. 2008. « Phenetics, cladistics, and the search for the Alaskan ancestors of the Paleoindians: a reassessment of relationships among the Clovis, Nenana, and Denali archaeological complexes », Journal of Archaeological Science, 35 : 1683-1694.

Buckley Ch. D. 2012. « Investigation cultural evolution using phylogenetic analysis: the origin and descent of the Southeast Asian tradition of Warp Ikat Weaving », PLoS (Public Library of Science) One, 7-12. doi.org/10.1371/journal.pone.0052064

Cochrane E. E. & Lipo C. Ph. 2010. « Phylogenetic analyses of Lapita decoration do not support branching evolution or regional population structure during colonization of Remote Oceania », Philosophical Transaction of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 365-1559 : 3889-3902. doi.org/10.1098/rstb.2010.0091

Collard M. & Shennan St. 2000. « Processes of Culture Change in Prehistory: a Case Study from the European Neolithic », in : C. Renfrew & K. Boyle (eds), Archaeogenetics: DNA and the population prehistory of Europe, Cambridge (UK), McDonald Institute for Archaeological Research : 89-97.

Collard M., Shennan S. & Tehrani J. J. 2006. « Branching versus Blending in Macroscale Cultural Evolution: A Comparative Study », in : C. P. Lipo, M.J. O'Brien, M. Collard & S. Shennan (eds), Mapping Our Ancestors: Phylogenetic Methods in Anthropology and Prehistory, London, UCL (University College London), Piscataway (New Brunswick, USA), Aldine Transactions : 169-183.

Currie Th. E., Greenhill S. J. & Mace R. 2010. « Is horizontal transmission really a problem for phylogenetic comparative methods? A simulation study using continuous cultural traits », Philosophical Transactions of the Royal Society B : Biological Sciences, 365 : 3903-3912. doi.org/10.1098/rstb.2010.0091

Darwin Ch. 1859. On the origins of species by means of natural selection, or the preservation of favourerd races in the struggle for life [rééd. ElecBook, London, 1997], London, Murray.

Dediu D. 2011. « A Bayesian phylogenetic approach to estimating the stability of linguistic features and the genetic biasing of tone », Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 278-1704 : 474-479. doi.org/10.1098/rspb.2010.1595

Demoule J.-P. 2014. Mais où sont passés les Indo-Européens ? Le mythe d’origine de l’Occident, Paris, Éditions du Seuil.

Desper R. & Gascuel O. 2002. « Fast and accurate phylogeny reconstruction algorithms based on the minimum-evolution principle », Journal of Computational Biology, 9-5 : 687-705.

d’Huy J. 2012a. « Le conte-type de Polyphème : essai de reconstitution phylogénétique », Bulletin de la Société de mythologie française, 248 : 47-59.

d’Huy J. 2012b. « Le motif de Pygmalion : origine afrasienne et diffusion en Afrique », Sahara, 23: 49-58.

d’Huy J. 2013. « A Cosmic Hunt in the Berber sky: a phylogenetic reconstruction of a Palaeolithic mythology », Les Cahiers de l’AARS (Association des amis de l’art rupestre saharien), 16 : 93-106.

d’Huy J. 2014a. « La généalogie des mythes », Pour la Science, 442 : 2-9.

d’Huy J. 2014b. « Mythologie et statistique. Reconstructions, évolution et origines paléolithiques du combat contre le dragon », Bulletin de la Société de mythologie française, 256 : 17-23.

d’Huy J. & Le Quellec J.-L. 2014. « Comment reconstruire la préhistoire des mythes? Application d’outils phylogénétiques à une tradition orale », in : M. Ben Hamed, P. Charbonnat & G. Lecointre (éd.), Apparenter la pensée : vers une phylogénie des concepts savants, Paris, Éditions Matériologiques : 146-184.

Dunn M., Terrill A., Reesink G., Foley R. A. & Levinson St. C. 2005. « Structural phylogenetics and the reconstruction of ancient language history », Science, 309-5743: 2072-2075.

Eerkens J. W., Bettinger R. L. & McElreath R. 2006. « Cultural transmission, phylogenetics, and the archaeological record », in : C. P. Lipo, M. J. O'Brien, M. Collard & S. Shennan (eds), Mapping Our Ancestors: Phylogenetic Methods in Anthropology and Prehistory, London, UCL (University College London), Piscataway (New Brunswick, USA), Aldine Transactions : 169-183.

Foley R. 1987. « Hominid species and stone-tool assemblages: how are they related ? », Antiquity, 61-233 : 380-392.

Gray R. D. & Jordan F. 2000. « Language trees support the express-train sequence of Austronesian expansion », Nature, 405 : 1052-1055.

Gray R. D., Bryant D. & Greenhill S. J. 2010. « On the shape and fabric of human history », Philosophical Transactions of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 365-1559 : 3923-3933. doi.org/10.1098/rstb.2010.0162

Gray R. D., Drummond A.J. & Greenhill S. J. 2009. « Language Phylogenies Reveal Expansion Pulses and Pauses in Pacific Settlement », Science, 323 : 479-483.

Greenhill S. J., Currie Th. E. & Gray R.D. 2009. « Does horizontal transmission invalidate cultural phylogenies ? », Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Science, 276-1665 : 2299-2306. doi.org/10.1098/rspb.2008.1944

Halfstein V. 2001. « Biological metaphors in folklore theory: an essay in the history of ideas », Arv, 57 : 7-32.

Harmon M.J., Van Pool T.L., Leonard R.D., Van Pool C.S. & Salter L.A. 2006. « Reconstructing the flow of information across time and space: a phylogenetic analysis of ceramic traditions from prehispanic western and northern Mexico and the American southwest », in : C. P. Lipo, M.J. O'Brien, M. Collard & S. Shennan (eds), Mapping Our Ancestors: Phylogenetic Methods in Anthropology and Prehistory, London, UCL (University College London), Piscataway (New Brunswick, USA), Aldine Transactions : 209-229.

Hiernaux J. 1964. « The concept of race and the taxonomy of mankind », in : A. Montagu (ed.), The concept of race, New York, Free Press : 29-45.

Hildebrandt H. O. 1873. Den Vetenskapliga Fornforskningen, hennes uppgift, behof och rätt, Stockholm (Suède), L. Norman.

Holden Cl. & Shennan St. 2016. « How Tree-like is Cultural Evolution ? », in : R. Mace, Cl. J. Holden & St. Shennan (eds), The Evolution of Cultural Diversity: a Phylogenetic Approach, New York (USA), Routledge : 13-29 (1ère éd. 2005, University College of London, Institute of Archaeology).

Houkes W. 2010. « Tales of Tools and Trees: Phylogenetic analysis and explanation in evolutionary archaeology », EPSA 2009. Contributed Papers : 89-100 (2nd Conference of the European Philosophy of Science Association, Amsterdam, 21-24 October 2009).

Howe Ch. J. & Windram H. F. 2011. « Phylomemetics — Evolutionary Analysis beyond the Gene », PLoS Biol (Public Library of Science Biology), 9-5. doi.org/10.1371/journal.pbio.1001069

Huson D. H. 1998. « SplitsTree: analyzing and visualizing evolutionary data », Bioinformatics, 14-1 : 68-73.

Kitchen A., Ehret Ch., Assefa Sh. & Mulligan C. J. 2009. « Bayesian phylogenetic analysis of Semitic languages identifies an Early Bronze Age origin of Semitic in the Near East », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 276-1668 : 2703-2710. doi.org/10.1098/rspb.2009.0408

Kroeber A. L. 1948. Anthropology: race, language, culture, psychology, prehistory, New York, Harcourt, Brace and Company.

Lee A.R. 1989. « Numerical taxonomy revisited: John Griffith, cladistic analysis and St. Augustine’s Quaestiones in Heptateuchem », Studia Patristica, 20 : 24-32.

Lee S. & Hasegawa T. 2011. « Bayesian phylogenetic analysis supports an agricultural origin of Japonic languages », Proceedings of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 278-1725 : 3662-3669. doi.org/10.1098/rspb.2011.0518

Legendre P. & Makarenkov V. 2002, « Reconstruction of Biogeographic and Evolutionary Networks Using Reticulograms », Systematic Biology, 51-2 : 199-216.

Le Quellec J.-L. 2003. « Lévi-Strauss au Sahara », in : J. Guilaine (dir.), Arts et symboles du Néolithique à la Protohistoire, Paris, Éditions Errance : 83-88 (Séminaires du Collège de France).

Le Quellec J.-L. 2007. « Ni hommes, ni animaux : les théranthropes. Un aliment pour l’esprit ? », in : J.-P. Poulain (dir.), L’homme, le mangeur, l’animal. Qui nourrit l’autre ? Actes du colloque organisé les 12 et 13 mai 2006 à l’Institut Pasteur à Paris par l’Ocha / Observatoire CNIEL [Centre national interprofessionnel de l'économie laitière] des habitudes alimentaires, Paris, Les Cahiers de l'OCHA, 12 : 57-77.

Le Quellec J.-L. 2013. « Aréologie, phénétique et art rupestre : l’exemple des théranthropes du Sahara central », Les Cahiers de l’AARS (Association des amis de l’art rupestre saharien), 16 : 155-176.

Le Quellec J.-L. 2014a. « Que nous disent les hommes à tête de chien du Sahara ? », La Recherche, 485 : 46-49.

Le Quellec J.-L. 2014b. « Théranthropes du Sahara. L’invention d’une méthode d’étude », Archéologia, 518 : 46-51.

Le Quellec J.-L. 2015a. « En Afrique, pourquoi meurt-on ? Essai sur l’histoire d’un mythe africain », Afriques : débats, méthodes et terrains d’histoire, [En ligne], Varia, mis en ligne le 28 juillet 2015, consulté le 29 juillet 2015. URL : http://afriques.revues.org/1717.

Le Quellec J.-L. 2015b. « Peut-on retrouver les mythes préhistoriques ? L’exemple des récits anthropogoniques », Bulletin de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 1 : 235-260.

Leroi-Gourhan A. 1943. Évolution et techniques : I. L’Homme et la matière, Paris, Albin Michel (Sciences d’aujourd’hui).

Leroi-Gourhan A. 1945. Évolution et techniques : II. Milieux et techniques, Paris, Albin Michel (Sciences d’aujourd’hui).

Leroi-Gourhan A. 1946. Archéologie du Pacifique Nord. Matériaux pour l’étude des relations entre les peuples riverains d’Asie et d’Amérique, Paris, Institut d’Ethnologie (Travaux et mémoires de l’Institut d’ethno-logie ; 47).

Lipo C. Ph., O’Brien M. J., Collard M. & Shennan St. J. 2006. « Cultural Phylogenies and Explanation: Why Historical Methods Matter », in : C. P. Lipo, M.J. O'Brien, M. Collard & S. Shennan (eds), Mapping Our Ancestors: Phylogenetic Methods in Anthropology and Prehistory, London, UCL (University College London), Piscataway (New Brunswick, USA), Aldine Transactions : 3-16.

List J.-M. 2013. « Improving Phylogeny-Based Network Approaches to Investigate the History of the Chinese Dialects », Li Fang-Kuei Society for Chinese Linguistics, Young Scholars Symposium, Aug 2013, Seattle : hal-00861815. hal-00861815.

List J.-M., Nelson-Sathi Sh., Martin W. & Geisler H. 2014. « Using Phylogenetic Networks to Model Chinese Dialect History », in : S. Wichmann & J. Good (eds), Quantifying Language Dynamics: On the Cutting Edge of Areal and Phylogenetic Linguistics, Leiden (Pays-Bas), Brill : 125-154.

Lycett St. J. 2010. « Cultural transmission, genetic models, and lithic variability: Integrative analytical approaches », in : St. J. Lycett & P. Chauhan (eds), New Perspectives on Old Stones: Analytical Approaches to Palaeolithic Technologies, New York (USA), Springer : 207-234.

Lyman R. L. & O’Brien M. J. 2000. « Measuring and Explaining Change in Artifact Variation with Clade-Diversity Diagrams », Journal of Anthropological Archaeology, 19: 39-74.

Lyman R. L. & O’Brien M. J. 2006. « Seriation and Cladistics : The Difference between Anagenetic and Cladogenetic Evolution », in : C. P. Lipo, M.J. O'Brien, M. Collard & S. Shennan (eds), Mapping Our Ancestors: Phylogenetic Methods in Anthropology and Prehistory, London, UCL (University College London), Piscataway (New Brunswick, USA), Aldine Transactions : 65-88.

Mace R. & Holden C. J. 2005. « A phylogenetic approach to cultural evolution », Trends in ecology & evolution, 20-3 : 116-121. doi.org/10.1016/j.tree.2004.12.002

Mace R., Pagel M., Bowen J. R., Das Gupta B. K., Otterbein K. F., Ridley M., Schweizer T. & Voland E. 1994. « The Comparative Method in Anthropology [and Comments and Reply] », Current Anthropology, 35-5 : 549-564.

Maddison W. P. & Maddison D.R. 2015. Mesquite : a modular system for evolutionary analysis, Version 3.02 : http://mesquiteproject.org.

Marwick B. 2012. « A Cladistic Evaluation of Ancient Thai Bronze Buddha Images: Six Tests for a Phylogenetic Signal in the Griswold Collection », in : M. L. Tjoa-Bonatz, A. Reinecke & D. Bonatz (eds), Connecting Empires and States: Selected Papers from the 13th International Conference of the European Association of Southeast Asian Archaeologists, Singapore, National University of Singapore Press : 159-176.

Matthews L. J., Tehrani J. J., Jordan F. M., Collard M. & Nunn Ch. L. 2011. « Testing for Divergent Transmission Histories among Cultural Characters: a Study Using Bayesian Phylogenetic Methods and Iranian Tribal Textile Data », PLoS (Public Library of Science) One, 6-4 : e14810. doi.org/10.1371/journal.pone.0014810

McMahon A. & McMahon R. 2005. Language Classification by Numbers, Oxford (UK), Oxford University Press.

Moore J. H. 1994a. « Ethnogenetic Theory », National Geographic Research and Exploration, 10-1 : 10-37.

Moore J. H. 1994b. « Putting Anthropology Back Together Again: The Ethnogenetic Critique of Cladistic Theory », American Anthropologist, 96-4 : 925-948.

Nixon K. C. 1999. « The Parsimony Ratchet, a New Method for Rapid Parsimony Analysis », Cladistics, 15 : 407-414.

O’Brien M. J. & Lyman R. L. 2005. « Cultural phylogenetic hypotheses in archaeology: Some fundamental issues », in : R. Mace, C. J. Holden & S. Shennan (eds), The Evolution of Cultural Diversity: a Phylogenetic Approach, New York (USA), Routledge : 85-108 (1ère éd. 2005, University College of London, Institute of Archaeology).

O’Brien M. J., Lyman R. L., Collard M., Holden Cl. J., Gray R.D. & Shennan St. J. 2008. « Transmission, Phylogenetics, and the Evolution of Cultural Diversity », in : M. J. O’Brien (ed.), Cultural Transmission and Archaeology: Issues and Case Studies, Washington (Distric of Columbia, USA), Society for American Archaeology Press.

Oda J. 2001. « Description of Structure of the Folktale: Using a Bioinformatics Multiple Alignment Program », Senri Ethnological Studies, 55 : 153-174.

Pagel M. 2016. « Anthropology: The Long Lives of Fairy Tales », Current Biology, 26 : 279-280. http://www.cell.com/current-biology/pdf/S0960-9822(16)30124-5.pdf

Petrie W. M. Fl. 1899. « Sequences in Prehistoric Remains », Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 29-3/4 : 295-301.

Riede F. 2006. « The Scandinavian Connection: The Roots of Darwinian Archaeology in 19th-Century Scandinavian Archaeology », Bulletin of the History of Archaeology, 16-1: 4-19. https://www.archaeologybulletin.org/articles/abstract/10.5334/bha.16102/

Rindos D. 1985. « Darwinian selection, symbolic variation, and the evolution of culture », Current Anthropology, 26-1 : 65-88. http://www.journals.uchicago.edu/doi/abs/10.1086/203227

Ringe D., Warnow T. & Taylor A. 2002. « Indo-European and computational cladistics », Transactions of the Philological Society, 100-1: 59-129.

Robinson L. C. & Holton G. 2012, « Internal Classification of the Alor-Pantar Language Family Using Computational Methods Applied to the Lexicon », Language Dynamics and Change, 2 : 123-149.

Russell Th., Silva F. & Steele J. 2014. « Modelling the Spread of Farming in the Bantu-Speaking Regions of Africa: An Archaeology-Based Phylogeography », PLoS (Public Library of Science) One, 9-1 : e87854. doi.org/10.1371/journal.pone.0087854

Schliep Kl. P. 2011, « Phangorn : Phylogenetic analysis in R », Bioinformatics, 27-4 : 592-593. doi.org/10.1093/bioinformatics/btq706

Selden R. Z., Perttula Th. K. & O’Brien M. 2014. « Toward a Morphometric Phylogeny of Caddo Ceramics: A Test of 3D Geometric Morphometrics » (Poster), Texas Academy of Science Annual Meeting, Galveston, Texas. http://core.ac.uk/download/pdf/72732435.pdf

Shennan St. 2011. « Descent with modication and the archaeological record », Philosophical Transactions of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 366-1567 : 1070-1079. doi.org/10.1098/rstb.2010.0380

Shennan St. & Collard M. 2000. « The evolutionary analysis of cultural behaviour », Archaeology International, 4: 21-23.

Silva S. G. & Tehrani J. J. 2016. « Comparative phylogenetic analyses uncover the ancient roots of Indo-European folktales », Royal Society Open Science, 3-1 : 150645. doi.org/10.1098/rsos.150645.

Spencer M., Davidson E. A., Barbrook A. C. & Howe Ch. J. 2004. « Phylogenetics of artificial manuscripts », Journal of Theoretical Biology, 227 : 503-511.

Stubbersfield J. & Tehrani J. J. 2012. « Expect the Unexpected? Testing for Minimally Counterintuitive (MCI) Bias in the Transmission of Contemporary Legends: A Computational Phylogenetic Approach », Social Science Computer Review, 30-1 : 90-102.

Swofford D. L. 2002. PAUP. Phylogenetic Analysis Using Parsimony Software. Version 4, Sunderland, Sinauer Associates, 142 p. http://paup.csit.fsu.edu/

Tehrani J. J. 2013. « The Phylogeny of Little Red Riding Hood », PloS (Public Library of Science) One, 8-11. doi.org/10.1371/journal.pone.0078871

Tehrani J. J. & Collard M. 2002. « Investigating cultural evolution through biological phylogenetic analyses of Turkmen textiles », Journal of Anthropological Archaeology, 21 : 443-463. http://www.ceacb.ucl.ac.uk/ceacb_files/misc/Tehrani_Collard_2002.pdf

Tehrani J. J., Collard M. & Shennan S.J. 2010. « The cophylogeny of populations and cultures: reconstructing the evolution of Iranian tribal craft traditions using trees and jungles », Philosophical Transactions of the Royal Society of London B: Biological Sciences, 365-1559 : 3865-3874. doi.org/10.1098/rstb.2010.0020

Testart A. 2011. « Les modèles biologiques sont-ils utiles pour penser l’évolution des sociétés ? », Préhistoires méditerranéennes, 2. http://pm.revues.org/599

Tëmkin I. 2004. « The Evolution of the Baltic Pslatery: A Case for Phyloorganology », The Galpin Society Journal, 57 : 219-230.

Tëmkin I. & Eldredge N. 2007. « Phylogenetics and material cultural evolution », Current Anthropology, 48-1 : 146-154.

Van Gennep A. 1908. « Totémisme et méthode comparative », Revue de l’histoire des religions, 58 : 34-76.

Walker R. S., Wichmann S., Mailund Th. & Atkisson C. J. 2012. « Cultural Phylogenetics of the Tupi Language Family in Lowland South America », PloS (Public Library of Science) One, 7-4 : e35025. doi.org/10.1371/journal.pone.0035025

Wilczek J., Monna F., Barral P., Burlet L., Chateau C. & Navarro N. 2014. « Morphometrics of Second Iron Age ceramics e strengths, weaknesses and comparison with traditional typology », Journal of Archaeological Science, 50 : 39-50.

Wilczek J., Monna F., Gabillot M., Navarro N., Rusch L. & Chateau C. 2015. « Unsupervised model-based clustering for typological classification of Middle Bronze Age flanged axes », Journal of Archaeological Science, 3 : 381-391.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Phylogénie des arcs composites selon Henry Balfour (Balfour 1890: 244).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3771/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 2 – Théranthrope à tête de Lycaon typique de ceux des gravures néolithiques du Mesāk en Libye. Photo Jean-Loïc Le Quellec.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3771/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Fig. 3 – Théranthropes à tête de chacal en coït, typiques de ceux de la Tasīli-n-Ăjjer. Peinture en style d’Iheren (relevé de l’auteur, d’après une photographie de Bernard Fouilleux).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3771/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 4 – Arbre parcimonieux obtenu par la méthode « Parsimony Ratchet » (Nixon 1999) implémentée dans le package phangorn de R (Schliep 2011), pour l’ensemble des images de théranthropes du Sahara central. L’organisation de l’arbre retrouve la répartition géographique des taxons, alors que leur géolocalisation n’avait pas été intégrée au départ dans le calcul.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3771/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende Fig. 5 – Phylogénie morphométrique des céramiques Caddo (d’après Selden, Perttula & O’Brien 2014).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3771/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 6 – Arbre obtenu sur les mêmes données que le précédent avec la fonction fastTree implémentée dans la librairie ape de l’environnement R, et basée sur le principe de l’évolution minimale (Desper & Gascuel 2002). Il a été enraciné sur sa branche la plus longue.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3771/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loïc Le Quellec, « Phylomémétique et archéologie »Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 5-14.

Référence électronique

Jean-Loïc Le Quellec, « Phylomémétique et archéologie »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 08 janvier 2018, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/nda/3771 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3771

Haut de page

Auteur

Jean-Loïc Le Quellec

Directeur de recherche émérite au Cnrs, Umr 8171, IMAf (Institut des Mondes africains)

JLLQ@rupestre.on-rev.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search