Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Pour une histoire de l’Inde médiévale face aux variations du climat

Anne Casile
p. 15-23

Texte intégral

1Durant la période médiévale, les fluctuations du climat ont joué un rôle majeur dans l’histoire des sociétés. Il ne s’agit plus d’une idée hautement controversée, ni d’un sujet à éluder. Les indicateurs paléo-climatiques, qu’ils soient de nature biologique, géochimique, sédimentaire ou archéologique, ou proviennent d’archives historiques, sont en nombre croissant ces dernières années et témoignent d’une importante variabilité du climat à diverses échelles du temps, de l’interannuel au pluriséculaire. Leurs analyses révèlent l’occurrence, au cours de l’Holocène tardif, de périodes climatiques instables. Déterminer les causes de ces anomalies, la part des forçages externes naturels (activité solaire, éruptions volcaniques) et anthropiques, celle de la variabilité interne des systèmes climatiques, demeure un véritable défi pour les chercheurs. En identifier les effets sur les écosystèmes et, a fortiori, les sociétés humaines, est aussi loin d’être simple, tant les variables à considérer sont nombreuses et la multiplicité des niveaux d’échelles et d’analyse importante.

2Historiens, archéologues et géographes, longtemps réticents face au spectre du déterminisme environnemental, sont de plus en plus nombreux à s’intéresser aux interférences entre anomalies climatiques et bouleversements politiques, socio-économiques, culturels et autres. La question des vulnérabilités, des adaptations et de la résilience des populations face à ces anomalies et aux événements météorologiques extrêmes se trouve désormais au cœur des préoccupations d’une partie croissante de la communauté scientifique, en particulier de celle qui étudie l’histoire du « déclin », voire de « l’effondrement » (collapse) des sociétés dites complexes (Tainter 2 013).

3L’état d’avancement des études sur ces sujets est fort inégal selon les régions du monde et selon les périodes historiques. S’agissant de l’Inde, pour la période médiévale, force est de constater qu’il est encore faible. La question des impacts des variations du climat occupe en effet une place étonnamment réduite dans l’historiographie. Si l’importance des moussons est reconnue, sa portée — et celle de l’environnement en général — se trouve le plus souvent réduite à une toile de fond passive, voire immuable, du développement et de l’évolution des sociétés et de leur matérialité.

  • 1 Un proxie paléo-climatique est un indicateur biologique, géochimique ou sédimentaire qui permet de (...)

4Mais face aux avancées scientifiques récentes sur le changement climatique, on peut s’attendre à des évolutions sur le plan historiographique dans les prochaines années. En effet, un réseau émergeant de proxies paléo-climatiques1 provenant d’Asie dévoile des aspects longtemps méconnus du comportement des moussons indo-asiatiques au cours des 1500 dernières années. Le sous-continent indien est particulièrement sensible aux variations climatiques et aux phénomènes météorologiques extrêmes, comme les sécheresses, les inondations et les tendances des précipitations saisonnières, notamment dans les conditions El Niño, qui peuvent avoir des conséquences dévastatrices sur les plans agricole, économique, politique, sanitaire.

Moussons indiennes, au cœur des écosystèmes et des préoccupations des sociétés…

5La puissance, l’impact et la complexité du système de mousson indo-asiatique ne sauraient être exagérés. En termes d’intensité et de couverture spatiale, c’est le plus important au monde. Il est au cœur des écosystèmes, de la vie et des préoccupations de plus de la moitié de la population mondiale (Clift & Plumb 2008). En Inde, chaque année, la portée écologique et socioéconomique du « succès » des moussons est considérable. De juin à septembre, les pluies de la mousson du sud-ouest (mousson d’été) représentent en moyenne près de 80 % des précipitations annuelles sur le territoire (celles de la mousson d’hiver, du nord-est, concernent essentiellement l’Inde du Sud). Elles sont vitales pour la production agricole et, par conséquent, la sécurité alimentaire, qui dépendent en grande partie de l’arrivée à temps et des quantités adéquates de ces pluies.

6La portée culturelle des moussons — de l’eau — est elle aussi considérable. Elle est en effet au cœur des fondements écologiques des croyances et de la pensée religieuses, des récits cosmogoniques et mythologiques, des cadres rituels et des savoirs constitutifs de divers cultes, de la doctrine classique de la médecine, des modes et des idéologies de gestion des ressources, des règles et des pratiques sociales et politiques d’intégration de l’homme à son environnement (Zimmerman 1987 ; Chapple & Tucker 2000).

7Les moussons indo-asiatiques possèdent la plus grande amplitude annuelle de tout le domaine climatique subtropical et tropical, avec une variabilité considérable sur une large gamme d’échelles temporelles. En témoignent les mesures instrumentales des précipitations enregistrées depuis près d’un siècle et demi sur l’ensemble du territoire indien (Kumar et al. 2010). Cette variabilité est à l’origine de bien des difficultés matérielles et politiques, et bien des souffrances sociales et économiques (Gadgil et al. 2005). Les événements les plus récents nous le rappellent : inondations meurtrières au Kashmir en 2014 et à Chennai en 2015, sécheresses sur une majeure partie du sous-continent en 2016. L’histoire plus ancienne est aussi celle des famines, et c’est en millions que s’estime le nombre de victimes. Les causes de ces souffrances ne sauraient être imputées au seul climat. Les facteurs humains ne sont pas en reste : conflits, mauvaises gestions des ressources, inflation, politiques d’aménagement du territoire… ont constitué des facteurs aggravants selon les contextes et concouru à accroître la vulnérabilité des sociétés face aux risques climatiques (Davis 2003).

8La pression des moussons sur les sociétés a contribué à façonner les vies et les institutions à travers le temps, et conduit les populations à faire face à cette variabilité inhérente au climat, en adaptant leurs savoirs, les techniques agraires, les modes de conservation des eaux à des contextes écologiques extrêmement divers. En grande partie conditionnée par les moussons et soumise à ces variations, la question centrale de la disponibilité et de l’accessibilité à l’eau, particulièrement en cas d’insuffisance des précipitations et d’anomalies de leur couverture spatio-temporelle, est des plus sérieuses pour l’avenir de la société indienne face au changement climatique et à la surexploitation des eaux souterraines depuis la révolution verte. Elle est au cœur des préoccupations des habitants et des institutions politiques et religieuses depuis fort longtemps. Les sources écrites et les vestiges archéologiques d’époque médiévale en témoignent. Pour s’adapter à l’alternance des saisons contrastées et aux risques hydro-climatiques inhérents à la variabilité interannuelle des moussons, les sociétés ont su développer des moyens sophistiqués de collecte, de stockage et de gestion des eaux de pluies, de ruissellements et de crues, ainsi que de captage des eaux souterraines dans des contextes hydrologiques, hydro-pédologiques et hydro-géologiques fort différents d’une région à l’autre du sous-continent. Les innombrables vestiges d’ouvrages et d’infrastructures hydrauliques constituent les témoins les plus tangibles des modes de conservation des eaux et des stratégies pour pallier les déficits éventuels, potentiellement meurtriers, des précipitations. Ils font partie intégrante de la constitution historique et écologique des paysages culturels, des lieux, des territoires et des systèmes agraires (Casile 2014 ; Morrison 2015).

9Comment se fait-il alors que la question climatique occupe si peu de place dans l’historiographie de l’Inde médiévale ? Pour prendre la mesure de cet état de fait, il suffit de consulter les synthèses historiques et historiographiques les plus récentes : à quelques rares exceptions près (Wink 2004), elles ne mentionnent pas la question des effets des variations et des extrêmes climatiques sur les sociétés (par exemple Asher & Talbot 2006 ; Singh 2 013 ; Shug & Walimbe 2016). Il suffit aussi de parcourir les ouvrages récents d’histoire globale du climat : l’Inde médiévale y occupe une place étonnamment réduite (par exemple Clift & Plumb 2008 ; Brooke 2014 ; McNeill & Mauldin 2014).

…si peu présentes dans l’historiographie de l’Inde médiévale

10L’historiographie indienne en général et l’archéologie en particulier ont réparti de façon fort inégale leurs intérêts pour les périodes de la succession historique et pour les sujets. La période dite médiévale, qui couvre près de 900 ans d’histoire et dont on a fait coïncider les débuts avec le déclin des Guptas (vie-viie siècles), et la fin avec la domination des Grands Moghols (xvie siècle), est en effet l’une des moins bien documentée et, somme toute, connue de l’histoire de l’Inde sur le plan archéologique. Il n’en demeure pas moins que l’historiographie médiévale est particulièrement imposante, riche de débats et de recherches sur les régimes et les processus politiques, sociaux et économiques. Elle s’est fortement développée à partir des années 1950-1960, d’abord sous l’impulsion des historiens marxistes dont les travaux permirent d’évincer en partie les récits et approches historiques hérités de l’époque coloniale puis de l’Indépendance, ensuite sous l’influence des théories anthropologiques et weberiennes, à partir des années 1970-1980 (Ali 2012).

11C’est sur le versant politico-religieux que la période médiévale semble la mieux documentée. Parmi les questions qui ont le plus préoccupé les historiens en quête de modèles historiographiques depuis une soixantaine d’années, celles qui ont trait à la nature et à la formation de l’État (state formation), d’empires et de royaumes furent sans doute les plus discutées. Ces thèmes sont l’objet d’une littérature impressionnante par son abondance et sa longévité. Plusieurs modèles historiographiques se sont succédé (on en trouvera une synthèse dans Sinopoli 2003). La légitimation et la matérialité du pouvoir royal, l’économie politique (relations entre structures politiques et sphères économiques de production, de consommation et d’échanges), le développement et le déclin des échanges commerciaux, des centres urbains et religieux, l’expansion agraire, la formation des castes, la culture sanskrite et les transformations du brahmanisme, le développement de doctrines philosophico-religieuses, de sectes et de la bhakti, l’intégration de populations « tribales », l’évolution des styles artistiques, la littérature, la géographie sacrée, le -développement de cultes régionaux et de langues vernaculaires… sont autant de sujets connexes — la liste n’est pas exhaustive — dont l’étude a nourri l’historiographie de l’Inde médiévale jusqu’à aujourd’hui. Si les questionnements et la façon d’aborder les sources et de les analyser ont évolué, rares ont été les tentatives de s’affranchir des modèles dominants, jusqu’à une date récente.

12C’est essentiellement à partir des sources écrites que l’histoire fut définie et bâtie. En faisant la part belle au sanscrit, les études indiennes ont développé leurs racines dans les champs cloisonnés de quelques disciplines. Elles ont donné la priorité aux textes, aux inscriptions, aux monnaies, ainsi qu’aux monuments de pierre, essentiellement les temples et leurs sculptures. La lecture du médiéval indien s’est ancrée sur la chronologie des dynasties et c’est sous l’angle du déclinisme – la désintégration et l’instabilité politiques, le déclin commercial et urbain suivant « l’âge d’or » de la « civilisation classique » des Guptas, les invasions et la progression politico-religieuse de l’Islam – qu’il fut longtemps appréhendé. L’historiographie distingue traditionnellement deux périodes médiévales : celle des royaumes hindous durant le early medieval, à partir du viie siècle, et celle du late medieval, inaugurée par l’établissement du sultanat de Delhi au début du xiiie siècle et dominée par les régimes politiques musulmans. Au cours du siècle dernier, les études sur chacune de ces périodes ont suivi des trajectoires différentes, voire divergentes, sans véritables liens ni interactions entre elles. La transition du early au late medieval et, par extension, tous les bouleversements à l’œuvre sur les plans politique, socioculturel et économique, fut principalement interprétée en référence aux conquêtes, aux razzias, aux invasions. Sous les bannières coloniales et nationalistes de l’historiographie, le médiéval tardif était alors considéré comme une période de déclin généralisé. Fort heureusement, une telle lecture n’a plus cours aujourd’hui, sauf dans les milieux nationalistes hindous. Depuis une dizaine d’années, la réalisation de travaux transdisciplinaires dans le sillage des cultural studies marque un important tournant dans la façon de penser l’histoire de la diffusion et des transformations de l’Islam médiéval en Inde, visant à lui rendre sa réalité complexe par l’étude de la culture matérielle (tant la production matérielle, écrite, que les usages qui en sont issus) et des phénomènes de trans-culturation entre « hindous » et « musulmans » (Flood 2009).

13L’étude des facteurs environnementaux dans les transformations du paysage sociopolitique et religieux demeure, quant à elle, fort négligée. L’environnement se trouve le plus souvent réduit à un fond d’écran passif, voire immuable ; le climat, a fortiori, est stable. On se contente généralement d’en exposer à grands traits les caractéristiques pour décrire les « contextes » ou les « cadres » géographiques, comme il est coutume de les nommer au sein de diverses études d’histoire régionale ou de monographies de site.

14Il serait injuste cependant d’affirmer que les historiens de l’Inde ne s’intéressent pas aux dimensions écologiques de la vie sociale et que l’histoire environnementale – qui recouvre l’influence de l’environnement sur les sociétés, la relation des hommes à l’environnement, les manières dont ils l’ont modifié (McNeill & Maulin 2014) – est totalement absente des recherches sur la période médiévale indienne. C’est -surtout en lien étroit avec l’histoire agraire et politique (les formes de propriétés, les modes de contrôle des ressources, le rôle de l’État) que l’attention s’est portée sur l’environnement, sous l’influence au départ de l’école des Annales. Les historiens s’intéressent depuis un certain temps à la gestion de l’eau, en tant que ressource à la fois productive et symbolique, à la lumière des inscriptions tout d’abord, puis des monuments de belle architecture. Depuis peu, cette question est également explorée sur le terrain d’une archéologie des paysages (Shaw 2007 ; Morrison 2009 ; Casile 2014). L’étude des ouvrages hydrauliques combinée à celle d’autres données éclaire diverses facettes des relations et interactions hommes/milieux, en particulier pour tout ce qui concerne les techniques de conservation des eaux et d’irrigation, les divers usages et fonctions des ouvrages hydrauliques, les processus d’intensification et de spécialisation agricoles, les stratégies agraires des élites politiques et religieuses, le rôle des temples, l’expansion agro-urbaine, l’implantation des populations… Depuis les années 1990, sous l’influence d’historiens environnementalistes tels Ramachandra Guha, d’autres sujets d’histoire environnementale sont au cœur de travaux réalisés à partir de sources écrites essentiellement et, dans une certaine mesure, d’enquêtes ethnographiques sur les traditions et croyances religieuses dites populaires. En relation étroite avec l’histoire agraire et politique, les historiens se sont ainsi intéressés à la déforestation, à la progression des terres agricoles, à l’intégration des communautés dites tribales et pastorales aux réseaux religieux brahmaniques, aux rapports des hommes avec le monde animal, aux divinités et cultes pastoraux… À la lumière des sources écrites toujours, des ramifications ont été tissées vers la géographie et les landscape studies dans l’exploration des paysages sacrés.

15L’ensemble des études sur ces divers sujets révèle néanmoins à quel point la période médiévale est un parent très pauvre de la production scientifique dans le champ de l’histoire environnementale (par exemple Hill 2008 ; Rangarajan & Sivaramkrishnan 2011 ; Kapur 2014), contrairement aux périodes coloniales et postcoloniales… Somme toute, la contribution très ponctuelle de l’histoire environnementale aux études médiévales n’a pas suffi à introduire le climat en tant que force à l’œuvre dans l’histoire sociale, bien que des historiens du médiéval tardif tels André Wink aient souligné la nécessité de se pencher sur l’histoire des sécheresses et des famines pour comprendre les mouvements / déplacements de population, les difficultés sociales et politiques (Wink 2004 : 166-169). Des anomalies climatiques aux événements météorologiques extrêmes, le rôle de la variabilité des moussons et les liens entre climat et histoire humaine à l’époque médiévale sont presque absents, même d’un récent ouvrage qui se dit d’histoire environnementale de l’Asie du Sud (Hill 2008). Les interactions entre historiens et paléo-climatologues sont elles aussi quasi inexistantes. En interrogeant les climats du passé, c’est vers l’avenir du changement climatique que ces derniers, de leur côté, se sont davantage tournés, en contribuant à la construction de modèles de projection. Leurs travaux sont également essentiels pour comprendre l’histoire écologique des sociétés. Pourtant, ils ne sont généralement pas consultés.

16Ce constat est d’autant plus surprenant que le rôle du climat dans l’émergence et le déclin des sociétés de l’Indus est reconnu depuis longtemps. Pourquoi la question climatique occupe-t-elle si peu de place dans l’historiographie de l’Inde médiévale ? Diverses raisons expliquent cet état de fait, liées à l’histoire des disciplines, des institutions, des priorités académiques, du rapport au passé et à l’environnement contemporain… (Morrison 2 013) Les éléments de réponse à cette question sont multiples et interconnectés. Cet article n’a pas la prétention de pouvoir tous les lister et les analyser. Nous en avons identifié quelques-uns cependant :

171) Le cloisonnement disciplinaire et celui des catégories d’analyse, l’absence d’ouverture aux théories et aux méthodologies, aux manières de faire et d’écrire l’histoire et de penser le temps et les interactions hommes-environnement, qui sont en constante évolution en dehors du champ des études indiennes, n’ont pas permis de corriger la forte myopie qui caractérise nos regards sur le médiéval indien et notre compréhension des multiples facteurs à l’œuvre dans les transformations politiques, économiques et religieuses durant toute cette période. La primauté accordée aux sources écrites et aux monuments, et donc à l’étude d’une certaine élite, laisse silencieux de vastes catégories de la population et de nombreux phénomènes et processus. Elle s’est longtemps faite au détriment de la collecte et de la lecture d’autres types d’archives ou de données qui font partie intégrante des paysages et qu’il est possible d’extraire en usant de diverses approches et techniques des sciences archéologiques.

182) Si l’historiographie de l’Inde médiévale manifeste peu d’intérêt pour les facteurs environnementaux, tout particulièrement climatiques, c’est sans doute aussi en raison d’une forte inhibition née de la peur du déterminisme géographique et environnemental dont les sciences sociales et climatiques furent teintées à l’époque coloniale. Ce déterminisme excessif s’enracine au xixe siècle dans le champ de l’anthropogéographie, domaine largement fondé par le géographe et ethnologue allemand Friedrich Ratzel (1844-1904) (Dove 2014 : 107-114). De Montesquieu (1689-1755) à Karl August Wittfogel (1896-1988), en passant par Karl Marx (1818-1883), Elsworth Huntington (1876-1947) et d’autres, divers penseurs et théoriciens sont partis d’observations simplistes de l’environnement pour tenter d’expliquer les différences essentielles et persistantes entre les cultures, entre les régimes d’économie politique, entre l’Orient et l’Occident : la « théorie des climats », le « mode asiatique de production », les « sociétés hydrauliques », le « despotisme oriental »… ont fait l’objet de multiples débats et de controverses et sont au cœur d’une abondante littérature critique et théorique. Or, s’ils n’ont plus bonne presse depuis longtemps, l’inhibition scientifique qu’ils ont contribué à engendrer semble, elle, encore bien vivace. Nombreux sont les historiens et les géographes qui rejettent trop hâtivement toutes les explications des changements sociétaux par l’environnement, préférant insister sur la pluralité et la complexité des facteurs sociaux, économiques et politiques. Un tel positionnement en réaction au déterminisme environnemental n’est pas sans avoir nourri la rupture, profondément enracinée dans l’histoire intellectuelle, entre les chercheurs en sciences de l’environnement et les chercheurs en sciences humaines et sociales. Dans ce contexte, le déterminisme environnemental, même nuancé, d’un Jared Diamond apparaît comme atypique, malgré son audience internationale (Diamond 2006).

193) Une autre raison semble pouvoir expliquer la faible attention portée aux facteurs environnementaux : l’insuffisance, aux yeux des historiens, de « preuves » décisives, de « faits » historiques incontestables – qu’ils proviennent du champ de la paléoclimatologie historique, de l’archéologie ou de l’analyse des textes –qui leur permettraient de tisser des relations, d’isoler telle crise politique, tel phénomène, telle difficulté du passé et de les corréler aux perturbations climatiques, voire de leur en attribuer les causes. Mais si les « preuves » font défaut, les « indices » ne manquent pas. Le vaste répertoire des craintes liées au climat, à la puissance des moussons, aux sécheresses, aux famines, aux pandémies – dont les sources littéraires, les archives, les récits mythologiques, les pratiques rituelles, la mémoire orale… se font l’écho – ne suffit pourtant pas à (re)placer le climat au cœur de la recherche sur les dynamiques passées.

204) Enfin, j’en viens à un dernier élément de réponse : il concerne l’archéologie médiévale. Il me paraît crucial de mentionner ici qu’elle est non seulement fort peu développée, mais aussi largement subordonnée à l’histoire et à ses questionnements, ainsi qu’aux sources écrites et à l’étude des monuments. En effet, la période médiévale a été longtemps délaissée sur le plan archéologique, car elle est jugée moins importante que les périodes plus anciennes. Il faut plonger dans l’histoire des disciplines et des idées depuis l’époque coloniale pour saisir l’héritage de pratiques qui ont joué et jouent encore un rôle actif dans le (non) développement de la recherche en archéologie médiévale (Chakrabarti 2003 ; Hawkes 2014). Au service de l’histoire dont elle vient appuyer les théories par des « preuves », et de l’histoire de l’art qu’elle nourrit de données matérielles en « contexte », l’archéologie se trouve rarement au premier plan de la recherche sur la période médiévale et elle l’est encore moins en tant que discipline déployant ses propres thématiques et questionnements, théoriques et méthodologiques, au contact du développement des sciences archéologiques ailleurs dans le monde. La longue absence d’une archéologie médiévale autonome n’est pas sans conséquence majeure sur l’état d’avancement des études indiennes en général et des études sur les effets des anomalies climatiques en particulier. L’éventail des questions possibles – concernant notamment a) les multiples facteurs aux origines des bouleversements politiques et sociaux qui jalonnent plus de 900 ans d’histoire ; b) la nature des changements ; c) les réponses des sociétés aux prises avec les instabilités du climat et les catastrophes naturelles –, n’a jamais été pleinement exploré. Par ailleurs, le poids historiographique de certains sujets chers aux historiens – la nature de l’État, les formes de légitimation politico-religieuse, etc. –, placés au cœur de la recherche depuis plus de soixante ans, a également participé à inhiber le développement non seulement de l’archéologie médiévale, mais aussi d’autres formes de questionnements et de pratiques scientifiques dépassant les dichotomies traditionnelles, au premier chef celle qui oppose de manière artificielle nature et culture.

21Cependant, face au réchauffement de la planète et à l’immensité des défis qu’il sous-tend, l’étude des interactions sociétés-environnements, des expériences humaines du climat, des vulnérabilités et des adaptations des sociétés aux perturbations environnementales, est devenue une priorité scientifique dans de nombreux pays. L’ouverture progressive des frontières disciplinaires, méthodologiques et théoriques, et les avancées scientifiques dans la reconstruction des climats du passé, depuis le début du siècle, ne seront pas sans influence sur les futures orientations des études indiennes médiévales. Les prochaines années verront très certainement l’histoire environnementale se développer en leur sein, les recherches interdisciplinaires et inter-sciences se multiplier et enrichir notre compréhension du passé, en lien avec le climat et ses perturbations. Certains travaux semblent nous l’annoncer : ceux de Kumar (2014 et 2016) explorent la façon dont les institutions sociales, politiques et agraires du Rajasthan pré-moderne ont été façonnées par les risques hydro-climatiques inhérents à la variabilité des moussons dont il trouve les traces dans diverses archives et sources littéraires. Kumar étude aussi les adaptations technologiques et agricoles à la lumière des sources écrites et de certaines études archéologiques, ainsi que des structures et méthodes anciennes de collecte et de conservation des eaux, et d’irrigation. Les travaux inter-disciplinaires de Shanmugasundaram et de ses collègues (2017), quant à eux, auscultent la contribution et l’influence des variations des moussons associées aux événements ENSO (El Niño Southern Oscillation) dans le développement du royaume de la dynastie Chola du sud de l’Inde, ainsi que les stratégies d’adaptation mises en œuvre pour faire face à ces variations entre 850 et 1280 environ, période coïncidant avec l’Anomalie climatique médiévale à l’échelle du globe. Leur approche combine reconstructions paléo-climatiques, analyse spatio-temporelle de la construction des temples et des réservoirs du sud de l’Inde à l’époque médiévale et étude de l’évolution du statut des systèmes de réservoirs, dans le contexte des anomalies climatiques du xixe siècle et des inondations récentes dans le Tamil Nadu. Ces travaux, à n’en pas douter, seront suivis de bien d’autres dans les années à venir. Pour nous en convaincre, penchons-nous à présent sur certaines avancées dans le champ de la climatologie historique.

La variabilité du climat indo-asiatique mise en lumière : quelques repères

22Depuis une dizaine d’années, le nombre et la couverture spatiale des reconstructions climatiques ont considérablement augmenté. L’extraction croissante de divers proxies (indicateurs) – grâce à l’analyse d’archives historiques et à celles, biologiques, physico-chimiques et statistiques d’archives naturelles continentales et marines –, et la production de modèles numériques de plus en plus complexes ont permis de réaliser des progrès significatifs dans la description et la compréhension de l’évolution du climat au cours de l’Holocène tardif.

23L’histoire globale distingue deux grandes périodes de fluctuations. La première, connue sous le nom d’Anomalie climatique médiévale et qualifiée aussi « d’optimum médiéval », est caractérisée par un réchauffement et par le retrait des langues glaciaires entre le xe le xive siècle ; la seconde, appelée Petit Âge glaciaire, s’étend du xve au milieu du xixe siècle environ et se signale par de longues et importantes poussées glaciaires. Dans les faits, l’évolution a été plus contrastée dans l’espace et dans le temps que ne le laisse penser ce découpage chrono-logique, les anomalies variant en intensité selon les régions du monde. Leurs effets, loin d’être limités à l’hémisphère nord, incluaient de fortes perturbations au niveau des régions soumises au climat de mousson (Mann et al. 2009 ; Graham et al. 2011).

24Le régime de mousson indo-asiatique est le plus complexe de tous les régimes climatiques. L’étude de ses dynamiques et de ses mécanismes en réponse à divers forçages est au cœur des préoccupations d’un nombre croissant de scientifiques. Leurs travaux montrent que les moussons sont soumises à une variabilité considérable sur une large gamme d’échelles temporelles (Clift & Plumb 2008, pour une description détaillée du système de moussons). L’état actuel des connaissances sur le climat des 1000-1500 dernières années repose sur un ensemble détaillé de données issues de l’analyse de carottes de glace prélevées à l’ouest et au nord-est du Tibet, dans l’Himalaya, de spéléo-thèmes et de cernes d’arbres, de sédiments marins et terrestres et d’archives historiques. Couplées entre elles, ces données mettent en évidence l’occurrence de sécheresses prolongées et de périodes anormalement humides (Cook et al. 2010 ; Buckley et al. 2014).

25Deux ensembles sont particulièrement importants pour saisir l’amplitude de ces variations et situer les intervalles d’extrêmes climatiques durant la période médiévale sur le sous-continent indien. L’un provient d’une mise en réseau des chronologies de 327 séries d’anneaux de croissance de provenances diverses à travers l’Asie et est à l’origine du Monsoon Asia Drought Atlas (Mada, Cook et al. 2010), l’autre de l’analyse isotopique d’échantillons de spéléo-thèmes, archives majeures des paléoclimats et paléo-environnements terrestres. Fondées sur des datations absolues, les reconstructions de résolution annuelle à partir des signaux isotopes du spéléo-thème de la grotte de Dandak (centre-est de l’Inde) exposent une large palette de comportements des moussons indiennes avec une importante variabilité intra-décennale, décennale et multi-décennale des précipitations d’été au cœur de la zone de mousson indienne (Sinha et al. 2007 et 2011). Couvrant 900 ans, à savoir toute la période médiévale (entre 600 et 1500 environ de notre ère), les enregistrements géochimiques délimitent plusieurs phases de moindres précipitations allant de quelques années à plusieurs décennies, notamment durant les viie, ixe, xie, xiiie, xive siècles et au début du xve siècle. Aux environs de 1370-1400 de notre ère, l’épisode de sécheresse s’étend sur trois décennies environ. On en trouve certains échos dans les chroniques persanes mentionnant sécheresses et famines en Inde durant les xiiie, xive et xve siècles (Maharatna 1996 ; Wink 2004 : 167-169). Les mesures instrumentales des précipitations disponibles sur plus d’un siècle pour l’Inde ne montrent pas d’équivalents de tels extrêmes climatiques (Kumar et al. 2010). L’intensité et la longévité de ces sécheresses ont conduit certains à les qualifier de « méga-sécheresses » (mega-drought) (Cook et al. 2010). Parmi les forces dynamiques à l’œuvre, corrélées au système climatique indo-asiatique ou l’influençant de manière significative, le phénomène météorologique ENSO (El Niño Southern Oscillation) de l’océan Pacifique est identifié comme l’une des perturbations périodiques majeures associée à la variabilité interannuelle et inter-décennale des moussons d’été indienne, et ayant un impact sur les précipitations d’été (Kumar et al. 2006 ; Li et al. 2014 ; Wang et al. 2016).

26D’après l’analyse du spéléo-thème de Dandak, entre 950 et 1250, les précipitations auraient été plus intenses (Sinha et al. 2011). Les enregistrements isotopiques des deux derniers millénaires de deux stalagmites de la grotte de Sahiya dans le nord de l’Inde, sans être contradictoires avec ceux de Dandak, montrent un intervalle de fortes pluies autour de 1100 (Sinha et al. 2015). D’autres analyses multi-proxies de sédiments mettent en évidence l’occurrence d’inondations de grande ampleur au cours de la période médiévale (par exemple, Sridhar et al. 2014 sur le bassin de la Narmada). À ces données s’ajoutent celles de sédiments marins, de pollens et d’autres indicateurs. Toutes signalent, avec une résolution temporelle moindre, que le climat de mousson indien était hautement variable durant la période médiévale.

27Les extrêmes climatiques n’étaient bien évidemment pas limités à l’Inde. L’analyse isotopique d’un autre spéléo-thème provenant de la grotte Wanxiang, au centre nord de la Chine (Zhang et al. 2008), et celle, dendro-chronologique, des anneaux de croissance d’un arbre du Parc national Bidoup Nui Ba au Vietnam (Buckley et al. 2010), viennent élargir la signature spatiale des périodes anormalement sèches ou humides à d’autres régions de la Chine et de l’Asie du Sud-Est. Les similitudes entre les reconstructions paléo-climatiques à partir des spéléo-thèmes et des cernes de l’arbre susmentionné sont frappantes (Berkelhammer et al. 2010). Les analyses spectrales font ressortir trois pics contemporains de variations, autour de 900, de 1050 et de 1375. Les concordances sont particulièrement saisissantes pour les xive et xve siècles. Cette période de transition climatique vers le Petit Âge glaciaire est aussi l’une des plus tumultueuses de l’histoire de l’Asie sur les plans politique, socioéconomique et social.

28La banque des données du Mada, mentionnée plus haut, offre de son côté une reconstruction de résolution annuelle de la variabilité des moussons sur les 700 dernières années. De l’échelle saisonnière à séculaire, elle révèle elle aussi l’occurrence de phases d’extrême sécheresse vers la fin du xive siècle et le début du xve siècle, ainsi que d’extrême humidité (Cook et al. 2010).

29Les instabilités du climat de moussons, avec ses alternances d’événements extrêmes de sécheresse et de pluies torrentielles, n’ont cessé de ponctuer et d’influencer le long cours de l’histoire des sociétés asiatiques. Comprendre la nature et les échelles spatio-temporelles de cette influence, les réponses apportées par les sociétés pour faire face à ces instabilités et aux catastrophes naturelles est au cœur des recherches d’une communauté croissante de scientifiques d’horizons disciplinaires variés. Résistant aux observations simplistes et à toutes les conclusions trop hâtives face au spectre du déterminisme environnemental, ils sont de plus en plus nombreux à s’engager dans l’étude des liens, voire des corrélations entre événements climatiques et bouleversements sociétaux (crises politiques, crises économiques, crises de subsistance, conflits armés, rébellions, abandon de sites, migration, pandémies…), en vue d’en déchiffrer la complexité et de comprendre les origines et les échelles spatio-temporelles des changements sociétaux sur les plans politique et économique, voire -culturel et religieux.

30Ainsi les historiens d’Angkor : après avoir successivement mis en cause les guerres incessantes puis les changements -climatiques, c’est désormais sur la piste de l’eau qu’ils s’attardent. Buckley et ses collègues (2014) analysent en parallèle les enregistrements paléo-climatiques et les données LiDAR et archéologiques sur les grandes infrastructures hydrauliques d’Angkor qui portent les stigmates de dommages substantiels que seules des pluies torrentielles d’une ampleur inhabituelle auraient pu causer. Outre l’impact désastreux des sécheresses sur les récoltes et la santé, la force dévastatrice de ces pluies aurait achevé de rendre vulnérable la population, en endommageant durablement le système de gestion des risques hydro-climatiques dont dépendait la logique opérationnelle du complexe urbain d’Angkor. C’est donc par la surimposition de facteurs multiples liés aux anomalies climatiques que les scientifiques tendent aujourd’hui à expliquer, en partie du moins, l’effondrement de la société angkorienne.

31Ailleurs en Asie, la part des événements et anomalies climatiques est elle aussi au cœur de travaux récents s’intéressant à la progression de l’empire Mongol au xiiie siècle (Pederson et al. 2014), ou à l’effondrement des Yuans (xiiie-xive siècles) puis des Ming (xive-xviie siècles) en Chine (Brook 2010). À la lumière de documents historiques multiples et des découvertes paléo-climatologiques, Brook (2010) identifie diverses phases de détérioration climatique prolongée, de catastrophes naturelles (sécheresses, inondations, tornades, invasions de criquets, épidémies, tremblements de terre), de récoltes calamiteuses, de famines, de peste noire, d’instabilités sociales et de troubles politiques. La mise en évidence de ces phases le conduit à analyser les limites de l’adaptation des populations et de leurs institutions en cas d’événements climatiques extrêmes, de désastres environnementaux et de crises diverses qu’ils déclenchent, génèrent, précipitent ou accélèrent.

32Partant d’analyses dendro-chronologiques pour reconstruire le climat de la Mongolie à la période médiévale, Perderson et ses collègues confrontent l’histoire politique et économique des Mongols à celle des fluctuations climatiques. De la fin du xiie siècle au début du xiiie siècle, les bouleversements politiques extrêmes ayant conduit à l’érosion des hiérarchies sociales établies et à l’émergence d’un nouvel ordre politique sous Gengis Khan (vers 1162-1227) coïncident avec la persistance d’un climat sec. Mais les conditions au niveau des températures et des précipitations changent radicalement au xiiie siècle : elles semblent avoir été plus chaudes et, de manière consistante, plus humides qu’elles ne le furent jamais au cours du millénaire précédent. La productivité des steppes en fut considérablement accrue. Selon les scientifiques, la disponibilité de plus amples ressources énergétiques suite à ce changement climatique fut une contribution majeure à l’expansion des Mongols, offrant à Gengis Khan les conditions écologiques favorables pour reconstituer une armée et un gouvernement, concentrer le pouvoir militaire et politique au niveau de diverses localités et mobiliser les nomades pour réaliser ses expéditions militaires.

33L’Inde ne fut pas en reste en termes de bouleversements politiques et sociaux aux xiiie, xive et xve siècles. La désintégration des royaumes hindous (Paramara, Chola, Kakatiya…), la progression politico-religieuse de l’Islam à partir du nord de l’Inde et de l’établissement du sultanat de Delhi en 1206, le développement de puissants États dans le Deccan au milieu du xive siècle (le sultanat de Bahmani et le royaume hindou de Vijayanagar) furent ponctués d’épisodes climatiques et de troubles. Les chroniques indo-persanes et d’autres sources textuelles font mention de conquêtes, de conflits, de guerres, de catastrophes naturelles et de difficultés humaines, économiques et matérielles sous la pression du climat et de ses aléas. Sécheresses et famines comptent parmi les pires fléaux environnementaux de l’époque médiévale et de l’histoire de l’Inde en général : « […] in medieval times drought-famines were among the most common catastrophes affecting the peasantry in most parts of Hind, often with dreadful severity, leading to incalculable numbers of deaths, and having a deep impact upon the settlement histories of many regions » (Wink 2004 : 167).

34C’est dire combien l’eau, en Inde, est une question de vie et de mort. Les sécheresses prolongées ne conduisaient pas seulement à l’échec des récoltes et aux famines, mais également aux maladies (la malaria, le choléra, la peste), aux invasions de criquets, à la mort du bétail, à l’abandon de centres, aux déplacements de population, aux migrations… autant de situations critiques dont les effets cumulés, en ricochets, ne furent pas sans impacts ni sans laisser de traces dans les mémoires et dans les paysages culturels et archéologiques de l’Inde jusqu’à nous. S’il est malaisé d’attribuer précisément au climat telle crise ou difficulté du passé, les sécheresses ainsi que les inondations furent, à n’en pas douter, des acteurs majeurs dans l’histoire médiévale des vulnérabilités sociales, des instabilités politiques et socioéconomiques et de toutes les violences qui les accompagnent. La diversité des contextes écologiques sur l’ensemble du sous-continent laisse néanmoins envisager que les effets des anomalies climatiques sur les populations étaient différents d’une région à l’autre, profitables dans certains cas (Shanmugasundaram et al. 2017) et certaines circonstances et préconditions, voire pour certains acteurs, dévastateurs dans d’autres.

35Jusqu’au début du Petit Âge glaciaire, les anomalies climatiques ont touché bien d’autres voire toutes les régions du monde (Mann et al. 2009). Les signatures de « méga-sécheresses » se retrouvent dans les archives historiques et naturelles de la Mésoamérique. Elles ont été mises en lien avec le déclin des Mayas dans la péninsule du Yucatan (Iannone 2015). La contribution des variations climatiques au développement, au déclin ou aux difficultés d’autres sociétés – les colonies vikings du Groenland (Nelson et al. 2016), les Anasazis du sud-ouest des États-Unis, sans oublier les sociétés européennes et méditerranéennes, du Moyen Orient et d’Afrique du Nord (Mithen et Black 2011 ; Raphael 2 013 ; Campbell 2016) – est aujourd’hui bien admise par les chercheurs. On dispose maintenant d’un très riche éventail d’études empiriques et de tentatives théoriques pour expliquer les changements, les adaptations, les vulnérabilités, la résilience et les transformations des sociétés complexes de diverses régions du monde (McAnany & Yoffee 2009 ; Giosan et al. 2012 ; Faulseit 2016). Les analyses intégrées de sources multiples et les efforts interdisciplinaires se sont multipliés ces dernières années pour déceler et documenter les effets immédiats, différés, en cascade des changements climatiques, leur rôle déclencheur ou accélérateur de crises sociales, économiques, politiques, migratoires, leur contribution au déclin démographique… Les recherches portent également sur la portée bénéfique des modifications du climat dans le développement ou la revigoration de certaines régions du monde à certains moments de l’histoire. Il est impossible, dans le cadre de cet article, de faire le tour de la question ou encore de renvoyer le lecteur aux travaux plus anciens qui nous ont ouvert la voie dans l’étude des relations entre climat et sociétés.

36Encore inexploré dans l’histoire médiévale de l’Inde, le rôle des anomalies climatiques fut complexe et indirect, dépendant de nombreux facteurs difficiles à isoler et à corréler, et c’est à diverses échelles de temps et d’espace, à partir d’approches interdisciplinaires et multi-proxies, qu’il nous faut le documenter. À l’heure actuelle, les textes et la culture matérielle constituent les principales sources à partir desquelles les historiens de l’Inde ont sondé le passé, ignorant largement les dimensions et les facteurs environnementaux. Les sciences archéologiques n’ont pas encore fait leur entrée dans le champ des études médiévales. Leurs contributions seront essentielles.

37Dans le sillage des récents travaux mentionnés plus haut dans le champ de la climatologie historique et de ceux des rares historiens médiévistes sur l’Inde qui ont invoqué les facteurs climatiques, on peut donc espérer que l’émergence de nouvelles recherches fondées sur des initiatives collectives, réunissant les sciences de l’environnement et les sciences humaines, nous conduiront à réexaminer nos manières de penser et d’écrire l’histoire médiévale de l’Inde, en combi-nant l’étude de sources multiples – écrites, matérielles, mémorielles, environnementales. Cela permettra de rendre à l’histoire sa réalité complexe, à l’interface de l’environnement et des sociétés, comme nombre d’historiens et archéologues l’ont tenté pour la Méditerranée, l’Europe, le Moyen-Orient, la Mésoamérique, l’Asie centrale et du Sud-Est asiatique, et d’autres régions encore…

Bibliographie

Haut de page

Bibliographie

Note : afin d’inscrire l’article dans le champ de la recherche actuelle, cette bibliographie succincte se réfère majoritairement à des travaux récents.

Ali D. 2012. « The Historiograhy of the Medieval in South Asia », Journal of the Royal Asiatic Society, 22-1 : 7-12.

Asher C.B. & Talbot C. 2006. India before Europe. Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Berkelhammer M., Sinha A., Stott L., Cheng H., Pausata F.S.R. & Yoshimura K. 2012. « An abrupt shift in the Indian monsoon 4000 years ago », In : L. Giosan, D. Fuller, K. Nicoll, R.K. Flad & P.D. Clift (eds). Climates, Landscapes, and Civilizations. Washington D.C. (USA), American Geophysical Union : 75-87 (Geophysical Monograph Series ; 198).

Brook T. 2010. The Troubled Empire: China in the Yuan and Ming Dynasties. Cambridge (Massachusetts, USA), Harvard University Press.

Brooke J. L. 2014. Climate Change and the Course of Global History. A Rough Journey. New York (USA), Cambridge University Press.

Buckley B.M., Fletcher R., Wang S.-Y. S., Zottoli B., Pottier C. 2014. « Monsoon Extremes and Society over the Past Millennium on Mainland Southeast Asia », Quaternary Science Reviews, 95 : 1-19.

Campbell B.M.S. 2016. The Great Transition. Climate, Disease and Society in the Late Medieval World. Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Casile A. 2014. « Archéologie de l’eau pour le développement : réflexions sur le cas de l’Inde », In : J.-C. Galipaud & D. Guillaud (éd.), Une archéologie pour le développement. Marseille, Éditions La Discussion : 105-117 (coll. Patrimoine).

Chakrabarti D.K. 2003. Archaeology in the Third World. A History of Indian Archaeology since 1947. New Delhi (India), D.K. Printworld.

Chapple C.K., Tucker M.E., Grim J. (eds.). 2000. Hinduism and Ecology: The Intersection of Earth, Sky, and Water. Cambridge (Massachusetts, USA), Harvard University Press.

Clift P.D., Plumb R.A. 2008. The Asian Monsoon: Causes, History and Effects. Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Cook E.R., Anchukaitis K.J., Buckley B.M., D’Arrigo R.D., Jacoby G.C. & Wright W.E. 2010. « Asian Monsoon Failure and Megadrought during the Last Millennium », Science, 328 : 486-489.

Davis M. 2003. Génocides tropicaux, catastrophes naturelles et famines coloniales (1870-1900) : aux origines du sous-développement. Paris, Éditions La Découverte.

Diamond J. 2006. Effondrement : comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie. Paris, Éditions Gallimard (coll. NRF, Essais).

Dove M.R. (ed.). 2014. The Anthropology of Climate Change: an Historical Reader. Chichester (UK), John Wiley & Sons (Blackwell Anthologies in Social and Cultural Anthropology Series).

Eaton R.M. 1993. The Rise of Islam and the Bengal Frontier, 1204-1760. San Francisco (California, USA), University of California Press.

Fauslseit R.K. (ed.). 2016. Beyond Collapse: Archaeological Perspectives on Resilience, Revitalization, and Transformation in Complex Societies. Carbondale (Illinois, USA), Southern Illinois University (Occasional Paper ; 42).

Flood F.B. 2009. Objects of Translation. Material Culture and medieval “Hindu-Muslim” Encounter. Princeton (New Jersey, USA), Princeton University Press.

Gadgil S., Rajeevan M. & Manjundiah R. 2005. « Monsoon Prediction — Why yet another failure? », Current Science, 88 : 1389-1200.

Giosan L., Fuller D.Q., Nicoll K., Flad R.K. & Clift P.D. 2012. Climates, Landscapes, and Civilizations. Washington D. C. (USA), American Geophysical Union (Geophysical Monograph Series ; 198).

Graham N.E., Ammann C.M., Fleitmann D., Cobb K.M. & Luterbacher J. 2011. « Support for Global Climate Reorganization during the “Medieval Climate Anomaly” », Climate Dynamics, 37, 5-6 : 1217-1245.

Hawkes J. 2014. « Finding the “Early Medieval” in South Asian Archaeology », Asian Perspectives, 53-1 : 53-96.

Hill C.V. 2008. South Asia: An Environmental History. Santa Barbara (California, USA), Oxford (UK), ABC Clio.

Iannone G. 2014. The Great Maya Droughts in Cultural Context: Case Studies in Resilience and Vulnerability. Boulder (Colorado, USA), University Press of Colorado.

Kapur N.S. (ed.). 2014. Environmental History of Early India. A Reader. Delhi (India), Oxford University Press.

Kumar K.K., Rajagopalan B., Hoerling M., Bates G. & Cane M. 2006. « Unraveling the Mystery of Indian Monsoon Failure during El Niño », Science, 314 : 115–119.

Kumar V., Jain S.K. & Singh Y. 2010. « Analysis of long-term Rainfall Trends in India », Hydrological Sciences Journal – Journal des sciences hydrologiques, 55, 4 : 484-496.

Li J., Xie S.-P. & Cook E.R. 2014. « El Niño Phases Embedded in Asian and North American Drought Reconstructions », Quaternary Science Reviews, 85 : 20-34.

McAnany P.A. & Yoffee N. (eds.). 2009. Questioning Collapse: Human Resilience, Ecological Vulnerability, and the Aftermath of Empire. Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Maharatna A. 1996. The Demography of Famines: An Historical Perspective. Delhi (India), Oxford University Press.

Mann M., Zhihua Zhang E., Rutherford S., Bradley R.S., Hughes M.K., Shindell D., Ammann C., Faluvegi G. & Ni F. 2009. « Global Signatures and Dynamical Origins of the Little Ice Age and Medieval Climate Anomaly », Science, 326 : 1256-1260.

Mayank K. 2014. Monsoons Ecologies. Irrigation, Agriculture and Settlement Patterns in Rajasthan during the Pre-colonial Period. Delhi (India), Manohar.

Mayank K. 2016. « Vagaries of Monsoon, Resilience of Society: Revisiting Nature of Socio-political Structures in Early-modern Rajasthan », Studies in History, 32-2 : 209-230.

McNeill J.R. & Maulin E.S. (eds.). 2014. A Companion to Global Environmental History. Chichester (UK), John Wiley & Sons (Wiley-Blackwell Companions to World History).

Mithen S. & Black. E. 2011. Water, Life and Civilisation: Climate, Environment and Society in the Jordan Valley. Cambridge (UK), Cambridge University Press (International Hydrology Series).

Morrison K.D. 2009. Daroji Valley: Landscape History, Place and the Making of a Dryland River System. Delhi (India), Manohar.

Morrison K.D. 2 013. The Human Face of the Land: Why the past matters for India’s environmental future. Delhi (India), Nehru Memorial Museum and Library (NMML Occasional Paper, History and Society, New Series ; 27).

Morrison K.D. 2015. « Archaeologies of Flow: Water and the Landscapes of Southern India Past, Present, and Future », Journal of Field Archaeology, 40-5 : 560-580.

Pandey D.N., Gupta A.K. & Anderson D.M. 2003. « Rainwater Harvesting as an Adaptation to Climate Change », Current science, 85-1 : 46-59.

Pederson N., Hessl A.E., Baatarbileg N., Anchukaitis K.J. & Di Cosmo N. 2014. « Pluvials, Droughts, the Mongol Empire, and Modern Mongolia », Proceedings of the National Academy of Sciences, 111-12 : 4375-4379.

Rangarajan M. & Sivaramakrishnan K. (eds.). 2011. India’s Environmental History. Volume 1: From Ancient Times to the Colonial Period. Delhi (India), Permanent Black.

Raphael S.K. 2 013. Climate and Political Climate: Environmental Disasters in the Medieval Levant. Leiden (Pays-Bas), Brill Academic Publishers.

Roy T. 2012. Natural Disasters and Indian History. Oxford India Short Introductions. Delhi (India), Oxford University Press.

Shanmugasundaram J., Gunnell Y., Hessl A.E. & Lee E. 2017. « Societal Response to Monsoon Variability in Medieval South India: Lessons from the Past for Adapting to Climate Change », The Anthropocene Review : 1-26.

Shaw J. 2007. Buddhist Landscapes in Central India: Sanchi Hill and Archaeologies of Religious and Social Change, c. Third Century BC to Fifth Century AD. London (UK), The British Association for South Asian Studies, The British Academy.

Schug G.R. & Walimbe S.R. (eds.). 2016. A Companion to South Asia in the Past. Chichester (UK), John Wiley & Sons (Blackwell Companions to Anthropology Series).

Sinha A., Cannariato K.G., Stott L.D., Cheng H., Edwards R.L., Yadava M.G., Ramesh R. & Singh I.B. 2007. « A 900-year (600 to 1500 AD) Record of the Indian Summer Monsoon Precipitation from the Core Monsoon Zone of India », Geophysical Research Letters, 34-16 : L16707.

Sinha A., Berkelhammer M. 2010. « Emerging Proxy Evidence for Coherent Failures of the Summer Monsoons of Asia during the last Millennium », Past Global Changes (PAGES), 18-2 : 85-87.

Sinha A., Berkelhammer M., Stott L., Mudelsee M., Cheng H., Biswas J. 2011. « The Leading Mode of Indian Summer Monsoon Precipitation Variability during the last Millennium », Geophysical Research Letters, 38-15, doi: 10.1029/2011gl047713.

Sinha A., Kathayat G., Cheng H., Breitenbach S.F.M, Berkelhammer M., Mudelsee M., Biswas J., Edwards R.L. 2015. « Trends and Oscillations in the Indian Summer Monsoon Rainfall over the last two Millennia », Nature communications, 6, doi : 10.1038/ncomms7309.

Singh U. 2 013. A History of Ancient and Early Medieval India: From the Stone Age to the 12th Century. Delhi (India), Pearson (1ère éd. 2009).

Sinopoli C.M. 2003. The Political Economy of Craft Production: Crafting Empire in South India, c. 1350–1650. Cambridge (UK), Cambridge University Press.

Sridhar A., Laskar A., Prasad V., Sharma A., Tripathi J.K., Balaji D., Maurya D.M. & Chamyal L.S. 2015. « Late Holocene Flooding History of a Tropical River in Western India in Response to Southwest Monsoon Fluctuations: A Multi Proxy study from Lower Narmada Valley », Quaternary International, 371 : 181-190.

Tainter J.A. 2 013. L’effondrement des sociétés complexes. Paris, Éditions Le Retour aux Sources (1ère éd. 1988).

Wang C., Deser C., Yu J.-Y., Di Nezio P., Clement A. 2016. « El Niño-Southern Oscillation (ENSO): A review », In : P. Glymn, D. Manzello & I. Enochs (eds.), Coral reefs of the Eastern Pacific: Persistence and Loss in a Dynamic Environment. Dordrecht (Pays-Bas), Springer Science + Business Medias: 85-106 (Coral Reefs of the World ; 8).

Wink A. 2004. Al-Hind: The Making of the Indo-Islamic World. Volume 3: Indo-Islamic society, 14th-15th centuries. Leiden (Pays-Bas), Brill Academic Publishers.

Zimmerman F. 1987. « Monsoon in Traditional Culture », In : Fein J.S. & Stephens P.L. (eds.), Monsoons. New York (USA), John Wiley & Sons : 51-75.

Haut de page

Notes

1 Un proxie paléo-climatique est un indicateur biologique, géochimique ou sédimentaire qui permet de quantifier empiriquement les paramètres climatiques et environnementaux utilisés pour les reconstitutions du passé climatique de la terre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Casile, « Pour une histoire de l’Inde médiévale face aux variations du climat »Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 15-23.

Référence électronique

Anne Casile, « Pour une histoire de l’Inde médiévale face aux variations du climat »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 10 janvier 2018, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3773

Haut de page

Auteur

Anne Casile

Chargée de recherche à l’Ird (Institut de recherche pour le développement) Umr 208 « PaLoc : Patrimoines locaux et gouvernance », Ird / Mnhn

anne.casile@ird.fr

fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals