Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Archéa et le musée archéologique du Val-d’Oise. Deux musées d’archéologie pour un même territoire

Antoinette Hubert et Céline Blondeau
p. 31-42

Texte intégral

1En Île-de-France, la discipline de l’archéologie est présente dans de nombreux musées pluridisciplinaires. Pour autant, sa répartition sur le territoire régional n’est pas homogène. Hormis les établissements nationaux avec, à Paris, l’incontournable musée du Louvre et le musée de l’Homme récemment rénové ou le musée d’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye, peu d’entre eux sont exclusivement dédiés à l’archéologie. Alors que la Seine-Saint-Denis et l’Essonne n’en disposent pas sur leur territoire, la Seine-et-Marne accueille le musée départemental de la préhistoire et le Val-d’Oise compte deux musées d’archéologie : le musée archéologique du Val-d’Oise, rattaché au Conseil départemental, et ARCHÉA, qui dépend de la communauté d’agglomération Roissy – Pays de France. Comment expliquer la coexistence de ces deux musées sur un territoire apparemment aussi proche ? Quelle est leur histoire ? À quel public s’adressent-ils ? Quels sont leurs objectifs aujourd’hui ? Quelles coopérations et quels partenariats envisager entre ces deux structures ?

ARCHÉA, un musée d’archéologie en Pays de France

2ARCHÉA, situé à Louvres, dépend de la communauté d’agglomération Roissy – Pays de France (fig. 1). Musée de France depuis 2002, cet établissement ouvert en 2010 a pour vocation de présenter le patrimoine archéologique du Pays de France à un public varié. Il reçoit plus de 12 000 visiteurs par an dont la moitié vient des établissements scolaires.

Fig. 1 – ARCHÉA. © J.-Y. Lacôte

3Rattaché initialement à la communauté de communes Roissy – Porte de France, il s’inscrit dans la suite d’un premier musée municipal d’histoire et d’archéologie, installé en 1990 dans le clocher de l’église Saint-Rieul de Louvres, qui présentait aux riverains les vestiges exceptionnels des sépultures d’un guerrier franc et de cinq femmes au statut privilégié, mis au jour dans la nécropole mérovingienne du village par le Groupe de recherches historiques et archéologiques de Louvres-en-Parisis.

4En 2000, la ville de Louvres et la communauté de communes Roissy – Porte de France s’accordent sur la nécessité de le faire évoluer en un musée intercommunal abrité dans un nouveau bâtiment spécialement bâti à cet effet et destiné à la présentation des collections archéologiques du territoire. Cette ambition est portée par une équipe scientifique dédiée, renouvelée en 2005 après que le projet architectural a été validé par les élus.

5Le musée prend alors de l’ampleur et s’enrichit de deux sites : d’une part, celui du château d’Orville à Louvres, qui fait l’objet d’une fouille archéologique programmée menée par François Gentili (Inrap) depuis 2001 et devient la propriété de l’agglo-mération en 2006 ; d’autre part, le projet d’écomusée de la céramique à Fosses, en germe depuis plusieurs années à l’initiative des élus et de la section des Jeunesses préhistoriques et géologiques de France / Jpgf de Villiers-le-Bel, association qui a assuré, sous la direction de Rémy Guadagnin et conjointement avec le musée national des Arts et Traditions populaires, une série de campagnes archéologiques ayant révélé des dizaines d’ateliers de potiers actifs pendant plus de mille ans. Ce projet, qui a évolué vers un centre d’interprétation de la vallée de l’Ysieux, devient en 2006 partie intégrante du musée. La vocation territoriale de celui-ci s’en voit nécessairement renforcée, la réflexion portant sur l’articulation entre plusieurs pôles d’une même institution (fig. 2).

Fig. 2 – Exposition permanente d'ARCHÉA. © J.-Y. Lacôte.

6Enfin, depuis 2015, la collectivité de tutelle et donc le rayon d’action d’ARCHÉA ont beaucoup évolué. En application de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République, dite loi NOTRe, 42 communes ont fusionné en un ensemble étendu sur deux départements (Val-d’Oise et Seine-et-Marne) et comptant près de 350 000 habitants. Cette fusion constitue un changement d’échelle notable pour l’agglomération qui comportait auparavant 19 communes et 83 000 habitants, et donc pour le musée qui a vu s’étendre son champ d’intervention, tant en ce qui concerne la conservation des collections archéologiques que leur valorisation. Le concept du musée « de Louvres » puis « intercommunal à Louvres » puis « intercommunal », se développant autour de plusieurs pôles et rayonnant sur un vaste ensemble, a ainsi considérablement évolué entre 1990 et 2017. Aujourd’hui, c’est ce changement d’échelle qui implique une redéfinition de ses missions pour assurer son ancrage territorial et son rayonnement.

7La nouvelle agglomération, densément peuplée, est plus compo-site qu’auparavant. Les communes les plus septentrionales relèvent du site naturel protégé de la vallée de l’Ysieux et, pour l’une d’entre elles, du Parc naturel régional Oise-Pays de France, tandis que d’autres villages du centre et de l’est ont conservé leur caractère rural. La plaine de France fut dès l’Antiquité le grenier à blé de Paris et la production agricole y domine encore aujourd’hui. Enfin, la partie sud du territoire, très urbanisée, est marquée par la présence de la plateforme aéroportuaire de Paris – Charles-de-Gaulle et par la proximité du Grand Paris. Seul musée de France de l’agglomération, ARCHÉA s’adresse en priorité à un public local ou francilien, avant tout familial et scolaire, selon une étude menée en 2006. En conséquence, le projet scientifique et culturel de l’établissement a pour ambition de créer un lieu accessible et agréable.

Le projet scientifique et culturel

Archéologie et Pays de France

8Après la rédaction, en 2000, du premier projet scientifique et culturel du « musée intercommunal d’histoire et d’archéologie à Louvres », le propos est entièrement remanié en 2008. Le Pays de France, réalité historique, géographique et administrative, est défini comme champ d’action d’une discipline, l’archéologie. Le musée a vocation à conserver et à valoriser le résultat des opérations archéologiques réalisées sur le territoire de la communauté d’agglomération, les sites du château d’Orville et de Fosses, vallée de l’Ysieux, illustrant l’actualité de la recherche.

9Dès lors, ARCHÉA se définit comme un musée de synthèse : la dimension historique et géographique qui lui donne son identité est abordée à travers l’exposition permanente de ses collections, les expositions temporaires organisées chaque année et le programme de publications, selon une programmation qui a l’appui d’un conseil scientifique spécifique.

Accessibilité et publics

10Le projet scientifique et culturel d’ARCHÉA place les publics au cœur de ses missions et de ses actions. Ainsi, il souligne que « le musée adoptera dans l’ensemble de ses domaines de compétence une démarche scientifique rigoureuse mais ne cherchera pas à véhiculer l’image d’un musée de prestige. Par des approches simples et accessibles, tant par leur forme que leur contenu, il favorisera la découverte, la curiosité et le plaisir. Cette approche comme la participation active du musée à la vie culturelle locale feront de ce dernier un lieu où les visiteurs aiment rester et revenir. »

11Dès son ouverture, ARCHÉA obtient le label « tourisme et handicap » pour trois familles de handicap (mental, auditif et moteur). Construit en 2009, le bâtiment est d’emblée accessible à tous et, si la muséographie permanente ne s’adresse pas spécifiquement aux publics empêchés, ils peuvent aisément appréhender les éléments tactiles ou les vidéos sous-titrées. Pour autant, leur accueil reste un enjeu et mobilise les efforts de l’équipe, tant dans l’aménagement de certains espaces que dans la recherche de partenariats pour développer l’offre et la visibilité du musée dans ce domaine.

Les enjeux d’un nouveau territoire

12Bien qu’aujourd’hui très disparate, présentant des caractères à la fois urbains et ruraux, le Pays de France, expression découlant du terme médiéval Francia, est cohérent historiquement et géographiquement. Cette réalité justifie la conservation du mobilier archéologique (collections « musée de France », collections d’étude et matériel documentaire de fouilles) provenant d’une circonscription administrative qui s’est considérablement élargie depuis 2015 pour finalement concorder, dans ses grandes lignes, avec les limites du Pays de France historique.

13Désormais, le projet scientifique coïncide avec le projet administratif et politique. Scientifique, l’enjeu territorial devient culturel, social et même politique. Alors que, pour les habitants et les élus, l’identité de la nouvelle agglomération est encore à construire, le musée est légitimement appelé à contribuer à la définition de cette identité. Pour l’équipe, ces enjeux sont à prendre en compte dans la nécessaire réactualisation du projet scientifique et culturel de l’établissement : comment rayonner sur un territoire à cheval sur deux départements en s’adressant à de nouveaux publics, à la fois très urbains et ruraux ? Comment les accueillir dans les meilleures conditions possibles dans un musée créé par une collectivité regroupant 80 000 habitants et en comportant aujourd’hui quatre fois plus ? Comment intégrer les collections archéologiques de 42 communes dans un équipement conçu par et pour une agglomération de 14 communes ? Comment enfin assurer les missions d’un musée du xxie siècle en déployant des actions pertinentes et innovantes, dans les murs et hors les murs ?

Les actions et leurs résultats

La conservation et la valorisation des collections

14ARCHÉA a vocation à conserver l’intégralité du mobilier issu des diagnostics et des fouilles préventives ou programmées, réalisés dans la communauté d’agglomération. Dès 2006, une vaste opération d’identification, de localisation et de rapatriement physique des collections mises au jour sur ce territoire a été engagée. Elle est depuis systématiquement poursuivie en lien avec les services de l’État et les opérateurs archéologiques. En découle un travail de fond conséquent et décisif, réalisé notamment avec le service régional d’archéologie d’Île-de-France / Sraif, pour régulariser le statut juridique des objets. En effet, ouvert en 2010, ARCHÉA ne s’appuie pas sur un fonds ancien et ne dispose donc pas d’un inventaire constitutif. Encouragé par le service des musées de la Direction régionale des affaires culturelles / Drac Île-de-France, ce chantier mené en amont a permis de clarifier le statut de ces collections et, dans la mesure du possible, d’en acquérir certaines pour aboutir à la constitution de l’inventaire réglementaire et à la mise en œuvre d’un plan de restauration pluriannuel.

15Si le musée bénéficie dans ses murs de deux réserves, un bâtiment extérieur s’est avéré nécessaire dès 2012 pour abriter l’intégralité du mobilier archéologique mis au jour. Le type de collections conservées et la vocation territoriale de l’établissement ont suscité dès 2014 une étude de faisabilité pour la création d’un pôle de conservation du patrimoine archéologique. Après une large concertation engagée pour identifier des partenaires potentiels, le projet, mis en attente le temps de la fusion, revient au cœur des réflexions.

16En 2013, à la demande des élus, un rythme plus soutenu d’expositions a été instauré. Désormais, l’équipe propose chaque année une exposition d’été, empruntée pour trois mois, et crée une exposition temporaire de six mois mettant en lumière le fonds propre du musée autour d’une thématique archéologique liée au Pays de France – des prêts consentis par d’autres institutions, musées et dépôts archéologiques, venant enrichir la présentation. Dans le même temps, l’équipe travaille à la scénographie de ces grandes expositions à partir d’un plan 3D qui sert également de document commun pour les prestataires et les graphistes choisis pour chaque projet.

Les actions de médiation et les enjeux de l’accessibilité

17Dès l’ouverture, en 2010, le travail de préfiguration réalisé en amont a permis d’élaborer une programmation dense, mêlant à chaque saison des activités au musée et sur le territoire. Rythmées par les expositions, les actions de médiation se déclinent principalement pour les familles, les enfants à partir de 4 ans, ainsi que les écoliers, collégiens ou lycéens et les groupes : chaque année, le thème des expositions et l’actualité de la recherche sont déclinés dans des conférences-visites apéro et des visites familiales, contées ou guidées, systématiquement couplées avec des ateliers adaptés aux cycles scolaires, et également offertes aux individus durant les vacances (fig. 3). À la belle saison, des balades archéologiques sur le terrain sont organisées avec des partenaires locaux.

Fig. 3 – Action de médiation à ARCHÉA. © J.-Y. Lacôte.

  • 1 http://archea.roissypaysdefrance.fr/Activites-et-evenements/Evenements/Archives-des-evenements/Nuit (...)
  • 2 https://nuitdesmusees.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/Sherlock-Holmes-en-herbe-menez-l-enqu (...)
  • 3 http://www.musee-mobile.fr/

18ARCHÉA participe également aux événements nationaux (Nuit des musées, Journées nationales de l’archéologie, Journées européennes du patrimoine, Fête de la science) qui sont des occasions de renouveler les approches : reconstitution d’un château en Kapla®1, Murder party 2, visites décalées ou démonstrations d’archéologie expérimentale. L’équipe de médiation noue des partenariats pour créer des moments de rencontre spécifiques croisant les disciplines et s’adressant à d’autres publics : spectacle de danse hip hop, concerts dans la salle d’exposition temporaire, accueil du musée mobile d’art contemporain (MuMO3).

19Depuis quelques années, les nouvelles technologies sont régulièrement intégrées aux outils de médiation avec la volonté d’être accessible au plus grand nombre et de s’inscrire dans son temps. ARCHÉA développe des productions en 3D et des audiovisuels à l’occasion de chaque exposition temporaire, s’attache à les modéliser pour réaliser des visites virtuelles, a créé une application pour smartphone permettant de découvrir l’histoire du Pays de France et des tablettes tactiles multimédia pour visiter l’exposition permanente en français, en anglais et en langue des signes française.

  • 4 http://mom-art.org/

20Les questions d’accessibilité au bâtiment et à la programmation culturelle, posées dès la création de l’exposition permanente, sont ainsi régulièrement précisées à chaque nouvelle exposition. Dans un souci de modernité, de confort et d’accessibilité, la présentation des collections est aérée, le propos, la longueur des textes, leur hiérarchisation, leur emplacement, leur lisibilité sont particulièrement étudiés, et la médiation humaine est toujours favorisée. La muséographie des expositions prend en compte les impératifs de circulation des groupes et des personnes à mobilité réduite. Enfin, sur le modèle de l’exposition permanente, des livrets jeux et des manipulations sont conçus en lien avec chaque thématique évoquée dans les expositions temporaires, en particulier à destination des enfants (8-12 ans) et du public familial reçus dans le cadre de visites individuelles. Dans la continuité de ces actions, le musée adhère depuis 2017 à la charte Môm’Art4.

  • 5 http://www.tourisme-handicaps.org/les-labels/attribution/

21L’accessibilité au plus grand nombre, et notamment aux personnes en situation de handicap, a fait l’objet d’une grande attention ces dernières années : mise en conformité du bâtiment dans la perspective d’obtenir le label Tourisme et Handicap5 pour le handicap visuel, formation des personnels d’accueil et de médiation, définition d’offres adaptées de médiation et, plus récemment, actions de communication spécifiques pour faire connaître l’établissement auprès des structures et partenaires spécialisés. Si la volonté de l’équipe est forte, des partenariats restent à construire à destination de ces publics empêchés.

Un musée et ses pôles pour rayonner sur le territoire

  • 6 https://www.roissypaysdefrance.fr/Amenagement/Projets-urbains/Europan-Concours-d-achitectes

22Depuis 2006, ARCHÉA regroupe un musée et des pôles archéologiques en cours de fouille ou d’étude : le château d’Orville et le site de Fosses-vallée de l’Ysieux. Considérés comme des projets complémentaires au musée situé à Louvres, ils sont aussi des points d’ancrage dans le territoire permettant d’avoir une action in situ au plus près de vestiges encore visibles en partie. Déjà intégrés à la programmation annuelle du musée pour des visites, ateliers, expérimentations, ces deux sites font depuis plusieurs années l’objet d’études en vue de leur valorisation, la communauté d’agglomération y envisageant des aménagements importants. Les ateliers de potiers de Fosses devraient ainsi bénéficier du projet « Entrecroisements », présenté par une équipe de jeunes architectes et urbanistes en 2013 dans le cadre du concours Europan 12 pour mettre en valeur, revitaliser et redynamiser le centre du village6.

23Ces actions hors les murs participent de la volonté de créer des liens avec les habitants du Pays de France et de favoriser le rayonnement d’ARCHÉA dont la visibilité est relayée par les actions de communication, le site internet du musée et sa présence sur les réseaux sociaux. Dans cette perspective, l’équipe multiplie les partenariats pour créer des outils destinés au grand public : avec le musée national de la Renaissance pour réaliser une table d’orientation interactive dans le Pays de France sur l’esplanade du château d’Écouen, avec Aéroports de Paris pour organiser des expositions à la Maison de l’environnement, avec des structures culturelles pour l’itinérance d’anciennes expositions.

Les pistes de développement

  • 7 http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/pres.htm

24Le récent élargissement de la tutelle du musée à deux départements franciliens et 42 communes ouvre de nouvelles perspectives quant à la conservation et à la valorisation des collections. L’équipe d’ARCHÉA doit intégrer physiquement dans les réserves et prendre en considération dans le chantier des collections près de 600 nouveaux sites archéologiques, en anticipant la perspective de futures opérations dans le cadre des nombreux aménagements prévus. Le pôle de conservation, aujourd’hui à l’état de projet, devient nécessairement prioritaire, tout comme la poursuite du travail juridique et scientifique sur les collections anciennes et à venir. Outre l’enrichissement des collections, dont l’inventaire réglementaire comporte aujourd’hui 2 000 items, auxquels s’ajoutent des milliers d’objets considérés comme matériel documentaire de fouilles, il s’agit d’en améliorer la visibilité en les versant sur Joconde, le portail des collections des musées de France7, et en les rendant accessibles en ligne sur le site internet archea.roissypaysdefrance.fr.

25Les initiatives engagées pour favoriser l’accès d’un public encore éloigné doivent être évaluées et poursuivies. Des partenariats mieux aboutis permettront un accueil plus fréquent des publics dits empêchés. Plus largement, si le territoire du Pays de France et l’archéologie constituent un socle fondamental pour ARCHÉA, le dynamisme de sa programmation doit être régulièrement nourri par le croisement avec d’autres disciplines du monde culturel, spectacle vivant, musique ou art contemporain, par exemple.

26En 2016, ARCHÉA a accueilli près de 12 700 visiteurs. Pour-tant, moins de la moitié réside sur le territoire de la communauté d’agglomération : le rayonnement de l’établissement sur l’ensemble du Pays de France n’est pas encore effectif et constitue un vrai défi. Au-delà de la réflexion engagée depuis plusieurs années sur la nécessité de s’adresser à de nouveaux publics et d’imaginer des projets ancrés dans la société du xxie siècle, le développement d’actions sur le territoire, la création de nouveaux outils de médiation hors les murs, la mise en itinérance d’expositions et le développement des pôles archéologiques sont essentiels.

Le musée archéologique du Val-d’Oise (MadVO)

27Situé au cœur du Vexin, sur le territoire du Parc naturel régional du Vexin français, le Musée archéologique du Val-d’Oise (MadVO), inauguré en 1983 (fig. 4), a pris la suite d’un premier musée associatif créé en 1955 par le Centre de recherche archéologique du Vexin français (CraVf). Depuis sa départementalisation en 1983, le musée a vocation de présenter les collections archéologiques, de la préhistoire à nos jours, issues des fouilles conduites sur le territoire du Val-d’Oise. Musée de France depuis 2003, il conserve aujourd’hui plus de 22 000 objets inventoriés, dont 8 000 proviennent du site gallo-romain de Genainville (fig. 5). C’est la richesse et la qualité des vestiges issus des découvertes faites dans les années 1950-1960 sur ce site qui ont valu au musée sa création, son développement jusqu’à la structure départementale actuelle et son rayonnement régional.

Fig. 4 – Reconstitution expérimentale d'une maison carolingienne du xe siècle dans la cour du musée. © C. Brossais, MadVO, CD95.

Fig. 5 – La statuaire monumentale du site antique de Genainville. © C. Brossais, MadVO, CD95.

Deux musées territoriaux

28Rattaché à la même équipe que le musée archéologique, le Musée de l’Outil (MO), collection Claude et Françoise Pigeard, est un musée protéiforme acquis par le Département en 2005 et réouvert au public en 2011. De caractère plus ethnologique, il présente près de 1 500 objets du xixe siècle illustrant les métiers anciens, du forgeron au vannier. Dans un corps de ferme et un ancien presbytère restauré, il dévoile aussi des vestiges d’un balnéaire gallo-romain et un magnifique jardin bucolique -inspiré des jardins de curé.

29Outre ces deux établissements, l’équipe de médiation assure également les visites de sites archéologiques environnants : le très important sanctuaire gallo-romain des Vaux de la Celle à Genainville (iie siècle ap. J.-C.), dont les collections sont conservées et exposées au musée archéologique ; l’allée couverte du Bois de Morval, une sépulture collective du Néolithique dont le bouchon en pierre est conservé dans les collections permanentes ; ou encore, plus ponctuellement, le Camp de César à Nucourt, éperon barré de l’âge du Fer repris au Moyen Âge, et le Haut Tertre à Taverny, fortification de l’âge du Bronze réoccupée à l’âge du Fer.

30Inscrits dans le Parc naturel régional du Vexin Français, implantés à mi-chemin entre le château de La Roche Guyon et le village d’Auvers-sur-Oise, les musées se situent dans un environnement rural assez mal équipé en institutions culturelles et en équipements de loisirs. Les publics cibles appartiennent essentiellement au bassin de population du Vexin français, de Cergy aux frontières de l’Oise, de l’Eure et des Yvelines. L’absence de transport en commun au-delà de Cergy-Pontoise accentue encore l’importance de la présence de sites culturels et le besoin de services publics de proximité pour les habitants du Vexin. Il y a donc là un enjeu majeur d’ancrage territorial des musées et un rôle à jouer dans l’offre muséale et événementielle locale, dans un secteur où le public est en demande d’activités culturelles accessibles et à proximité, sans devoir nécessairement se rendre à Paris.

Les grands objectifs de développement

31Les grandes lignes des nouveaux objectifs de développement des musées proposées depuis 2013 sont celles du Projet scientifique et culturel (Psc), en cours de finalisation. Il se résume en deux mots : moderniser et développer les musées. Ces enjeux peuvent être regroupés en trois thématiques fortes, étayés par des actions stratégiques à court ou moyen terme.

L’optimisation de la gestion des collections

32Musée de France depuis 2003, le musée archéologique se doit de répondre aux obligations réglementaires et de mettre en place les process adaptés, notamment en matière de récolement décennal des collections. Il s’agit là d’une de ses grandes priorités. De la même manière, il est indispensable d’entamer la régularisation du statut des collections entrées à l’inventaire au titre des Musées de France avant la loi de 2003, qui aspire à ce que les institutions tutelles des musées soient propriétaires de leurs collections inventoriées. Cette régularisation représente un travail colossal non seulement parce qu’elle concerne la quasi-totalité des collections mais aussi parce que les vestiges sont issus pour beaucoup de fouilles anciennes, conduites entre les années 1950 et les années 1990, dont les documents officiels ne sont que partiellement disponibles ou renseignés.

  • 8 Le musée archéologique était doté d’un laboratoire équipé d’une machine plasma, de matériel de stab (...)

33Par ailleurs, aucune restauration n’avait été effectuée depuis la fermeture du laboratoire8 en 2008, bien que du mobilier à traiter en urgence ait été identifié. La reprise de campagnes annuelles, validées par des commissions régionales de restauration, est donc évidemment d’une importance extrême pour la bonne conservation et la préservation des collections. Hormis les vestiges signalés pour un besoin urgent de traitement, ou encore les restaurations nécessaires dans le cadre de projets d’exposition, sont inscrites aux objectifs la réalisation d’un bilan sanitaire complet et la mise en place d’un plan de restauration pluriannuel, selon le degré d’urgence identifié.

34Enfin, en raison du développement de l’archéologie préventive, il y aura lieu d’enrichir les collections par une politique d’acquisition tenant compte du territoire, des données archéologiques récentes et des volontés de valorisation. Ce travail est à mener en lien avec le service départemental d’archéologie du Val-d’Oise (SdaVO), en réfléchissant aux possibilités de mutualisation et d’interconnexions dans les missions. Il est également nécessairement réalisé en cohérence avec l’équipe d’ARCHÉA et son Psc.

La modernisation des offres adaptées à de nouveaux publics

35Les collections présentées dans le fonds permanent sont issues de fouilles anciennes et leur actualisation est nécessaire pour donner à voir les découvertes liées à la multiplication des fouilles préventives dans le Val-d’Oise. Cette refonte sera par ailleurs l’occasion de proposer aux visiteurs une approche plus sociétale des objets, de repenser la scénographie de façon plus moderne et plus ludique.

36Par ailleurs, pour répondre au mieux aux attentes du public, essentiellement scolaire et familial, il est apparu évident de réfléchir à des offres d’expositions temporaires plus accessibles, ludiques et interactives. Des expositions temporaires d’un autre type, plutôt axées sur l’archéologie territoriale et intégrant les données des recherches récentes, seront, elles, mises à l’œuvre dans le cadre du remaniement du fonds permanent.

37La médiation est bien évidemment touchée par le renouveau des offres. La modernisation des outils et supports pédagogiques est d’abord orientée vers le jeune public scolaire et familial (7-12 ans). La conception d’un nouvel espace ludique qui lui est dédié et l’intégration de modules interactifs et numériques au sein des parcours de visite font partie de ces nouvelles orientations. Parallèlement, un travail est engagé sur la mise à disposition d’outils pédagogiques destinés aux temps scolaires ou périscolaires, en complément de la visite. Des mallettes pédagogiques ont ainsi été développées pour un usage modulable, au musée, en classe ou dans les structures d’accueil périscolaire, accessibles librement aux animateurs de centres de loisirs et aux enseignants. Enfin, il s’agit aussi d’adapter systématiquement les offres aux nouveaux programmes scolaires. Après un renouveau de l’offre destinée aux enfants de 7 à 10 ans, qui représentent le public majoritaire de nos musées, il paraît essentiel d’ouvrir sur de nouveaux publics en développant une offre adaptée à chacun : très jeunes enfants (3-6 ans), seniors, adolescents, personnes handicapées ou empêchées. La programmation des événements est aussi un vecteur d’actions ciblées.

38Le musée de l’Outil, qui ne bénéficie pas d’une équipe propre, est resté longtemps sans projet de valorisation spécifique. Aujourd’hui, celui-ci passe par l’organisation d’expositions temporaires et d’événements réguliers ouverts sur d’autres disciplines artistiques. L’ensemble est soutenu par la mise en place de supports de visites adaptés (cartels des collections & des jardins, outils numériques, parcours-enquêtes sur papier…).

La visibilité, l’identité, le rayonnement et le développement touristique

39Le développement du musée archéologique du Val-d’Oise et du musée de l’Outil ne s’envisage pas sans intégrer l’offre touristique et culturelle du Département, en lien avec les partenaires locaux : le Parc naturel régional du Vexin français, les communes et les intercommunautés de communes. La mise en service de circuits archéologiques, de randonnées pédestres et cyclistes est un des objectifs pour valoriser nos sites dans leur territoire et renforcer leur ancrage territorial.

40Dans cette perspective de développement et de recherche de visibilité, il était indispensable de travailler à nouveau en cohésion avec les partenaires culturels, scientifiques et touristiques. L’équipe s’est ainsi appliquée à recréer des liens et à renforcer les partenariats, d’abord avec les services de la direction de l’action culturelle du Val-d’Oise dont elle dépend, mais aussi avec les acteurs de l’archéologie programmée et préventive, les musées d’archéologie en Île-de-France et les services de l’État.

41La communication ciblée et couplée entre les deux musées accompagne ce développement. Elle se traduit par la mise place de plans de communication, la création de supports utilisant les nouvelles technologies, l’alimentation d’une page internet sur www.valdoise.fr et la création d’une page Facebook.

42Situés au cœur d’un espace naturel régional, les musées ne peuvent que s’inscrire dans une démarche d’« écomusée » en proposant des améliorations en termes de développement durable et de mutualisation de moyens, qui seront soumises à la labellisation (éco-défis, marque-accueil et accueil vélos du Pnr notamment) et valoriseront leur image.

Les actions et leurs résultats

Le travail mené sur les collections

43Il a consisté dans un premier temps à établir une détermination et une localisation précise de l’ensemble des vestiges pour mettre en place le récolement décennal dans de -meilleures conditions. Il sera en partie externalisé dès cette année pour remplir les objectifs de la nouvelle décennie. Un bilan sanitaire complet de l’ensemble des collections vient d’être mené et va permettre de proposer un plan pluriannuel de restauration à la commission régionale.

44Parallèlement, une réflexion sur la mutualisation des réserves du SdaVO et du MadVO, conduite depuis deux ans, va aboutir à des échanges de mobilier archéologique, pour mieux répondre aux logiques de conservation, de valorisation et d’étude de chacun des services. Dans le même esprit, l’identification et la localisation précises des collections issues d’opérations menées dans la communauté d’agglomération Roissy – Pays de France ont permis de procéder à de nouveaux transferts au musée ARCHÉA, dans une optique de gestion -optimisée de nos collections respectives.

La modernisation des offres

45Le musée archéologique a fait le choix d’accueillir des expositions temporaires ludiques et adaptées au jeune public. L’Homme est-il un grand singe ?, empruntée au Forum du Nord en 2014, et Préhistoire(s) : l’enquête, louée au Museum de Toulouse en 2015, ont permis de tester de nouveaux types de dispositifs qui n’y avaient jamais été introduits sous cette forme, dans des parcours privilégiant l’expérience et l’expérimentation plutôt que la contemplation de vestiges. Préservant la qualité du discours scientifique mais privilégiant des procédés de médiation variés et interactifs, ces expositions ont été l’occasion de toucher et de fidéliser un public familial plus nombreux.

46Dans cette démarche de renouvellement des offres du musée archéologique, tous les outils de médiation destinés aux scolaires et aux familles ont été refondus et actualisés. Ils sont désormais disponibles selon les niveaux d’âges et les types de visite : ateliers scolaires, parcours-enquêtes « scolaires » adaptés à chaque cycle et aux nouveaux programmes, parcours-enquêtes « familles » déclinés en trois niveaux d’âges (3-6 ans ; 7-10 ans ; + 11 ans) pour découvrir les collections permanentes ou l’exposition temporaire.

47L'Agence pour la promotion de la création industrielle vient d’attribuer au MadVO le label de l'Observeur du design 2018 pour son nouvel espace pédagogique « La Passerelle, de la fouille à l’exposition ». Ce label, délivré aux réalisations intégrant une démarche de design centrée sur les utilisateurs et leurs pratiques, récompense l’atelier visuo-tactile Le Toucher minuscule pour la conception d'un mobilier ludique au service d'un projet original de médiation à l'intention du jeune public. Organisée en trois pôles dans une salle de 60 m2, « La Passerelle » permet aux enfants et aux adolescents d'expérimenter les métiers d’archéologue, de chercheur spécialiste ou de conservateur, d’approcher les méthodes et outils de chacun et de comprendre la démarche scientifique qui vise à protéger et décrypter les vestiges et traces du passé de -l’Humanité. Les univers de la fouille, du laboratoire et de l’exposition sont livrés tour à tour au public qui devient acteur de chacun des maillons de la chaîne de la recherche scientifique, jusqu’à la diffusion (fig. 6). Cet espace conçu spécifiquement pour le musée archéologique est évolutif et modulable : d’une saison à l’autre, on passe d’une fouille préhistorique à celles d’une villa gallo-romaine puis d’une nécropole mérovingienne, le tout s’appuyant sur les plans réels de véritables sites archéologiques valdoisiens dont les vestiges sont exposés dans le fonds permanent. « La Passerelle » est accessible librement tout au long de l’année, avec supports pédagogiques à l’appui, et en compagnie d’un médiateur un dimanche par mois. Elle est également conçue pour accueillir une classe entière, en visite libre ou accompagnée d’un médiateur.

Fig. 6 – Le label Observeur du design 2018 récompense l'atelier Le Toucher minuscule pour l'innovation et le design du mobilier de La Passerelle, nouvel espace pédagogique du musée archéologique du Val-d'Oise. © C. Grimal, MadVO, CD95.

48De nouveaux outils de visite numériques ont également été déployés. Au musée de l’Outil, deux applications donnent accès à des contenus variés : piste aux trésors dans les salles et les jardins, herbier interactif, tablette permettant de visionner 5 vidéos. Au musée archéologique, deux dispositifs viennent de prendre place dans des salles dédiées au site gallo-romain de Genainville. D’abord, des casques immersifs en 360° invitent à une visite virtuelle du site puis à un saut de près de 2 000 ans dans le passé, grâce à la restitution en trois dimensions du temple, du théâtre et du pavillon, réalisée d’après les données archéologiques récentes. Ensuite, une table tactile offre quatre dispositifs interactifs : une courte vidéo animée retraçant l’occupation du site depuis l’âge du Fer jusqu’au Moyen Âge, une visite virtuelle des bâtiments antiques, une frise chronologique des fouilles archéologiques réalisées depuis 1935, illustrées d’images et vidéos, et pour finir un quiz pour tester ses connaissances sur le site.

49La programmation d’événements, densifiée et diversifiée, rythme maintenant régulièrement l’année : aux représentations musicales, théâtrales ou chorégraphiques, aux expositions temporaires d’artistes contemporains, aux démonstrations d’artisans d’art et aux expérimentations archéologiques, s’ajoutent des actions plus originales comme des murder -parties, des constructions géantes en lego et des sorties nature. De nombreux ateliers sont désormais proposés aux enfants dès l’âge de 3 ans, autour des thématiques environnementales ou archéologiques.

La visibilité des musées et leur rayonnement

50Le choix d’une ligne graphique clairement identifiable, déclinée sur l’ensemble des supports de communication et de médiation, ainsi que la création de logos particuliers, dans le respect de la charte du Conseil départemental, garantissent une meilleure visibilité et un rayonnement accru.

51Couplée à un ancrage territorial renforcé, grâce aux liens recréés avec les partenaires locaux, la démarche « écomusée » a elle aussi porté ses fruits avec l’obtention du label « éco--jardin » par le musée de l’Outil, la marque accueil et les éco-défis du Parc naturel régional du Vexin français (trophée d’or pour le MadVO et d’argent pour le MO).

52Le résultat global des actions mises en œuvre depuis 2013 est d’abord quantifiable par une augmentation notable de la fréquentation cumulée des musées, avec une hausse de plus de 50 % entre 2013 et 2016 (13 417 visiteurs en 2013, 20 309 en 2016). Le rayonnement des musées, leur visibilité, leur image positive désormais partagée par les publics et les partenaires, témoignent quant à eux de la qualité de ces résultats.

Les prochaines pistes de développement

53Parmi les prochains axes de développement envisagés, les priorités sont la mise en accessibilité des musées et la création d’outils de visite adaptés aux différents handicaps. Des offres accessibles au très jeune public (3-6 ans) seront aussi conçues, autant à l’intention des familles que des écoles maternelles.

54L’insertion d’une proposition de visite du musée de l’Outil dans les offres touristiques adressées aux seniors devrait bientôt conforter son intégration à l’offre touristique départementale et régionale. Le musée de l’Outil est en effet particulièrement apprécié des visiteurs de cette tranche d’âge, qui y retrouvent des métiers connus dans leur enfance et parfois exercés par leurs aïeux. Il permet un travail sur la mémoire et une transmission des savoirs entre les générations.

55Une réflexion sur le volet rural et l’isolement lié à l’absence de moyens de transport est programmée avec des associations œuvrant dans le Vexin. Ces actions seront l’occasion d’ancrer plus encore les musées au sein de leur environnement et de les faire mieux connaître par la population locale.

56Par ailleurs, des réflexions à mener avec les acteurs sociaux du territoire permettront de développer des offres spécifiques de visites et d’outils de médiation destinés aux publics empêchés. Certaines actions fructueuses, déjà initiées dans le passé, vont donc être reconduites avec des objectifs plus larges, en termes de territoire touché et de diversité des publics ciblés.

57Enfin, parallèlement à la poursuite du chantier enclenché sur la gestion des collections du musée archéologique, qui s’échelonnera sur de nombreuses années, l’actualisation et l’enrichissement du fonds, assortis de la refonte du parcours d’exposition permanent, constituent l’une des prochaines grandes priorités, elle aussi planifiée sur plusieurs années en raison de l’investissement humain et financier nécessaire.

58Le musée archéologique du Val-d’Oise et le musée de l’Outil s’engagent ainsi dans une démarche de régularisation de la gestion des collections, de modernisation des offres à destination de publics plus variés et d’ancrage territorial. Les résultats des premières actions menées sont très encourageants pour les années à venir.

Quelle collaboration entre ARCHÉA et le musée archéologique du Val-d’Oise ?

Les enjeux du partenariat

Le contexte

59Musées archéologiques situés dans le même département, ARCHÉA et le musée archéologique du Val-d’Oise sont néanmoins installés sur deux territoires distincts (fig. 7). Malgré les passerelles évidentes et les problématiques partagées, le contexte de cloisonnement dans lequel ont évolué ces deux structures ces dix dernières années a été une importante -barrière à franchir pour que des collaborations puissent voir le jour. Pour comprendre cette situation, il faut revenir à l’histoire commune de ces établissements.

Fig. 7 – Carte du département du Val-d'Oise avec la localisation des deux musées.

60Jusqu’au recrutement d’une équipe scientifique dédiée, en 2005, le musée intercommunal de Louvres a été sous la tutelle scientifique du musée archéologique du Val-d’Oise. Cette période a été celle de partenariats et de projets communs, dans les années 1990-2000, à une époque où les musées d’Île-de-France – notamment d’archéologie – affichaient la volonté de former un réseau et de travailler ensemble. De nombreuses expositions communes ont vu alors le jour : L’Île-de-France, de Clovis à Hugues Capet en 1992 ; Trésors de terre : céramiques et potiers dans l’Île-de-France gallo-romaine en 1994 ; Aspects méconnus de la Renaissance en Île-de-France en 1998 ; ou encore, en 2001, LÎle-de-France médiévale : La vie de tous les jours. Drôle de Moyen Âge. Du producteur au consommateur. L’Amour de Dieu. La vie de château. Images de la ville.

61L’émancipation scientifique d’ARCHÉA s’est traduite par une rupture des collaborations, dans un climat général de raréfaction des projets collectifs aux musées d’Île-de-France. Cette interruption est probablement liée à des évolutions diverses : baisse des budgets, évolution du cadre législatif de l’archéo-logie préventive, nouvelles réglementations au titre des « Musées de France », mise en place du récolement décennal, ou encore mouvements de personnels.

62Le nouveau projet ARCHÉA, qui s’est concrétisé par le transfert de collections recueillies dans des sites de l’est du Val-d’Oise et initialement conservées par le Département (MadVO et SdaVO), a été présenté et perçu comme concurrent de celui du musée archéologique du Val-d’Oise. Cette rivalité, qui concernait autant les collections que les publics, a évidemment engendré des difficultés de collaboration.

63Pour autant, les deux établissements font face aux mêmes enjeux : ils partagent les mêmes problématiques sur la gestion des collections et mettent en œuvre des actions similaires (expositions, publications, médiation). Par ailleurs, le passage de la communauté de communes de Roissy – Porte de France à la communauté d’agglomération Roissy – Pays de France, et l’élargissement territorial qu’il implique, exigent qu’ils s’entendent sur le transfert ou l’acquisition par ARCHÉA de collections conservées par le Département. Dans un contexte budgétaire de plus en plus contraint, la mutualisation des outils, des compétences et des équipements apparaît comme une évidence. Mais, hormis la réflexion intégrant les services du Département dans le projet de pôle de conservation porté par par l'agglomération Roissy – Porte de France, les seuls échanges consentis dans un premier temps ont été des prêts d’objets pour la réalisation d’expositions temporaires.

Les enjeux

64En 2013, un changement de direction quasiment simultané de part et d’autre a été le début de nouvelles collaborations. Très vite, les équipes se sont rencontrées pour discuter : au regard des questions formulées par les directions et les élus des deux tutelles d’une part, des attentes perceptibles chez les partenaires scientifiques et les publics d’autre part, il leur fallait prouver leur complémentarité. En effet, les élus s’interrogeaient régulièrement sur la pertinence d’avoir, dans le même département, deux musées archéologiques que le public confondait couramment, quand il ne les ignorait pas. Quant aux partenaires scientifiques, si ARCHÉA avait enclenché d’emblée des collaborations régulières, par exemple avec le SdaVO, le MadVO s’était mis en retrait depuis plusieurs années.

Deux expositions pour un projet commun

65De ces échanges nourris est née l’idée d’un partenariat qui s’est traduit par un projet commun, non pour faire des économies sur des budgets déjà validés mais en mutualisant les moyens disponibles. Il s’agissait de réaliser deux expositions distinctes et complémentaires. Entre la fin de l’année 2016 et le printemps 2017, le MadVO a présenté Construire malin, construire romain, sept matériaux pour un empire (fig. 8 et 12), portant sur la construction publique monumentale, pendant qu’à ARCHÉA, La Dolce Villa. Vivre à la romaine dans les campagnes du nord de la Gaule (fig. 9), évoquait l’architecture privée et la vie quotidienne dans les villas gallo-romaines. Ces deux volets, élaborés à partir d’une base scientifique validée par un comité partagé, se sont traduits dans un catalogue unique (fig. 10), des actions de médiation et une programmation croisées, chaque musée adoptant une scénographie propre et une ligne de communication conforme à son identité pour éviter la confusion (fig. 10 et 11) ; en somme, pour coexister à deux.

66L’enjeu était d’arriver à faire plus avec autant pour valoriser les deux établissements ensemble et démontrer leur réelle complémentarité. Cette collaboration a été une clef d’entrée pour d’autres formes de partenariats bien plus diversifiés et plus larges dans l’implication des équipes respectives.

Fig. 8 – Construire malin, construire romain, affiche de l'exposition au MadVO. © Conception graphique Carine Turin, Marc Deroin, La Tête Moderne ; photo du mur J.-Y Lacôte, photo de la couronne de laurier S. Huiberts.

Fig. 9 – La Dolce Villa, affiche de l'exposition à ARCHÉA. © Conception graphique The Cloud Collective.

Fig. 10 – À la romaine, résidence privée et construction publique en Gaule du Nord, catalogue commun. © Conception graphique de la couverture Illustria.

Fig. 11 – La Dolce Villa. © Scénographie The Cloud Collective. Photo J.-Y. Lacôte.

Fig. 12 – Construire malin, construire romain. © Scénographie La Tête Moderne. Photo Marc Deroin.

Les différentes formes du partenariat

67Ce projet a ainsi enclenché ou renforcé les axes de partenariats évidents et déjà envisagés. Une forme de solidarité sur les missions de valorisation et de gestion des collections s’est installée entre les deux établissements. Le MadVO, qui avait à mettre en place des protocoles et des outils de suivi et de régularisation des collections, a pu bénéficier de l’expérience de l’équipe d’ARCHÉA, grâce à des échanges soutenus sur les pratiques professionnelles (dossier de commission scientifique régionale pour la restauration ou l’acquisition de collections, formulaire de prêt, rapport technique de l’établissement, courriers type, procédures). De son côté, ARCHÉA sollicite chaque année l’équipe du MadVO pour ses expositions temporaires avec des demandes de prêts conséquents désormais traitées avec une plus grande efficacité, grâce à une meilleure connaissance des collections, mieux documentées et repérées. Au-delà de l’efficacité de ces échanges professionnels, c’est leur qualité et la confiance mutuelle qui enrichit ce partenariat.

68Les deux musées font également preuve d’une cohésion plus forte envers les partenaires extérieures, notamment les services de l’État, ARCHÉA entretenant de longue date des contacts réguliers avec la Drac Île-de-France. Les nombreuses thématiques communes ont amené leurs équipes à mener leurs réflexions conjointement pour finalement engager un -dialogue à trois voix plus efficace. Les questions posées aux partenaires ont plus de poids lorsque deux structures également concernées s’unissent pour proposer les solutions à apporter. Les résolutions de ces problématiques impliquent un accroissement en quantité et en qualité des collections gérées par ARCHÉA, du fait d’un important transfert depuis les réserves du MadVO, donc un gain dans les capacités de valorisation de chaque musée. Parallèlement, la reprise des inventaires, la clarification et l’homogénéisation des collections entreprises par le MadVO permettent aujourd’hui d’avoir une politique commune, cohérente et solidaire de gestion des collections des deux établissements, avec une répartition géographique équilibrée. Pour les élus, cette gestion commune des collections est une force, autant dans la charge de travail que dans l’offre au public, qui est de facto complémentaire et ne peut donc plus être perçue comme concurrente.

69De la même façon, le MadVO a pu apporter son soutien à l’équipe d’ARCHÉA dans ses relations avec certains opérateurs en archéologie préventive. En effet, par le biais du SdaVO, opérateur d’archéologie préventive, le Département entretient des partenariats privilégiés avec d’autres opérateurs, déclinés en convention-cadre et actions de valorisation évidentes incluant le MadVO comme un interlocuteur naturel. La cohésion des deux musées a permis de ramener ARCHÉA dans la discussion. Des difficultés rencontrées dans les collaborations envisagées avec certains opérateurs de l’archéologie préventive ont pu être levées, une fois reconnue la place de chacun dans la chaîne de diffusion des connaissances archéologiques, comme partenaire scientifique à part entière. Une coopération renforcée déverrouille ainsi certains blocages.

  • 9 Dans le cadre du partenariat lié aux expositions Construire malin, Construire romain et La Dolce Vi (...)

70L’exposition croisée Construire malin, construire romain et La Dolce Vita a enfin suscité la volonté de mener une réflexion commune quant aux publics. Les institutions et équipes respectives avaient en effet pour a priori que les publics étaient potentiellement les mêmes dans les deux musées. Leurs directions ont souhaité tester ce présupposé, pour le valider ou l’infirmer et en tirer des conséquences sur leur programmation. Il faudra étudier plus précisément les résultats du renvoi des publics d’un établissement à l’autre et ceux des actions communes mises en place autour de cette exposition avant d’adapter les offres9. En effet, soit les publics sont identiques, auquel cas la complémentarité des offres devra être valorisée en affinant les possibilités de passerelles entre les musées : si un public est captif dans l’un, il peut l’être a priori dans l’autre ; soit les publics sont clairement distincts, et il faudra alors susciter leur intérêt par d’autres formes de complémentarités – itinérance des expositions ou création d’actions simultanées comme en 2017, où nous avons participé conjointement à une formation pour les enseignants dans le cadre du réseau Canopée, réseau de création et d’accompagnement pédagogiques. Si le résultat n’a pas été concluant faute de participants, le projet reste pertinent.

Les orientations à venir

71Il faudra prendre le temps de faire un bilan plus détaillé de cette collaboration, notamment pour tout ce qui a trait aux publics ou aux résultats en termes d’image. Mais dès à présent, de nouvelles orientations se dessinent. Les directions des deux musées envisagent de prolonger et de rythmer les actions communes, notamment en instaurant un rendez-vous annuel (événement ou action de médiation). Même si leurs expositions temporaires ne se rattachent pas à la même thématique, une passerelle peut être facilement créée entre les deux établissements qui partagent plein d’autres sujets, notamment à travers leurs fonds permanents. ARCHÉA et le MadVO restent par ailleurs ouverts à l’idée de collaborations plus étendues, par exemple avec les autres musées franciliens, comme ce fut le cas dans les années 1990 grâce à l’impulsion donnée par la Drac Île-de-France à la création d’un réseau de musées archéologiques.

72La coopération entre les deux musées va se prolonger par un travail sur la répartition des collections et la régularisation de leurs statuts. Le principe d’une mutualisation des échanges avec les services de l’État sur les grandes questions (inventaires, statuts des collections…) est également entériné. Le partage d’informations entre collègues est devenu systématique et les journées de formations et de débats à l’échelle de la région sont des moments privilégiés. Les équipes des pôles médiation ont appris à travailler ensemble, par exemple en intervenant conjointement pour présenter les offres destinées aux scolaires lors de rencontres avec les enseignants organisés par l’académie. Là encore, l’essai doit se conclure par une poursuite de ces opérations pour combiner les opportunités de diffusion des offres des deux musées.

73L’anticipation des projets d’expositions respectifs permettra également, soit de créer à nouveau de vrais partenariats sur un thème commun, soit a minima de mettre en exergue des points de convergence ouvrant sur des renvois d’un musée à l’autre.

Conclusion

74Le partenariat fort enclenché et poursuivi entre ARCHÉA et le MadVO ouvre des perspectives intéressantes en termes de réflexions sur les collections, d’orientations des offres auprès des publics, de visibilité et d’identification des deux sites. Il favorise aussi des échanges professionnels riches et fructueux, aboutissant à des pratiques optimisées et homogénéisées entre les services. Cette collaboration tient beaucoup aux bons rapports humains entretenus par les équipes, à leur réelle volonté de travailler ensemble et à leur très bonne entente. C’est, à notre sens, cette qualité relationnelle qui est le ciment d’une cohésion professionnelle aussi bénéfique qu’agréable. La communication avec les partenaires en est facilitée, les réflexions menées et les réponses apportées s’en trouvent plus adaptées et efficaces.

Haut de page

Notes

1 http://archea.roissypaysdefrance.fr/Activites-et-evenements/Evenements/Archives-des-evenements/Nuit-des-musees-a-ARCHEA-la-vie-de-chateau-le-temps-d-une-soiree

2 https://nuitdesmusees.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/Sherlock-Holmes-en-herbe-menez-l-enquete-dans-les-musees-!

3 http://www.musee-mobile.fr/

4 http://mom-art.org/

5 http://www.tourisme-handicaps.org/les-labels/attribution/

6 https://www.roissypaysdefrance.fr/Amenagement/Projets-urbains/Europan-Concours-d-achitectes

7 http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/pres.htm

8 Le musée archéologique était doté d’un laboratoire équipé d’une machine plasma, de matériel de stabilisation et déchloruration du mobilier métallique. Son activité s’est interrompue en 2006 suite à des problèmes de sécurité et il a été définitivement fermé en 2008.

9 Dans le cadre du partenariat lié aux expositions Construire malin, Construire romain et La Dolce Villa, une programmation commune de balade en car entre les deux musées a été proposée ; si elle n’a pas permis la mixité des publics, elle a néanmoins facilité leur renvoi vers l’autre musée.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – ARCHÉA. © J.-Y. Lacôte
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 2 – Exposition permanente d'ARCHÉA. © J.-Y. Lacôte.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Crédits Fig. 3 – Action de médiation à ARCHÉA. © J.-Y. Lacôte.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Fig. 4 – Reconstitution expérimentale d'une maison carolingienne du xe siècle dans la cour du musée. © C. Brossais, MadVO, CD95.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 5 – La statuaire monumentale du site antique de Genainville. © C. Brossais, MadVO, CD95.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Fig. 6 – Le label Observeur du design 2018 récompense l'atelier Le Toucher minuscule pour l'innovation et le design du mobilier de La Passerelle, nouvel espace pédagogique du musée archéologique du Val-d'Oise. © C. Grimal, MadVO, CD95.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 7 – Carte du département du Val-d'Oise avec la localisation des deux musées.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 8 – Construire malin, construire romain, affiche de l'exposition au MadVO. © Conception graphique Carine Turin, Marc Deroin, La Tête Moderne ; photo du mur J.-Y Lacôte, photo de la couronne de laurier S. Huiberts.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Légende Fig. 9 – La Dolce Villa, affiche de l'exposition à ARCHÉA. © Conception graphique The Cloud Collective.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 10 – À la romaine, résidence privée et construction publique en Gaule du Nord, catalogue commun. © Conception graphique de la couverture Illustria.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 11 – La Dolce Villa. © Scénographie The Cloud Collective. Photo J.-Y. Lacôte.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Fig. 12 – Construire malin, construire romain. © Scénographie La Tête Moderne. Photo Marc Deroin.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3778/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Hubert et Céline Blondeau, « Archéa et le musée archéologique du Val-d’Oise. Deux musées d’archéologie pour un même territoire », Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 31-42.

Référence électronique

Antoinette Hubert et Céline Blondeau, « Archéa et le musée archéologique du Val-d’Oise. Deux musées d’archéologie pour un même territoire », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 05 janvier 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3778 ; DOI : 10.4000/nda.3778

Haut de page

Auteurs

Antoinette Hubert

Directrice du musée ARCHÉA, 56, rue de Paris, 95380 Louvres

http://archea.roissypaysdefrance.fr

ahubert@roissypaysdefrance.fr

Céline Blondeau

Directrice du musée archéologique du Val-d’Oise (MadVO) et du musée de l’Outil, 4, place du Château, 95450 Guiry-en-Vexin

celine.blondeau@valdoise.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals