Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Fontevraud, une maison de force et de correction (1804-1963) dans une abbaye

Daniel Prigent
p. 24-30

Texte intégral

1L’ensemble monastique majeur de Fontevraud (Maine-et-Loire), à l’image d’autres abbayes emblématiques comme le Mont-Saint-Michel ou Clairvaux, a été l’un des grands centres de détention créés par Napoléon. Il fut même le second établissement en importance, après la maison centrale champenoise. Depuis 1983, les travaux de réhabilitation qui y sont menés sont accompagnés d’études archéologiques qui ont renouvelé nos connaissances sur certains aspects de l’histoire conventuelle du site, mais aussi, dans une moindre mesure, sur son évolution contemporaine (Prigent 2014).

Histoire sommaire du site

  • 1 Sur l’évolution du site : Crozet 1964, Melot 1997 et Prigent 2010.

2En 1101, le prédicateur itinérant Robert d’Arbrissel établit la troupe errante de femmes et d’hommes qui le suit à Fontevraud. Rapidement, quatre monastères sont édifiés sur le site. Le Grand-Moûtier, destiné aux moniales de chœur, devient l’abbaye-mère de cet ordre double dirigé par une abbesse, le prieuré Saint-Jean-de-l’Habit accueillant les frères. Le prieuré Saint-Lazare est occupé par la communauté chargée des lépreux et celui de Sainte-Marie-Madeleine semble réservé aux sœurs converses. Avant le xviiie siècle, les informations manquent sur les bâtiments de service associés à ces monastères. À cette époque, l’abbaye est décrite comme « une véritable petite ville » (fig. 1)1.

Fig. 1 – Le site de Fontevraud vers le milieu du xviiie siècle, à l’exception de Saint-Jean-de-l’Habit ; les ensembles principaux sont accompagnés de très nombreux bâtiments. © Pôle archéologique départemental de Maine-et-Loire.

  • 2 Aux services administratifs (directeur secondé par l’inspecteur, greffier, comptable, commis aux éc (...)

3Après sept siècles de vie monastique, frères et moniales doivent abandonner Fontevraud lors de la Révolution. La rapide détérioration des grands bâtiments non vendus (Grand-Moûtier, Sainte-Marie-Madeleine, Saint-Lazare) rend nécessaire une nouvelle affectation. Le décret du 8 octobre 1804 transforme l’ancienne abbaye en maison centrale (fig. 2) ; elle le restera jusqu’en 1963. En octobre 1814, 469 femmes et hommes, ainsi que deux enfants, occupent les bâtiments ; en 1817, les détenus seront 784, 1 087 en 1819, puis 1 617 en 1842 ; leur nombre culmine à 1 826 en 1853 puis il décroît dans la seconde partie du siècle pour s’établir à 894 en 1887. Entre 1900 et 1927, l’effectif moyen est de 717 hommes. Afin de loger cette population carcérale, des travaux considérables d’aménagement sont engagés, entraînant une transformation radicale des anciens espaces monastiques pour les adapter aux nouvelles fonctions. Il est en effet indispensable non seulement d’assurer le logement de centaines de détenus, mais encore de monter les ateliers nécessaires au bon déroulement du travail carcéral. Il faut de plus recevoir le personnel pénitentiaire, ainsi que les militaires2. Les bâtiments gênant cette restructuration sont abattus et de nouvelles constructions apparaissent ; c’est le cas du casernement (actuel bâtiment d’entrée) construit en 1828 par l’architecte Moreau pour héberger les surveillants. La nef de l’abbatiale est scindée par trois puis cinq planchers, deux niveaux sont créés dans le réfectoire tout comme dans la chapelle Saint-Benoît. Face à l’afflux de détenus, l’espace reste toutefois insuffisant et des ateliers envahissent les cours disponibles (fig. 3).

Fig. 2 – Plan de la maison centrale en 1851 (AD M&L, 1Fi265). © Archives départementales de Maine-et-Loire.

Fig. 3 – Vue de Fontevraud avant l’abandon de la centrale soulignant l’importance des ateliers (c. 1935). Coll. privée.

Restaurations majeures et évolution de la perception de la maison centrale

4Au début du xxe siècle, des restaurations de grande ampleur sont entreprises. À partir de 1901, l’abbatiale est réhabilitée sous la direction de l’architecte Lucien Magne. De même, la cuisine romane est restituée dans son état médiéval. En revanche, peu d’interventions remarquables sont ensuite entreprises avant le milieu du siècle.

5Dès la fin des années 1950, de nombreuses transformations sont engagées : en 1957, les travaux d’assainissement sont entrepris dans l’infirmerie de la prison installée dans l’ancien prieuré Saint-Lazare. À partir de 1963, le périmètre des visites de l’ancienne abbaye, transférée au service des Monuments historiques, est élargi. Afin d’occulter rapidement le maximum de traces d’une occupation infamante, le garde des Sceaux, Jean Foyer, engage un crédit de 50 000 francs. Fontevraud est également un des monuments bénéficiaires de la seconde loi de programme d’André Malraux. Les travaux, super-visés par l’architecte en chef Bernard Vitry, assisté de l’architecte des Monuments historiques de Maine-et-Loire Henri Enguéhard, avancent rapidement. Les prisonniers restés sur place concourent avec ardeur aux travaux de démolition, de restauration et d’entretien jusqu’en octobre 1985. Le quartier cellulaire est arasé, de même que les différents ateliers occupant les cours ; des tonnes de grilles en fer sont arrachées des bâtiments épargnés, des planchers et des cloisons, parfois conventuels, disparaissent, sans qu’aucune observation précise sur les états antérieurs ne soit consignée. Un exemple emblématique nous est fourni par le vigoureux décaissement de l’église du prieuré Saint-Lazare, en 1963, qui mit au jour plusieurs dizaines de squelettes, simplement redéposés dans des fosses creusées à l’intérieur de l’édifice. Les années 1970, d’abord consacrées à des remises en état, font place à la fin de la décennie à des interventions plus lourdes, puis à des travaux de grande ampleur programmés au titre du contrat de plan État-Région 1984-1988. En 1983, soucieux d’une meilleure connaissance des secteurs à réhabiliter, le conservateur régional des Monuments historiques, François-Charles James, souhaite que ces interventions soient précédées et accompagnées d’études archéologiques.

6À cette date, les traces de la prison ont en grande partie été effacées, à l’exception d’une partie limitée du chemin de ronde, de la fannerie (notamment réutilisée en boulangerie), du bâtiment d’entrée (casernement), de l’étage des galeries et de l’aile occidentale du Grand-Moûtier, de l’aile annexe de Saint-Lazare et du bâtiment du Liban, de même que de la surélévation de l’aile orientale des infirmeries monastiques Saint-Benoît. Le prieuré Sainte-Marie-Madeleine, encore occupé par les derniers prisonniers, échappe à la destruction. Différents vestiges d’importance réduite subsistent néanmoins, en particulier à l’intérieur du noviciat prolongeant l’aile est du Grand-Moûtier, mais ils sont devenus peu compréhensibles.

7Ainsi, dans les premiers temps de la réhabilitation du site, et même encore dans les années 1980, l’empreinte pénitentiaire est presque systématiquement gommée. Comme le rappelait Michel Melot en 2000 : « Cette abbaye a été occupée par le pénitencier pendant 150 ans et pendant 50 ans, on n’a cessé de faire disparaître les traces du pénitencier. On n’y est parvenu aux trois quarts. On pouvait voir partout les traces du pénitencier mais le principe était de les faire disparaître sauf dans les infirmeries de Saint-Benoît et dans la Madeleine ».

8Pour l’architecte en chef Pierre Prunet, en charge de la restauration de 1977 à 1992 : « Vouloir conserver les restes de ce que l’on ose qualifier d’architecture est contraire à la politique de conservation toujours appliquée par le service des Monuments historiques en vue de libérer le Grand-Moûtier de son incarcération dégradante » (Detry & Prunet 2000 : 89). Cette vision très largement partagée a conduit à une approche plus intelligible de l’architecture monastique par le visiteur, mais également à des disparitions malheureuses, comme celle de l’étage de la galerie supérieure occidentale du prieuré Saint-Lazare, alors attribuée au xixe siècle.

9Toutefois, l’évolution progressive de la perception de la période carcérale a peu à peu influencé l’esprit de la réhabilitation (Jourdan 2000). Elle s’inscrit dans un courant de pensée plaidant « le procès en révision du xixe siècle » et réagissant fermement contre « l’effacement radical » de la mémoire du long temps d’occupation pénitentiaire, partie intégrante de l’histoire de Fontevraud (Foucard 1997a : 308 ; Foucard 1997b). Ce changement d’attitude s’est notamment traduit par la publication d’ouvrages entièrement consacrés à cette période ou, dans le cadre du « musée éphémère » fontevriste, par la création d’un espace spécifiquement dédié à la mémoire de la prison (Ménard 1994, Chédaille 2002).

  • 3 Dix-huit voix pour, cinq abstentions et une voix contre.

10La restauration menée sur le cloître du Grand-Moûtier illustre pleinement l’évolution doctrinale qui s’est produite en une décennie (fig. 4). Lors des travaux d’aménagement de la Maison de force et de correction, au début du xixe siècle, trois des galeries du grand cloître furent sommées d’un étage assurant la distribution des niveaux nouvellement créés dans les ailes nord, est et sud. Dans son programme général de restauration du Grand-Moûtier, Pierre Prunet défendit le projet d’une suppression de ces galeries qualifiées de « mesquines » par René Crozet (1964 : 466), qu’il proposa de remplacer par des terrasses. La Commission supérieure des Monuments historiques approuva largement ce projet qui lui fut présenté en 19873. S’il présentait plusieurs avantages et garantissait notamment un meilleur éclairage des ailes orientale et méridionale, il prévoyait néanmoins des aménagements d’historicité discutable, telle que la mise en place de balustrades ; par ailleurs, il n’envisageait pas la restitution de la toiture de la galerie sud dont la structure pourtant originale était suggérée par les sources documentaires et confirmée par l’étude archéologique du parement (Melot 2000). En 1995, la Commission supérieure des Monuments historiques revint sur l’avis émis huit ans plus tôt et décida de conserver l’étage des galeries. Cette décision permit la protection des différentes dispositions antérieures qui offraient un condensé encore parfaitement lisible de l’histoire architecturale du Grand-Moûtier et dont la restauration aurait effacé l’authenticité ; mais elle garantissait aussi et surtout la conservation d’un élément essentiel des circuits de circulation créés par la maison centrale.

Fig. 4 – Aile orientale du Grand-Moûtier. L’étage de la galerie a été restauré. © Daniel Prigent.

Intervention archéologique

11Dans les années 1983-1985, le but premier de l’archéologie est de précéder et d’accompagner les travaux considérables (Saint-Lazare, noviciat, chevet de l’église abbatiale) alors engagés ou programmés à court ou moyen terme sur un ensemble monastique d’une singulière complexité (fig. 5).

Fig. 5 – Plan actuel de Fontevraud. © Pôle archéologique départemental de Maine-et-Loire.

12Dans ce contexte, l’empreinte pénitentiaire est certes prise en compte à l’intérieur du prieuré Saint-Lazare dès le début des opérations de fouille, mais de manière succincte. Toutefois, à partir de 1985, lors de l’étude du cryptoportique de l’aile orientale du Grand-Moûtier, se pose la question de la datation de plusieurs aménagements, notamment des cachots : correspondent-ils à un réaménagement des sinistres in pace (cellules), ou à une installation à neuf datant des premiers temps de la prison ? La nécessité d’une bonne connaissance de l’évolution des bâtiments et des techniques de construction durant ce siècle et demi s’impose afin de mieux appréhender ce qui relève de l’époque moderne et singulièrement du xviiie siècle. Le risque de confusion avec les premiers travaux d’aménagements de la Maison de force s’avère en effet fréquent. En revanche, l’intérêt pour l’architecture pénitentiaire et son évolution ne s’est développé que progressivement, accompagnant la découverte de témoins de plus en plus nombreux, permettant une approche plus méthodique de cette période. Quelques exemples concernant la détermination des interventions réalisées par l’administration pénitentiaire peuvent illustrer les angles d’approche principaux, notamment dans le cadre de travaux précurseurs de restauration, mais également dans l’aide à la restitution de la vie quotidienne, complétant les informations fournies par les sources documentaires.

Respect de l’existant

13Bien qu’il soit encore fréquemment admis que l’administration pénitentiaire ait manifesté très peu d’intérêt pour les bâtiments antérieurs au xixe siècle, l’examen des sources documentaires et les observations de terrain ont rapidement démontré que, bien avant l’intervention des Monuments historiques – Fontevraud appartient à la première liste de classement de 1840 –, des opérations avaient été entreprises, parfois de manière particulièrement respectueuse, par la centrale elle-même. On peut citer ainsi, lors de la destruction en 1836 des premières latrines de la prison disposées contre les galeries nord et sud du grand cloître, les travaux menés sous la direction de l’inspecteur des bâtiments Besnard. Ceux-ci sont réalisés scrupuleusement, et nous ne pouvons aujourd’hui déceler la reprise sans examen approfondi. Le même Besnard supervise également avec soin la restauration de la base du chevet, comme l’a démontré l’examen archéologique du bâti. La confirmation de ce respect de l’existant roman a été essentielle lors du choix du parti de restitution des élévations au début des années 1990, tant le traitement originel pouvait paraître hétérodoxe (Mester de Parajd & Prigent 1998).

14L’examen détaillé des maçonneries du Grand-Cloître a révélé l’ampleur insoupçonnée des reprises réalisées au temps de la centrale. Si le simple examen des clefs des voûtes d’ogives permet de distinguer ce qui appartient aux campagnes du xvie siècle et ce qui relève des restaurations contemporaines, il n’en est pas de même pour une bonne part de l’ornementation des galeries. Son examen minutieux, à l’occasion de la rénovation du cloître, accompagné de nombreuses analyses granulo-métriques de mortiers, a permis de démontrer que nombre des sculptures réputées dater du xvie siècle correspondent en réalité à des pastiches du xixe siècle. Dans la galerie sud du cloître, le traitement des culots a pu abuser jusqu’à l’excellent connaisseur de l’art poitevin qu’était René Crozet, qui y voyait des sculptures relevant de l’esprit gothique et les rattachait à la campagne réalisée par l’abbesse Renée de Bourbon vers 1519-1520 (Crozet 1964 : 464). Le sobre décor des colonnes jumelées des galeries est, nord et ouest, réalisé sous l’abbatiat de Louise de Bourbon dans le milieu du xvie siècle, apparaît de même très largement repris à l’aide de changements de pierres, d’incrustations.

15Il est vraisemblable que ces reprises ont été décidées par Jean-Joseph Christaud, directeur de la Maison centrale de 1858 à 1870, qui s’était « pris d’affection » pour les anciens bâtiments ; les sources documentaires mentionnent ainsi divers travaux dont la sculpture de vingt-sept culs-de-lampe. Toutefois, nous savons qu’à son arrivée le grand cloître bénéficiait déjà de restaurations et que des travaux non utilitaires étaient toujours effectués dans les années 1880 : la comparaison des liants, qui illustre la diversité des agrégats mis en œuvre, suggère la possibilité d’autres intervenants.

Constructions modernes ou contemporaines

16Une meilleure connaissance des campagnes d’aménagement du début du xixe siècle a aussi contribué à mieux établir la datation de certaines des caractéristiques des constructions qui appartenaient au xviiie siècle mais avaient parfois été attribuées au siècle suivant, ce qui n’était pas sans incidence sur une éventuelle restauration ou destruction. Inversement, d’autres bâtiments considérés comme contemporains se sont révélés sensiblement plus anciens. Cette difficile distinction entre époques a été mise en évidence au logis des Filles de France. Édifié par l’architecte Jean Aubert pour accueillir quatre filles de Louis XV, lourdement amputé à ses deux extrémités est et ouest au début du xixe siècle, le bâtiment apparaît cependant parfaitement homogène au premier abord et seule une étude archéologique fine du bâti a permis de distinguer sa reprise à l’identique.

17Il en est de même pour l’étage de la galerie occidentale de Saint-Lazare, déjà évoquée, qui desservait les espaces ouest et sud. Comme l’a démontré l’étude archéologique, elle date du début du xviiie siècle et sa suppression rend difficilement compréhensible la distribution de l’étage de l’aile des hôtes et de celle du dortoir des religieuses.

18Dans l’idéal, l’étude en amont pourrait influer sur la réflexion architecturale liée aux aménagements ultérieurs. Dans la cour d’entrée, les écuries de l’abbesse (fannerie), édifiées à l’emplacement de l’ancienne grange peu avant la Révolution (c. 1786), constituent aujourd’hui l’ensemble le plus cohérent d’aménagements successifs contemporains (fig. 6). L’abondante documentation pénitentiaire révèle les nombreuses transformations réalisées durant le premier siècle de la maison centrale ; toutefois, certains plans apparaissent partiellement erronés et plusieurs textes, abstrus, se prêtent à des interprétations divergentes. L’étude archéologique, confrontée à la multiplicité des reprises isolées physiquement, a nécessité de nombreuses analyses de mortiers. À la suite de cette enquête croisée, trois grandes périodes d’utilisation ressortent, retouchées par des interventions d’ampleur variée, qui conduisent de l’ancienne fannerie à la physionomie actuelle du bâtiment. C’est tout d’abord un dépôt, une écurie, dont la fonction prolonge en partie l’usage antérieur. La distribution originelle en trois travées subsiste jusqu’en 1824-1828, puis d’importants travaux d’agrandissement des surfaces par la création de planchers sont entrepris en liaison avec l’aménagement de la boulangerie. Dans le dernier tiers du siècle, la partie orientale est aménagée lors de l’agrandissement de la caserne ; après l’abandon de cette dernière en 1923, les interventions se réduisent à un entretien sommaire. Ce bâtiment est ainsi, avec l’ancien prieuré Sainte-Marie-Madeleine, celui qui conserve les témoins les mieux préservés d’aménagements liés à la période carcérale.

Fig. 6 – Façade principale de la fannerie avant la restauration des parements et de la toiture ; fenêtres et lucarnes appartiennent à plusieurs campagnes d’aménagement du bâtiment au xixe siècle. © Daniel Prigent.

Vie quotidienne

19Si les nombreuses interventions architecturales liées aux aménagements successifs de la maison centrale ont laissé des indices d’importance variable au sein des noyaux principaux, les niveaux d’occupation sont en revanche peu présents. Sur la vie quotidienne des détenus, l’apport de l’archéologie reste limité : les traces d’occupation liées aux ateliers des chaussonniers, des sabotiers, des tonneliers… sont rares dans les zones de l’abbaye fouillées. Les vestiges des productions de boutons en coquillages exotiques se réduisent à des fragments éparpillés sur toute la surface. Seule la Madeleine conserve encore quelques fragiles aménagements datant de l’époque carcérale. À l’intérieur du Grand-Moûtier, les graffiti subsistants ont été relevés et, parfois, protégés.

20Néanmoins, un témoignage concernant l’alimentation a enrichi les données fournies par les sources documentaires. D’abondants ossements de quadrupèdes ont été mis au jour dans l’ancienne chapelle Saint-Benoît. Après sa transformation en cuisine de la cantine, l’espace de la nef a été scindé par un plancher pour créer une cave. Dans la partie sommitale de ses remblais, de très nombreux ossements (mammifères, oiseaux), qui n’ont malheureusement pas pu être datés avec précision, ont été étudiés par Aurélia Bovron. Si la présence de la trilogie bœuf, caprinés, porcs est sans surprise, le choix d’animaux réformés pour les bovins et les caprinés vaut d’être relevé. D’autres observations sur la faune recueillie ont nourri la réflexion relative à la nourriture des prisonniers et orienté l’auteur vers l’hypothèse d’une préparation de soupes comprenant peu de viande (Bovron à paraître).

21Il serait hasardeux de présumer de l’évolution future de la connaissance des différentes périodes d’occupation à Fontevraud à partir des études archéologiques, les vestiges de l’époque de la maison centrale, souvent dispersés et peu lisibles, restant par ailleurs les plus menacés. Depuis la fin des années 1990 en effet, les études ont été menées non pas de façon systématique comme auparavant, mais plutôt au coup par coup. Certaines opérations ont ainsi été précédées de fouilles et d’études de bâti (chapelle Saint-Benoît et rez-de-chaussée du noviciat), quand d’autres, portant notamment sur les élévations extérieures (bâtiments du secteur d’entrée et ailes modernes des infirmeries), n’ont fait l’objet d’aucun accompagnement, ce qui prouve la nécessité d’une -rationalisation des procédures liées au bâti.

Haut de page

Bibliographie

Borvon A. À paraître. Étude archéozoologique de l’Abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire), xixe siècle période pénitentiaire. Mémoire de maîtrise de l’Université de Nantes, 2015.

Chédaille J. 2002. Fontevraud de toutes les pénitences : histoire d’une prison de 1804 à 1963. Saintes, Les Chemins de la Mémoire.

Crozet R. 1964, « Fontevrault ». In : Congrès archéologique de France, CXXIIe session, Anjou : 426-476.

Detry N. & Prunet P. 2000. Architecture et restauration : sens et évolution d’une recherche. Paris, Les éditions de la Passion.

Foucard B. 1997a. « À la découverte des nouveaux champs du patrimoine : le 13 octobre de l’année 1974 ». In : P. Nora (dir.), Science et conscience du patrimoine : actes des Entretiens du patrimoine, 28-30 novembre 1994. Paris, Fayard/Éditions du patrimoine.

Foucard B. 1997b. « Le temps pénitentiaire, L’abbaye royale de Fontevraud », Connaissance des arts, HS n° 106, 1997 : 38-45.

Giraud-Labalte C. 2000. « D’une clôture à l’autre : l’abbaye de Fontevraud devient prison », Éditions 303, Arts, recherches et créations, n° 67 : 51-58.

Jourdan R. 2000. « Conserver/restaurer : les coulisses de la restauration », Éditions 303, Arts, recherches et créations, n° 67 : 108-116.

Melot M. 1997. L’abbaye de Fontevraud. Paris, Jacques Lanore.

Melot M. 2000. « Interview de Pierre Prunet, Daniel Prigent et François-Charles James », Éditions 303, Arts, recherches et créations, n° 67 : 118-135.

Menard B. 1994. Encore 264 jours à tirer au pénitencier de Fontevraud. Coudray-Macouard, Cheminements Éditions.

Mester de Parajd G. & Prigent D. 1998. « La restauration du chevet de l’abbatiale », Monumental, n° 22, 1998 : 10-17.

Prigent D. 2010. Fontevraud. Fontevraud-l’Abbaye, Éditions du Centre Culturel de l’Ouest, 2010.

Prigent D. 2014. « Fontevraud, archéologie et restauration sur un ensemble monastique complexe », In : C. Bolle, G. Coura & J.-M. Léotard (dir.), L’archéologie des bâtiments en question. Un outil pour les connaître, les conserver ou les restaurer : actes du colloque international, Liège, 9-10 novembre 2010. Namur, Service public de Wallonie : 192-206 (coll. Études et Documents. Archéologie, 35).

Haut de page

Notes

1 Sur l’évolution du site : Crozet 1964, Melot 1997 et Prigent 2010.

2 Aux services administratifs (directeur secondé par l’inspecteur, greffier, comptable, commis aux écritures) s’ajoutent les services spéciaux (médecin, pharmacien, aumônier, instituteur, personnel de garde), ainsi que le personnel non pénitentiaire, civil et militaire.

3 Dix-huit voix pour, cinq abstentions et une voix contre.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Le site de Fontevraud vers le milieu du xviiie siècle, à l’exception de Saint-Jean-de-l’Habit ; les ensembles principaux sont accompagnés de très nombreux bâtiments. © Pôle archéologique départemental de Maine-et-Loire.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2 – Plan de la maison centrale en 1851 (AD M&L, 1Fi265). © Archives départementales de Maine-et-Loire.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3779/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 3 – Vue de Fontevraud avant l’abandon de la centrale soulignant l’importance des ateliers (c. 1935). Coll. privée.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3779/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 4 – Aile orientale du Grand-Moûtier. L’étage de la galerie a été restauré. © Daniel Prigent.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3779/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende Fig. 5 – Plan actuel de Fontevraud. © Pôle archéologique départemental de Maine-et-Loire.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3779/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 6 – Façade principale de la fannerie avant la restauration des parements et de la toiture ; fenêtres et lucarnes appartiennent à plusieurs campagnes d’aménagement du bâtiment au xixe siècle. © Daniel Prigent.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3779/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Prigent, « Fontevraud, une maison de force et de correction (1804-1963) dans une abbaye  »Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 24-30.

Référence électronique

Daniel Prigent, « Fontevraud, une maison de force et de correction (1804-1963) dans une abbaye  »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 05 janvier 2018, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3779

Haut de page

Auteur

Daniel Prigent

Umr 6298 ARTeHIS « Archéologie, Terre, Histoire & Sociétés », Pôle archéologique départemental de Maine-et-Loire.

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals