Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Ce que l’enregistrement archéologique pourrait signifier.

Essai de contribution à une étude sociologique d’une pratique scientifique
Christophe Tufféry
p. 46-49

Texte intégral

1Nourri d’emprunts faits à de nombreux auteurs et courants de pensée, ainsi que d’échanges réguliers avec mes collègues archéologues, cet article s’inscrit dans le double contexte d’une activité professionnelle et d’un parcours académique en adoptant une démarche réflexive pour essayer d’identifier certains des processus sociologiques à l’œuvre dans l’enregistrement archéologique. Repérer ce qui se joue en la matière permet de déconstruire certaines des pratiques, des habitudes, des schémas et des catégories de pensée qui le sous-tendent et l’influencent, directement et indirectement, sans que la majorité des professionnels en aient conscience.

Les processus et les conditions de la production de connaissances en archéologie

2Enjeu et condition moderne de la recherche en sciences sociales, la notion de réflexivité, théorisée par Pierre Bourdieu (2001), incite le chercheur à se prendre lui-même pour objet d’étude, « afin de déceler tout ce qu’il peut y avoir d’impensé dans son rapport à l’objet de ses investigations » (Éribon 2013).

  • 1 Dans cet ouvrage, G. Bachelard a décrit ainsi la notion de « conditions psychologiques » des activi (...)

3En archéologie, toutes les activités visant à décrire et traduire les observations (localiser, prendre des mesures, désigner, caractériser, interpréter, valoriser, communiquer, enseigner, etc.), peuvent être considérées comme un ensemble de pratiques sociales, de lieux d’échanges de savoirs et de savoir-faire entre des agents sociaux. Dès lors, il apparaît légitime de s’interroger sur les conditions dans lesquelles les connaissances sont produites, « par une objectivation des mécanismes qui gouvernent cette production scientifique » (Hilgers 2006). Par « conditions de production », nous ne désignons pas uniquement les conditions matérielles, ni les méthodes mobilisées, ni les dispositifs utilisés, qu’ils soient traditionnels ou numériques, pas plus que les conditions épistémologiques telles que les a définies Gaston Bachelard (1934)1. En empruntant la notion de « conditions de production » aux travaux de Pierre Bourdieu (1980, 1994, 2000), nous considérons ici l’ensemble des situations et déterminations sociales incorporées par les agents et dans lesquelles ils mettent en œuvre leurs savoirs et leurs savoir-faire pour produire et traduire de nouvelles connaissances. Soumises à des rapports de force et de sens, ces conditions de production sont avant tout le fait d’apprentissages plus ou moins conscients et organisés, de conditionnements hérités, de pratiques assimilées, voire de lois sociales sous-jacentes, formant ce que Pierre Bourdieu a désigné sous le vocable d’habitus.

4L’archéologie procède de deux processus habituellement présentés comme successifs : l’observation et l’interprétation. L’observation est le « procédé scientifique d’investigation, [la] constatation attentive des phénomènes tels qu’ils se produisent sans volonté de les modifier » dont la traduction est la production d’un « compte-rendu du phénomène constaté, décrit, mesuré » (Le Robert 2008 : 1722). Quant à l’interprétation, elle est définie comme « l’action de donner une signification [à des faits notamment] (Idem : 1358) ».

5En pratique, les archéologues procèdent souvent par une généralisation de leurs observations pour en tirer des principes généraux ayant presque valeur de lois explicatives. Par exemple, en l’absence ou, à l’inverse, en raison de la présence de certains vestiges sur un site, ils appliquent un raisonnement de type analogique en se référant à d’autres sites comparables déjà décrits et s’attendent à découvrir certains types de vestiges ou de faits archéologiques plutôt que d’autres. Leurs observations peuvent ainsi être influencées par des hypothèses d’interprétation préétablies.

6En réalité, observation et interprétation interagissent souvent l’une avec l’autre. Les données d’observation conduisent à émettre des hypothèses d’interprétation par un processus empirico-inductif. En retour, la démarche hypothético-déductive peut alimenter et orienter la production des données d’observation avant, éventuellement d’engager une nouvelle démarche inductive. Les deux démarches ne s’excluant pas l’une l’autre, elles sont complémentaires (Gardin 1974, 1979).

7Pour la discipline archéologique comme pour toute discipline scientifique, l’individu qui observe et interprète doit être pris en considération et non pas vu comme extérieur à son objet d’étude. L’archéologue construit celui-ci en même temps qu’il élabore et délivre son discours à son propos. Sa subjectivité doit être prise en compte dans la compréhension des mécanismes intellectuels et psychoaffectifs qui le lient à son terrain d’étude. Il en est de même en sociologie, en ethnographie ou en anthropologie, la sélection et la restitution des informations de terrain traduisant toujours des situations, des choix de mises en récit (« la focalisation narrative ») et des points de vue adoptés par les chercheurs (Pandraud 2013).

8L’école « post-processuelle » a déjà proposé de prendre en compte la subjectivité des acteurs, signifiant ainsi la fin de l’illusion d’une pratique scientifique « pure » qui en serait indépendante (Renfrew & Bahn 2008). Mais les auteurs post-processualistes ont davantage pris en compte les « conditionnements culturels » des archéologues que leurs affects et leurs interactions sociales.

9La sociologie du travail et la psychosociologie des organisations (Sardas, Dalmasso & Lefebvre 2011) ont démontré que le travail met en jeu quatre dimensions identitaires chez l’individu :

– cognitive (compétences acquises),

– physiologique (capacités à assurer une activité),

– stratégique (autonomie de l’individu et reconnaissance par son entourage, ses pairs, sa hiérarchie),

– subjective (image de soi).

10C’est au niveau de la dimension subjective que se joue la représentation consciente ou inconsciente qu’a l’individu de lui-même au travail. C’est là aussi que se joue la « résonance symbolique » entre ses désirs et ses valeurs et le rôle qu’il joue dans l’organisation (Dejours 2010).

11Quand l’esprit est menacé par la peur d’être insuffisamment reconnu, par l’angoisse d’être mal évalué et par le sentiment d’être isolé face à des pressions de toutes sortes, à de nouvelles injonctions (Bruno 2013 et Didier 2013 ; Dejours 2003), lorsque la compression du temps professionnel provoque une tension permanente (Rosa 2010), quand le corps est exposé à des risques physiques largement niés, des pathologies mécaniques insuffisamment prises en compte, l’engagement dans le travail devenu source de souffrance devient plus difficile. L’inscription des individus dans le réel est mise à mal (Dejours 2011, 2012, 2013).

12Cette prise en compte de la subjectivité permet notamment d’expliquer les différences d’un archéologue à l’autre dans leurs « manières de faire », leur façon de « faire science » avec leurs doutes, incertitudes, domaines de moindre compétence, catégories de pensée préconçues, etc., avec lesquels chacun doit composer pour tendre vers l’idéal de scientificité qui lui est propre (Soler 2001).

13Dès lors que la subjectivité est prise en compte, les données archéologiques produites ne peuvent plus être vues ni décrites du seul point de vue de la méthode scientifique qu’elles visent à servir. Qu’elles soient concomitantes ou postérieures à l’observation de terrain, elles méritent donc de faire l’objet d’une déconstruction pour identifier ce qu’elles révèlent des acteurs, de leurs actes, de leurs positions sociales, de leurs trajectoires personnelles et professionnelles, de leurs rôles dans les organisations sociales et politiques dans lesquelles ils agissent ou avec lesquelles ils sont en relation.

Les principes classificatoires en vigueur dans la conception et la réalisation den l’enregistrement en archéologie

  • 2 Cette tentative s’inspire pour partie, et très modestement, de l’héritage du projet d’« archéologie (...)

14L’enregistrement archéologique constitue la première étape de la production des « archives de fouille ». S’interroger sur les conditions de leur production pour mieux en appréhender les significations sous-jacentes, c’est tenter de retrouver, en leur sein, les traces du développement de l’histoire de l’archéologie comme discipline, de sa relation avec les disciplines scientifiques qu’elle côtoie, et de mieux saisir sa dimension sociologique et politique.2

15Si on considère que l’étude des archives de fouilles dédiées à l’enregistrement des données archéologiques – carnets, fiches, formulaires, bases de données, etc.– permet d’en comprendre un peu mieux les origines et les objectifs scientifiques (Chaillou 2003) et politiques, elle doit aider à mieux identifier les forces et les significations en jeu dans les actes de l’enregistrement archéologique et dans le versement des archives de fouille à l’État.

16En France, le rôle de la puissance publique dans la conception et la finalité réglementaire de l’enregistrement archéologique est traduit pour l’essentiel dans le code du patrimoine dont l’article L510-1 du Titre I affirme : « Constituent des éléments du patrimoine archéologique tous les vestiges et autres traces de l’existence de l’humanité, dont la sauvegarde et l’étude, notamment par des fouilles ou des découvertes, permettent de retracer le développement de l’histoire de l’humanité et de sa relation avec l’environnement naturel. »

17Le site Internet du ministère de la Culture ajoute3 : « Une recherche archéologique de terrain commence par un inventaire exhaustif des connaissances disponibles sur la zone à étudier et sur son contexte : dépouillement des sources archivistiques disponibles (archives textuelles et iconographiques, cadastres, plans…) ainsi que de la littérature historique et archéologique, enquête orale auprès des habitants et prospections de terrain. L’étape ultérieure peut être la mise en place de sondages afin d’établir un diagnostic des traces d’occupations humaines encore conservées. Ensuite, peut commencer la fouille des sites découverts. Elle comprend l’exploration minutieuse de toutes les structures, vestiges mobiliers et immobiliers, vestiges humains, éléments de faune, de flore… identifiés et leur enregistrement par le biais de plans, coupes, photo-graphies, notes et fiches diverses ».

  • 4 « Le capital symbolique c’est n’importe quelle propriété […] lorsqu’elle est perçue par des agents (...)

18La liste organisée des archives de fouille telles qu’elles doivent être livrées par les archéologues aux services de l’État, à l’issue de toute opération archéologique, est une entreprise qui s’appuie sur des concepts classificatoires. Or, imposer des classifications revient à rendre les catégories de pensée et d’organisation des choses à penser comme inévitables, incontournables et évidentes : « L’État concentre l’information, la traite et la redistribue. Et surtout il opère une unification théorique… À travers les systèmes de classement qui sont inscrits dans le droit, les procédures bureaucratiques […], l’État façonne les structures mentales et impose des principes de vision et de division communs, des formes de pensée qui sont à la pensée cultivée ce que les formes primitives de classification décrites par Durkheim et Mauss sont à la “pensée sauvage”, contribuant par-là à construire ce que l’on désigne communément comme l’identité nationale – ou, dans un langage plus traditionnel, le caractère national  ». L’État, qui « dispose des moyens d’imposer et d’inculquer des principes durables de vision et de division conformes à ses structures, est le lieu par excellence de la concentration et de l’exercice du pouvoir symbolique » (Bourdieu 1994)4.

19Dans le même ouvrage, le sociologue ajoute : « Dans tout usage de concepts classificatoires […], nous engageons à la fois une description et une prescription qui n’apparaît pas comme telle parce qu’elle est (à peu près) universellement acceptée, et admise comme allant de soi […] Ce principe de construction est un des éléments constitutifs de notre habitus, une structure mentale qui, ayant été inculquée dans tous les cerveaux socialisés d’une certaine façon, est à la fois individuelle et collective ; c’est une loi tacite (nomos) et une perception de la pratique qui est au fondement du consensus sur le sens du monde social […] au fondement du sens commun. » (Idem).

20Ce principe d’institution classificatoire est probablement déjà en œuvre lors de l’observation qui est au fondement même de la production du contenu des archives de fouille. Il nous paraît intéressant de le déconstruire pour en identifier les origines et les objectifs.

21Ainsi, les notions d’unités stratigraphiques, de faits archéologiques, de structures, d’ensembles, d’artefacts et d’écofacts, de mobiliers, toutes ces catégories classificatoires qui se veulent scientifiques, sont des constructions sociales de l’observation et de l’interprétation archéologiques. Ces catégories se sont imposées au fur et à mesure de l’histoire de la discipline et semblent devenues évidentes, voire naturelles, pour la grande majorité des archéologues qui les ont intégrées pendant leur formation universitaire et dans leurs pratiques professionnelles.

22S’il peut paraître difficile d’admettre cette conception, elle est pourtant la traduction de la subjectivité de la démarche de l’archéologue, une subjectivité qui revêt une dimension individuelle et une dimension collective.

23La dimension individuelle de cette subjectivité réside dans la façon dont chaque archéologue a intégré, voire incorporé dans sa pratique de l’observation les concepts à travers lesquels les résultats de son travail scientifique devront être restitués. Devant son terrain d’étude, il est conduit à le concevoir à travers les concepts classificatoires de l’observation et de l’interprétation devenus évidents et immédiatement mis en pratique.

24La dimension collective de la subjectivité est la façon dont ces concepts classificatoires sont immédiatement admis par les équipes intervenant sur une opération archéologique, même si des discussions peuvent avoir lieu sur la méthode de diagnostic ou de fouille utilisée, au début ou au cours de l’opération, ou encore sur les interprétations proposées par tel ou tel. La recherche du consensus s’impose alors pour retenir l’une des méthodes ou des interprétations suggérées. Dans les faits, les discussions et la recherche du consensus portent sur les aspects méthodologiques, beaucoup plus rarement sur les concepts classificatoires mobilisés pour appréhender un site et pour en décrire les observations et les découvertes.

25Les concepts classificatoires ont un autre effet souvent ignoré car largement inconscient chez les acteurs concernés. Il s’agit d’un effet de soumission des dimensions individuelles de la subjectivité de l’objet scientifique construit à la dimension collective. Plus précisément, la rationalisation en œuvre dans la pensée interprétative en archéologie vise à limiter la part de subjectivité dans l’enregistrement des données tel qu’il est réalisé.

26S’interroger ainsi sur les processus en vigueur dans l’enregistrement archéologique ne peut se faire sans évoquer ses acteurs ainsi que leurs parcours social et professionnel, car les processus ne sont pas désincarnés.

Perspectives

27S’interroger sur la dimension sociologique de l’enregistrement archéologique, contribue dans une certaine mesure, à une entreprise proche de celle suggérée par les travaux de Pierre Bourdieu. Selon cet auteur, pour que la science soit vertueuse, elle doit être animée par deux types d’exigences  :

– une exigence épistémologique, garante d’une rigueur croissante et d’une objectivation de plus en plus juste : il s’agit d’une responsabilité scientifique,

– une exigence éthique, liée au rôle et à la position du savant dans la cité et à la façon dont il cherche, soit à conforter les positions établies et défendues par les dominants, soit, au contraire, à les remettre en cause en contribuant à la prise de conscience des agents dominés : il s’agit d’une responsabilité politique.

« En montrant que l’unité des conduites est déterminée par l’habitus, il est possible d’introduire la conscience des agents au fonctionnement de la logique pratique, de sorte qu’ils puissent poser des actes qui modifient la structure objective concrète de l’univers axiologique et qu’ils deviennent, dans une certaine mesure, autonomes par rapport à leurs déterminations sociales. » (Hilgers 2006).

28Suggérer ainsi de s’interroger sur ce qui se joue en archéologie, en particulier lors des étapes de l’enregistrement, ne consiste pas à faire une injonction de posture à adopter pour tous les archéologues du point de vue réflexif. Accéder au sens caché et largement inconscient des catégories de pensée et d’action en œuvre dans la discipline peut ouvrir de nouvelles formes de discours mais aussi de solidarité et de coopération, au moment où la compétition entre organisations et l’évaluation des individus semblent s’imposer comme de nouvelles normes des pratiques managériales et des politiques publiques de la recherche.

29Dans ce contexte, il nous semble judicieux de réfléchir à ce que pourrait être une archéologie « socialement responsable » qui inviterait les archéologues à une réflexion individuelle et collective sur eux et entre eux. Cette réflexion pourrait concerner la nécessaire évolution des pratiques professionnelles des archéologues, notamment sous l’effet d’un recours massif aux technologies numériques, mais aussi leurs relations à leur travail et à leurs organisations professionnelles.

30Espérons que cet article les incitera à envisager différemment leur travail, selon un point de vue complémentaire des manières traditionnelles de mettre en récit leurs pratiques, situées habituellement entre illusions imagières (Voisenat 2008, Holtorf 2009) et redéfinitions désenchantées (Olivier 2008).

Haut de page

Bibliographie

Bachelard G. 1934. La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective. Paris, Librairie philosophique Jacques Vrin (Bibliothèque des textes philosophiques).

Bourdieu P. 1980. Le sens pratique. Paris, Éditions de Minuit (Le sens commun).

Bourdieu P. 1994. Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action. Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. 2001. Science de la science et réflexivité : cours du Collège de France 2000-2001. Paris, Éditions Raisons d’agir (Cours et travaux).

Bruno I. & Didier E. 2013. Benchmarking : l’État sous pression statistique. Paris, Éditions La Découverte (Zones).

Chaillou A. 2003. Nature, statut et traitements informatisés des données en archéologie : les enjeux des systèmes d’informations archéologiques. Thèse de doctorat de sciences humaines et sociales sous la dir. de Bruno Helly. Lyon, Université Louis-Lumière – Lyon 2. URL : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2003/chaillou_a#p=0&a=top

Dejours Ch. 2003. L’évaluation du travail à l’épreuve du réel : critique des fondements de l’évaluation. Versailles, Institut national de la recherche agronomique.

Dejours Ch. 2010. Le facteur humain. Paris, Presses universitaires de France (1ère éd. 1994) (Que sais-je ?).

Dejours Ch. (dir.). 2011. Conjurer la violence : travail, violence et santé. Paris, Éditions Payot & Rivages (1ère éd. 2007) (Petite Bibliothèque Payot ; 785).

Dejours Ch. 2012. La Panne : repenser le travail et changer la vie. Entretien avec Béatrice Bouniol. Paris, Bayard éditions (Essais).

Dejours Ch. 2013. Travail vivant : 2. Travail et émancipation. Paris, Éditions Payot & Rivages (1ère éd. 2009) (Petite Bibliothèque Payot ; 896).

Éribon D. 2013. La Société comme verdict : classes, identités, trajectoires. Paris, Éditions Fayard (À venir).

Demoule J.-P. 2009. « Perspectives pour l’archéologie en France », in : Ch. Landes & J.-P. Demoule (dir.). La fabrique de l’archéologie en France : actes du colloque organisé par l’Institut national d’histoire de l’art et l’Institut national de recherches archéologiques préventives, février 2008. Paris, Éditions La Découverte : 281-296.

Foucault M. 1969. L’archéologie du savoir. Paris, Éditions Gallimard (Bibliothèque des Sciences humaines).

Gardin J.-C. 1974. « Les projets de banques de données archéologiques : problèmes méthodologiques, technologiques et institutionnels », in : M. Borillo & J.-C. Gardin (éd.), Les banques de données archéologiques : colloque national du Cnrs, Marseille, 1972. Paris, Éditions du Cnrs, 1974 : 15-26.

Gardin J.-C. 1979. Une archéologie théorique. Paris Hachette (L’Esprit critique).

Hilgers M. 2006. « La responsabilité sociologique : retour sur l’entreprise critique de Pierre Bourdieu », Recherches sociologiques et anthropo-logiques [En ligne], 37-1 | 2006, mis en ligne le 14 mars 2011, consulté le 30 juillet 2015. URL : http://rsa.revues.org/607

Hodder I. 1999. The Archaeological Process : An Introduction. Hoboken (USA, New Jersey), Wiley-Blackwel.

Holtorf C. 2009. Archaeology is a brand ! The meaning of archaeology in contemporary popular culture. Routledge, 196 p.

Jockey P. 1999. L’archéologie. Paris, Éditions Belin (Sujets).

Le Robert 2008. Le nouveau petit Robert  : dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, texte remanié et amplifié sous la direction de Josette Rey-Debove et Alain Rey. Paris, Le Robert.

Olivier L. 2008. Le sombre abîme du temps. Paris, Le Seuil, 288 p. (La couleur des idées).

Pandraud N. 2013. « Une théorie de l’observation », In situ, SociologieS [En ligne], consulté le 31 juillet 2015. URL : http://sociologies.revues.org/4315

Renfrew C. & Bahn P. 2008. Archaeology : Theories, Methods and Practice, New York (USA), Thames and Hudson Publishers (1ère éd. 1991).

Rosa H. 2010. Accélération. Une critique sociale du temps. Paris, La Découverte, 474 p. (Théorie critique).

Sardas J.-C., Dalmasso C. & Lefebvre Ph. 2011. « Les enjeux psychosociaux de la santé au travail : des modèles d’analyse à l’action sur l’organisation », Revue française de gestion, 5-214 : 69-88.

Soler L. 2001. « Certitudes, incertitudes et enjeux de la philosophie des sciences contemporaines », Le Portique, 7, [En ligne], consulté le 11 août 2015. URL : http://leportique.revues.org/236

Tufféry Ch. 2015. Le terrain : un lieu et un temps indispensables à la confrontation entre la théorie et la pratique de la recherche en archéologie préventive. Mémoire de Master 2 professionnel d’archéologie, Paris, Université de Paris 1.

Voisenat Cl. (dir.). 2008. Imaginaires archéologiques. Paris, Éditions de la Fondation de la maison des sciences de l’homme, ministère de la Culture (Ethnologie de la France ; 22).

Haut de page

Notes

1 Dans cet ouvrage, G. Bachelard a décrit ainsi la notion de « conditions psychologiques » des activités scientifiques : « Quand on cherche les conditions psychologiques des progrès de la science (…) c’est dans l’acte même de connaître, intimement, qu’apparaissent, par une sorte de nécessité fonctionnelle, des lenteurs et des troubles. C’est là que nous montrerons des causes de stagnation et même de régression, c’est là que nous décèlerons des causes d’inertie que nous appellerons des obstacles épistémologiques ».

2 Cette tentative s’inspire pour partie, et très modestement, de l’héritage du projet d’« archéologie » de Michel Foucault (1969). Celui-ci considérait les archives (texte, livre, publication, discours) comme un système défini produisant les règles de leur vérité à un moment donné – ce qu’il appelle leurs « conditions de vérité » – et non la vérité scientifique des savoirs qu’elles produisent. Mais, contrairement à Michel Foucault, nous considérons qu’il est essentiel de prendre en compte les auteurs des archives autant que leurs destinataires – « les sujets de l’énonciation » –, pour comprendre les conditions de possibilité dont témoignent leurs pratiques.

3 Site du ministère de la Culture : Qu’est-ce que l’archéologie ? http ://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Archeologie/Qu-est-ce-que-l-archeologie. Consulté le 02 octobre 2017.

4 « Le capital symbolique c’est n’importe quelle propriété […] lorsqu’elle est perçue par des agents sociaux dont les catégories de perception sont telles qu’ils sont en mesure de la connaître (de l’apercevoir) et de la reconnaître, de lui accorder valeur […]. Plus précisément c’est la forme que prend toute espèce de capital lorsqu’elle est perçue à travers des catégories de perception qui sont le produit de l’incorporation des divisions ou des oppositions inscrites dans la structure de la distribution de cette espèce de capital » (Bourdieu 1994).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Tufféry, « Ce que l’enregistrement archéologique pourrait signifier. », Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 46-49.

Référence électronique

Christophe Tufféry, « Ce que l’enregistrement archéologique pourrait signifier. », Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 10 janvier 2018, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nda/3784 ; DOI : 10.4000/nda.3784

Haut de page

Auteur

Christophe Tufféry

Ingénieur de recherche à l’Inrap, 121, rue d’Alésia, CS 20007,75685 Paris Cedex 14

christophe.tuffery@inrap.fr

Articles du même auteur

  • Quelques réflexions sur les catégories de pensée, les principes classificatoires et les processus d’institutionnalisation en archéologie
    Paru dans Les nouvelles de l'archéologie, 155 | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals