Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

De l’importance de « former » : exemple de mise en application à l’aide des travaux sur les cartes archéologiques

Jessica Giraud
p. 50-55

Texte intégral

  • 1 Yasser al-Mahdi était en charge du département de la carte archéologique et des systèmes d’informat (...)

1En hommage à Yasser al-Mahdi1 (State Board of Antiquities and Heritage, Bagdad)

Introduction

  • 2 La Délégation archéologique française en Afghanistan / Dafa est officiellement en charge de la cart (...)

2Actuellement l’Afghanistan et l’Irak, notamment le Kurdistan irakien, établissent leur carte archéologique nationale. Dans ce but, de nombreuses équipes internationales en étroite relation avec les Directions des Antiquités effectuent de vastes missions de prospections intensives2. Pour les gouvernements irakien et afghan, ces cartes sont considérées comme un important outil patrimonial et de gestion du territoire, mais leur potentiel et leurs développements possibles restent mal perçus. La Mission archéologique française de Soulaimaniah (Mafgs), en tant que jeune entreprise de recherche archéologique, a jugé nécessaire de s’investir dans la formation de nos collègues afin qu’ils puissent se saisir de ce puissant outil pour l’étude de l’évolution de leur territoire.

3Ainsi, depuis 2014, des collègues irakiens et afghans sont venus à Paris (fig. 1) se former aux disciplines nécessaires à l’exploitation d’une carte archéologique et d’une archéologie des espaces ou du paysage (Landscape Archaeology). Pendant deux semaines, nous les avons initiés à un certain nombre d’aspects de cette archéologie interdisciplinaire rarement enseignée dans les grandes formations académiques européennes et américaines. L’objectif principal était de leur donner une vision élargie des possibilités d’une recherche archéologique moderne souvent restreinte, dans ces régions, à l’étude intra-site des sites fouillés. Il s’agit de leur offrir tous les moyens pour s’emparer, par la carte archéologique, de leur histoire régionale.

Fig. 1 – Archéologues afghans suivant la formation de 2017 devant l’Institut d’art et d’archéologie, rue Michelet à Paris. L'Institut est notre premier partenaire scientifique avec l’école doctorale de Paris 1. © J. Giraud.

De la nécessité de la formation pour une intégration de nos collègues étrangers à nos recherches. Le cas de la Mafgs

4L’idée d’une formation à l’archéologie des espaces ou du paysage s’est imposée à nous dès 2013. Elle est née d’un besoin, au sein de la Mafgs, de rendre notre domaine de recherche plus compréhensible et plus attractif pour nos collègues kurdes, afin de les intégrer au mieux à nos travaux.

5La mission a en charge la carte archéologique du gouvernorat de Soulaimaniah. Il s’agit au départ d’une demande de la direction des Antiquités de Soulaimaniah, pour qu’elle puisse gérer et protéger son patrimoine. Cette carte devrait nous permettre d’étudier de façon approfondie les processus d’évolution du peuplement au sud du Zagros. Nous travaillons depuis le début avec plusieurs collègues kurdes que nous avons formé sur le terrain aux aspects techniques de notre travail, comme la navigation au GPS, la prise de points GPS, la lecture de cartes, la lecture d’imagerie aérienne et satellitaire, la collecte des artefacts en suivant la micro-topographie de terrain, la collecte de données et la description céramique. Cependant, les mêmes questions revenaient régulièrement : pourquoi recenser les petits sites ? pourquoi collecter des échantillons de terre ? pourquoi décrire toutes les céramiques ? etc. Il est apparu très rapidement que la différence de formation académique était en partie responsable de cette situation et qu’il fallait que nous les formions à la partie théorique et conceptuelle de nos recherches.

6Quand, en 2014, l’État islamique a tenté de prendre Erbil et que le Kurdistan irakien est entré en guerre pour protéger ses frontières, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (Meae) a suspendu les missions archéologiques françaises. Sa commission des fouilles nous a alors permis d’utiliser l’allocation de la Mafgs pour former nos collègues irakiens. L’idée d’une formation théorique et conceptuelle, qui a émergé tout naturellement, s’est concrétisée par une initiation à une archéologie des paysages et, bien sûr, à l’ensemble des disciplines qui permettent de restituer les espaces anciens.

7Cette formation a ouvert de multiples pistes de réflexion à nos collègues qui ont découvert de nombreuses problématiques qu’ils ignoraient. Quelque temps après les deux semaines passées à Paris, il s’est avéré qu’ils avaient acquis une autonomie réelle les rendant capables de se lancer seuls dans des projets de recherche, alors qu’auparavant ils n’y prenaient qu’une part logistique et administrative. L’un a obtenu une bourse pour effectuer un Master dans une université allemande afin d’étudier la distribution des sites Halaf dans la région sud du Zagros, un deuxième a entrepris de se confronter à -l’industrie lithique néolithique de la région de Soulaimaniah avec la mission britannique de Bestantsur, dirigée par Roger Matthews (Université de Reading), un troisième a prospecté seul une vaste région pour cartographier les sites menacés par la construction d’un gazoduc. Actuellement, ces trois professionnels sont en charge d’une partie des prospections de la Mafgs. La formation a donc servi de déclencheur en permettant leur intégration à des projets de recherches, le nôtre mais aussi d’autres programmes dans lesquels ils n’avaient qu’un rôle de représentants.

La mise en place d’une formation interdisciplinaire répondant aux besoins de nos collègues

8La réflexion sur le contenu dispensé s’est enrichie de notre expérience de collaboration à de vastes programmes de formations d’institutions américaines, comme l’Archaeological Site Preservation de l’Université Delaware, le Fundamentals of Heritage Conservation dispensé par la Smithsonian Institution au Centre irakien de conservation du patrimoine à Erbil, ou le programme Afghan Heritage Mapping délivré à Kaboul par l’Oriental Institut de Chicago. À chaque fois, nous avions en charge la mise en application des cours théoriques sur les Systèmes d’information géographique (Sig) et montions avec les stagiaires un projet Sig sur un site archéologique dont nous avions collecté et daté le matériel. Très vite, nous nous sommes aperçus que les étudiants kurdes ou afghans se contentaient d’utiliser le Sig. Le plus souvent, une fois repartis dans leurs institutions respectives, ils ne mettaient pas à profit leurs nouvelles compétences. Sans mise en perspective de cette technique, les raisons scientifiques des productions qui pouvaient en résulter leur étaient très floues et l’intérêt d’une carte archéologique, au-delà de l’intérêt patrimonial, leur échappait.

9Le choix du contenu de cette première formation s’est donc concentré sur une problématique ciblée, tournée vers les objectifs de la Mafgs : l’importance de l’outil « carte archéologique » pour l’étude des territoires et des peuplements.

10Nous l’avons organisée en deux parties distinctes mais liées : la première basée sur les méthodes et disciplines nécessaires à la mise en place d’une carte archéologique exhaustive, la seconde dédiée aux disciplines permettant de l’exploiter en vue de la restitution d’une histoire des paysages, des peuplements et des territoires de la zone prospectée.

  • 3 Les fouilles dans la région sont toutes anciennes.

11Pour introduire la première partie, nous avons exposé deux exemples de cartes archéologiques réalisées à des fins patrimoniales et scientifiques : le premier exemple portait sur la carte archéologique du Ja’alan en Oman et son analyse du territoire au IIIe millénaire av. J.-C. (Giraud & Cleuziou 2009 ; Giraud 2010), le second sur la carte archéologique que mène actuellement la Mafgs et son étude sur l’évolution des peuplements au sud du Zagros, du Paléolithique à nos jours. Puis, nous avons décrit les méthodologies appliquées pour collecter les données nécessaires à l’établissement de la cartographie en démontrant bien que ces méthodes n’étaient pas duplicables sur tous les terrains. Selon leur nature et selon la problématique de la recherche, l’ensemble des différentes méthodes de prospections existantes a été passé en revue (prospections pédestre, aérienne, satellitaire, systématique, avec échantillonnage, etc.) et explicité. Des notions de géographie « pratique » ont aussi été enseignées aux stagiaires, afin qu’ils puissent lire des cartes topographiques (fig. 2), des photographies aériennes, des images satellitaires, pour rechercher des sites archéologiques, mais aussi pour qu’ils puissent utiliser un GPS (fig. 3) pour cartographier des sites archéologiques repérés sur le terrain et sur les images. En conclusion, nous avons abordé l’étude du matériel lithique (fig. 4) et céramique (fig. 5) que nous collections sur les sites : le matériel lithique est souvent le grand absent des études post-fouille des archéologues irakiens, qui n’étudient la céramique que pour dater les sites archéologiques à l’aide d’anciennes typologies3. Nos collègues sont en effet formés rapidement aux typologies lithiques (fig. 6) et céramiques (fig. 7) durant leurs études académiques, mais nous voulions les convaincre de l’importance d’étudier ces artefacts d’un point de vue technologique et non plus seulement typologique.

Fig. 2 – Collègues afghans travaillant sur la carte topographique de Paris pour apprendre à lire des coordonnées géographiques. © J. Giraud.

Fig. 3 – Collègues afghans travaillant avec un GPS. © J. Giraud.

Fig. 4 – Hanan, archéologue irakienne, travaillant sur du dessin lithique avec Stéphanie Bonilauri. © J. Giraud.

Fig. 5 – Saber, archéologue kurde, travaillant sur le matériel céramique expérimental de Sophie Méry. © J. Giraud.

Fig. 6 – Archéologues irakiens travaillant sur du remontage lithique avec Mana Jamialahamdi. © J. Giraud.

Fig. 7 – Archéologues afghans travaillant sur la pétrographie des céramiques avec Silvia Amicone. © J. Giraud.

12Cette première partie leur a montré la manière dont on pouvait bâtir une carte archéologique de tous les sites repérés sur des images et des cartes, puis comment prospecter sur le terrain et les dater.

13La deuxième partie était orientée sur l’utilisation théorique et analytique des cartes archéologiques dans le but d’étudier l’évolution des peuplements et des territoires. Rapidement, nous avons abordé les différents concepts liés à l’archéo-logie du paysage dans son dialogue avec de nombreuses disciplines pour restituer dans sa globalité l’histoire d’un espace. L’archéologie du paysage repose sur une confrontation et un croisement des données acquises par l’archéologie avec la géographie physique par l’étude de la dynamique de l’environnement actuel, avec la géographie culturelle par l’identité spatiale des populations, avec l’analyse spatiale de la distribution des sites et avec les disciplines du paléoenvironnement (géoarchéologie, archéobotanique, archéozoo-logie, paléo-climatologie, etc.). Toutes ces disciplines ont été abordées à partir des cartes omanaise et kurde. Nous avons choisi d'initier nos étudiants à l’archéozoologie et à l’archéo-botanique (fig. 8), pour leur montrer ce que permettaient l’étude des ossements d’animaux et celle des graines ou charbons retrouvés en fouille. L’initiation au SIG a permis de montrer la pertinence de cet outil pour le croisement de ces informations avec les analyses spatiales pour restituer la dynamique territoriale ancienne.

Fig. 8 – Amanj, archéologue kurde, travaillant sur des graines archéologiques au Muséum national d’Histoire naturelle. © J. Giraud.

14Au final, la découverte de nouvelles disciplines a permis à nos collègues afghans et kurdes d'acquérir indépendance de réflexion et autonomie d'action. Deux d'entre eux ont d'ailleurs entrepris de parfaire leur formation dans ces disciplines en réalisant des études personnelles. Des collaborations avec des spécialistes se sont également développées dans de nouveaux projets (fig. 9).

Fig. 9 – Rencontre entre les stagiaires irakiens et les chercheurs français travaillant sur la région kurde à l’Institut d’art et d’archéologie, rue Michelet à Paris. © J. Giraud.

15En 2015, nous avons repris cette formation à l’identique pour les huit Irakiens qui nous ont rejoints à Paris mais en 2017, nous avons modifié quelques parties techniques pour répondre à de nouveaux besoins : le cours de SIG a ainsi été remplacé par un cours de modélisation 3D et de photogrammétrie.

16Le cours portant sur la typologie céramique a aussi été modifié pour une étude plus technologique de ces artefacts, avec notamment une initiation à l’étude en lame mince des céramiques pour étudier leur façonnement.

La richesse du multi-partenariat scientifique et institutionnel

17Comme nous l’avons indiqué, l’étude d’une carte archéo-logique demande une collaboration poussée entre différents spécialistes. Cette interdisciplinarité nous a incités à réunir autour de nous des collègues de toutes les disciplines impliquées, et donc issus de différentes institutions de recherche. Cette richesse des partenariats a fait le succès de la formation. Nos collègues irakiens ou afghans ont pu rencontrer différents acteurs de la recherche française travaillant sous différents statuts – chercheurs, doctorants, étudiants. Ils ont ainsi pu confronter leur propre expérience de la recherche et de l’interdisciplinarité à celles de spécialistes de différents niveaux. Des liens, des ponts, se sont créés entre tous les acteurs du projet, et des pistes de programmes scientifiques ont été avancées, comme l’intervention de spécialistes en archéozoologie ou photogrammétrie sur le site de Mes Aynak en Afghanistan, une participation à la carte archéologique afghane, etc.

18Les principaux partenaires scientifiques impliqués sont l’école doctorale d’archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, dirigée par Pascal Butterlin ; le Muséum national d’Histoire naturelle avec l’équipe de l’Umr 7209 « Archéozoologie, Archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements », dirigée par Margareta Tengberg, à laquelle appartient le groupe de recherche « Sapaa : Sociétés, animaux & plantes en Asie & Afrique », dirigé par Marjan Mashkour, et l’Umr 7194 « Histoire naturelle de l’homme préhistorique », avec la participation de Stéphanie Bonilauri ; et enfin le Cnrs, avec l’Umr 7041 à la maison René-Ginouvès de Nanterre avec la participation des équipes du séminaire « Vepmo : Du village à l’État au Proche et Moyen-Orient », dirigé à l’époque par Régis Vallet auquel ont succédé Guillaume Gernez et Camille Lecompte, et l’équipe « AnTet : Anthropologie des techniques, des espaces et des territoires au Pliocène et au Pléistocène », dirigé par Éric Boeda.

  • 4 Nous tenons à remercier ici tous les enseignants, chercheurs ou doctorants qui ont accepté d’enseig (...)

19Tous sont reconnus pour leurs grandes compétences scientifiques sur les sujets qu’ils enseignent. Des professeurs et des doctorants de Paris 1 ont donné les cours sur les statistiques, la photogrammétrie, les études céramiques. Les chercheurs et post-doctorants de l’équipe 7209 ont initié les stagiaires aux questions du paléo-environnement, et notamment à l’importance de l’archéozoologie et l’archéobotanique pour les restitutions des dynamiques environnementales sur le temps long. Les chercheurs des Umr 7041 et 7194, avec les doctorants de l’équipe AnTet, ont abordé les études technologiques des outils lithiques. Enfin, les chercheurs de l’équipe Vepmo ont géré toute la partie de l’enseignement concernant les cartes archéologiques et l’archéologie4.

20Grâce à ces partenariats, nous avons également pu proposer la visite de grands musées parisiens : le Muséum national d’Histoire naturelle et sa Grande Galerie de l’Évolution, le Musée de l’homme au Trocadéro, le musée d’Archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye. Depuis le début, le département des Antiquités orientales du Louvre nous a accompagnés et nos stagiaires l’ont visité avec Ariane Thomas (fig. 10), conservatrice des collections relatives aux civilisations de l’ancienne Mésopotamie. Cette année, le musée Guimet a accepté une visite guidée de ses collections.

Fig. 10 – Les stagiaires irakiens en visite au Louvre avec Ariane Thomas. © J. Giraud.

21Enfin, cette série de formations n’aurait pu avoir lieu sans l’appui des partenaires institutionnels qui, eux, sont depuis longtemps convaincus de la nécessité de créer des liens scientifiques avec nos collègues étrangers pour mettre en place des coopérations peuvant déboucher sur de grands et vastes programmes de collaboration franco-irakienne ou franco-afghane. Le soutien institutionnel et financier du ministère des Affaires étrangères nous a permis de concrétiser ces projets nés en 2013. En 2014, le premier essai a pu avoir lieu grâce à l’appui de la commission des fouilles, via l’allo-cation de recherche de la Mafgs. En 2015, l’expérience a été renouvelée grâce au service de coopération et d’action culturelle (Scac) de l’Ambassade de France à Bagdad, associé à la mission française de Qasr Shemamok, dirigée par Maria-Grazia Rouault, et à la Mafgs. En 2017, la formation a pu être élargie aux archéologues afghans grâce aux efforts conjoints du Scac de l’Ambassade de France à Bagdad et de la Délégation archéologique française en Afghanistan.

Former à l’étranger, c’est investir dans une recherche collaborative

22La réussite de cette formation tient à l’autonomie acquise par la plupart de nos collègues irakiens et afghans, qui vont participer activement à nos recherches, voire s’inscrire dans la recherche internationale.

23Nous pouvons citer les exemples de Khalil, qui gère désormais la prise de photos par drones de l’ensemble des sites prospectés par l’équipe de l’Erbil Plain Archaeological Survey, Aram, qui est devenu professeur en SIG et en prospection, Saber, qui fait un master sur la période Halaf en Mésopotamie, Kamal, qui est devenu un des spécialistes des outils lithiques néolithiques, Amanj qui a réalisé une carte archéologique pour une société de gazoduc, Imam, qui est en charge de la carte archéologique afghane, etc. La plupart des 26 archéologues professionnels que nous avons formés ont acquis une indépendance scientifique et une capacité à l’interdisciplinarité nécessaires à l’échange avec de nombreux spécialistes.

24Travailler en Orient, en Asie ou en Afrique est souvent considéré par nos collègues européens comme le prolongement d’une archéologie coloniale au service des puissances politiques occidentales, afin d’imposer une certaine vision scientifique. Pourtant, par cette formation, nous avons créé des liens scientifiques et amicaux en vue d’une archéologie collaborative. Elle apparaît donc comme un excellent investissement pour une recherche plus globale et plus internationale.

25Archaïos a pour ambition de continuer cette expérience en développant des formations plus spécifiques. Elle s’y investit, en tant que jeune société, avec l’aide de ses partenaires et collègues du monde entier engagés dans des programmes et des réseaux internationaux.

Haut de page

Bibliographie

Giraud J. 2016. « Surface Survey of The Dinka Settlement complex, 2013-2015 », in : K. Radner, F. Janosha Kreppner, A. Squitieri (ed.), Exploring the Neo-Assyrian Frontier With Western Iran, The 2015 Season at Gird-i Bazar and Qalat-i Dinka, Peshdhat Plain Project Publications : 29-35.

Giraud J. 2010. « Early Bronze Age graves and graveyards in the in eastern Ja’alan (Sultanate of Oman) : an assessment of the social rules working in the evolution of a funerary landscape », in : L. Weeks (ed.), Death, Burial in Arabia and Beyond, Multidisciplinary perspectives, Seminar for Arabian Studies Monographs, Archaeopress, Oxford : 71-84 (BAR International Series, 10).

Giraud J. & Cleuziou S. 2009. « Funerary landscape as part of the social landscape and its perceptions : three thousand early Bronze Age burials in the eastern Ja’alan (Sultanate of Oman) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 39 : 163-180.

Ur J., de Jong L., Giraud J., Osborne J. F. & Macginnis J. 2013. « Ancient cities and landscapes in the Kurdistan Region of Iraq : The Erbil Palin Archaeological Survey 2012 Season », Iraq, LXXV : 89-117.

Haut de page

Notes

1 Yasser al-Mahdi était en charge du département de la carte archéologique et des systèmes d’information géographique au State Board of Antiquities and Heritage (Sbah) à Bagdad. Il a été l’un de nos étudiants à Erbil et à Paris, lors de la deuxième session de formation. C’était un collègue extrêmement compétent. Il avait acquis une autonomie de recherche très rapidement. Il avait la charge de la carte archéologique de l’Irak et il allait effectuer sa première prospection dans la Diyala. Il était aussi responsable de la cartographie de l’évaluation des dégâts causés par l’état islamique sur le site de Nimroud avec le programme de la Smithsonian Institution.

2 La Délégation archéologique française en Afghanistan / Dafa est officiellement en charge de la carte archéologique afghane. Plusieurs projets sont en cours au Kurdistan irakien : le Soulaimaniah Governorate Archaeological Survey, confié à la mission archéologique française du gouvernorat de Soulaimaniah (Mafgs / Sgas ; voir Giraud, 2016) ; dans le gouvernorat d’Erbil, l’Erbil Plain Archaeological Survey / Epas, dirigé par l’anthropologue Jason Ur, directeur du Centre d’analyse géographique de Harvard University (Ur et al., 2013), et l’Archaeological Survey of Koi Sanjaq/Koya / Ask, dirigé par Cinzia Papi (Université d’Innsbruck, Alte Geschichte und Altorientalistik Department) ; dans le gouvernorat de Dohuk, l’Eastern Habur Archaeological Survey / Eha, dirigé par Peter Pfälzner, titulaire de la chaire d’archéologie du Proche-Orient à l’université de Tübingen (Allemagne) et, autour de Ninive, le Land of Nineveh Regional Project / LoNRP de la mission archéologique italienne en Assyrie / Iama, dirigée par le professeur Daniele Morandi Bonacossi (Université d’Udine) ; dans la vallée du Grand Zab, l’Upper Greater Zab Archaeological Reconnaissance / Uzgar, piloté par le préhistorien Rafał Koliński (Poznań, Université Adam-Mickiewics).

3 Les fouilles dans la région sont toutes anciennes.

4 Nous tenons à remercier ici tous les enseignants, chercheurs ou doctorants qui ont accepté d’enseigner à nos collègues étrangers : pour les études lithiques, Stéphanie Bonilauri, Mana Jamialahmadi, Amir Beshkhani, Éric Boeda ; pour les études céramiques, Cécile Verdellet, Sophie Méry, Jean-Jacques Herr, Silvia Amicone ; pour les études statistiques : François Giligny ; pour la photogrammétrie : Rémi Méreuze et Vincent Capozzoli ; pour les études sur le patrimoine, Mathilde Mura ; pour les études archéozoologiques, Marjan Mashkour, Remi Berthon, Azadeh Mohaseb, Karyne Debue ; pour les études archéobotaniques, Margareta Tengberg.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Archéologues afghans suivant la formation de 2017 devant l’Institut d’art et d’archéologie, rue Michelet à Paris. L'Institut est notre premier partenaire scientifique avec l’école doctorale de Paris 1. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 2 – Collègues afghans travaillant sur la carte topographique de Paris pour apprendre à lire des coordonnées géographiques. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Fig. 3 – Collègues afghans travaillant avec un GPS. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Fig. 4 – Hanan, archéologue irakienne, travaillant sur du dessin lithique avec Stéphanie Bonilauri. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 5 – Saber, archéologue kurde, travaillant sur le matériel céramique expérimental de Sophie Méry. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende Fig. 6 – Archéologues irakiens travaillant sur du remontage lithique avec Mana Jamialahamdi. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Fig. 7 – Archéologues afghans travaillant sur la pétrographie des céramiques avec Silvia Amicone. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 8 – Amanj, archéologue kurde, travaillant sur des graines archéologiques au Muséum national d’Histoire naturelle. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 9 – Rencontre entre les stagiaires irakiens et les chercheurs français travaillant sur la région kurde à l’Institut d’art et d’archéologie, rue Michelet à Paris. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 10 – Les stagiaires irakiens en visite au Louvre avec Ariane Thomas. © J. Giraud.
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3786/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Giraud, « De l’importance de « former » : exemple de mise en application à l’aide des travaux sur les cartes archéologiques »Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 50-55.

Référence électronique

Jessica Giraud, « De l’importance de « former » : exemple de mise en application à l’aide des travaux sur les cartes archéologiques »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 08 janvier 2018, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3786 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3786

Haut de page

Auteur

Jessica Giraud

Chercheur associée à l’Umr-Cnrs 7041 « ArScAn : Archéologie & sciences de l’Antiquité », équipe Vepmo, « Du village à l’État au Proche et Moyen-Orient », et à l’Institut français du Proche-Orient.

Directrice de la Mission archéologique française du Gouvernorat de Soulaimaniah (Kurdistan d’Irak). Présidente et fondatrice de la société Archaïos.

giraud.jessica@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals