Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

In memoriam Serge Lewuillon

Serge Lewuillon a disparu le 8 janvier 2017.
Quelques amis et collègues ont souhaité lui rendre hommage à travers ce florilège de souvenirs que chacun garde en mémoire.
p. 56-59

Texte intégral

Serge, entre archéologie et anthropologie

1C’est d’abord le chercheur sous toutes ses facettes qu’il faut convoquer, à travers un parcours intellectuel qui nous laisse une copieuse bibliographie, non pas en termes de bibliométrie, mais en articles qui épuisaient sur des dizaines de pages un sujet. Lui rendant hommage lors du 41e colloque de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer / Afeaf, réuni à Dôle pendant le week-end de l’Ascension 2017, Vincent Guichard rappelle :

« Serge se revendiquait archéologue. Mais, vérification faite, il a très rarement tenu une pelle ou une pioche. Il était bien plus et bien mieux que cela : brillant philologue, éminent historien, rompu à la sociologie, érudit en toutes les matières, y compris l’observation du ciel étoilé du Morvan. C’était avant tout un savant de cabinet, qui avait tout lu, qui passait ses nuits devant son ordinateur jusqu’à user sa santé. Son excuse, on s’en souvient tous : “je dors vite”. C'était aussi le plus éclectique des savants, qui préférait les articles qui questionnent aux lourds traités. »

2C’est dans les années 1980 qu’a démarré cette trajectoire originale dans un milieu en train de se construire et de se donner une légitimité propre à travers les colloques annuels d’une association comme l’Afeaf, colloques auxquels Serge participa à de nombreuses reprises. De ces années 1980, Alain Daubigney, professeur émérite de pré et protohistoire, se souvient :

  • 1 Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Gesch. und Kult. Roms im Spiegel der neueren Forsch, Be (...)
  • 2 Parmi ses publications : « Polémique et méthode à propos d’une question historique : pour des “Îles (...)
  • 3 Daubigney A. 1990. Communautés, rapports sociaux et dépendance en France du Néolithique à l’âge du (...)

« C’est de cette époque que date notre rencontre à Besançon dans le cadre du Centre de recherches d’histoire ancienne / Chra, alors dirigé par Pierre Lévêque. Ce sont peut-être des sympathies “marxisantes” (ou supposées telles) qui l’avaient amené vers Besançon ou, plus simplement, l’aura dont notre équipe et “les” Lévêque bénéficiaient à l’époque. Je ne sais plus s’il a été officiellement rattaché à notre équipe à un moment ou un autre, mais je ne crois pas ; en tout cas, je me souviens l’avoir vu à Besançon dans des séminaires de ces années 80. Il a publié à plusieurs reprises dans les Dialogues d’histoire ancienne / Dha (revue du Chra) et son nom est aussi associé aux Mélanges Pierre Lévêque. C’est l’intérêt (rare à l’époque), que nous portions tous les deux au fonctionnement de la société gauloise qui nous avait rapproché vers 1980. Même si je n’en partageais pas toujours les attendus, l’article issu de son mémoire de maîtrise (!) et publié dans les ANRW1 en 1975 sous le titre Histoire, société et lutte des classes en Gaule : une féodalité à la fin de la République et au début de l’Empire (avec rattachement de l’auteur sous l’item « Bruxelles ») m’avait frappé par sa monumentalité (comme nombre de ses articles ultérieurs2) et avait bien sûr alimenté nos discussions. J’en dirais autant du volet “anthropologique” de son œuvre, m’étant moi-même nourri des travaux de l’anthropologie sociale et culturelle américaine. Bibliophile et historiographe averti, Serge était d’ailleurs un des rares à connaître ma thèse de doctorat d’État3. »

L’historien de l’archéologie et de la photographie

3Malgré un doctorat resté inachevé sur les sociétés savantes, Serge continua à s’intéresser à l’histoire de l’archéologie, notamment à la construction du regard moderne sur le passé lointain ou aux techniques qui ont joué un rôle dans l’évolution de la discipline archéologique, comme la photographie. « Cette curiosité pour l’histoire du regard explique aussi sa passion pour les tables d’orientation », précise Vincent Guichard.

  • 4 « Des fouilles aux tranchées. Les jalons de Déchelette », Anabases, 9, 2009, p. 249-260. http://ana (...)

4Il portait également une attention particulière aux grandes figures de l’archéologie française comme Henri Hubert (1872-1927) ou Joseph Déchelette (1862-1914). Pendant sept ans, il fut associé à un programme de recherche sur la correspondance et les archives Joseph Déchelette4. Sandra Péré-Noguès se rappelle :

« Si des rencontres peuvent marquer le parcours scientifique de chacun, ma rencontre avec Serge fait partie de ces improbables rendez-vous sur des sujets qui n’ont pas nécessairement le vent en poupe mais qui, à défaut d’une reconnaissance académique pleine et entière, nourrissent la pensée et un esprit critique dont toute discipline a bien besoin. La rencontre eut lieu dans les locaux de l’université de Toulouse en 2008, à l’occasion d’une première journée d’études sur Joseph Déchelette. Les discussions furent suffisamment riches pour aboutir à un projet de recherche qui devait durer deux campagnes triennales et qui bénéficia de son adhésion. Roanne, Montbrison, Toulouse, Neuchâtel, Bibracte… Autant de rencontres scientifiques annuelles qui furent l’occasion de mieux connaître ce curieux personnage, pipe vissée au coin de sa bouche, chapeau sur la tête, qui glissait parmi nous d’un pas indolent. Notre programme réveilla la grande famille Déchelette, du moins une partie de la parentèle élargie, vivant à Roanne et ailleurs. Une association allait bientôt voir le jour mais, contre toute attente, Serge ne dérogea jamais à sa règle : s’interdire l’éloge du grand archéologue Joseph Déchelette pour se livrer plutôt et bien à propos à une déconstruction de tout ce que celui-ci avait apporté à l’archéologie européenne. Cette approche iconoclaste suscita nombre de discussions, tant les membres de l’association sentaient que le monument Déchelette était en état de vaciller. Chaque année, nous avions plaisir à nous retrouver, mais je dois bien avouer qu’après les agapes venait le pénible moment de la publication, et alors tout se compliquait. S’il respectait avec une certaine rigueur les délais, il ne tenait jamais la bride à son inspiration… »

5Professeur d’histoire médiévale à l’Université libre de Bruxelles (UlB), Claire Billen revient sur sa passion pour l’archéologie, une archéologie qui pouvait concerner une époque très récente :

« Avec quelques amis, Serge avait découvert les anciens bâtiments abandonnés de la verrerie Branquart à Fauquez, dans le Brabant wallon. Cette firme originale dont les heures de gloire s’étaient déroulées entre les deux guerres fabriquait des plaques opalines, dites de ‘marbrite’, très prisées pour les carrelages ornementaux et les devantures de magasin d’alimentation. Les pièces de marbrite déclassées étaient concassées pour fournir une sorte de gravier coloré et scintillant que des artisans locaux mélangeaient à du ciment pour en faire un crépi à appliquer sur les façades des maisons ouvrières, le ‘cimorné’. Au temps de sa splendeur, la verrerie de Fauquez avait fondé une cité -paternaliste avec habitat pour le personnel, salle des fêtes, magasins et chapelle, un ensemble remarquable que la Région wallonne n’a jamais cru bon de protéger, après le démantèlement de la firme dans les années 1960. Serge et ses amis y avaient retrouvé d’importantes archives qu’ils essayèrent de sauvegarder. Depuis ce moment, il s’était mis à collectionner les traces de la production de Fauquez. Il détenait une belle collection de catalogues. Dans le courant des années 1990, j’obtins pour le service d’histoire du patrimoine bâti, dont je m’occupais à l’UlB, une commande d’étude sur les maisons vernaculaires wallonnes ayant recouru à la marbrite ou au cimorné. Comme à son habitude, Serge m’avait inondée de documentation. Je l’avais informé, sans plus, d’une réunion de suivi de l’étude qui devait se tenir dans les locaux de l’administration wallonne du Patrimoine à Namur. Sans crier gare, il s’y présenta, muni d’une valise pleine d’iconographie. Il avait fait, en trombe, le trajet depuis Arras, afin de venir illustrer le rapport d’étape de mon équipe ! »

6Claire Billen rappelle aussi que, dans les années post-68, quand Sergé était étudiant à l’UlB, son activisme ne se limitait pas à l’étude du passé :

« Je venais d’être engagée comme chercheuse lorsque j’ai fait la connaissance d’un petit groupe de nouveaux étudiants très politisés, très dynamiques, professant une critique vivante dirigée aussi bien vers les anciennes structures universitaires que vers celles que ‘ma génération’ (plus âgée d’à peine cinq ans) venait péniblement de contribuer à mettre en place. Serge faisait partie de ces jeunes personnes dérangeantes ! Le remue-ménage /remue-méninges que ce groupe injectait dans un monde universitaire ébranlé, tentant de retrouver ses marques, se portait également dans le petit cénacle des étudiants et chercheurs politisés. Parmi eux, les communistes et sympathisants étaient les plus actifs et probablement les plus exigeants en matière de révision des codes, des principes, des théories et des modes de fonctionnement du parti organisé, d’une part, de la société intellectuelle en général, d’autre part. […] Serge Lewuillon, historien antiquiste passionné par la confrontation entre les Gaulois et les Romains, faisait partie des compagnons de route. Il menait avec des linguistes, des médiévistes, un moderniste et des contemporanéistes, une double recherche collective : la première visait à identifier ce que le marxisme et le matérialisme historique pouvaient apporter au travail des historiens d’alors, la seconde portait sur la possibilité d’une histoire critique du Parti communiste de Belgique. On ne peut pas dire que des textes décisifs soient sortis des multiples réunions, souvent houleuses, au cours desquelles ces questions ont été débattues. J’ai pourtant de forts souvenirs de la puissance des engagements intellectuels de Serge et de ses brillantes analyses. »

Le « professeur »

7Serge Lewuillon, chargé de cours à l’Université de Picardie Jules-Verne, Faculté des Arts : tel est son titre sur le site de l’université picarde, alors qu’il a formé des générations d’archéologues. Il faut bien reconnaître, avec Vincent Guichard, que « nos institutions académiques auront jusqu’au bout refusé de lui trouver dans leurs rangs une place à la hauteur de ses mérites », faisant preuve d’une certaine injustice au regard du respect et de l’attachement qu’il a suscités chez les étudiants et collègues.

8Pierre Demolon témoigne :

« En 1990-1991, le service archéologique de Douai s’était lancé dans la formation d’ouvriers et techniciens de fouille qui manquaient sur nos chantiers. Nous cherchions donc un organisme ou un formateur pour nous aider dans cette tâche. Nous nous sommes rapprochés du centre de formation du patrimoine de Dijon, qui œuvrait dans le domaine. C’est son directeur, qui utilisait déjà les services de Serge, qui nous l’a présenté. Ce fut le début d’une collaboration et d’une amitié qui dura jusqu’à son décès. Les premières années furent à la fois enthousiasmantes et très difficiles. Difficiles d’abord, parce que, habitant Dijon et voulant être le plus possible présent auprès de son épouse qui attendait leur premier enfant, Serge faisait tous les jours le trajet Dijon / Douai – 1 000 km par jour ! Difficiles aussi en raison du profil des stagiaires, souvent arrivés là par hasard plus que par conviction, mais dont il tirait une profonde satisfaction lorsque certains finissaient par y trouver intérêt. Plusieurs d’entre eux sont aujourd’hui des archéologues professionnels réputés et ont gardé contact avec lui. Mais le recrutement des stagiaires était surtout nordiste et il est vite apparu une demande géographiquement plus large, ce qu’un enseignement en présentiel ne pouvait garantir. Vint alors l’idée d’un enseignement à distance, ce qui ne manquait pas de piquant (ce dont il raffolait), pour un enseignement pratique. Le Centre national d’enseignement à distance / Cned fut donc contacté. Il fallait mettre en place un programme, un cours, des stages et discuter un peu de rémunération car, même si ce n’était pas une préoccupation essentielle de Serge, il lui fallait néanmoins s’assurer de quelques ressources. N’étant pas du genre attrape-tout, il fit appel à de nombreux spécialistes si bien que le projet devint considérable, hors du financement possible du Cned. On se tourna alors vers l’Europe et, justement, le programme de formation Léonardo da Vinci venait d’être lancé. Ce fut une autre bataille ! Si le projet fut bien accueilli, il nécessita cependant de nombreux allers et retours à Bruxelles pour faire avancer le dossier, et par-dessus tout, une belle constance dans les procédures administratives, ce qui ne manqua pas de le mettre en ébullition. Mais finalement tout se passa bien et nous eûmes la surprise, au colloque de conclusion, de retrouver notre projet aux côtés d’Eurocopter et d’Areva, tenants d’un certain capitalisme qu’il ne portait pas forcément dans son cœur, un paradoxe qui le réjouissait. C’est donc un cours de plus de 1 300 pages qui vit le jour et fut dispensé aux étudiants qui n’en demandaient pas tant !

  • 5 Remus, la muséologie des sciences et des techniques : Actes du colloque des 12 et 13 décembre 1991, (...)

Mais pour que cet enseignement, de bon niveau, soit sanctionné par un diplôme universitaire, il fallait trouver une université d’accueil qui le valide. Ce ne fut pas le plus facile, notamment à cause des influences diverses qui traversent nos universités. Au lieu de Lille, d’abord contactée, ce fut l’université d’Artois, qui venait d’être créée. Alain Lottin nous accueillit avec intérêt mais le fonctionnement que nous avions envisagé posait problème aux services administratifs : entrée permanente, étudiants de toutes origines ayant forcément des demandes spécifiques (chômeurs, professionnels, ingénieurs, chirurgiens, militaires, repris de justice emprisonnés…), de tous horizons (Chinois, Brésiliens, Tahitiens, Algériens…), difficiles à faire venir pour les examens ! Je me souviens de cette interrogation d’un étudiant emprisonné pour lequel il avait fallu demander une dérogation afin que nous puissions l’interroger par téléphone en présence d’un surveillant de la prison, ou bien de cet autre, aux confins du Sahara, qui n’avait le téléphone que par l’intermédiaire de son sergent !!! Que dire du stage en archives décroché pour un étudiant dont on s’aperçut ensuite qu’il était pyromane… C’est Serge qui organisait tout, au grand dam des administratifs. Bref, une certaine distance finit par s’instaurer entre l’administration et lui. Enfin, pour couronner le tout, nous devions référer de ces activités à un professeur titulaire dont les convictions politiques étaient fort éloignées des siennes… Cela justifia une exfiltration vers les cieux espérés plus cléments de la Faculté catholique de Lille, où j’enseignais et où je l’avais introduit. La Faculté catholique ! Encore une fois, cela mit en joie l’esprit de contradiction d’un chercheur qui n’avait vraiment pas la fibre religieuse. Mais que n’aurait-il pas fait pour faire avancer un enseignement qu’il avait tant à cœur ? Accueil quasi enthousiaste, plateforme informatique à laquelle il pouvait avoir accès à toute heure du jour et surtout de la nuit (il n’était pas rare de recevoir un message posté à 3 ou 4 h du matin), mise en route efficace puis rapidement plus rien, rien… Donc, où aller ? À Amiens, où il venait d’être recruté comme chargé de cours (encore et toujours, pas de poste titulaire). Et là, tout se passa bien pendant de nombreuses années, à un détail près : on avait tendance à assimiler l’archéologie à du bénévolat, et à considérer que Serge pouvait bien prendre en charge ses déplacements d’Arras à Amiens, ses frais téléphoniques et le temps passé. Car du temps, il en passait énormément : il entretenait une relation particulière avec ses étudiants, les guidant pas à pas, faisant de nombreuses démarches pour eux, par exemple pour leur trouver des stages ou des solutions au financement de leurs études alors que lui-même n’était pas rémunéré, répondant à toutes leurs questions, même les plus farfelues. D’ailleurs, les examens oraux se transformaient souvent en un monologue de Serge donnant conseils et documentation aux étudiants qu’il notait avec une grande bienveillance, autant pour leur capacité d’écoute que pour leur compétence. C’est cette curiosité qui l’a amené à travailler avec nous sur un autre projet européen dénommé Remus, programme d’aide à la Recherche en muséologie des sciences et des techniques5. La stratigraphie étant une des bases de la datation en archéologie, nous avons cherché comment en présenter une vraie, extraite du terrain, dans un musée. Nous avons donc cherché des procédés de prélèvement d’une coupe de terrain. Je me souviens encore de sa tenue de cosmonaute lorsqu’il a procédé, avec des produits fort nocifs, à une pulvérisation sur une coupe argileuse toute fraîche. Évidemment, il avait choisi une coupe fraîche et de l’argile parce que c’était le plus difficile : “si on arrive à faire cela, alors on saura à peu près tout faire”. Oui, il n’aimait pas la facilité ! Et cela a marché, à peu près. Une bien belle aventure que cette formation, mais qui risque de s’arrêter avec lui, ce qui le préoccupait énormément. Espérons que d’autres passionnés, d’autres, comme lui soucieux de l’avenir que représentent les étudiants, auront à cœur de poursuivre son œuvre. »

9Parmi les élèves qui l’ont côtoyé, Sylvie Deffressigne en fait un portrait tout en nuances :

« J’ai été étudiante de Serge Lewuillon entre 1981 et 1983 à Dijon en histoire ancienne, plus particulièrement pour un cours sur la République romaine… autant dire que cette expérience est inoubliable. Déjà les horaires des cours… le lundi entre 17 et 19 h dans une salle du 3e étage de la fac de lettres… une ambiance limite de thriller (je me suis toujours demandé s’il ne faisait pas exprès de choisir cet horaire improbable !). Pendant les deux premiers cours, il a été littéralement odieux… il nous a fait un discours pendant 2 heures sur la notion de bibliographie sauf que, sortant du bac, on ignorait tous ce que c’était… très comique, d’autant qu’il ne nous a même pas précisé de quoi il retournait durant tout ce temps ! À la troisième séance, alors que les trois quarts des étudiants avaient du coup déserté son cours qui était une option, il a affiché un air ravi devant la salle quasiment vide et à, partir de là, il a été adorable avec nous, les « survivants »… On a exploré grâce à lui un monde inconnu, déroutant, presque abstrait parfois et pourtant si présent, si vivant pour lui : la République romaine, les Gracques, le droit pérégrin, l’ager publicus, les lois des douze tables, l’ordre équestre… Aucun de nous n’est sorti “indemne intellectuellement” de ces deux années d’enseignement, un enrichissement dont je ne percevais alors pas la portée, la profondeur… mais que j’ai pu apprécier et révéler plus tard. Mais, dur dur pour nous, qui ne tutoyions pas Tibérius Gracchus, Aulu Gelle ou le Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL). À la fin de la deuxième année, il nous a demandé de réaliser un dossier de 100 dates et de les apprendre par cœur pour l’oral. Je me souviens d’avoir bachoté le dimanche précédant mon oral, pendant que Noah gagnait Roland Garros… et moi aussi j’ai cartonné. Alors, pour me taquiner et ne pas me mettre une note maxi, il m’a posé une question subsidiaire sur Tintin… c’était décalé et très drôle en même temps, et très anti-conventionnel ! C’était le seul prof de fac à nous tutoyer mais aussi un des seuls à s’intéresser à nous sous ses airs détachés. Quand, 30 ans plus tard, je l’ai retrouvé à Bibracte, non seulement il m’a reconnue (il se souvenait de mon nom), mais surtout (et là je n’en suis toujours pas revenue), il avait lu ce que j’avais écrit, sur le stockage alimentaire notamment. Nous avons donc embrayé une discussion sur le sujet à bâtons rompus. »

10De Bibracte, où sa voix continue chaque jour à résonner dans les beaux espaces du musée dont il a largement contribué à enrichir le propos, à la bibliothèque du musée Joseph-Déchelette à Roanne, où il passa des heures à compulser archives et ouvrages sous l’œil attentif de la bibliothécaire Micheline Petiot, de sa Belgique natale à Amiens, tous les itinéraires de Serge Lewuillon ont nourri sa pensée et son œuvre, une œuvre qu’il est aujourd’hui de notre devoir de faire connaître.

Haut de page

Notes

1 Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Gesch. und Kult. Roms im Spiegel der neueren Forsch, Berlin-New York, De Gruyter, 1975, II-4 : 425-583.

2 Parmi ses publications : « Polémique et méthode à propos d’une question historique : pour des “Îles Cassitérides” », Dialogues d’histoire ancienne / Dha, 1980, 6-1, : 235-266 ; « Principes et méthode en Histoire ancienne : économie et Gaule rurale », Dialogues d’histoire ancienne / Dha, 1983, 9 : 141-163 ; « Affinités, parentés et territoires en Gaule indépendante : fragments d’anthropologie », Dialogues d’histoire ancienne / Dha, 1990, 16-1 : 287-357 ; « Contre le don : remarques sur le sens de la réciprocité et de la compensation sociale en Gaule », Dialogues d’histoire ancienne / Dha, 1992, 18-1 : 105-156.

On trouvera une bibliographie plus complète des travaux de Serge Lewuillon à l’adresse : http://u-picardie.academia.edu/SergeLEWUILLON.

3 Daubigney A. 1990. Communautés, rapports sociaux et dépendance en France du Néolithique à l’âge du Fer. Représentations archéologiques et discours historiques, Thèse de doctorat d’État, Besançon, 1990, 6 vol., 1886 p. Vol. 1 : Néolithique et formation des communautés. Vol. 2 : Âge du Bronze et structuration des rapports sociaux. Vol. 3 : Âge du Fer et différenciation sociale. Vol. 4 : Deuxième âge du Fer et dépendance. Vol. 5 : Éléments iconographiques et textuels. Vol. 6 : Corpus bibliographique.

4 « Des fouilles aux tranchées. Les jalons de Déchelette », Anabases, 9, 2009, p. 249-260. http://anabases.revues.org/495

5 Remus, la muséologie des sciences et des techniques : Actes du colloque des 12 et 13 décembre 1991, Palais de la Découverte. Dijon, Ocim / Office de coopération et d’informations muséographiques, 1993, 235 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« In memoriam Serge Lewuillon »Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 56-59.

Référence électronique

« In memoriam Serge Lewuillon »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 09 janvier 2018, consulté le 14 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3789 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3789

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals