Navigation – Plan du site
Compte rendus

Recension de deux livres de Stéphen Rostain

Amazonie. Un jardin sauvage ou une forêt domestiquée. Essai d'écologie historique, Paris, Actes Sud / Errance, 2016.
Amazonie. Les 12 travaux des civilisations précolombiennes, Paris, Belin, 2017.
Geoffroy de Saulieu
p. 60-61

Texte intégral

1Deux ouvrages sur l’archéologie de l’Amazonie, signés Stéphen Rostain, viennent de sortir en librairie. Loin d’être redondants, ces deux livres qui ne s’adressent pas au même public traitent de sujets complémentaires.

2Amazonie. Un jardin sauvage ou une forêt domestiquée, publié chez Acte Sud / Errance, est le premier bilan en langue française de la recherche archéologique en Amazonie. Le texte développe plus particulièrement les résultats concernant le plateau des Guyanes dont l’auteur est spécialiste. Après une présentation historique et géographique de cette immense région comprise entre l’Atlantique, la rive droite de l’Orénoque et la rive gauche de l’Amazone, il explique la chronologie des modifications anthropiques du paysage, perceptibles à travers la végétation, la topographie et le sous-sol.

3Accessible à un plus large public, Amazonie. Les 12 travaux des civilisations précolombiennes, complète bien le livre précédent en adoptant un point de vue moins théorique et légèrement impertinent. Il prend pour point de départ les réalisations des sociétés précolombiennes, et pour prétexte le fait que cette région du monde porte un nom tiré de la mythologie grecque. Aussi devait-elle être un jour ou l’autre – immanquablement même – visitée par Hercule armé d’une massue qui casse tout, métaphore à peine voilée de notre propre culture débarquant au xvie siècle dans le Nouveau Monde. Imaginer l’Amazonie précolombienne, c’est un peu visiter le magasin de porcelaines avant que l’éléphant n’y entre… Idée géniale !

4Le style enjoué de l’auteur n’enlève rien à la qualité de ses exposés. Si l’Amazonie n’est pas une simple forêt, mais des forêts, des savanes, des mangroves, des marais, des inselbergs, il n’en demeure pas moins qu’elle est, dans sa composition actuelle, largement tributaire des transformations cumulées dans le temps par les sociétés humaines tout au long de l’Holocène. Dès l’époque des chasseurs-cueilleurs, les dispersions de graines et les dynamiques forestières ont été modifiées jusqu’à atteindre, avec l’invention locale de l’agriculture, un niveau que l’on a encore bien du mal à percevoir dans toute sa richesse.

5En adoptant une démarche différente dans chacun de ses ouvrages, Stéphen Rostain cherche à faire comprendre l’importance énorme de l’empreinte environnementale des sociétés amazoniennes injustement oubliées. Depuis les années 1980, quelques anthropologues et géographes audacieux, bientôt rejoints par des écologues et des archéologues, ont en effet prouvé que le premier massif forestier du monde n’était pas un reliquat de sauvagerie défendu par une végétation aussi exubérante qu’hostile, mais une sorte de « forêt domestiquée » depuis des millénaires qui avait été le berceau de grandes civilisations. Celles-ci ont développé une relation unique avec leur environnement et ont connu des destins aussi originaux que brillants, même si elles ont laissé peu de vestiges monumentaux. Le choc microbien consécutif à l’arrivée des Européens les a balayées en quelques décennies, sans qu’elles aient été perçues ni encore moins documentées.

6Le principal apport de la recherche amazoniste est sans nul doute l’écologie historique : dès les années 1990, James Fairhead et Melissa Leach en ont ainsi adopté les principes pour étudier les paysages de l’Afrique de l’Ouest forestière. Depuis lors, un peu partout sur la planète, les recherches ont abouti à des découvertes qui ont changé l’archéologie des paysages intertropicaux : citons les terra preta, expression portugaise désignant les terres noires ou anthroposols d’une fertilité exceptionnelle en raison des concentrations particulièrement élevées en charbon de bois, matière organique et nutriments du type azote, phosphore, potassium et calcium, l’origine de la biodiversité et des domestications, ou encore les dynamiques de peuplements forestiers.

7À l’issue de ces lectures passionnantes, on se demande ce qu’il reste à dire, à penser, à chercher en Amazonie. Vers quoi pourrait maintenant se diriger l’archéologie amazonienne pour rester une force de proposition et d’innovation pour l’archéologie intertropicale, au-delà de la toujours nécessaire accumulation de données primaires ?

8Il est clair que les méthodes peuvent encore être affinées de manière différente selon les contextes régionaux. L’avenir est sans doute aujourd’hui à une interaction des différentes recherches conduites à l’intérieur de la ceinture intertropicale, les problèmes rencontrés en Afrique centrale éclairant les biais possibles en Amazonie et vice-versa. Il faut par exemple mieux démêler les impacts humains et ceux des processus environnementaux, notamment climatiques, ou s’interroger sur la valeur des « vides », qu’ils soient de natures sédimentaire, culturelle ou pollinique : la question des biais de conservation se pose en effet ici de manière plus aiguë qu’ailleurs et elle doit être mieux réfléchie pour guider les interprétations finales.

9Cette réflexion montre, en définitive, que l’écologie historique, si elle permet une bien meilleure compréhension des sociétés intertropicales anciennes, ne peut à elle seule couvrir tous les enjeux scientifiques. Mais, comme l'écrit Stéphen Rostain de sa plume alerte, elle vient aujourd’hui s’encastrer, comme une sorte de module spatial, dans la grande question du développement et de la soutenabilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffroy de Saulieu, « Recension de deux livres de Stéphen Rostain »Les nouvelles de l'archéologie, 149 | 2017, 60-61.

Référence électronique

Geoffroy de Saulieu, « Recension de deux livres de Stéphen Rostain »Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 149 | 2017, mis en ligne le 09 janvier 2018, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/nda/3790 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3790

Haut de page

Auteur

Geoffroy de Saulieu

Archéologue à l’Ird (Institut de recherche pour le développement), Umr 208 « PaLoc : Patrimoines locaux et gouvernance », Ird / Mnhn, www.paloc.ird.fr

geoffroy.desaulieu@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© FMSH

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals