Skip to navigation – Site map

HomeNuméros145Dossier Archives de l'archéologie...Le projet SalamiNe : numérisation...

Dossier Archives de l'archéologie française à l'étranger

Le projet SalamiNe : numérisation et diffusion des archives primaires de la fouille de Salamine de Chypre

Sabine Fourrier and Patrick Desfarges
p. 41-44

Full text

  • 1 Pour les monographies : collection Salamine de Chypre (éd. De Boccard, Paris, 1969-2004), www.perse (...)
  • 2 www.univ-lyon2.fr/actualite/actualites-culturelles/exposition-la-mission-archeologique-de-salamine.

1De 1965 à 1974, une mission archéologique de l’Université de Lyon, dirigée par Jean Pouilloux puis Marguerite Yon, a fouillé le site de la ville antique de Salamine, sur la côte est de l’île de Chypre (fig. 1). Il n’est pas besoin d’insister ici sur les importants résultats de ces travaux, auxquels seize monographies « Salamine de Chypre » et un grand nombre d’articles ont été consacrés1. Ils ont été rappelés en 2014, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire du début de la mission, par un dossier dans les Cahiers du Centre d’études chypriotes et, en 2015, par une exposition, « Aux origines des recherches lyonnaises à Chypre : 50 ans de collaboration franco-chypriote », présentée à Lyon puis à Larnaca2.

Fig. 1 – Photographie aérienne de Salamine vers l’est, prise dans les années 1960. Les chiffres indiquent les principaux « sites » fouillés par la mission française. 1. Tombe I ; 2. Temple de Zeus ; 3. Résidence byzantine dite « l’huilerie » ; 4. Basilique de la Campanopétra ; 5. « Sanctuaire » ; 6. Rempart ; 7. Daimonostasion, (© Mission Kition).

2Toutefois, leur exploitation scientifique est loin d’avoir été épuisée et c’est l’une des raisons qui ont conduit à l’élaboration du programme SalamiNe. Lancé en 2013 par la mission, devenue en 1976 mission archéologique de Kition et Salamine, il a bénéficié de différents soutiens, institutionnels et financiers, et de la participation de nombreuses personnes, en particulier d’étudiants de l’Université Lumière Lyon 2 effectuant leur stage obligatoire de master. Sans pouvoir tous les citer ici, nous les remercions collectivement de leur contribution et de leur investissement.

Le cadre

3Précisons rapidement le cadre scientifique et institutionnel dans lequel ce programme est né. Les fouilles françaises de Salamine représentent un cas particulier. L’arrêt brutal des travaux de terrain en cours en 1974, après l’invasion puis l’occupation par la Turquie, a montré avec acuité la valeur du fonds d’archives des fouilles françaises qui renseignent sur des vestiges, mobiliers et immobiliers, aujourd’hui dégradés, détruits ou perdus. La poursuite des publications (dont dix volumes parus après 1974) souligne la qualité de l’enregistrement et du classement du fonds, qui a pu continuer d’être exploité.

4Les archives de la fouille de Salamine sont conservées à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Mom). Sans espace ni personnel dédiés, elles ont été régulièrement déménagées et scindées, malgré des efforts tout aussi réguliers de reconditionnement et des opérations ponctuelles de numérisation à l’occasion de la préparation de publications. Depuis 2013, un gros effort a été consenti par le laboratoire HiSoMA avec récolement complet du fonds chypriote effectué par A. Renard, alors stagiaire de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), et l’aménagement (en cours) d’une salle où toutes les archives seront regroupées. Par ailleurs, grâce à un financement de l’appel d’offre Bibliothèque scientifique numérique - Bsn 5, obtenu en 2014, la numérisation des archives primaires de la fouille de Salamine, en vue de leur diffusion en accès libre, a pu commencer.

Les archives primaires

5On entend par archives primaires l’ensemble des archives directement liées à la pratique archéologique, à l’exclusion des documents administratifs, des correspondances ou des dossiers (secondaires) de préparation des publications. Suivant le mode d’enregistrement de la mission à Salamine – et on doit souligner que cette méthode n’a été élaborée que progressivement, imposant un classement rétrospectif aux archives des premières années de fouille qui ne s’y prêtaient qu’imparfaitement –, elles comprennent les documents suivants :

– des carnets de fouilles (fig. 2) de nature variée, tant par leur qualité d’enregistrement que par la nature des informations qu’ils recèlent : description de la fouille, interprétation, inventaire d’objets, etc. Ils renferment également des références à d’autres documents : photographies, inventaires, plans, etc. ;

– des documents graphiques : dessins d’objets, plans et relevés de fouilles, coupes ;

– des documents photographiques (fig. 3) : négatifs noir et blanc et diapositives couleur d’objets et de chantiers ;

– des inventaires : outre l’inventaire général (choix d’objets, quelle que soit leur nature, inscrits à l’inventaire Sal.), ils comprennent également des inventaires particuliers (par catégorie d’objet, par exemple, Ar = éléments d’architecture, Tc = terres cuites) et des listes de concordance.

Fig. 2 – Extrait du carnet de fouilles n° 54, Carré K V/η 5 (sanctuaire), automne 1972, p. 16 : schéma interprétatif et photographie de fouille, (© Mission Kition).

6Malgré leur apparente unité, ces archives sont donc loin de présenter la cohérence et l’homogénéité d’une série documentaire. D’où la première question : comment organiser ces séries disparates de manière liée et non pas atomisée, séparée en catégories distinctes, étanches ? En d’autres termes, comment numériser non seulement pour conserver et diffuser mais aussi pour exploiter scientifiquement cette documentation en tirant parti des possibilités de recherche automatique offertes par l’outil numérique ?

Objectifs, résultats et perspectives

7Deux objectifs donc, mais aussi deux contraintes. Le fonds Salamine doit être organisé pour une conservation pérenne, en respectant le mode original de constitution et d’organisation des archives. Il informe, notamment, sur la façon dont des fouilles étaient menées à Chypre dans les années 1960 par une mission française. Mais le fonds Salamine constitue également une documentation scientifique de première main, qu’il s’agit d’exploiter selon des questionnements contemporains et des problématiques dont beaucoup n’étaient pas envisagées au moment de l’enregistrement des données. C’est en particulier le cas des interrogations spatiales ou contextuelles. Le projet a donc été bâti autour de cette exigence d’indexer la documentation de la manière la plus détaillée possible, afin de créer des liens et donc de reconstituer des ensembles archéologiques originaux.

8Sans entrer dans le détail des opérations techniques, le protocole de traitement de chaque série documentaire a été sensiblement le même :

– identification par l’apposition d’un code-barre à chaque document ;

– numérisation selon des procédés différents en fonction des types de documents, de leur état, etc., avec d’éventuels traitements subséquents des fichiers acquis ;

– indexation, chaque fichier numérique étant renseigné par un certain nombre de métadonnées élaborées à partir de tableaux spécifiques pour chaque type de source documentaire. Des champs communs (date, localisation – selon la méthode de fouille en carrés de l’époque, mais aussi selon une approche contextuelle par « site » –, nature de la découverte) établissent des liens entre les différentes séries documentaires. Dans les nombreux cas où les objets référencés ont été publiés dans la collection Salamine de Chypre, la documentation est même enrichie : grâce à la collaboration de l’équipe du portail Persée, un lien sera établi entre la notice publiée et les différentes archives qui se rapportent au même objet ;

– contrôle et consolidation de l’information extraite, par exemple grâce aux inventaires particuliers, par catégorie d’objet. L’étape est loin d’être superflue, tant les erreurs sans doute justifiables par la masse des données et la variété des producteurs sont nombreuses, malgré la rigueur de l’inventaire.

9On insistera plus particulièrement sur les perspectives d’exploitation scientifique offertes par la mise en ligne raisonnée de ces archives. La plus obvie est l’accès à des informations inédites. Certaines catégories de matériel n’ont pas encore fait l’objet de catalogues dans la collection Salamine de Chypre : ainsi les céramiques géométriques et archaïques, ou encore les sculptures en pierre (fig. 3). D’autres n’ont pas été interprétées ni comprises, faute de parallèle. C’est le cas par exemple des céramiques « techniques » qu’on retrouve ailleurs à Chypre dans des contextes de l’âge du Fer, en association avec des installations métallurgiques. Une série provient de la fouille du sanctuaire de Kition-Bamboula  (Caubet et al. 2015 : 106-108), où ces fragments céramiques sont hypothétiquement interprétés comme des parois de soufflets. Le grand nombre de fragments découverts dans le « sondage Z » de la fouille de Salamine et leur bon état de conservation permettront, à n’en pas douter, de mieux comprendre l’usage de ces objets qui est encore loin d’être établi avec certitude. Il en est de même pour d’autres types de mobilier, comme le bassin de calcaire posé sur un niveau de sol archaïque du sanctuaire au sud de la Campanopétra, qui possède un double saisissant, mis au jour sur un niveau de sol archaïque du sanctuaire de Kition-Bamboula, dont les vestiges ont été bouleversés par des remaniements ultérieurs. Ce n’est pas le cas de celui de Salamine. La fouille ancienne permettra d’éclairer les résultats et d’orienter l’interprétation de la fouille récente.

Fig. 3 – Sculpture en calcaire découverte dans le dépôt archaïque au sud du rempart, 1967, inv. Sc. 36 = Sal. 1534 (diapositive inv. C 401, © Mission Kition).

10La mise en lien des différentes séries documentaires d’archives permet, enfin, de reconstituer des assemblages archéologiques, des contextes. De fait, la masse abondante des trouvailles de la fouille de Salamine a surtout suscité des catalogues, c’est-à-dire des regroupements typologiques – par catégorie matérielle – et non pas archéologiques – par ensemble contextuel. Or, cette approche par géolocalisation des trouvailles est désormais facilitée par l’outil numérique. On peut envisager d’étudier et, partant, de publier des ensembles restreints, comme la série d’inhumations byzantines à l’emplacement de l’ancien sanctuaire archaïque (fig. 4), ou plus importants, comme le sanctuaire au sud de la Campanopétra et ses sols d’occupation successifs, du xie au début du ve s. av. J.-C. Malgré l’impossibilité de travailler sur le site, malgré la perte – probable et irrémédiable – des ensembles matériels et notamment des assemblages céramiques qui documentaient chaque niveau fouillé, on peut continuer de travailler sur les résultats des fouilles françaises de Salamine.

Fig. 4 – Tombe byzantine (n° 5) dans le sanctuaire archaïque, carré K V/η 7. Extrait du carnet de fouille n° 63a (août 1973) (© Mission Kition).

11Près de 60 000 documents numériques ont été pour le moment acquis, alors que d’autres séries documentaires commencent seulement d’être traitées (photographies de fouilles, plans et relevés). Certaines modalités de consultation, comme le lien entre la publication sur le portail Persée et les archives, sont inédites. De par ses innovations et ses réussites, mais aussi ses difficultés de réalisation, le projet SalamiNe offrira sans doute un modèle et un garde-fou, un indicateur en somme pour des projets similaires. C’était aussi l’un de ses objectifs.

Top of page

Bibliography

Caubet A., Fourrier S. & Yon M. 2015. Kition-Bamboula VI. Le sanctuaire sous la colline, Lyon, Maison de l’Orient (TMO, 67).

Dossier « Cinquantenaire des fouilles françaises de l’université de Lyon à Salamine (1964-2014) : Jean Pouilloux et l’archéologie chypriote », Cahiers du Centre d’études chypriotes, 44, 2014 : 17-50.

Salamine de Chypre. 1969-2004. Paris, éd. De Boccard.

Top of page

Notes

1 Pour les monographies : collection Salamine de Chypre (éd. De Boccard, Paris, 1969-2004), www.persee.fr/collection/salam.

2 www.univ-lyon2.fr/actualite/actualites-culturelles/exposition-la-mission-archeologique-de-salamine.

Top of page

List of illustrations

Caption Fig. 1 – Photographie aérienne de Salamine vers l’est, prise dans les années 1960. Les chiffres indiquent les principaux « sites » fouillés par la mission française. 1. Tombe I ; 2. Temple de Zeus ; 3. Résidence byzantine dite « l’huilerie » ; 4. Basilique de la Campanopétra ; 5. « Sanctuaire » ; 6. Rempart ; 7. Daimonostasion, (© Mission Kition).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3805/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.4M
Caption Fig. 2 – Extrait du carnet de fouilles n° 54, Carré K V/η 5 (sanctuaire), automne 1972, p. 16 : schéma interprétatif et photographie de fouille, (© Mission Kition).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3805/img-2.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Caption Fig. 3 – Sculpture en calcaire découverte dans le dépôt archaïque au sud du rempart, 1967, inv. Sc. 36 = Sal. 1534 (diapositive inv. C 401, © Mission Kition).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3805/img-3.jpg
File image/jpeg, 1004k
Caption Fig. 4 – Tombe byzantine (n° 5) dans le sanctuaire archaïque, carré K V/η 7. Extrait du carnet de fouille n° 63a (août 1973) (© Mission Kition).
URL http://journals.openedition.org/nda/docannexe/image/3805/img-4.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Top of page

References

Bibliographical reference

Sabine Fourrier and Patrick Desfarges, « Le projet SalamiNe : numérisation et diffusion des archives primaires de la fouille de Salamine de Chypre »Les nouvelles de l'archéologie, 145 | 2016, 41-44.

Electronic reference

Sabine Fourrier and Patrick Desfarges, « Le projet SalamiNe : numérisation et diffusion des archives primaires de la fouille de Salamine de Chypre »Les nouvelles de l'archéologie [Online], 145 | 2016, Online since 25 January 2018, connection on 31 October 2020. URL: http://journals.openedition.org/nda/3805 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nda.3805

Top of page

About the authors

Sabine Fourrier

Laboratoire Histoire et sources des mondes antiques (HiSoMA - Umr 5189), Mission archéologique de Kition.

sabine.fourrier@mom.fr

Patrick Desfarges

Pôle système d’informations et réseaux (Psir), Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux (Mom), 7, rue Raulin, F-69365 Lyon cedex 07.

patrick.desfarges@mom.fr

Top of page

Copyright

© FMSH

Top of page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search